AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

(Mona) » Love Covers Over All Wrongs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Mar 15 Sep - 2:02


Love Covers Over All Wrongs
Feat. B. Mona Taylor
»
La rage silencieuse d’une nuit passée à cauchemarder dans la solitude et l’ennui. C’était devenu une routine dont il ne se passait plus. C’était presque devenu comme une sorte de petite addiction supplémentaire de laquelle il ne pouvait plus vraiment se séparer. Il ne savait de toute façon pas comment s’en passer, alors il fallait bien qu’il fasse avec. Et sa soirée s’était déroulée comme toutes les autres, il avait été réveillé automatiquement par ses regrets et ses remords à cette même heure qu’à chaque fois. Il n’avait plus pu fermer l’œil et revivait sur le plafond de sa chambre l’accident comme s’il était projeté devant lui, et quoi qu’il fasse, il ne pouvait regarder ailleurs. Il ne pouvait ni bouger, ni fermer les yeux, ni crier pour qu’on vienne le sortir de son souvenir. Il était là, enfermé, tard la nuit avec son chagrin qui grimpait à ses yeux et noyait ses pupilles. La torture volontaire qu’il s’infligeait n’avait rien en comparaison avec le sadisme de ces souvenirs que son esprit le forçait à revivre toutes les nuits. Ses yeux noyés de larmes, il ne trouva pas la force de les essuyer et s’endormit d’épuisement une l’heure passée comme à chaque nuit. Traînant pour ouvrir les yeux le lendemain, il s’était fait forcer hors du lit par son demi-frère qui lui avait jeté sa pile de linge propre au visage, avant de s’écrier « Lève-toi, salope, il est presque onze heures ! » sur un ton plaisantin, avant de rapidement prendre la fuite pour ne pas se faire fraternellement remercier d’un coup de poing dans l’estomac. Comme de vrais frères, ils s’entendaient parfaitement ! Et en bon ainé, il l’avait rattrapé et l’avait frappé, sous les soupirs de leurs parents à l’étage du dessous. Traînant jusque son lit une nouvelle fois, parce qu’il détestait être réveillé, Scott hésita entre se recoucher ou sortir, parce qu’il n’allait certainement pas passer toute sa journée à l’intérieur. Certains aimaient ça, pas lui. Même s’il ne faisait pas grand-chose de bien utile dehors, il vivait de peu de choses maintenant, et sentir l’air frais sur son visage faisait partie des choses qu’il appréciait malgré toutes les saloperies dans lesquelles sa vie s’était embourbée.

Une fois qu’il était complètement réveillé, donc habillé et douché, Scott était rapidement sorti de chez lui, la cigarette au bord des lèvres, déjà allumée à mi-chemin hors de sa douche, malgré les soupirs – encore – du reste des gens avec qui il vivait. Scott avait clairement été réveillé du mauvais pied, se faisant, il était invivable au possible juste pour se venger de son demi-frère et pour qu’on lui foute la paix plus tard, parce que ça marchait comme ça chez les Brooke. Si on était insupportable, on ne se faisait plus adresser la parole jusqu’à montrer des signes plus accueillants, ou bien jusqu’au lendemain dans le pire des cas. Ce n’était pas spécialement la meilleure de toutes les méthodes pour vivre en paix et dans le calme, ni même pour élever ses enfants ; mais avec leur âge à tous les deux et leurs tempéraments enflammés, c’était bien la seule méthode qui fonctionnait. Dehors, sans trop savoir quoi faire, Scott s’était tout de même débrouiller pour inconsciemment se retrouver sur le chemin qui menait à l’hôpital où il continuait d’être interminablement dans le coma, passant très rapidement le voir pour lui déposer un énième bouquet de fleur qu’il avait acheté en chemin, sur un coup de tête, et laisser la trace de son affection sur son front, dans un grand geste solennelle qu’était celui d’un baiser. Et aussi idiot que ça pouvait semblait, et qu’il pouvait lui-même le trouver, Scott lui avait souhaité une bonne journée. Parce qu’il était persuadé qu’il continuait de vivre et de ressentir malgré tout. Que peut-être il rêvait de ses journées dans son immobilité. Il fallait qu’il espère, il avait besoin d’espérer. Et contrairement aux autres fois, Scott préféra ne pas rester près de lui plus longtemps et s’en alla très vite. Il n’était pas prêt à endurer si tôt le trauma de revivre tout ça un peu plus encore une fois, surtout après l’avoir revécu pendant la nuit. S’efforçant pour occuper ses pensées avec autre chose que lui, Scott avait bien du mal à garder la tête haute et ne pas s’en vouloir un peu plus à mesure qu’il avançait.

Les yeux lourds et alourdis encore plus par les cernes qui lui teintaient le visage, Scott avançait sans grande motivation, se battant avec son propre corps pour résister aux larmes qui montaient encore à cause de lui. Il avait besoin de quelque chose d’important pour oublier, et faute d’en avoir envie, Juliette aurait pu convenir pour le faire oublier aujourd’hui, mais non, il ne voulait pas de ça aujourd’hui, surtout pas si tôt. Scott avait des habitudes, il préférait le soir pour ce genre de choses, même si devant le fait accompli il était tout de suite plus souple. Mais ça n’était pas là la question. Et vadrouillant dans les rues de Tenby, une énième cigarette au bord des lèvres, se brûlant les poumons pour oublier et pour se concentrer sur autre chose, Scott n’avait pas grand-chose en tête. Jusqu’à ce que ses yeux ne croisent finalement de loin la silhouette d’une fille qu’il ne connaissait que de loin, pas vraiment – même pas du tout – une amie. Mais plutôt une espèce de cible, parce que ses amis et lui avaient de nombreuses idées malsaines, et parmi celles-ci, Scott avait été mis au défi de draguer la jeune fille et de réussir à la faire tomber sous son charme, contre quoi ? Oh rien de bien méchant, juste une petite centaine de Livres. Scott aimait les défis, aussi immoraux et terribles fussent-ils, il ne passerait jamais à côté d’un moyen de se faire facilement de l’argent, surtout si ça lui évitait de vraiment travailler pour les mériter, et aussi si ça le faisait prendre un peu de bon temps à s’amuser des autres. Scott pouvait être terriblement odieux, mais il ne pensait pas vraiment à mal après tout, il avait un grand cœur, mais ce grand cœur était trop abîmé pour qu’il puisse vraiment travailler à garantir que celui-ci soit utilisé de manière bienveillante. La regardant de loin, il voyait qu’elle avait beaucoup de difficulté avec les sacs de courses qu’elle transportait, c’était l’occasion parfaite pour commencer sa part du pari. Ouvrant sa veste et déboutonnant une partie de sa chemise, pour avoir l’air clairement plus attirant ; et comme un preux chevalier, il avait lentement fait quelques pas dans sa direction, avant d’arriver à côté d’elle et de l’accoster, « Ouh ! Besoin d’aide ? » et sans même attendre qu’elle n’ait le temps de répondre, il s’était empressé de s’agenouiller et de ramasser et de remettre dans leurs sacs les choses qu’elle avait faites tomber par terre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Sean + Josh.
TON AVATAR : Chloe Bennet.
TES CRÉDITS : Sassenac (avatar) + Bat'Phanie + Irish Coffee ♥
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Cassandre - Cody - Appel Spencer)
A venir : Malone
RAGOTS PARTAGÉS : 5176
POINTS : 4119
ARRIVÉE À TENBY : 13/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans (2.12.97)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Malone.
PROFESSION : Elle travaille à mi-temps au cabinet des Carter et, autrement, elle fait beaucoup de baby-sitting volontaire.
REPUTATION : Un peu timide et très maladroite, mais polie et sympathique, stable dans sa relation amoureuse. Mais elle a l'air de compter un peu trop sur son petit ami, vous ne croyez pas ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Mar 15 Sep - 12:34


Les yeux plissés, Mona se perdait au milieu des étagères débordant de légumes. Elle n’avait clairement pas l’habitude de faire les courses. Quand elle était à Londres, c’était une tâche à laquelle elle ne s’attelait guère. Non, il y avait toujours l’indispensable domestique pour le faire. Mais en arrivant à Tenby, il avait bien fallu qu’elle s’y mette. Ce n’était même qu’elle trouvait que c’était une corvée, en réalité ; seulement, elle ne savait pas encore très bien comment s’y prendre. C’était une chance qu’elle n’ait pas à se soucier du prix qu’elle mettait dans tel ou tel produit… Si elle avait dû parcourir les épiceries à la recherches des bonnes affaires, la jeune fille ne s’en serait jamais sortie toute seule, ou alors elle y aurait passé la journée entière. Là, c’était simplement qu’elle mettait du temps à se retrouver dans les rayons et ce malgré les indications. Néanmoins, bien décidée à se débrouiller sans demander l’aide d’un quelconque employé, Mona consulta à nouveau la liste fournie par sa grande soeur. Si elle faisait ça, c’était bien pour elle. Elle souhaitait ardemment épargner à sa soeur aînée le plus d’efforts possible. Shea était censée se reposer, pas se traîner dans un commerce pour satisfaire ses envies de femme enceinte. Mona avait renoncé à comprendre ces dernières depuis un bon moment déjà, mais tant qu’elle pouvait faire plaisir à sa soeur et surtout, lui éviter un quelconque déplacement ou une activité nécessitant un minimum d’énergie, elle n’hésitait pas. L’essentiel, c’était que Shea prenne soin d’elle-même. Et en arrivant à l’épicerie, Mona avait pensé à tout ramasser en double. Comme ça, en sortant, elle pourrait aussi ramener plein de choses pour sa cousine Thelma. Après tout, elles devaient toutes les deux avoir à peu près les mêmes envies, non ? De toute manière, la benjamine de la famille connaissait bien les goûts de sa cousine. Et même si ce n’était le cas de ceux de Spencer, l’adorable colocataire, Mona espérait bien que cette dernière puisse également y trouver son compte.

Finalement, un bon moment plus tard, ce fut les bras chargés de paquets (et après s’être excusée des milliards de fois et avoir aidé une employée à ranger la pile de boîte de conserves qu’elle avait involontairement détruite) que la jeune Anglaise ressortit du magasin. Bien entendu, elle n’y avait guère pensé avant, mais ce n’était pas bien pratique de se balader avec tous ces sachets en pleine rue. Elle n’était certes pas aussi fragile que certains semblaient le penser, mais elle allait clairement galérer à tout porter. Pendant quelques secondes, elle songea même à appeler Malone à la rescousse, puis elle y renonça, se rappelant que c’était sa semaine avec Mila. Inutile donc de le déranger pour si peu. Il suffisait qu’elle maintienne les paquets bien serrés contre elle, qu’elle regarde devant elle et par terre pour ne pas trébucher contre d’éventuels obstacles et qu’elle avance lentement jusqu’au numéro sept de Victoria Street. Le plan, c’était d’abord de déposer les paquets de Shea, puis d’aller chez Thelma (six étages sans ascenseur et en étant chargée comme Bourriquet, non merci). Et Mona commençait enfin à se sentir un peu à l’aise et à se dire qu’elle n’était peut-être finalement pas si maladroite que ça, quand elle trébucha contre un bout de trottoir un peu surélevé. Bien sûr, c’était à prévoir ! Pestant contre elle-même, la petite brune se redressa, sans prêter attention à la douleur qu’elle éprouvait au genou gauche et au filet de sang qui s’en écoulait. Elle avait tellement l’habitude de ce genre de situation ; elle pourrait bien s’occuper de ça plus tard. Elle s’attela plutôt à vérifier que ni les oeufs, ni les bouteilles en verre ne s’étaient brisées dans sa chute. Après s’en être assurée, elle poussa un soupir de soulagement et commença à ramasser les affaires qui s’étaient répandues, se répétant pour la millième fois qu’elle était née avec deux pieds gauches. Cependant, Mona n’avait pas encore terminé qu’une aide surgit brusquement, un jeune homme aimable. Elle releva la tête, rougissant. « Oh, non, ça ira, merci… » Mais il s’était déjà agenouillé pour remettre les courses dans les paquets. « C’est vraiment gentil, t’es pas obligé, tu sais… » Prenant appui sur sa jambe droite, elle se releva prestement. Celui qui avait volé à son secours ne devait pas être beaucoup plus âgé qu’elle. « J’m’appelle Mona » souffla-t-elle, avant de se pencher à nouveau pour ramasser ses paquets. Ses parents lui avaient toujours appris à se présenter (avec plus de classe, ceci dit) et c’était naturellement qu’elle avait donné son prénom, sans même forcément s’attendre à faire la conversation avec un inconnu.

_________________

can't take my eyes off you
I had dreams before him, plans and other things... Now he is in my dreams, plans, goals and everything else. ▬ And if it's quite alright I need you baby.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Jeu 17 Sep - 3:23


Love Covers Over All Wrongs
Feat. B. Mona Taylor

Le sourire aux lèvres, Scott était malsain. Dès qu’il avait accepté le pari, c’était ce qu’on lui avait dit, qu’il était fucked up ; qu’il n’avait aucun cœur, que c’était un salaud. Mais il avait rapidement fait taire ses potes en leur disant qu’eux aussi, et c’était vrai. Sa bande d’emmerdeurs n’était composée que d’autres types tout aussi mauvais et malsains que lui, alors il n’y avait pas grand-chose de très étonnant à se dire qu’ils aimaient tous les défis horribles et hideux avec les autres. Scott moins qu’eux, il n’était pas vraiment du genre de l’archétype du bully, de la brute ou du fauteur de troubles typique. Il était plus compliqué que ça, il avait plus de difficulté à se faire ranger dans une case ; évidemment c’était un adolescent à problèmes qui en engendrait peut-être plus qu’il n’en avait, mais il était différent, il ne le faisait pas spécialement juste pour qu’on le remarque ou qu’on le craigne. Avec lui, c’était juste une histoire de placebo ; oublier, inter-changer, remplacer, réparer, il avait besoin de quelque chose pour aller mieux. Clairement, il ne faisait pas les meilleurs choix, mais il n’avait pas vraiment quelque chose d’autre en tête, et de toute façon il se moquait bien des conséquences. Puisque la seule chose au monde qu’il n’avait jamais aimé était maintenant dans le coma par sa faute, et depuis ces trois ans qui avaient eu l’air d’être une éternité, Scott n’avait plus aucune envie de rien. Plus rien n’avait ni de saveur, ni de sens, tout était gris et plus rien n’avait d’intérêt. La seule chose qui le gardait bien en vie, c’était d’espérer qu’il sorte du coma, qu’il aille mieux, qu’il le revoit au moins une fois. Qu’il puisse sentir son regard sur lui, contre son visage, mais il n’aurait sans doute jamais cette chance, alors depuis, il avait décidé de ne plus en avoir rien à faire. Tout avait perdu son sens et tout était devenu mécanique, sa vie toute entière tournait autour du désastre qu’il avait causé, et tout ce qu’il trouvait pour la rythmer un peu était de causer encore plus de problèmes qu’il n’en avait déjà engendré avant.

Alors évidemment, accepter un tel défi que celui-ci était la chose la plus envoûtante pour réussir à pimenter la monotonie grisâtre de ses jours ; de quoi rendre un peu de ses couleurs à son ciel et son soleil, de quoi lui redonner un peu de joie et de bonheur. Bien sûr, c’était odieux et détestable, bien sûr il allait contre beaucoup de choses dans lesquelles il avait cru avant l’accident. L’amour était quelque chose qu’il avait souvent placé au-dessus de tout. Même de sa propre vie, au dépend des autres. Et s’amuser du cœur d’un autre, ou d’une autre, en l’occurrence, était quelque chose qu’il ne se serait jamais vu faire avant d’être plongé dans la spirale infernale de son chagrin après l’accident. Mais le Scott encore plein de principes était mort en même temps qu’il s’effondrait dans les limbes. Il n’avait pas encore eu le temps d’y penser, de réfléchir à quoique ce soit et même de se pencher sur la question de ce défi, mais lorsqu’il l’aperçue enfin, Scott fut parcouru d’un frisson d’adrénaline, jetant sa cigarette par terre, il s’était dépêché de tricher un peu sur son look en se donnant un air plus décontracté, qui permettait de voir un peu mieux sa musculature et il l’avait rejoint, comme si de rien n’était, mimant la surprise de ne pas l’avoir remarquée avant, il se proposa – et s’imposa pour l’aider à ramasser ses courses malgré sa protestation accompagnée de rougissements, qu’il remarqua du coin de l’œil. « Bien sûr que si je suis obligé ! Tu as vu tout ce que tu portes ? C’est même honteux que personne ne soit venu t’aider plus tôt ! » s’écriait-il, mimant l’indignation à la perfection, ses grands yeux bleus plongés dans le regard de la jeune fille. Il se redressa à son tour en ramassant les paquets qu’il venait de finir de remplir. Elle se présenta d’un souffle finalement et Scott lui tendit un fin demi-sourire, « Oh c’est très joli comme prénom. Moi, c’est Scott. » il aurait pu l’aider à ramasser ses paquets s’il avait eu les mains libres de ceux qu’il avait re-remplis pour elle mais puisque ce n’était pas le cas il se contenta de la regarder faire, avant d’ajouter sur un ton plus plaisantin, « Mais tu peux aussi m’appeler ton Sauveur si tu veux, ça me convient aussi. » souriant une seconde fois en regardant tout ce qu’elle trimballait, il ajouta, « Ça fait un sacré paquet de choses pour toi toute seule, tout ça, dis-donc. – Mais je juge pas ! – Si tu veux je peux t’aider à tout porter, j’ai pas grand-chose à faire de ma journée de toute façon, autant que je fasse une bonne action, du coup. » L’adolescent était décidé à le gagner, son pari. Et rien n’allait l’en empêcher. Pas même sa propre morale.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Sean + Josh.
TON AVATAR : Chloe Bennet.
TES CRÉDITS : Sassenac (avatar) + Bat'Phanie + Irish Coffee ♥
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Cassandre - Cody - Appel Spencer)
A venir : Malone
RAGOTS PARTAGÉS : 5176
POINTS : 4119
ARRIVÉE À TENBY : 13/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans (2.12.97)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Malone.
PROFESSION : Elle travaille à mi-temps au cabinet des Carter et, autrement, elle fait beaucoup de baby-sitting volontaire.
REPUTATION : Un peu timide et très maladroite, mais polie et sympathique, stable dans sa relation amoureuse. Mais elle a l'air de compter un peu trop sur son petit ami, vous ne croyez pas ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Jeu 17 Sep - 8:55


Si elle voulait acquérir la conviction qu’elle était parfaitement capable de se débrouiller toute seule, c’était raté. De toute manière, la bonne volonté de Mona s’était quelque peu envolée. Elle n’était plus capable que de se maudire, elle-même et sa maladresse profondément ancrée. Petite fille, elle avait encore une excuse, mais maintenant ? Et quand elle passait du temps avec Paige ou avec Oscar, elle ne parvenait qu’à se persuader que les choses ne s’amélioreraient pas, même en prenant de l’âge. C’était peut-être la condition de son existence, une condamnation pour un quelconque péché grave dans une vie antérieure, une malédiction avec laquelle il fallait qu’elle apprenne à vivre. Et en règle générale, elle s’efforçait de réparer ses bêtises sans demander l’aide de personne. Sauf que là, c’était quelqu’un qui était venu de lui-même, sans qu’elle ait dit quoi que ce soit. Bien entendu, Mona tenta de protester un peu. Elle ne voulait pas le déranger, ni inspirer la pitié aux gens. Mais visiblement, ses tentatives (quelque peu faibles) n’aboutirent à rien, puisque le jeune homme resta malgré tout, allant jusqu’à ajouter que c’était honteux que personne ne soit venu l’aider avant. Elle esquissa un sourire. En réalité, elle ne s’était même pas attendue à ce que quelqu’un arrive à la rescousse. Si elle avait été à Londres, un tas de personnes auraient pu passer devant elle sans s’arrêter, tant qu’elle n’avait rien de grave. Mais à Tenby, les gens et les mentalités semblaient bien différents. C’était peut-être en raison de la petite taille de la communauté. Tout le monde se connaissait, se côtoyait plus ou moins depuis un certain temps, et il y avait tout un réseau de connexions auquel Mona avait encore bien du mal à se faire. La Londonienne qu’elle était avait l’habitude de l’anonymat, de passer à côté des gens sans leur prêter la moindre attention, principalement parce que son enfance et son adolescence avaient été inondés de recommandations et de clichés comme « ne parle pas aux inconnus » et « ce n’est pas parce que quelqu’un te sourit qu’il te veut du bien ». Elle n’y adhérait pas forcément, mais elle avait fini par s’y habituer. Et en emménageant à Tenby, elle avait découvert un petit univers plus convivial, plus tranquille et, sous certains aspects, bien plus agréable que sa ville natale, qu’elle aimait pourtant beaucoup.

« Oh, c’est gentil » se contenta-t-elle de répondre à la remarque de Scott, incapable de trouver quelque chose d’un tant soit peu intelligent à dire. Il avait ramassé à son tour des paquets, apparemment décidé à l’aider jusqu’au bout, ajoutant même un compliment à propos de son prénom. « Merci, c’est gentil… Enchantée, Scott. » Elle se mit à rire quand il se désigna lui-même comme son sauveur. C’était vrai, mais elle préférait encore l’appeler par son prénom. En tout cas, il n’avait pas la langue dans sa poche. La jeune Anglaise était incapable d’entamer correctement la conversation avec un inconnu, mais visiblement, Scott n’avait pas le même problème qu’elle. Elle rougit à nouveau, puis laissa échapper un rire quand il évoqua la quantité de paquets. « Si je te dis qu’il y a deux femmes enceintes dans ma famille, ça t’aide à comprendre ? » Bien entendu, elle ne pouvait s’empêcher de sentir embarrassée qu’il veuille l’aider à tout porter jusqu’à sa destination finale, même si la proposition avait été lancée d’une manière très spontanée. « Oh, ça va aller, je vais y arriver, hein… » Mais Scott n’avait pas l’air spécialement convaincu et, comme il ne la laissait pas, Mona décida finalement de mettre ses scrupules de côté. Après tout, quel mal y avait-il, puisqu’il affirmait ne pas être occupé ? « Bon, d’accord… C’est vraiment gentil… » Merde, il allait finir par croire qu’elle n’avait vraiment que ce mot-là à la bouche et il n’aurait pas tort. « Je vais par là-bas, chez ma soeur » fit-elle en désignant l’autre bout de la rue. Elle commença à marcher, lentement mais sûrement, ne voulant pas prendre le risque de se casser la figure une deuxième fois. La honte, sinon ! « Alors, Scott, tu es originaire de Tenby ? » Il fallait bien qu’elle trouve quelque chose à dire, ils n’allaient tout de même pas faire le trajet ensemble mais murés dans un silence gênant.

_________________

can't take my eyes off you
I had dreams before him, plans and other things... Now he is in my dreams, plans, goals and everything else. ▬ And if it's quite alright I need you baby.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Sam 19 Sep - 16:34


Love Covers Over All Wrongs
Feat. B. Mona Taylor

Accourant à son secours des idées malsaines en tête, Scott s’était imposé pour l’aider sans trop lui laisser le choix et avait commencé à se présenter en disant que c’était honteux qu’aucun passant ne lui vienne en aide, il était volontairement grandiloquent et excessif dans ses gestes pour l’amuser et rendre la chose un peu plus simple pour lui-même, parce que s’il transformait ça en un jeu, ou en une plaisanterie, il s’en voudrait sans doute moins d’être si mauvais. Se redressant avec ses paquets entre les bras, Scott la regarda quelques instants avant qu’elle ne se redresse à son tour et lui avait enfin donné son prénom, avant d’ajouter dans un demi-sourire plaisantin qu’elle pouvait aussi l’appeler son sauveur, et visiblement, elle trouva ça drôle puisqu’elle s’était mise à rire ; intérieurement Scott fulminait contre lui-même, parce qu’il savait qu’il n’allait plus s’arrêter maintenant qu’il avait commencé, et même s’il aurait voulu tout arrêter et s’en aller, il avait bien trop de principes contradictoires qui animaient son esprit, il voulait aller jusqu’au bout, l’adrénaline de l’expérience était trop amusante pour qu’il s’arrête si tôt, si loin du but, d’autant que son avarice l’invitait tout autant à continuer. Elle lui expliqua rapidement qu’elle avait deux femmes enceintes dans sa famille, ce qui justifiait amplement le nombre étonnant de courses qu’elle avait dû faire, les sourcils un instant haussé, Scott laissa échapper un « Ohh. » sonore avant de reprendre « Tout s’explique alors. Ça doit pas être facile à vivre, hein ? Avec toutes les hormones et les envies soudaines, non ? » Il était bien content d’être enfant unique, il n’avait jamais dû endurer les moindres surplus émotionnels provoqués par les éventuelles grossesses de sa mère ou de sa belle-mère, puisqu’elle avait eu Josh bien longtemps avant qu’elle ne se remarie avec son père, tout était plus simple, pas d’énervements, pas d’envies soudaines, pas besoin de faire attention à ce qu’on lui disait et ce qu’on faisait autour d’elle, et pas non plus besoin de se mettre à courir dans tous les sens et de paniquer dans une salle d’attente en attendant l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur. Et tout à coup, alors qu’il pensait à l’horreur que ça devait être que de vivre avec deux femmes enceintes il s’était inquiété de savoir s’il n’avait pas mis quelques filles enceintes entre-temps, parce qu’il avait l’habitude de traîner un peu partout et de se faire plaisir charnellement. Il eut une rapide pensée pour Juliette et se souvint qu’il s’était protégé, alors tout allait bien.

Ajoutant rapidement qu’il pouvait l’aider à porter ses affaires entre ses pensées, Mona vint répondre qu’elle pouvait se débrouiller toute seule, mais il n’en croyait pas un mot et était décidé à s’imposer un peu plus longtemps auprès d’elle. « Mais j’t’en prie ! Faut bien qu’on s’entre-aide, Tenby serait bien moche sans sa camaraderie ; non ? » il souriait et posa son regard sur le coin de la rue qu’elle pointait du doigt, là où vivait sa sœur. Il se dit rapidement que c’était contraignant, si le trajet était si court, ils allaient très vite devoir se séparer et sa tentative de se rapprocher d’elle allait tomber facilement à l’eau. La suivant tout aussi lentement quand elle commença à marcher, il réfléchissait à quel genre d’idioties il pourrait inventer pour essayer de faire durer un peu plus longtemps leur rencontre et leurs discussions. Puis elle lui demanda s’il était originaire de Tenby, sans doute parce que dans sa voix on n’entendait rien d’un accent britannique, mais que celui d’un américain. Hérité de son odieuse véritable mère. « Yep ! Born and raised, répondit-il dans une exclamation, même si ça s’entend pas et qu’on pourrait penser que je viens des Etats-Unis, j’ai passé toute ma vie ici, et j’crois bien que ça va encore durer longtemps. Mais ma mère était américaine, en fait, d’où l’accent. » Parler de cette salope au passé lui faisait du bien, il aimait la sensation de savoir que ça pouvait dire qu’elle était morte, parce qu’au moins, si elle l’était, il serait tellement plus tranquille. « Ta sœur c’est l’une des deux femmes enceintes ? » lui demandait-il avec beaucoup d’intérêt, faussé parce qu’il s’en fichait un peu à vrai dire. Après qu’ils aient continués de marcher. L’air vraiment intéressé, Scott l’était sans doute un petit peu au fond de lui, même s’il n’allait certainement pas l’admettre. Et quand bien même il y avait sans doute un peu d’intérêt véritable pour elle en lui, ça n’était pas plus fort qu’une simple envie de la connaître un peu mieux.  Et parce qu’il était curieux à son sujet, « Oh, et toi ? T’es de Tenby ou pas ? » Résistant contre l’envie soudaine de fumer une autre cigarette, Scott marchait calmement à côté d’elle, mais il se mit finalement à céder s’arrêtant pour poser l’un des deux sacs dans ses bras par terre entre ses pieds, fouillant le fond de ses poches de pantalon pour son paquet écrasé et mal en point, attrapant une cigarette qu’il coince entre ses dents avant de lever les yeux vers elle, la glissant sur le côté, en suspension contre ses lèvres, il dit « J’espère que ça t’dérange pas, j’essaie d’arrêter mais bon. Ç’pas si simple. » tirant son briquet de l’arrière de son jean, en poussant le capuchon d’un geste du pouce allumant l’extrémité de celle-ci. Il re-glissa aussitôt le briquet sur lequel était marqué un grand ‘L.’ au marqueur, suivi d’un petit ‘+’ et d’un autre grand ‘S.’ on aurait pu distinguer les restes d’un cœur les encerclant, mais il avait été effacé avec le temps, ou par un geste soudain d’une main pleine de chagrin. Se penchant pour ramasser le paquet, Scott retourna à ses côtés et continua de marcher lentement. Souriant sur le coin des lèvres. Ses cheveux blonds constamment ébouriffés chatouillés par la légère brise qui commença à se lever au-dessus d’eux, et le bleu perçant de ses yeux oscillant entre elle et l’horizon, vers leur destination.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Sean + Josh.
TON AVATAR : Chloe Bennet.
TES CRÉDITS : Sassenac (avatar) + Bat'Phanie + Irish Coffee ♥
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Cassandre - Cody - Appel Spencer)
A venir : Malone
RAGOTS PARTAGÉS : 5176
POINTS : 4119
ARRIVÉE À TENBY : 13/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans (2.12.97)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Malone.
PROFESSION : Elle travaille à mi-temps au cabinet des Carter et, autrement, elle fait beaucoup de baby-sitting volontaire.
REPUTATION : Un peu timide et très maladroite, mais polie et sympathique, stable dans sa relation amoureuse. Mais elle a l'air de compter un peu trop sur son petit ami, vous ne croyez pas ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Dim 20 Sep - 7:00


S’il avait su qu’il effleurait un sujet sensible en évoquant la nourriture qu’elle avait ramassée, Scott aurait peut-être évité de tenir de tels propos. Mona tenta de ne pas s’en formaliser, d’autant plus que ce n’était vraiment pas pour elle-même qu’elle avait fait les courses. Mais il n’en demeurait pas moins vrai qu’enceinte ou pas, elle-même était capable d’engloutir une quantité de nourriture non négligeable. D’ailleurs, le manque d’appétit n’avait jamais été un problème dans sa famille. Elle se souvenait parfaitement des concours qu’ils organisaient, quelques années auparavant, lors des grandes réunions de famille. Il fut un temps où Mona était bien incapable d’avaler ne serait-ce que le quart de ce que ses grandes soeurs mangeaient ; mais depuis, les choses avaient bien changé. Bien sûr, le grand champion restait son cher frère jumeau, un bouffeur de première. Mais maintenant, Mona pouvait aisément arriver au même niveau que les autres filles, étant tout aussi gourmande que Paige et Thelma. Et quand il lui arrivait de faire des crises, notamment quand quelque chose ne se passait pas aussi bien qu’elle l’aurait souhaité, Mona n’avait qu’un seul moyen de se rattraper : elle partait pour la piscine chauffante qu’elle fréquentait si souvent, à Londres. Si la natation était excellente pour brûler les calories et les graisses, c’était surtout le sport dans lequel la jeune Taylor ne se sentait pas larguée. Elle avait commencé relativement petite, quand sa mère avait remarqué qu’elle était plus attirée par l’eau que les autres. Et maintenant, c’était son moyen pour se maintenir en forme, se défouler et ne pas se sentir trop mal dans sa peau. Bien souvent, la moindre remarque la renvoyait aux problèmes que très peu connaissaient. Mais elle essayait de passer dessus, d’autant plus quand ce n’était quelqu’un qu’elle ne connaissait pas le moins du monde, comme Scott. Il ne pouvait pas s’être rendu compte qu’il avait mis les pieds dans le plat, aussi Mona affichait-elle un sourire poli - toujours, en toutes circonstances, comme le lui avait inculqué sa mère. « Ben… En fait, je vis pas avec elles, donc pas vraiment. L’une est ma grande soeur, l’autre ma cousine et elles vivent pas non plus ensemble… Enfin bref, on a une grande famille. » Elle ne savait même pas pourquoi elle lui racontait ça ; il devait s’en ficher de ça comme d’une guigne. « Mais quand je peux, je vais les aider. » Malone s’en émerveillait toujours, mais pour elle, ce n’était pas grand-chose. Elle aurait fait n’importe quoi pour rendre à Shea et à Thelma ce qu’elles-mêmes avaient fait pour elle. Mais encore une fois, il était inutile de le préciser à Scott et de toute façon, sauf quand elle stressait ou qu’on lui posait des questions, elle ne racontait généralement pas sa vie à des inconnus. Ce n’était même pas par pudeur, en réalité, seulement par timidité. Une timidité dérangeante, pour laquelle sa mère avait même voulu l’inscrire à des cours spécialisés. Mona avait refusé. Elle pensait être capable de s’ouvrir d’elle-même en grandissant. Mais maintenant qu’elle allait sur ses dix-huit ans, elle n’en était plus aussi sûre. Elle avait tellement pris l’habitude se réfugier derrière ses aînés en toutes circonstances ! Elle avait rarement été éloignée d’eux et, à chaque fois, elle s’arrangeait pour que ce soit eux qui parlent, pas elle. Avec son copain, elle faisait un peu la même chose - si, en présence d’autres personnes, elle pouvait lui laisser le quasi-monopole de la parole, elle le faisait volontiers. La Londonienne n’avait rien contre le contact humain, pourtant ; elle avait même l’habitude des grands rassemblements de personnes plus ou moins connues. Mais il n’y avait rien à faire, elle préférait encore écouter poliment (ou faire semblant), un petit sourire affiché sur les lèvres, que d’intervenir et de participer à des discussions avec des personnes qu’elle ne connaissait pas suffisamment. Cependant, comme Scott, elle était partisane des valeurs comme l’entraide. « T’as raison » souffla-t-elle avec un sourire. Elle dut faire effort pour entamer un semblant de conversation, preuve qu’elle lui était reconnaissante d’avoir volé à son secours. « C’est vrai que j’avais reconnu l’accent, mais il est pas si prononcé que ça… » Mona n’osa rien dire au sujet de la mère de Scott, qui ne semblait plus faire partie de ce monde. « Oui, c’est ça » confirma-t-elle au sujet de sa soeur. « Je viens de Londres. J’y ai toujours vécu jusqu’à… Euh… Récemment, genre cet été. D’où l’accent » ajouta-t-elle à son tour, esquissant un sourire. Le jeune homme avait sorti une cigarette et, même si elle n’aimait pas particulièrement cette odeur, elle ne serait pas allée jusqu’à dire que ça la dérangeait. Après tout, ce n’était pas elle qui était enceinte. « T’inquiète pas. » Ils étaient quasiment déjà arrivés devant chez Shea et Mona hésita pendant quelques instants. « Donc ici, c’est chez ma soeur. Après, je vais chez ma cousine… Au sixième étage de son immeuble, sans ascenseur. Si ça te fait pas peur, sinon, je peux me débrouiller hein, c’est déjà gentil de ta part d’être venu jusqu’ici. »

_________________

can't take my eyes off you
I had dreams before him, plans and other things... Now he is in my dreams, plans, goals and everything else. ▬ And if it's quite alright I need you baby.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Jeu 24 Sep - 1:55


Love Covers Over All Wrongs
Feat. B. Mona Taylor

Et évidemment elle était adorable et attentionnée, prenant soin des gens de sa famille en les aidant dans leurs grossesses alors qu’elle ne vivait même pas avec elles, il fallait évidemment qu’elle soit quelqu’un de bien. Scott aurait soupiré d’agacement s’il n’avait pas été juste à côté d’elle, alors ses yeux avaient juste fixés l’horizon en s’élargissant un tout petit peu, puis il reposa son regard vers elle, continuant de la suivre et de l’accompagner jusque sa destination. Oh il aurait voulu qu’elle soit détestable, qu’elle soit mauvaise et mal intentionnée, violente, sulfureuse ou quoi que ce soit d’autre de détestable. Il aurait tant voulu qu’elle soit laide en son cœur et hideuse à l’extérieur, mais elle était trop gentille. Si gentille qu’il se sentait mal de continuer, elle prenait soin des siens, et lui non. Dans un sens, il était jaloux. Parce qu’elle était bien le contraire à ce que lui était, il était le plus souvent possible égoïste et la voilà qui prenait soin de sa sœur et de sa cousine par simple bonté d’âme. C’était fascinant, il n’allait pas se mentir, ni l’avouer d’ailleurs, mais qu’on puisse être naturellement animé de bonnes intentions avait quelque chose d’étonnant, et de surprenant même, à ses yeux. Il était trop habitué à l’égoïsme et l’infinie stupidité des autres pour se dire que faire le bien autour de soi était normal ou même envisageable. Et l’éventuelle sympathie qu’il montrait à ses amis ne comptait pas à ses yeux, c’était différent. Mais quoiqu’il en soit, il avait sorti la carte de l’entraide et du bon samaritain pour s’attirer les bonnes grâces de Mona, alors, il suivrait cette ligne de conduite chaque fois qu’il serait en présence d’elle, même si ça risquait de vite l’agacer et même de l’exaspérer. Mais tant pis pour lui, il avait choisi de s’enfoncer dans ces conneries-là, alors il devrait continuer jusqu’à ce que ça prenne fin.

« Elles sont chanceuses de t’avoir, en tout cas. » la complimenta Scott après qu’elle lui souffle qu’il avait raison de s’attacher à ces petites valeurs auxquelles il ne croyait absolument pas mais dont il ferait volontiers semblant juste pour qu’elle l’apprécie ; elle lui avait ensuite demandé s’il venait de Tenby, et Scott s’était surpris à se perdre dans une explication trop longue sur le fait qu’il était né ici et qu’il y avait grandi, mais que son accent d’américain faisait souvent douter de ses origines, s’égarant dans des justifications inutiles sur sa mère venant de New York, il s’était agacé lui-même en lui expliquant tout ça, il aurait pu juste dire qu’il était d’ici, et ne pas mentionner l’autre putain, mais c’était trop difficile de se retenir de s’entendre dire qu’elle n’était plus sa mère, laissant même planer le doute sur son sort. Peut-être qu’elle était morte ! Oh ce que c’aurait été agréable et fantastique, se disait Scott. Elle le rassura cependant en lui disant qu’il n’était pas si présent que ça, et il se mit à sourire, ajoutant en riant « Tu devrais m’entendre bourrer alors, on croirait qu’je suis du Texas ! » Il ne trouvait pas la blague amusante, mais jouer les garçons de ce genre ce n’était pas son truc de toute façon, donc il improvisait. Mona lui expliqua ensuite qu’elle venait de Londres, en réponse à sa question qu’il lui avait renvoyée, il hocha la tête d’un air presque admiratif, Londres avait quelque chose de captivant tant elle était imposante et importante ; même s’il refusait de l’admettre, se mentant toujours en répétant qu’il ne se voyait pas d’avenir en dehors de Tenby, il aurait bien voulu finir ses jours loin d’ici, à Cardiff, ou bien à Londres. Il avait cédé à son envie pendant qu’elle lui expliquait d’où elle venait et après quelques secondes d’hésitation, il s’enfuma de nouveau les poumons, s’excusant auprès d’elle, prétextant qu’il voulait arrêter — ce qui était totalement faux, il n’était pas prêt d’arrêter un jour ni la cigarette, ni l’alcool, ni le cannabis. Il voulait crever d’une de ses trois addictions, de toute façon. Et ça, depuis l’accident.

Soufflant sa fumée du coin de la bouche, pour qu’elle n’atteigne jamais Mona quand bien même elle lui avait dit de ne pas s’inquiéter à propos de ça, Scott continuait de la suivre, les paquets de courses dans les bras, ils arrivèrent finalement à destination, en tout cas c’est ce qu’elle lui confirma lorsqu’il le supposa en la voyant s’arrêter. Ils étaient donc arrivés chez sa sœur, et son plan semblait tout à coup compromis, jusqu’à ce qu’elle ne prenne la parole et qu’il sente un sourire se dessiner sur son visage. « Ne le prend pas mal, mais si t’as eu du mal sur un sol plat, je donne pas cher de toi dans des escaliers. » Plaisantait-il en la regardant, son sourire arrogant allongé un peu plus, « Et puis quel genre de mec je serai, si je ne t’aidai pas à apporter le reste chez ta cousine ? » Pas question qu’elle se débarrasse de lui si tôt, il voulait gagner son pari, empocher son argent, et tant pis pour elle et ses sentiments. Il avait commencé son boulot, il le finirait. Coûte que coûte. Et il allait être insistant, elle n’était pas au bout de son chemin avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Sean + Josh.
TON AVATAR : Chloe Bennet.
TES CRÉDITS : Sassenac (avatar) + Bat'Phanie + Irish Coffee ♥
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Cassandre - Cody - Appel Spencer)
A venir : Malone
RAGOTS PARTAGÉS : 5176
POINTS : 4119
ARRIVÉE À TENBY : 13/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans (2.12.97)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Malone.
PROFESSION : Elle travaille à mi-temps au cabinet des Carter et, autrement, elle fait beaucoup de baby-sitting volontaire.
REPUTATION : Un peu timide et très maladroite, mais polie et sympathique, stable dans sa relation amoureuse. Mais elle a l'air de compter un peu trop sur son petit ami, vous ne croyez pas ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Jeu 24 Sep - 8:34


Elle n’avait plus qu’à remercier le ciel ou le destin (ou quoi que ce soit d’autre, d’ailleurs) d’avoir placé sur son chemin un jeune homme aussi désireux d’aider son prochain. Au fond, Mona n’en était pas vraiment étonnée. Ici, les gens semblaient plus chaleureux, ce qui contrastait nettement avec la grande ville dans laquelle elle avait grandi. Et c’était non sans un certain plaisir que la jeune fille découvrait certains avantages de cette petite communauté, même si ses caractéristiques avaient parfois le don de la déstabiliser. Elle n’avait pas encore l’habitude que quasiment tout le monde se salue dans la rue, pas encore l’habitude que les inconnus lui adressent un sourire sans rien attendre en retour, pas encore l’habitude qu’une quantité tout bonnement impressionnante de personnes soient liées entre elles. D’ailleurs, elle se demandait même si elle s’y ferait un jour - dix-sept ans et demi dans la capitale anglaise, ça marque. Elle ne savait pas exactement combien de temps elle comptait rester à Tenby ; mais pour l’instant, elle s’y plaisait bien. Elle avait retrouvé ses soeurs, son cousin, sa cousine… Et maintenant, elle avait Malone. Même si leur idylle n’en était qu’à ses balbutiements, Mona s’imaginait mal repartir maintenant qu’elle avait un copain. Un copain adorable, à la hauteur de ses espérances (du moins, pour le moment). Et puis, contrairement à ce qu’elle pensait, s’intégrer ne lui posait pas tant de difficultés que ça. Elle avait retrouvé Harry et elle s’était fait quelques nouveaux amis, Spencer la première. Elle avait même été invitée à quelques fêtes organisées par Matthew Cartwright, durant lesquelles elle avait tenté de se familiariser aux visages les plus connus de Tenby. Même à l’université, ce n’était pas si compliqué que ça ; même si, durant les pauses, elle avait plus envie de rejoindre Malone que de passer du temps avec ses nouvelles copines.

« Oh, merci, c’est gentil… » Mona avait l’impression d’avoir sorti cette phrase une bonne douzaine de fois depuis qu’elle était tombée sur Scott ou plutôt, depuis qu’il avait accouru vers elle. « Mais c’est pas grand-chose, je t’assure. » Ils poursuivirent la conversation, posant les questions classiques adressées aux gens qu’on venait tout juste de rencontrer. Et quand Scott évoqua un accent plus prononcé quand il était ivre, la petite Anglaise se mit à rire. « Sans vouloir te vexer, j’préfère pas voir ça. » Elle n’avait pas une grande expérience des folies propres à la jeunesse, ceci expliquait cela. En-dehors d’un peu de champagne lors de soirées mondaines, elle ne buvait pas (encore) d’alcool, ce qui n’était sans doute pas plus mal. Mais elle était contente d’avoir rencontré quelqu’un qui ne semblait pas beaucoup plus âgé qu’elle. Le courant passait plutôt bien ; or, ça n’aurait peut-être pas été autant le cas s’il s’agissait d’un adulte ou, du moins, elle se serait sentie plus intimidée. Le trajet fut effectué en quelques minutes à peine et, en bas de l’immeuble dans lequel se trouvait l’appartement de ses soeurs, Mona préféra laisser le choix à Scott. Elle se mit à rire quand il évoqua les escaliers et une éventuelle chute. « Oh, t’en fais pas, je risque pas de mal le prendre… T’as encore rien vu de l’étendue de ma maladresse. » Et il ne valait mieux pas qu’il le fasse, d’ailleurs - il fuirait plus qu’autre chose. Comment les membres de sa famille réussissaient-ils à s’entourer aussi bien, malgré un handicap comme celui-ci ? « Je sais pas, peut-être juste un mec occupé » souffla-t-elle, tandis qu’il la suivait en direction de l’ascenseur. Quelques secondes plus tard, elle sortait la clé qu’elle avait empruntée et ils déposaient les courses sur le comptoir. L’appartement semblait vide, mais Mona se doutait que sa soeur aînée faisait la sieste dans sa chambre. S’efforçant de ne pas faire trop de bruit, elle commença à ranger les produits, tout en bavardant à voix basse avec Scott. Puis ils quittèrent tous les deux l’appartement, remontèrent la rue et parvinrent tant bien que mal au sixième étage de l’immeuble dans lequel vivaient Thelma et Spencer. La brunette sonna, présenta Scott à Spencer et expliqua qu’elle était allée chercher deux-trois trucs (beaucoup plus, en réalité) pour sa cousine, laquelle était au travail. « Tu peux te servir, hein » précisa-t-elle. La rouquine les remercia chaleureusement et ils purent redescendre à l’air libre - un soulagement après autant de marches. « Est-ce que je peux t’offrir quelque chose à boire, pour te remercier ? »

_________________

can't take my eyes off you
I had dreams before him, plans and other things... Now he is in my dreams, plans, goals and everything else. ▬ And if it's quite alright I need you baby.

:
 


Dernière édition par B. Mona Taylor le Ven 25 Sep - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Ven 25 Sep - 17:07


Love Covers Over All Wrongs
Feat. B. Mona Taylor

Infiniment agacé par ses propres faits et gestes, Scott s’était remis à penser à ce foutu accident qui le tenait éveillé toutes les nuits, à la même heure chaque soir. Et même s’il s’efforçait de ne rien dire, son air avait perdu d’un peu de sa mascarade de gamin sympa, mais il affichait toujours une fausse bonne humeur et une fausse envie de l’aider à tout faire. Tant qu’il avait toujours ça, ce faux sourire et ses yeux vides de larmes, tout irait bien. Il n’avait qu’à se concentrer et tout irait bien. Absolument tout. Sauf que ce n’était pas si simple… Serrant la mâchoire, sa cigarette en suspension entre ses lèvres, le filtre agrippé à sa peau, il restait silencieux, à l’écouter, à la suivre et parfois à la regarder. Mais ses yeux bleus ne croisait plus son regard, non, il l’avait trop en tête pour y parvenir, il se sentait mal, trop mal. C’était désagréable, et ils continuèrent cependant leur discussion somme toute assez vide, mais qui était maintenue et rendue plus intéressante par la politesse de l’un et l’autre, faisant brièvement et rapidement connaissance, s’avançant sur leurs origines, et toutes les petites choses inutiles de deux adolescents apprenant à se connaître. Et quoi qu’ils continuent à dire, il avait son image dans la tête qui le hantait. Il essaya de plaisanter sur son accent lorsqu’il était ivre, lui arrachant un rire, duquel il se sentit satisfait, s’il arrivait à la faire rire, c’était déjà bien. Mais c’était encore loin de son but final, et terriblement mauvais et malsain. Et souriant à sa réponse quant à son accent, Scott avait hoché la tête, « Y a pas d’mal. C’est mieux et même rassurant, j’aurai pas besoin de te le prouver du coup ! » faisait-il, histoire d’insister indirectement, soufflant au passage de la fumée du coin de la bouche, à l’opposé d’elle. Ils étaient arrivés devant l’appartement, et il insista pour continuer de l’aider.

« Alors j’ai franchement hâte de voir jusqu’où ça peut aller. » souriait-il en continuant de la suivre jusqu’à l’ascenseur de l’immeuble. « M’enfin, si les mecs occupés que tu connais ne peuvent pas faire d’exception pour aider les gens, c’est assez triste, non ? Ou bien c’est vraiment différent d’ici, Londres… » soufflait-il en souriant. Il avait jeté sa cigarette avant d’entrer dans le bâtiment et l’avait éteinte du bout du pied, une fois l’étage atteint, il la talonna de quelques secondes et la suivit le log des couloirs, la laissant ouvrir la porte sans l’interrompre d’un mot, entrant timidement et déposant le reste des courses à côté de celles qu’elle avait elle-même déposées. Et puisqu’il ne savait pas où les choses se rangeaient, il se contenta de simplement les passer à Mona, qui elle rangeait le tout. Une fois tout ceci fait, ils quittèrent l’appartement en silence, n’ayant réveillé personne ou ne s’étant heurté à personne qui rentrait, ils quittèrent l’appartement de sa sœur pour reprendre l’ascenseur assez silencieusement, et quitter l’immeuble pour partir dans la direction de l’autre. Six étages à grimper, c’était un peu plus que ce qu’il s’était imaginé, et c’était bien moins simple, lui qui vivait dans une maison à tout juste deux étages n’avait pas franchement l’habitude de grimper tant de marches pour si peu de choses. Essoufflé mais le masquant le plus possible, il avait été présenté rapidement et très brièvement, le genre de présentation qu’on oublierait au bout de quelques heures, se disait Scott. Et ils redescendirent les escaliers et retrouver la fraîcheur de l’extérieur. Serrant son vieux paquet de cigarettes dans sa main gauche, il était sur le point de tirer son briquet de sa poche quand elle lui posa une question, question qu’il ne s’attendait certainement pas à entendre. C’était lui qui était supposé faire ça, elle l’avait devancée, alors il grimaça pour se donner un air qui faisait croire qu’il était en train de réfléchir.

« Oh te sens pas obligée. Mais je dis pas non ! Mais c’est moi qui paie. » terminait-il sa phrase, en espérant qu’elle insiste pour payer à sa place, pour le remercier de sa bonté. Parce qu’il n’avait clairement pas envie de gâcher de l’argent pour ce genre de choses, surtout pas pour quelqu’un pour qui il ne ressentait rien d’autre qu’un plaisir malsain à essayer de se faire apprécier lentement. Et même s’il se sentait mais de continuer cet horrible office, il ne s’arrêterait pas, il était comme ça ; têtu et déterminé. Et rien n’allait le faire changer, absolument rien.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Sean + Josh.
TON AVATAR : Chloe Bennet.
TES CRÉDITS : Sassenac (avatar) + Bat'Phanie + Irish Coffee ♥
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Cassandre - Cody - Appel Spencer)
A venir : Malone
RAGOTS PARTAGÉS : 5176
POINTS : 4119
ARRIVÉE À TENBY : 13/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans (2.12.97)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Malone.
PROFESSION : Elle travaille à mi-temps au cabinet des Carter et, autrement, elle fait beaucoup de baby-sitting volontaire.
REPUTATION : Un peu timide et très maladroite, mais polie et sympathique, stable dans sa relation amoureuse. Mais elle a l'air de compter un peu trop sur son petit ami, vous ne croyez pas ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Ven 25 Sep - 18:38


Les lèvres de Mona s’étirèrent en un sourire. Scott venait de dire qu’il avait hâte de voir jusqu’où sa maladresse pouvait aller. Oui, il disait ça maintenant… Mais dès qu’il en constaterait l’étendue, soit il en rigolerait bien, soit ça l’énerverait. Et après tout, c’était bien normal que ce sacré handicap en agace plus d’un. Elle-même se sentait souvent froissée et ce, même si elle avait plus que l’habitude. « Non, franchement, crois-moi, toi non plus tu préfères pas voir. » Elle le trouvait sympa, ce Scott. Il avait l’air cool. Venait-elle de se faire un nouvel ami ? Bien entendu, Mona était beaucoup trop naïve pour imaginer quoi que ce soit d’autre. Elle le savait, pourtant, que tout le monde n’était pas forcément bien intentionné et que tout le monde n’agissait pas toujours par gentillesse, mais aussi par intérêt - combien de fois ses parents et la quasi-totalité des membres de sa famille ne le lui avaient-ils pas rappelé ? Mais il fallait croire que cette leçon-là n’était pas encore passée. Mona avait encore trop tendance à ne voir uniquement le bien chez les gens qui l’entouraient et même chez ceux qu’elle ne connaissait pas vraiment. C’était précisément ce qui inquiétait parfois ses proches : sa naïveté, son innocence, son incapacité flagrante à flairer l’embrouille… Bien entendu, ça lui avait déjà valu quelques déconvenues, mais jusqu’ici, rien de bien grave. Dans le cas contraire, elle aurait peut-être (probablement) déjà beaucoup mieux compris les recommandations et avertissements à répétition de ceux qu’elle aimait.

« Ben, je sais pas, disons qu’à Londres, chacun mène sa vie… Ici, c’est plus… Convivial, c’est sûr. » La capitale anglaise lui manquait souvent, même ce à quoi elle ne prêtait pas particulièrement attention mais qui enchantait les touristes du monde entier, comme les bus et les cabines téléphoniques rouges, Big Ben, Tower Bridge, St Paul’s, Buckingham Palace, London Eye, le quartier de Chelsea… Mais elle pensait surtout à ses frères. Elle leur téléphonait quasiment tous les jours, mais ce n’était tout de même pas pareil. Néanmoins, Mona se consolait au mieux, notamment en envisageant de passer ses prochaines vacances dans sa ville natale, ou alors en consacrant une partie de son temps à aider ses proches qui vivaient à seulement quelques kilomètres à la ronde. C’était ce qu’elle faisait actuellement, spontanément, volontiers, sans rechigner. Mais elle devait bien s’avouer qu’elle était soulagée d’être tombée sur quelqu’un qui tenait autant à l’aider. Il l’accompagna jusqu’au bout, d’abord chez Shea où il lui passa les articles pour qu’elle range les courses plus facilement, puis chez Thelma au bout de six étages à pied. Elle l’avait déjà remercié à plusieurs reprises, mais elle voulait absolument faire quelque chose pour lui en échange - c’était bien normal, non ? Seulement, elle ne savait pas très bien quoi ; après tout, elle le connaissait à peine. Néanmoins, une idée s’imposa assez rapidement dans son esprit. L’inviter à boire quelque chose, c’était déjà pas mal, non ? Peu importe ce que c’était, d’ailleurs. Bien sûr, ce n’était pas grand-chose, mais au moins aurait-il fait quelque chose pour lui. Et si un jour lui aussi avait besoin d’aide, la petite brune savait qu’elle pourrait voler à son secours, à son tour, si jamais elle venait à l’apprendre.

« Oh, non ! C’est moi qui t’invite, sinon, c’est pas juste. C’est toi qui m’as aidé, alors c’est moi qui offre, c’est normal. » Hors de question de le laisser payer quoi que ce soit, de toute manière, il en avait déjà bien assez fait pour aujourd’hui. Elle savait se montrer aussi têtue qu’elle était polie, de toute façon. « Par contre, je connais pas encore très bien les bons plans ici… Alors je te suis, d’accord ? » Elle regarda le jeune homme réfléchir pendant quelques instants pour prendre sa décision, puis elle lui emboîta le pas. Ils arrivèrent rapidement à destination. « Choisis ce que tu veux, hein. » Même si Mona s’efforçait de ne pas trop le montrer, ce n’était certainement pas l’argent qui lui manquait - merci Papa.

_________________

can't take my eyes off you
I had dreams before him, plans and other things... Now he is in my dreams, plans, goals and everything else. ▬ And if it's quite alright I need you baby.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Sam 26 Sep - 23:40


Love Covers Over All Wrongs
Feat. B. Mona Taylor

Fatalement, il y eut une infime partie de lui qui lui répétait d’arrêter tout de suite ce qu’il avait en tête et de simplement continuer sur sa lancée de type sympathique, de garçon serviable et aimable. Et pendant un court instant, il pensa bien qu’il s’agissait d’une bonne idée et qu’il ferait mieux de faire ça plutôt que de s’acharner à vouloir l’inspirer d’autre chose, et plus il y pensait, plus il n’avait rien contre l’idée de se faire d’elle une amie. Mais ça n’aurait pas pu fonctionner ni être crédible sur une longue durée, évidemment parce qu’il avait revêtu une personnalité qui ne lui collait pas vraiment. Même si ça n’était pas tant étonnant que ça venant de lui, la contradiction de faire le garçon aimable et serviable alors qu’il était sans doute connu dans tout Tenby pour être un emmerdeur était assez drôle, en plus d’être répétitive. On le savait capable d’être gentil et de rendre services aux habitants, et il le faisait parfois, quand il était de bonne humeur ; mais c’était de plus en plus rare depuis l’accident, et avec le temps ça s’était en plus empiré pour n’être plus que de très brèves fractions de sa vie, à tel point que ça finirait sans doute par complètement disparaître lorsqu’il perdrait enfin son reste d’espoir qu’il sorte du coma. Et puisqu’il était presque persuadé, malgré son insistance à vouloir y croire, ça allait bientôt être le cas, il finirait bientôt par n’être plus qu’un connard irrespectueux et incapable d’être bon avec qui que ce soit dans cette ville qui serait autant son début que sa fin. Mais pour l’heure, il fallait rester crédible, il fallait rester bon, souriant, joyeux presque même, et surtout être capable de garder son rôle en place. Il devait être amical, bienveillant et sympathique, même trop si c’était nécessaire. Tout était presque planifié dans son esprit, tout était réglé. Mécaniquement et machinalement, il s’exécutait dans son office malsain. Souriant à ses remarques, hochant la tête et l’écoutant attentivement à chaque mot qu’elle prononçait. Si vivre à Londres était si différent qu’à Tenby, il se demandait bien à quel point elle devait se sentir perdue dans toute cette histoire, mais sans pour autant la questionner à ce sujet. Finalement il fut surpris par son envie de le remercier en lui payant u verre et fit mine de vouloir insister en payant, mais souriant lorsqu’elle insista en retour – comme il l’espérait d’elle, justement. – il ajouta,

« Oh si tu y tiens alors, je vais pas m’imposer un peu plus alors ! » avait-il plaisanté en glissant une autre cigarette entre ses lèvres, et l’allumant nonchalamment, en détournant par avance la tête pour ne pas lui envoyer la fumée au visage. Reposant ses yeux bleus perçants sur elle, s’apprêtant à lui demander où elle voulait aller, il fut interrompu dans son début de phrase pas encore formé quand elle ajouta qu’elle ne connaissait pas encore assez Tenby pour l’emmener quelque part, et qu’elle préférait le suivre. Il resta silencieux quelques instants, à se demander où l’emmener, et surtout à peser le pour et le contre des endroits où il pourrait l’emmener et la recroiser sans doute un jour, « Ouais, pas de problème. Justement j’connais un p’tit café sympa pas loin. C’est pas cher, mais ça reste vachement top. » disait-il en commençant à marcher, suivi de près par la jeune fille. Ils n’étaient vraiment pas loin puisqu’en à peine moins de trois minutes, ils étaient arrivés en face. Écrasant cette fois-ci sa cigarette dans les cendriers publics, qui côtoyaient les poubelles sur le trottoir, comme un gentil petit citoyen qui s’inquiète pour son environnement — même s’il n’en avait clairement rien à foutre plus tôt. Ils entrèrent, il lui avait tenu la porte comme le galant personnage qu’il était l’aurait fait et été ensuite passé derrière elle en laissant la porte se refermer lentement. Elle l’intima de prendre ce qu’il voulait, et il hocha la tête timidement en accompagnant son geste d’un sourire discret, l’air gêné — alors qu’il ne l’était pas. Il aimait qu’elle paie pour lui. — Commandant quelque chose de tout à fait simple, un chocolat chaud, au type qui se chargeait de tout ça, Scott alla s’asseoir en terrasse une fois que Mona eut pu commander ce qu’elle voulait, et étendant ses jambes sur la troisième chaise de la table il observait les passants en attendant qu’elle arrive à son tour, son briquet et son paquet de cigarettes posé sur la table devant lui, une main, dont les doigts pianotaient nerveusement, posée sur la table ; parce qu’il était obnubilé dans ses pensées par lui, là-bas, dans le coma à l’hôpital. C’était tout con, et sans doute une idiotie de sa part, mais il avait emmenée Mona dans le même café où ils avaient souvent l’habitude de passer. Lui et Scott.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Sean + Josh.
TON AVATAR : Chloe Bennet.
TES CRÉDITS : Sassenac (avatar) + Bat'Phanie + Irish Coffee ♥
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Cassandre - Cody - Appel Spencer)
A venir : Malone
RAGOTS PARTAGÉS : 5176
POINTS : 4119
ARRIVÉE À TENBY : 13/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans (2.12.97)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Malone.
PROFESSION : Elle travaille à mi-temps au cabinet des Carter et, autrement, elle fait beaucoup de baby-sitting volontaire.
REPUTATION : Un peu timide et très maladroite, mais polie et sympathique, stable dans sa relation amoureuse. Mais elle a l'air de compter un peu trop sur son petit ami, vous ne croyez pas ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Ven 2 Oct - 4:34


Toute timide qu’elle était, Mona n’aurait jamais pensé inviter un jeune homme à prendre quelque chose à boire avec elle. Mais cette fois-ci, c’était différent. Elle estimait que c’était normal, ne serait-ce que pour le remercier d’avoir fait un pas vers elle et de l’avoir aidée à aller non seulement chez sa soeur, mais aussi à grimper les six étages jusqu’à chez Thelma. Et comme ses intentions étaient toujours innocentes, elle n’aurait jamais pensé que celles de quiconque d’autre pouvaient ne pas l’être. Sinon, elle y aurait probablement réfléchi à deux fois, d’autant plus qu’elle n’était pas certaine que son copain apprécie. Mais pour le moment, les pensées de la jeune fille étaient encore très loin de là. Elle se contentait de suivre Scott, qui lui avait affirmé connaître un café pas loin et pas cher. En réalité, le prix n’avait pas vraiment d’importance pour Mona, mais elle s’abstint de le préciser. Elle doutait fortement qu’il tente de l’arnaquer, mais sa mère lui avait appris depuis bien longtemps déjà à ne pas montrer qu’elle faisait partie d’une famille fortunée. Elle savait que ça pouvait lui apporter des ennuis et même attirer littéralement les personnes mal intentionnées et intéressées - elle en avait déjà fait la mauvaise expérience, au lycée, à Londres. Là-bas, il lui était plus difficile de cacher qu’elle possédait pas mal d’argent (surtout pour quelqu’un qui n’avait pas encore atteint la majorité). Elle fréquentait un lycée prestigieux et portait un nom de famille qui évoquait parfois quelque chose à ceux qui s’intéressaient aux mondanités ou, pire encore, au monde des affaires. Et si la plupart des camarades faisaient eux aussi partie de familles pleines aux as, la benjamine des Taylor avait néanmoins eu affaire à des personnes peu scrupuleuses et qui lui avaient laissé un mauvais souvenir. Elle n’était pas devenue paranoïaque pour autant, ce qui n’était pas forcément avantageux ; elle ne voyait pas encore quand quelqu’un tentait de profiter elle. Et de toute manière, ici, elle trouvait que c’était plus facile. Bizarrement, elle se fondait plus facilement dans la masse de ses camarades de promotion et elle ne vivait pas dans l’ombre du joug paternel. Alors, sans aller jusqu’à dire qu’elle pouvait enfin respirer, Mona était un peu débarrassée de l’étiquette qui était collée sur son front, à Londres.

En trois minutes à peine, Scott et elle étaient arrivés au petit café dont il lui parlait. Elle le remercia d’avoir tenu la porte, puis le précéda au comptoir. Pendant qu’il commandait, elle laissa son regard errer sur le menu. Paradoxalement, elle n’était pas trop compliquée, pour une fille ayant été élevée par des parents relativement fortunés. Elle aimait les choses simples, mais elle était aussi une grande indécise. Se rappelant que ce n’était pas le dilemme de sa vie et que d’autres personnes attendaient derrière elle, Mona opta à son tour pour un chocolat chaud, avec des marshmallows. Elle savait que ce n’était pas spécialement bon pour sa ligne ; d’ailleurs, si sa mère avait été là, elle lui aurait recommandé du thé, sans lait et sans sucre. Mais si l’Anglaise qu’elle était n’avait absolument rien contre le thé, elle préférait encore largement un bon vieux chocolat chaud, à l’image d’une enfant. Puis elle rejoignit Scott sur la terrasse. Il y avait quelque chose chez ce jeune homme qu’elle ne parvenait pas à déchiffrer ; mais après tout, elle ne le connaissait pas, donc c’était sûrement tout à fait normal. Elle hésita (à côté ou en face de lui ?), mais comme il avait l’air plongé dans ses pensées, Mona opta pour la chaise qui était à la droite du Gallois. « Alors, qu’est-ce que tu peux me raconter de beau à propos de ta charmante ville ? » Peu après, une serveuse vint leur apporter leurs boissons chaudes et la brunette la remercia chaleureusement. Elle attendit un peu que ça refroidisse, puis porta la tasse à ses lèvres. L’instant d’après, en la reposant, elle avait versé une partie de son contenu sur le jean de Scott. Aussitôt, elle porta une main à sa bouche, horrifiée que quelqu’un d’autre (surtout quelqu’un d’aussi gentil) fasse une fois de plus les frais de sa maladresse. « Oh, je suis vraiment désolée » s’écria-t-elle aussitôt, priant presque pour qu’il ne s’énerve pas. Elle attrapa aussitôt son papier essuie-tout pour le tendre à Scott, n’osant pas le toucher. « Ça brûle ? » s’inquiéta-t-elle dans la foulée. « Promis, je payerai le pressing… Oh, excuse-moi, j’ai vraiment pas fait exprès… » En même temps, il ne manquerait plus que ça !

_________________

can't take my eyes off you
I had dreams before him, plans and other things... Now he is in my dreams, plans, goals and everything else. ▬ And if it's quite alright I need you baby.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Sam 10 Oct - 4:57


Love Covers Over All Wrongs
Feat. B. Mona Taylor

Ils étaient arrivés à ce petit café, et après s’être débarrassé de sa cigarette il l’avait rejoint pour commander ce qu’il voulait, il était repartir à l’extérieur, pour l’attendre en terrasse, ses jambes étalées nonchalamment et insolemment sur la troisième chaise de leur table – sur laquelle trainaient maintenant son paquet de cigarettes et son vieux briquet. Scott fixait un peu l’horizon, laissant vagabonder ses yeux un peu partout, il regardait quelque fois les passants dont certains qui le reconnaissaient parce qu’il leur avait sans doute causé des ennuis ; ceux-là le dévisageaient et se demandaient quelle genre d’autre connerie il avait en tête, alors que d’autres ne faisaient que secouer la tête et soupirer en le voyant. Une bonne femme avait même plissés les yeux en le voyant et avait serré son très jeune fils contre elle en passant à quelques mètres d’elle. Contrairement aux autres gens qui le dévisageaient Scott se souvenait de ce qu’il avait pu faire à celle-là et se mit à rire en la voyant partir. Il préféra ne pas trop y penser parce qu’il allait sans doute ne jamais arrêter d’en rire et devrait sans doute s’expliquer à Mona, qui serait assurément curieuse de le voir rire tout seul. Il s’était repris quelques longues secondes avant qu’il ne l’entende arriver et se redressa lorsqu’elle vint s’asseoir à sa droite. Elle brisa le silence en lui posant une question sur Tenby. « Oh tu sais… Y a pas grand-chose à dire sur ce trou. C’une p’tite ville comme les autres. » commença Scott en haussant les épaules. « Enfin… Tout l’monde fait ses p’tites conneries et vit sa vie dans son coin, y a pas grand-chose à dire… Mais j’suis probablement pas le meilleur guide touristique d’ici, tu sais. Y a d’jolies maisons et tout le monde s’entend avec tout le monde. Mais le must ici, ça reste la plage quoi. J’crois que personne n’en dirait le contraire. » concluait-il en se passant une main dans les cheveux, la regardant de ses yeux bleus lumineux alors qu’une serveuse arrivait avec leurs deux chocolats chauds. Il avait attendu que le sien se refroidisse un peu plus que Mona avec le sien. Malheureusement, la fameuse maladresse de la jeune fille semblait se confirmer.

Scott sursauta en sentant le liquide glisser contre sa jambe, poussant un large « Oh ! » de surprise. Il recula rapidement en tirant sa chaise pour ne pas en prendre plus. Essuyant le peu qu’il pouvait de la manche et ensuite de l’essuie-tout qu’elle lui tendait, il releva la tête vers elle un peu gêné mais ne sembla pas lui en vouloir. — Et pourtant il en avait envie de péter un plomb et de s’énerver contre elle et sa foutue maladresse. Mais il devait rester dans son rôle de garçon adorable. — Souriant en ajoutant, « C’est rien, c’est rien, t’inquiètes pas ! » il reposa l’essuie-tout sur la table et se redressa un peu, en tirant de nouveau sa chaise vers la table. « Non, non c’est rien. C’est même pas si chaud que ça, heureusement pour moi que t’as attendue un peu avant ! » Il lui adressa un sourire un peu moqueur, mais pas méchant ni mauvais, juste taquin. Elle commença à parler de payer le pressing et se confondit un peu plus en excuse, c’était vraiment du parler de bourge à ce train-là. Il roula un peu des yeux et continua de sa même voix qu’il voulait rassurante « Je t’assure, c’est rien du tout. J’ai eu pire de renverser sur moi, t’inquiètes pas. Ça partira au lavage. Y a vraiment pas besoin d’aller payer un pressing ou quoi que ce soit. » Il se mit à sourire et un peu à rire, la regardant profondément dans les yeux. Comme s’il était sous son charme. Seulement comme si. Il détacha son regard d’elle et mit sa tasse renversée à l’écart pour la remplacer par la sienne. « Tiens, tu peux boire le mien, c’est pas grave et ça me dérange pas. Essaie juste d’éviter de me repeindre le jean au chocolat. » disait-il sans méchanceté, juste de l’humour ; pas nécessairement très drôle d’ailleurs. Lui offrant un simple sourire ensuite, il était prêt à insister si elle ne voulait pas le lui prendre et sembla essayer de le faire comprendre en croisant les bras en la regardant. Après quelques temps sans rien dire il reprit, « Et sinon, à part être une super-héroïne moderne qui aide les femmes enceintes, tu fais quoi dans la vie ? Et je t’arrête tout de suite, moi j’suis pas intéressant. Juste un lycéen ordinaire – et un peu foireux – de dix-neuf ans. » avait-il demandé en lui souriant d'un air intéressé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd


TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Kainoa + Caleb + Sean + Josh.
TON AVATAR : Chloe Bennet.
TES CRÉDITS : Sassenac (avatar) + Bat'Phanie + Irish Coffee ♥
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Cassandre - Cody - Appel Spencer)
A venir : Malone
RAGOTS PARTAGÉS : 5176
POINTS : 4119
ARRIVÉE À TENBY : 13/01/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : Dix-neuf ans (2.12.97)
CÔTÉ COEUR : En couple avec Malone.
PROFESSION : Elle travaille à mi-temps au cabinet des Carter et, autrement, elle fait beaucoup de baby-sitting volontaire.
REPUTATION : Un peu timide et très maladroite, mais polie et sympathique, stable dans sa relation amoureuse. Mais elle a l'air de compter un peu trop sur son petit ami, vous ne croyez pas ?


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Sam 10 Oct - 6:57


« C’est drôle, j’avais justement l’impression que tout le monde vit pas sa vie dans son coin, ici. » Oh, bien sûr, pas dès son arrivée… Mais les choses avaient commencé à changer dès l’après-midi où Mrs Lloyd l’avait invitée à boire une tasse de thé. D’après ce qu’elle avait cru comprendre par la suite, cette dame était une institution, ici. Quoi qu’il en soit, c’était elle qui, en premier, lui avait donné l’impression qu’à Tenby, les gens avaient tendance à se mêler des affaires des autres et à commenter la vie de leur voisin. Pour Mona, qui avait l’habitude de l’anonymat londonien, c’était presque un choc. Et s’il y avait une seule chose que la brunette aurait pu reprocher à la communauté, c’était bien celle-là : leur langue bien pendue. Paige et Thelma, qui vivaient là depuis plus longtemps que les autres, l’avaient bel et bien confirmé. « Enfin, j’veux dire, j’ai la sensation que ça parle beaucoup pour tout et pour rien. Mais si tu dis que tout le monde s’entend bien avec tout le monde, tant mieux. » Bien entendu, c’était sans doute une façon de parler. En revanche, elle ne pouvait qu’être d’accord avec la suite et son visage s’éclaira. « T’as bien raison, vous avez une plage magnifique ! J’y ai passé plusieurs heures tous les jours, cet été. Enfin, dans l’eau, plutôt… » Et pas pour barboter, contrairement à ce qu’on aurait pu croire.

La conversation était bien partie, mais, comme d’habitude, il fallait que Mona gâche tout. Décidément, elle était vraiment la personne la plus maladroite qui existait sur cette Terre. Et pourtant, Dieu savait à quel point elle avait de la concurrence, autour d’elle ! C’était d’ailleurs un sujet de plaisanterie régulier, dans la famille Taylor-Thompson. Ils parlaient assez souvent de leurs gaffes, échangeant des anecdotes - certaines étaient amusantes, d’autres un peu moins. Quand ils étaient tous réunis, c’était un beau tableau ! Combien de fois leur grand-mère ne s’était-elle pas à moitié arraché les cheveux pour un énième vase cassé ? Combien de fois ne s’étaient-ils pas fait ramasser à propos d’égratignures, de bleus, voire de fractures ? Combien de cris avaient retentis à cause d’une autre bêtise dans la cuisine ? Sur le moment, c’était toujours assez flippant ; puis, après coup, ils en rigolaient bien, tous ensemble. Et ceux qui avaient été épargnés par cette malédiction (comme Thelma et Milo) en rajoutaient une couche, à chaque fois, ne serait-ce que pour les embêter. Mona se souvenait même d’une fois où ils avaient essayé d’élire le plus maladroit parmi eux, mais le choix entre Oscar, Paige et elle-même avait été bien trop ardu. Encore aujourd’hui, il leur arrivait de se comparer les uns aux autres, toujours avec une touche d’humour : mieux valait en rire qu’en pleurer !

Néanmoins, quand ça touchait une tierce personne, c’était tout de suite différent. S’il ne s’agissait que d’elle-même, Mona en était agacée, mais sans plus, parce qu’elle était plus qu’habituée à ses gaffes quotidiennes. Mais si quelqu’un d’autre se trouvait dans l’embarras à cause d’elle, son souci s’en trouvait immédiatement décuplé. D’ailleurs, elle avait tout le temps honte de ce qu’elle faisait involontairement subir à Malone - qu’il s’agisse de briser son stylo préféré, de lui rendre un de ses T-shirts dans un état pas forcément brillant ou encore de l’appeler à l’aide parce qu’elle s’était cassé la figure, toute seule, comme une idiote, dans son coin. Pourtant, il n’avait pas perdu patience avec elle, pas encore. Il était d’une douceur remarquable, ce qui ne manquait pas d’impressionner la jeune fille, à chaque fois. Mais elle ne pouvait s’empêcher de penser qu’un jour, il s’en lasserait - et qu’arriverait-il à ce moment-là ? Cette idée lui faisait horreur, mais elle ne parvenait pas à s’en débarrasser entièrement. Alors, pour le moment, elle se contentait de profiter au maximum de sa compagnie, au cas où… Et elle essayait de faire attention, bien évidemment, mais elle était née avec deux mains gauches, c’était bien connu et ça ne changerait probablement pas avec l’âge.

En revanche, Mona ne connaissait pas Scott ; donc elle appréhendait forcément sa réaction. Bien entendu, elle tenta de se rattraper immédiatement, en lui tendant un papier essuie-tout, mais ça ne changeait pas les choses. Heureusement, le jeune homme se montra compréhensif. Il la dissuada d’aller jusqu’à payer le pressing, même si elle l’aurait fait sans hésiter - ce n’était certainement pas ce qui ferait un trou dans un compte en banque. Il alla même jusqu’à lui laisser sa boisson chaude. « Oh, merci… Mais j’vais en commander un autre, pour toi aussi. » Elle appela le serveur ; aussitôt dit, aussitôt fait. « Promis, j’essayerai d’éviter la peinture chocolat. » Ça l’avait même fait sourire. « Ben… Je suis étudiante. Depuis cette rentrée. En littérature. C’est pas forcément très passionnant non plus, si tu veux mon avis… »

_________________

can't take my eyes off you
I had dreams before him, plans and other things... Now he is in my dreams, plans, goals and everything else. ▬ And if it's quite alright I need you baby.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs Dim 25 Oct - 13:58


Love Covers Over All Wrongs
Feat. B. Mona Taylor

Dans un sens, elle avait raison quand elle disait que les gens ne vivaient pas vraiment leur vie ici, à Tenby. Scott hocha la tête dans un sourire, elle continua en se confessant sur les impressions qu’elle avait à propos de la ville et de ses habitants, Scott la regardait en silence en hochant une nouvelle fois la tête discrètement, et après qu’elle ait acquiescée à ce qu’il disait sur la plage de la ville, il esquissa un sourire en coin quand elle raconta y avoir passée plusieurs jours pendant l’été. « Alors ouais, c’est vrai… Les gens se mêlent un peu de tout ici, mais c’est ça les petites villes. On peut pas s’empêcher d’être curieux et d’être une commère tu sais. Et puis ça pimente un peu les journées ennuyeuses de fouiller dans les histoires des gens. C’est marrant, mais c’est inoffensif au final. Personnellement, ce genre de trucs ça m’intéresse pas vraiment, les secrets des autres me regardent pas, sauf si j’ai vraiment envie de m’amuser ou de mieux les connaître ; mais je suis pas du genre à trop fouiller dans le passé des autres, c’est fatigant et – sans doute – embarrassant ou gênant pour les autres. Mais ouais, tout l’monde s’entend globalement bien… C’est ça qui compte. » Et même si pour la plupart des choses qu’il lui avait dit il avait menti, cette fois il n’avait pas eu besoin. C’était vrai, et c’était une bonne chose si l’on prenait la peine d’y réfléchir. Scott n’était peut-être pas si mauvais et méchant que ça. Bien sûr, il fallait penser et réfléchir à tout ça avec précaution, parce qu’au final, Scott restait tout de même un terrible personnage et une personne de très mauvaise fréquentation et de mauvaise influence. Il n’y avait vraiment que peu de choses bonnes qu’on pouvait tirer de lui depuis ces trois dernières années. Mais malgré tout, il lui arrivait quand même parfois d’avoir des élans de bienveillance. De plus en rares, cela dit, mais ils étaient encore là ! Alors on pouvait bien considérer son désir de n’avoir rien à faire de la vie des autres comme quelque chose de bon et de pas si mal que ça… Même s’il n’allait certainement pas empêcher les gens de lui raconter des ragots ou d’en aider d’autres à propager des rumeurs. C’était une histoire compliquée, ce garçon.

Et la conversation était bien partie. Tout semblait être bien parti d’ailleurs. Mais à peine avaient-ils eut le temps de s’asseoir et de discuter un peu qu’elle s’était faite surpasser par sa maladresse qu’elle aurait dû décrire comme légendaire, puisqu’elle venait de renverser tout le contenu de sa boisson sur sa jambe. Il avait sursauté et poussé un cri de surprise, la chaleur l’avait rapidement estomaqué, mais ça s’était rapidement estompé pour qu’il ne se retrouve plus qu’avec juste une jambe humide. Et l’essuyant du mieux qu’il pouvait, il n’en restait pas moins que la tâche était là et qu’elle allait rester. Mais il devait garder la tête haute et faire comme si ça ne l’emmerdait pas, et même si c’était horriblement désagréable, il resta dans son mensonge et se trouva lui-même crédible lorsqu’il insista que ça ne le gênait pas et qu’elle n’aurait même pas besoin de lui payer le pressing pour s’excuser, quel gentleman ! Cela dit, ça l’aurait bien arrangé… Mais il n’avait pas tellement le choix s’il voulait garder sa couverture de gentil garçon pour l’impressionner et réussir ce plan horrible qu’il avait en tête depuis le début, depuis qu’il l’avait vue avoir du mal à porter ses courses et qu’il s’était souvenu du pari. Il était mauvais, il était détestable, mais est-ce qu’on pouvait vraiment lui en vouloir pour si peu ? Ça ne pouvait pas être si grave que ça, il ne voulait juste que se faire un peu d’argent facilement, c’était parfaitement justifié. Ou presque.

Il continua de se montrer serein et pas du tout énervé contre elle, lui tendant même sa propre boisson pour qu’elle ne se retrouve pas sans rien et donna l’air d’insister à ce qu’elle le prenne. Il se mit à sourire lorsqu’elle préféra plutôt en commander un autre, et appela aussitôt le serveur. Il la laissa faire puisque de toute façon, ça n’aurait mené à rien de s’imposer et de la forcer à prendre le sien. Il la regarda sourire et se mit lui aussi à sourire lorsqu’elle vint promettre qu’elle essaierait d’éviter de renverser cet autre chocolat. « Nan parce que sinon, j’vais devoir me venger. Et j’doute que t’aies envie d’être repeinte au chocolat, toi aussi ! » plaisantait-il en la regardant, un sourire en coin esquissé alors qu’elle commençait à continuer, à raconter ce qu’elle faisait dans la vie. D’après elle c’était loin d’être passionnant, et elle avait raison. Scott n’en avait strictement rien à foutre, mais faisant quand même mine d’être intéressé, il hocha discrètement la tête et lui répondit dans un sourire chaleureux. « Oh dis pas ça ! J’suis que ça doit être intéressant ! En tout cas sûrement plus que de redoubler sa dernière année de lycée, tu crois pas ? » Se faire passer pour la victime, pour le petit garçon qu’il fallait plaindre, c’était une routine à laquelle Scott était habitué, et généralement ça fonctionnait pour que les autres le prennent en pitié et se confient à lui, ou bien tombent dans le panneau de ses manigances insupportables. « C’est pour devenir quoi que tu fais ces études-là ? Écrivaine ou quelque chose comme ça ? »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (Mona) » Love Covers Over All Wrongs

Revenir en haut Aller en bas

(Mona) » Love Covers Over All Wrongs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-