AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Mar 15 Sep - 11:41



Les sourcils froncés, Kainoa était concentré depuis quasiment trois heures sur un devoir qu’il trouvait particulièrement difficile. Chaque année, c’était la même chose ; forcément, le niveau augmentait. Bien entendu, en théorie, tout le monde s’y attendait, mais concrètement, c’était toujours un choc pour tous les étudiants de sa promotion et même, probablement, pour tous les étudiants en général. Pourtant, il avait travaillé, cet été. Malgré l’accumulation de deux boulots bien distincts et la nécessité de se reposer, il s’était débrouillé pour trouver du temps pour lire quelques livres pour l’année à venir. Et les cours particuliers qu’il avait donné à un autre étudiant, plus jeune que lui, l’avait forcé à réviser certains acquis, certains fondamentaux, ce qui ne pouvait pas faire de mal. Mais le jeune homme n’en demeurait pas moins perplexe, même pas devant la complexité des équations Navier-Stokes, ni devant les différentes modélisations de la magnétohydrodynamique, mais plutôt devant les travaux publiés de l’astrophysicien Hannes Alfvén, lauréat de la moitié du prix Nobel de physique en 1970. Heureusement, il n’était pas du genre à se décourager et surtout pas dans ce domaine-là. Non, il avait travaillé trop dur pour en arriver jusque-là et baisser les bras lors de la dernière année, à la première difficulté rencontrée. Ce qui aidait Kainoa, même en voyant que la plupart des gens de son âge avaient terminé leurs études et en se faisant gentiment taquiner sur son long parcours universitaire, c’était la pensée qu’il s’en sortirait enfin. Il lui restait un an à s’accrocher et s’il bossait suffisamment ou plutôt, s’il se décarcassait comme un dingue, il décrocherait enfin le job dont il rêvait tant et qui le passionnait réellement. Et là, terminées, les galères. Finis, les petits boulots qu’il enchaînait depuis de nombreuses années. Il aurait, en quelque sorte, réussi, au moins dans un domaine de sa vie - pour le reste, c’était une toute autre histoire. Ce serait sa revanche personnelle contre ses parents, contre son père qui avait affirmé à l’une des profs de lycée de Kainoa qu’il ne servait à rien d’avoir un QI supérieur à la normale, contre sa mère qui ne l’avait jamais encouragé ni soutenu - et contre un tas d’autres choses, probablement. C’était ce qu’il gardait à l’esprit, quand il passait des nuits blanches à l’observatoire, quand il était obligé de refuser des invitations en périodes critiques, quand il voyait ceux de son âge aller s’amuser, quand il voyait à peine la lumière du jour pendant toute une semaine, quand il devait vivre plusieurs jours en décalé de tout le monde, quand il ne voyait presque plus que son directeur de recherches et certains de ses camarades de promotion… Et jusqu’ici, ça fonctionnait. Pas toujours très bien, mais il ne s’était jamais trop loupé pour le moment.

Après être finalement venu à bout du chapitre qu’il devait terminer et avoir à peu près assimilé les notions qu’il contenait, l’aîné des fils Baxter releva enfin la tête. Il avait mal à la nuque, à force d’être resté penché sur son livre. Mais au moins, il en avait fini pour la journée. Et il était à peine dix-neuf heures, ce qui relevait presque de l’exploit dans son emploi du temps serré. Satisfait, Kainoa rangea un peu son bureau, avant d’entendre, non sans une certaine surprise, son ventre gargouiller. Il se leva, sortit de sa chambre et se dirigea vers le frigo. Mais à part quelques bières et des restes de pizzas qui ne lui donnaient guère envie, c’était le néant. Son frère travaillait et Kainoa décida d’aller faire quelques courses. Il passa rapidement sous la douche, puis descendit jusqu’à l’épicerie du coin. Tandis qu’il errait dans les rayons à la recherche de quelque chose à avaler sans trop se casser la tête, il tomba sur des chips tortillas, ce qui ne manqua pas d’éveiller en lui le souvenir d’un sms. Un sourire éclaira le visage du Gallois. Il allait lui faire une surprise. Les chips, un pot de guacamole et de la Corona. Ce n’était pas un cadeau d’anniversaire en avance, mais si ça pouvait lui faire plaisir, pourquoi pas ? Après avoir payé, Kainoa se rendit au numéro vingt-deux de la rue, où il sonna. Il attendit et commençait à s’inquiéter, quand la porte s’ouvrit brusquement sur Ana-Sofia. Il s’apprêtait à la saluer joyeusement en espagnol, habitude de la jeune femme qui avait visiblement déteint sur lui, quand il remarqua la mine qu’elle arborait. Elle était malade, ça se serait vu à des kilomètres à la ronde. « Outch, j’en connais une qu’est pas en forme. » Il recula légèrement, même pas parce qu’il craignait la contamination, mais plutôt parce qu’il ne tenait pas spécialement à s’en recevoir une. Elle avait vraiment une tête de déterrée.

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Mer 16 Sep - 14:26

Wash me away
Clean your body of me
Erase all the memories
They will only bring us pain
And I've seen all I'll ever need

Rien ne va plus. Ca va faire un an que je subis ce climat invivable et évidemment, il fallait bien qu'à un moment ou à un autre, mon corps me montre qu'il en a assez de vivre dans de telles conditions. On est bien loin du soleil, de la plage et des balades sur le sable chaud, trop chaud, que j'avais l'habitude de passer chez moi, à TJ. J'ai passé mon premier été en Europe, mon premier été à avoir froid et à continuer de dormir avec une grosse couette pour pouvoir supporter ce froid hivernal. Heureusement que pendant quelques nuits, j'avais de la compagnie qui me tenait chaud. Je fais peut-être dans les extrêmes, mais c'est comme ça que mon corps ressent cet affront et aujourd'hui il me le fait payer. Ou peut-être que ça dur depuis quelques jours déjà. Ca a commencé par un mal de gorge, puis c'est passé, alors je ne m'en suis pas inquiétée, mais là, c'est plus grave. Plus… contraignant, même, parce que je n'ai pas pu aller travailler la nuit dernière et que dans ce genre de boulot, on ne peut pas toucher les indemnités maladies. Autant il y a quelques avantages à faire ce que je fais : la paye est extrêmement bonne, mais elle vaut largement les risques encourus et les indemnités sont sapées. Aussi, quand on est dealeur, on a pas non plus la sécurité de l'emploi. Ce serait trop beau. Alors, je subis, je préviens Romeo que je suis malade comme un chien et que je ne pourrais pas me rendre là où il faut. Il n'a pas l'air content, mais il n'a pas intérêt d'en tenir rigueur. Depuis que j'ai pris cette place dans son organigramme bien rangé, il a forcément dû se rendre compte qu'il gagnait plus d'argent et qu'il perdait moins de son produit. Allez savoir pourquoi, il semblerait qu'Anthony ne soit pas très fiable quand il s'agit de faire passer de la drogue d'un point A à un point B. Je me demande alors ce que mon patron plus jeune que moi va faire pour palier à mon absence qui se prolonge finalement. Va-t-il oser demander à Anthony de me remplacer ou préfère-t-il le laisser tranquillement posé derrière son bar en annulant les rencontres qui doivent normalement avoir lieu ? Je me traîne d'une pièce à l'autre du duplex dans un ensemble survêtement emprunté à Mathys parce que j'ai beau chercher, je ne trouve rien dans ma propre garde robe d'assez confortable pour ne pas me sentir encombrée tout en ayant chaud. Alors oui, je prends un jogging à mon colocataire avec le t-shirt et la veste qui vont avec. J'ai l'impression de ressembler à un bonhomme, mais heureusement je suis toute seule dans l'appartement et personne n'a à assister à ce triste spectacle. De temps en temps, je prends des cachets pour le ventre, mais je n'ai pas vraiment l'impression qu'ils fassent de l'effet, alors je repars me coucher, tantôt sur le canapé, tantôt dans mon lit.
Quand j'entends frapper à la porte d'entrée, c'est dans mon lit que je me trouve. J'hésite un moment entre aller ouvrir la porte ou rester couchée tranquillement, puis finalement je me dis que c'est peut-être important. Ca pourrait être Mathys qui a oublié ses clés, alors je me déterre de ma momification, tout en gardant un plaide sur les épaules. Avec de tels symptômes, je me demande même si je ne suis pas fiévreuse, mais c'est hors de question que j'aille voir un médecin. Surtout quand je me souviens de ma dernière visite pendant laquelle on m'avait annoncé que je n'étais pas malade, mais que j'attendais un bébé. Excusez-moi, mais je ne vois pas en quoi être enceinte n'est pas une maladie.
J'arrive devant la porte, je l'ouvre, et je le vois. Kainoa. Je cligne des yeux pour être bien sûr que c'est lui, mais même quand j'en suis persuadée, je n'arrive pas à esquisser le moindre sourire. Je suis fatiguée. Et j'ai mal au ventre. Et à sa remarque et son mouvement de recul, je ne sais pas vraiment quoi faire. Est-ce que je peux l'inviter à entrer dans l'état dans lequel je suis ? Cette foutue maladie me rends amère et sans même le vouloir, je lui crache des mots que j'espère il ne sera jamais en mesure de comprendre.
« ¡Jódete, cabrón! »
Ne pourrait-il pas simplement me dire que même dans le survêtement de son meilleur ami, je suis la plus belle créature qui soit ? Probablement pas… Kainoa a toujours été très mauvais pour les mensonges. Et au final, la question de savoir si je dois le laisser entrer ou non ne se pose plus parce que je ne suis pas en mesure de donner une réponse.
« Ay, j'vais être malade. »
Et je laisse Kainoa sur le pas de la porte, courant et sentant qu'il faut que je trouve la cuvette aussi vite que possible pour y rendre mon petit déjeuner, autrement dit, un thé au lait, la seule chose que j'ai été capable de boire de toute la journée. Pitié, qu'il parte d'ici et qu'il ne me voit pas dans cet état.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Jeu 17 Sep - 1:34


C’était à prévoir, elle l’incendia aussitôt. Kainoa ne comprenait peut-être pas l’espagnol, mais il n’était pas assez stupide pour ne pas saisir qu’elle ne lui disait rien de gentil. Et, bizarrement, il dut se retenir d’éclater de rire. Son caractère tout feu tout flamme l’étonnait toujours autant, lui qui avait plutôt l’habitude d’être entouré de femmes relativement posées et sensibles. D’ailleurs, il savait que s’il avait le malheur de se mettre à rigoler, celle qui lui faisait face n’en serait que plus en colère. Il masqua donc son amusement avec une fausse quinte de toux, amusement qui s’évanouit dès la seconde où Ana-Sofia reprend difficilement la parole. Aucun doute à avoir, elle était vraiment mal en point. Sans attendre son avis ni sa permission, le jeune homme entra dans l’appartement, alors qu’elle se précipitait vers les toilettes. Il referma la porte derrière lui et posa le sachet de courses sur la table basse du salon. Puis, inquiet, il s’approcha à son tour des toilettes. Il était prêt à parier qu’elle n’avait pas vu de médecin. Il commençait à la connaître, maintenant. Il était également prêt à parier que le plus cher désir de la demoiselle à l’instant précis était qu’il foute le camp. Mais en réalité, Kainoa était capable d’être aussi têtu qu’Ana et il n’avait pas particulièrement envie de la laisser toute seule dans cet état. Il avait déjà compris que Mathys n’était pas là. Et s’il lui arrivait quelque chose ? Et si elle tombait et se faisait mal ? Il s’en voudrait pendant bien longtemps.

Dans l’encadrement de la porte des toilettes, le Gallois ne put retenir une grimace. Il s’approcha néanmoins et, avec une impression de déjà-vu, rassembla en arrière les cheveux bruns de son amie pour les maintenir d’une seule main. « Ce serait bête que ta belle crinière en prenne un coup » souffla-t-il, comme s’il se sentait obligé de se justifier. De toute manière, elle ne pouvait probablement pas l’entendre. Elle lui faisait de la peine, comme ça. Il aurait peut-être dû déjà fuir, la laisser tranquille et se sentir horrifié, comme toute personne normale. Mais il fallait croire que Kainoa commençait à avoir une certaine expérience en la matière. Il ne comptait plus le nombre de fois où il avait dû aider son père dans cet état-là et il eut également une pensée pour Nerea, qui l’avait appelé une fois à la rescousse. Mais là, c’était un peu différent. Là, elle était malade, pas ivre - ou du moins, ça lui en avait tout l’air, à lui qui en connaissait un rayon. Sans broncher, il resta derrière elle, puis, une fois que ses spasmes se furent calmés, il l’aida à se relever et à se diriger vers le lavabo. Il posa une main entre ses omoplates, comme s’il voulait lui procurer un peu de réconfort. En réalité, elle l’aurait sûrement volontiers frappé de rester à côté d’elle (en mode je-n’ai-besoin-de-personne), mais la Mexicaine semblait trop faible pour se déchaîner plus que ça. Il n’osa cependant pas demander si elle se sentait un peu mieux, estimant que c’était à ranger dans la catégorie des questions idiotes. « J’vais t’aider à remonter dans ton lit, ok ? Et puis je t’apporterai une bassine. » Ana-Sofia n’avait pas encore relevé la tête, mais Kainoa était quasiment certain que non, elle n’était pas d’accord. Elle était probablement plutôt en train de se dire qu’elle perdait des points au niveau du sex-appeal - ça aussi, il était prêt à le parier. Ça n’avait absolument rien à voir, mais bon… Enfin, il fallait bien qu’il essaye de la rassurer, d’une manière ou d’une autre. « T’inquiète, après, on peut enterrer ça à vie. » D’accord, c’était un peu maladroit, mais il ne pensait même pas être capable de mieux faire, du moins pour le moment.

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Jeu 17 Sep - 19:17

Wash me away
Clean your body of me
Erase all the memories
They will only bring us pain
And I've seen all I'll ever need

C'est désagréable ce sentiment d'impuissance et ce dégoût que je dois transmettre à Kainoa. Ce garçon doit véritablement être mon âme-soeur car il est le seul à m'avoir vu sous tous les angles et le pauvre doit subir mes sautes d'humeurs incessantes et les insultes dont je l'affuble. Parfois, je me demande vraiment pourquoi il reste à mes côtés. En général, je n'en pense pas un mot. Et j'ai la chance que Kainoa ne parle pas un mot de ma langue natale, même si à force, il doit bien retenir quelques termes fleuris. Je l'accueille d'une façon peu aimable et j'avoue m'en sentir un peu coupable. Le fait est que je ne m'attendais pas à recevoir de la compagnie et qu'en temps normal, c'est moi celle qui fait les visites surprises. Pas l'inverse, mais je dois bien avouer que l'intention du Baxter serait touchante si je n'étais pas sur le point d'être malade. Je cours en direction des toilettes, espérant que le Gallois ait décidé de faire marche arrière et de rentrer chez lui, mais alors que je suis penchée en avant sur la cuvette dans la position la moins sexy qui soit, je sens sa présence, mais surtout je le sens qui relève mes cheveux. Une délicate attention que je pourrais apprécier si ce n'était pas mon amant qui le faisait. Après tout, il ne me doit rien… Alors pourquoi est-ce qu'il reste là à me regarder régurgiter de la bile ? Si c'était moi qui avait trouvé l'étudiant dans une telle position, j'aurais sans aucun doute fuit la scène, préférant me préserver des microbes que je pourrais potentiellement attraper. Mais encore une fois, c'est dans ces moments là qu'on se rend compte de toutes nos différences avec Kainoa. Il a un bon fond. Pas moi. Il est gentil et serviable alors que je suis fourbe et manipulatrice. Il n'attend rien en retour alors que je n'offre jamais de service gratuitement. Il n'a visiblement pas peur d'exposer ces sentiments alors que je suis victime d'une véritable constipation émotionnelle quand on en vient à parler sérieusement.  Alors oui, il est là, et il reste. Il m'aide même à me relever quand j'ai l'impression d'avoir été vidé de toutes mes forces et que me redresser semble aussi pénible que de grimper le Mont Everest. Alors je me tiens à lui jusqu'au lavabo pour me débarbouiller et toujours il est là, avec une main posée sur moi. Contact auquel je réagis par un frisson incontrôlable. Pourquoi est-ce qu'il s'efforce à me faire comprendre que je ne suis pas seule et qu'il me regarde ? C'est gênant et j'aimerais l'envoyer valser, mais clairement, l'effort physique demandé est trop intense pour que je puisse le réaliser. Je me contente de grogner pour montrer mon objection puis j'ajoute.
« Me touche pas. »
Comment ose-t-il poser la main sur moi alors que je ressemble à un déchet ? Je me dégoûte moi-même, alors je n'ose même pas imaginer ce que le Baxter doit ressentir. Kainoa tient parole et il m'aide à monter les quelques marches du duplex pour me rendre dans ma chambre. Je soupire et je me tiens le ventre, toujours aussi douloureux. Me vider aurait au moins pu apaiser mes maux, mais visiblement c'est trop demander.
« J'veux plus jamais en entendre parler. Jamais. »
Que je concède finalement alors que je me laisse tomber dans mon lit, m'enroulant dans ma couverture et me recroquevillant pour essayer de trouver une position diminuant les crampes d'estomac. Je gémis, en m'installant et le garçon me ramène rapidement une bassine qui ne risque pas d'être de trop vu l'état dans lequel je me trouve.
Ronchonne comme une enfant en bas âge, je me couvre le visage sous la couverture quand je vois que le regard de Kainoa se pose sur moi.
« Me regarde pas. »
Ordonne-je à nouveau car je déteste vraiment me sentir aussi peu désirable.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Ven 18 Sep - 4:22


Il avait presque l’impression de pouvoir lire dans ses pensées. C’était un peu flippant, s’il prenait la peine d’y réfléchir un minimum. Ils n’avaient pas non plus élevé les cochons ensemble, ils se connaissaient depuis seulement quelques mois. Mais il fallait croire qu’ils étaient, en quelque sorte, destinés à se retrouver dans des situations soit cocasses, soit franchement désagréables, soit pour le moins embarrassantes, et dont les circonstances auraient fait se dresser les cheveux sur la tête de plus d’une personne. C’était comme si un lien un peu spécial s’était formé entre eux, quelque chose qui n’avait rien à voir avec l’amour à proprement parler, mais sur lequel Kainoa ne parvenait définitivement pas à mettre de nom. Pour l’heure, tout ce qu’il savait, c’était qu’il ne pouvait pas la laisser toute seule à son triste sort et ce même il elle le désirait. Quand la jeune femme lui ordonna de ne pas la toucher, Kainoa la lâcha aussi soudainement que s’il venait de se brûler. Un peu vexé, il recula de quelques centimètres, avec la désagréable impression de passer pour un violeur. Aucune fille ne lui avait jamais dit « ne me touche pas », quelles que soient les circonstances. Mais il s’abstint d’émettre le moindre commentaire, sachant pertinemment que ça ne ferait que jeter de l’huile sur le feu - or, sa spécialité, c’était précisément de calmer le jeu. Il attendit qu’elle ait fini de se débarbouiller et de se laver les dents, puis il s’approcha néanmoins pour la soutenir tandis qu’elle montait dans sa chambre. Elle l’aurait sûrement envoyé bouler aussi, si elle n’avait pas été incapable d’affronter les escaliers seule - mais ça, à tous les coups, elle ne le reconnaîtrait jamais à haute voix. Elle se laissa tomber sur son lit, s’entortillant dans sa couverture, gigotant pour trouver la position la moins inconfortable possible (du moins le supposait-il). Visiblement, c’était à l’estomac qu’elle avait mal. Malheureusement pour la Mexicaine, le jeune homme n’était pas médecin et il ne pouvait guère la conseiller.

Il recula légèrement, les sourcils froncés, tandis qu’elle lui confirmait ne plus jamais vouloir entendre parler de cet épisode. Il hocha simplement la tête en signe d’assentiment, avant de se souvenir qu’elle ne le regardait pas. « C’est promis. » Elle semblait avoir des préoccupations bien particulières, à cet instant précis. Pourquoi ne pouvait-elle pas, comme les personnes normales, demander à voir un professionnel de la santé et se soigner à l’aide de médicaments ? Elle avait peut-être essayé des remèdes de grand-mère, ça ne l’aurait pas étonné d’Ana-Sofia ; mais si c’était le cas, ça n’avait pas fonctionné. Plongé dans ses pensées, Kainoa retourna dans la salle de bain et finit par dénicher une bassine dans le placard. Il la remonta dans la chambre de la demoiselle et la posa près de son lit, pour qu’elle y ait accès directement si elle en avait besoin. Puis il pensa à une bouteille d’eau et redescendit en chercher une, ainsi qu’un verre d’eau. Il posa le tout sur la table de chevet et s’éloigna de quelques pas. « Est-ce tu voudrais autre chose ? » Visiblement toujours d’excellente humeur, la brunette lui ordonna de ne pas la regarder. Il ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel. « Oui, chef » souffla-t-il finalement. C’était peut-être ce pour quoi il était né : aider les gens mal en point. Si c’était le cas, il s’était vraiment gouré de vocation. « Mais tu sais, c’est pas parce que t’es malade que t’es moins belle que d’habitude. » Juste après avoir dit ça, Kainoa s’assura qu’il était hors de sa portée et qu’il n’y avait aucun objet tranchant à proximité d’Ana. Non, au pire, elle essayerait de lui balancer la bouteille d’eau à la face, mais il était certain qu’elle était trop faible pour l’atteindre. « Tu veux pas que j’appelle un médecin ? Ce serait… Plus pratique… » Il recula encore un peu pour se laisser tomber contre le mur, plus loin. « Mathys sait que t’es malade ? »

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Sam 19 Sep - 18:51

Wash me away
Clean your body of me
Erase all the memories
They will only bring us pain
And I've seen all I'll ever need

Malade. Une fois par an, environ et à la même période, j'ai des douleurs insupportables. L'an dernier, elles étaient causées par cette grossesse non désirée. Aujourd'hui, je n'en ai pas la moindre idée. Depuis hier, je me sens mal et je ne sais pas pourquoi. Si ça se trouve, c'est inconscient. Un rappel que mon pays me manque toujours autant voire plus, un an pile après l'avoir quitté. Pourtant, je commence à apprécier Tenby, mais c'est surtout ses habitants auxquels je m'attache un peu trop. J'aurais peut-être dû partir une fois que Demian s'est fait emprisonné. Mais il faut croire que le chagrin de perdre mon héros en le voyant se faire enfermer derrière des barreaux était encore plus douloureux que de le voir mort et qu'il m'a rendu incapable de mettre les voiles. C'est dommage. Parce que maintenant, j'ai de plus en plus de mal à m'imaginer partir. De toute façon, je me dis que je suis bloquée là. J'ai été assez chanceuse pour ne pas me faire retrouver ici par Alejandro alors qu'une mexicaine qui ne parle pas un mot d'anglais n'est pas le genre à passer inaperçu. Surtout moi. Alors pourquoi irai-je me terrer ailleurs alors que j'ai été assez chanceuse pour passer entre les mailles du filet. J'y pense et j'ai l'impression que cette douleur dans le ventre s'accroit. C'est ça, alors. Si cette simple pensée parvient à aggraver les crampes, c'est peut-être que ça y est pour quelque chose. Je suis couchée, couverte et recouverte comme une momie dans son sarcophage et je regarde le Baxter faire des allés-retours dans ma chambre pour m'apporter une bassine, puis de l'eau. Je ne réponds pas quand il me demande si j'ai besoin de quelque chose d'autre, trop fâchée avec moi-même. En revanche, je jette un oeil en direction du garçon et je lui ordonne de ne pas me regarder, parce que je me sens hideuse et je refuse qu'il me voit dans cet état. Déjà, pourquoi est-ce qu'il est toujours là ? Avec les mots que je lui envoie dans les dents, je me dis qu'il va s'en aller, mais il reste planté là et il tente de m'adoucir. Tentative désastreuse car je suis tout sauf d'accord avec ce qu'il me dit et je ne me gêne pas pour le lui faire comprendre.
« ¡Cállate! »   crache-je en dégageant le visage de dessous la couette. « Tu sais pas mentir. » ajoute-je de mauvaise foi.
Je roule en boule, tournant le dos à Kainoa pour ne pas sentir son regard et peut-être pour espérer lui faire comprendre que je n'ai pas besoin de lui. Quoi que… Il ne me faut que quelques secondes pour avoir un goût amer dans la gorge qui me pousse à prendre la bouteille d'eau qui traîne sur la table de chevet. Je me redresse pour boire un peu d'eau puis me relaisse tomber comme un poids mort. Je pourrais encore essayer de faire partir le Gallois en l'insultant un peu plus, mais je n'ai pas la force de jouer à ce petit jeu puérile. S'il veut rester, qu'il reste, mais je refuse toujours qu'il me voit alors que je suis misérable à souhait. Jamais je ne me suis sentie aussi mal et peu attirante devant un homme et je ne sais pas si je pourrais un jour oublier que Kainoa m'a vu comme ça. Cela dit, l'éliminer pour cette raison semble un peu superficielle, surtout qu'au final je serais la perdante car il me manquerait sûrement un peu. Et puis, il faut que le garçon gâche ma réflexion en me donnant une réelle raison de vouloir le tuer. Appeler un médecin ?! Et puis quoi encore ?! Il veut peut-être que je lui donne aussi le numéro de l'immigration pour qu'on me déporte ?
Je me redresse en sursaut avec une grimace de douleur coller sur le visage et je secoue la tête en signe de dénégation.
« Non! » que je lâche avec les yeux grands ouverts. « Non non non ! Quoi que tu fasses, tu n'appelles pas de médecins, tu m'entends Kainoa ?! Je suis sérieuse. »
C'est beaucoup de mots à la suite, mais je me force à poursuivre pour que le Gallois comprenne à quel point je suis sérieuse. Il ne peut pas appeler à l'aide. Je suis malade, ça arrive à tout le monde tout le temps et il arrive que parfois, les gens guérissent sans médicaments, sans visite chez le médecin ni rien d'autre. Avec un peu de chance, je fais partie de ces gens là.
« Non, il ne sait pas. Hier je suis restée dans ma chambre toute la journée et aujourd'hui je lui ai dis par texto de ne pas rentrer parce que j'avais invité quelqu'un. »
Un mensonge sans gravité pour ne pas que mon colocataire n'ai la chance de me voir malade. Malheureusement, c'est son meilleur ami, celui qu'il considère comme son frère qui aura eu ce privilège.
« Et je veux pas qu'il le sache d'accord ? Je veux pas qu'il s'inquiète… Demain, j'irai mieux. » Conclus-je confiante avec cet espoir que ces crampes d'estomac vont disparaitre rapidement.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Dim 20 Sep - 4:19


Pas de réponse. Est-ce que c’était censé vouloir dire qu’elle n’avait besoin de rien d’autre ? Ou alors qu’elle voulait juste qu’il dégage ? Peut-être n’avait-elle pas entendu. Non, cette dernière possibilité ne lui semblait pas sérieusement envisageable. Kainoa n’insista donc pas, ne tenant pas particulièrement à déchaîner à nouveau la fureur de la Mexicaine. Pourtant, il y réussit quand même - avec un compliment, en plus. Pourquoi prenait-elle la mouche à propos d’un compliment ? Décidément, Kainoa avait beau en côtoyer beaucoup, il ne comprendrait jamais rien aux femmes et à leur cerveau. Elle ne le croyait peut-être pas… Oui, ça devait être ça, d’après ce qu’il crut saisir de ses propos. « Je sais. C’est pour ça que j’essaye rarement. » C’était une autre manière de dire qu’il était sincère, mais ce n’était peut-être pas nécessaire d’en rajouter une couche. Elle n’était clairement pas disposée à discuter de quoi que ce soit, ce qui était sans doute compréhensible, vu l’état dans lequel elle se trouvait. Souriant intérieurement, le jeune homme ne pouvait s’empêcher de se demander si elle était toujours aussi pénible quand elle était malade. Lui-même devait l’être, à tous les coups : il geignait beaucoup, mais il s’efforçait quand même de ne pas embêter son monde.

Quand il lui proposa d’appeler un médecin, il eut l’impression de lui avoir proposé de la conduire à l’abattoir. Ana-Sofia réagit aussitôt, se redressant et hochant la tête à plusieurs reprises - en signe de dénégation, évidemment. Et elle plaça plus de mots que depuis qu’il était arrivé. « J’vois pas comment j’pourrais ne pas t’entendre. » Kainoa haussa les épaules. Il avait l’impression de redevenir un petit garçon face à sa mère, quand celle-ci lui criait dessus, puis, devant l’absence de réponse de ce dernier, lui demandait avec force s’il l’entendait. Bien sûr qu’il l’entendait, pourquoi une question aussi idiote ? « D’accord, d’accord ! » Il avait fini par céder, comme d’habitude. Il ne savait pas dire non à une femme, il en avait bien l’impression - quelles que soient les circonstances, qu’il s’agisse d’une de ses soeurs ou d’une de ses amies. En plus, il ne perdait pas de vue l’idée que Mathys pourrait lui en vouloir. Il avait été déjà très vexé d’apprendre que Kainoa savait ce qu’Ana faisait pour vivre, alors si maintenant, il venait à être au courant que l’étudiant lui avait caché que sa colocataire était malade, il pouvait en prendre plein la poire. Du coup, il avait le choix entre la peste et le choléra, se demander lequel des deux serait le plus désagréable s’il lui en voulait pour quoi que ce soit - et étrangement, la réaction de la jeune femme était nettement plus flippante.

Un peu désespéré, le Baxter ne savait pas très bien quoi faire d’autre. Il aurait réalisé l’un des plus chers voeux de la brunette en s’en allant tout simplement, mais il éprouvait des scrupules à la laisser seule alors qu’elle était malade. Il se doutait bien que si elle ne voulait pas que Mathys prenne soin d’elle, elle voudrait encore moins de lui - mais c’était plus fort que lui, il ne parvenait pas à l’abandonner à son triste sort ou du moins, pas avant qu’elle ne soit réellement méchante et ne sorte véritablement ses griffes. Et tout d’un coup, une étrange idée, une idée un peu flippante, traversa l’esprit de Kainoa. Soudain un peu inquiet, il déglutit péniblement et posa à nouveau les yeux sur Ana. Des nausées. Elle avait des nausées, n’est-ce pas ? Bordel, non, pourvu que ce ne soit pas ce à quoi il pense. Et pour le coup, il hésitait franchement à lui poser la question. Il la connaissait suffisamment pour avoir peur de se faire littéralement décapiter. « Dis… » commença-t-il. Il fallait qu’il en ait le coeur net. Mais comment amener une question aussi délicate sur le tapis ? Par précaution, il s’éloigna encore, mettant le plus de distance possible entre elle et lui. « Euh… T’as pas de retard dans ton cycle, hein ? » Elle comprendrait forcément ce qu’il voulait dire, non ? Et là, le pire était à craindre. Il aurait volontiers attrapé tout ce qui lui tombait sous la main pour tenter de se protéger.

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Dim 20 Sep - 13:07

Wash me away
Clean your body of me
Erase all the memories
They will only bring us pain
And I've seen all I'll ever need

Est-ce que demain j'irai réellement mieux ? Je n'ai pas les qualités des médecins pour le supposer, mais je l'espère. Après tout, on peut dire que tout ça est causé par le fait que ma maison me manque. L'aggravation entre hier et aujourd'hui doit être due à la chute de température qui m'a fait prendre froid. Et voilà que j'approche dangereusement des vingt-six ans et que mon corps me fait comprendre que ma santé de fer n'est plus. Je dois en prendre soin et je dois faire plus attention. Me voilà vieille, ou presque. Heureusement, quand Kainoa propose d'appeler un médecin, j'ai l'impression de parvenir rapidement à lui faire oublier cette idée saugrenue. Un médecin… Qu'il appelle Drystan Bowen pendant qu'il y est pour qu'il me fasse un nouveau sermon sur la façon dont je devrais mener ma vie. Idem quand nous en venons à parler de Mathys. Mon colocataire a assez à faire de son côté sans qu'il ne sache que je suis malade. Et puis comme ça, il a presque le sentiment que je lui donne ma bénédiction pour aller chez Iwan. Surtout que, je sais qu'il ne risque pas de rentrer après le texto que je lui ai envoyé. Vu la scène qu'il a surpris un jour entre Leslie et moi, je suppose qu'il ne veut plus jamais revoir de telles images. J'utilise les traumatismes du pauvre garçon pour ne pas le faire revenir, c'est ingénieux en quelque sorte, non ? Cependant, ça ne change rien au fait que je n'arrive pas à me débarrasser du Baxter. Pourquoi faut-il qu'il soit aussi soucieux des autres ? Un peu d'égoïsme n'a jamais tué personne…
Après l'avoir convaincu de ne prévenir ni le médecin, ni Mathys, le Gallois devient bien silencieux, ce qui me donnerait presque l'impression d'être seule. Alors je me rallonge dans mon lit, couchée sur le côté, toujours avec les mains sur l'abdomen pour essayer de calmer les crampes. Sans succès.
Et puis, Kainoa reprend la parole avec une hésitation qui ne présage rien de bon. Je lève les yeux vers lui et j'attends qu'il crache le morceau. Quand il le fait, je reste bouche bée quelques secondes avec le regard perdu dans le vide. Evidemment, je vois où il veut en venir et j'essaye de faire un rapide calcul mental pour vérifier si oui oui non, j'ai du retard dans mon cycle.  
« Santo dios. Non. Non. C'est pas possible. »
Que j'essaye de me convaincre alors que je me sens commencer à trembler de peur que le garçon ait touché un point sensible. Je ne peux pas me fier à mon cycle de toute façon car depuis que je suis ici, il est irrégulier. Mais je me protège… Alors ça devrait être suffisant, non ? Les tremblements redoublent et je me dégage de mes couvertures pour me relever. La panique me gagne et je suis sur le point de craquer, déjà prête à me jeter du haut des escaliers si vraiment la malédiction a frappé une nouvelle fois.
« Va-t-en ! Trouve moi une pharmacie de garde, trouve moi un test, trouve moi n'importe quoi, je m'en fous, mais tu peux pas me mettre l'idée dans la tête comme ça. ¡Ándale! »
Je sens les larmes embuer mes yeux, mais je refuse que Kainoa me voit pleurer, alors je lui tourne le dos et j'attends qu'il se bouge et qu'il s'exécute parce que je n'aime pas rester dans l'incertitude, surtout dans ce genre d'incertitude qui peut changer une vie à jamais.
Et puis, pour lui faire peur un peu à lui aussi, j'ajoute.  
« T'es le seul avec qui j'ai couché depuis plus d'un mois. Tu ferais mieux de prier pour que ce soit une fausse alerte. »
Avec Leslie que je ne vois plus à l'appartement depuis que Mathys nous a surpris et l'été qui fut chargé, les possibilités de rendez-vous étaient minces. Et puis Laserian qui était en mission, pas de contact possible non plus. Et je ne m'en plaignais pas, parce que j'avais Kainoa.  

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Lun 21 Sep - 1:17


Il n’y aurait pas pensé si elle n’avait pas vomi. Et d’ailleurs, il n’y avait même pas pensé tout de suite. Il lui avait fallu un bon moment avant que cette horrible éventualité ne lui traverse l’esprit. Il espérait vraiment qu’elle puisse le rassurer à ce sujet, le traiter de triple idiot, même, lui prouver A + B que c’était impossible. Malheureusement, en voyant la tête d’Ana-Sofia, Kainoa eut l’impression que son coeur ratait un battement. Il eut d’abord l’impression qu’elle ne comprenait pas tout à fait ce qu’il lui disait, comme si elle s’efforçait de repousser cette idée le plus loin possible. Puis elle laissa échapper plusieurs mots qui ne lui auguraient rien de bon. Et là, était-il censé fuir pour avoir la vie sauve ? Mais bien entendu, il ne pouvait pas s’en aller, encore moins après avoir évoqué ça. Il en aurait été incapable. Soudain un peu tendu, il remarqua qu’elle s’était mise à trembler ; puis, brusquement, elle repoussa ses couvertures et se releva. Aussitôt, le jeune homme se redressa à son tour, d’un bond, sans avoir la moindre idée de ce qu’il était censé faire. Il savait très bien ce qu’elle pensait au sujet des enfants et s’attendait à une réaction encore pire que celle-ci. Et finalement, elle lâcha une tirade et lui donna un seul ordre, qui pouvait être très bien résumé. Il hocha la tête en signe d’assentiment, obligé de s’y reprendre à plusieurs fois pour réussir à formuler des propos un minimum cohérents. « Oui… Oui, bien sûr. » Elle lui avait tourné le dos et il s’apprêtait à quitter sa chambre quand elle lui sortit la cerise sur le gâteau, le bouquet, le pompon. Il eut l’impression de recevoir une claque monumentale. Jusqu’ici, même en envisageant le pire, il n’avait pas paniqué, parce que la Mexicaine et lui-même n’avaient signé aucun contrat d’exclusivité. Elle pouvait bien voir tous les hommes qu’elle désirait, ça ne le regardait pas le moins du monde - en-dehors du fait qu’il se souciait pas mal d’elle, ce qu’il avait montré dans la soirée. Et jusqu’ici, retard dans son cycle menstruel ou pas, égoïstement, Kainoa pouvait bien conserver l’espoir que ça ne le concernait pas du tout. Mais là, cet espoir venait d’être réduit à néant. Il eut l’impression d’être pris d’une sorte de nausée à son tour et, sans ajouter le moindre mot, il quitta l’appartement. Il ne priait jamais ; mais pour le coup, il avait bien envie d’essayer de toutes ses forces, en effet.

En proie à des pensées contradictoires, s’efforçant de raisonner aussi bien qu’à l’accoutumée, le Baxter partir à la recherche d’une pharmacie ouverte. Quelle heure était-il ? Dix-neuf heures trente, un peu plus. Trouverait-il une pharmacie ouverte à cette heure-ci ? Il le fallait. Il ne tiendrait pas une nuit entière avec un tel doute dans l’esprit ; de toute manière, Ana l’aurait égorgé avant. S’efforçant de ne pas courir, pour ne pas alerter la moitié de la population de Tenby vivant dans le centre-ville, Kainoa pressa le pas vers la pharmacie. En constatant qu’elle était fermée, il lâcha un juron, passant une main désespérée dans ses cheveux. Que pouvait-il bien faire ? Il aurait bien demandé conseil à quelqu’un qui pourrait le renseigner, mais il n’aurait sûrement pas osé aborder un tel sujet - surtout pas si c’était l’une de ses soeurs et probablement même pas une amie. Soudain, une sorte d’éclair le frappa. Et dans un supermarché ? Il lui semblait en avoir vu, une fois. Il n’était sûr de rien, mais il fallait qu’il essaye. Et il en trouva. Poussant un soupir de soulagement, le futur astrophysicien jeta un coup d’oeil sur les différents tests, puis, incapable de se décider, en attrapa plusieurs. Il noya cet achat sous une petite quantité d’articles dont il s’empara au hasard : du chocolat, un paquet de bonbons, de l’eau gazeuse ; bref, tout était bon pour faire croire qu’il ne s’était pas déplacé uniquement pour un test de grossesse. Espérant plus que jamais ne croiser personne (et surtout pas quelqu’un de curieux), Kainoa se dépêcha de payer le tout et, quelques minutes après, il se retrouvait à nouveau près de la brunette, dans sa chambre. « Désolé pour le retard, la pharmacie était fermée. » Elle s’en fichait sûrement, aussi lui tendit-il les tests de grossesse qu’il avait achetés - cinq en tout. « Viens, je vais t’aider à te déplacer jusqu’aux toilettes. » Il l’aida à se lever, puis la soutint au niveau de la taille et la laissa devant la porte. « Je vais t’attendre… Euh, par là. » Il s’éloigna un peu, se doutant qu’elle ne voudrait pas de lui juste derrière la porte. Et il attendit. Attendit. Attendit. En réalité, il ne s’était sans doute pas écoulé tant de temps que ça, quelques minutes à peine, mais il se rongeait tellement les sangs qu’il avait l’impression qu’elle était enfermée là-dedans depuis une éternité. Finalement, n’y tenant plus, il s’approcha à nouveau et toqua doucement. « Ana ? Alors… ? » Pitié. Elle ne pouvait pas être enceinte. Il ne fallait pas qu’elle soit enceinte.

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Lun 21 Sep - 22:16

Wash me away
Clean your body of me
Erase all the memories
They will only bring us pain
And I've seen all I'll ever need

C'est une malédiction, d'avoir un enfant. Rien de plus, rien de moins. Une malédiction. Un signe du destin pour nous punir d'avoir mal agis. Et plus j'y pense, plus je dois me rendre à l'évidence. J'ai été mauvaise. Je n'ai jamais été une fille qu'on peu qualifier de fréquentable. Ou si je l'ai été, cette fille a disparu quand j'ai découvert le milieu de la drogue à mes dix-sept ans après le décès de mon père. Je ne veux pas être enceinte. Pour rien au monde, je ne veux revivre l'enfer dans lequel je suis tombée l'an dernier en apprenant que j'avais apporté un bébé avec moi dans mes bagages du Mexique. Jamais je ne m'étais sentie aussi misérable. Enceinte… Je me suis faite bernée par mon ex et peut-être que je me suis faite à nouveau avoir par un gallois cette fois. Je secoue la tête. Ce n'est pas possible. Et je prie toutes les divinités dont je connais le nom. Pourtant on s'est toujours protégés avec Kainoa. Avec Kainoa et avec les autres d'ailleurs. Justement, je redouble de vigilance depuis l'accident de l'année dernière parce pour rien au monde je ne veux porter le fruit d'une union. Que ceux qui disent que le rôle de la femme est de perpétrer la race humaine brûlent en enfer. Ils ne sont qu'une bande d'arriérés et mon choix de rester seule me convient parfaitement. Après tout, je ne demande l'avis de personne.
Kainoa s'active et avant qu'il ne parte, j'évite tout contact visuel car je me sens sur le point de craquer. Et c'est le cas. Aussitôt que j'entends la porte d'entrée se claquer, je m'effondre sur le sol, je fonds en larmes et j'éclate en sanglots.
Alors je continue de prier silencieusement pour que cette maladie que j'ai se révèle n'être qu'une vilaine gastro et pas une grossesse. En position foetale sur le sol, je me fais violence pour me ressaisir au bout de quelques minutes car je ne veux pas que Kainoa voit cette détresse qui m'habite. Jusque là, Mathys a été le seul à la voir, et clairement c'est déjà une personne de trop. Mathys ne m'avait pas jugé, il s'était montré plein de compassion et de sympathie à mon égard… Et puis, il m'a sauvé, le jour où j'ai décidé de mettre fin à ma grossesse en avalant un breuvage abortif. Je ne sais pas comment Kainoa réagirait si jamais la malédiction se produit à nouveau. Probablement pas aussi bien que Mathys. Parce que ça serait le sien, et qu'il aurait son mot à dire. Pas comme Alejandro qui ne s'imagine pas une seule seconde m'avoir laissée enceinte. Finalement, est-ce qu'il aurait levé la main sur moi s'il avait appris que j'attendais son enfant ? Je secoue la tête, ôtant de mon esprit cette question à laquelle je n'aurais jamais la réponse et j'attends Kainoa, assise sur le rebords de mon lit, toujours mal en point et les joues encore inondées de larmes.
Pendant quelques secondes, j'ai peur que Kainoa ait décidé de fuir et de me laisser à mon triste sort. Ca ne serait que justice, vue la façon dont je le traite depuis qu'il est arrivé. Mais heureusement (sa bonté le tuera), et il revient avec un sachet à l'emblème d'un supermarché que je reconnais bien. Il me donne les cinq tests qu'il a acheté et je hoche la tête, agréablement surprise par cette prise d'initiative. Il me prend par la taille pour m'aider à me lever et alors que je suis vidée de mes forces, il m'aide à me trainer jusque dans la salle de bain. Je ferme la porte, laissant l'étudiant derrière et je profite de cette nouvelle solitude pour verser encore quelques larmes. Je fais ma petite affaire, et pose les tests de grossesse un à un dans le lavabo en attendant qu'ils se colorent. J'essuie mes joues rougies et pendant un temps, j'oublie à quel point je ne suis pas attirante dans le survêtement de Mathys. La voix de Kainoa me rappelle à l'ordre et je soupire avant d'ouvrir la porte et de l'inviter à entrer.  
« Viens. Faut attendre encore deux minutes. »

Dis-je dans un calme olympien alors que je bouillonne intérieurement. On se place devant le lavabo et je lance un regard en biais au Baxter avant de lui prendre la main et de la serrer.
Décidément, je partage trop de choses avec cet homme. Et aujourd'hui ne change pas nos habitudes.
Je serre sa main et je serre les dents, continuant de prier tous les saints pour me donner une nouvelle chance.
Et le premier test donne enfin le résultat. Je ne suis pas enceinte. Je reste à le regarder quelques secondes, bouche bée et je soupire de soulagement d'une façon très bruyante avant de me pendre au cou du garçon.
« J'ai eu tellement peur… »
Puis je me souviens de ma condition de malade contagieuse alors je le lâche en continuant d'expirer tout le soulagement humainement possible. Pourtant, j'ai le malheur de croiser mon reflet dans le miroir et si je n'ai pas voulu pleurer devant Kainoa, il l'a forcément remarqué vu les yeux rouges et bouffis que j'affiche. Tant pis. Il faut croire que je ne peux pas toujours me contrôler. Et petit à petit les autres tests donnent le même résultats que le premier et je suis alors persuadée d'être hors de danger.
Et c'est seulement maintenant que je me rends compte d'une chose. Si la malheur s'était produit, cette mst aurait été celle de Kainoa… Et peut-être que lui aussi a un avis sur le problème (qui n'en n'est pas un finalement). Peut-être que lui aussi s'était déjà imaginé des choses pendant ces quelques minutes de battements. Alors je reprends sa main, doucement cette fois, et je lève les yeux vers lui.
« Tu sais que c'est pour le mieux. Pas vrai ? »

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Mar 22 Sep - 10:15


Les sourcils froncés, les dents serrées, les poings blanchissant, Kainoa faisant les cent pas. Non, non, non. Il ne pouvait pas avoir mis une femme enceinte ; il refusait tout bonnement d’y croire. Il prenait ses précautions, toujours, il n’y manquait jamais, et Ana-Sofia aussi, étant probablement l’une des dernières personnes au monde souhaitant concevoir un enfant. C’était physiquement, techniquement, mécaniquement, scientifiquement impossible. Pourtant, les pires hypothèses avaient déjà effleuré son esprit. Aurait-il loupé quelque chose d’essentiel ? Il ne lui avait pas fallu grand-chose pour s’agiter ; mais maintenant que c’était le cas, le jeune homme ne parvenait tout simplement pas à ôter cette idée sinistre de son cerveau. Malheureusement, il pensait déjà, automatiquement, à toutes les conséquences… Il était encore à la fac et il avait déjà bien assez de mal à finir les mois. Il ne réussirait pas à offrir à un enfant un cadre approprié, celui que chaque petit être méritait. Il courait à droite et à gauche, devait se partager entre ses études et son travail le week-end - il ne pourrait pas fournir à un enfant un environnement sain, stable, agréable, normal, du moins pas encore. Et puis ce n’était pas comme ça que Kainoa avait imaginé les choses. Il voulait être posé, avoir une relation durable, construit quelque chose avec quelqu’un, pas juste avoir un enfant parce qu’il batifolait avec une de ses amies. Soudain, il avait l’impression que le destin, ou une quelconque force supérieure, s’était encore arrangée pour lui faire un doigt d’honneur. Il ne cessait de penser qu’à sa connaissance, son petit frère n’avait jamais mis une fille enceinte - pourtant, sa liste de conquêtes était considérablement plus fournie que celle de son aîné, ce n’était un secret pour personne. Sérieusement, quelles étaient les probabilités pour que ça lui arrive, à lui ? Kainoa ne se serait pas amusé à les calculer (quoique), mais il savait où ça le mènerait. Et il imaginait déjà tout le reste : son père qui se foutrait forcément de sa gueule, le choc de ses soeurs, la pluie de reproches (voire de coups) d’Ana-Sofia… Non, il ne voulait définitivement pas avoir d’enfant maintenant. Pourtant, une autre pensée s’était insinuée dans son esprit, lentement, mais sûrement. Et si elle l’était vraiment ? Que pourrait-il y faire, au fond ? Il se connaissait suffisamment pour savoir que, malgré tous les inconvénients qu’un bébé apporterait dans sa vie, il ne se sentirait pas capable de l’abandonner - même s’il ne s’agissait que d’un embryon, d’un foetus, ou peu importe, à ses yeux, c’était une vie humaine, dont il aurait contribué à l’existence, de surcroît. Dans sa tête, combien de fois n’avait-il pas maudit la vie de lui avoir donné un père comme le sien ? Et après ça, comment pourrait-il seulement envisager de faire bien pire ? Ses parents n’étaient pas des modèles ; mais justement, il n’avait pas la moindre envie de devenir comme eux. Sinon, réussirait-il à se regarder encore dans une glace et, plus tard, à désirer d’autres enfants, lesquels arriveraient à terme et grandiraient sereinement avec lui ? Non, il le savait ; si elle attendait un bébé, il voudrait assumer, malgré tout, il était comme ça, tout simplement. Et il savait qu’elle ne le laisserait pas faire. Il n’aurait probablement pas son mot à dire, dans l’histoire, même s’il essayait farouchement de faire valoir son avis. Est-ce que, parce que ce n’était pas lui qui porterait son bébé, ça lui donnerait forcément moins de droits ? De son point de vue, pas vraiment, mais il ne pouvait pas forcer Ana-Sofia à l’écouter, même en employant les grands moyens. Et cette pensée ne faisait que le déprimer davantage, tandis qu’il tournait nerveusement en rond.

Heureusement, elle mit fin à son supplice en l’appelant. Mais il fallait attendre encore un peu. Elle avait l’air étrangement calme, ce qui était presque effrayant. Kainoa resserra sa main dans la sienne, songeant avec ironie qu’ils formaient un drôle de tableau. Il ne put que remarquer qu’elle avait pleuré et il sentit un élan de compassion naître en lui, déposant un baiser sur son front. Elle avait fait les cinq tests - bon, au moins, le résultat n’en serait que plus fiable. Il garda les yeux fixés sur les bâtonnets et, finalement, poussa un énorme soupir de soulagement. Négatif. Négatif ! Il en aurait presque pleuré de joie. « Holy shit. » Il jurait, mais uniquement parce qu’il se sentait libéré d’un poids énorme. « C’est bon, c’est fini… » Elle se blottit contre lui et il l’entoura de ses bras, peu importait si elle était malade ; tout ce qui comptait, c’était qu’ils n’iraient pas jusqu’à partager une grossesse ratée. Et quand elle se détacha de lui et reprit sa main, il cligna plusieurs fois des yeux avant de lui répondre. « Oh, oui, crois-moi, je le sais… » L’émotion avait été trop forte, il avait l’impression qu’il ne tiendrait pas bien longtemps debout. Alors, lentement, il passa à nouveau un bras sur la taille de la jeune femme. « Allez, viens, j’te raccompagne. » Il l’aida à retourner dans son lit, puis s’effondra à nouveau au sol. « De toute façon… Tu m’aurais pas laissé le choix, c’est ça ? »

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, nate, lizzie, deborah, jesse y yevgeniya
TON AVATAR : stephanie sigman
TES CRÉDITS : penny (avat + gif)
RAGOTS PARTAGÉS : 5208
POINTS : 3218
ARRIVÉE À TENBY : 16/09/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 28 yo (26.09.89)
CÔTÉ COEUR : casada con caleb
PROFESSION : narcotraficante
REPUTATION : la cualquiera mexicana



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Sam 26 Sep - 0:30

Wash me away
Clean your body of me
Erase all the memories
They will only bring us pain
And I've seen all I'll ever need

Le test est négatif. Les tests sont négatifs. Aucun parasite ne commence à grandir dans mon ventre et c'est pour le mieux. Vraiment. Je soupire et Kainoa aussi. Il va même jusqu'à lâcher un juron que je n'aurais jamais cru entendre sortir de sa bouche. Le gallois semble aussi soulagé que moi et je suis presque heureuse qu'il partage ce même sentiment. Ce surplus d'émotion me rend un peu faible et je sais que je ne vais pas pouvoir rester debout bien longtemps. Alors je reste encore quelques secondes à fixer tous les bâtonnets qui affichent le plus beau résultat possible pour ce genre de tests. Je ne suis pas enceinte. Je ne vais pas avoir à me refaire une boisson faite maison pour provoquer des contractions et je ne vais pas risquer ma vie à nouveau. Ç'aurait été triste d'être obligée d'en arriver à ce point une nouvelle fois. Cependant, je me rends compte que je me suis emportée bien trop vite quand Kainoa a évoqué cette hypothèse. A croire qu'à chaque fois que je serais nauséeuse, j'aurais peur d'avoir une mst dans le ventre. Et puis… Kainoa aussi s'est emporté rapidement… C'est d'ailleurs lui qui m'a mit cette idée saugrenue dans la tête alors que jusque là, j'avais toujours pris mes précautions sans jamais faire preuve de négligence. Jamais.
Doucement, on retourne jusque dans ma chambre, et tandis que je me faufile sous mes draps et mes couvertures, je regarde le Baxter s'effondrer sur le sol avant de reprendre la parole en répondant à ma question. Je le regarde, ne sachant pas comment je dois prendre sa remarque et je secoue la tête.
« Non. »
Que je rétorque à voix basse. J'attrape la bouteille d'eau sur la table de chevet pour boire quelques gorgée encore une fois, puis j'attrape un mouchoir pour me moucher alors que je m'étais jurée intérieurement de ne jamais me moucher devant l'une de mes conquêtes. Mais comme il n'a pas l'air de vouloir partir… Alors je poursuis.
« Et tu peux me prendre pour un monstre, si tu veux. »
Je sais que tout le monde ne partage pas ma vision de la vie. Aussi, je sais qu'il y a des gens qui considèrent les bébés comme des bénédictions. Alors que ça ne sera jamais mon cas. Pourtant, je ne veux pas me justifier de mes choix, mais ça ne me dérange pas que Kainoa me déteste pour ça. Il a bien le droit de penser différemment. Après tout, ça ne serait pas l'unique point qui nous sépare.
J'ai l'impression que tous ces mouvements m'ont fatigué et que je commence à me sentir encore plus exténuée que précédemment.
Je reste couchée, sur le côté, à chercher le regard de Kainoa pour pouvoir lui parler, pour pouvoir mieux lui avouer ce que j'ai ressenti maintenant que tout le stress est passé et que cette histoire est terminée.
« D'ailleurs… Merci pour les tests de grossesse… Je te rembourserai. Tu sais… A un moment, j'ai eu peur que tu ne reviennes pas et que tu me laisses. Alors, merci d'être revenu. »
Si c'était avec Leslie que la scène s'était produite, je doute qu'il aurait été aussi compréhensif et très franchement, je n'aurais pas pu l'en blâmer. Je commence à avoir froid, alors je resserre un peu plus la couverture pour avoir plus chaud. Même après que l'émotion soit passée, que les frayeurs ne se soient pas réalisées, je me sens toujours aussi malade voire plus… Alors je me dis que c'est peut-être le cas pour Kainoa aussi qui reste sur le sol et qui me ferait presque pitié à être positionné ainsi. Alors dans un élan de générosité, j'esquisse un mince sourire à l'étudiant en astrophysique.
« Tu sais que je t'ai probablement contaminé… Alors, au lieu de rester par terre, tu peux te coucher à côté de moi, si tu veux. Juste… évite de me toucher. »
Ce n'est pas parce que je ne suis pas enceinte que je me sens plus attirante et que je tolère les caresses de quiconque. Je reste malade et je suis toujours aussi misérable.

_________________

Varium et mutabile semper femina

There are worse things I could do, than go with a boy or two. Even though the neighborhood thinks I'm trashy, and no good, I suppose it could be true, but there are worse things I could do. I could flirt with all the guys, smile at them and bat my eyes. Press against them when we dance, make them think they stand a chance, then refuse to see it through, that's a thing I'd never do. But to cry in front of you, that's the worst thing I could do.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA Jeu 1 Oct - 7:09


Non. La réponse était tombée, nette, claire, redoutablement concise. Kainoa baissa la tête. Il n'aurait pas dû s'en étonner, pourtant. Il le savait pertinemment. Mais se l'entendre dire, c'était encore autre chose. Il haussa simplement les épaules, désabusé, sans savoir quoi répondre, ni même s'il était utile de le faire. « C'est pas ça » souffla-t-il finalement. Un monstre ? Ce n'était même pas le terme qu'il y aurait employé. Non, il voulait bien concevoir que chacun avait le choix et même s'il n'approuvait pas forcément cette ligne de conduite, il ne se serait pas permis de porter un quelconque jugement. Dans certains cas extrêmes, même si cette pensée le dérangeait, ce n'était peut-être pas une si mauvaise idée que ça. « Le truc, c'est juste que j'aurais voulu avoir mon mot à dire, moi aussi, c'est tout » avoua-t-il finalement, sans cesser de fixer le sol. Puis il releva la tête au bout de quelques secondes. « Mais puisqu'on n'en est pas là, et qu'avec un peu de chance et autant de précautions que possible on le sera jamais, pas la peine d'en discuter. » Non seulement ils ne tomberaient probablement jamais d'accord sur ce sujet, mais en plus, un esprit aussi cartésien que celui de Kainoa n'en voyait absolument pas l'utilité. Ils avaient échappé au pire et, à ce moment-là, le jeune homme aurait presque voulu courir dans une église pour crier sa reconnaissance à toutes les divinités du monde.

Et alors qu'Ana le remerciait pour les tests de grossesse et s'exprimait un peu plus à ce sujet, il fronça les sourcils. S'enfuir et la laisser seule ? Il se sentait presque vexé qu'elle ait pu penser ça de lui. D'accord, il voulait bien admettre qu'il donnait parfois l'impression d'être un peu bizarre, comme mec, mais il n'était pas un lâche. « Pas besoin de me rembourser » protesta-t-il, d'un ton sans équivoque. Elle n'avait qu'à donner cette petite somme à une œuvre de charité, si elle le désirait, mais lui ne voulait pas accepter la moindre pièce. Il voulait bien qu'elle soit féministe, mais lui refusait de ne pas accepter un minimum sa part de responsabilités. « Je t'en prie, c'est la moindre des choses. J'aurais fait ça pour n'importe laquelle de mes amies, alors à combien plus forte raison pour une femme que j'ai potentiellement mise enceinte. » Kainoa posa à nouveau les yeux sur la Mexicaine. Un nombre incalculable de fois, il avait tenté de mettre un nom sur la relation qu'ils entretenaient. Sous bien des aspects, elle était beaucoup plus qu'une simple femme avec laquelle il prenait incroyablement du plaisir - il avait l'impression qu'en-dehors des draps, ils avaient vécu un peu trop de choses ensemble. Mais ils étaient tous les deux bien d'accord, elle était très loin d'être une potentielle petite amie. En réalité, elle avait peut-être quelque chose pour elle toute seule, une place qu'il n'identifiait pas clairement mais qui n'appartenait qu'à elle. Et ce soir-là, il avait l'impression qu'ils avaient franchi ensemble un cap supplémentaire ; seulement, il n'aurait pas su dire si c'était dans le bon ou dans le mauvais sens. « Et puis je serais jamais parti comme ça. Je voudrais que tu gardes ça à l'esprit, s'il te plaît. »

Elle lui proposa finalement de se coucher à côté de lui, semblant être dans de meilleures dispositions que quand il était arrivé. Il se leva lentement et se glissa sous les draps, à côté d'elle. « C'est tellement rare que tu me demandes de ne pas te toucher, on va noter ça dans les annales. » Il avait tenté une plaisanterie pour détendre définitivement l'atmosphère, mais il avait oublié qu'il était suffisamment proche d'elle pour qu'elle le frappe si l'envie lui prenait - et cette pensée lui donna l'envie soudaine de se décaler autant que possible. « Je vais rester un peu pour vérifier que tout se passe assez bien, puis si je suis rassuré, je rentrerai. » Encore un peu chamboulé par les événements, l'étudiant garda les yeux fixés sur le plafond. Ses pensées errèrent pendant un bon moment, puis il finit par s'assoupir légèrement. Enfin, à une heure avancée de la nuit, il constata qu'Ana-Sofia dormait bien. Sa tempétature semblait avoir un peu chuté. Après s'être assuré qu'elle ne manquait ni d'eau, ni de mouchoirs, ni d'une bassine, Kainoa posa une dernière fois les yeux sur la brunette avant de tourner les talons. Après ce trop-plein d'émotions pour le moins inattendu, il éprouvait le besoin de retrouver son lit et même un peu de solitude.

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA

Revenir en haut Aller en bas

If you let me, here's what I'll do : I'll take care of you. - ANA-SOFIA & KAINOA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-