AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

pretty messed up (thomas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: pretty messed up (thomas) Ven 14 Aoû - 18:14

Tes cheveux sont relevés dans un chignon brouillon, tu bouges les hanches au rythme de la musique alors que tes mains secouent le shaker qui contient le cosmopolitain de ta cliente. Elle t’énerve d’ailleurs à glousser comme une idiote dans l’espoir d’attirer l’attention et t’as franchement envie de l’assommer avec ton shaker. Mais tu ne le fais pas, tu te maitrises. A la place tu souris et verses le cocktail dans un verre avant d’y ajouter une jolie ombrelle. « Et voilà pour vous, bonne soirée ! » Ouais, bon vent, que tu rajoutes mentalement. Ah, si seulement tu pouvais contrôler les entrées de la boite de nuit toi aussi ! Tu passes à autre chose, les clients s’enchainent. En ce moment, tu as l’impression que tes soirées se ressemblent. Doucement, le boulot commence à te lasser. Tu ne pensais pas que ça pouvait arriver, tu croyais être faite pour ce job. Ce n’est peut-être qu’une phase ? Tu n’en sais rien. Tout ce que tu sais, c’est que ce soir plus que les autres, tu en as marre. Tu aimerais être ailleurs. En train de danser sur la piste de danse plutôt que de regarder les autres faire… Par exemple. On t’envoie sur un carré VIP, tu soupires en attrapant le seau plein de glaçons pour y mettre une bouteille de vodka bon marché et quelques bouteilles de jus d’orange. Beurk, tu détestes ce mélange. Ça te fait des aigreurs d’estomac. Tu t’avances les bras chargés vers la table qu’on t’a indiqué en essayant de te frayer un chemin à travers la foule. En général, on prend en compte ton badge et sinon, tu pousses des coudes jusqu’à ce qu’on te laisse passer. Tu arrives à la table pour te retrouver face à cinq mecs qui ont déjà l’air d’être dans un état second. Bon. Ce soir, tu n’as pas vraiment envie de faire du social et tu te dis que tu vas te contenter de les encaisser pour retourner derrière le bar ensuite. Et c’est comme ça que ça aurait du se passer. Logiquement. Mais, évidemment, les remarques fusent. Sur ta robe d’abord. Sur tes jambes ensuite. Et sur la taille de tes fesses pour finir. D’habitude, tu aurais ris de bon cœur avec eux. S’ils n’avaient pas été vilains, t’en aurais même profité pour glisser ton numéro. Mais, là, tu n’as aucun humour et tu décides de les punir en renversant le seau de glaçons sur deux d’entre eux. Un geste loin d’être très professionnel mais tu sais qu’il n’y aucun de tes responsables en salle ce soir alors tu peux bien te permettre un petit dérapage. Comme prévu, ils se mettent à gueuler. Eux aussi, ils ont l’air d’avoir le sang chaud. « Retournez donc chez vos mères qu’elles vous apprennent comment on parle à une femme ! » que tu gueules sans te laisser démonter par les insultes qui fusent. Tu fais ensuite volte-face pour rebrousser ton chemin. C’était sans compter l’obstacle qui se dresse devant toi maintenant que tu t’es retournée. « Monsieur Weston, ça alors ! » Tu t’efforces d’avoir l’air enjoué. Comme si de rien n’était. Il est là depuis quand lui au juste ? Tu replaces une mèche de tes cheveux derrière ton oreille alors que ça continue de beugler dans ton dos. Il faut que tu retournes au bar avant que ça ne dégénère vraiment. Si ce n’est pas déjà trop tard. « Venez, je vais vous servir quelque chose à boire ! » Et sans attendre de réponse, tu t’élances vers ton poste de travail en attrapant la main du flic pour l'entrainer avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody)
A venir : Eléa - Aloy - Deb
RAGOTS PARTAGÉS : 1396
POINTS : 2763
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas) Sam 15 Aoû - 17:53

" J'ai vraiment besoin de parler à Holly, où est-elle ?" Le ton de la voix de Thomas est modulé pourtant, il est à deux doigts de perdre son calme face au jeune homme tatoué qui croit bien faire en ne répondant pas à sa question. " Qui la demande ?" Le policier lève les yeux au ciel. Il doit être discret et ne pas faire d'esclandre mais la tâche se complique de secondes en secondes. D'ordinaire, il d'un tempérament plus calme mais le fait d'être près d'un bar et de voir toute cet alcool circuler met ses nerfs à vide. Il ne va pas mentir, il a envie d'un verre. " Vous savez quoi ? Laissez tomber, je vais la trouver moi même." Le collègue de la barmaid pensait sûrement la protéger d'un petit ami jaloux. Mais Thomas ne pouvait guère affirmer qu'il n'en était pas un car ça mettrait fin à sa petite affaire avec Holly. Personne ne devait savoir qu'elle le renseignait pour le boulot, sinon cette précieuse source d'information serait tarie. Sans compter que la jeune femme aurait sûrement des ennuis... Le Neo Zelandais tourne les talons d'un geste brusque,  contraint de retraverser la piste de danse. Il bouscule les danseurs doucement, cherchant le visage de poupée de Holly dans la foule. Mais alors qu'il arrive près du carré VIP, ce n'est pas ses yeux qui lui sont utiles mais plutôt ses oreilles. Au milieu d'une altercation qui semble des plus houleuses, la voix familière de Holly capte ton attention. Il se précipite vers la source du bruit, prêt à voler au secours de la demoiselle mais elle ne semble pas avoir besoin de lui. Faisant face à pas moins de cinq hommes (ou goujats) en train de l'insulter copieusement, elle les mouche la tête haute. « Retournez donc chez vos mères qu’elles vous apprennent comment on parle à une femme ! » Un sourire naît sur les lèvres de Thomas tandis que la brune se retourne vivement et manque de lui rentrer dedans. « Monsieur Weston, ça alors ! » Il fait un petit signe de tête pour la saluer, à la fois impressionné et amusé par ce petit bout de femme. " Mademoiselle Branson... J'ignorais que je n'étais pas le seul à goûter à votre sens de la répartie." Malgré cette plaisanterie et son air dégagé, il regarde la jeune femme avec attention, pour voir l'impact de l'altercation sur elle.

Cependant, il n'arrive pas à se concentrer, car les cinq abrutis, visiblement ivres morts veulent le dernier mot et continuent d'invectiver la barmaid à grand renfort de blagues grivoises. « Venez, je vais vous servir quelque chose à boire ! » Elle attrape la main de Thomas, qui reste hébété devant ce geste tandis qu'elle essaie de l'entraîner loin de la bruyante tablée. Sauf que ce faisant, elle tourne le dos à ses détracteurs, ne remarquant pas que l'un d'eux s'est levé pour les poursuivre. Cela entame ce qu'il reste de patience à Thomas. Il stoppe leur lancée, adressant un sourire crispé à Holly. " Je crois que ça va devoir attendre quelques instants." Il tire doucement sur la main d'Holly pour la mettre à l'écart, un peu derrière lui, faisant ainsi face au fauteur de troubles. " Je te conseille de ne pas faire un pas de plus." Il connaît ce genre de mec qui cherche la bagarre en permanence et essaie de ne pas entrer dans le jeu. C'est sans compter l'obstination de l'autre qui réplique d'une voix geignarde. " Ta salope de copine n'avait qu'à pas me renverser des glaçons dessus" Thomas tressaille à l'insulte. L'impossibilité de mettre son poing dans la gueule de ce connard rendait la chose encore plus tentante. Mais il ne pouvait pas. Vraiment pas. Il serre les dents et réplique de la manière la plus menaçante possible. " Elle a bien fait. D'après ce que j'ai entendu, tes potes et toi, vous aviez besoin que quelqu'un calme vos ardeurs. D'ailleurs, elle t'a déjà dit ce qu'elle pensait de ta façon de t'exprimer. Alors sois tu t'excuses, tu retournes t’asseoir et on oublie tout, soit les choses vont très mal tourner. Je le promets." Ils se toisent pendant quelques secondes d'intense tension mais Thomas sait que le duel est gagné. Il fait face à un lâche, il le sent. Le genre qui ne voit aucun inconvénient à insulter une femme entouré de 4 de ses potes mais qui n'a pas envie de se faire casser sa jolie petite gueule dans une bagarre équitable... L'abruti baisse les yeux et marmonne de pitoyables excuses à Holly sans la regarder.

Thomas lui jette un dernier regard menaçant et se retourne pour enfin suivre Holly. Avec stupeur, il constate que leurs mains sont toujours liées. Il ne rompt pas le contact pour autant. Après tout, c'est pas plus mal que les gens s'imaginent qu'il était effectivement un petit ami jaloux. Ils retournent au bar et Holly repasse derrière le comptoir. Thomas en profite pour adresser une grimace narquoise au tatoué puis il reporte son attention sur la jeune femme, qu'il ne peut pas s'empêcher de taquiner. " Mademoiselle Branson, vous avez le don de charmer de véritables gentlemen..." Il continue à plaisanter, car c'est son mode de communication habituel avec elle, mais au fond de lui, il fulmine littéralement. Les hommes qui ne respectent pas les femmes, il ne supporte pas. " Je me demande qui aurait pris le dessus si je n'étais pas arrivé." Il pariait volontiers ce qu'il avait dans son portefeuille sur elle. Il savait qu'elle n'avait pas froid aux yeux. Elle était peut être un peu trop téméraire d'ailleurs... Mais il n'allait pas s'en plaindre, c'était grâce à ça que leur étrange collaboration avait commencé.  

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas) Dim 16 Aoû - 2:04

Ce genre de situations ne t’effraie pas. Tu as l’habitude. Ici, les gens font la fête et certains atteignent rapidement un stade d’ébriété tel qu’ils ont l’impression que tout leur est permis. Tu as toujours su te défendre, des fois même un peu trop bien. Il faut dire que tu n’es pas le genre de personnes qui se laisse marcher sur les pieds. Au contraire. Tu as bien trop souvent la bouche grande ouverte, pleine de revendications. Tu es là, tu existes, et tu n’as jamais eu aucun mal à le montrer. C’est bien pour ça que tu passes rarement inaperçu, on se souvient de toi. Des fois pour quelque chose de bien… La plupart du temps pour des choses un peu moins glorieuses. Comme Weston, le flic. Tu ne sais plus exactement pourquoi tu as eu affaire à lui. Encore une connerie. Ça devait être alcoolisé pour que tu ne t’en souviennes plus d’ailleurs. Quoi qu’il en soit, tu es un peu surprise de le trouver sur ton chemin. Sa venue ici n’est pas étonnante, tu sais qu’il vient te poser quelques questions. Seulement tu ne t’attendais pas à le voir apparaître comme ça de nulle part. Surtout pas après ton petit débordement. Etrangement, il n’a pas l’air choqué par ce qu’il vient de voir. Ou d’apercevoir. Il sourit même. Peut-être que ça l’amuse ? Ça doit être ça, oui. Pour le coup, tu souris aussi. T’en oublies presque les débiles derrière toi. En fait, quand t’y penses, monsieur Weston a bien raison de trouver ça drôle. C’est carrément marrant. Irrésistible. Tu viens d’arroser ces pauvres types et à l’heure qu’il est ils doivent être trempés jusqu’aux os. La scène doit être des plus réjouissantes ! « C’est qu’on se sentait privilégié ! Qu’il est mignon. » Tu rigoles, tes rires se noient dans le vacarme vous entourant. Pour faire un brin de discussion, il y a mieux qu’une discothèque. M’enfin, qui vient ici pour parler ? A part un flic à la pêche aux infos ? Tu décides de t’éloigner mais tu te retrouves bien vite coupée dans ton élan. Attendre ? Comment ça ? Tu fronces les sourcils avant de voir débarquer à vos côtés un des types tout mouillés dont tu pensais t’être débarrassée. Dommage. Tu t’apprêtes à parler histoire qu’il te laisse tranquille une bonne fois pour toutes mais le policier que tu as toujours à la main te devance. Ça, tu ne l’as pas vu venir. Comme s’il cherchait à te protéger, il t’écarte pour te placer derrière lui. Tu ravales tes mots, ton regard fait des aller-retour entre les deux hommes. Encore une fois, tu te fais insulter. Tu trépignes sur place mais, sans trop savoir pourquoi, tu restes sagement derrière ton super-héro de la soirée. S’il se charge de faire fuir cet idiot, tu te doutes que ce sera plus efficace que si tu le faisais. Tu y arriverais. Forcément. Mais ce serait certainement un peu plus long. Monsieur Weston réplique, un frisson te parcourt. Tes yeux s’arrêtent sur le trentenaire, ta bouche s’entrouvre. On dirait une ado en fleur mais il faut que tu l’avoues : c’est bougrement séduisant de le voir menacer ton assaillant. Tu secoues la tête, tu dois enlever cette idée de ta tête. Tu sens la tension monter, tu as presque envie de les pousser l’un contre l’autre pour qu’ils se battent. Comme ça, tu pourras te porter volontaire pour jouer l’infirmière si monsieur Weston se blesse. Mais tu n’en fais rien, tu continues d’attendre. Le flic a du se montrer assez convaincant puisqu’on te marmonne des excuses. Une certaine satisfaction se lit sur ton visage alors que tu regardes le jeune homme retourner à sa place. Mais tu avais raison, c’était rapide. L’incident étant clos, tu poursuis ton chemin jusqu’au bar. Main dans la main, toujours. Vous ne vous lâchez qu’une fois arrivés au bar où tu reprends ta place derrière le comptoir. Tu n’y as pas vraiment porté attention. Après tout, c’était ton initiative. « Vous avez bien vu ! Ils sont tous à mes pieds. » Tu hausses les épaules et interceptes quelques commandes que tu exécutes tout en restant  à proximité du flic. « Je vous en prie, bien sûr que je les aurais laminé ! » Un sourire taquin nait sur tes lèvres. « Mais je me suis dit que j’allais vous laisser faire votre petit numéro, je ne voulais pas heurter votre égo de mâle. » Tu envoies tes commandes et maintenant que tu as les mains vides, tu te penches sur le bar pour pouvoir baisser d’un ton tout en continuant à te faire entendre. « Ceci dit, je crois que je dois vous remercier… » Du bout de l’index, tu dessines des ronds sur le comptoir. Si quelqu’un fait attention à vous, il pourrait croire que tu fais du gringue à monsieur Westion. Et il n’aurait pas tort. « Pas pour m'avoir défendu, j'aurais pu le faire seule… Mais ce spectacle ? C’était vraiment trop sexy, ça valait la peine de me faire insulter comme ça. » Tu soutiens le regard du policier quelques secondes avant de t’écarter d’un coup. « Alors, qu’est-ce que je vous sers ? » que tu demandes ensuite, l’air de rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody)
A venir : Eléa - Aloy - Deb
RAGOTS PARTAGÉS : 1396
POINTS : 2763
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas) Mer 19 Aoû - 16:45

N'importe quelle jeune femme aurait pu être ébranlée par l'altercation qui venait de se dérouler sous les yeux de Thomas, mais Holly était faite d'un autre bois. Rien dans son attitude n'indiquait qu'elle était affectée d'une quelconque manière, ni même effrayée. Elle s'était défendue avec brio tout en gardant son calme, faisant un pied de nez à tous les clichés de la demoiselles en détresse. Peut être même qu'elle en voulait à Thomas d'être intervenu mais il devait bien avouer qu'il n'avait pas pu se contenir. S'il avait été dans un premier temps amusé par la fougue de la barmaid, il avait vite perdu son calme face à l'attitude de ses adversaires. Encore une bande de fils à papa qui ne faisaient rien de la vie, à part emmerder les gens... Quoiqu'il en soit, l'incident est clos. Et le flic se retrouve au bar, à échanger des taquineries avec Holly, comme n'importe quel soir. " Pour rebondir, sur ce que vous avez dit tout à l'heure... Je considère toujours le moment comme privilégié quand je le passe avec vous !" Il se force à utiliser le vouvoiement pour imposer un semblant de distance professionnelle entre vous mais cette réplique est malheureuse car elle pourrait s'apparenter à du flirt. Toutefois, il ne pouvait pas ne pas répliquer car elle savait le piquer au vif, comme quand elle avait qualifié son attitude de mignonne...

D'ailleurs, comme prévu, elle ne se prive pas de la taquiner sur ses attitudes de héros tout en s'affairant au bar. Il ne la quitte pas des yeux, forcé de rire à certaines piques et de lui rendre le mérite. Elle ne se prive pas non plus de lui rappeler qu'elle aurait pu remettre tout ce beau monde en place toute seule et il ne peut que acquiescer. " Je n'en doute pas... Mais si vous pensiez que j'allais regarder la scène en riant, c'est mal me connaître. Cela dit, mon ego vous remercie, chère Holly." Son ton reste léger mais intérieurement, il se demande quel genre d'hommes elle peut fréquenter pour penser qu'il n'allait pas à intervenir. A ces mots, elle revient face à lui tout en se penchant par dessus le comptoir. Il pense qu'il est quitte pour une nouvelle pique mais de manière surprenante, elle le remercie, se tapant le luxe de baisser les yeux, faussement timide. Il n'est pas dupe, mais ce n'est pas pour autant qu'il n'est pas charmé. Toutefois, le discours de la demoiselle le dérange un peu. " Je ne jouais pas. Et personne ne mérite de se faire insulter comme ça." En parlant, il réalise qu'elle doit être habituée mais ça n'atténue pas sa colère. Sauf que cette dernière ne doit pas être dirigée contre elle. Il se radoucit, lui adressant un sourire en coin. " Enfin, si la vue vous a plu, vous m'en voyez ravi." Lui, il en a une sacré de vue, mais il ne laisse rien transparaître, préférant soutenir le regard de la brune plutôt que de regarder ailleurs.

Elle s'écarte tout à coup, lui demandant ce qu'il voulait boire. Ça a le mérite de le ramener à la réalité. Nerveusement, il met la main dans sa poche, faisant tourner son jeton de sobriété. Il avait bien été naïf de penser qu'il était assez fort pour continuer à fréquenter bar et boîte de nuit sans être pris dans les affres d'une affreuse tentation. Toutefois, il ne peut guère s'en sortir avec le traditionnel, "pas pendant le service" car ces rencontres avec Holly sont officieuses et ont toujours lieu en dehors du boulot. " Une double tequila, s'il vous plaît" Elle s’exécute, versant deux shots, et les pousse vers lui. Il leur jette un regard de convoitise avant de les repousser vers elle. " C'est ma tournée. Même si vous jouez les fières, je suis sûr que vous avez besoin d'un petit remontant." Il compte sur elle pour boire les deux car il ne pourra décemment pas passer de longues minutes devant eux comme si rien n'était. Après toutes ces péripéties, il devrait parler boulot mais c'est comme s'il avait oublié pourquoi il était là. " Sérieusement, vous êtes sûre que tout va bien ? Vous ne devriez pas reporter l'incident ou quelque chose comme ça ? Ces types pourraient vous attendre à la sortie." Elle va se moquer de lui parce qu'il s'inquiète trop mais il s'en fiche. Contrairement à certains de ces collègues, ils considèrent son indic comme ce qu'elle est : une humaine et pas seulement une source d'informations juteuses.

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas) Jeu 20 Aoû - 17:30

Tu n’es pas une pauvre petite chose qu’il faut protéger. Tu as une grande gueule dont tu sais parfaitement te servir et tu arrives toujours à te sortir de la merde dans laquelle tu te mets. En fait, tu n’as pas besoin de preux chevalier pour venir à ta rescousse. Tant mieux d’un côté puisque tu n’en as jamais eu. Pas depuis que t’as quitté Cardiff en tout cas. Toi, t’es la fille d’un soir, si on te tient les cheveux quand tu vomis c’est déjà bien. Alors, oui, tu as laissé quelqu’un prendre ta défense. Rien que cette fois. Ça t’a fait du bien. En plus l’intervention du flic a été des plus émoustillantes. Ça mérite bien un verre tout ça et c’est au bar que vous vous retrouvez. « Mais quel baratineur ! » Tu lèves les yeux au ciel, amusée par la repartie du flic mais pas dupe pour autant. « Vous n’êtes là que parce que je vous suis utile. » Ou presque. Tu dois bien admettre que vos conversations dépassent bien souvent l’échange banal entre une indic et un flic. La preuve, vous n’avez même pas encore parlé affaire. « Pas la peine de me flatter, je vous dis tout de toute façon » que tu ajoutes avec un rire. Ton regard balaye rapidement la salle, les gens se mettent à vraiment danser. C’est toujours comme ça. Les gens arrivent, prennent d’abord un verre, avant de se précipiter sur la piste de danse. Ce n’est pas plus mal quand t’y penses, ça te laisse le temps de papoter avec le héros de la soirée. « Je ne vous aurais pas demandé de rire. Je vous voyais plus m’acclamer, crier mon nom… » A nouveau, tu rigoles. Tu t’arrêtes d’un coup quand tu crois entendre de la colère dans la voix de Thomas. Tu l’observes en écarquillant légèrement les yeux. Ça ne dure pas longtemps. Tellement pas longtemps que tu te dis que tu as sûrement du rêver et tu passes à autre chose. Il n’empêche que tu as bien compris qu’il ne prenait pas ça autant à la rigolade que toi. Tu préfères donc clore ce chapitre et, pour simple réponse, tu adresses un clin d’œil au flic. Il commande ensuite des tequilas et tu t’exécutes, ne tardant pas à tendre les shooters au trentenaire. Il te les renvoie quelques secondes après sous ton regard interpellé. Quelque chose cloche ? Tu es finalement presque soulagée quand il t’annonce qu’il veut te les offrir. Tu es loin de te douter qu’il y a une autre raison, quelque chose de plus sérieux derrière ça. « Monsieur Weston, est-ce que vous chercheriez à me souler ? Je vous ai déjà dit, je vous dirais tout… Pas la peine de me faire boire non plus. » Sans y réfléchir plus longtemps, tu enchaines les deux verres. Tu as l’habitude, ça se voit à ta descente. « Santé ! » Tu grimaces, juste pour accuser le coup, et tu ranges les verres dans le lave-verre. Pour la peine, tu ne t’es pas du tout fait prier pour boire. Tu en profites, personne n’est là pour te taper sur les doigts. « Mais bien sûr que ça va ! C’était rien ! » Tu soupires. Tu n’arrives pas à croire que vous soyez encore en train de parler de ça. Ça t’agace. Et puis tu te rends compte qu’il doit sûrement se faire du souci pour toi. Tu trouves ça plutôt mignon, c’est une bonne raison pour arrêter de jouer les mégères. Doucement, tu rigoles. « Ne vous en faites pas, ça va aller. » Ce n’est pas la première fois. Encore moins la dernière. Pour le moment, tu es entière. Il est néanmoins vrai que tu te montres souvent inconsciente. Tu ne mesures pas le danger qui t’entoure, tu as tendance à te sentir invincible quand tu ne l’es pas. Tu t’approches à nouveau du comptoir, ta main vient trouver le bras de Thomas que tu effleures plus que tu ne caresses. « Et puis vous êtes là, non ? Je ne vois aucune raison de m’inquiéter. » que tu minaudes avec un sourire jusque derrière les oreilles. C’est plus fort que toi, tu ne peux pas t’empêcher de jouer avec le feu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody)
A venir : Eléa - Aloy - Deb
RAGOTS PARTAGÉS : 1396
POINTS : 2763
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas) Mar 25 Aoû - 11:04

Pour ne pas changer, Holly n'est pas sensible au discours, et elle ne se prive pas de lui faire savoir. « Mais quel baratineur ! Vous n’êtes là que parce que je vous suis utile. » Il se frotte le menton, dissimulant un semblant de sourire quand il entend "l'insulte", puis il se fait pensif. Dès leur première rencontre, ils avaient joué ce jeu là, au point qu'il ne s'en rendait même plus compte. Aimait-il cet échange de fines répliques ou baratinait-il la jeune femme pour de bon ? Il n'aurait su le dire. Indéniablement, en tant que vieux croûton (comme sa fille lui rappelait au quotidien) et futur quadragénaire (comme lui rappelaient les jours qui défilaient sans relâche), il était flatté d'avoir l'attention de la jolie Holly. Toutefois, elle avait beau avoir du charme, il ne se laisserait pas faire pour autant. " Non, je suis là parce que je sais joindre l'utile à l'agréable..." Il baratinait encore, appréciant le comique de la situation maintenant qu'elle lui en avait fait la remarque. Mais comme lui, elle était décidée à avoir le dernier mot. « Pas la peine de me flatter, je vous dis tout de toute façon » Il pousse un long soupir, plus amusé qu'excédé. " Mais c'est pas vrai ! Vous êtes impitoyable !" Si elle ne voulait plus de flatteries... Il ne lui en ferait plus. Mais la tâche risquait de ne pas être simple, car elle l'avait sincèrement impressionné tout à l'heure dans le carré VIP. Mais il tient sa nouvelle résolution, préférant plaisanter quand elle revient vite fait sur l'incident. « Je ne vous aurais pas demandé de rire. Je vous voyais plus m’acclamer, crier mon nom… » Il lui lance un regard désabusé avant de répondre au tac au tac. " J'ai une tête de cheerleader, peut être ?"

Holly lui adresse un petit clin d’œil et il se détend un petit peu, oubliant colère et stress. Ça fait du bien de sortir de la peau de l'alcoolique notoire, du père raté, du flic qui n'aura jamais sa promotion... Il joue un jeu dangereux avec Holly mais... ça lui fait beaucoup de bien. Et puis, il est fier de lui, il a résisté à la tentation de l'alcool. Il regarde Holly boire les deux shoots qu'il a commandé avec un nouveau sourire, admirant la descente de la brune, qui n'a décidément pas froid aux yeux. Et évidemment, elle a quelque chose à dire sur la situation. « Monsieur Weston, est-ce que vous chercheriez à me souler ? Je vous ai déjà dit, je vous dirais tout… Pas la peine de me faire boire non plus. » Il s'esclaffe, tout en sortant son portefeuille pour sortir de quoi payer les consommation. Un client tout ce qu'il y a de plus normal. " Vous avez bien trop de répartie pour travailler ici, Miss Branson, on ne vous l'a jamais dit ?" Mais bientôt son côté gentleman de la vieille école, celui qui divertit tant Holly, reprend le dessus. " Je n'oserai pas profiter de la situation... Et puis, j'imagine qu'on ne doit pas vous soûler aussi facilement." Cela pouvait être mal interprété et il n'aimait pas parler d'alcool, alors il baissa la tête, momentanément gêné. C'était un comble, Holly allait réussir à lui faire piquer des fards comme un gamin !

Alors quitte à perdre la face pour les beaux yeux de la barmaid, le flic en profite pour s'enquérir de sa santé avec plus de sérieux. Elle aurait peut être le contrecoup, un peu plus tard. Il n'était jamais plaisant de se faire insulter et menacer... Mais Holly repousse la sollicitude de Thomas, d'abord d'un air agacé puis avec plus de douceur. Il comprends le message et s'apprête à aborder le sujet qui l'amène quand elle se rapproche pour lui effleurer le bras. Un geste qui n'a rien d'anodin, même si elle ignore les cercles de feu que ça crée sur la peau du Neo Zelandais. Elle se penche vers lui et il retient son souffle. « Et puis vous êtes là, non ? Je ne vois aucune raison de m’inquiéter. » Il reste immobile le temps de reprendre ses esprits, se rendant compte que pour la première fois depuis longtemps, il désire quelque chose plus fort que l'alcool qu'il tu voit partout autour de lui. Il inspire un peu d'oxygène, ce qui fait du bien à son cerveau. L'air de rien, il change de position, retirant son bras. "Je ne vais pas m'attarder, je dois rentrer à la maison pas trop tard."  Ça lui évitera de faire des bêtises... Et puis sinon,  Debra lui fera une vie. Mais il n'a pas envie de penser à sa fille maintenant, alors que l'ambiance est si particulière et qu'il se montre si faible au niveau des pensées qui traversent son esprit. Pourtant, il ne peut pas s'empêcher de poser une question qu'il va probablement regretter, sans doute à cause de son syndrome du héros qui finit toujours par refaire surface. " Vous terminez à quelle heure ? Car si ce n'est pas trop tard, je peux vous attendre et vous raccompagner. Comme ça je vous dirai pourquoi je suis venu en chemin. Sinon... il va falloir qu'on se trouve un coin plus tranquille pour discuter." Il ne pouvait pas demander à Holly de le rencarder là comme ça au bar, les oreilles indiscrètes, il y en avait partout. Sauf s'il se penchait à son oreille tout le long, une stratégie qui pour le moment, lui paraissait être une très mauvaise idée.

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere


Dernière édition par Thomas E. Weston le Mar 8 Sep - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas) Sam 5 Sep - 14:43

Être ici t’ennuie ce soir. Néanmoins, tu sembles l’oublier grâce à la compagnie de Thomas. Ce n’est pas rare que tu le retrouves ici. Et tu sais pourquoi il est là. Il garde un œil sur tout ce beau petit monde, il te pose quelques questions… C’est tout. Jamais plus. Dieu sait que tu te donnes du mal pourtant. Tu aimes ce petit jeu, c’est très excitant quelque part. Mais tu n’arrêtes pas de penser à quel point ça pourrait être encore plus excitant d’aller plus loin. C’est ton problème. Il y a très peu d’hommes que tu arrives à fréquenter sans une petite idée derrière la tête. Voire une très grande idée. Tu arrives à être amis avec eux pourtant. Enfin, des fois. Tu t’arrêtes rarement à ce stade. Quoi qu’il en soit, ta relation avec le flic Weston se voudrait professionnel. Et ça déborde. Des deux côtés. C’est déjà bien. « Mais bien sûr ! » que tu rigoles, ironique. « Vous êtes là parce qu’un soir, j’ai fait une connerie. Vous m’aviez sous la main. C’est tout. » Tu en soupires presque mais tu te retiens avec un sourire amusé. En fait, oui, tu t’amuses bien. Tu n’étais pas ravie de te retrouver au poste de police le fameux soir où tu as rencontré Thomas mais, maintenant, tu te dis que ce n’est peut-être pas plus mal. Au moins, vous semblez vous amuser. C’est bien tout ce que tu recherches dans la vie. Le reste n’est que secondaire. Toi, tu veux seulement profiter de ton passage sur Terre. « Du tout ! Il vous manque les couettes blondes et vous êtes probablement un peu trop barbu pour le rôle… Mais je suis certaine que les pompons vous iraient à ravir ! » Tu n’en penses pas un mot. Les hommes, tu les préfères virils. Un peu comme Lorcan, toujours porté disparu. Ton colocataire est une vraie folle et tu as beau adorer Aaron, tu ne pourrais jamais te le taper. Ou alors tu tenterais le coup pour la science, une sorte d’expérience. Avec son joli badge de flic et sa barbe de trois jours, Thomas est une proie beaucoup plus alléchante. « Non. » Tu deviens sérieuse, d’un coup, quand le flic Weston te parle de ta place ici. Personne ne t’a jamais rien dit de tel. Tu te fonds plutôt bien dans le décor en général. Mais tu sais que tu viens d’ailleurs, que tu aurais pu faire quelque chose qui aurait plu à monsieur et madame tout le monde. Même à Mrs Lloyd, c’est pour dire ! Tu étais une vraie tête, tes études se profilaient à merveille. Et t’as tout lâché. C’est sûrement vrai, tu dois avoir les capacités de travailler ailleurs. Tu secoues la tête, chassant définitivement cette idée de ta tête. Tu te souviens encore de ta vie d’avant. C’était long et ennuyant. Tu n’y retourneras pas. Ce n’est pas ce que tu voulais. Seulement, aujourd’hui, tu n’es plus vraiment sûre de savoir ce que tu veux. « Tiens, où est-ce que vous me verriez travailler ? » que tu reprends d’un air jovial. Tu es bien curieuse de savoir ce qu’il en pense. Il faut dire que connaissant ton mode de vie, on peut difficilement te voir ailleurs que dans le monde de la nuit. « Et si je vous invite à profiter de la situation ? » Il n’est plus question des renseignements que tu lui fournis et tu t’assures qu’il le comprenne au ton de ta voix. « Soule ou pas. » Tu te mords la lèvre. Ce n’est pas étudié pour séduire Thomas, c’est pour t’empêcher de rire. Bien que tu penses sincèrement ce que tu viens de dire, tu ne peux qu’être amusée devant la gêne du flic. Mais tu ne veux pas te moquer. Et tu ne veux pas non plus qu’il s’imagine que tu n’es pas sérieuse quand tu lui fais ce genre de propositions. Mais bon, tu ne te fais pas trop de soucis pour autant. Tu sais que tu n’es pas très subtile comme gonzesse, il a déjà du comprendre où tu voulais en venir. Tu ne sais d’ailleurs pas vraiment si ton petit numéro a marché mais tu ne t’en lasses pas. Vraiment, tu pourrais faire ça toute la soirée. « Voyons, monsieur l’agent… On a qu’une vie ! » Ne pas rentrer trop tard pour se lever tôt, un schéma écoeurant pour toi. La moitié de ta vie se passe la nuit il faut dire. Et tu aimes dormir le matin. Se lever aux aurores, c’est pour les gens qui travaillent dur ou qui vont à l’école. Ce n’est donc pas pour toi. « Un coin plus tranquille ? Ici ? » Il y a bien quelques pièces réservées au stock qui ne grouillent pas de monde mais le bruit assourdissant de la salle retentit dans tout le bâtiment. Mais ce serait largement supportable. Cependant, l’idée d’être raccompagné par le policier Weston jusqu’à chez toi te séduit ben plus. Tu as fait l’ouverture en plus ce soir, tu n’as pas à faire la fermeture. Seulement tu dois encore avoir une petite heure de boulot devant toi. Tu cherches tes collègues du regard et constates que l’équipe est au complet. Si tu pars un peu en avance, qui va s’en rendre compte au juste ? Ce n’est pas comme si c’était la première fois que tu prenais ce genre de libertés au boulot après tout. « Je ne vais plus tarder. » que tu dis en souriant, espiègle.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody)
A venir : Eléa - Aloy - Deb
RAGOTS PARTAGÉS : 1396
POINTS : 2763
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas) Mar 8 Sep - 19:13

« Mais bien sûr ! Vous êtes là parce qu’un soir, j’ai fait une connerie. Vous m’aviez sous la main. C’est tout. » Thomas laisse échapper un léger soupir face à l'entêtement de Holly. Il pensait que sa fille était une championne dans cette catégorie mais il se rendait compte qu'elle avait une sérieuse concurrente en la personne de la sexy barmaid. Non pas qu'il s'en plaigne, il devait avouer qu'il aimait les femmes de caractère... Néanmoins, comme avec Debra, il finit par renoncer à argumenter, préférant botter en touche. " Ce n'est pas de ma faute si vous êtes si... rebelle. J'ai profité d'une opportunité. Je suis sûre que vous faites de même tout le temps" Bien sûr, il ne lancerait pas de telles œillades à sa fille. Mais avec Holly, il ne peut pas s'en empêcher. Il sait qu'il devrait arrêter ce petit jeu mais la brune semble avoir un effet pas possible sur lui. Et elle doit le sentir car elle en joue à outrance. A tel point qu'il la laisse le dépeindre en pom-pom girl sans broncher. Un coup d’œil à l'horloge lui fait remarquer qu'elle lui fait aussi perdre la notion du temps. Tout ce temps qu'il est là... et ils n'ont même pas parlé boulot encore. " Hum, je ne sais pas... Vous pourriez faire n'importe quoi, avec ce charisme et cette répartie. Mais en même temps... Vous vous fondez parfaitement bien dans le décor aussi." Il était vrai que Holly était dans son élément au bar, servant souplement les commandes sans même y penser alors qu'ils étaient en train de discuter. Et puis, elle était de loin la vision la plus réjouissante de cette petite boîte perdue dans le Pays de Galles. " Je sais que vous pouvez trouver vous même. Vous avez l'air d'avoir plus d'imagination que moi." Le flic devait l'avouer, il commençait à être déstabilisé par leur conversation. S'il avait pu boire, les choses ne seraient peut être pas ainsi. Il se serait un peu désinhibé, oubliant les responsabilités qui lui incombaient pour s'amuser et  s'adonner pleinement à ce savoureux jeu de séduction. Mais il avait toute sa tête ou du moins il essayait de la garder car ce fut terriblement difficile quand tout à coup, Holly se fit plus suggestive que jamais. Prenant un air terriblement sérieux, elle se mordit la lèvre - ce qui la rendit encore plus sexy - et acheva leur petite joute verbale par un KO magistral. « Et si je vous invite à profiter de la situation ?  Soule ou pas. »

Il se trouvait à court de réparties spirituelles. A vrai dire, finalement, il ne regrettait plus de ne pas avoir un verre à la main. Il aurait probablement recraché son contenu. Bon vu l'atmosphère entre eux, la proposition n'était pas si surprenante mais il ne s'attendait pas à quelque chose d'aussi... direct. Il resta coi quelques instants. Il ne pouvait pas nier qu'une partie de lui voulait dire oui. Ni qu'il commençait sérieusement à être excité. Mais il se fit violence, et parvint à casser l'ambiance, passant nerveusement sa main dans ses cheveux. " Je serai terriblement flatté mais je serai bien entendu obligé de refuser... A mon grand regret. Je suis désolé." Il plongea son regard dans les yeux de la jeune femme, essayant de lui prouver que c'était vrai. Il espérait qu'il ne l'avait pas offensée en refusant même si elle n'avait pas l'air d'être de ce genre là. Il disait n'importe quoi, il soufflait le chaud et le froid mais il ne savait vraiment plus où il en était. L'interdit qu'il se posait rendait cette proposition encore plus tentante, si bien qu'il essayait de se rappeler pourquoi il se l'était posé. Mais ce n'était pas facile quand Holly le regardait avec ses yeux là. Du coup, il est presque content qu'elle le taquine sur un autre plan. « Voyons, monsieur l’agent… On a qu’une vie ! » Quoique... Cette réplique faisait écho à ce qu'il venait de refuser. Oui, il n'avait qu'une vie. Et il en avait gaspillé la moitié à faire n'importe quoi. Il ne voulait pas recommencer. Il voulait être un type bien à nouveau. Un bon père de famille. Ce qui impliquait de ne pas se taper une jeunette qui allait devenir son indic dans la plus grosse affaire du moment. Mais il ne dit rien de tout ça, essayant de reprendre une mine détendue, se redressant sur son tabouret. " Et moi... Je n'ai qu'un job. J'aimerai bien le garder et ça commence par arriver à l'heure. J'ai une planque demain à 6h." Il avait baissé la voix soudainement. Quand il était avec Miss Branson, il avait tendance à oublier qu'ils n'étaient pas seuls au monde.

Comme si la situation n'était pas assez ambiguë comme ça, il devait en plus l'entraîner loin du bar pour discuter avec elle. Evidemment, il appréhendait ce tête à tête maintenant. Surtout qu'elle avait accepté qui la raccompagne chez elle. Il savait qu'il dépassait les limites indic/flic normales. Mais c'était trop tard. " Ok, je vais fumer une clope dehors en t'attendant." Il était passé spontanément au tutoiement, voyant un collègue d'Holly se rapprocher pour attraper une bouteille sous le comptoir. Les apparences, ça comptait. C'est pourquoi, il ne pouvait pas rester assis à ce bar à ne rien consommer toute la soirée. Et ce fut aussi pourquoi il en rajouta, histoire de passer pour une conquête. " A tout de suite, ma belle." Il fit un petit signe de tête avant de sortir pour aller dans l'allée latérale à la boîte. Comme ça, s'il était trop tôt, Holly pourrait juste prendre une pause clope innocente avec lui.

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas) Lun 14 Sep - 22:20

Tu rigoles quand Thomas te qualifie de rebelle après avoir légèrement hésité. C’est sûrement ce que tu es, oui. Tu aimes seulement faire ce qui te plait, dire ce dont tu as envie. Et ce que tu as envie de dire ou de faire n’est souvent pas très judicieux. C’est bien pour ça que tu as croisé la route du flic Weston. Un mal pour un bien. Si tu ne te souviens pas exactement de ce que tu avais fait, tu sais que tu t’étais beaucoup amusé. Et c’est le principal à tes yeux. Tu n’as qu’une vie. Une petite vie, peut-être. Alors il n’est pas question que tu crèves d’ennui avec un boulot chiant, un mari qui te touche plus et des gosses qui vont te rendre barjo. « Ça va… Je vous en veux pas, vous savez. J’aime trop vous voir débarquer ici pour ça. » Et c’est la plus stricte vérité. Ça égaye toujours tes soirées, la preuve. Tu en oublies bien souvent que vous êtes sensés vous retrouver pour parler boulot. Ça viendra. Peut-être plus tard si vous pensez à arrêter votre petit manège. « Et si je vous disais que je commence à m’ennuyer ? Qu’il me faudrait autre chose ? A moins que ce ne soit qu’un passage… » que tu dis plus pour toi-même que pour l’agent en face de toi. Tu dois y réfléchir. Si ça se trouve, tu vas y reprendre goût. Mais si ce n’est pas le cas alors il va falloir que tu quittes cet endroit au plus vite. « Hum… » Tu sors doucement de tes pensées, un sourire amusé aux lèvres. « Je pourrais être flic moi aussi tiens. Ça m’irait bien l’uniforme. Enfin il faudrait sûrement quelques retouches pour que ce soit saillant mais sinon… » Tu pouffes, c’est grotesque comme idée. Presque autant que d’imaginer Thomas en pompom girl. Ce n’est qu’une blague. Tu te vois très mal dans ce rôle. D’ailleurs, n’importe qui te verrait très mal dans ce rôle. Être flic, c’est faire respecter l’ordre. On ne peut pas dire que ce soit vraiment ton fort. Tu es une véritable tornade, tu fous le bordel partout où tu passes. Personne ne voudrait te voir avec un taser en mains, c’est certain. La conversation dévie, tu te montres plus directe que jamais envers Thomas. Pendant un moment, il ne dit rien. Tu te demandes si tu n’y es pas allé trop fort. Tu lui as fait comprendre très clairement que tu avais envie de lui. Sans jeu, t’étais juste sincère cette fois. Mais ça ne marche pas. Il refuse. Tu ne bronches pas, tu soutiens même son regard. « Obligé, hein. » que tu répètes de manière appuyée sans lâcher ses yeux des tiens. Ce n’est pas une question, tu ne veux pas qu’il t’explique pourquoi il ne peut pas accepter. Sûrement à cause du boulot. Tant mieux s’il te résiste, c’est excitant quelque part. A condition qu’il craque. Ce soir ou un autre jour, peu importe. Tu le veux. « Oh mais vous devriez déjà être au lit alors ! Je peux venir vous bercer si vous voulez. Je connais une très bonne manière d’endormir un homme. » Tu rigoles. Un peu plus et tu te choquerais toute seule. Ce serait un comble, tiens ! S’il s’était montré plutôt discret, tu n’as rien changé au son de ta voix. A croire que tu as oublié les autres, à croire que tu as oublié pourquoi il est là à la base. Il part t’attendre dehors, tu le gratifies d’un clin d’œil. Histoire de te donner bonne conscience, tu passes encore un petit quart d’heure à bosser à fond avant de t’éclipser à ton tour. Tu retrouves vite Thomas, une clope au bec. « Je peux en avoir une ? » T’as tes périodes. Des fois, tu fumes beaucoup alors tu achètes tes cigarettes. D’autres fois, c’est assez modéré pour que tu te permettes de taxer les autres. Tu fermes ton blouson, il commence vraiment à faire frais et tu n’es pas forcément très habillée. « Vous êtes venu comment ? » Tu te vois déjà dans une voiture de police, à fond les gamelles, avec les sirènes qui chantent. Mais ce ne sera sûrement pas le cas, faut pas rêver.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody)
A venir : Eléa - Aloy - Deb
RAGOTS PARTAGÉS : 1396
POINTS : 2763
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas) Dim 20 Sep - 22:37

C'est plus fort que lui, Thomas fait un grand sourire quand Holly dit aimer le voir venir à la boîte. Il est flatté, il ne peut pas le nier. Il pourrait aussi dire que la réciproque est vrai, qu'il prend plaisir à leurs échanges mais ça lui semble un peu inutile. Il n'y a qu'à voir comment il s'y adonne pour le remarquer. Et puis, il repousse encore et toujours le moment de parler boulot, préférant répliquer sur ce que Holly lui confie à propos de sa carrière. « Alors, je vous répondrai qu'il ne faut pas rester à un endroit qui vous ennuie. Mais cette boîte perdrait indubitablement quelque chose, si vous la quittiez. Pour ne pas dire tout son charme. Et si ce n'est qu'un passage... Laissez vous le temps de réfléchir. » Il avait cela en fronçant les sourcils, sans même s'en rendre compte. Au final, Holly quitterait peut être même la ville. Les jeunes femmes pleines de fougue n'étaient pas faites pour rester dans les trous paumés comme Tenby. Et bien sûr, l'idée le dérangeait, sans qu'il ne veuille l'admettre. Surtout qu'en fin de compte, la brune n'avait pas vraiment évoqué l'idée. De toute façon, il ne savait même pas si elle était sérieuse ou pas car elle plaisantait déjà sur le sujet, envisageant une carrière dans la police. Il eut bien sûr un long rire en l'entendant en parler, même s'il savait qu'elle plaisantait. L'idée était vraiment risible. « Oui... l'uniforme vous irait probablement à merveille. Même que vos collèges masculins auraient probablement du mal à se concentrer ensuite. » Qu'il dit une fois qu'il a retrouvé son souffle. Ouais, il vient de la baratiner une nouvelle fois. Ça devient presque compulsif. Les limites se brouillent toujours un peu plus entre le flic et le barmaid. Thomas sait qu'il aurait dû arrêter bien avant mais il s'en sent incapable. Flirter lui fait du bien. Sauf qu'à un moment donné, la ligne devient vraiment flou et Holly la franchit. Elle a plus de courage que lui, c'est certain. D'ailleurs, quand il refuse son offre, elle ne cille pas. Elle ne se rétracte pas. Elle n'est pas gênée non plus. Elle se contente de river les yeux dans les siens et de répété « obligé » d'un air goguenard. C'est lui qui baisse les yeux finalement. Il voit bien qu'elle est déçue et il se sent comme le rabat joie de service. Même pas certain d'avoir fait le bon choix.

Heureusement, il n'a pas le temps de s'attarder là-dessus. La barmaid lâche une nouvelle blague et la tension retombe aussi vite qu'elle est apparue. Bien que la nouvelle vanne de Miss Branson soit aussi connotée que les autres. Il ferme les yeux, tentant de réprimer les images qu'elle essaye de faire naître dans son esprit. Il imagine déjà la tête de Deborah s'il ramène Holly à la maison. Il a encore envie de la baratiner en lui disant qu'il ne pourrait jamais s'endormir avec elle si près de son lit mais il se rappelle des limites. Ça ne serait pas réglo après avoir calmé le jeu en plus. Il se contente de quitter son tabouret en essayant l'air de ne pas avoir l'air trop amusé... Il passe à peu près un quart d'heure dehors, fumant une première cigarette en essayant de refroidir ses idées avant de rentrer à la maison. Hélas, tous ces bels efforts sont réduits à néant quand elle se glisse vers lui pour lui demander une clope.  Il lui en sort une qu'elle porte à sa bouche mais il est contraint de se pencher vers elle pour lui allumer avec son briquet. Il hume son parfum au passage, un parfum entêtant. Ou peut être pas mais lui, ça lui fait de l'effet. Il a du mal à reculer pour rester à une distance normale d'elle. Il la regarde quelques instants en silence tandis qu'ils inspirent la fumée, presque intimidé maintenant qu'il n'y a plus le bar entre eux. « Vous êtes venu comment ? » Il la jauge, se demandant ce que signifie cette question mais il répond tout de même. « Avec mon pick-up. Ça aurait tout gâché que je prenne la voiture de patrouille... Vous avez besoin que je vous ramène alors ? Nous sommes voisins, si je me rappelle bien ? » Cependant, ils prennent le temps de finir leurs clopes, les deux seuls au monde dans cette ruelle peu éclairée.  Et enfin, Thomas peut remplir sa mission et lui parler de ce pourquoi il est venu. « Bon, comme vous l'avez deviné, j'ai besoin d'un service... Apparemment, il y a des dealers de Swansea qui sont venus vendre de la drogue à Tenby. C'est un truc coupé, ça a déjà fait un mort... Il paraît qu'il y en a qui transite ici. Donc j'ai besoin de quelqu'un qui ouvre l'œil pour moi. Qui regarde qui vend, qui achète... Ça serait dans vos cordes ? »

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas) Lun 19 Oct - 11:06

Sans trop savoir d’où te vient cette réflexion, tu te demandes ce que penseraient tes parents s’ils te voyaient flirter avec un homme beaucoup plus vieux. Non pas que tu aies quelque chose à faire du jugement de tes parents, loin de là. Ça fait un bon moment déjà que tu avances sans eux, sans leur avis. Mais tu t’interroges quand même. Est-ce que les Branson tolèreraient ? Probablement pas. Ce serait hypocrite de leur part d’ailleurs. Ton père n’a de cesse d’aller voir ailleurs et ton petit doigt te dit que les filles qu’il fréquente doivent avoir à peu près ton âge. Peut-être même moins et c’est carrément dégoutant. Vite, tu secoues la tête. Tu as plus important à faire que d’imaginer ton père au lit avec des adolescentes. « Vous croyez ? » La discussion était sérieuse, tu t’es confié sur tes dernières impressions au boulot. Sûrement que tu te lasses, sûrement que tu as besoin d’aller voir ailleurs. Mais pour faire quoi ? Si ce boulot ne te passionne plus pour le moment, il est à ta portée. C’est un des seuls jobs d’une liste plutôt restreinte que tu peux exercer. Tu ne peux pas tout lâcher comme ça. Oh, sur un coup de tête, tu en serai capable. Mais ton budget sorties et shopping en prendrait un sacré coup, la pension que te versent tes parents est essentiellement consacré à tes dépenses logistiques. Tu pourrais toujours retourner à Cardiff et faire profil bas, reprendre les études. Sauf que tu frémis déjà d’horreur à l’idée de reprendre ton rôle de fille modèle. Tu n’es pas parfaite, tu n’as plus envie de faire semblant de l’être. « Je pense qu’il y aura forcément une autre jolie barmaid pour me remplacer. » Tu hausses les épaules,  un sourire aux lèvres quand le flic Weston te dit que tes éventuels collègues auraient du mal à se concentrer si tu portais l’uniforme. Tu n’en es pas certaine. Mais tu ferai tout pour. Ça te ferait trop marrer, tu aimes beaucoup trop plaire pour louper une occasion de le faire. La preuve avec Thomas. Tu lui plais, ça, tu l’as compris. Et tu aimes ça. Mais l’idée que ça s’arrête là te perturbe, tu désires plus qu’un flirt. On ne peut pas dire que tu ne t’en donnes pas les moyens et bien que Thomas ne soit pas insensible à tes avances, il continue de se refuser à toi. C’est embêtant. Thomas s’éclipse et tu ne tardes pas à le rejoindre, abrégeant ton service. Tu n’as prévenu personne d’ailleurs mais tu supposes que ce n’est pas très grave étant donné qu’aucun responsable n’était présent ce soir-là. Tes collègues pourraient te dénoncer ceci dit. Mais, franchement, qui chercherait à t’énerver ? Tout le monde est au courant pour ton tempérament de feu, tu n’es pas le genre de filles qui se laisse faire. Tant que tu ne le fais pas tous les jours… Arrivé aux côtés de ton flic préféré, tu lui taxes une clope. Il allume ta clope, tu prends une grande bouffée que tu recraches quelques secondes après. Ça fait du bien, un sourire de contentement habille tes lèvres. « Merci. » Tu hoches la tête de haut en bas. « Oui, j’ai besoin de vous. » que tu ajoutes à ton geste en faisant exprès de donner un double sens à ta réponse. « Et nous sommes voisins. Voyez comme c’est pratique ! » Tu continues, incapable de mettre fin à ce petit jeu même si Thomas essaye de s’en retirer. Mais vous vous mettez à parler boulot. Enfin. C’est nettement moins drôle d’un coup et tu perds ton sourire quand tu apprends que ça a fait un mort. C’est horrible. Ce type voulait sûrement juste s’éclater comme jamais il s’est éclaté… Et il en est mort. « Bien sûr. » Cette fois, tu ne fais pas de blagues. Si tu peux l’aider, tu le fera. Ça fait parti de votre accord. Et ça te semble être une cause juste. Tu n’as rien contre les dealers pourtant. Les dealers qui tuent des gens avec de la merde, en revanche, tu les aimes un peu moins. Tu restes un moment sans rien dire, le regard perdu dans le vide alors que tu achèves ta clope. Et puis tu te réveilles d’un coup. « Alors, il est où ce pick-up ? Il y a de la place au moins là-dedans ? » que tu reprends comme si vous n’aviez jamais parlé dealers et drogues. Tu commences à marcher, tu t’éloignes de quelques pas juste histoire de te réchauffer un peu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody)
A venir : Eléa - Aloy - Deb
RAGOTS PARTAGÉS : 1396
POINTS : 2763
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas) Dim 25 Oct - 11:47

Holly faisait à Thomas l'effet d'un feu follet, mystérieuse, instable mais proprement fascinante. L'ennui n'existait pas quand on discutait avec la barmaid, elle pouvait toujours vous surprendre au détour d'une phrase malicieuse ou d'une réplique pleine de bon sens. Mais toute taquine qu'elle était, elle pouvait se montrer sérieuse, et quand elle avait commencé à parler de son envie de changement, Thomas avait commencé à l'entrevoir. Pire, elle avait semblé prendre son avis au sérieux alors qu'il ne se considérait pas vraiment comme la bonne personne pour donner des conseils de vie aux autres. Surtout qu'il avait essentiellement plaisanté pour rester dans l'humeur de la soirée. Il s'en voulait maintenant. Un jour, s'il en avait l'occasion, il lui dirait sérieusement qu'il pensait à ce sujet mais pour le moment, l'opportunité était passée. Alors quand elle l'avait rejoint dehors, il avait au moins réparé un autre de ses torts. « Vous êtes plutôt irremplaçable à mon avis... Toutes les jolies barmaids du pays ne suffiraient pas. » Il faisait bien entendu écho à la réplique quelque peu désabusée que la brune lui avait servie tout à l'heure tout en continuant à la baratiner. Il refuse désormais de compter le nombre de fois où il l'a fait ce soir, avec Holly, ça semble de plus en plus... naturel. Le flic a accepté l'idée qu'elle lui plaît, qu'il a envie de flirter avec elle. C'est déjà pas mal pour lui même s'il est clair que Holly voudrait plus. Cependant, il ne veut pas réfléchir à l'idée de lui donner satisfaction. Il a besoin de se concentrer un peu. Pourtant, ce n'est pas évident quand Holly continue les allusions à sa suite. Surtout quand elle mentionne que le fait qu'ils soient voisins est très pratique. Mon dieu, il n'avait pas pensé au fait que finalement la tentation vivait à deux pas de chez lui...

Alors c'est presque un soulagement pour les pauvres pensées égarées du quadragénaire de pouvoir se focaliser sur le boulot. Thomas demande enfin son service à Holly et la brune lui prouve une nouvelle fois qu'elle peut tout à fait être sérieuse quand il le faut. La nouvelle de l'overdose du jeune homme semble affecter la jeune femme et elle ne cherche même pas à le cacher.. Thomas fronce les sourcils. Parce qu'elle se droguait aussi ? Non en fait, il ne veut même pas le savoir. Il est juste content qu'elle ait accepté de l'aider. « Merci... Vous devez juste me promettre que vous ferez attention à vous. De ce qu'on a pu voir, les types qui vendent ça n'ont pas beaucoup de scrupules. » La répartie spirituelle que le flic attends ne vient pas. Holly regarde au loin en tirant sur sa clope, pensive. Thomas n'insiste pas. Il comprend ce genre de réaction. Il a eu la même, surtout quand il a compris que le gamin avait l'âge de sa propre fille. Il se prenait maintes remarques sur le fait qu'il était un sale flic, un rabat joie, un empêcheur de tourner en rond mais il n'était jamais désolé d'arrêter  des saloperies du genre de ces dealers. Il mate sa voisine en douce quand elle semble revenir à la réalité, ses traits reprenant vie lorsqu'elle lui demande où est sa voiture. Il lui indique d'un geste plein de flegme avant d'écraser sa clope et de se lancer à sa poursuite. « Bien sûr qu'il y de la place là-dedans, et puis... vous n'êtes pas si volumineuse que ça. » Sa vanne n'est pas très heureuse mais heureusement pour lui, Holly n'a pas l'air du genre susceptible. La preuve, elle accepte bien qu'il la raccompagne alors qu'il lui a plus ou moins mis un vent.

Arrivé près du pick-up, il la dépasse pour lui ouvrir la porte. Une fois qu'elle est montée, il fait de même, allumant le chauffage. Il a en effet remarqué que sa passagère semble avoir un peu froid. Ce qui n'est pas étonnant, car elle est légèrement vêtue pour la saison. Il se flagelle intérieurement pour avoir remarqué ce détail avant de démarrer. La circulation n'est pas très dense à Tenby à une heure pareille alors le trajet ne dure que quelques minutes. Quelques minutes relativement silencieuses peut être à cause de la tension qui règne dans l'habitacle de la voiture. Le coude du flic frôle celui d'Holly dès qu'il passe une vitesse et il est terriblement conscient de la proximité qu'il y a entre eux. Il sent la chaleur du corps de la brune à côté de lui. Il pourrait arrêter de résister. Se garer dans un coin tranquille et enfin rendre les armes, céder à  la tentation. Mais il ne le fait pas. Thomas Weston est un homme raisonnable. Peut être un peu trop. Mais quoi qu'il en soit, il se gare bientôt devant chez Holly, dans leur rue. Il tourne la tête pour la saluer. « Passez une bonne soirée, Miss Branson. Ce fut un plaisir, comme toujours. »

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas) Mer 18 Nov - 20:13

Tu ne sais pas pourquoi tu n’as pas déjà abandonné. Le flic Weston se refuse à toi et tu sais très bien que c’est le choix le plus raisonnable. Mais tu n’arrives pas à te montrer aussi sage que lui. Tu désires ce type du jour où il t’a arrêté pour t’emmener au poste de police jusqu’à maintenant. Bon, d’accord. Tu lui en voulais peut-être un peu trop au départ pour avoir envie de lui sauter aussi franchement dessus. Mais avec le temps, tu as fini par totalement oublier les souvenirs plutôt houleux que tu partages avec Thomas. Il a su te tendre la main, t’offrir une chance de te rattraper, et tu sais que tu te montres à la hauteur. Peut-être même que contenter le flic Weston te tient trop à cœur. Et on ne parle plus de ton rôle d’indic là. Tu prends un réel plaisir à lui faire du charme, encore plus quand il se montre réactif et qu’il t’en fait également. Tu aimes tellement ça que tu as du mal à imaginer que ça s’arrête là, que vous ne passiez jamais au-delà des interdits. Tu le veux. Oui, voilà, ça ne pourrait pas être exprimé plus clairement. Et contrairement au flic Weston, tu ne veux pas résister. Tu ne résistes jamais à tes envies, tu vas là où elles te guident. En ce moment, elles te crient de te jeter aux lèvres de Thomas. Mais ce n’est pas aussi simple. Il y a plein des hommes que tu pourrais avoir aussi facilement que ça mais celui-là te donne du fil à retordre. A ton plus grand désespoir. Pour ton plus grand plaisir aussi. Tu te languis, tu t’impatientes, c’est presque aussi délicieux que s’il avait tout de suite cédé à tes avances. « Qu’est-ce que vous parlez bien ! » que tu t’exclames en réponse au compliment que vient de te faire Thomas. Tu affiches un sourire en coin alors que tu t’avances de quelques pas du policier. « Il est regrettable que vous soyez bien plus doué pour causer que pour agir. » Tu as toujours eu du répondant et tu ne manques cette fois pas l’occasion de spécifier à ton interlocuteur à quel point sa conduite est déstabilisante. Mais tu ne lui en veux pas pour autant. Ça se voit qu’il est perdu entre son envie et sa raison, tu ne peux pas lui en tenir rigueur. Et tu n’as pas dit ton dernier mot. Même si ce ne sera pas encore pour ce soir, à moins d’un retournement de situation énorme qui relèverait plus du miracle qu’autre chose. Tu as le temps. « Je ferai attention. » Tu ne promets pas. Tu sais que tu es inconsciente, que tu ignores le danger. Ton impulsivité te joue des tours et bien que tu arrives toujours à t’en sortir grâce à tes pirouettes, il t'arrive bien trop souvent de te retrouver dans de beaux draps. Alors tu fais mine d’être sincère pour rassurer le policier mais tu n’y crois pas. Et comme pour soulager ta conscience, tu soupires. Vous vous dirigez ensuite vers le pick-up de Thomas. « Tout ce qu’il faut là où il faut, rien de plus. » que tu lances avec un clin d’œil, tu retrouves le sourire aussi rapidement que tu l’avais perdu. Tu préfères largement parler d'autre chose que boulot avec Thomas. Même si vous êtres censés vous voir uniquement dans un but professionnel. Installée dans la voiture, tu profites des joies du chauffage. Tu passes tes mains devant l'aération, les passes ensuite sur tes cuisses. Ce serait tellement simple… Il n’aurait qu’à se jeter à tes lèvres et tu saurais te montrer réceptive. Mais ça n’arrive pas. Le trajet est silencieux. Tu sens bien que ton chauffeur du soir est tendu. Ce n’est que quelques minutes mais ça te paraît être une éternité de frustration jusqu’à ce que vous arriviez dans votre rue. Tu rigoles. Juste un peu, sans trop savoir pourquoi. Un dernier sourire et tu sautes hors du véhicule. « A bientôt ! » que tu lances au flic Weston avant de claquer la porte pour rejoindre au pas de course ton appartement. Tu ne retournes pas. Surtout pas. Tu serai capable de totalement craquer et de le violer derrière le première buisson que tu trouvera.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: pretty messed up (thomas)

Revenir en haut Aller en bas

pretty messed up (thomas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-