AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Family isn't always about blood (Kainoa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : myself (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Josh - Aloy - Amanda - Eléa)
RAGOTS PARTAGÉS : 1477
POINTS : 2393
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Il craint de perdre celle qu'il aime et de voir leur famille se dissoudre...
PROFESSION : Flic mais pour combien de temps encore ?
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Family isn't always about blood (Kainoa) Sam 12 Sep - 17:39

« Tu es stressé ? » demanda Thomas en jetant un regard en biais à Kainoa, quittant ainsi brièvement des yeux la route. Ils étaient arrivés à Swansea, et suivaient désormais les pancartes qui indiquaient l'université de Swansea. C'était une belle journée. Il ne faisait pas très chaud mais il ne pleuvait pas et c'était agréable. Aussi agréable que les cinquante kilomètres qu'ils venaient de parcourir, à parler de tout et rien. Thomas était heureux de passer du temps avec Kainoa. Il avait l'impression de ne plus le voir assez entre le boulot, Debra et le reste. C'est pourquoi il avait été ravi que le jeune homme lui ait demander de l'accompagner à sa réunion de rentrée. Thomas allait rencontrer son directeur de recherches et écouter sa présentation. D'où sa question, la chose était sérieuse, et le flic connaissait suffisamment son jeune protégé pour se doute qu'il appréhendait un peu. « J'apprécie que tu ais pris la peine de m'inviter en tout cas ! Je serai prêt si Debra se décide à suivre la même voix, comme ça...» Il doutait que sa fille ait l'ambition de devenir astrophysicienne mais il avait dit ça pour plaisanter, pour contrebalancer le sentimentalisme qui perçait dans sa première phrase. Un réflexe guidé par la pudeur. Car l'invitation le touchait réellement. Il savait que ce genre d'institution était réservée aux parents. Malheureusement, Kainoa n'était pas gâté de ce côté là. Donc le fait qu'il ait pensé à Thomas en guise de substitut nouait la gorge du Neo Zelandais plus qu'il ne voulait l'avouer. Il espérait juste qu'il ne ferait pas honte à son petit protégé. Il était un homme simple, préférant l'action à la réflexion, et n'avait pas fait beaucoup d'études. Il craignait un peu d'être largué parmi la cohorte de scientifiques qui risquaient d'être présents... Mais qu'est-ce qu'il ne ferait pas pour faire plaisir à Kainoa !

D'ailleurs, lui aussi souhaitait l'inviter quelque part. Profitant qu'ils étaient arrêtés à un feu rouge, il regarda une nouvelle fois son passager. « Tu fais quoi samedi prochain ? Bon, je sais que tu risques d'avoir du travail avec la rentrée qui arrive... Mais j'ai des places pour aller voir le match de rugby... Ça te dirait ? » Debra l'avait regardé d'un air dégoûté quand il lui avait proposé et pour une fois, il pouvait comprendre cette réaction. Il espérait quand même être plus chanceux avec Kainoa... Le feu passa au vert et ils parcoururent les derniers mètres restant pour rejoindre le parking de l'université. Il y avait un monde pas possible mais le flic parvint à trouver une place quand même. Il descendit de la voiture, content de se dégourdir un peu les jambes, faisant le tour pour rejoindre Kainoa. « Bon à partir de maintenant... Je te suis ! » Les parents à s'être déplacés étaient nombreux. Certains avaient l'air contents d'être là, une main fièrement posée sur l'épaule de leurs rejetons, d'autres... beaucoup moins, pendus à leur téléphones comme s'ils avaient mieux à faire que d'être là. Les étudiants s'interpellaient joyeusement entre eux, faisant les présentations le cas échéant. Kainoa n'échappa au phénomène, une jeune femme blonde cri son nom en agitant la main. Thomas et Kainoa se dirigèrent vers elle, et Claire, c'était son nom, leur présenta ses parents. Nerveux, Thomas garda le silence, laissant Kainoa prendre les choses en main. Il ne savait pas trop comment le jeune homme voulait le présenter. Il fallait dire qu'ils s'étaient rencontrés aux alcooliques anonymes, ce qui n'était pas très glorieux. Puis au commissariat ensuite. Heureusement, les deux hommes avaient avancés, laissant la plupart de leurs démons derrière eux. Aucune chance qu'ils gâchent cette belle journée. Thomas se faisait du soucis pour rien.  Il changea brusquement d'avis, tendant une main aux parents de Claire. « Enchanté, M. et Mrs Bennett, je suis Thomas Weston...

_________________

"Memories turn to dust, please don't bury us. I got you, I got you. Ain't runnin' from myself no more. Together we'll win it all. I'm ready to face it all. If I lose myself, I lose it all”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Dim 13 Sep - 9:35


S’efforçant de respirer à un rythme normal, Kainoa desserra le col de sa chemise. Pourquoi avait-il l’impression d’avoir chaud ? Il jeta un coup d’oeil à l’extérieur. Il fallait dire qu’à l’approche de Swansea et plus précisément de l’université, il devenait nerveux. Visiblement, Thomas l’avait remarqué et Kainoa esquissa un petit sourire d’excuse. « Un peu » avoua-t-il. Un peu beaucoup, même. Il avait le trac. Pourtant, il n’aurait pas pensé qu’il l’aurait, pas parce qu’il se sentait particulièrement à l’aise, mais plutôt parce que sa présentation n’avait rien de si prestigieux. Bien sûr, c’était important, c’était a priori le début de sa dernière année et il fallait bien remettre les choses en ordre. Mais ça n’avait absolument rien à voir avec la soutenance de sa thèse, qu’il devrait prononcer lorsqu’il l’aurait achevée. Là, il aurait de quoi stresser. Là, il serait face à un jury et face à un public. Là, ce serait décisif pour son parcours universitaire. « Mais au moins, c’est un entraînement pour l’année prochaine » poursuivit-il, s’efforçant de rester positif. C’était une journée un peu particulière, puisque pas mal d’étudiants faisaient leur rentrée et ceux qui étaient au même niveau que lui avaient été encouragés à inviter leurs parents. Kainoa, lui, n’aurait certainement pas pu le faire. Ses parents ne s’étaient jamais intéressés à ses études. Si, peut-être à ce que ça pouvait leur rapporter au final, mais le métier d’astrophysicien n’était pas pour celui qui désirait faire fortune. Ils n’auraient sûrement pas voulu venir. Et même s’ils avaient essayé, il était probable que sa mère aurait été trop shootée aux médicaments et que son père n’aurait pas dessaoulé de sa folle nuit de vendredi. Non, Kainoa n’avait même pas tenté de leur en toucher un mot. Il s’était déjà senti suffisamment humilié de toute sa vie, à l’école primaire, puis au collège. Et à la place, il avait préféré inviter Thomas, le flic qui avait pris une place importante dans sa vie, celui qu’il avait rencontré dans des circonstances un peu particulières et qui avait fini par l’aider à remonter la pente. Celui qui était devenu une sorte de père de substitution. « J’ai trouvé ça normal… Et j’apprécie que t’aies accepté de m’accompagner. » Le jeune homme se mit à rire quand Thomas évoqua sa fille, parce que cette dernière n’était pas branchée matières scientifiques. Chacun son truc, après tout, mais pour l’instant, en tant que prof particulier, il éprouvait des difficultés monstres à l’intéresser un minimum à ce qu’elle apprenait à l’école. « J’espère qu’elle a pas l’impression que je lui pique son papa, hein ? » Elle semblait toujours suprêmement agacée quand elle le voyait, mais ça, c’était sûrement à cause des cours, enfin du moins osait-il l’espérer. « Quoi, sérieux, t’as eu des billets ? » s’exclama-t-il, surpris, en se tournant vers le Néo-Zélandais, lorsqu’il fut question de rugby. « Bien sûr que ça me dit ! N’oublie pas à qui tu parles » plaisanta-t-il, faisant référence au fait qu’il aimait particulièrement regarder les chaînes sportives à la télévision. « Merci, j’suis sûr que ça va être génial ! »

En voyant se dessiner, au loin, le campus de l’université, Kainoa inspira profondément. Bientôt. Mais en descendant de la voiture, il fut happé par une ambiance particulière, celle d’étudiants se retrouvant après un été. Il se retrouva vite avec une petite blonde dans les bras, une dénommée Claire, l’une des rares filles de sa promotion. En riant, il la serra contre lui avant de tendre sa main à ses parents, pendant qu’elle faisait les présentations. Il chercha Thomas des yeux et son sourire s’élargit en constatant que ce dernier s’approchait. « C’est mon mentor » affirma-t-il fièrement. Après avoir demandé à Claire à quelle heure elle devait se présenter et bavardé un peu avec ses parents, Kainoa lui souhaita bon courage et leur dit au revoir, puis il s’éloigna avec Thomas. « Ses parents sont vraiment fiers d’elle, hein ? » Il réalisa alors qu’il pouvait avoir l’air de se plaindre et donna une tape dans le dos du flic, en souriant. Il l’entraîna alors un peu plus loin, du côté des amphithéâtres qu’il connaissait bien. Ils étaient un peu en avance et Kainoa décida de parler de rugby pour ne pas trop stresser. Enfin, ils entrèrent dans la salle en question, où se trouvaient son directeur de recherches, ainsi que quelques professeurs connus de lui. « Monsieur le professeur Clay Wilson, mon directeur de recherches, monsieur Thomas Weston, il fait partie de ma famille. » Il le présenta à tout le monde.

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 


Dernière édition par Kainoa Baxter le Lun 21 Sep - 9:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : myself (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Josh - Aloy - Amanda - Eléa)
RAGOTS PARTAGÉS : 1477
POINTS : 2393
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Il craint de perdre celle qu'il aime et de voir leur famille se dissoudre...
PROFESSION : Flic mais pour combien de temps encore ?
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Dim 20 Sep - 16:41

Thomas avait vu juste : Kainoa était nerveux. Mais il était aussi clair que le jeune homme luttait contre son stress, voyant le bon côté des choses, et faisant remarquer que la présentation qu'il allait livrer aujourd'hui était un entraînement pour la thèse qu'il aurait à soutenir l'année prochaine. Thomas aimait cette façon de voir les choses, c'était optimiste et courageux. Plutôt que de se laisser ronger par l'angoisse, il voyait le bon côté des choses. C'est un des trucs que le flic aimait chez Kainoa, il était courageux, il était brave. Même quand c'était un gamin de dix ans qui devait aller chercher ses parents dans les bars, il ne reculait pas devant la pénibilité de la tâche. Il faisait ce qu'il fallait faire et c'était sans doute cette détermination qui l'avait conduit si loin dans la vie. Le Neo-Zelandais avait adressé un nouveau sourire encourageant à son petit protégé. « Oui, c'est vrai qu'il y a cette fameuse thèse. Il y aura du public en dehors des jurés ? » Il essayait essentiellement de mesurer la difficulté de l'exercice mais il ne pouvait pas nier qu'une part de lui imaginait déjà se rendre là-bas pour soutenir le jeune Baxter. Il savait combien c'était une étape importante dans la vie d'un étudiant... Et puis, il n'avait pas l'impression que ça gênerait ce dernier car Kainoa venait de lui dire qu'il appréciait que Thomas soit là, avec lui. Et même que c'était normal. Des mots qui touchèrent encore le presque quadragénaire mais il ne répliqua pas, encore peu enclin à se livrer à de telles démonstrations. Ce qui comptait, c'était que lui et Kainoa était sur la même longueur d'onde : heureux d'être ensembles. Et ça allait continuer car l'étudiant avait accepté avec beaucoup d'enthousiasme de se rendre au match auquel Thomas l'avait invité. « Ah génial ! Et de rien ! C'est toujours un plaisir d'y aller avec un vrai passionné ! J'étais aussi surpris que toi pour les billets... En fait, c'est une connaissance qui... me devait une faveur. Enfin bref, oui je suis sûr que ça va être sympa. » La perspective d'aller au match avec Kainoa le contentait. A tel point qu'il ne laissa pas la question à propos de Debra obscurcir son humeur. Bien sûr que Debra allait piquer une crise. Elle détestait Kainoa. Et pas seulement parce que Thomas l'avait nommé prof particulier de la demoiselle. Non elle était bel et bien jalouse de la relation que son père avait avec Kai. Elle l'appelait le fils qu'il n'avait jamais eu... Mais elle détestait aussi le rugby et ne faisait rien pour que ça s'améliore avec lui non plus alors... Il choisit d'en plaisanter. « Et ne t'en fais pas pour Debra ! Elle va probablement te payer pour que tu me sortes de la maison ! Elle me trouve... envahissant. »

Puis, l'intimité tranquille de la voiture laissa place à l'agitation et au tumulte tandis qu'ils se retrouvaient happés par la foule et les connaissances de Kainoa. C'est ainsi que Thomas fit connaissance des Bennett, une famille qui avait l'air sympathique. Il frémit en entendant Kainoa le présenter à eux comme son mentor. Bien sûr c'était vrai mais il espérait que les gens ne le comprendraient pas par rapport à l'astrophysique, car le flic n'avait absolument aucune connaissance en la matière. Heureusement, le sympathique couple et leur fille ne posèrent aucune question dans ce sens. Thomas regarda Kai bavarder avec Claire, peu surpris que le jeune homme soit apprécié de ses pairs. Après, ils se retrouvèrent à nouveau seuls, et le grand sourire qu'affichait Kainoa face à la blonde s'effrita un peu. « Ses parents sont vraiment fiers d’elle, hein ? » Il y avait une pointe d'envie et de tristesse dans la voix et dans la remarque de l'étudiant. Ce qui était parfaitement compréhensible. Thomas sentit son cœur se serrer pour lui. Il répondit d'une voix douce. « Oui, ils le sont. Comme Abbey, Evie et Anthony le sont de toi. » Le flic n'avait pas eu l'hypocrisie de dire que les parents de Kainoa l'étaient aussi. Mais il savait combien la fratrie était unie et espérait que l'étudiant piochait du réconfort là dedans. Il profita d'ailleurs que ce dernier lui donne une tape amicale dans le dos pour faire de même, voulant le réconforter. « Et comme moi je le suis » Il posa la main sur la nuque de Kainoa brièvement, ne voulant pas l'embarrasser devant ses pairs. Il passa ensuite les minutes suivante à le distraire pour éviter qu'il ne pense encore à ses parents et à la présentation difficile qui l'attendait. Puis ils furent admis dans la salle où l'étudiant devait faire son exposé. Une cohorte de professeurs les y attendaient ainsi que le directeur de recherche de Kainoa. Ce dernier présenta une nouvelle fois Thomas avec affection, allant jusqu'à dire qu'il faisait partie de sa famille. Et même s'il le fit plusieurs fois, le flic ne s'en lassait pas. Il aurait en effet voulu être le père de Kainoa et lui offrir tout l'amour, le respect et l'admiration qu'il méritait. C'était un jeune homme admirable. Bien entendu, il ne dit rien de tout ça aux membres du jury, même si un observateur averti peut le lire dans le regard brillant qu'il pose sur son petit protégé. " Bonjour Monsieur Wilson. Enchanté ! Kainoa m'a beaucoup parlé de vous. Je suis content que ça soit vous qui supervisiez ses recherches." Il aurait voulu ajouter que le gallois allait l'éblouir avec sa présentation mais c'était là encore sa fierté excessive qui parlait. De toute façon, ils allaient vite se rendre compte seuls à quel petit génie, ils faisaient face. Le Neo-Zelandais se contenta donc d'aller s'installer sur les chaises derrières, laissant Kainoa face à ses examinateurs même s'il l'encourageait mentalement de toutes ses forces.

_________________

"Memories turn to dust, please don't bury us. I got you, I got you. Ain't runnin' from myself no more. Together we'll win it all. I'm ready to face it all. If I lose myself, I lose it all”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Lun 21 Sep - 9:52


« Euh, oui, malheureusement… En fait, c’est public. Bon, après, bien sûr, ça intéresse pas grand-monde, hein. En-dehors de la famille et des amis, ce sont surtout des étudiants qui viennent, histoire d’avoir un aperçu de ce qui les attend. J’ai assisté à une bonne quinzaine de soutenances de thèse. » Mieux valait trop que pas assez. Kainoa n’aurait pas dit que ça le rassurait, non, peut-être pas à ce point. Mais au moins, il voyait comment ça fonctionnait, se faisait une idée générale des attentes d’un jury, mesurait le niveau et, dans la foulée, apprenait pas mal de choses des travaux des autres (ce dont il ne se lassait jamais). « Ben si tu reçois ce genre de faveurs… J’me suis gouré de voie » plaisanta-t-il en se mettant à rire, tentant de penser au match de rugby plutôt qu’à ce foutu rendez-vous avec son directeur de recherches. Si le jeune homme était ravi que Thomas ait accepté de l’accompagner aujourd’hui, il commençait à se demander si la présence du flic ne faisait pas qu’accroître son stress. Il recherchait tellement son approbation… Ne pas ressentir celle de ses parents lui avait cruellement manqué et, même si sa grande soeur l’avait toujours encouragé, il avait besoin d’un adulte, d’une figure paternelle. Et si Thomas ne le trouvait pas bon ? Et s’il était déçu ? Mince, il ne fallait vraiment pas que Kainoa pense à ça ; sinon, il était bon pour s’emmêler les pinceaux et se faire piéger comme un gamin de primaire présentant son premier exposé. Et ça augurerait forcément mal la suite : s’il était incapable de gérer son stress en raison de la présence de Thomas, qu’adviendrait-il l’année prochaine, lorsqu’en plus de lui, il voudrait inviter Evie, Anthony, Abbey, peut-être même Hope, Grace, Nerea, Mathys, Ariana… ? Non, brusquement, cette pensée lui donnait tout bonnement envie de défaillir. Il voulait montrer à ses proches ce pour quoi il avait travaillé pendant tant d’années, bien entendu. Mais s’ils n’en pensaient pas du bien ? Il n’était pas sûr de supporter de lire ça dans leurs yeux, même s’ils n’en diraient rien. Les gens un tant soit peu normaux ne redoutaient certainement pas autant l’avis de leur famille que lui ; non, beaucoup d’autres avaient une famille conventionnelle, des parents (ou au moins un) sachant prouver leur amour. Et s’il avait arrêté d’envier les autres depuis des années déjà, il ne pouvait s’empêcher d’éprouver une pensée amère quand ils ne se rendaient pas compte de la chance qu’ils avaient - un peu comme Deborah, dont Thomas était précisément en train de lui parler. Il aurait rêvé d’avoir un père comme le sien, mais elle ne semblait pas s’en rendre compte, il avait déjà eu l’occasion de le remarquer à plusieurs reprises. Comment était-ce seulement possible ? Et puis après, il se rappelait que cette petite avait perdu sa mère et il se reprochait aussitôt d’avoir eu de telles pensées à son égard.

Et l’étudiant ne tarda pas non plus à se sentir stupide de redouter autant l’avis de Thomas. Quand il lui rappela que son frère et ses soeurs étaient fiers de lui, et qu’il ajouta que lui-même l’était, Kainoa se sentit aussitôt un peu réconforté. Au pire, même s’il se loupait, que pouvait-il arriver au pire ? Thomas n’allait pas l’abandonner pour autant. « Merci, ça compte beaucoup… » Il esquissa un sourire un peu crispé et lui jeta un regard plein de reconnaissance. Il n’avait peut-être pas les parents idéaux, mais cette chienne de vie s’était au moins arrangée pour qu’il ait quelqu’un de génial à ses côtés. Et après l’avoir présenté à tous les professeurs, Kainoa inspira profondément en déballant le matériel dont il avait besoin, notamment son ordinateur portable. En relevant la tête, il croisa le regard de son mentor, esquissa un sourire et, un peu regonflé, il se lança. Les débuts étaient toujours un peu difficiles ; mais comme à chaque fois qu’il se lançait sur le sujet qui le passionnait le plus au monde, le Gallois s’impliqua totalement, se lançant dans des explications précises et détaillées, se laissant très vite entraîner par ce qu’il aimait tant étudier. Et c’était peut-être ça, son avantage principal. Il dut parler pendant un peu plus d’une demi-heure, durant laquelle il résuma les travaux déjà effectués et présenta le projet de ce qu’il lui restait à faire. Il répondit ensuite à quelques questions, posées notamment par son directeur de recherches, précisant deux ou trois points. Après quoi, chacun donna son avis à propos de sa présentation et c’était le moment que Kainoa redouta le plus. Il reçut quelques conseils, bien évidemment, notamment sur la manière de poursuivre ses recherches et de les exposer à proprement parler, mais globalement, l’avis était plutôt positif. Et quand ils le félicitèrent chaleureusement, il eut l’impression qu’un énorme poids venait de lui être enlevé des épaules. Il allait beaucoup mieux, tout d’un coup. Son soupir de soulagement fit rire les professeurs, qui les libérèrent après quelques mots d’encouragement pour l’année à venir. Une fois dehors, Kainoa se tourna vers Thomas, esquissant un sourire. « Bon, c’était pas trop mal, hein… ? » Son approbation aussi était importante, même s’il ne le lui avouait pas directement. « J’suis désolé, t’as dû t’ennuyer… » Ce n’était pas un exposé vulgarisé, mais destiné à un public spécialisé, alors forcément, ça devait être difficile à suivre.

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : myself (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Josh - Aloy - Amanda - Eléa)
RAGOTS PARTAGÉS : 1477
POINTS : 2393
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Il craint de perdre celle qu'il aime et de voir leur famille se dissoudre...
PROFESSION : Flic mais pour combien de temps encore ?
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Dim 27 Sep - 19:07

En regardant Kainoa faire sa présentation, Thomas se remémora de ce qu'il avait dit à propos de se tromper de voie. Bien sûr, il plaisantait à ce moment là mais là, franchement, il avait l'air réellement dans son élément. Dire qu'il était absorbé dans sa présentation était un euphémisme. Et il s'en sortait bien, vraiment bien. Thomas ne pouvait pas l'affirmer au regard du contenu de ladite présentation car il ne comprenait qu'un mot sur deux de celle-ci mais il était flic et il était bon pour déchiffrer les attitudes, les tics, les réactions. Et ceux des jurys de Kainoa étaient on ne peut plus favorables. Ils opinaient souvent de la tête d'un air appréciateur, une lueur d'intérêt brillant clairement dans leurs yeux tandis qu'ils essayaient de ne pas trop sourire. Son jeune protégé les avait conquis. Lui même rayonnait, de plus en plus sûr de lui au fur et à mesure que la présentation avançait, captivant même le néophyte qu'était Thomas qui ne comprenait rien mais qui avait envie de l'écouter quand même. Vraiment, il n'avait pas à redouter un public pour l'année prochaine, il déchirerait tout sans problème. Une fois le stress envolé, il avait le charisme nécessaire et Thomas le devinait, il y avait un travail acharné là derrière... Les sourires encourageants n'étaient plus de mise, le flic n'avait qu'à sourire béatement, plein de fierté. Un sourire dont il n'eut pas à se départir à la fin de l'exposé car il avait vu juste, ses examinateurs étaient on ne peut plus satisfaits du travail de Kainoa. Un Kainoa qui ne fit rien pour cacher son soulagement à la fin, ce qui amusa toute l'assistance.

D'ailleurs, le jeune homme se soustrait aussi vite qu'il peut à tout ça, se précipitant vers Thomas. Il redevient à nouveau timide, baissant les yeux.  « Bon, c’était pas trop mal, hein… ? J’suis désolé, t’as dû t’ennuyer… » Ce fut peut être le seul moment de la journée où Thomas eut envie de cesser de sourire. Son soudain agacement n'avait bien sûr rien à voir avec Kainoa, c'étaient plutôt ses géniteurs qui en étaient la source.... Vraiment, ils se rendaient compte à quel point leur fils manquait de confiance en lui par leur faute ? Est-ce qu'ils sauraient un jour ce que leur fils venait d'accomplir ? Est-ce que c'était trop difficile pour eux entre deux cuites de manifester leur approbation de quelque manière que ce soit ? Ça changerait bien évidemment tout pour le jeune Baxter. Mais non, ils étaient absents et pourtant ils étaient présents dans l'esprit de Kainoa. Thomas le sentait sans qu'il ne le dise. Il se recomposa un visage joyeux et donna une grande tape amicale sur l'épaule de garçon. « Tu plaisantes, fiston ? Tu as tout déchiré. Tu as entendu ce que tes profs t'ont dit... Ben joué !  » (Il fallait remercier Debra pour l'expression de jeune). Quant à rassurer Kainoa sur le fait de savoir s'il s'était ennuyé, c'était d'une facilité déconcertante. « Et je pensais m'ennuyer, mais non pas du tout. Tu as une manière d'embarquer les gens avec toi. Je ne dis pas que j'ai compris, ça serait hypocrite mais j'avais envie de comprendre. Ça se voit que tu es passionné par ton sujet. » Au début quand Kai lui avait envoyé un sms pour lui demander de venir, il n'avait pas compris l'importance du truc mais maintenant... Il n'y avait nul part d'autre où il aurait voulu être en ce moment.

« Allez viens, je t'emmène manger un hot dog pour fêter ça. » L'attente et l'exposé avaient pris plus de temps que prévu et la matinée avait filé. Il était déjà plus de midi. Thomas avait bien besoin de manger un bout après s'être levé tôt un samedi matin et avoir conduit jusqu'ici. Il avait repéré un stand sur l'entrée du campus. Ils allèrent donc acheter deux hot dogs que le Neo-Zelandais paya à une jolie demoiselle et s'installèrent sur des tables en bois, profitant des derniers rayons du soleil de Septembre qui maintenaient la température à un niveau acceptable. Une fois assis, Thomas qui n'avait pas encore rangé son portefeuille tendit un généreux tas de billets à son voisin. « Tiens fiston, ta paye pour les cours à Debra. J'ai même ajouté l'équivalent d'une prime de risque, je sais combien elle te mène la vie dure. »


_________________

"Memories turn to dust, please don't bury us. I got you, I got you. Ain't runnin' from myself no more. Together we'll win it all. I'm ready to face it all. If I lose myself, I lose it all”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Ven 2 Oct - 3:23


En entendant l’avis favorable de Thomas, Kainoa se retint de pousser à nouveau un soupir de soulagement. Il se sentait un peu ridicule, à appréhender ainsi l’opinion du flic. Mais après tout, n’était-ce pas un peu normal qu’il recherche autant son approbation ? Ses parents ne s’étaient jamais véritablement intéressés à ses études. Lorsqu’elle était dans ses bons jours et pas trop shootée aux médicaments, il pouvait en toucher un ou deux mots à sa mère, mais sans plus. Elle était bien plus portée sur des sujets de conversation plus terre à terre. Quant à son père, ce n’était même pas la peine d’y penser. Kainoa savait d’avance ce qu’il en dirait… S’il en était en état pour une discussion un tant soit peu normale, il affirmerait probablement que ce n’était que de la frime. Le métier d’astrophysicien ne lui disait pas grand-chose et, à ses yeux, son fils aurait sans doute mieux fait d’opter pour un métier un peu plus pratique, comme Evie, Abbey et même Anthony. Et même s’il préférait se faire arracher la langue plutôt que de l’avouer à haute voix, le jeune homme souffrait de ne ressentir ni l’approbation, ni la fierté, ni même l’amour de ses parents. Bien sûr, il en avait l’habitude et il s’efforçait toujours de ne pas se comparer à ceux qui étaient un peu mieux lotis que lui, se répétant sans arrêt que certains avaient écopé de parents encore pires que les siens. Pourtant, sur le moment, quand il ne pouvait pas compter sur eux pour quelque chose d’aussi important à ses yeux, ça ne le réconfortait guère. Il aurait tellement aimé pouvoir leur faire profiter de ses joies et même de ses déceptions. Mais au moins, il n’était pas tout seul. Au moins, l’homme qu’il admirait probablement le plus au monde se trouvait à ses côtés quand il en avait besoin et ça, ça n’avait pas de prix à ses yeux. Il lui avait donné une grande tape sur l’épaule, en le félicitant et l’appelant « fiston ». Ce n’était pas la première fois qu’il le gratifiait de ce surnom aussi affectueux, mais à chaque fois, Kainoa avait l’impression de recevoir l’une des plus belles récompenses. Même si ses parents ne l’étaient pas spécialement, il y avait au moins un adulte de son entourage qui était fier de lui. Et il ne pouvait même pas exprimer à quel point ça le soulageait et le rendait joyeux. Non seulement il n’aurait pas trouvé les mots adéquats, mais en plus, il n’était pas sûr que Thomas sache comment réagir face à un discours aussi peu viril. « Merci » murmura-t-il, profondément touché par les mots de son mentor. Il aurait sans doute pu trouver mieux, comme manière de le remercier, mais aucun mot n’était plus sincère et une lueur de reconnaissance brillait clairement dans ses yeux. Il avait relevé la tête, brusquement libéré d’un autre poids. « C’est vrai que j’aime vraiment beaucoup ce que je fais » confirma le jeune homme. Sinon, il n’aurait jamais tenu aussi longtemps et persévéré autant dans un domaine aussi sélectif que celui-là. « Et savoir que tu m’as écouté, c’est l’un des plus beaux compliments. » En tout cas, c’était un bon moyen de savoir s’il s’en sortait bien ou pas. Si quelqu’un dont ce n’était pas le domaine l’avait écouté jusqu’au bout, c’était au moins la preuve qu’à défaut d’être  compréhensible pour lui, il réussissait à parler d’une manière qui pouvait l’intéresser un minimum. Après, c’était peut-être juste parce qu’il s’agissait de Thomas. Kainoa doutait fortement que, s’il était présent, son frère daigne l’écouter jusqu’au bout. Il serait là pour le soutenir, d’accord, mais suivre, c’était encore une autre histoire.

Tout joyeux, le coeur presque en fête, l’étudiant suivit volontiers celui qui était sa figure paternelle. « Rien de tel qu’un hot-dog ! » De toute façon, Thomas aurait pu lui proposer à peu près n’importe quoi qu’il aurait accepté. Il n’était déjà pas bien difficile en temps normal, mais là, il était carrément trop enthousiaste pour faire la fine bouche à propos de quoi que ce soit. « Merci beaucoup. » Ils s’étaient installés tous les deux sur un banc, pour profiter d’une des dernières journées de l’été. Kainoa inspira profondément. Il se sentait tellement mieux que dans la matinée. Bien entendu, le plus difficile restait à venir ; mais finalement, les choses ne se présentaient pas trop mal et Thomas était avec lui. Soudain affamé, l’aîné des fils Baxter s’était déjà jeté sur son hot-dog quand le policier lui tendit un tas de billets, tout en s’expliquant. Kainoa l’aurait deviné ; pourtant, il baissa les yeux vers les billets sans les prendre. Certes, plus que beaucoup d’étudiants, il avait cruellement besoin d’argent. Mais il ne voulait pas profiter de quelqu’un qui lui avait déjà donné tellement de choses. « Non, c’est vraiment gentil, mais même sans compter, je sais déjà que c’est trop » protesta-t-il. « T’es pas obligé, tu sais… »

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 


Dernière édition par Kainoa Baxter le Sam 10 Oct - 4:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : myself (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Josh - Aloy - Amanda - Eléa)
RAGOTS PARTAGÉS : 1477
POINTS : 2393
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Il craint de perdre celle qu'il aime et de voir leur famille se dissoudre...
PROFESSION : Flic mais pour combien de temps encore ?
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Ven 9 Oct - 19:04

Les compliments que Thomas fit à Kainoa avaient eu l'air de toucher le jeune homme, pour le plus grand plaisir et aussi pour le plus grand soulagement du flic. Ce dernier avait en effet eu peur que son manque de compréhension de l'exposé agace son auteur mais heureusement, Kainoa avait eu l'air satisfait. Thomas avait alors cessé de s'inquiéter, non sans avoir eu une pensée pour tous les parents qui rencontraient ce genre de problèmes. Cela devait être compliqué d'avoir un fils plus intelligent que soi malgré la fierté que ça procurait aussi... Ce qui pouvait faire sourire dans tout cela, c'est qu'à leur manière, les deux hommes recherchaient chacun l'approbation de l'autre. Ce qui pouvait sembler ridicule, car ils étaient déjà liés par un grand respect mutuel. Ils n'avaient plus besoin de s'impressionner depuis bien longtemps. Thomas appréciait Kainoa, et les moments simples qu'il pouvait passer avec lui. Là, par exemple, tandis qu'ils mangeaient ensembles sous le soleil de Septembre, aucun nuage ne semblait être apte à troubler ce moment. Quoique... Le jeune Baxter refusait de prendre sa paye pour les cours particuliers qu'ils donnaient à Deborah. Thomas eut un soupir, plus amusé qu'agacé. Il était déterminé à donner cet argent à Kainoa et il avait beau ne pas être un orateur de talent comme tous ces gens présent aujourd'hui, il ne manquait pas d'arguments pour parvenir à ses fins. « Je ne suis pas obligé mais j'y tiens. Je t'ai demandé d'assurer les cours pour Deborah alors que tu es très occupé, tu ne vas pas en plus le faire bénévolement. Et puis, quel genre de flic je suis, si je fais du travail dissimulé et que je ne te paye pas ? » Il plaisantait pour tenter de dissiper la gêne qui semblait s'être installée depuis qu'il avait tendu les billets à son jeune protégé. Une gêne qui le peinait. Il ne voulait pas que Kainoa soit mal à l'aise avec lui et il ne comprenait pas pourquoi le jeune homme ne voulait pas toucher son salaire. « Je n'ai jamais été étudiant, mais je sais à quel point vous êtes fauchés. Prend le, va boire un coup avec tes amis, invite ta petite amie au restaurant, je m'en fiche mais prend le. Profite de la vie, tu as bien travaillé, tu le mérites. »

Il ne le dirait pas à voix haute pour ne pas le gêner plus, mais il savait que Kainoa avait du mal à joindre les deux bouts. Le Néo-zélandais savait que l'étudiant prenait toujours pleins de petits jobs pour s'en sortir. Holly lui avait dit qu'il bossait au Prince of Whales, ce qui voulait dire qu'il travaillait la nuit et s'occupait de ses cours la journée. Il devait être épuisé... Non vraiment, il n'avait aucune raison de refuser. Mais au cas où, Thomas en rajouta une couche. « Je suis vraiment satisfait du travail que tu as fais avec ma fille. Ses notes ont même augmentées. Bon, c'est très sensible et ça ne me dispense pas d'être convoquée par son affreuse prof de science, certains vendredi soir mais c'est quelque chose. » En parlant de Deborah... Un affreux soupçon saisit le flic. Il sait combien sa fille est désagréable avec le Baxter et... Il espère franchement qu'elle ne lui a pas fait une remarque acerbe sur comment il était payé pour s'occuper d'elle et que c'est ça qui le bloquait. Thomas aurait bien voulu en toucher un mot à voix haute à Kainoa mais il n'ose pas. Et il se sent un peu coupable d'imaginer sa fille en éternelle peste. Bien que... il faut l'avouer, la demoiselle n'a pas son pareil pour appuyer sur les points sensibles. Faute de mieux, il se confie un peu sur Debra, voir si ça suscite une réaction chez le jeune homme. « Bref, je commençais à désespérer et toi tu as réussi à faire quelque chose avec elle. Ce n'est pas rien, tu sais. Elle est loin d'être bête ou méchante mais depuis la mort de sa mère, elle... Elle est difficile à atteindre. Surtout que le timing a été mauvais, je pense qu'elle fait son deuil en même temps que sa crise d'adolescence alors... » Cela avait été plus émotionnel qu'il ne l'aurait cru. Il se racle la gorge, un peu gêné de s'être épanché comme ça. Il reprend un ton plus léger mais non dénué de fermeté. « Bon allez prend tes billets, mon hot dog va être froid et j'ai faim. »

_________________

"Memories turn to dust, please don't bury us. I got you, I got you. Ain't runnin' from myself no more. Together we'll win it all. I'm ready to face it all. If I lose myself, I lose it all”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Sam 10 Oct - 6:11


Débarrassé d’un poids, la bouche pleine de pain, de ketchup et de moutarde et surtout, en excellente compagnie, Kainoa n’aurait sans doute pas pu mieux se sentir. Il avait rarement des moments de répit comme ceux-là, aussi voulait-il en profiter un minimum. Néanmoins, il ne put s’empêcher de se sentir gêné dès que Thomas exhiba une masse de billets un peu trop fournie. Il tenta bien de le dissuader de lui donner autant d’argent, mais c’était visiblement peine perdue. Le flic commença à se lancer dans un discours. Lentement, Kainoa hocha légèrement la tête en signe de dénégation, avec un petit sourire amusé. « Non, je parle pas de travail illégal. » Il mastiqua pour ne plus parler la bouche pleine. « Mais ce que je veux dire, c’est que ça fait beaucoup pour des cours particuliers. » Ce n’était pas spécialement mal payé, comme job (au contraire, c’était l’un des meilleurs qu’il puisse dénicher, en termes de temps/salaire, avec les boulots de nuit aussi, qui comptaient pas mal), mais le jeune homme était suffisamment intelligent pour comprendre du premier coup d’oeil que Thomas lui refilait bien plus que le minimum. Déjà qu’à la base, Kainoa était embarrassé d’accepter de l’argent de sa part… Alors si en plus il s’amusait à être très généreux, n’en parlons même pas. Même s’il avait des semaines très chargées, l’étudiant aurait volontiers fait ça gratuitement, pour Thomas. Après tout, ne faisait-il pas partie des personnes qui lui avaient le plus donné ? Il ne pensait pas à de l’argent, ici, mais plutôt à l’affection dont il avait cruellement manqué avec son père, ou alors au temps précieux passé en sa compagnie. Et c’était sans compter toutes les fois où le Néo-Zélandais l’avait aidé, que ce soit quand Kainoa avait traversé une mauvaise passe lors de l’adolescence, ou encore quand il l’appelait à la rescousse parce qu’il avait besoin d’aide pour gérer son père. Non, Thomas en avait décidément beaucoup trop fait pour lui… Comment Kainoa aurait-il pu le lui rendre, de quelle que manière que ce soit ? Il aurait fait à peu près n’importe quoi pour son mentor, alors si ce n’était que donner des cours particuliers dans les matières qu’il maîtrisait le plus… Même s’il s’agissait d’une des élèves les moins intéressées auxquels il ait eu affaire, le Gallois aurait été disposé à rendre service à Thomas sans rien demander en échange. Bien entendu, il savait pertinemment que jamais Thomas ne l’aurait laissé faire sans le payer ; mais n’en restait pas moins horriblement embarrassé qu’il lui donne autant. Il n’était même pas certain de le mériter, alors… Et puis, que dire de ce que Thomas dépensait déjà pour lui ? C’était lui qui l’avait emmené jusqu’ici et il lui arrivait de l’inviter à manger… Mais de toute manière, Kainoa sentait que c’était inutile d’insister - il ne le connaissait que trop bien. « Oh, merci… Mais tu sais… Je bois pas, et j’ai pas non plus de copine. » Thomas devait se souvenir de ce qui s’était passé la dernière fois que le futur astrophysicien avait mis la main sur une bouteille. Et il avait plus ou moins connu Sunshine, mais depuis, Kainoa n’avait plus eu personne à lui présenter - du moins, pas de petite amie.

Seulement, comme tout le monde, le fils Baxter était capable d’être aussi têtu qu’une mule. Mais Thomas ne semblait pas à court d’arguments et l’un de ses derniers réussit à faire sourire Kainoa. « Sérieux, elle a d’un peu meilleures notes ? Bon, c’est déjà ça… C’est sûr que ça deviendra jamais sa passion, ce sera ni la première ni la dernière… Mais c’est vrai qu’elle m’avait montré une de ses copies, la dernière fois, elle s’était pas mal débrouillée. » Et Kainoa n’était pas avare de compliments dans ce domaine, même s’il n’était pas certain que ce soit une bonne idée avec l’adolescente. De toute manière, il éprouvait un mal fou à la cerner. Il n’était déjà pas spécialement doué avec les jeunes, mais alors là, elle… Deborah le surprenait bien souvent, que ce soit par ses réactions ou ses propos. Soit elle l’envoyait bouler au moment où il s’y attendait le moins, soit, au contraire, elle s’adoucissait alors qu’il commençait à désespérer. Honnêtement, il se demandait comment Thomas réussissait à s’en occuper. Mais elle avait des circonstances très atténuantes et ça, Kainoa le n’oubliait jamais. « Non, elle n’est ni bête, ni méchante. » Il le savait parfaitement, même s’il avait toujours un peu de mal à savoir où se mettre avec elle. « J’ose pas imaginer ce que c’est de perdre sa mère. » Lui-même n’était pas proche de la sienne ; pourtant, il avait bien cru qu’il allait perdre la tête quand elle avait fait une tentative de suicide, en début d’année. « Mais… T’arrives quand même à communiquer avec elle ? » demanda-t-il avec douceur, tout en se résolvant à prendre les billets que Thomas lui tendait avec insistance. « Merci, t’imagines pas ce que ça représente pour moi… »

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : myself (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Josh - Aloy - Amanda - Eléa)
RAGOTS PARTAGÉS : 1477
POINTS : 2393
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Il craint de perdre celle qu'il aime et de voir leur famille se dissoudre...
PROFESSION : Flic mais pour combien de temps encore ?
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Jeu 15 Oct - 21:46

Il a beaucoup de défauts, Thomas, mais la radinerie n'est pas l'un d'eux. Il a envie de donner cet argent à Kainoa et il n'en démordra pas. Il commence à lui énumérer une longue liste de ses motivations et il voit avec satisfaction que le jeune homme cède un peu de terrain tandis que la vigueur de ses protestations décroit quelque peu. Ça ne l'empêche pas d'essayer encore un peu. Le flic a un petit haussement d'épaules quand Kainoa lui signale que c'est trop pour des cours particuliers. Il décide de jouer les innocents. « Ah ben... Je ne sais pas combien tes autres employeurs te payent mais moi, c'est ce que j'avais prévu de te donner dès le début. » Le débat pourrait s'arrêter là mais le Baxter s'amuse à le contredire en lui faisant aussi remarquer qu'il ne boit pas et qu'il n'a pas de copine. Thomas pourrait le taquiner en lui disant qu'il est trop sage pour son âge mais il s'abstient. Il n'était pas surprenant que Kainoa ne boive pas avec le passif qu'il avait. D'ailleurs, le Neo-Zelandais est lui aussi bien mal placé pour parler d'alcool... Il continue donc à jouer les idiots innocents. « Quand je dis d'aller boire un coup, je ne parle pas forcément d'alcool, tu sais. » Son ton est léger mais il se rend compte que dans son empressement à vouloir faire accepter l'argent à l'étudiant, il a peut être été un peu lourd. Parler ainsi de deux sujets qui fâchent,c'était maladroit. Car le coup de la copine, ce n'était pas très fin non plus. Thomas avait été placé pour voir la peine de Kainoa quand il s'était séparé de Sunshine. Mais bon, ce dernier avait une gueule d'ange et une gentillesse à toute épreuve, il n'aurait pas été surprenant qu'il retrouve une autre petite amie... C'était tout ce que Thomas souhaitait pour lui d'ailleurs, qu'il remonte la pente et trouve une fille qui le rend heureux. Alors il fait comme si le sujet n'était pas si grave. « Ah bon, pas de petite amie ? Et la petite Claire, elle a l'air de bien t'aimer, non ? » Il aime bien taquiner Kainoa, sans doute comme un père le ferait. Mais comme le lui a déjà fait aimablement remarquer sa fille, il n'est pas forcément le plus doué en la matière. D'ailleurs, il aurait fallu qu'elle soit là, elle aurait été ravie de voir que son père était maladroit avec son petit protégé aussi.

Du coup, Thomas est presque content quand la conversation dévie sur sa fille, justement. Même s'il révèle des choses personnelles, il sait qu'il peut compter sur Kainoa. Surtout que ce dernier côtoie beaucoup Debra et sera peut être apte à l'aider. D'ailleurs de manière surprenante, c'est l'évocation de l'adolescente qui convainc le gallois de prendre l'argent. Les mains enfin libres, Thomas balaie les remerciements de Kai d'un geste de main désinvolte et attaque donc son hot dog, calmant enfin les gémissements de son estomac. « Oui, elle a augmenté sa moyenne générale d'un point. Et c'est dans les matières scientifiques que l'augmentation est la plus flagrante. Donc ça ne peut pas être une coïncidence. » Il ne mentait pas à Kainoa. De toute façon, il avait menacé la principale intéressée de lui trouver un professeur beaucoup moins sympathique que l'étudiant si les choses ne continuaient pas à aller dans ce sens. Enfin, il se débattait tout de même avec d'autres problèmes que les notes de Debra en sciences et en maths. « Mais bon, ses profs ne sont pas sensibles à ses progrès vu qu'elle passe son temps à sécher. Il va falloir que je trouve quelque chose pour qu'elle arrête sinon, elle va finir par être expulsée. » Cependant, il ne sait plus quelle menace inventer pour qu'elle rentre dans le droit chemin. Et comme le montre cette conversation avec Kainoa, tout le monde est très prompte à lui trouver des circonstances atténuantes. « Je ne peux pas imaginer non plus ce que ça fait non plus... Mais la communication, c'est justement, le problème. Elle ne me dit rien... Elle ne partage pas son chagrin, ses angoisses, ses joies... tout ce que je sais d'elle, c'est que j'arrive à observer ou ce quand je lui tire les vers du nez. » Les deux parents de Thomas étaient en vie et il peinait à imaginer la sienne sans eux. Par contre, il se confiait beaucoup à eux et auraient voulu que Debra fasse  de même. Mais c'était loin d'être le cas et il voudrait bien savoir à qui l'adolescente ouvrait son cœur. Sans grande conviction, il demande à son interlocuteur. « Elle te parle toi ? »  Une question presque rhétorique parce qu'il sait que Debra en veut beaucoup à Kainoa  à cause de la relation que le jeune homme entretient avec lui, son père. En tout cas, maintenant que le flic a commencé à s'épancher, il semble incapable de s'arrêter. « Je fais tout pour me rapprocher d'elle mais elle ne me laisse pas faire... Je suppose que je ne peux pas lui en vouloir. Il faudra plus de quelques mois de vie commune pour qu'elle oublie que j'ai été un père déplorable pendant les premières dix sept années de sa vie... »

_________________

"Memories turn to dust, please don't bury us. I got you, I got you. Ain't runnin' from myself no more. Together we'll win it all. I'm ready to face it all. If I lose myself, I lose it all”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Ven 16 Oct - 3:23


S’efforçant de faire l’impasse sur sa gêne (laquelle était pourtant évidente), Kainoa rangea discrètement la liasse de billets que lui avait donnée Thomas. Déjà, ça le soulageait. Ça lui permettrait de moins peiner à joindre les deux bouts en fin de mois, de moins se serrer la ceinture. Et il comptait bien en faire bon usage. De toute manière, Kainoa était quelqu’un de plutôt économe. Il savait épargner ; comme en été, quand il gagnait plus que d’habitude, il mettait de l’argent de côté. Il ne pouvait pas se permettre de faire autrement, de toute manière. En même temps, vu la vie qu’il avait menée… C’était un trait de personnalité qu’il avait adopté tout naturellement, comme sa sainte horreur de l’alcool en temps normal. Il ne se souvenait plus de l’âge qu’il avait quand il avait commencé à travailler par-ci par-là après les cours, mais il savait, en revanche, que ce n’était pas l’âge légal. Il avait travaillé au noir, se débrouillant pour ramener un peu d’argent, cherchant à tout prix à soulager Evie, faisant ses devoirs alors que la plupart de ses camarades étaient couchés depuis longtemps. Ce n’était pas la vie d’un adolescent normal, mais ç’avait été la sienne. Et à un moment donné, le lycéen qu’il avait été s’était retrouvé tellement désespéré qu’il avait trempé dans des trucs franchement louches et certainement pas glorieux. Mais il avait réussi à se ressaisir, alors qu’il était à la limite et que les choses auraient pu aller loin, trop loin - dans ce processus, Thomas avait été une aide plus que précieuse. Et après ça, Kainoa s’était arrangé pour ne plus être en porte-à-faux avec la loi, dans quel que domaine que ce soit. Les années de galère financière s’étaient enchaînées, bien entendu, mais il gardait à l’esprit que ce n’était que temporaire. Le salaire d’un astrophysicien n’avait rien d’exceptionnel, certes, mais ce serait déjà beaucoup pour lui. Terminés, les problèmes d’argent. Il pourrait même aider les autres autour de lui et offrir plein de cadeaux à ses proches.

« Claire » répéta bêtement le jeune homme, alors que Thomas venait de soulever une éventualité à laquelle il n’avait jamais songé. « Ouais, elle est gentille, Claire… Mais ça s’arrête là. » En réalité, ils ne se côtoyaient pas tant que ça. Bon, si, ils se voyaient tous les jours, faisaient parfois du co-voiturage avec d’autres jusqu’à l’observatoire et étaient amenés à bosser ensemble sur des projets et même des travaux de nuit. Mais ce n’était jamais allé plus loin et ce ne serait sans doute jamais le cas. « Mais t’inquiète pas, hein… Pour l’instant… C’est pas plus mal que ça… » Bien entendu, Kainoa ne s’en serait jamais plaint à haute voix et aurait d’ailleurs eu du mal à se confier à ce sujet, mais la rupture qu’il avait vécue laissait forcément des traces. Pour le moment, il était vacciné contre l’amour - ou du moins, il tentait de s’en convaincre. En tout cas, il avait bien trop peur de souffrir à nouveau pour envisager une relation sérieuse dans l’immédiat. Alors oui, même si ça ne lui ressemblait clairement pas, pour le moment, il préférait s’amuser avec Ana-Sofia, voilà tout. Mais il savait aussi que ça ne durerait pas toute la vie : un jour, il aurait envie de se poser à nouveau, c’était ce qu’il voulait depuis longtemps. Jusqu’ici, il avait simplement été trop fragilisé pour y penser, pour risquer de se faire briser le coeur à nouveau - mais ça aussi, c’était hors de question d’en parler à Thomas. Il risquait de mettre son mentor plus mal à l’aise qu’autre chose et de toute façon, le Baxter n’avait jamais été très porté sur l’étalage de ses sentiments.

« Je suis content, c’est peut-être pas si inutile que ça, alors… » Après avoir avalé sa dernière bouchée de hot-dog, Kainoa s’essuya les mains sur son papier essuie-tout. Il avait donc si faim que ça ? Bon, ça n’avait peut-être rien d’étonnant ; il avait eu du mal à manger, ce matin-là, son estomac était trop noué. « C’est peut-être un peu cruel, c’que je vais dire, mais t’as pas… Je sais pas, genre, une menace suprême ? J’t’assure que chez nous, ça marchait très bien. » Mais leur foyer n’était certainement pas à ériger en modèle, donc ce n’était pas une bonne référence. « Peut-être qu’elle arrive pas à parler. Un peu comme moi. Des fois, mes soeurs disent que je communique pas assez. C’est peut-être pas volontaire de sa part… » Il n’arrivait pas à se mettre à la place de Deborah, mais il essayait d’imaginer le pourquoi du comment. « Non, désolé, elle me parle pas. Bon, elle est pas aussi fermée qu’au début, mais… Mais j’irais pas jusqu’à dire qu’on a de vraies conversations. Et puis… Je suis pas sûr qu’elle m’apprécie. Enfin c’est pas le souci hein, je veux dire, je peux comprendre que je l’embête le week-end quand elle a d’autres chats à fouetter… Mais c’que je veux dire, c’est que si tu devais envoyer un agent double en infiltration, ce serait sûrement pas moi. » L’étudiant avait de la peine pour le Néo-Zélandais. La vie était bizarre, des fois… Alors que Kainoa l’adulait, sa propre fille avait du mal à le supporter. « Peut-être que ça s’arrangera avec le temps ? » Mais c’était une phrase bateau, un cliché dans lequel Thomas ne pouvait guère puiser de réconfort. N’avait-il donc rien de mieux à lui dire ? « Quand tu dis déplorable, c’est parce que… Parce que t’en as pas fait autant que tu voudrais pendant dix-sept ans ? »

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : myself (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Josh - Aloy - Amanda - Eléa)
RAGOTS PARTAGÉS : 1477
POINTS : 2393
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Il craint de perdre celle qu'il aime et de voir leur famille se dissoudre...
PROFESSION : Flic mais pour combien de temps encore ?
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Mar 20 Oct - 16:27

Thomas regarda Kainoa ranger l'argent avec une satisfaction non dissimulée. Il savait qu'il serait bien utilisé de toute façon. Par contre, il était dit que le flic ne gagnerait pas toutes les batailles car les suggestions qu'il fit sur la vie sentimentale du Baxter furent accueillies avec scepticisme. Ce dernier lui fit comprendre que Claire était juste une amie et qu'il se trouvait très bien célibataire. Thomas eut un petit sourire. Il avait l'impression de s'entendre parler. Mâchant avec appétit sa viande, il attendit d'avoir terminé pour répondre. « Tu sais gamin, tu as peut être l'impression que tu ne pourra jamais guérir de tes plaies mais la vie a le don de nous surprendre. Si Sunshine n'était pas la bonne... Ça veut dire que tu peux encore trouver mieux. » Il essayait bien évidemment de réconforter Kainoa, quelque peu rembruni depuis que Thomas avait abordés les sujets délicats. Le presque quadragénaire s'en voulait bien évidemment. Il semblait qu'il mettait souvent les pieds dans le plat. Mais bon, sur ce sujet, il avait au moins l'expérience. « J'ai cru que j'étais fini après que la mère de Debra m'a quitté... Mais finalement, nous étions beaucoup mieux l'un sans l'autre. » Il secoua la tête, constatant qu'il recommençait à dire n'importe quoi. Kainoa n'avait jamais été marié et ne s'était pas mis à détester Sunshine à cause de ça... La conversation avait décidément pris un tour un peu plus intimiste tandis qu'ils finissaient leurs repas. Et même si le Neo Zelandais était d'une manière générale, mal à l'aise avec les confidences, il en connaissait les vertus. C'était tout dangereux de garder pour soi, on risquait d'exploser. Il avait donc parlé à son petit protégé de sa fille, voulant l'opinion de quelqu'un de jeune sur le sujet.

Fidèle à lui même,, Kainoa essaya immédiatement de trouver une solution aux problèmes que le père et la fille rencontraient. Un nouveau rire secoua Thomas quand l'étudiant se mit à parler de menace suprême. « J'essaye justement de ne pas trop la menacer, elle m'en veut tellement déjà. Et puis même, si je voulais la priver de quelque chose, je ne saurai pas de quoi. La seule chose qui lui tient à cœur, c'est l'escrime et comme elle suit une préparation olympique, je n'ai pas le droit de lui faire manquer une séance... » Il pourrait tout aussi bien la priver d'Adélaïde mais connaissant le caractère flamboyant des deux demoiselles, il savait que c'était voué à l'échec avant même d'essayer. Il médita ensuite sur ce que Kai disait à propos de difficultés à communiquer qui n'étaient peut être pas volontaires. Il voulait bien laisser le bénéfice du doute à sa progéniture mais il ne se départissait pas de l'idée, que tout cela n'était qu'une forme élaborée de vengeance. Et après, il dut tout simplement réfréner l'agacement qui montait en lui quand le Baxter lui fit comprendre que Deborah était plutôt désagréable avec lui. Mais comme Kainoa était Kainoa, il annonça cela avec beaucoup de tact, essayant de couvrir l'adolescente. Thomas fit le choix de ne pas s'énerver, mais uniquement pour ne pas mettre une nouvelle fois mal à l'aise son interlocuteur. « Ok, j'ai compris... Pas d'infiltration pour toi. On ne voudrait pas prendre le risque de te perdre dans le processus, hein ? » Il lui adressa un regard complice. Bien sûr, il plaisantait mais il n'aimait pas trop le rejet que sa fille faisait des Baxter. Il tenait beaucoup à Abbey et à Kai et ne voulait pas se brouiller entre eux à cause de la furie qui lui servait de fille. Il reprit toutefois rapidement son sérieux. « Non, je pense que c'est un problème que je vais devoir régler seul. J'aimerai juste avoir le mode d'emploi. »

C'était au tour de Kainoa d'essayer de le réconforter, lui disant que le temps allait tout arranger. Sauf que du temps, Thomas n'en avait pas. Dans un an, Deborah était majeure et partirait sûrement à la fac. S'il ne s'était pas un peu rapproché d'elle, il y avait peu de chances pour qu'il ne la voit plus beaucoup... Cependant, il ne put se résoudre à dire ça à voix haute. Ça rendait la deadline un peu trop réel à son goût. Et puis, il se répugnait à casser son image d'homme bien face à Kainoa. Pourtant, il n'eut pas le choix quand ce dernier lui posa une question directe en écho à une de ses remarques. Il mit un point d'honneur à répondre avec franchise. Thomas Weston n'était pas un menteur. « Ce n'est pas que j'en ai pas fait autant que j'aurai voulu. C'est juste que je n'ai pas fait l'effort. A une époque, seul le travail comptait pour moi. Je n'étais jamais à la maison... Et quand on a divorcé avec Keira, et qu'elle a emmené Debra à Cardiff, je ne suis pas allée la voir autant que j'aurai dû. Je n'étais pas un mauvais père, j'étais un père absent, ce qui est pire au final. Tu sais... Elle a des raisons de m'en vouloir. Il a fallu que je manque de tout perdre pour comprendre mes erreurs et à côté de quoi je passais. Mais cette fois-ci, je ne renoncerai pas. » Il secoua la tête avant d'avaler la dernière bouchée de son sandwich. Kai avait déjà terminé, mais Thomas le suivait d'une courte tête, signe qu'ils étaient affamés. En tout cas, son estomac (et sa conscience) soulagés, Thomas commençait à se sentir mieux. Peut être suffisamment pour apprécier le reste du temps qu'il lui restait passer avec Kai avant de le ramener à Tenby et d'aller au boulot. « Tu me montres l'observatoire avant qu'on reparte ? »

_________________

"Memories turn to dust, please don't bury us. I got you, I got you. Ain't runnin' from myself no more. Together we'll win it all. I'm ready to face it all. If I lose myself, I lose it all”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Mer 21 Oct - 0:05


Méditant sur les remarques de Thomas, Kainoa ne prononça pas le moindre mot. Il ne pouvait s’empêcher d’être sceptique… Comment aurait-il seulement pu ne pas l’être ? Il avait tout donné. Sans limites. Et il avait perdu. Lamentablement. C’était pathétique. Pourtant, il s’efforçait de garder à l’esprit que la personne qui lui parlait était beaucoup plus expérimentée que lui-même. Thomas s’était marié, avait eu une fille, puis avait divorcé. Kainoa avait sans doute encore beaucoup à apprendre de lui. Mais dans le domaine de l’amour, il ne parvenait pas à ne pas être défaitiste. Même s’il n’avait pas sombré, une rupture laissait forcément des traces. Et c’était encore trop récent - déjà quelques mois, mais il avait passé plusieurs années avec elle. Plusieurs années de sa vie, foutues en l’air. Ils avaient plein de bons souvenirs ensemble, mais ils étaient tous gâchés par cette fin aussi inattendue qu’affreuse. Il avait retroussé ses manches, réagi après son accident de voiture, s’était accroché à ceux qui ne l’avaient pas abandonné et à ses études. Mais il n’en demeurait pas moins vrai que pour l’instant, le jeune homme était plutôt blasé. Il en avait déjà vu de bonnes, dans sa courte vie. Le modèle que lui avait laissé ses parents en matière de vie de couple était déjà déplorable… Alors pouvait-on vraiment lui en vouloir d’être un peu désabusé ? « Mieux, je sais pas… Mais trouver quelqu’un d’autre, oui, sûrement, un jour. » Kainoa esquissa un sourire, comme pour essayer de donner une tournure moins dramatique à la conversation. « Enfin te méprends pas, hein… Je dis pas que Sunshine était la meilleure femme du monde. Ce que je veux dire, c’est que… Je me fais pas trop d’illusions, c’est tout. » C’était peut-être préférable. Il refusait de voir à nouveau ses belles idées détruites. Ce n’était pas seulement que ça déchirait le coeur. C’était plus que ça, le poussant ainsi à réviser sa conception de l’amour et de la vie à deux. Il avait eu l’impression de recevoir une claque monumentale. Et s’il s’était trompé du tout au tout ? Et s’il valait mieux vivre comme son frère, à profiter de la vie et à ne se soucier de rien ? Pourtant, l’aîné des fils Baxter n’en avait pas envie. Quelque part au fond de lui, l’espoir existait peut-être encore, même s’il avait été réduit à un état déplorable. « Est-ce que ça te convient mieux, le célibat ? » osa-t-il finalement demander. C’était peut-être ça la solution, non ? Le célibat. Avec ses avantages. Et ses inconvénients. « Tu sais quoi ? T’as raison. Aujourd’hui, je te dis ça, mais… Si ça se trouve, dans quelques années, j’en rigolerais. Je me moquerais de moi-même parce que j’aurais trouvé la perle, celle qui me fera oublier tout le reste. » Le voilà qui se mettait à parler comme dans les films dont Abbey se délectait ! Kainoa n’y croyait pas trop, d’ailleurs… Mais autant laisser un tout petit peu de place à la rêverie, sinon, il finirait comme un robot, non ?

D’ailleurs, il fallait qu’il arrête de se plaindre. Il n’était pas le seul à avoir des problèmes, loin de là… En plus, la source des siens était sans doute bien loin, à présent. Thomas, lui, devait gérer maintenant - et peut-être longtemps encore. « C’est sûr qu’on va éviter de lui interdire la prépa olympique. Là, ce serait vraiment atroce. » Pourtant, il était à court d’idées pour aider son mentor. Et il s’en voulait. Plus d’une fois, Thomas l’avait aidé à s’en sortir… Et maintenant, lui-même était incapable de lui rendre la pareille. Deborah avait même du mal à le voir, donc il se retrouvait tout de suite très limité. « Tu penses qu’on pourrait me perdre dans le truc, carrément ? Ouais, t’as peut-être pas tort. J’suis pas doué avec les ados. Heureusement que ma petite soeur a toujours été un ange, sinon, j’aurais eu du mal… » Il se mit à rire un peu, une drôle d’idée venait de lui venir à l’esprit. Deborah serait capable de déployer des trésors d’énergie si elle se retournait vraiment contre lui, il en avait bien conscience. « J’suis désolé, j’ai encore moins le mode d’emploi que toi. Et honnêtement… J’espère que j’aurais pas à m’en servir de sitôt. » Il n’avait rien contre les enfants, mais il préférait ne pas avoir les siens avant très longtemps. Connor lui suffisait largement. D’ailleurs, Kainoa n’avait pas parlé à Thomas de l’incident avec Ana-Sofia - il ne lui avait même pas parlé de sa sex friend tout court. Il y avait des limites ; en plus, il n’avait pas envie de se faire gronder à cause de cette frayer d’une éventuelle grossesse-catastrophe. Il préférait encore parler de Deborah. « C’est courageux de ta part… De ne pas renoncer. Tu verras, elle finira par remarquer tes efforts. C’est la mauvaise période, aussi, l’adolescence… Mais moi, si mon père cherchait à se rattraper, je crois que je sauterais de joie. » Mais bon, autant espérer la venue du Père Noël, tant qu’on y était.

Le Gallois donna une grande tape dans le dos du flic, un geste affectueux déguisé. Il savait que Thomas n’était pas du genre à se confier sur ses sentiments, mais il voulait aussi que ce dernier sache qu’il pouvait toujours compter sur lui. Néanmoins, pour le moment, il semblait qu’il voulait revenir sur un terrain un peu moins triste. Son enthousiasme soudain retrouvé, Kainoa se leva, approuvant d’un hochement de tête. « Allez, viens ! » Il l’entraîna plus loin, partant déjà dans ses explications. « C’est pas le plus génial des observatoires, c’est sûr… En fait, c’est pas grand-chose. Absolument rien à voir avec l’ALMA, le complexe qu’ils ont ouvert au Chili. Mais pour le moment, c’est assez suffisant pour nous. » Il sortit la carte spécialisée qui lui donnait l’accès au bâtiment, tout fier d’emmener le Néo-Zélandais. « Voilà… C’est ici que je passe mes nuits, quand je suis pas chez moi. » Il lui montra les instruments, expliquant un peu ceux sur lesquels il bossait le plus et leurs spécificités. « C’est cool, hein ? J’ai d’la chance d’avoir une bourse, sinon, j’aurais jamais pu… »

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Serena, Eleanor, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : myself (avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Josh - Aloy - Amanda - Eléa)
RAGOTS PARTAGÉS : 1477
POINTS : 2393
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 42 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Il craint de perdre celle qu'il aime et de voir leur famille se dissoudre...
PROFESSION : Flic mais pour combien de temps encore ?
REPUTATION : On murmure qu'après quelques bavures soigneusement dissimulées, sa carrière est sur le point de prendre un tournant fâcheux. Et puis, l'ex-mari de sa compagne est de retour en ville... Il ne doit pas s'éclater en ce moment.



MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Dim 25 Oct - 18:42

Voir Kainoa aussi désillusionné à propos de l'amour peinait Thomas. Sans doute parce qu'il n'avait pas grand chose qu'il pouvait dire pour le consoler. Lui aussi était célibataire. Endurci qui plus est. Keira était probablement la seule qu'il ait vraiment aimée et après... Et bien, il s'était mis à la détester. Pourtant, il n'avait pas envie de tenir des propos cyniques à propos de l'amour, maintenant. Pas quand Kainoa essayait si fort de ne pas avoir l'air abattu à ce propos. « C'est bien de ne pas se faire trop d'illusions... Comme ça, tu ne pourra être qu'agréablement surpris. » Le jeune Baxter méritait de ressentir l'amour à nouveau. Les mains moites, les cœurs qui battaient à la chamade, les textos qui faisaient sourire... Il avait beaucoup à offrir. Alors même que toute sa vie, il avait été rejeté par ceux qu'il aimait. Il avait encaissé les coups avec dignité mais forcément, il commençait à se poser des questions. Alors quand il demanda à Thomas si c'était mieux d'être célibataire, le flic sut qu'il devait faire une réponse réfléchie. « C'est délicat comme question. Quand j'étais marié et heureux... Je t'aurai répondu non. Mais quand on a commencé à être comme chiens et chats avec Keira.... Et bien, j'ai été content de retrouver ma liberté. Ce n'est pas pour ça que je suis satisfait maintenant. Je m'en accommode on va dire...  Mais bon, je vais avoir 40 ans, donc ce n'est pas comparable avec ce que tu vis toi. Tu es encore jeune, tu peux prendre le temps de t'amuser, de ne pas t'investir dans des relations trop intenses si tu n'en as pas envie. Surtout que tu étais très jeune quand tu t'es mis avec Sunshine. » Un discours long et pas forcément utile mais Thomas avait tenté de répondre sincèrement à la question. Il comprenait le point de vue de Kainoa et faisait comprendre au jeune homme que s'il voulait rester seul, et bien il en avait tous les droits. On ne se remettait pas de huit années de relation facilement. Surtout quand on n'était pas celui qui avait décidé d'y mettre fin. De toute façon, le Néo-zélandais n'était pas si inquiet que ça pour son petit protégé. Il lui restait un fond de romantisme et d'espoir, ça perçait dans ses paroles. Thomas lui adressa un sourire encourageant quand il parla de trouver celle qui lui ferait oublier tout le reste. « Bonne mentalité, fiston. Et si ça se trouve, j'en trouverai une aussi, de perle ! »  Oui parce qu'il avait beau jouer les cyniques, au fond il était comme Kai, pas du tout contre l'idée.

A vrai dire, ils profitaient de ce moment en tête à tête pour partager leurs problèmes et ça faisait du bien. Thomas se sentait déjà mieux après avoir ouvert son cœur à propos de Deborah. Surtout que les remarques de Kai le font sourire tout comme les gestes de réconfort qui lui prodiguent. « C'est vrai que Abbey était une ado facile ! Hélas, ce n'est pas le cas pour la majorité des autres. Finalement... Je ne sais pas si quelqu'un possède vraiment le mode d'emploi. Enfin, faut pas que ça te dissuade de faire des enfants hein ! Il y a du bon aussi. Beaucoup de bon à vrai dire.  » Il se souvenait de l'avant, quand ses relations ne s'étaient pas encore dégradées avec sa femme et sa fille. La vie de famille lui avait plu. Pour ce qu'il en avait vu avant de tout foutre en l'air...Quelque chose qu'il se garda bien de dire. Il avait toujours peur de perdre l'admiration de Kainoa, quand ce dernier comprendrait à quel point il avait été un mauvais père aussi. Pas aussi mauvais que Baxter père mais quand même... Surtout qu'il continuait à recueillir les encouragements de l'astrophysicien alors qu'il ne pensait pas les mériter. Il n'y pas pour autant insensible. « Merci, ça me fait du bien d'entendre que je n'essaie pas en vain... » Malgré sa gratitude, Thomas se sent encore peiné pour Kai quand celui-ci lui dit qu'il aimerait bien que son père en fasse autant. Il ne peut guère répondre à cela, ils savent tous les deux que c'est inutile d'avoir de l'espoir de ce côté là. En tout cas, c'est le signal qu'il est temps de changer de sujet.

Le flic n'est peut être pas le paternel de Kai mais il se soucie de son bien être alors il le renvoie sur son terrain de prédilection pour lui changer les idées. Cela fonctionne. Dès qu'il évoque l'observatoire, le regard de l'étudiant s'illumine et il ne se fait pas prier pour y conduire son invité du jour afin de lui en faire faire une visite complète. Son enthousiasme est communicatif et comme tout à l'heure lors de son exposé, Thomas n'a aucun mal à s'intéresser à ce qu'il raconte. « C'est déjà très impressionnant! » Réplique t-il quand Kai met en évidence la modestie des lieux. Il ne dit pas ça pour être poli, le complexe est vraiment très bien équipé. Kainoa fait une remarque sur la chance qu'il a et Thomas se sent obligé de nuancer un peu. « De la chance oui mais aussi du mérite ! Avec tout ce tout ce que j'ai vu aujourd'hui, j'en ai la conviction. Tu fais vraiment du bon travail ! Je suis content d'avoir vu tout ça. Merci de m'avoir montré. » Il adresse un sourire affectueux à son protégé. Il est fier de sa réussite, de son intelligence, de modestie. Il n'aime pas donner raison à Debra mais oui, il aurait bien voulu avoir un fils comme lui. Mais au final, c'était tout comme. « En tout cas, ce n'est pas étonnant que ça t'occupe autant, il y a de quoi faire. » Thomas aura probablement oublié la moitié de tout ce qu'il est en train d'entendre demain mais il est dans le même état d'esprit depuis le début de la journée : Il aime découvrir une part de l'univers de Kainoa. Voir l'observatoire, l'endroit où l'étudiant observe les étoiles est d'ailleurs une belle conclusion de cette matinée placée sous le signe de la découverte.


_________________

"Memories turn to dust, please don't bury us. I got you, I got you. Ain't runnin' from myself no more. Together we'll win it all. I'm ready to face it all. If I lose myself, I lose it all”
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd
TON PSEUDO : Miss Choco.
TES DOUBLES : Liam + Lylou + Caleb + Mona + Sean + Josh.
TON AVATAR : Colton Haynes.
TES CRÉDITS : Pigfarts is real + Anaëlle.
TA DISPONIBILITE RP : 0/4
(Abbey - Hope - Spencer)
À venir : Faith - Lloyd - Fiona - Sameen.
RAGOTS PARTAGÉS : 5936
POINTS : 4850
ARRIVÉE À TENBY : 01/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 26 ans (13.04.91)
CÔTÉ COEUR : Fiancé à Spencer, ils attendent un heureux événement.
PROFESSION : Astrophysicien.
REPUTATION : Vous croyez que c'est parce qu'elle est enceinte qu'ils sont pressés de se marier ? Ça m'a l'air un peu précipité, tout ça...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa) Lun 26 Oct - 5:32


Vigoureusement, Kainoa hocha la tête en signe d’assentiment. Ne pas trop se faire d’illusions, pour ne plus être déçu. Et aussi pour pouvoir, éventuellement, s’émerveiller du meilleur. Encore une fois, il ne pouvait que se ranger à l’avis de Thomas. C’était exactement ce qu’il voulait dire. Tant qu’il n’en attendait pas trop, qu’il n’en espérait pas trop, la chute ne serait pas trop rude. Il refusait de s’exposer comme la fois précédente… Si c’était pour se casser la gueule une fois encore, non merci. Et le mieux, pour ça, c’était sans doute de n’avoir personne du tout. C’était la raison pour laquelle il demanda à Thomas s’il ne préférait pas le célibat. Il estimait que son mentor était assez bien placé pour lui répondre, puisqu’il avait été marié. Il avait donc forcément plus d’expérience à partager. Comme souvent, le flic lui donna une réponse réfléchie, pesée, nuancée. Kainoa l’écouta jusqu’au bout, se contentant de hocher la tête de temps à autre, pour marquer son approbation. « Oui, je comprends. » Oh, bien sûr, il ne comprenait pas autant que quelqu’un qui était par là ; mais au moins, il voyait ce que Thomas voulait lui dire. « J’avais… Seize ans, je crois. Un truc comme ça. » Maintenant qu’il y repensait… Il n’était encore qu’un gamin. Pourtant, ils étaient restés ensemble bien plus longtemps que la plupart des gens de leur âge. Mais le jeune homme n’en retirait aucune fierté. En réalité, il aurait préféré ne l’avoir jamais rencontré. Non, il y allait peut-être un peu fort. Il aurait plutôt préféré qu’elle n’ait jamais eu à se servir d’un faux petit ami pendant quelques semaines, avant qu’ils ne finissent par tomber amoureux l’un de l’autre. Il avait été heureux, mais pour ce que ça donnait à la fin, il serait volontiers revenu en arrière pour tout changer. Malheureusement, c’était impossible. Il n’avait plus qu’à faire avec, tout en gardant à l’esprit les leçons qu’il en avait retirées. Comme Thomas, en fait. Ils avaient encore plus de points communs qu’il ne l’aurait pensé. « C’est toi, la perle. Et ce sera celle qui tombera sur toi qui aura de la chance. »

Le sujet de conversation suivant n’était guère plus joyeux, puisque le Néo-Zélandais évoqua les difficultés qu’il rencontrait avec Deborah. Vu comment ça se passait entre eux, Kainoa n’osait même pas aborder les siennes avec la fille Weston. En réalité, il s’efforçait toujours de minimiser les choses, comme pour ne pas causer davantage d’ennuis ou d’inquiétude à l’une comme à l’autre. « Non, c’est vrai, je pense pas que certains s’en sortent vraiment mieux que d’autres. » Il ne put s’empêcher de sourire quand Thomas lui rappela qu’il ne fallait pas désespérer à ce propos pour autant. « T’inquiète pas, ça me dissuade pas vraiment. » Il avait toujours voulu avoir des enfants, de toute façon. « Juste pas pour maintenant, quoi. » Il savait que Thomas ne pourrait qu’être d’accord. Il avait encore largement le temps. Avant, il fallait qu’il ait un bon travail, une situation stable… Et quelqu’un aussi. Pas n’importe qui. Une avec laquelle il voudrait vraiment fonder une famille. Bref, de quoi donner le meilleur environnement possible à un enfant, le cadre qui tendait vers l’idéal. Ça n’arriverait probablement pas avant plusieurs années. En attendant, il s’efforçait de profiter de son filleul dès qu’il en avait l’occasion.

Après cette discussion durant laquelle des points quelque peu délicats eurent été abordés, le futur astrophysicien conduisit volontiers celui qu’il avait adopté comme père à l’observatoire. Il ne se souvenait pas d’y avoir jamais emmené quelqu’un, d’ailleurs. Les seuls à l’avoir jamais accompagné étaient ceux qui avaient une raison précise d’y aller, c’est-à-dire des potes de promotions ou des professeurs. Ça n’intéressait pas forcément tout le monde, mais Kainoa était vraiment touché de constater que Thomas faisait des efforts concernant tout ce qui lui tenait à coeur. Il voulait découvrir son univers et entendre parler de ses travaux… Pourquoi n’avait-il pas eu un père comme celui-là ? Mais au fond, ce n’était peut-être pas si grave. La vie s’était rattrapée en mettant Thomas sur son chemin, d’une autre manière. « Merci… » souffla-t-il simplement, heureux que son mentor lui dise qu’il avait du mérite. On le lui avait déjà dit et redit, bien sûr, mais ça ne faisait jamais de mal de l’entendre. « En rentrant, on peut peut-être s’arrêter à une pâtisserie ? Y’en a une pas mal, à quelques kilomètres d’ici… On fait parfois un stop le matin, quand on n’a rien mangé. Et cette fois, c’est moi qui régale ! » En riant, Kainoa suivit Thomas à l’extérieur. Grâce à lui, il avait passé une bonne matinée.

_________________


LOST IN LOVE
I swear when our lips touch, I can taste the next sixty years of my life ⊹ Because I could watch you for a single minute and find a thousand things that I love about you.


:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Family isn't always about blood (Kainoa)

Revenir en haut Aller en bas

Family isn't always about blood (Kainoa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-