AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Mar 14 Juil - 3:28

Ce soir-là, Evie avait cuisiné l'un des plats préférés de son amoureux - elle avait même demandé à la mère de Lonán si cette dernière pouvait lui fournir sa recette secrète - et elle avait préparé des brownies faits maison comme dessert. La soirée aurait pu bien s'annoncer si seulement l'animateur de radio n'avait pas quitté la table à peine sa gâterie chocolatée entamée avec un biberon de lait maternel afin de nourrir et de préparer Connor pour la nuit. Un peu surprise de le sentir aussi distant alors qu'il l'avait délaissée sans même lui offrir un baiser, la jeune femme se mordit la lèvre et fronça légèrement les sourcils sans comprendre. Elle remit la crème glacée au congélateur lorsqu'elle comprit que son amoureux ne reviendrait pas tout de suite, déposa le dessert dans une assiette qu'elle recouvrit de papier transparent afin de le garder pour plus tard. Elle eut même le temps de faire la vaisselle sans jamais voir l'ombre d'un Lonán s'approcher et elle poussa un soupir de déception avant de jeter un coup d'oeil dans le couloir. Quelques éclats de voix lui parvenaient de la chambre du bébé et elle comprit alors que son amoureux chantonnait doucement pour endormir le poupon. Elle avait toujours aimé l'entendre chanter, mais ce soir-là, Evie avait envie de lui faire plaisir; elle avait envie de ne se préoccuper que de lui. Elle les observa quelques secondes dans l'encadrement de la porte avant de se mordiller légèrement la lèvre et de tourner les talons pour rejoindre leur chambre. Un sourire vint étirer ses lèvres lorsqu'elle récupéra sa plus belle lingerie noire à demi-transparente, en dentelle, et elle se dirigea finalement vers la salle de bain.

Depuis la naissance de Connor, Evie savait que son corps avait un peu changé et malgré qu'elle ait perdu les maigres kilos qu'elle avait gagné pendant sa grossesse, elle avait l'impression de ne plus être aussi séduisante. Aussi sexy. Lonán lui avait bel et bien assuré le contraire, mais la jeune femme s'était contentée de hocher la tête sans protester, persuadée qu'il ne le pensait pas vraiment, mais qu'il désirait simplement lui faire plaisir. Elle retira la robe et les sous-vêtements qu'elle portait avant de ramener ses cheveux en un chignon et ainsi éviter de les mouiller lorsqu'elle se glisserait dans la douche, profita quelques minutes de l'eau chaude sur son corps en se maudissant un peu de ne pas avoir demandé à Lonán de la rejoindre. Elle se sécha finalement à l'aide d'une serviette, défit ses cheveux avant d'enfiler la lingerie fine qu'elle avait choisie spécialement pour son amoureux, se mordit la lèvre avant de quitter la salle de bain. Lonán n'était plus dans la chambre du bébé et elle n'eut qu'à jeter un rapide coup d'oeil à l'enfant pour comprendre qu'il dormait déjà à poings fermés, si bien qu'elle se dirigea plutôt vers la chambre qu'elle occupait avec Lonán. Elle trouva son compagnon bien installé sur le lit, concentré sur la lecture d'un bouquin dont elle n'était pas en mesure de lire le titre.

Elle l'observa quelques secondes avant de baisser suffisamment la luminosité de la pièce pour le forcer à relever les yeux, s'avança vers lui et déroba le livre qu'il avait toujours entre les mains pour glisser entre les pages le signet qu'il avait enlevé avant de déposer le bouquin sur la table de nuit, juste à côté. Lorsqu'elle posa les yeux sur lui, elle sentit qu'il la désirait et pourtant, il y avait autre chose. Lentement, la jeune femme grimpa sur le lit et vint s'installer sur ses cuisses en glissant ses jambes repliées sous elle, de chaque côté des hanches de son amoureux.

« Laisse-moi faire ... » murmura-t-elle en se mordillant légèrement la lèvre avant d'approcher sa bouche de l'oreille de Lonán pour l'effleurer sensuellement. Lentement, la mécanicienne laissa ses lèvres glisser dans le creux de son cou, mais elle ne put s'empêcher de capturer rapidement les siennes afin de l'entraîner au coeur d'un fougueux baiser. Elle ferma les yeux, s'abandonna totalement au baiser alors que son bassin se pressait contre celui de l'irlandais afin de lui procurer d'agréables sensations. Elle avait envie de lui et surtout, elle avait envie de retrouver cette complicité qui les liait avant, tous les deux. Elle plongea son regard dans le sien, taquina les lèvres masculines de ses dents alors qu'un sourire mutin venait plutôt étirer les siennes.

Lorsque le bébé se mit à pleurer, la jeune femme se raidit quelques secondes avant de plaquer plus intensément encore son corps contre celui de son amoureux, venant murmurer quelques mots à son oreille. « Il va se rendormir ... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Jeu 16 Juil - 14:43

Lonán était conscient qu'Evie avait fait beaucoup d'efforts ce soir. Alors qu'il berçait son fils qui venait de se réveiller, il refit la soirée dans sa tête, ne pouvant nier tout le mal qu'elle s'était donnée pour que celle-ci soit des plus agréables.

Il y avait d'abord eu cet excellent repas qu'elle avait préparé. Elle n'avait fait que ses plats préférés et l'irlandais soupçonnais fortement sa compagne de s'être renseignée auprès de sa mère. Il n'y avait définitivement qu'elle pour faire une sauce pareille et Evie l'avait réussi à la quasi-perfection. Mais Connor avait commencé à pleurer pour avoir son biberon et l'irlandais avait quitté la table sans vraiment accorder de regard à sa compagne, afin de nourrir son bambin. S'occuper de Connor était désormais la seule chose pour laquelle Lonán bataillait. Fatigué de lutter pour se faire une place dans la vie de sa compagne si bien entourée par des gens qui ne l'acceptaient qu'en pointillé, sinon pas du tout, Lonán avait finalement décidé de ne plus lutter, se suffisant de sa position de petit-ami quand cela arrangeait la dame, se contentant d'être un père le reste du temps.

Sauf que son rôle de père semblait devenir une ancre à laquelle il avait du mal à se dérober. Alors, malgré l'envie évidente d'Evie de renouer, ce soir, avec le parfait petit couple qu'ils étaient, Lonán s'était armé d'un biberon et avait filé droit vers la chambre du petit dès que celui-ci se mit à faire vibrer ses cordes vocales.

Evie n'avait rien dit, le laissant faire et s'occuper de leur fils. Après lui avoir donné son biberon, Lon' avait attendu patiemment qu'il fasse son rot, puis l'avait changé pour la nuit. Le temps était chaud ces derniers temps et après chaque somme, leur fils se retrouvait complètement mouillé. Lonán détestait l'idée de le renvoyer au lit trempé de sueur, alors il n'hésitait pas à le changer plusieurs fois par jour.

Sortant de la chambre après avoir couché l'enfant, il avait entendu la douche dans la salle de bain. Après un détour par la cuisine pour récupérer un morceau de brownie qu'il avait engloutit à une vitesse folle, il avait rejoint la chambre, retirant ses chaussures, son jean et ses chaussettes pour passer un pantalon en tissu, plus confortable. Il était du genre à dormir nu, la plupart du temps, surtout quand Evie était collée contre, mais ça n'était clairement pas une tenue descente, sachant que Connor allait probablement se réveiller en pleurant d'ici moins d'une heure. Il faisait souvent ça le soir, surtout quand il dormait en début de soirée et ne se réveillait que pour demander son biberon du soir. Le début de la digestion était un peu difficile et le réveillait rapidement, obligeant l'un ou l'autre des membres du couple à se relever pour aller le bercer le temps que son estomac se calme et qu'il se rendorme.

Dans l'attente, Lonán avait donc pris le livre qu'il avait actuellement en cours pour en reprendre la lecture quand il avait été sorti de son œuvre par une baisse de la luminosité. Levant les yeux, il s'était retrouvé face à une Evie dans toute sa gloire, resplendissante dans un déshabillé sexy noir des plus aguicheurs. Elle s'était approchée doucement, féline, ôtant le livre des mains de son amant pour le poser sur la table de chevet et obtenir toute son attention. Lon' n'avait pas caché qu'elle l'avait tout entière et avait accueillie la jeune femme avec joie lorsqu'elle était venue s'installer sur lui pour lui demander de la laisser faire, effleurant sensuellement la peau du jeune homme. « Hum Hum », avait-il concédé en hochant la tête, effleurant l'épaule dénudée de sa compagne des lèvres, juste avant qu'elle ne l'embrasse avec fougue.

Automatiquement, Lon' avait posé ses mains sur les fesses d'Evie, la rapprochant de lui, alors qu'elle mouvait son bassin pour lui procurer d'agréable sensation. Il avait même ri un peu, amusé de la situation,... jusqu'à ce que Connor fasse à nouveau entendre sa voix et ne brise l'instant. Evie tenta bien de le garder sous elle, de lui faire entendre que le petit allait se rendormir, mais trop tard. Le radar du papa McEinri avait été déclenché et il savait que ses sens ne le lâcheraient pas de si tôt. Alors Lonán secoua la tête de dépit et éloigna son visage de celui d'Evie. « Désolé... Vraiment. », avait soufflé l'irlandais en glissant les mains posées sur les fesses de sa moitié vers sa taille pour l'aider à se redresser pour le laisser sortir de sous elle et du lit. « Il dormait avant de réclamer son biberon, c'est son estomac. Tu sais qu'il ne s'endormira pas comme ça. Je reviens vite, je te promets », avait-il ajouté en se penchant vers elle pour poser un baiser sur le bout de son nez. « Ne bouges surtout pas. »

Puis il était parti s'occuper de Connor et, alors que le petit reposait sur le ventre, sur l'avant bras de son père, bavant littéralement sur lui, Lonán se remémorait tous les efforts de sa belle ce soir et combien il n'y avait été que peu réceptif. Il se promit de faire en sorte que Connor se rendorme vite et de retourner s'occuper d'elle pour lui montrer combien tous les efforts qu'elle avait faits l'avaient touché.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Dim 2 Aoû - 6:07

Délaissée en quelques secondes par le papa qui s'était inquiété à la seconde près où les pleurs du bébé étaient parvenus jusqu'à eux, Evie n'eut pas vraiment le temps de réagir et fut rapidement éloignée par les mains masculines. Son estomac. Bien sûr que c'était son estomac, c'était toujours son estomac. La jeune maman avait néanmoins un peu tendance à croire que leur bout de chou était trop gâté et qu'il profitait un peu de l'inquiétude de ses parents lorsqu'il se mettait à pleurer pour les attirer tous les deux à son chevet le plus rapidement possible. Si ce n'était pas plus facile pour elle que pour Lonán de le laisser pleurer un peu, elle tentait doucement de le pousser à mieux faire ses nuits et à se rendormir de lui-même lorsqu'il se réveillait au beau milieu de la nuit, surtout lorsqu'elle savait qu'il avait bien bu son lait le soir. 

Elle passa une main dans le creux de sa nuque, sous ses longs cheveux bruns, alors qu'un sourire timide venait étirer ses lèvres rougies par le précédent baiser. Elle ferma les yeux et baissa un peu la tête lorsque Lonán vint déposer un baiser sur son nez en lui demandant de ne pas bouger, ne releva la tête que pour l'observer s'éloigner et disparaître de son champ de vision. Ce soir, elle avait vraiment cru qu'ils pourraient renouer, tous les deux, que Lonán serait réceptif à ses petites attentions et à ses caresses, mais vraisemblablement, il s'en foutait comme de sa première paire de chaussette. La jeune femme poussa un long soupir et se laissa tomber sur le lit, sur le dos, les yeux rivés vers le plafond. Lorsqu'elle décida de se relever, ce fut pour enlever la lingerie fine qu'elle avait revêtu pour lui et pour enfiler plutôt un short de pyjama et un débardeur. Elle aurait aimé pouvoir se glisser sous les draps et s'endormir rapidement, mais elle savait déjà qu'elle ne parviendrait pas à trouver le sommeil tout de suite. Quitte à demeurer éveillée, Evie rejoignit le salon sans bruit pour se hisser en boule dans l'un des coins du canapé. Son couple était en danger et elle ne s'en était même pas rendue compte, trop occupée par le bébé et tous ces petits changements que la naissance de Connor avait amené dans leurs vies. Si la jeune femme avait cru que la naissance du bébé aurait suffit à la rapprocher de son cadet, elle n'aurait pas pu autant se tromper étant donné qu'Anthony n'avait même jamais demandé à le voir. L'état de santé de sa mère n'était plus aussi préoccupant, mais la mécanicienne était néanmoins effrayée à l'idée de la laisser seule avec Abbey, comme si tout ce qui s'était passé il y a quelques mois pouvait encore se reproduire.

Seule sur le canapé, les jambes remontées contre sa poitrine, Evie se mordit la lèvre et jeta un coup d'oeil à la table de la cuisine qu'elle pouvait apercevoir de l'endroit où elle se trouvait. La soirée qui devait lui permettre de retrouver son amoureux et de lui prouver qu'elle était prête à faire tous les efforts nécessaires pour lui faire plaisir était un véritable désastre et elle n'avait même plus le force de réfléchir à ce qui s'était passé ces derniers mois. Lentement, Lonán s'était éloigné et si elle avait d'abord cru qu'il avait besoin d'un peu d'espace, d'un peu de temps pour lui, elle comprenait maintenant que c'était plus grave que ça, qu'ils n'étaient plus sur la même longueur d'onde.

Plongée dans ses pensées, elle mit quelques secondes avant de se rendre compte que l'irlandais se trouvait non loin d'elle, releva les yeux afin de les plonger dans le bleu des siens. L'ombre d'un sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'elle resserrait plus fortement ses jambes contre sa poitrine. « Il s'est rendormi ? » Cette fois, la brune avait baissé les yeux afin de ramener ses iris droit devant elle.


Dernière édition par Evie Baxter le Mar 4 Aoû - 0:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Lun 3 Aoû - 15:07

En quelques minutes à peine, Lonán parvint à soulager assez son fils pour qu'il se rendorme. Il se permit toutefois de rester un peu plus longtemps dans la chambre, juste pour s'en assurer et continuer à bercer son petit ange en le berçant. Il n'arrivait toujours pas à y croire. Il avait tellement cru que jamais cela ne serait pour lui et pourtant, il tenait là dans ses bras l'enfant qu'il avait littéralement vu sortir du ventre d'Evie. C'était leur fils et il en avait pleinement pris la mesure quand ils avaient posé l'enfant contre la poitrine de sa mère et qu'il avait vu pour la première fois la petite bouille magnifique de cette petite vie moitié de l'un et de l'autre. Dieu qu'il aimait cet enfant au plus au point, à un point inimaginable. Il aimait Evie plus qu'il n'avait jamais cru pouvoir aimer à nouveau après Mara, mais maintenant qu'il était là, avec son fils dans ses bras, il réalisait combien l'amour inconditionnel qu'un père pouvait donner à son enfant était indescriptible et combien il n'aimait que plus Evie depuis qu'elle lui avait fait ce merveilleux cadeau.

Mais il avait présentement un autre cadeau qui l'attendait dans sa chambre, aussi se résigna-t-il à quitter son amour de fils pour rejoindre son amour de compagne. Posant doucement Connor dans son lit, il se dirigea vers la porte à pas de loup, refermant doucement celle-ci avant de rejoindre le plus rapidement et discrètement possible la chambre. Il la trouva vide. Déçu, Lon' fronça les sourcils, se demandant où Evie était passé. Il fit donc le tour de la maison, la trouvant bien vite dans le salon, assise sur le canapé, les genoux contre sa poitrine. Elle lui demanda si le petit s'était rendormi, sans réussir à soutenir son regard et il s'approcha doucement, venant s'asseoir à ses côtés. « Il se rendort toujours. J'ai eu ma mère au téléphone ce matin et elle m'a dit que j'avais eu un peu le même problème quand j'étais bébé. Ce n'est qu'une question de quelques semaines, ensuite tout ira bien. On doit juste prendre notre mal en patience et s'estimer heureux qu'il fasse de bonnes nuits malgré tout. » Oh bien sûr, il ne faisait pas totalement ses nuits encore, cela aurait été trop beau, mais il ne se réveillait généralement qu'une fois, vers deux-trois heures du matin, puis plus jusqu'à sept heures, ce qui était déjà plus que pas mal.

Passant un bras autour de la taille de sa compagne, Lonán se pencha vers l'avant, me faisant basculer sur le dos, caressant sa cuisse et remontant jusqu'à son ventre avec douceur, posant sa bouche sur celle d'Evie pour l'embrasser. « Ce que je me demande, c'est pourquoi tu n'as pas gardé cette tenue très excitante que tu avais tout à l'heure », souffla-t-il contre sa bouche, faisant remonter le débardeur de la jeune femme dans la manœuvre, libérant ses seins de leur cachette. « Pas que cette tenue ne soit pas toute aussi aguichante, mais... Qu'importe... », poursuivit-il en caressant l'un de ses seins d'une main, taquinant l'autre de sa langue. « Je te préfère sans rien de toute façon... » Oui, sans rien était tout à fait appréciable aussi. En fait, c'était même le mieux. Depuis que tout ça avait commencé, il n'avait fait que ça. Apprécier pleinement les moments passés avec son fils et les étreintes passionnées avec sa compagne en évitant de penser à tout le reste. Cela fonctionnait très bien et il préférait se raccrocher à ce qui fonctionnait entre eux plutôt que de s'appesantir sur ce qui n'allait pas. Alors s'il devait sans tenir à son rôle d'amant et de père, pour l'instant, il était capable de le faire. Il ne voulait que le faire. Il ne voulait pas penser au couple qu'ils avaient voulu former, mais ne formaient finalement pas vraiment. Il était son amant et le père de son bébé et ça, ça fonctionnait. Peut-être, après tout, qu'ils ne devaient être que ça... jusqu'à ce qu'elle trouve quelqu'un avec qui elle voudrait et pourrait réellement partager sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Mar 11 Aoû - 18:17

La dernière année avait défilé à une vitesse folle sous le regard effrayé et anxieux de la nouvelle maman. Evie avait toujours appris à garder le contrôle sur sa vie parce que c'était la seule façon qu'elle avait trouvée de parvenir à gérer tout ce qui la touchait de près ou de loin, mais il y avait un moment maintenant qu'elle ne contrôlait plus rien du tout. Le couple qu'elle formait avec Lonán ne s'était réellement officialisé que parce que la jeune femme était tombée enceinte de lui, pas nécessairement parce qu'ils étaient prêts à le faire et elle avait dû rapidement déménager chez lui afin de s'assurer d'offrir à leur enfant un environnement sain. Si ce déménagement l'avait rendue nerveuse pendant des mois, elle devait admettre qu'elle s'était bien adaptée à sa nouvelle vie de couple et qu'elle ne l'aurait échangée pour rien au monde, d'autant plus qu'elle avait la chance d'avoir un amoureux adorable et toujours aux petits soins avec elle, un amoureux qui avait compris pendant sa grossesse que les hormones lui jouaient parfois des tours et qu'elle n'était pas toujours en mesure de bien contrôler ses émotions. La brune n'avait jamais regretté d'avoir sauté le pas en acceptant de venir vivre avec lui lorsqu'il le lui avait demandé, mais elle se rendait maintenant compte que cette proximité constante pouvait également avoir quelques désavantages. Trop occupée par la naissance du bébé et son humeur changeante, Evie ne s'était pas vraiment rendue compte que sa relation avec Lonán devenait critique, sans doute parce qu'elle le voyait tous les jours et que c'était facile de blâmer la routine plutôt que de se remettre véritablement en question.

Jusqu'à maintenant. Lonán était revenu dans le salon et elle avait rapidement compris qu'il était déçu de la trouver là, qu'il aurait certainement préféré qu'elle soit encore dans la chambre à l'attendre, vêtue de son déshabillé provocant. Elle relâcha un peu l'emprise qu'elle avait sur ses genoux lorsque son amoureux vint prendre place à ses côtés, hocha simplement la tête lorsqu'il lui expliqua que le petit devait tenir de lui. « Quelques semaines, hein ... ? » murmura Evie sans lever les yeux vers lui, le regard fixé sur ses genoux. Rapidement pourtant, elle bascula sur le dos alors que Lonán venait l'embrasser et la caresser sans qu'elle n'ait véritablement la chance de fuir. Elle ne répondit que timidement à son baiser, frémit bien malgré elle lorsque les mains masculines se frayèrent un chemin sous son débardeur pour le remonter. Les yeux fermés, Evie se mordit la lèvre lorsque Lonán vint titiller son sein de sa bouche, néanmoins surprise par les paroles du brun. Un an auparavant, elle se serait amusée du fait qu'il la préfère complètement nue, mais en ce moment,  elle avait la désagréable impression que cette réplique voulait en dire bien plus que ce qu'il voulait bien lui dévoiler. « Lonán ... Arrête. » murmura-t-elle simplement en le repoussant doucement de ses paumes. Elle se mordit la lèvre, se redressa à nouveau sur le canapé en passant une main sur son visage en vue de chasser la fatigue qui s'y était installée d'un coup.

« Ça va pas. » lâcha-t-elle simplement sans le regarder alors qu'un minuscule soupir quittait ses lèvres rosies par le baiser qu'il lui avait offert et qu'elle replaçait le débardeur qu'il avait relevé complètement quelques secondes auparavant.

« Je nous reconnais plus. Je sais que ça va pas. Tu es distant, Lon' ... » chuchota-t-elle en prenant son courage à deux mains pour relever les yeux vers lui. Ce n'était pas la faute du brun si tout allait mal entre eux, elle en était parfaitement consciente, mais elle espérait néanmoins qu'il lui dirait enfin pourquoi il l'évitait et surtout, qu'il lui expliquerait ce qui se passait entre eux. Elle devait bien avoir fait quelque chose de mal ces derniers temps pour qu'il soit aussi distant avec elle, indifférent aux efforts qu'elle avait fait ce soir-là pour renouer avec lui et essayer de rattraper le temps perdu. Ils n'avaient plus autant de temps à se consacrer tous les deux maintenant que le bébé était là, mais Evie était persuadée qu'il y avait autre chose, que ce n'était pas que ça. Lonán était suffisamment mature pour comprendre qu'un bébé prenait beaucoup de place au sein d'un couple, Evie savait que ce n'était pas ça, le problème, qu'elle aurait dû fouiller ailleurs afin de tenter de comprendre ce qui se passait plutôt que de jouer à l'autruche en fermant les yeux. Elle aurait aimé attraper les doigts de Lonán entre les siens, mais son geste mourut à mi-chemin et elle baissa les yeux, le coeur lourd.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Mer 12 Aoû - 14:16

Voir la vérité en face était difficile et pourtant, Lonán devait s'y résigner. Pas pour accuser Evie de quoi que ce soit, mais pour pouvoir passer outre. Trouver la faille, comprendre d'où elle venait et y pallier comme il pouvait. C'était sa seule option. Parce que la seule autre option était inenvisageable. Il aurait pu la quitter, depuis longtemps. Jouer la faciliter et mettre leur histoire derrière lui, la laisser dans ses problèmes, dans ses envies divergentes de celles qu'ils avaient à l'origine tous les deux. Il aurait pu la libérer de lui, mais non, il n'y arrivait pas. Chaque fois qu'il avait regardé sa valise en se demandant si c'était le moment de la boucler, il n'avait pu s'y résoudre. Parce qu'il ne voulait pas perdre Connor et parce qu'il ne voulait pas plus perdre Evie. Cette femme avait capturé son cœur sans qu'il n'y prenne garde et l'irlandais avait toujours été trop passionné pour changer de cœur aussi facilement. Il lui avait fallu cinq ans. Cinq longues et difficiles années pour ne serait-ce qu'envisager un avenir sans Mara et un avenir avec une autre femme.

Tout c'était ensuite précipité parce qu'ils avaient agi comme deux adolescents, mais la grossesse d'Evie l'avait forcé à réfléchir et sa réflexion l'avait mené à faire totalement le deuil de son passé avec Mara et de se consacrer entièrement aux sentiments nouveaux – et pourtant pas si nouveau – qu'il éprouvait pour Evie. Il avait décidé d'entamer quelque-chose avec elle et il avait été élevé dans l'idée qu'un couple pouvait subir des hauts et des bas, mais qu'il ne fallait jamais se rendre sans lutter. Sauf qu'il savait ne pas pouvoir lutter avec Evie Baxter. Il devait juste s'accrocher, faire avec et prier pour que les choses s'arrangent avec le temps... Du moins pour tout ce qui ne concernait pas directement leur fils - et leur couple dans les grandes lignes -.

Alors Lonán était passé maître dans l'art de se saisir des bons moments. Maître dans l'art d'effacer tout le reste de son esprit. D'enfouir sa jalousie au plus profond de lui-même en sa présence pour ne la laisser s'exprimer que dans l'effort physique quand il allait courir sur la plage. D'oublier ses frustrations pour ne les laisser prendre le pas sur lui que lorsqu'il accélérait soudainement au détour d'une vague. De taire toutes ses choses qu'il voulait dire jusqu'à ce qu'il puisse s'époumoner sur un tout autre sujet, alors qu'il perdait contre O'Ma à la Xbox ou lorsqu'il chantait le mardi soir. Car au milieu de toutes ces choses qu'il avait été contraint d'arrêter ou de changer depuis qu'il était devenu père, Lonán avait égoïstement conservé quelques petites choses, se disant qu'il en avait bien le droit. Il avait donc farouchement gardé les soirées avec O'Ma une fois par semaine, la musique et le chant dans un bar de Tenby chaque mardi et son jogging quasi-quotidien. Il avait besoin de ça. Il avait besoin de ces moments à lui.

Évacuer pendant ces moments à lui et profiter de chaque bon moment. Voilà à quoi il en était réduit. Sauf qu'elle ne voulait pas. Enfin, elle ne voulait pas de sexe ce soir, apparemment, puisqu'elle le repoussa, la voix faible, les paumes le repoussant doucement, mais sûrement. Elle se redressa, assurant que ça n'allait pas, remettant son débardeur en place. Lonán la regarda, attendant qu'elle poursuive. Elle avoua alors ne plus reconnaître leur couple, savoir que ça n'allait pas, puis lui annonça après avoir remarqué qu'il était distant. Il resta silencieux un moment, attendant de voir si elle comptait dire autre chose, mais non. Il sourit alors doucement, posant une main sur son genou, la glissant lentement le long de la cuisse de la jeune femme en s'approchant d'elle, posant son bras libre sur le dossier du canapé. « Là, c'est toi qui est distante, mon cœur », soufflais-je.

Peut-être que c'était le moment. Peut-être que ce soir, ils allaient pouvoir crever cet abcès qui commençait à peser douloureusement entre eux. Sauf qu'il n'était pas certain de ce qu'elle était prête à reconnaître ou pas, ni de ce que lui était prêt à reconnaître ou pas de ses erreurs. « Va-y, dis-moi », souffla finalement Lon' en quittant sa peau, voyant qu'elle avait tenté de saisir sa main avant d'y renoncer. « Qu'est-ce qui ne va pas ? Qu'est-ce que je fais de mal ? » Et zut! Moi qui avais voulu profiter de son commentaire pour mettre les choses à plat me retrouvait encore à tourner autour du pot en lui donnant la solution de facilité consistant à me mettre les choses sur le dos, sans aller réellement au fond du problème. Génial ! Brillant Lonan !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Jeu 27 Aoû - 16:57

Evie se mordit la lèvre et hocha doucement la tête lorsqu'il préféra lui dire que c'était à son tour d'être distante. Elle l'avait repoussé parce qu'elle n'avait pas envie de profiter de lui, parce qu'elle n'avait pas envie qu'il lui fasse l'amour alors qu'elle prenait peu à peu conscience de tout ce qui se tramait dans la tête de son partenaire. Lonán pouvait bien tenter de lui dissimuler leurs problèmes, elle avait compris qu'il allait mal et si elle ne parvenait pas à savoir depuis quand ça n'allait pas parce qu'elle n'avait pas suffisamment porté attention, elle était au moins décidée à essayer de comprendre. Pendant longtemps, Evie avait cru qu'il suffisait d'ignorer les complications et les embûches qui se dressaient sur son chemin pour qu'elles disparaissent sans laisser de traces, mais la jeune femme ne pouvait pas laisser ça comme ça, aujourd'hui. Elle ne pouvait pas laisser son amoureux s'éloigner de la sorte sans essayer de le retenir puisqu'elle savait qu'un jour, il serait trop tard, qu'à force de faire l'autruche en refusant de lui faire face, il finirait par partir. Elle l'aimait et elle avait besoin de lui, mais elle était bien consciente de ne pas le lui dire assez souvent. Ce n'était pas facile pour elle de lui parler de ce genre d'émotions puisque l'aînée de la famille Baxter n'avait jamais voulu dépendre de personne. Elle avait fait beaucoup d'efforts afin de lui montrer qu'elle tenait beaucoup à lui et qu'elle avait vraiment envie que ça fonctionne, mais elle avait tout de même l'impression que ce n'était pas suffisant, qu'il y avait quelque chose d'autre.  

« Je sais. » murmura-t-elle simplement sans vraiment réagir lorsque la main de Lonán remonta le long de sa cuisse. Ses iris azurés n'avaient pas quitté les doigts de son amoureux lors de sa caresse et même si elle avait tenté d'y entrelacer les siens, elle avait préféré s'en abstenir, persuadée que ce n'était peut-être pas une si bonne idée. Ils devaient parler, ils n'avaient plus le choix, désormais.

Il quitta sa peau en un effleurement et Evie ferma les yeux quelques secondes avant de passer rapidement les paumes de ses mains contre son visage. Les paroles suivantes du brun la firent néanmoins froncer les sourcils alors qu'elle secouait la tête, plongeant aussitôt son regard dans le sien afin de jauger l'état d'esprit de son amoureux. « Qu'est-ce que tu as fait de mal ? Franchement, Lonán, tu n'as rien fait de mal ! » Elle ne pouvait même pas comprendre pourquoi il croyait une telle absurdité. Il était parfait, il avait toujours été parfait. Un amoureux aimant, compréhensif, un papa formidable ... S'il devait changer une seule chose à son comportement, elle n'était même pas certaine de pouvoir la lui nommer.

« Moi, qu'est-ce que j'ai fait de mal ? » demanda-t-elle soudainement en se redressant légèrement sur le canapé. Elle vint poser délicatement son doigt sur les lèvres du brun afin de lui demander silencieusement de la laisser poursuivre alors qu'elle n'avait pas encore terminé. « J'ai voulu te faire plaisir, ce soir, mais tu es resté insensible à mes efforts, je ... Il y a forcément quelque chose. Qu'est-ce que j'ai fait pour que tu t'éloignes de moi aussi rapidement ? Qu'est-ce qui s'est passé, Lonán ... ? » Cette fois, la jeune femme avait soutenu son regard puisqu'elle était persuadée que c'était la chose à faire, que s'ils devaient se parler et essayer d'arranger les choses ce soir-là, ils devaient le faire le plus honnêtement possible. Ses mains avaient rejoint ses genoux et elle avait la désagréable impression de marcher sur des oeufs, comme si le moindre de ses mots allait être passé au peigne fin. Elle avait fait des efforts, c'est vrai, mais elle avait des tonnes de choses à se reprocher, maintenant qu'elle y pensait, maintenant qu'elle se doutait un peu de la raison de son éloignement. Evie avait accordé beaucoup d'attention au bébé depuis la naissance de Connor puisqu'il lui semblait avoir bien plus besoin d'elle que les autres, mais ... se pouvait-il que Lonán soit jaloux ?  

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Dim 18 Oct - 18:19

Alors qu'il s'attendait à des critiques, Evie lui assura qu'il n'avait rien fait de mal. Lonán leva donc un sourcil surpris, attendant qu'elle précise ce qui n'allait pas alors et ce qui faisait qu'elle était soudainement plus aucunement d'humeur à prendre un peu de bon temps. Il devait bien avoir fait quelque-chose pour la refroidir. Est-ce que c'était juste le fait que Connor ait pleuré et eu besoin de lui ? Est-ce que l'envie était passé maintenant ? Non. Non, ça semblait bien plus profond que ça. Bien plus douloureux pour elle qu'un simple « zut, je n'ai plus envie maintenant ». Elle était trop triste et trop perdue dans ses pensées pour que ça soit aussi superficiel.

Et puis elle se redressa soudainement, demandant ce qu'elle, elle avait fait de mal. « Quoi ? », s'exclama le brun avant qu'elle ne pose un doigt sur ses lèvres pour le faire taire et pouvoir poursuivre. De quoi tu parles ?, demanda alors silencieusement le brun alors qu'il ne comprenait rien. Qu'est-ce qui lui prenait ? Elle poursuivit alors, expliquant qu'elle avait voulu lui faire plaisir ce soir, mais qu'il ne semblait pas y avoir été sensible. Lonán fronça les sourcils. Bien sûr que s'il l'avait été. Il avait bien vu qu'elle n'avait cuisiné que ses plats préférés, qu'elle avait acheté de la lingerie fine rien que pour lui, mais... Quoi ? Oui, il avait remarqué, mais il ne lui avait pas montré. Il n'avait pas montré qu'il avait été touché, trop concentré sur Connor. Evie s'exclama donc qu'il devait forcément y avoir quelque-chose, qu'elle avait forcément fait quelque-chose qui l'éloignait d'elle. ''Aussi rapidement'' disait-elle. Étrange, il avait plutôt l'impression que ça durait depuis des semaines. Que la progression d'homme amant à simple père avait été plus que progressive. Trop progressive pour qu'il n'y prête garde lui aussi, avant qu'il ne soit trop tard. Père et objet. Voilà tout ce qu'il était depuis des semaines déjà.

Il lu l'interrogation dans ses yeux, sourit doucement, tristement, caressant sa joue du bout des doigts. « Je suis désolé », déclara soudainement Lonán, saisissant doucement son visage pour l'attirer à lui et l'embrasser tendrement. « J'essaye d'être ce que tu veux que je sois. J'essaye d'être l'homme que tu veux que je sois, mais c'est difficile. C'est fatiguant de toujours chercher quand tu veux que je sois l'amant et quand tu veux que je sois le père. C'est épuisant de toujours chercher ma place et de la voir bouger en permanence. » L'irlandais n'avait pas envie de lui dire tout ça. Il n'avait pas envie de se disputer avec elle ce soir, mais partir sans un mot lui aurait semblé encore plus impardonnable que de parler aussi horriblement et les mots sortaient tous seuls de toute façon, son cœur parlant sans l'approbation de son cerveau. « J'ai conscience de tous les efforts que tu as fait ce soir, j'en suis touché, crois-moi », dit-il, caressant sa joue. « Et j'ai vraiment envie de toi. Tout le temps, mais... Je n'ai pas envie de passer la soirée à me demander si on fait l'amour parce que tu en as juste envie ou si tu en as envie parce que tu n'as pas mieux à faire ce soir... Je suis désolé. »

Quittant son regard, je me levais décidé à aller dormir, posant un baiser sur son front avant de monter les marches pour rejoindre la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Dim 29 Nov - 6:11

Alors qu'elle lui demandait ce qui se passait et ce qui avait changé entre eux ces derniers mois, Evie ne s'était pas attendue à ce qu'il se montre soudainement aussi tendre avec elle. Les doigts de Lonán contre sa joue la firent frémir et elle se mordit la lèvre pour ne pas fuir les prunelles céruléennes qui s'étaient posées dans les siennes, inquisitrices. Doucement, les lèvres du brun emprisonnèrent les siennes et la jeune femme n'eut pas le temps de lui rendre son baiser ou de le repousser puisqu'il s'éloigna de lui-même sans néanmoins lâcher ses joues. Les sourcils de la mécanicienne se froncèrent et elle secoua la tête, persuadée qu'il ne pensait pas vraiment les mots qu'il lui balançait sans ménagement. Elle n'avait jamais voulu qu'il soit quelqu'un d'autre, elle voulait qu'il soit le Lonán qu'elle connaissait et qu'elle aimait, qu'il soit le père qu'elle avait toujours su qu'il pouvait être. Elle ne comprenait pas ce qu'il lui reprochait et elle ne savait plus comment se comporter et ce qu'elle devait lui dire pour sauver ce couple qu'elle sentait filer entre ses doigts. Saisir ce qu'il lui demandait et ce qu'il espérait d'elle semblait être un combat qu'elle n'était pas en mesure de livrer ce soir-là et elle resta complètement immobile à le regarder, perdue.

Abasourdie par les propos de son amoureux, Evie le laissa partir sans chercher à le retenir, incapable de formuler les mots qu'il attendait. Elle savait qu'elle devait aller le voir, qu'elle devait aller s'expliquer et lui dire qu'elle comptait bien se faire pardonner pour ça, mais la silhouette de Lon' disparaissait déjà dans le couloir à l'étage. Désespérée, la brune pressa son visage contre ses paumes pendant une fraction de seconde avant de se relever du canapé et de monter à son tour les marches qui lui permettraient de rejoindre celui qu'elle n'avait pas envie de laisser partir. Elle avait envie de faire des efforts et c'était exactement ce qu'elle avait essayé de faire ce soir-là, même s'il ne s'en était pas vraiment rendu compte. Elle avait laissé la couverture sur le canapé et elle se sentait frigorifiée tout à coup, effrayée à l'idée qu'il soit déjà trop tard et qu'il ait déjà tiré un trait sur elle. Il se trouvait déjà sous les couvertures lorsqu'elle se présenta devant la porte de la chambre, prit une grande respiration en se mordant la lèvre avant de s'avancer jusqu'à grimper sur le lit à son tour. Délicatement, la brune vint se glisser dans son dos, les yeux fermés, le corps tremblant d'un effroi qu'elle peinait à dissimuler. Elle ne pouvait pas le perdre, il n'avait pas le droit d'abandonner aussi facilement et elle comptait bien lui montrer qu'elle tenait beaucoup à lui et qu'elle l'aimait trop pour le laisser partir.

« Je suis désolée. » murmura-t-elle simplement dans son cou alors que ses cheveux bruns tombaient, éparses, sur ses épaules. « Je t'aime, Lonán. Je t'aime toi. Et je n'ai pas envie que tu changes parce que tu penses que ça va me faire plaisir. Je sais que les derniers mois ont été difficiles, mais je ne pensais pas que tu te sentais aussi ... Que tu te sentais comme ça. » Trouver les mots justes pour décrire ce qu'elle ressentait face à ses aveux n'était pas chose facile et Evie sentit les battements de son coeur s'accélérer alors que ses bras venaient entourer le corps de son amoureux et que ses doigts glissaient délicatement sous son tee-shirt afin d'y dessiner de fines arabesques. Occuper ses mains lui donnait l'impression de contrôler un minimum la situation et franchement, la jeune femme avait besoin de sentir qu'elle n'avait pas tout perdu. En tout cas, pas encore. « Je sais que c'est difficile pour toi, que je ne suis pas toujours facile à vivre et que je t'en demande beaucoup, mais ... C'est difficile pour moi aussi. » Les yeux fermés, Evie sentit que les larmes menaçaient de couler le long de ses joues et elle dut inspirer profondément pour ne pas perdre le contrôle.

« Je t'ai pris pour acquis, ces derniers temps et je m'en rends compte. » Mais lorsqu'elle faisait l'amour avec lui, elle ne pensait à rien d'autre qu'à lui. Elle déposa un baiser sur son épaule, redevint silencieuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Dim 13 Déc - 16:47

C'était intenable pour Lonán, cette position. Il détestait ça. Il n'avait jamais aimé se disputer, avec personne en général et encore moins avec sa conjointe. A l'époque, avec Mara, cela arrivait. Trop fréquemment à son goût. Parce que Mara était une force de la nature, un électron libre qui s'emballait aussi vite qu'elle se calmait et leurs disputes finissaient toujours en réconciliation sur l'oreiller, au point qu'il avait fini par se dire qu'elle aimait déclencher des disputes juste pour le plaisir de la réconciliation. Mais avec Evie... Ils ne s'étaient jamais disputés. Et ce soir, ça n'était même pas vraiment une dispute. Il n'y avait ni cris, ni pleurs et c'était probablement pire encore, parce que cela pouvait mal finir sans même qu'il n'arrive à comprendre à quel moment ça avait déconné. Pourtant, il n'arrivait pas à se taire, pas ce soir. L'abcès grossissait depuis trop longtemps sans qu'il n'ose dire que les choses n'allaient pas et il en venait à se dire qu'il n'était rien d'autre pour elle qu'un bon père pour son fils et un sex-toy vivant et ça, il ne pouvait supporter de le laisser planer entre eux.

Alors ça faisait mal. Ça leur faisait mal à tous les deux, mais il ne pouvait plus se taire, alors il avait préféré fuir, encore. Dire un peu de ce qui n'allait pas et aller se coucher, voilà tout ce qu'il pouvait faire. Pourtant, quand il sentit Evie se glisser sous les couvertures, il ne bougea pas, la laissant se presser contre son dos, posant même une main sur son bras pour garder le maximum de contact avec elle. Parce qu'il l'aimait toujours, de la même façon dévorante qu'il l'aimait depuis des mois. Il l'aimait et c'était pour cette raison que c'était si difficile de lui parler. Parce que faire souffrir la femme qu'il aimait était la dernière chose au monde qu'il pouvait souhaiter.

Doucement, Evie murmura qu'elle était désolée, bien loin de s'imaginer ce qu'il pouvait ressentir. Elle ajouta qu'elle savait que ça n'était pas évident pour lui, qu'elle lui en demandait beaucoup, mais que c'était dur pour elle aussi. Qu'elle l'avait trop prise pour acquis. Soupirant, Lonán se retourna doucement dans le lit jusqu'à lui faire face. Il passa un bras autour de la taille de sa compagne et la rapprocha de lui, avant de poser sa main sur sa joue, la caressant doucement, dégageant son visage des mèches brunes qui étaient tombées devant ses yeux. « Tu m'as déjà », souffla l'irlandais, la regardant tendrement. « Je n'ai pas décidé d'accepter mes sentiments pour toi pour tout abandonner au premier obstacle, Evie. Je suis à toi, entièrement et pour longtemps... Mais toi tu n'es pas à moi et je ne suis que le dernier arrivé dans la longue liste des gens qui t'aiment et je suis juste fatigué de devoir m'assurer que personne ne veut passer la soirée avec toi pour pouvoir organiser un dîner surprise ou... »

Je me tue soudainement. La St Valentin s'était imposé à mon esprit alors que je parlais, me rappelant douloureusement d'avoir dû tout jeter parce que mes plans avaient été contrarié par le désir d'Evie de voir sa famille ce jour-là et d'autres retenues du même genre s'étaient glissées à mon esprit, mais je m'étais retenue avant d'en dire plus, baissant les yeux, me mordant la lèvre. « Je... pardon, oublie ça », soufflais-je, posant un baiser sur son front. Je m'étais juré de ne plus en parler, de ne plus y penser, mais malgré tout, j'avais changé radicalement mon mode de fonctionnement depuis, l'interrogeant subtilement chaque fois que j'avais voulu un rendez-vous en amoureux, devant toujours remettre mes plans à un autre jour où me contenter d'un dîner aux chandelles à la maison parce qu'elle était fatiguée ou parce que Connor était malade et c'était un nouveau jeu tout à fait épuisant. Un de plus...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Mer 6 Jan - 4:35

Evie ferma les yeux lorsque les doigts de Lonán se refermèrent sur son bras, désormais anxieuse à l'idée d'avoir fait les premiers pas. À l'idée d'être venue le retrouver alors qu'il désirait sans doute être seul. S'ils ne s'étaient jamais vraiment disputés, tous les deux, la jeune femme prenait maintenant conscience de la scène qui s'était déroulée devant ses yeux depuis des mois et qu'elle avait refusé de voir, bien malgré elle. Son amoureux allait mal et elle n'avait pas été suffisamment attentionnée pour lui demander ce qui n'allait pas dès le départ.

Elle relâcha doucement sa prise autour de son corps lorsqu'il se retourna pour lui faire face, baissa les yeux sur le torse de son compagnon jusqu'à ce qu'il vienne délicatement caresser sa joue du bout des doigts. Elle l'aimait. Elle l'aimait, mais elle n'avait jamais vraiment su comment lui dire, comme si ce genre d'aveu ne lui venait pas naturellement, comme si l'admettre allait l'éloigner d'elle encore davantage. Elle déglutit, prit une grande respiration afin d'écouter attentivement ce qu'il aurait à lui dire. Elle avait beaucoup parlé et elle s'était excusée, mais si elle connaissait un peu mieux les raisons qui avaient poussé son homme à se montrer aussi distant avec elle, la brune devait admettre qu'elle ne comprenait pourtant pas tout. Pourquoi ne lui avait-il rien dit plus tôt ? Pourquoi attendait-il qu'elle lui fasse part de ses appréhensions pour qu'il se décide enfin à crever cet abcès qui lui pourrissait littéralement la vie ? Elle avait envie de comprendre et quitte à ce qu'ils en discutent, autant qu'ils y aillent jusqu'au bout, non ?

Les propos de son amoureux, toutefois, la firent froncer les sourcils alors qu'elle se redressait légèrement, sans comprendre. « Attends. De quoi tu parles ... ? » demanda-t-elle simplement en fuyant l'emprise du bras masculin autour d'elle et en s'assoyant cette fois dans le lit.

« Je sais que c'est difficile pour toi, mais pourquoi est-ce que tu parles de ça ? C'est ma famille, c'est ça ? On a toujours été là, l'un pour l'autre, c'est une habitude et c'est important pour moi. J'essaie de faire des efforts, je te le promets, mais je ne pourrai jamais tout changer d'un coup. Ils me l'ont reproché aussi, tu sais, de ne pas suffisamment m'occuper de moi et de trop penser à eux, mais j'y peux rien. » Elle était fatiguée de devoir tout expliquer, fatiguée de se battre et de rassurer Lonán par rapport aux sentiments qu'elle avait bel et bien à son égard. Et puis, le malaise de son amoureux lorsqu'il lui avait demandé d'oublier ce qu'il venait tout juste de dire lui revint en mémoire et elle fronça à nouveau les sourcils, visiblement anxieuse à l'idée de comprendre réellement le sens de ses propos. « Tu sais bien que j'adore ça, quand tu planifies quelque chose de romantique ou quand on est tous les deux. Pourquoi tu dis ça ? Je ... De quel diner surprise, tu parles ? » Confuse, la mécanicienne plongea ses prunelles azurées dans celles de son partenaire, se mordit l'intérieur de la joue alors qu'elle avait la désagréable impression de ne pas bien saisir ce qui se passait. L'irlandais était en droit de lui en vouloir pour toutes sortes de raisons, mais derrière sa dernière phrase se cachait un reproche à peine voilé, comme s'il n'avait même pas pris la peine de le dissimuler, comme s'il désirait faire passer un message, comme s'il avait laissé tomber ces quelques mots par erreur ou par inadvertance car ils pesaient trop lourd sur ses épaules.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Sam 23 Jan - 23:04

Parler n'avait sans doute pas été une bonne idée. Peut-être aurait-il mieux valu qu'il se taise. Lonán savait qu'il marchait sur des charbons ardents avec Evie. Il y avait des sujets qui pouvaient facilement la buter et la mettre sur une défensive qu'il n'avait aucune envie d'affronter. Mais il le savait. Il l'avait toujours su. Il l'aimait aussi pour ça. Parce qu'elle était forte, avait du caractère et savait se défendre, se battant bec et ongle pour ce qu'il lui paraissait juste. Aussi lourd que cela pouvait être pour lui, pour leur couple, il le savait.

Bien sûr, elle lui demanda ce qu'il avait voulu dire – ou plutôt ce qu'il n'avait pas voulu dire – et il soupira. Elle poursuivit donc, assurant qu'elle savait que c'était difficile pour lui, mais que cela ne changeait pas le fait qu'elle avait toujours été là pour ses frères et sa sœur. Puis elle lui demanda de préciser, d'expliquer de quel dîner surprise il parlait. « Aucun en particulier », souffla-t-il en se recouchant sur le dos, regardant le plafond, une main le long de son corps, l'autre sur son ventre. Il n'avait pas envie de le dire. Il n'avait pas envie de gâcher encore plus les choses, de lui laisser croire qu'il pouvait lui reprocher d'être proche des siens et de toujours vouloir les protéger. Mais peut-être que c'était pire ainsi. Peut-être qu'à ne rien dire, il lui laissait penser au pire et que cela nuirait plus que ça n'aiderait. Oui, mais quoi alors ? Il n'avait aucune envie de le dire, mais il savait qu'il le devait. L'honnêteté était son moteur principal et il ne voulait pas baser leurs disputes ou leurs bons moments sur des mensonges.

Soupirant une nouvelle fois, Lonán finit par se lever du lit en grognant. Il ne pouvait pas mentir. Il ne pouvait pas lui mentir à elle, pas maintenant, pas sur ça. « Tu sais que j'aime tout de toi. Tu sais que j'aime combien ta famille compte pour toi et combien ils sont importants et je ne voudrais que tu ne changes ça pour rien au monde. Je ne te demande pas d'aller contre ta nature et je ne veux même pas que tu sois contrainte de me faire passer avant eux. Je viens après et je le sais et c'est comme ça et je ne serais pas tombé amoureux de toi si ta famille ne comptait pas autant pour toi parce que la mienne compte tout autant. Mais la St Valentin était importante pour moi. C'est là que j'ai réalisé que j'étais amoureux de toi. C'est là que ça a commencé pour nous. J'avais tout prévu, je voulais que ce premier anniversaire soit parfait... C'était la fête des amoureux, c'était parfait pour nous, significatif pour moi... mais tu as voulu aller voir jouer ton frère et j'ai passé la soirée à te regarder passer d'un frère à une sœur, d'un ami à un autre et la dernière chose que je voulais c'était que tu saches combien cela m'avait blessé parce que tu étais heureuse... Mais je ne veux pas qu'on se mente, alors voilà, maintenant tu le sais. »

J'avais fini par m'emporter à mesure que je parlais, gesticulant comme chaque fois que j'étais agacé par quelque-chose. Essayant de respirer plus calmement, je me saisi de mon oreiller, le fourrant sous mon bras, posant un dernier regard sur Evie. « Je suis désolé Evie... Je t'aime et je suis à toi... mais je crois qu'il est préférable que je dorme sur le canapé ce soir... », dis-je, passant la porte, peiné d'en être arrivé là malgré une soirée qui s'annonçait si charmante.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Mar 16 Fév - 3:34

Troublée par les révélations de son amoureux, la jeune femme fronça légèrement les sourcils en secouant la tête, sans néanmoins chercher à l'interrompre. Elle ne savait pas quoi dire pour nuancer ses propos, pour lui faire comprendre qu'il avait tort, sur toute la ligne. Elle ne réagit pas suffisamment rapidement, un peu bouleversée par les confidences imprévues, puisque Lonán quitta la pièce sans même un regard en arrière. Evie savait qu'elle avait tout gâché et que si Lon' préférait dormir sur le canapé ce soir-là, c'était entièrement sa faute, mais elle ne pouvait pas le laisser partir sans lui avoir tout dit ce qu'elle avait vraiment sur le coeur et elle se releva rapidement du lit pour le rejoindre dans le couloir, le rattrapant par le bras pour l'obliger à se retourner.

« Tu penses vraiment que j'étais heureuse ? Le soir de la St-Valentin, tu penses vraiment ça ? » débuta-t-elle simplement, les sourcils froncés alors qu'elle sentait sa voix s'érailler et son courage s'effriter. Elle devait poursuivre, pourtant. Elle devait au moins tenter de lui expliquer. « J'ai été égoïste, ce soir-là. Je suis désolée que tu aies prévu quelque chose pour nous et que j'aie tout gâché. Mais c'est faux. Je n'étais pas heureuse, Lon'. Quand je suis venue te retrouver, j'avais besoin de toi et je n'ai pas osé te demander de rentrer tout de suite parce que tu étais venu pour moi et que tu étais avec tes amis, toi aussi. Mais ça n'allait pas. Anthony refuse de me parler depuis plus d'un an, maintenant, j'ai tout gâché, autant avec toi qu'avec lui et c'est vraiment difficile de supporter ça. » Cette fois, sa voix s'était adoucie et elle haussa finalement les épaules en resserrant courageusement ses bras autour de sa poitrine alors que ses mains tremblaient encore.

« Je sais que tu as l'impression que tu passes en dernier et que tu vas toujours passer en dernier, mais tu mélanges tout. Je n'ai pas le choix d'être là pour eux, tu comprends ? Personne d'autre ne le fera à ma place. Toi, je t'ai choisi. Parce que je t'aime et parce que j'ai envie de passer toute ma vie avec toi. C'était stupide de croire que tu n'avais rien prévu ce soir-là et je comprends que tu étais déçu et même en colère. » Elle n'était pas contrainte de faire passer Lonán en premier, mais elle était contrainte de faire passer ses frères et sa soeur en premier. Parce que malgré tout ce qu'ils pouvaient bien dire, Evie espérait de tout son coeur qu'ils aient encore besoin d'elle. Elle avait pensé à eux avant tout, elle avait sacrifié beaucoup de choses pour qu'ils soient heureux et ne manquent de rien et même si elle ne regretterait jamais ses choix, elle devait se convaincre qu'ils n'étaient pas encore prêts à voler de leurs propres ailes. D'aussi loin qu'elle se souvienne, elle avait toujours fait ça et elle ne savait plus comment agir comme une soeur avec eux et non pas comme une mère, même si elle essayait vraiment fort de ne pas trop s'impliquer dans leurs vies.

« Tu es fatigué, toi aussi. Tu vas mieux dormir dans le lit. S'il te plaît ... ? » proposa-t-elle en lui tendant finalement la main.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Lun 22 Fév - 19:54

Avant qu'il n'atteigne l'escalier, Evie le rattrapa par le bras, l'empêchant d'aller plus loin. Il se retourna vers elle, alors qu'elle lui demandait s'il pensait réellement qu'elle était heureuse ce jour-là. Bien sûr que non, elle ne l'était pas. Les choses ne s'étaient pas passées comme prévus. Mais elle avait voulu y aller et elle l'avait obtenue. Elle avait dû au moins essayer et elle l'avait fait. Et lui avait mis ses envies et ses projets dans le coffre en essayant de les y oublier. Il n'avait pas réussi autant qu'il l'avait espéré et pensé, visiblement...

Evie poursuivit en assurant qu'elle ne l'était pas, qu'elle n'avait pas osé lui demander de rentrer plus tôt que prévu, qu'elle était peinée et se sentait avoir tout gâché, tant avec son frère qu'avec lui. Il allait répondre, mais elle parla plus rapidement que lui, assurant qu'elle n'avait pas le choix que d'être là pour ses frères et sœurs et que ça n'était pas pour cela qu'il devait croire qu'il passait en dernier, assurant qu'elle comprenait sa peine et sa colère d'avoir vu ses plans être remis en cause ce soir-là. Lonán serra les poings et la mâchoire, essayant de ne pas s'énerver plus, de ne pas contrer chaque mot avec virulence. Après un long silence, Evie lui assura que lui aussi était fatigué et qu'il dormirait mieux dans leur lit, lui tendant même la main pour qu'il la rejoigne, mais il resserra son emprise sur son oreiller, reculant d'un pas. « Pas le choix ? Bien sûr que si Evie, tu as le choix. C'est toi qui ne veux pas les laisser. Tu as toujours joué le rôle de mère et c'est tout à ton honneur. Tu as assumé un rôle que tu n'avais pas à avoir et je t'aime aussi pour ça, parce que tu es forte et que tu as pris en charge des enfants alors que tu étais toi-même une enfant, mais... » Il s'arrêta, réalisant qu'il montait le ton à chaque mot et qu'il allait finir par réveiller leur fils. Il lui fallait poursuivre, mais moins fort. Lonán baissa donc le ton, chuchotant presque, la colère dans sa voix restant là, cependant. « Ce sont des adultes Evie. Ils sont capables de prendre des décisions et ils doivent le faire tous les jours parce que le monde entier voit qu'ils sont des adultes maintenant. Tout le monde sauf toi. Toi, tu es toujours là, à assumer leurs erreurs, à prendre pour toi comme s'ils étaient des gosses... »

L'irlandais serra les dents, secouant lentement la tête. « Ce que tu as fait pour eux est honorable et n'a pas de prix, mais maintenant, tu dois redevenir leur sœur, arrêter d'être leur mère. » Tu as ton propre enfant, Evie... Et il a besoin que sa mère lui montre clairement les liens... « Je vais dormir sur le canapé », répéta-t-il, implacable, avant de reprendre sa route.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán Dim 6 Mar - 5:58

Cette fois, lorsque Lonán s'éloigna, Evie sentit qu'elle avait commis une erreur. En fait, elle comprit rapidement que les derniers mois n'avaient qu'une suite d'erreurs inavouées alors qu'elle s'était laissée aller à s'occuper de son bébé sans prendre la peine de jeter un coup d'oeil à son couple, qui dégringolait. Elle n'avait pas voulu le voir, elle avait simplement fermé les yeux sans vouloir comprendre et maintenant, elle récoltait les conséquences de sa cécité sentimentale. Son amoureux s'était senti laissé de côté pendant des mois et elle n'avait pas su s'en rendre compte puisqu'elle avait été trop occupée à s'inquiéter pour ses frères et pour sa soeur, pour son travail, pour Connor qui grandissait à vue d'oeil. Égoïste, elle prenait maintenant conscience du fait qu'elle avait tout simplement écarté Lon' de sa vie parce que c'était plus facile pour elle de ne pas laisser des sentiments si forts la surplomber alors qu'elle avait déjà tant de mal à gérer ses propres émotions. C'était stupide, bien sûr, puisqu'elle l'aimait et qu'elle avait besoin de lui pour se sentir entière, mais la mécanicienne ne réagissait jamais de la bonne façon en ce qui avait trait à ses relations amoureuses, sans doute parce qu'elle essayait au mieux de se protéger. Ce n'était pas facile pour elle de bien gérer ses sentiments puisqu'elle avait souvent l'impression que ces derniers prenaient le dessus sur sa raison, ce qu'elle avait toujours détesté.

Elle le laissa partir sans chercher à le retenir une nouvelle fois, persuadée que Lon' avait besoin d'un peu de temps, lui aussi, pour réfléchir à ce qui venait de se passer. Elle aurait vraiment aimé qu'il revienne sur sa décision et elle mit plusieurs heures avant de s'endormir enfin, dans l'attente qu'il revienne la serrer dans ses bras en lui répétant qu'il l'aimait et qu'il avait envie de dormir avec elle ce soir-là. Mais il ne vint pas et la jeune femme dut essuyer ses larmes d'un revers de la main avant de se recroqueviller sous les couvertures. Cette situation la rendait malade et pourtant, elle ne pouvait rien faire de plus que ce qu'elle avait déjà fait, à  savoir, essayer de s'expliquer avec son homme, essayer de lui faire comprendre son point de vue, même si elle savait désormais qu'il avait raison. Trop de fois, elle l'avait obligé bien malgré elle à annuler ses plans alors changeait les siens et trop de fois, Lon' avait accepté de le faire sans lui en vouloir, sans s'énerver. Elle avait un homme merveilleux à ses côtés et elle était prête à se battre pour le garder; elle n'avait pas envie de le laisser filer.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán

Revenir en haut Aller en bas

I love you, even if it's hard to say ♥ Lonán

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-