AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER Mar 18 Aoû - 17:36


Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out

Ce matin était plutôt frais, sonnant la fin de l'été. Tu regardas par la fenêtre le temps un peu maussade où le soleil essayait de se faire une place, quelques rayons se battant en duel avec l'épais coton qui recouvrait l'azur. Un soupir se fait entendre. Tu voudrais pour une fois un vrai soleil, quelque chose qui brille haut dans le ciel sans aucun nuage, sans aucune couverture, simplement l'astre qui brille à en faire brûler ta peau trop pâle, à t'en faire plisser les yeux parce qu'au final, ça fait mal. T'aimerais t'entendre dire que tu as trop chaud, que c'est gênant, que tu n'as pas envie de bouger au lieu de devoir t'emmitoufler dans un de tes sweats beaucoup trop colorés sous lequel tu as pris la précaution de mettre un débardeur ; ne sait-on jamais, ça t'évitera le froid comme ça peut te protéger d'une trop grande chaleur. Tu fixes ton reflet dans le miroir quelques instants et tu te trouves un peu misérable. Toi, là, tout seul, comme un pauvre idiot. Toi, là, sortant de ta douche sans aucun but précis dans la vie. Tu sondes ton âme, est-ce possible au moins ? Tu essayes de faire un sourire, tapes un peu sur tes joues blanches comme pour leur donner de la couleur et termines par soupirer de nouveau. Allez, Caelan, tout ira bien aujourd'hui. Tu regardes l'heure, il faudrait peut-être que tu y ailles si tu ne veux pas être en retard. Un dernier coup d'oeil dans le miroir, tu passes tes doigts dans tes boucles décolorées ; elles ont bien besoin de quelques soins, Spencer sera sûrement contente de te voir ? Toi, tu le seras, tu as besoin de quelqu'un là, de parler, de discuter. Juste de voir du monde. T'as l'impression que cette solitude va te rendre fou, tu vas prendre ta tête entre tes mains et juste frapper, encore et encore contre le mur. C'est maintenant que tu te rends compte que ton monde ne tournait qu'autour d'elle, qu'il n'y avait qu'elle ; tu ne connais personne, c'est dur d'aller vers les gens, de dire hey salut bonjour tu veux être mon ami ? t'as un peu oublié comment créer des liens avec quelqu'un, comment faire confiance, poser ton coeur entre des mains. Peut-être que tu ne veux tout simplement pas recommencer ? Et si encore une fois on te le brisait, et si encore une fois on te trahissait ? Il semble qu'elle l'ait emporté avec elle sans le vouloir, elle a enfermé ton coeur dans sa tombe et tu n'as plus rien qui bat sous ta poitrine, plus rien qu'un organe qui te fait respirer. Tu aimerais ne plus respirer.

Soupir. Tu pousses la porte de la petite boutique, un sourire se dessinant alors sur tes lèvres. Tu as toujours aimé l'odeur de ce genre d'endroit, c'est particulier. Les produits, les shampoings, tout se mélangent et donnent quelque chose de plutôt plaisante. Ce sont des odeurs qui peuvent faire des souvenirs, créer des choses, qui peuvent faire battre un coeur. Tu fermes derrière toi, comme pour refermer cette boîte de Pandore et jette un petit coup d'oeil, à la recherche de celle qui aidera à sauver la pauvre catastrophe que deviennent tes cheveux quand tu les laisses aller un peu trop longtemps. « Spencer ? » Dis-tu alors en haussant les sourcils avant de la voire de sortir de nulle part, un sourire éclairant alors ton visage. C'est un salut chaleureux que tu lui donnes, peut-être même un peu trop amical parce que tu la serres un peu contre toi, comme si vous ne vous étiez pas vu depuis longtemps. C'est simplement toi, ça, un peu trop plein d'affection. Tu souris, encore, comme si ton malheur de ce matin  s'était envolé et tu montres alors tes cheveux d'un doigt un peu rougi par le froid ; « J'crois bien qu'il est temps de faire quelque chose, j'ai plein de racines, ça fait un blond roux dégueulasse. » Tu rigoles doucement, légèrement. T'aurais comme laissé tes démons derrières la porte.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Johanna Brady
TES CRÉDITS : Mellow Bird (avatar) & petramaximoff (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Kainoa - Hope - Nate - Malone

RAGOTS PARTAGÉS : 3727
POINTS : 3106
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Fiancée à Kainoa. Elle va accoucher de leur premier enfant en Novembre. Un bonheur sans nuages ? Pas sûr... La demoiselle se sent un peu délaissée ces derniers temps.
PROFESSION : Elle n'a pas terminé la fac de droit, elle aimerait bien s'y remettre après la naissance de sa fille.
REPUTATION : Vous avez vu, elle a changé de nom ! Incroyable, pendant tout ce temps, elle en usait un faux pour échapper à son ex-mari... On se croirait dans une série américaine !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER Lun 24 Aoû - 16:46

Tes ongles soigneusement manucurés dansent une saccade impatiente sur le comptoir tandis que tu pousses ton énième soupir de la matinée. Une matinée morne, presque irréelle tant elle est entachée par le brouillard et l'ennui. Tu as encore passé la nuit à te réveiller en sursaut, prisonnière des tes cauchemars. Fatiguée, tu n'aspires qu'à rentrer chez toi mais tu n'as même pas passé la moitié de la journée. Pire encore, ta patronne est d'une humeur massacrante et tu en fais les frais. Alors tu laisses les minutes s'égrener lentement, affichant une mine morose. Aujourd'hui, il semblerait que rien ne puisse te rendre le sourire. Si ce n'est... l'arrivée de l'un de tes clients préférés. « Spencer ? » Tu te te redresses brusquement, sortant de derrière le comptoir pour accueillir ton client convenablement, sous peine de t'attirer les foudres de Maxine, jamais loin derrière. Malheureusement, pour elle, les conventions, ce n'est pas ce qui caractérise le jeune homme qui te fait face, un sourire rayonnant plaqué sur le visage. Caelan s'avance vers toi et te serre dans ses bras avec enthousiasme. Un sourire naît sur tes lèvres, malgré toi. C'est comme si l'arrivée du blond avait chassé toute la morosité de la matinée. Caelan est... solaire. Tes nuages dispersés, tu peux lui bavarder avec lui sans cesser de sourire. « Salut Caelan. Tu vas bien ? » Il adopte une expression presque navrée en désignant sa chevelure et tu peux presque deviner ce qu'il va dire. « « J'crois bien qu'il est temps de faire quelque chose, j'ai plein de racines, ça fait un blond roux dégueulasse. » Tu émets un petit rire, jaugeant immédiatement le problème d'un œil expert,  mais tu ne peux pas t'empêcher de jouer les fausses indignées au début. « Je devrais te laisser aux mains de Maxine rien que pour avoir mis roux et dégueulasse dans la même phrase. » Tu secoues ta chevelure flamboyante dans un grand geste théâtral mais vous savez tous les deux que ta menace est aussi fausse que ton jeu. Ta patronne est de la vieille école et n'est donc pas la personne idéale pour réaliser les fantaisies capillaires de Caelan. Et puis, tu préfères le faire toi même, car faire une coupe originale te rappelle l'époque où tu effectuais des coupes branchées à Liverpool, pas des permanentes à la chaîne.

Tu reprends un sourire plus naturel et tu prends Caelan par l'épaule pour l'entraîner vers un des fauteuils du côté homme. Une fois qu'il est installé face à un miroir, tu places tes mains sur ses épaules, parlant à son reflet. « Bon laisse moi examiner les dégâts. » Il ne te faut pas longtemps pour pouvoir les localiser et quand c'est fait, tu pousses un petit soupir, faisant preuve de bonne foi pour changer. « En effet, ce n'est pas du plus bel effet. Heureusement que tu m'as » Tu lui fais un clin d'oeil dans le miroir tout en réfléchissant au problème. Tu ne peux pas dire que tu étais surprise. Si le blond platine était à la mode, il n'était pas moins très difficile à réaliser sans trop abîmer le cheveux. Et quel qu'était la couleur d'origine de ton client, les reflets au niveau des racines étaient un problème récurrent. Tu te mors la lèvre. Il était très difficile d'éliminer un reflet roux car l'orangé est un pigment dominant. Tu réfléchis encore quelques instants avant d'annoncer un plan d'attaque. « Je suppose que je pourrais décolorer... avec un shampoing bleu. Tes cheveux ne vont pas aimer mais ça sera plus efficace que recolorer ou faire des mèches... » Tu laisses ta phrase en suspens, attendant qu'il te donne son avis. Tu ne fais jamais rien sans que ton client soit sûr de lui, c'est une des tes règles d'or. De toute façon, tu ne parviens pas à être 100% professionnelle tant la présence de Caelan te réjouit. « Je suis contente de voir en tout cas ! Comment se passe la vie à Tenby ? »

_________________

That's some type of love ❥ When the world's on fire, we won't even move. There is no reason if I'm here with you. When were old and gray And our faces changed, There won't be a moment, when my heart don't feel the same. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER Lun 31 Aoû - 16:17


Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out

Un rire s'était échappé d'entre tes lèvres quand tu l'entendis dire qu'elle ne devrait pas s'occuper de toi pour avoir osé dire roux et dégueulasse dans une seule et même phrase. « Ce n'est pas contre toi ! » avais-tu rajouté dans un rire, accompagnant ceci d'un petit clin d'oeil. Tu es seulement d'avis que ta couleur de cheveux un peu trop bizarre, tournant autour du blond chatain roux et la couleur platine que tu avais espéré obtenir ne vont pas ensemble. Ca ne t'avait jamais vraiment dérangé, avant d'ainsi maltraiter tes cheveux, tu arborais avec fierté des boucles sur le haut de ton crâne, boucles qui partaient dans tous les sens sans jamais donner l'impression d'une coupe potable. A vrai dire, niveau capillaire, ça n'a jamais été trop ça chez toi. Beaucoup de laissé aller, de n'importe quoi, beaucoup de coupes qui ne rimaient à rien. Il n'y a que depuis que tu connais Spencer que tu peux te venter d'avoir sur la tête des cheveux qui ressemblent à peu près à quelque chose. Au fond, tu la remercies plus qu'elle ne le croit. Tu te laisses alors trainer dans le salon et t'asseois, bien content de ce qu'il va t'arriver. Tu as toujours aimé les coiffeurs, il y a toujours ce sentiment particulier quand tu vas là-bas, c'est agréable. Elle passe ses mains dans tes cheveux pour observer un peu tout ça et tu fermes les yeux pour apprécier les caresses. Que l'on te touche les cheveux a toujours été une de tes choses préférées. Ca te berce et te calme, tu ne saurais l'expliquer mais tu serais prêt à t'endormir là, sur cette chaise alors qu'elle s'occupe tout simplement de ce problème dans tes cheveux. De toute manière, tu lui fais confiance. Tu sais très bien qu'elle serait capable de s'en sortir sans problème. Elle te dit quelque chose et tu rigoles avec elle, acquiesçant bien évidemment ses mots alors qu'elle semble soudainement réfléchir à quoi faire. Tu te dis que si tu dois changer de couleur, tu serais un peu triste. Mais ça ne serait pas plus mal. Brun, violet, vert, rouge, rose ? Il y a tellement de possibilités une fois les cheveux dans cet état qu'au final, tu pourrais finir avec l'ar-en-ciel sur la tête sans aucun soucis. Son annonce te fait hausser un peu les sourcils et tu hausses les épaules. « Très sincèrement je n'y connais rien, mais je te crois et je te fais confiance ! de toute manière, vu l'état de mes cheveux... un peu plus ou un peu moins, on s'en fiche hm ? Va pour ça alors ! » Tu t'exclames en rigolant, frappant gentiment dans tes mains avant de rire un peu. « Je suis content aussi ! » Réponds-tu, envoyant un baiser dans les airs pour appuyer tes paroles avant de te remettre à rire doucement.« La vie à Tenby ? Plus compliquée que je ne le pensais. Revenir sur ses terres, c'est toujours dur... » Tu hausses les épaules, une légère moue sur ton visage, tu regardes ton reflet dans le miroir avant de regarder celui de Spencer, lui esquissant un nouveau sourire. « Mais on s'y fait ! C'est pas tous les jours faciles mais ça reste agréable, puis il y a pire comme ville et comme situation hm ? J'essaye juste de.. De garder les pieds sur terre et de ne pas me laisser avoir. » Léger haussement d'épaule. Tu essayes de l'oublier aussi, de recommencer, mais c'est plus dur qu'il n'y parait. « Et pour toi, alors, ça se passe comment hm ? Raconte-moi à quel point les histoires de grands-mères sont intéressantes ! » Taquines-tu, te remettant à rire doucement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Johanna Brady
TES CRÉDITS : Mellow Bird (avatar) & petramaximoff (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Kainoa - Hope - Nate - Malone

RAGOTS PARTAGÉS : 3727
POINTS : 3106
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Fiancée à Kainoa. Elle va accoucher de leur premier enfant en Novembre. Un bonheur sans nuages ? Pas sûr... La demoiselle se sent un peu délaissée ces derniers temps.
PROFESSION : Elle n'a pas terminé la fac de droit, elle aimerait bien s'y remettre après la naissance de sa fille.
REPUTATION : Vous avez vu, elle a changé de nom ! Incroyable, pendant tout ce temps, elle en usait un faux pour échapper à son ex-mari... On se croirait dans une série américaine !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER Dim 6 Sep - 10:43

Caelan et toi, vous échangez quelques mots taquins, et tu ris de bon cœur avec lui. Les nuages de la matinée semblent se disperser, peut être même un peu trop vite. Si le garçon responsable de ta bonne humeur n'avait pas été aussi haut en couleurs que ses tenues, tu aurais sans doute commencé à te demander si tu n'étais pas lunatique... Ton nouveau client préféré te donne carte blanche pour s'occuper de ce qu'il reste de sa crinière et tu te retiens de battre des mains comme une gamine. Tu dois bien l'avouer, tu aimes donner libre court à ta fantaisie. Les clients qui râlent ou qui arrivent avec la photo de la coiffure de leur star préférée, c'est moins ton truc forcément. Bien que là, tu ne vas pas non plus faire de folie. Tu es fière du blond platine que tu as réussi à faire à Caelan, tu trouves que ça lui va bien, que ça adoucit les traits de son visage, qui semble parfois marqué d'une tristesse quelque peu incompatible avec son jeune âge... Pourtant, aujourd'hui, il a l'air de bon humeur, comme le prouve le baiser qu'il t'envoie dans le miroir. Avec un petit sourire en coin, tu fais mine de l'attraper, priant pour ne pas que Maxine vous épie depuis ses pénates. De toute façon, même sans l’œil acéré de ta patronne, tu te dis que tu dois te concentrer alors tu te mets au travail, inclinant le siège sur lequel se trouve ton client pour mettre ses cheveux à hauteur du lavabo afin de commencer par le traditionnel shampoing. « La vie à Tenby ? Plus compliquée que je ne le pensais. Revenir sur ses terres, c'est toujours dur...Mais on s'y fait ! C'est pas tous les jours faciles mais ça reste agréable, puis il y a pire comme ville et comme situation hm ? J'essaye juste de.. De garder les pieds sur terre et de ne pas me laisser avoir. » Tu as une vue privilégiée sur son visage, alors tu peux voir la petite grimace qu'il effectue lorsqu'il répond à ta question, une question que tu pensais anodine. Tu crois comprendre ce qu'il veut dire. " Je veux bien le croire... Je ne sais pas si j'aurai le courage de retourner chez moi un jour. C'est quoi le plus difficile, revoir les gens ou tout simplement les souvenirs ?" Tu ne savais pas tout de la vie de Caelan, mais tu pensais avoir deviné au fil de vos conversations qu'il avait quitté Tenby pour une raison précise. De toute manière, tu ne pouvais qu'imaginer la difficulté à revenir ici après avoir vu le vaste monde... Cependant, tu recommences à dire des bêtises. C'est un peu comme ça entre Caelan et toi, vous n'arrivez pas à rester sérieux longtemps en vos compagnies respectives. " Ne pas te faire avoir par qui  ? D'après ce que j'ai entendu, tu as déjà succombé aux petits biscuits secs de Mrs Lloyd. Si tu veux tout savoir, elle ne t'as pas trouvé très loquace d'ailleurs." Tandis que tu passes de l'eau chaude dans les cheveux de Caelan, tu te demandes s'il n'aurait pas voulu que tu dises quelque chose de plus profond par rapport à ses confidences. Tu sais que tu parais stupide à côté de bon nombre de tes pairs qui contrairement à toi semblent toujours avoir quelque chose de réfléchi, voir philosophique à dire... De toute façon, même si c'est le cas, le blond ne se départit pas de sa gentillesse coutumière à ton égard, recommençant à te taquiner. « Et pour toi, alors, ça se passe comment hm ? Raconte-moi à quel point les histoires de grands-mères sont intéressantes ! » Tu mets ta main sous la douchette pour lui faire gicler un peu d'eau sur le visage en réponse à cette pique mais tu te rends compte que la question est particulièrement pertinente quand tu t'emploies à y répondre... " Et bien, comme je te l'ai dit, Mrs Lloyd est venu avec Myrtle White et je crois qu'elle ont échangées leurs points de vue sur à peu près tous les habitants de la ville. Maxine n'a plus envie de m'étrangler donc je dirai que les choses se présentent bien... Oh et Mrs Bennet m'a demandé si on pouvait divorcer à 87 ans car apparemment, M. Bennett regarde un peu trop souvent leur jeune voisine nager dans piscine... Mrs Connor a une sciatique... Oh et puis merde ! On s'en fout ! Pitié Caelan, aide moi... Raconte moi quelque chose d'intéressant. Je t'en supplie !" Malgré ta supplique, tu continues à t'activer, commençant à appliquer le shampoing sur ses cheveux. " Tu es déjà allé en France ?"


_________________

That's some type of love ❥ When the world's on fire, we won't even move. There is no reason if I'm here with you. When were old and gray And our faces changed, There won't be a moment, when my heart don't feel the same. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER Dim 6 Sep - 11:31


Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out

« Les souvenirs. » Avais-tu répondu sans aucune hésitation. Les gens, tu n'en avais que faire d'eux, ils ne t'intéressent pas plus que ça. Tu aimes bien savoir ce qu'il se passe autour de toi, tu aimes bien comprendre, connaître mais si tu ne sais pas, ce n'est pas gave. Les gens, ils viennent, ils vont, ils disparaissent comme ils réapparaissent. Ils sont éphémères mais leur souvenir est toujours là, leur souvenir restera. C'est ça le problème, c'est ça le truc. C'est ça qui rend pervers les souvenirs. Parce que si la vie est éphémères, eux sont là pour te rappeler à quel point certaines personnes ont été importantes dans ta vie. Les souvenirs sont durs parce que quand tu regardes quelque part, il y a toujours un brin de quelque chose qui te donne un pincement au coeur. parce que ça n'est plus, parce que ça ne pourra plus être, parce que putain, c'est terminé. C'est comme quand on grandit, quand on s'éloigne des autres, quand on finit par couper les ponts parce qu'on ne s'en sent plus proche, parce que ça finira toujours, toujours par s'écrouler. Les souvenirs, ils font mal, même s'ils sont beaux, même s'ils sont heureux. Ils font mal parce qu'ils seront toujours là, quoi qu'il arrive, quoi qu'il se passe et ils te rappelleront ton passé, même quand tu essayes de l'oublier. La petit réplique sur Mrs Lloyd te fit légèrement rire -tu n'en avais tellement rien à faire d'elle qu'au fond, c'est vrai, tu n'avais pas trop trop parlé. Simplement essayé de dire le moins possible, de sourire, de paraître poli. C'est vrai que toi, t'es un peu un enfant sauvage, un enfant des rues maintenant et il est dur de paraître civilisé, ou quelque chose du genre. T'as le gros-mot facile et t'es pas trop un poète, tu bouffes tes mots et quand tu parles, des fois, ça ressemble à rien. Tu étais presque heureux qu'elle ne continue pas cette conversation sur les souvenirs, parce que tu ne te sentais pas prêt d'en parler. Pas aujourd'hui, parce que t'es plein de souvenirs, parce que tu sens le fantôme de Sia à tes côtés, tu sens ses mains sur tes épaules. Aujourd'hui, son souvenir te hante. Tiré de tes pensés par de l'eau qui vint s'écraser sur ton visage, tu lâchas un ; « Heeyyyy. Ca va paas ? » pas vraiment viril avant d'éclater de rire. Elle prit quand même le temps de te répondre, ça te fit sourire, doucement, amusé, parce qu'au final, elle en savait des choses. Tu n'étais pas privilégié, tout le monde raconte sa vie dans un salon de coiffure. Elles sont là, à commérer, à dire des choses que personne ne devrait entendre mais tout le monde a les oreilles qui traînent. Souffle de pitié, tu éclates de rire comme un enfant ; « Je trouvais ça intéressant ! » Avais-tu alors dit avant d'être surpris par sa question. « La France ? » Souvenirs, souvenirs, tu souris comme un idiot alors que tu fermes les yeux pour profiter du shampooing, alors que tu fermes les yeux pour te souvenir. « Oui, j'y suis déjà allé... On est arrivé à Paris, mais les grandes villes ne nous plaisaient pas du tout, le monde et le brouhaha, ce n'était pas notre truc. » On. Avait-elle l'habitude de tes récits avec ce fantôme ? Tu n'es jamais seul quand tu racontes et tu ne sais même plus si Sia était déjà vraiment venu au milieu d'une conversation. « Alors on s'est débrouillé avec ce qu'on avait, on est parti vers le sud. On s'est retrouvé perdu je sais pas où.. la campagne. Des champs à perte de vue, des petites forêts. C'était féerique, tu sais ? On y voyait une petite rivière couler, il y avait des sortes de grottes naturelles... C'était un peu comme ici, mais en plus ensoleillé... Puis, elle a voulu voir le bord de mer. Alors on y est allé. On l'a traversée, la France. On en a vu, des routes et des paysages... Mais la plage était celui qu'elle préférait. » Léger souffle, souvenirs, souvenirs. Tu souris encore, légèrement, tu te souviens de ses yeux pétillants, de ses yeux magnifiques, de ses yeux qui ont terminé par refléter les vagues et l'écume. « C'était beau aussi, en vérité... » Tu rouvres les yeux, souris. « Rien à voir avec la plage de Tenby en tout cas ! » Tu te mets à rire doucement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Johanna Brady
TES CRÉDITS : Mellow Bird (avatar) & petramaximoff (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Kainoa - Hope - Nate - Malone

RAGOTS PARTAGÉS : 3727
POINTS : 3106
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Fiancée à Kainoa. Elle va accoucher de leur premier enfant en Novembre. Un bonheur sans nuages ? Pas sûr... La demoiselle se sent un peu délaissée ces derniers temps.
PROFESSION : Elle n'a pas terminé la fac de droit, elle aimerait bien s'y remettre après la naissance de sa fille.
REPUTATION : Vous avez vu, elle a changé de nom ! Incroyable, pendant tout ce temps, elle en usait un faux pour échapper à son ex-mari... On se croirait dans une série américaine !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER Sam 12 Sep - 15:04

« Les souvenirs. » Mrs Lloyd qualifierait probablement cette réponse comme laconique mais pour toi, c'est éloquent. Caelan n'a pas hésité une seconde face à ta question mais il a répondu d'une voix lointaine, comme si justement, il y était dans ses fameux souvenirs. Ça te conforte dans l'idée que cette tristesse que tu perçois en lui n'est pas le fruit de ton imagination. Il a dû se passer quelque chose de terrible dans sa vie pour qu'à 21 ans, les souvenirs soient déjà un fardeau pour lui... Ce serait hors limites de demander des détails, tu préfères le consoler en faisant l'arrosant légèrement avec l'eau, en lui parlant des histoires de tes vieilles dames. Tu te moques d'elles mais au fond, tu les aimes bien. Même si la nouvelle vie que tu mènes n'est pas très excitante, elle t'offre la sécurité, et ça, ça n'a pas de prix. En tout cas, tes tentatives marchent, Caelan rit. Ou alors il fait semblant pour te faire plaisir. Dans tous les cas, vous êtes dans votre bulle. Car tu n'auras pas résisté longtemps avant de lui demander de te raconter l'un de ses voyages. C'était plus fort que toi, tu adorais quand il racontait, même si ça impliquait de partir dans ces fameux souvenirs. Un jour, tu te dis qu'il va refuser de répondre à tes questions en te disant qu'il n'est pas un guide de voyages mais ça ne sera pas pour aujourd'hui. Les yeux fermés, il raconte d'une voix douce, tandis que tu continues à lui masser le cuir chevelu délicatement. Vous vous faites tout à coup plus sérieux, pour profiter de ce moment que tu considères comme privilégié. Pour toi qui n'a jamais beaucoup voyagé, ces moments où Caelan se laisse aller à son récit sont en effet précieux. Tu te laisses porter par sa voix, essayant d'imaginer ce qu'il décrit. Ça te plait. Tu comprends mieux cette fascination que tout le monde semble avoir pour la France. Quand il a terminé tu souffles d'une petite voix. « Merci, ça a l'air tellement... magnifique. Ça doit être génial de ne rien prévoir, de se laisser porter au gré de ses envies, d'aller là où on a décidé, prendre le temps de tout voir...  » Cependant, ta curiosité n'est pas satisfaite. Cette dernière n'a rien à voir avec le « on » très impersonnel que ton client a utilisé. Tu n'as jamais voulu l'interroger là dessus non plus. Non, tu es simplement avide de détails. « Comment ? C'est possible de ne pas aimer Paris ? Mais... Tout le monde dit que c'est une ville magique ? Il n'y a pas un endroit qui t'as plu ? »  Il y a de la déception dans ta voix. Peut être parce que tu n'aimes pas voir les mythes tomber. Tu ôtes tes mains du bac, laissant le shampoing reposer un peu, le temps qu'il fasse son effet. Le « on » est devenu brièvement un « elle » et tu as peur de comprendre. Mais tu aimes trop Caelan pour laisser ta curiosité naturelle prendre le dessus. Ton  inactivité temporaire te laisse le temps de cuisiner un peu plus ton hôte à propos de tout ce qu'il vient de dire. Sur les points neutres, surtout. « C'est sûr qu'avec le soleil et la possibilité de se baigner, ça doit être totalement différent... Vous... Tu étais sur la côte d'Azur ? Ou plutôt de l'autre côté, près de l'océan ? Il paraît que la plus belle plage de France est à Biarritz... » Tu te demandes tout à coup si tu n'abuses pas des talents de conteur de Caelan. Ton envie de voyager à travers lui est innocente mais lui ? N'est-ce pas difficile pour lui de replonger dans les souvenirs alors qu'il t'as dit les craindre, il y a moins de dix minutes de cela ? Au cas où, tu lui offres la possibilité de changer de sujet. « La plage de Tenby peut avoir son charme aussi. Surtout maintenant que les touristes s'en vont. J'aime y aller, même quand il fait froid.  Un petit feu de camp ou une couverture reste nécessaire bien sûr... Mais ça le fait. J'ai toujours vécu près de la mer de toute façon. Je ne me vois pas faire autrement. Et puis à Liverpool, il ne faisait pas meilleur. »  

_________________

That's some type of love ❥ When the world's on fire, we won't even move. There is no reason if I'm here with you. When were old and gray And our faces changed, There won't be a moment, when my heart don't feel the same. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER Ven 18 Sep - 20:40


Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out

« C'est comme être libre. » Comme. Parce que la liberté, ce n'est pas ça. Tu le sais. Tu te souviens des quelques cours que tu as eu et la liberté, ce n'est pas faire ce qu'on veut quand on veut, ce n'est pas effacer toute les limites, toutes les frontières et oublier ce qui nous retient. Ca c'est plutôt faire l'enfant, faire l'idiot, croire que l'on est libre alors que l'on s'enchaîne. Mais c'est vrai que àa fait du bien, c'est vrai que quelque part, c'est se sentir pousser des ailes. C'est un peu comme si la vie vous avez oublié, comme si, pour quelques instants, vous aviez été oublié. Et tu l'as payé cher. « Paris est magique, mais c'est... Grand tout en étant petit, je ne sais pas vraiment comme t'expliquer ça mais les gens te passent à côté sans te dire merci, sans te dire pardon, ça te bouscule et ça t'ignore. C'est un peu comme si y'avait pas d'âme tout en ayant ce côté magique que peut avoir Paris... J'ai de loin préféré les petits villages perdus qu'on a visité... Pour la convivialité, le calme et la sérénité. » Un léger sourire se dessine sur tes lèvres. C'est peut-être parce que tu es d'ici, peut-être parce que tu n'as jamais connu la frénésie des grandes villes mais c'est vrai que Paris ne t'a pas laissé de bon souvenirs. Vous aviez préféré la fuir, l'éviter. Vous en avez fait un tour, un petit tour, les choses qu'ils disent tout et si l'architecture faisait battre vos cœurs, si les tableaux vous faisaient frissonner et si l'atmosphère vous plaisait, le reste vous oppressez. Vous vous sentiez écrasés, perdus. Le vous est venu comme un souffle à tes oreilles, tu l'as regardée mais il s'est bien vite transformé en tu. Tu souris, une nouvelle fois. « Si je te dis qu'on a fait les deux ? » Tu rigoles doucement. « On l'a traversée, la France. » Tu hausses les épaules, tu souris. « C'est un des endroits où on est le plus resté. » Parce qu'elle voulait voir si la France était comme dans les livres, comme on le dit. « L'océan reste mon endroit préféré... L'ambiance est différente. » Tu souris. Encore. Ce ne sont que des bons souvenirs, que des souvenirs de joie. Autant que ça pouvait être joyeux. Tu sais que ces voyages ne sont qu'une fuite, une perte de temps, un instant d'amour. Poussière de souvenirs. L'évocation de la plage de Tenby te fait sourire, quelque part, elle n'a pas tort. « On devrait y aller ensemble une fois ! » Proposes-tu alors avec un immense sourire, pourquoi pas ? Tu es certain qu'elle te ferait apprécier les embruns beaucoup trop frais et le sable légèrement humide plus que quiconque. Elle a l'air d'y tenir, à ses plages de l'Angleterre. Alors peut-être qu'elle pourrait te les faire apprécier de nouveau, peut-être qu'elle pourrait t'aider à les aimer encore. Ici, elles ne sont pas remplies de bon souvenirs. Ont-elles simplement des souvenirs ? Les disputes entre toi et Cassandre, les larmes, ton âme perdue dans l'océan, tes souvenirs noyés dans ton propre océan. Elles ne t'évoquent que tes larmes mêlées à l'écume. « Je ne suis jamais allé à Liverpool. » Avoues-tu alors, presque honteux, rigolant un peu. C'est un comble, pour quelqu'un qui crie avoir fait le tour du monde, pour quelqu'un qui a fait les quatre coins de la France, les Etats-Unis, tu as ignoré ton propre pays. « On a pas fait la côté anglaise, quand on est parti . On a voulu s'en éloigner le plus... On est directement parti « dans » les terres... Manchester, Sheffield... » Tu souris et la regardes alors comme un enfant. C'est ce que tu dois avoir l'air à ses yeux, non ? Un simple enfant. Tu que tu n'es pas si jeune, par rapport à elle, mais tu ne fais pas ton âge, mais  tu ressembles à un bébé. Tu es comme eux, on ne te donnerait jamais ta vingtaine, ridicule enfant. « Raconte-moi ! Raconte-moi comme c'est, Liverpool. Peut-être que j'irai... » Tout seul, avec tes souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Johanna Brady
TES CRÉDITS : Mellow Bird (avatar) & petramaximoff (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Kainoa - Hope - Nate - Malone

RAGOTS PARTAGÉS : 3727
POINTS : 3106
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Fiancée à Kainoa. Elle va accoucher de leur premier enfant en Novembre. Un bonheur sans nuages ? Pas sûr... La demoiselle se sent un peu délaissée ces derniers temps.
PROFESSION : Elle n'a pas terminé la fac de droit, elle aimerait bien s'y remettre après la naissance de sa fille.
REPUTATION : Vous avez vu, elle a changé de nom ! Incroyable, pendant tout ce temps, elle en usait un faux pour échapper à son ex-mari... On se croirait dans une série américaine !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER Sam 26 Sep - 18:19

Caelan t'explique pourquoi il n'a pas aimé Paris et tu comprends un peu mieux ce qu'il t'as dit à propos de la ville lumière. " Oui, je comprends... Alors il faut mieux visiter que y vivre. Peut être que, à force, les gens oublient qu'ils vivent dans un endroit magique." On t'avait toujours dit que les parisiens étaient les personnes les moins aimables et les plus râleuses du monde mais tu n'aimais pas croire les clichés. Sauf que celui-ci était apparemment vrai... Pas au point te faire perdre ton envie d'aller flâner à Montmartre et de découvrir la galerie des glaces de Versailles. La France et sa capitale t'ont toujours énormément attirée... Le shampoing ayant eu le temps de faire son effet, tu rallumes la douchettes pour rincer les cheveux de Caelan, qui t'abreuves de détails sur les plages comme tu lui as demandé. Apparemment, vous avez ça de plus en commun, vous aimez aller à la plage. D'ailleurs, il finit son récit par une invitation à aller celle de Tenby un jour. " Mais carrément ! Il faut qu'on se prévoit ça vite avant qu'il ne fasse vraiment trop froid." Tu ne sors pas le week-end avec tous tes clients mais Caelan, il est différents. Il n'a pas fallu que tu lui parles longtemps avant de comprendre qu'il deviendrait sûrement un bon ami. Tu aimes sa douceur, son calme, son humilité. Il est bien plus jeune que toi mais il en a vu beaucoup plus. Pourtant, il ne te fais pas la leçon, il ne te prends pas de haut, il te raconte avec son sourire teinté de nostalgie et tu as l'impression que tu pourrais l'écouter pendant des heures.

Même peut être que ses séances de coiffure durent plus longtemps que celles des autres. Tu dois les faire traîner inconsciemment. Pourtant, tu t'actives autour de lui, essayant de restée concentrée pendant qu'il t'emmène vers des contrées lointaines. Tu constates d'ailleurs que les reflets qui gênaient tant Caelan ont commencé à s'estomper sous l'effet du shampoing. Satisfaite, tu commences à appliquer la teinture à l'aide d'un pinceau, ayant rendu sa position assise à ton client préféré. C'est ainsi que tu vois son sourire penaud dans le miroir quand il t'avoue qu'il n'a jamais mis un pied dans ta ville natale. C'est à ton tour de t'animer. " Je crois que Liverpool fait une impression étrange à ceux qui la découvrent pour la première fois... C'est une ville très... mélancolique. Il y a des très vieux monuments, le port qui a plus de deux siècles, les cathédrales, beaucoup d'immeubles délabrés... Et puis, tu n'ignores pas qu'on est toujours très fiers des Beatles, je crois qu'on ne passera jamais à autre chose. On a tendance à vivre dans le passé." Parler de ta ville natale, endroit où se trouve ta famille te noue la gorge mais tu ne laisses rien paraître, profitant d'être penchée sur les cheveux de Caelan pour dissimuler tes émotions. Tu te rends compte que malgré ton affection pour les vieilles choses et les quatre garçons dans le vent, tu ne donnes pas une image très positive de Liverpool. Alors, tu rectifies le tir. " Enfin, il ne faut pas que ça te dissuade d'y aller quand même. Il faut absolument voir Albert Dock, Anfield, Lime Street, la plage de Crosby... Et puis, ça reste une grande ville, c'est quand même animé. Et puis, tu sais, les anglais sont bien plus accueillants que les français, même dans les grandes villes." Tu pourrais lui proposer d'y aller avec toi mais tu ne veux pas lui mentir. Tu ne sais pas si tu y retournera un jour. Vous semblez un peu trop tous les deux hantés par votre passé. " En plus, je ne sais même pas si tu es un fan des Beatles ou pas." Pour ne pas dire que tu n'avais aucune idée du genre de musique qu'il pouvait écouter. Il te restait bien des choses à découvrir sur Mr Ellis.


_________________

That's some type of love ❥ When the world's on fire, we won't even move. There is no reason if I'm here with you. When were old and gray And our faces changed, There won't be a moment, when my heart don't feel the same. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER Dim 8 Nov - 15:14


Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out

T'as envie qu'elle te raconte. Tu parles beaucoup, vraiment beaucoup, tout le temps, de tout ce que tu as vu, de tout ce que tu as vécu mais elle jamais. Tu ne dis pas que tu voudrais l'entendre se confier, tu comprendrais très bien qu'elle n'en ait pas envie après tout tu n'es qu'un simple client, quand on y réfléchit. Mais tu aimes bien en savoir plus sur les gens, tu aimes bien connaître, apprendre. Tu es quelque peu curieux même si tu ne le laisses pas vraiment voir et c'est ce qui te rend si discret et présent à la fois alors c'est vrai que quand elle a commencé à parler de sa ville natale, tu l'as tout simplement laissée faire tout en l'écoutant. C'est agréable d'entendre des histoires à son tour, de connaître des choses que l'on a jamais vu. Si tu pouvais, tu repartirais faire le tour du monde mais il y a bien trop de fantômes qui trainent au-dessus de toi puis tu ne peux pas laisser Monroe, tu lui as promis que tu serais là no matter what, alors tu es comme bloqué. C'est peut-être mieux ainsi, parce que tu n'aurais peut-être pas le courage de revivre ça seul, tu n'aurais certainement pas la force d'affronter les souvenirs, ses sourires, ses tâches de rousseurs taquines et ses yeux rieurs, tu n'aurais pas la force d'affronter le passé en essayant de te construire un futur ; ça finirait certainement par exploser et ce n'est pas ce que tu veux. T'es un peu comme une bombe à retardement si l'on réfléchit bien, prêt à exploser sous les souvenirs, sous la tristesse, sous les problèmes mais non. Pas maintenant. Tu redresses la tête comme instinctivement et tu souris ; tu te dois d'être plus fort que tout ça. « Oh oui, c'est vrai qu'ils viennent de là, eux ! » T'exclames-tu alors avec un sourire d'enfant. Presque excité à l'idée qu'elle vienne d'un endroit célèbre même si tu sais très bien que ce ne sont pas les endroits qui font les gens et peut-être même que c'est mieux, tu n'aimerais pas finir comme les Beatles, c'est pas vraiment génial comme histoire. Petit froncement de nez, elle énumère des lieux que tu imagines sans les connaître, t'essayes de noter quelque part dans un coin de ta mémoire pour les voir plus tard, si t'y vas, peut-être, sait-on jamais. « J'aime bien les vieux trucs, c'est toujours plein d'histoire et quand tu rentres dans une vieille cathédrale ou que tu marches sur un vieux port, tu as toujours cette impression... Tu sais, de marcher sur les pas de millions de gens, de marcher à côté de fantômes qui animent l'âme de la ville et c'est comme te retrouver des siècles en arrière rien qu'un instant. Il y a toujours une atmosphère spéciale qui te prend aux tripes... Si tu me disais que c'était juste une ville moderne comme on voit partout maintenant, alors je t'aurais peut-être dit que ça m'intéressais pas. » Tu rigoles un peu, tu hausses les épaules mais essaye ne pas vraiment bouger histoire qu'elle ne rate pas son travail. Tu te demandes alors si elle met autant de temps avec les autres, si elle partage autant. A-t-elle déjà vendu sa ville à quelqu'un de plus offrant ? Un nouveau rire s'échappe d'entre tes lèvres et tu fais un petit geste de la main ; « C'est pas mon groupe préféré mais j'affectionne tout particulièrement Rubber Soul et Revolver, ce sont peut-être les albums que je préfère chez eux. » Dis-tu alors, avant de relever tes yeux dans le miroir pour la regarder ; « On les a beaucoup écoutés, quand on était sur la route. » Dis-tu alors avant de hausser une nouvelle fois les épaules, puis taquin, un peu joueur, peut-être simplement enfantin, tu demandes ; « Et toi alors ? Plutôt fière des ce groupe mythique hm ? » Léger rire, t'en oublierais tes démons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Johanna Brady
TES CRÉDITS : Mellow Bird (avatar) & petramaximoff (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Kainoa - Hope - Nate - Malone

RAGOTS PARTAGÉS : 3727
POINTS : 3106
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Fiancée à Kainoa. Elle va accoucher de leur premier enfant en Novembre. Un bonheur sans nuages ? Pas sûr... La demoiselle se sent un peu délaissée ces derniers temps.
PROFESSION : Elle n'a pas terminé la fac de droit, elle aimerait bien s'y remettre après la naissance de sa fille.
REPUTATION : Vous avez vu, elle a changé de nom ! Incroyable, pendant tout ce temps, elle en usait un faux pour échapper à son ex-mari... On se croirait dans une série américaine !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER Mar 22 Déc - 23:32


Caelan t’écoute parler de ta ville natale avec attention, tu le constates en croisant son regard dans le miroir. C’est peut être aussi pour ça qu’il a ta préférence sur les autres clients. Tu sais qu’à ses yeux, tu n’es pas juste là pour le coiffer en l’écoutant te raconter sa vie et parler de ses problèmes. Car bon nombre de clients agissaient comme ça, te traitant comme une quantité négligeable, s’écoutant plus parler que créant un véritable moment d’échange avec toi. Avec Caelan, c’était différent. D’ailleurs, il ne te parlait jamais de ses problèmes même si tu te doutais qu’il en avait. Il ne t’accablait pas de son malheur, préférant combler ton esprit de ses récits colorés. Tu aurais bien voulu lui rendre la pareille mais tu étais loin de posséder son talent pour retranscrire l’esprit et les lieux emblématiques d’une ville. Même si tu avais grandi dans la ville en question. Ton interlocuteur ne laissait cependant paraître aucune trace d’ennui. Reconnaissante, tu finis de teindre ses mèches avec une application presque religieuse pendant qu’il répond à tes propos de manière très poétique. Tu écoutes, presque sans voix. Tu ne te considérais pas comme particulièrement intelligente mais les propos de Caelan renforçaient toujours cette sensation. Il avait une âme d’artiste, une sensibilité très particulière qui faisait qu’il appréhendait ses voyages dans cette dimension alors que toi, tu te contentais des réflexions de la touriste de base. Mais tu vois ce qu’il veut dire quand même. « C’est vrai que ce qui est ancien est plus émouvant. On se dit que les pierres, les bâtiments ont traversés des siècles avant nous et continuerons peut être à le faire après nous… » Tu t’arrêtes hésitante sur le choix de tes mots. Parler de Liverpool est plus difficile que ce que tu aurais imaginé. Les souvenirs s’imposent à toi, te paralysant dans une nostalgie amère. Tu n’aimes pas penser à ce que tu as laissé derrière toi. Sans te douter que le même phénomène étreint régulièrement ton client, tu apprécies la diversion salutaire qu’il t’offre en orientant la conversation sur la musique et les quatre garçons dans le vent. Surtout que ce qu’il dit te parle. « Rubber Soul est un de mes favoris aussi ! » Tu portes tes mains à ta bouche après cette exclamation un peu trop joyeuse, ayant peur d’attirer l’attention de ta patronne, toujours de mauvaise humeur si on en croit le raffut qu’elle là haut à l’étage. Tu reprends donc d’une voix plus modérée. « C’est vrai qu’il y a des chansons sympas pour un road trip dessus. » Une nouvelle fois, tu te demandes qui est ce fameux « on ». Tu soupçonnes une présence féminine là-dessous. Une petite amie même. A qui d’autre Caelan pourrait susurrer « Baby you can drive my car and maybe I love you » ? Mais comme toujours, tu  n’oses pas demander. Tu as trop peur d’être indiscrète ou de réveiller de mauvais souvenirs, de réveiller la tristesse familière dans les yeux du jeune homme. Alors tu continues comme si rien n’était quand il te taquine gentiment. « Très fière même ! Mais je dois confesser que ce n’est pas non plus mon groupe préféré et que je ne les écoute pas en permanence… » Tu te mords la lèvre. Les anglais ne sont pas censés dire ce genre de truc. Mais bon avec lui, ton secret sera bien gardé. Cette conversation soulève d’ailleurs une nouvelle question dans ton esprit. « Tu écoutes quoi toi d’ailleurs, tu as un groupe préféré ? » En attendant la réponse, tu jettes un coup d’œil à ses cheveux. Tu as eu beau faire traîner les choses, il te semble avoir fini. A contrecœur, tu le fais se lever pour le conduire sous un casque sèche-cheveux. " Normalement, ça devrait être bon mais on va attendre de voir le résultat quand tu auras les cheveux vraiment secs." Tu lances un programme de 7 minutes, frustrée par le bruit de l'appareil qui t'empêche de discuter un peu plus avec lui. A vrai dire, peut être que tu devrais le voir en dehors du salon, si tu aimais tant ta compagnie...


_________________

That's some type of love ❥ When the world's on fire, we won't even move. There is no reason if I'm here with you. When were old and gray And our faces changed, There won't be a moment, when my heart don't feel the same. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER Jeu 31 Déc - 19:26


Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out

Elle s'exclame et ça te fait légèrement rire. Tu ne pensais pas qu'elle allait être aussi heureuse à propos de tes choix musicaux, mais ça te plaît. Parler de ça, c'est quelque chose qui te détend, ça t'empêche de trop réfléchir, d'évoquer des souvenirs. Tu sais qu'il y a toujours certains morceaux qui font penser à quelqu'un, à un morceau de passé qui s'est écroulé, qui s'est effondré. Tu sais que certains rappellent trop de choses, que certains font monter les larmes trop rapidement. Beaucoup trop pour toi, beaucoup trop pour ton petit coeur. Mais c'est pas de ça que vous parlez, ce n'est pas de ce genre de choses dont vous avez besoin. T'as pas envie de lui donner des coups de tristesse, t'as pas envie de lui donner des coups de larmes, elle en a pas besoin. Tu en es certain. Alors tu hoches de la tête quand elle acquiesce tes paroles, oui. Il y a des bonnes chansons pour un road trip, tu le sais toi. Tu peux lui dire. Lui raconter chacune des chansons sur chacune des routes, tu peux lui décrire les paysages encore frais dans ta mémoire, ceux que tu rêves la nuit, ceux qui brillent encore dans tes yeux quand tu en parles. Des fois, tu en regardes les photos, tu te souviens, tu chantonnes, t'as l'air d'un enfant devant un livre plein de belles images, un livre pour faire découvrir le monde. Tu aimerais faire découvrir le monde a encore plein de personnes, tu voudrais le parcourir avec quelqu'un, le faire briller dans les yeux d'un binôme. Tu ne parles pas forcément d'amour, tu ne parles pas toujours de ce genre de choses-là. Non, tu penses à des personnes proches de toi, des personnes que tu apprécies vraiment, celles qui font encore briller tes yeux quand tu sens les larmes monter. Tu lui souris encore. Tu ne peux pas t'empêcher que tout de même, tu l'aimes beaucoup. Même si vous êtes comme deux inconnus, deux étrangers, même si vous ne vous connaissez pas vraiment, pas beaucoup. C'est quelque chose qu'on n'explique pas. Qu'on ne comprend pas forcément. « Haaaan ! Blasphème ! Comment peux-tu faire ça au groupe de tes origines, celui qui coulent dans tes veines ?! » que tu t'exclames pour la taquiner, comme un enfant, avec cet air espiègle, ce petit sourire sur le coin des lèvres. Tu t'es peut-être exclamé un peu trop fort, tu t'excuses vite fait avec une petite moue parce que tu ne veux pas qu'elle se fasse engueuler par sa patronne. « J'écoute de tout, tu sais. » que tu lui dis alors. « Un bon riff de guitare, de quoi bouger les cheveux que je n'ai pas, c'est parfait pour moi ! » tu te mets à rire doucement. « Oh non, impossible de choisir un groupe préféré. J'suis trop admiratif pour savoir, ça changera tous les jours ! » tu rigoles à nouveau en haussant les épaules. Puis elle te fait diriger vers le sèche-cheveux. Ca sent la fin, tu le sais. Ca te fait faire une petite moue et le temps semble long, très long. Trop long. T'aimes pas attendre, t'aimes pas devoir te taire et quand enfin ça se termine. Cela sonne la fin de ta séance. T'es tout beau, tout neuf, t'as les cheveux qui brillent, t'as les cheveux blancs, t'as les cheveux comme la lune et ça te fait sourire. T'adores ça. Alors doucement, tu reprends la rousse dans tes bras. T'es peut-être trop tactile, t'es peut-être un peu trop proche après tout. Elle n'est que ta coiffeuse, non ? T'es pas certain et tu lui souris alors que vous vous dirigez vers la caisse pour qu'elle encaisse. A l'annonce du prix, tu sors ton porte-monnaie, tu souris, tu donnes un peu plus -le pourboire que l'on dit, puis t'hésites quelques instants avant de dire ; « Tu voudrais pas qu'on se voit autour d'un café ? » Que tu demandes alors avec une petite moue. « C'est pas un rendez-vous amoureux ou quoi hein ! Mais je trouve qu'on a pas assez de temps pour vraiment discuter entre deux brushings et une couleur ! » Tu rigoles doucement, tu souris.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Thomas, Lenny, Rhys & Trystan
TON AVATAR : Johanna Brady
TES CRÉDITS : Mellow Bird (avatar) & petramaximoff (gifs) & Anaëlle (signature)
TA DISPONIBILITE RP : Libre (0/3)
En cours : Kainoa - Hope - Nate - Malone

RAGOTS PARTAGÉS : 3727
POINTS : 3106
ARRIVÉE À TENBY : 03/05/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 28 ans. (03/05)
CÔTÉ COEUR : Fiancée à Kainoa. Elle va accoucher de leur premier enfant en Novembre. Un bonheur sans nuages ? Pas sûr... La demoiselle se sent un peu délaissée ces derniers temps.
PROFESSION : Elle n'a pas terminé la fac de droit, elle aimerait bien s'y remettre après la naissance de sa fille.
REPUTATION : Vous avez vu, elle a changé de nom ! Incroyable, pendant tout ce temps, elle en usait un faux pour échapper à son ex-mari... On se croirait dans une série américaine !



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER Sam 9 Jan - 18:05

C'est au tour de Caelan de t'accuser de blasphémer et tu te mets à rire de bon cœur. Le fait qu'il te taquine en imitant la réaction que tu avais eue précédemment ne t'échappe pas, tout comme son sourire espiègle. Tu te dis que ça doit ressembler à ça d'avoir un petit frère et tu aimes bien la sensation. Malheureusement, contrairement à tout à l'heure, tu ne peux pas l'arroser pour combler ton manque de répartie. Et puis, tu es dans la phase délicate de ton travail, tu ne veux pas tout gâcher en te déconcentrant de trop. Tu arrêtes donc de te dissiper, te concentrant sur la teinture que tu es en train d'appliquer. Cela ne t'empêche pas d'écouter avec attention la réponse que le blond te fait à propos de ces goûts musicaux. Tu approuves ce qu'il dit. " C'est vrai qu'au final, c'est nul de choisir. Il ne faut pas s'empêcher de découvrir des nouveautés." Tu te rends compte que tu es toujours d'accord avec lui mais même s'il est plus jeune que toi, tu as l'impression qu'il a bien plus d'expérience et de sagesse que toi. L'expression comme quoi les voyages formaient la jeunesse ne sortait pas de nul part. La curiosité intellectuelle, l'envie de vivre, de vibrer, de découvrir le monde, tout ça, ça se cultivait. Un jour, quand tu aurais plus de courage, tu essaierai de sortir de tes sentiers battus, et pas seulement en arrêtant d'écouter tes vieux CD's. Un jour, tu retrouverais tes rêves de jeunesse et tu arrêterais de t’appesantir sur les coups durs que la vie t'avait imposé. Oui, un jour... Tu reviens soudainement à la réalité, peu désireuse de faire retomber la bonne humeur entre vous. " Les bons riffs de guitare, c'est bien, mais de trop faire bouger les cheveux, un peu moins." que tu répliques en bonne coiffeuse que tu es. Bon, le jeu de mots est pourri mais tu n'avais jamais prétendu que ton sens de l'humour était parfait. Et puis, il est vrai que tu t'intéresses particulièrement aux cheveux de Caelan. Déjà parce ce qu'il te demande de leur faire est un peu technique et te change un peu des permanentes mais aussi parce qu'ils sont très beaux.

D'ailleurs, tu as hâte de voir si tu es parvenue au résultat qu'il escomptait aujourd'hui. Tu mets donc la touche finale à ton oeuvre avant de le conduire sous les sèches cheveux. Le bruit de ces derniers vous empêchent de discuter et tu vois ton client préféré t'adresser une petite moue. Tu lui envoies une petite grimace à ton tour, te figeant rapidement en entendant les pas familiers de ta patronne au loin. Tu commençais doucement mais sûrement à apprivoiser la vieille femme mais tu savais que tous tes efforts seraient réduits à néant à la moindre erreur. Tu adoptes donc un air plus professionnel et quand le sèche-cheveux a terminé son programme, tu passes un coup de peigne appliqué dans les cheveux de Caelan. Complètement blancs, brillants, doux, glissant comme de la soie sous tes doigts, le résultat te semble tout à fait convenable. Et quand tu présentes un miroir au principal intéressé, tu vois qu'il pense la même chose. Il a l'air content et c'est bien tout ce qui compte pour toi. La satisfaction du client. Et mieux, la satisfaction d'un client que tu apprécies. A vrai dire, Caelan est tellement emballé qu'il te prend dans ses bras. Contente, tu lui rends son étreinte, ne pensant pas du tout à mal ou à ce que les autres pourraient penser. Votre bonne entente était tout simplement... Naturelle. Vous vous dirigez ensuite vers la caisse, signe que c'est vraiment la fin de votre petit moment. Tu lui fais un petit rabais de 15% sur le prix de la coupe, sachant que Maxine t'autorise à accorder ce petit privilège pour les clients les plus fidèles. Et Caelan en était un, même s'il n'était pas en ville depuis très longtemps. Un rabais qu'il annule quelque peu en te donnant un généreux pourboire qui te fait piquer un fard. Tu voudrais protester mais il ne t'en laisse pas le temps, te faisant une proposition qui te ravit. Il te précise cependant que ça ne serait pas un rende-vous galant et tu lui souris. Tu le savais bien mais tu trouves ça mignon qu'il le précise. " J'adorerais ça !" A vrai dire, ça aurait aussi été ta réponse initiale. Tu étais contente qu'il ait proposé. Tu avais aussi l'idée mais sans oser proposer, toujours un peu timide. " C'est vrai qu'on aurait plus de temps. Tiens, je vais te noter mon numéro de téléphone, ça sera plus simple comme ça." Tu t'exécutes, sans te départir de ton sourire. Tu sortais rarement avec des clients mais là l'idée t'excitait. Tu sentais que Caelan pouvait vraiment être un bon ami. Et tu n'avais pas oublié ta promesse de l'emmener à la plage un jour. Oui, vous aviez quelques projets à réaliser... La cloche de la porte d'entrée retentit, indiquant sans doute une nouvelle client. A regret, tu contournes le comptoir pour faire la bise à Caelan. " Appelle-moi quand tu veux !" Que tu lui dis en lui tendant le petit bout de carton noirci de ton numéro griffonné. Il opine d'un signe de tête et s'en va d'un pas léger, représentant toujours une note de couleur dans cette grise journée. Il t'avait d'ailleurs redonné l'entrain nécessaire pour t'occuper de ta nouvelle cliente...

_________________

That's some type of love ❥ When the world's on fire, we won't even move. There is no reason if I'm here with you. When were old and gray And our faces changed, There won't be a moment, when my heart don't feel the same. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER

Revenir en haut Aller en bas

Stuck in speed bump city where the only thing that's pretty is the thought of getting out | SPENCER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-