AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Show me mercy from that powers that be. Evie & Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | anaëlle + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8026
POINTS : 2871
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Show me mercy from that powers that be. Evie & Thomas Jeu 23 Juil - 18:40

Running around in circles feeling caged
By endless rules
Can you free me, free me from this world

C'est illusoire, mais je me sens invincible. J'ai détruit la voiture de Penny il y a quelques jours et rien ne s'est produit. La blonde a dû avoir un peu de jugeote et se dire qu'elle avait encore plus à perdre si elle me dénonçait aux autorités. Elle avait tellement peur que je doute qu'elle fasse une telle connerie, mais qui sait ? Alors ce matin, c'est en regardant derrière moi à tous les coins de rues et en fronçant les sourcils dès que je croise quelqu'un que je me rends au travail. Au final, je prends tellement de précautions que je risque d'avoir un peu de retard au travail. Foutu boulot.
J'arrive à l'atelier avec cinq minutes de retard et le garage est déjà ouvert. Je presse le pas jusque dans les vestiaires, j'enfile la combinaison grise et je vais dans l'atelier avec l'espoir que le chef n'ait pas trop remarqué mon retard. A ma grande surprise, ce n'est pas le chef qui est sur les lieux, mais ma collègue nouvellement maman. Je cligne des yeux une ou deux fois avant de vraiment comprendre que le congés maternité d'Evie doit déjà être terminé ou alors que son envie de reprendre le travail était trop forte. Le fait est que c'est un réel soulagement de la voir et que je ne me fais pas prier pour le lui faire comprendre.
« Evie ! »
Je m'approche un peu d'elle une fois mes esprits repris, mais je ne peux m'empêcher de me demander si elle n'est pas juste venue chercher quelque chose dans son casier, mais vu la tenue qu'elle arbore, à savoir, le même uniforme gris que moi, je suppose qu'elle est bel et bien venue pour travailler et non pour venir me faire la conversation. J'arrive à son niveau pour la saluer de façon un peu plus amicale, tout sourire sans pour autant la gratifier d'une grosse étreinte, Dieu merci, Evie sait que je ne suis pas du genre à câliner les autres pour leur dire bonjour et je lui demande.
« Je suis content de te voir ! Mais qu'est-ce que tu fais là ? Tu ne devrais pas encore être chez toi ? »
En vérité, je n'ai absolument aucune idée de la durée des congés de maternité des femmes au Pays de Galles. J'aurais pu me renseigner pour feindre l'illusion quand Penny était prétendument enceinte, mais comme je savais que c'est plutôt un congés pour fausse dépression qu'elle allait avoir, je n'ai pas vu l'intérêt de m'encombrer le cerveau avec des informations inutiles.
Pour ne pas me mettre plus en retard que je ne le suis déjà, j'entreprends d'allumer les unités centrales, mais également de regarder le registre des choses que nous allons devoir faire dans la journée. Il y a déjà deux automobiles qui attendent dans l'atelier et qui doivent être prêtes d'ici deux heures dernier délai. Ensuite, plusieurs rendez-vous pour des révisions sur des voitures simples. En bref, une grosse journée, mais pas une journée qui sera trop épuisante. Je repose les papiers et je me concentre à nouveau sur ma collègue.
« Tu laisses les couches sales de Connor à Lonán pour t'occuper de la magnifique Mercedes CLK ? »

_________________

These violent delights have violent ends and in their triumph die, like fire and powder, which as they kiss consume: the sweetest honey is loathsome in his own deliciousness © by anaëlle.



Dernière édition par Andrew Green le Jeu 3 Sep - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Show me mercy from that powers that be. Evie & Thomas Mer 12 Aoû - 6:05

Laisser son petit bout de chou pour la première fois pendant une journée entière n'était pas facile pour la nouvelle maman et Evie essuya subtilement les larmes qui coulaient sur ses joues après avoir refermé la porte derrière elle. Connor n'avait même pas pleuré et pourtant, la brune, elle, avait eu beaucoup de mal à le laisser dans les bras d'une inconnue et le bébé lui manquait déjà lorsqu'elle s'était engagée sur la route qui la mènerait au garage. Reprendre le travail après de longs mois d'absence lui ferait du bien, mais elle appréhendait déjà les prochaines semaines alors qu'elle n'avait pas vraiment eu le temps de se reposer depuis la naissance du bébé. Des biberons à donner, des couches à changer, des vêtements à laver, des petits plats à préparer ... S'occuper les mains lui avait permis de ne pas trop réfléchir à tout ce qui se passait dans sa vie en ce moment, mais Evie savait déjà qu'elle finirait bien par se laisser aller à penser à son entourage ou à sa vie en général un jour ou l'autre. Le couple qu'elle formait avec Lonán oscillait dangereusement et la jeune femme ne savait plus comment gérer ce que l'irlandais lui reprochait, comme si la fatigue avait finalement eu raison d'elle. Elle l'aimait et elle voulait que ça marche, mais elle ne savait plus ce qu'elle devait faire d'autre afin de lui prouver qu'elle tenait vraiment à lui, si bien que son amoureux semblait s'impatienter. Tous deux à fleur de peau, on ne pouvait pas vraiment dire que l'ambiance était au beau fixe chez les deux tourtereaux.

Evie poussa un soupir lorsqu'elle gara la voiture dans le stationnement de son lieu de travail, prit une grande respiration avant d'observer son reflet dans le petit miroir de la voiture afin de s'assurer qu'elle avait plutôt bonne mine. Le garage n'était pas encore ouvert lorsqu'elle verrouilla les portières de sa voiture et elle jeta un coup d'oeil à sa montre pour comprendre qu'elle avait bel et bien quelques minutes d'avance, comme à son habitude.

Elle venait tout juste d'enfiler sa combinaison grise lorsqu'Andrew fit irruption dans la pièce, visiblement heureux de la revoir. « Hey ! » La brune connaissait Andrew depuis suffisamment longtemps pour savoir qu'il n'appréciait pas particulièrement les étreintes et franchement, Evie devait admettre que pour une fois, son aversion s'avérait réciproque. Pas parce que c'était lui, mais plutôt parce qu'elle avait l'impression désagréable de ne plus savoir comment s'y prendre. « Le petit a presque cinq mois, déjà. Ça passe vite ! » ajouta-t-elle afin d'expliquer sa présence au garage. Puisque le travail manuel comportait tout de même des risques, on l'avait renvoyée chez elle un peu plus tôt pendant sa grossesse et la jeune femme était restée un bon huit mois à l'écart du travail, si bien qu'elle avait quand même hâte de se salir les mains.

Elle jeta un coup d'oeil aux fiches des voitures, sourit lorsque son collègue lui proposa de s'occuper de la Mercedes. « C'est trop gentil de ta part de m'offrir un cadeau de bienvenue ! » le taquina-t-elle en riant doucement. Malgré tout ce qui s'était passé dans la vie d'Andrew et toutes les rumeurs qui couraient à son sujet, Evie avait décidé de ne pas donner foi aux ragots, persuadée qu'elle ne pourrait obtenir la vérité que de la bouche du principal concerné, ce qui n'arriverait sans doute jamais. « Mais ne parle pas trop de Connor si tu ne veux pas avoir droit à une crise de larmes ! Je l'ai laissé pour la première fois et je peux te dire que ce n'est vraiment pas facile pour le coeur d'une maman. » Elle se mordit la lèvre, comprit trop tard qu'elle n'aurait peut-être pas dû lui dire ça alors qu'il avait lui-même perdu son bébé plusieurs mois auparavant. Si Andrew lui donnait l'impression d'avoir fait son deuil, elle savait néanmoins que les apparences pouvaient parfois s'avérer trompeuses et elle lui offrit un minuscule sourire d'excuse. « C'est bon alors, je prends la Mercedes ! Pas trop mal, comme journée de retour ! » ajouta-t-elle avec un petit sourire avant de jeter un coup d'oeil à la fiche de la voiture afin d'imprimer mentalement ce qu'elle devait faire. Elle s'empara des clés de la Mercedes, au cas où elle devrait la bouger, et s'empressa de commencer à travailler. Andrew n'était pas bien loin et la jeune femme, déjà pleine d'huile, put tourner la tête afin de s'adresser à lui. « Comment tu vas, toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | anaëlle + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8026
POINTS : 2871
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Show me mercy from that powers that be. Evie & Thomas Mer 19 Aoû - 14:47

Running around in circles feeling caged
By endless rules
Can you free me, free me from this world

Moi qui m'attendais à faire face à notre chef, c'est un réel soulagement de voir que c'est la douce Evie qui est là à sa place. Peut-être que son retour était déjà annoncé sur le planning, mais bizarrement, les récents événements m'ont tellement chamboulé que je n'ai pas pensé à vérifier le tableau destiné aux employés. J'ai déjà du mal de venir à l'heure, alors je ne vais pas rester quelques minutes supplémentaires pour étudier le tableau. D'autant plus que de cette façon, le retour d'Evie est une vraie surprise et par la même occasion, une vraie bonne nouvelle. Elle me fait comprendre que son petit est né il y a déjà plus de cinq mois et même si je dois avouer avoir du mal à y croire, je me rends à l'évidence. Il s'est passé tellement de choses ces dernières semaines voire ces derniers mois : que ce soit avec Penny, William ou avec Jean que je n'ai pas vu le temps passer. Bien trop agité à essayer de m'en sortir sans trop de dégâts. J'acquiesce avec un sourire poli sur les lèvres, plus que d'accord avec les dires de la nouvelle maman : en effet, le temps passe vite et ça, c'est une certitude, aussi sûr que j'approche bientôt de mes trente ans et que d'ici là, Penny aura été complètement rayée de ma vie. L'espoir fait vivre, comme on dit.
Quand j'évoque son fils, c'est visiblement une erreur de débutant et Evie me prévient aussitôt que si je ne veux pas avoir affaire à une crise de larmes, il vaudrait mieux ne pas évoquer son pompon. Soit. Je baisse les yeux quand elle me sourit tristement, se rendant compte que j'aurais pu être dans sa situation, mais étrangement, ce n'est même pas à ça que je pense. Si les paroles d'Evie ont évoqué quelque chose en moi, ce n'est pas une part de comédie, comme souvent lorsque je devais évoquer ma chère et tendre "Cassie" disparue trop tôt. Non, sans savoir d'où ça vient, c'est à ma propre génitrice que je pense. Une femme, probablement tout l'opposé d'Evie vue qu'elle n'a pas hésité à abandonner son marmot. Et pas pour une journée, mais pour une vie entière. J'ai beau m'être fait à l'idée d'être orphelin depuis bien longtemps, Evie fait resurgir un sentiment quasi inconnu en évoquant son nouveau statut. Heureusement qu'il y a des mères comme elles, quand même. Je secoue la tête, pousse ces pensées au loin en jugeant que je n'ai pas besoin de repenser à cette enfance que je n'ai jamais eu. Pourtant, je réponds à son avertissement par un silence, ne voulant pas passer pour quelqu'un d'insensible quant à ma prétendue progéniture perdue, ni me dévoiler à ma collègue qui ne sait pas que j'ai grandit dans des foyers. Les choses sont comme elles sont et qu'importe. Je m'adapte. En cassant la gueule à un flic et en détruisant la voiture de Penny… Mais ça reste un genre d'adaptation.
La galloise reprend la parole et attrape la clé de l'auto.
« Oui, tu es plutôt bien accueillie, ça va. » que j'essaye de dire sur un ton jovial et en reprenant mes esprits doucement.
Comme je laisse à Evie le plaisir de s'occuper de la Mercedes, je prends la clé de l'autre voiture ainsi que la fiche sur laquelle est indiquée les pièces à changer et je me mets doucement au travail.
« Bien, je crois. Oui, ça va bien. J'ai eu le malheur de revoir Penny il y a quelques jours et on a eu un petit différend, rien de bien grave, mais je pense que maintenant c'est réglé. »
Avoue-je à ma collègue sans lui raconter que le différend en question comportait des coups de batte de cricket sur une carrosserie de Vauxhall, des cris, de la sueur et des larmes. Peu importe de toute façon, après la façon dont Penny m'a largué publiquement, Evie doit bien se douter que je n'ai que de l'amertume pour la blonde. Cela dit, je préfère quand même rendre la situation plus idyllique qu'elle ne l'est réellement pour ne pas être soupçonné de quoi que ce soit. J'ouvre le capot de la voiture, sort quelques pinces et prépare les nouvelles pièces, tandis que je poursuis la conversation avec ma collègue à l'autre bout de l'atelier.
« En tout cas, tu verras, ici, rien n'a changé ! Les mêmes clients, les mêmes petites vieilles qui racontent des potins dans la salle d'attente, les mêmes voitures, le même café dégueulasse à la machine… Mais je suis sûr que ça t'avais manqué tout ça, pas vrai ? » achève-je pour la taquiner.

_________________

These violent delights have violent ends and in their triumph die, like fire and powder, which as they kiss consume: the sweetest honey is loathsome in his own deliciousness © by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Show me mercy from that powers that be. Evie & Thomas Jeu 20 Aoû - 17:36

La jeune femme se mordit légèrement la lèvre lorsqu'Andrew évoqua Penny. Elle ignorait ce qui s'était véritablement passé entre eux, mais la brune n'était pas naïve au point de se dire qu'elle savait tout et qu'Andrew ne lui cachait rien. À force de le côtoyer, elle avait appris à le connaître un minimum, même si elle ne pouvait pas vraiment dire qu'ils étaient proches tous les deux, et elle était persuadée qu'il lui dissimulait certaines choses. Les rumeurs qui circulaient à son sujet n'avaient jamais intéressé Evie puisque la nouvelle maman avait déjà suffisamment à faire avec les ragots la concernant. Elle s'était surtout promis de ne jamais juger quelqu'un grâce à tout ce qu'on pouvait entendre à son sujet puisqu'elle savait trop bien que les ragots prenaient beaucoup trop d'ampleur à Tenby, si bien que ce qui se disait n'avait plus rien à voir avec la vérité. Certains faits dont on parlait en ville s'étaient avérés véridiques - après tout, Evie ne pourrait jamais nier le fait que son père soit un alcoolique fini ou que sa mère avait de graves problèmes mentaux - mais elle préférait ne pas trop se mêler des racontars, préférant de loin apprendre à connaître d'elle-même les gens et leurs habitudes.

« Ça ne doit pas être facile, en effet. » ajouta-t-elle simplement, un peu mal à l'aise. Evie avait parfois tendance à oublier ce qui s'était passé entre Penny et Andrew puisque la naissance de Connor l'avait tenue pas mal occupée ces derniers mois, d'autant plus que son couple battait également de l'aile. « Mais tu as l'air en forme, en tout cas. » Après tout, les traits de son collègue s'étaient illuminés lorsqu'il l'avait vue et franchement, il n'avait pas l'air si mal en point, malgré tout. Evie ne connaissait pas suffisamment Penny pour savoir si la blonde était du genre à mener la vie dure à Andrew, mais elle savait tout de même qu'elle était une bonne amie d'Eirian, ce qui lui avait suffit.


La jeune femme jeta un coup d'oeil attentif à tout ce qu'elle devait faire sur la Mercedes, se mordit la lèvre quelques secondes en posant le regard sur le téléphone qu'elle avait pris la peine de garder près d'elle, au cas où. Elle n'avait aucun message. Cette optique aurait dû la réjouir puisque ça voulait dire que Connor allait bien, mais Evie sentit une boule se former au creux de son estomac. Et s'il s'était mis à pleurer ? Et s'il refusait de boire ? Inquiète, la brune poussa un soupir et déposa pour de bon son téléphone non loin d'elle afin de commencer à travailler. Un sourire étira ses lèvres aux paroles d'Andrew et elle haussa les épaules, franchement amusée. « Évidemment que ça m'a manqué ! Tu ne peux même pas savoir à quel point j'avais hâte de boire un bon café dilué ! » le taquina-t-elle à son tour avant de surélever la voiture de manière à pouvoir se glisser en dessous. « J'aurais bien profité de mon bébé encore un peu, par contre. » ajouta-t-elle finalement en faisant la moue.

L'arrivée d'une voiture dans le stationnement la fit relever la tête - visiblement, son ouïe s'était beaucoup développée depuis la naissance du poupon, d'autant plus que le garage était encore plus ou moins silencieux et qu'elle ne se trouvait qu'à quelques pas de l'entrée - et elle attrapa son téléphone en se redressant. « Bouge pas, je vais voir. »

Curieuse et enjouée, la brune sourit à son collègue et se dirigea rapidement vers l'accueil du garage, persuadée d'y trouver un ancien client. La voiture de police qui se trouvait dans le stationnement la cloua sur place et pendant quelques secondes, tous les pires scénarios se succédèrent dans sa tête. Et s'il était arrivé quelque chose à Lonán ? À Connor ? À ses parents ? À Anthony ... ? Et si ... Evie tenta de se calmer, jeta un coup d'oeil à Andrew avant de sortir à l'extérieur du bâtiment, extrêmement nerveuse. « Officiers ... Qu'est-ce que je peux faire pour vous ? » demanda-t-elle le plus posément possible alors que son coeur battait à cent mille à l'heure dans le creux de sa poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody - Eléa - Deb)
A venir :Aloy -
RAGOTS PARTAGÉS : 1399
POINTS : 2780
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...



MessageSujet: Re: Show me mercy from that powers that be. Evie & Thomas Dim 23 Aoû - 11:53

Thomas sort du véhicule de police en compagnie de l'officier Edward, et tous deux se dirigent vers le West Wales Garage d'un pas ferme. L'arrestation qu'il doit effectuer aujourd'hui n'a rien à voir avec la grosse affaire sur laquelle il bosse mais le futur prévenu a déjà un casier judiciaire fourni, ce qui nécessitait que quelqu'un de plus expérimenté accompagne le jeune Edward. Thomas ne s'en est pas offusqué plus que ça. Il ne voyait aucun inconvénient à aller arrêter cet individu qui harcelait visiblement une jeune femme. Cependant, ce n'est pas le suspect qui vient les accueillir à l'extérieur du bâtiment mais sa patronne, notoirement connue à Tenby. Thomas ne s'embarrasse pas de politesses pour répondre à sa question, ne souhaitant pas que l'autre en profite pour faire le tour pendant que Madame Baxter les distrayait.  « « Vous êtes Evie Baxter ? » Elle hoche la tête, d'un air paniqué et il se radoucit, comprenant qu'elle a peur d'être l'objet de cette visite. « Nous sommes venus parler à Monsieur Green. Vous travaillez ensembles, n'est-ce pas ? » Nouvelle confirmation de la part de la jolie brune qui ne désigne toutefois pas l'endroit où se trouve Andrew Green. Pas étonnant. Personne n'aime dénoncer ses employés. Thomas ne lui en tient pas rigueur et la contourne doucement pour entrer dans le garage. Il aurait pu attendre que la propriétaire l'invite à entrer mais elle semblait sous le choc et elle avait un mandat alors... Surtout qu'il ne faisait vraiment pas confiance à cet Andrew Green.

L'officier Edward et lui traversent un petit hall d'entrée, la salle des employés avant d'arriver dans l'atelier où le suspect se tient debout entre deux voitures. Thomas sait que c'est lui pour avoir vu une photo de lui à l'époque de sa première arrestation. Le bonhomme n'a pas beaucoup changé, si ce n'est qu'il a un peu plus de pattes d'oie autour des yeux. Néanmoins, il doit vérifier qu'il tient la bonne personne. « Andrew Thomas Green ? » Il confirme et Thomas s'avance vers lui pour lui passer le menottes. Il trouve personnellement la démarche excessive. Il aurait simplement pu lui demander de les accompagner sans faire d'histoire mais la nouvelle politique d'arrestation est plus sévère et Tenby a une tolérance vraiment basse à la récidive. Mais ce n'est rien à côté des gardes à vues qui peuvent désormais durer 96 heures... Enfin, il espère pour le type qu'il va coopérer pour ne pas en arriver là. Le flic passe derrière Monsieur Green qui met ses mains dans le dos. Puis, il lui récite ses droits d'une voix ferme tandis qu'il sert les bracelets autour de ses poignets. « Vous êtes en état d'arrestation pour violences volontaires sur la personne de Penny Collins, destruction du bien d'autrui et atteinte à l'ordre public. Vous avez le droit de garder le silence, si vous ne voulez pas exercer ce droit, tout ce que vous direz pourra être  utilisé contre vous. Vous avez le droit à ce qu'un avocat soit présent pendant votre interrogatoire, si vous n'en avez pas les moyens un avocat d'office pourra vous être accordé par la cour. Avez vous compris vos droits ? »

L'affaire avait commencé étrangement, par une plainte qui n'émanait même pas de la victime mais après, l'enquête rapide de voisinage avait confirmé les faits. Les rares résidents de la rue avaient entendu du bruit, des éclats de verre avait été retrouvés sur le bitume, le cousin de la victime avait eu le bon sens de prendre la voiture en photo et finalement, la victime elle-même était venue faire une déposition. Restait plus qu'à confirmer la culpabilité de Andrew mais il n'y avait pas de raisons pour que la victime ait menti. « La déclaration comme quoi vous comprenez marquera le début de votre garde à vue. » Il lui a fait tout le cirque juridique mais en vérité l'affaire n'est pas si grave. Ça ressemblait à une querelle de voisinage qui se réglerait probablement avec une amende et des dommages intérêts. Mais s'il pouvait faire peur à cet abruti pour qu'il arrête de terroriser son ex, il n'allait pas s'en priver. « Nous avons aussi un mandat pour examiner  votre véhicule. Celui que vous êtes présumés avoir utilisé durant les faits. Pouvez vous nous indiquer où il se trouve ? »

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | anaëlle + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8026
POINTS : 2871
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Show me mercy from that powers that be. Evie & Thomas Mer 26 Aoû - 15:15

Running around in circles feeling caged
By endless rules
Can you free me, free me from this world

La journée ne s'annonce pas si mal que ça finalement, puisque la présence d'Evie signifie quelque chose : notre patron ne sera pas là de la journée et ainsi l'ambiance sera bien plus détendue que d'ordinaire. On discute avec Evie et rapidement j'en viens à évoquer ma rencontre avec Penny. Evidemment, je ne raconte pas la vérité sur cette rencontre pour sauver le peu d'estime que ma collègue a encore a mon égard. Car jusque là, la Baxter s'est montrée d'un soutient sans faille alors qu'elle apprenait quelques uns de mes péchés. Que je sois un ancien criminel ne l'a pas fait fuir, au contraire, elle avait même l'air assez ravie de ma visite lors de la petite fête après la naissance de son fils. Cela dit, ce n'est pas pour autant qu'elle est prête à tout savoir à mon sujet. Comment réagirait-elle si elle apprenait que tout cette histoire de bébé, c'est du pipeau ? Et si elle venait à apprendre qu'en réalité, mon petit différend avec la blonde ressemblait plus à une course poursuite dans les rues de Tenby jusqu'à ce que je la bloque pour défoncer sa voiture à coups de batte, je doute qu'elle m'accueillerait à bras ouverts et avec un tel sourire en ajoutant que j'ai l'air en forme. Qui a dit que le mensonge est une mauvaise chose alors qu'il peut sauver des relations ?
J'hausse les épaules en souriant légèrement à sa déclaration, ne sachant pas si j'ai réellement l'air en forme pour attaquer cette journée de boulot, mais appréciant tout de même le compliment.  
Elle reprend et je rigole à ses mots sur le café. Ensuite, j'essaye de m'attendrir quand elle évoque à nouveau son bébé, mais la chose n'est pas facile et je préfère me mettre au travail sans rien ajouter. Evidemment qu'elle aurait bien voulu profiter de son enfant, c'est la normalité, pas vrai ? Et vu la femme aimante qu'est Evie, le contraire aurait été étonnant.
Moins de conversation et plus de travail et nous avançons sur nos tâches respectives avec ma collègue quand nous entendons un bruit à l'extérieur, plus précisément, une voiture en train de se garer. Quelqu'un qui vient déposer sa voiture de bon matin ? J'en doute… Le patron qui vient nous rendre une visite surprise ? Possible… Mais ce serait étonnant qu'il se donne la peine de venir alors que nous sommes déjà deux sur place. La brune décide d'aller voir et j'hoche la tête pour lui confirmer que je ne bouge pas. J'essaye de me reconcentrer sur mon travail, mais rapidement, je relève la tête vers Evie qui me lance un regard que je n'avais encore jamais vu sur son visage avant de disparaître à l'extérieur. Déjà je comprends que quelque chose ne va pas et je m'essuie les mains pour aller la rejoindre. Mais à peine ai-je le temps de me dégager du capot de la voiture que j'ai envie de faire marche arrière quand je vois les hommes en uniformes entrer dans l'atelier. Mon coeur loupe un battement (ou dix) et mon corps se raidit automatiquement à la vue de ces immondes uniformes. Oh non… Mon rythme cardiaque s'accélère quand je les vois et même si je sais que leur présence est ma faute, toute trace d'espoir se dérobe quand le plus vieux des deux flics s'adresse à moi en m'appelant par mon patronyme entier.
« Andrew Thomas Green… Ouaip. C'est bien moi. » Dis-je en soupirant.
Il s'approche et je me crispe quand il me passe les menottes. Malgré un réflexe de défense pour me dégager, je le laisse finalement faire en serrant les dents et fermant les yeux pour faire comme si ce moment n'est qu'un mauvais rêve.
Je n'arrive plus à réguler ma respiration tellement j'ai envie de prendre la fuite en allant dans l'autre direction… Je ne sais toujours pas pourquoi je me fais arrêter et très franchement, je ne sais pas si j'ai envie d'en savoir plus. Hardy ou la Collins ? Ce serait tellement plus simple de foutre un coup à ce merdeux de flic et se barrer…
Enfin, je sais pourquoi cette personne est en train de m'humilier et de me ruiner ma journée. En espérant que ce problème soit très rapidement réglé. C'est donc cette blondasse de Penny qui a vendu la mèche et je secoue la tête sans pour autant écouter le flic qui continue sa tirade.
« Eh ben… Je croyais que ce serait Hardy qui se serait déplacé jusque là. L'enfoiré prendrait son pied comme jamais. » Crache-je, amer. « Oh mais suis-je bête… Il doit encore être en arrêt, non ? »
Finis-je en ricanant et surtout, en me remémorant ce moment jouissif ou mes poings sont partis à la rencontre de son visage et de ses côtes.
Il poursuit et ainsi, je comprends que ce n'est pas un mauvais rêve… C'est bien la réalité et je vais retourner derrière les barreaux. Il y a quelque chose qui meurt en moi. Je ne sais pas vraiment quoi, mais je le sens. Et là, j'hoche la tête quand le keuf reprend la parole.
« Ouais… J'ai compris » que j'essaye de lâcher avec nonchalance. « Mais pas de chance… Ma caisse est garée chez moi. Oakridge Acres.  » que je dis cette fois avec la voix teintée d'une fierté mal dissimulée.
Si je peux leur donner du travail… Je ne vais pas m'en gêner. Après l'accident avec Penny, j'ai rapidement réparé la carrosserie de la Polo, mais étrangement, j'ai gardé la batte de cricket dans le coffre comme un genre de trophée et ce mandat ne m'enchante pas du tout.
Au bout de quelques secondes, le flic me fait avancer et quand j'arrive au niveau d'Evie, je me rends compte que la demoiselle va vouloir des explications. Il a mentionné les violences sur Penny et je ne sais pas comment la brune va prendre la nouvelle. Avec un peu de chance, il y a encore une chance de me faire passer pour quelqu'un de bien… Même si menotté et escorté par deux filcs, ça s'annonce compliqué.
« Evie… Je crois que… Je te laisse appeler le patron… Avec un peu de chance… Ils vont se rendre compte qu'il font toute une histoire pour pas grand chose… Ils ne savent rien… Ca ne va pas durer et ils vont me relâcher. » conclus-je, plein d'espoir.

_________________

These violent delights have violent ends and in their triumph die, like fire and powder, which as they kiss consume: the sweetest honey is loathsome in his own deliciousness © by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Show me mercy from that powers that be. Evie & Thomas Dim 30 Aoû - 0:12

La jeune femme ne put qu'hocher la tête lorsque l'officier lui demanda si elle était bel et bien Evie Baxter, sentit son estomac se nouer. Et si sa mère avait tenté une nouvelle fois de mettre fin à ses jours ? Et s'il était arrivé quelque chose à Abbey, à Kainoa ou à Anthony ?  Elle venait de déposer Connor à la garderie, mais pendant une fraction de seconde, la jeune femme se demanda si le bébé pouvait être l'objet de leur visite. Et Lonán ? Mille et uns scénarios tous plus horribles les uns que les autres se bousculaient dans sa tête et Evie resta sur place pendant quelques secondes, pétrifiée, lorsqu'ils pénétrèrent dans l'établissement après lui avoir confirmé qu'ils ne venaient pas pour elle, mais bien pour Andrew. Si la brune avait abandonné l'idée de sauver ses géniteurs et de faire d'eux des parents plus respectables, elle tenait beaucoup à ses frères et à sa soeur et elle ne pourrait jamais supporter de les perdre. Les battements de son coeur s'étaient accélérés lors de l'arrivée des deux policiers et ses jambes étaient tellement flageolantes désormais que la jeune femme avait dû prendre appui sur sa voiture. Ils n'étaient pas venus pour lui annoncer une mauvaise nouvelle. Ils n'étaient pas là pour elle.

Ils étaient là pour Andrew.

Rapidement, l'information buta contre la confiance qu'elle avait à l'égard de son collègue et Evie tourna rapidement les talons afin de rejoindre les  autres, au moment même où le policier récitait ce pourquoi il était accusé.  « Arrêtez ! C'est pas vrai, c'est pas lui ! » La bouche légèrement entrouverte, les bras relâchés le long de son corps et les sourcils froncés, Evie refusait d'y croire, refusait d'imaginer Andrew comme le criminel que tout le monde croyait qu'il était. Rapidement, elle tenta de se diriger vers eux, mais l'autre policier resté en retrait la retint afin de l'en empêcher. Impuissante, le regard rivé sur la silhouette de son collègue alors qu'on lui passait les menottes, Evie sentit les larmes glisser le long de ses joues et elle secoua la tête de gauche à droite en essuyant rapidement ses yeux d'un revers de la main. Le policier devait avoir compris que la jeune femme ne représentait pas une menace puisqu'il l'avait rapidement relâchée, mais Evie n'avait ni la force, ni l'envie de se dresser sur le chemin des deux membres de l'autorité. Ce n'était pourtant pas la première fois qu'on arrêtait quelqu'un devant elle - son père avait subi ce sort-là à plusieurs reprises déjà - mais Evie avait l'impression désagréable d'avoir été bernée. Et si, pendant tout ce temps-là, alors que la jeune femme faisait l'effort de ne pas porter attention aux rumeurs qui circulaient à propos d'Andrew, ce dernier s'était joué d'elle ? Et s'il avait profité de sa naïveté pour lui mentir et obtenir d'elle le soutien dont il avait besoin ? Evie fronça légèrement les sourcils, tenta de replacer les événements qui s'étaient déroulés dans les derniers mois. Andrew lui avait semblé angoissé lorsqu'il avait pris part à la petite fête organisée pour la naissance de Connor et la jeune femme ne savait plus trop quoi penser de cette attitude désormais. Elle avait d'abord cru que le bébé lui rappelait son propre enfant perdu, mais maintenant, ses certitudes s'écroulaient au fil des propos du flic.

Evie ferma les yeux pendant quelques secondes, hocha pourtant la tête lorsqu'Andrew s'adressa directement à elle. Bien sûr qu'elle préviendrait le patron. Elle n'était pas vraiment certaine qu'on le relâcherait aussi rapidement qu'il semblait le croire, mais elle préféra ne rien dire, complètement immobile. Et s'il était vraiment celui que la moitié de la ville dépeignait ? De tout son coeur, elle espérait vraiment qu'elle avait eu raison de lui faire confiance, mais l'arrestation et les accusations portées à son encontre remettaient tout en cause et ce, malgré le fait qu'elle l'ait toujours soutenu.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Penny, Spencer, Eleanor & Rhys
TON AVATAR : Pedro Pascal
TES CRÉDITS : odistole(avatar) narcosource (gifs)
TA DISPONIBILITE RP : Libre : 0/3
(William - Lexia - Josh - Cody - Eléa - Deb)
A venir :Aloy -
RAGOTS PARTAGÉS : 1399
POINTS : 2780
ARRIVÉE À TENBY : 15/07/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 41 ans (24 Octobre 1975)
CÔTÉ COEUR : Son cœur et ses pensées sont occupés par une jolie anglaise
PROFESSION : Flic
REPUTATION : Il sort avec Eléa Fawkes à ce qu'il paraît. C'est une bonne nouvelle, elle lui correspond bien mieux que ses conquêtes précédentes...



MessageSujet: Re: Show me mercy from that powers that be. Evie & Thomas Jeu 3 Sep - 18:54

Le boulot avait le don de réunir des gens aux caractères totalement différents comme le montre l'arrestation que Thomas est en train de faire. Les deux employés du West Wales Garage eurent en effet des réactions totalement différentes. Interloquée et profondément inquiète, Evie Baxter semble perdre ses mots avant d'affirmer que Green ne peut être qu'innocent. Le principal intéressé semble beaucoup plus désinvolte lorsqu'il confirme son identité d'un air dégagé. Thomas n'aime pas nourrir des préjugés mais il était facile de deviner lequel avait le plus souvent affaire à  la police. Du coup, il laisse Edward s'occuper de la brune et concentre tout son attention sur le suspect qui ne se donne pas trop la peine d'avoir l'air surpris. En revanche, Green n'émet qu'une vague résistance quand Thomas lui passe les menottes. Ce n'est pas pour autant que le Neo-Zelandais le lâche. On ne sait jamais trop ce qui se passe dans l'esprit des gens et Andrew Green ne serait pas le premier suspect à s'enfuir avec les mains liées dans le dos. En vérité, tout se passe à peu près bien jusqu’à ce que le brun l'ouvre à nouveau. « Eh ben… Je croyais que ce serait Hardy qui se serait déplacé jusque là. L'enfoiré prendrait son pied comme jamais. Oh mais suis-je bête… Il doit encore être en arrêt, non ? » Thomas a l'habitude des provocations. Il n'aurait même pas relevé en temps normal. Mais la mention de Hardy et de son mystérieux arrêt maladie lui fait froncer les sourcils. Est-ce que Green avait quelque chose à voir avec ça ? La question brûlait ses lèvres mais il ne s'abaisserait pas à la poser. A la place, il donna une bourrade sèche au menotté pour le faire avancer en direction de la sortie.

" Tu devrais la fermer Green, tu es en train d'aggraver ton cas. Tu voudrais pas qu'on ajoute outrage à agent à ton charmant palmarès ?" Thomas s'arrêta là pour ne pas ajouter de vice de procédure à cette arrestation mais il avait envie d'ajouter que, lui aussi, il prenait son pied à arrêter des enfoirés de son type. Mais ce self-control n'émeut pas Green qui n'a pas fini de fanfaronner. « Ouais… J'ai compris. Mais pas de chance… Ma caisse est garée chez moi. Oakridge Acres.  » Un fin sourire naît sur les lèvres de Thomas, un sourire que Green ne peut pas voir mais qu'il doit sûrement entendre dans sa voix. Il n'a aucun complexe à le tutoyer tant la nonchalance de l'anglais l'agace. " Oh mais ne t'en fais pas pour nous. On ira la chercher sans problème. Et tu devrais prier pour qu'y on y trouve rien." Il n'y a aucun intérêt à ce duel ainsi, le flic ne dit rien de plus, passant devant Evie Baxter et son collègue qui la surveille du coin de l’œil. Green adresse quelques mots à la brune mais elle ne réponds rien, sans doute sous le coup de l'émotion. Thomas réprime un nouveau sarcasme sur l'innocence du dénommé Andrew avant d'appuyer sur sa tête pour le faire entrer dans la voiture sans qu'il ne se cogne. Son suspect avait bien la tête du fumier qui crie à la violence policière au moindre heurt... Puis Edward et lui montent à l'avant du véhicule sans perdre de temps. Plus vite Green serait derrière les barreaux, mieux ça serait. Il ne peut toutefois pas s'empêcher une petite pique sans gravité, toujours piqué aux vifs par les paroles du suspect sur William. " Allez, en route ! Ton palace t'attends !"

_________________

Cause you know, I just wanna see you smile + I just wanna give you love, Reaching out to you. Come along with me and don't be scared, You and me can make it anywhere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | anaëlle + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8026
POINTS : 2871
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Show me mercy from that powers that be. Evie & Thomas Sam 5 Sep - 15:36

Running around in circles feeling caged
By endless rules
Can you free me, free me from this world

Et ça recommence. La boucle infernale n'est donc jamais bouclée. Allez savoir pourquoi. Je frissonne alors que le métal froid des menottes frôle la peau de mes poignets. Et dire que je m'étais juré d'arrêter les conneries pour ne plus jamais avoir à subir cette sensation désagréable que provoque ces bracelets métalliques. Ce sentiment d'enfermement… Cette liberté qui se fait la malle et qui devient une douce illusion. Tout est de la faute à Penny. Si je ne l'avais jamais rencontré, je n'en serais jamais là. J'avais prévu de me ranger. J'avais prévu d'être meilleur. Ou du moins, de faire semblant d'être meilleur. Pourquoi a-t-il fallu que je m'intéresse à cette foutue blonde et à sa fausse grossesse. Je déglutis, mais j'essaye de me maintenir. Je meurs, mais je ne veux pas que ce connard de flic comprenne ce qu'il se passe dans mon esprit. Je ne veux pas qu'il sente ma peur car il pourrait l'utiliser afin de me nuire encore plus. Je ne peux pas. Je ne veux pas. J'essaye d'avancer le plus lentement possible, mais ce flic dont je ne connais même pas le nom me pousse, me fait avancer en direction de la sortie et de cette voiture.
Heddlu/Police. J'ai envie de vomir. Diable, j'ai presque envie de pleurer. Car même si j'assure à Evie que je vais être sorti sous peu, c'est simplement parce que j'essaye de me rassurer moi-même. La vérité est que mon destin est dans les mains d'une sorcière sans morale et sans coeur. Et dire que je m'étais promis d'arrêter toute ça… Et dire que cinq ans à Brixton ont été suffisants… Il me pousse dans la voiture et assis sur la banquette arrière, je vois à nouveau ma vie en train de se briser. Si j'y reste… Je ne le supporterai pas.

Me voilà enfermer dans cette voiture, derrière cette grille qui me sépare du conducteur et de son collègue et je sens mes mains se mettre à trembler sous le coup de l'émotion et surtout à cause de cette rage que j'entretiens pour cette blondasse. Avant qu'il ne démarre, je jette un coup d'oeil à l'extérieur, cherchant Evie du regard et quand je la trouve, je m'excuse tout bas de sorte à ce qu'elle puisse le lire sur mes lèvres.
Elle était probablement la seule qui me pensait encore fréquentable. Et voilà que tous les efforts partent en fumée. Misérable flic. C'est à peine si je vois encore les larmes de la jeune femmes qu'elle s'est empressée d'essuyer. Et comme si ce n'est pas suffisant de m'humilier devant ma collègue et accessoirement, de ruiner ma vie. La roulure ajoute une phrase qui me met hors de moi. C'était probablement voulu. Qu'il me foute son outrage à agent finalement… Il n'avait qu'à pas me provoquer. Sans pouvoir me contrôler je fous un coup de pied dans le siège devant moi.
« Mais ferme là. J't'ai rien demandé ! »
J'aggrave mon cas… La boule de nerfs que je suis devenu essaye de se contrôler, mais c'est difficile. Je ne sortirai pas de sitôt. Plus vite je l'accepte, plus vite je serais enclin à mieux le vivre. Quoi que ça… On peut encore rêver.
Et c'est reparti pour un tour.

_________________

These violent delights have violent ends and in their triumph die, like fire and powder, which as they kiss consume: the sweetest honey is loathsome in his own deliciousness © by anaëlle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Show me mercy from that powers that be. Evie & Thomas

Revenir en haut Aller en bas

Show me mercy from that powers that be. Evie & Thomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-