AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : cam'tagada
TES DOUBLES : Shea H. Taylor
TON AVATAR : Yvonne Strahovski
TES CRÉDITS : avatar by TAG
TA DISPONIBILITE RP : En recherche de RP :) N'hésitez pas à me MPotter !

Declan + Lawrence + Sujet commun + Théodore

RAGOTS PARTAGÉS : 4069
POINTS : 271
ARRIVÉE À TENBY : 14/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (1er Mai)
CÔTÉ COEUR : Célibataire
PROFESSION : Chirurgienne
REPUTATION : C’est la fille ainée des Cartwright, celle qui suit Liam et l’a aidé à prendre soin de leurs frères et sœurs. C’est une jeune femme brillante, elle est résidente en chirurgie à Swansea ! Et elle a eu une petite fille récemment, seulement… Vous savez sans doute qu’elle s’est séparée de son fiancé, récemment. Oui, Aldaric Daire. Le psychologue.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah Sam 23 Mai - 20:52



It's so hard to ask for help ?
ft. Aldaric & Savie
« Amy chou, fais pas ta tête de mule, on va voir ton papa ! » dis-je d'une voix douce mais ferme tout en essayant de raisonner ma fille de presque 6 mois. Tout le monde dit qu'elle a déjà son caractère... et je ne peux que leur donner raison ! Bien qu'elle ne soit pas très âgée elle mène déjà son petit monde à la baguette. La brunette nous fait tous tourner en bourrique quand il s'agit d'obtenir ce qu'elle veut. Son parrain, sa marraine, ses tantes et ses tontons, ses parents... cette petite est pourrie gâtée. Dans le bon sens... elle reste un bébé assez sage et mes nuits ne sont plus trop agitées depuis qu'elle a décidé de dormir en même temps que sa maman.

Aldaric n'a pas l'air dans son assiette en ce moment. Ok, son fiancé ne l'est plus et il est parti dieu sais où, mais qu'est-ce que j'y peux ? Ce n'est pas moi qui suis allée dire à ce Camille le fond de ma pensée, il a décidé ça tout seul et ce n'est pas ma faute si Aldaric en souffre. Il va être d'une humeur massacrante quand je sonnerai chez lui. « Contente » n'est pas le mot que j'emploierai pour exprimer ce que je ressens en ce moment. C'est plutôt un mélange de tristesse, de peine et de confusion mêlée a de la rancœur. Au fond je n'oublie pas que je me suis retrouvée dans la même situation, en quelque sorte. Sauf que notre rupture n'était pas tout à fait du même contexte et que j'étais enceinte à l'époque. Toutefois il faut que je mette tout ça de coté, pour lui, pour qu'il reprenne du poil de la bête. Ça ne va pas être une mince affaire...

Je passerai chez le restaurant indien où j'ai l'habitude de commander. Mon ex fiancé a beau m'avoir écrit qu'il n'avait pas faim, il ne faut pas qu'il se laisse aller. Si il ressemble à un squelette il ne pourra pas tenir sa fille dans ses bras, hein ? Et Amy ne mérite pas ça. Je mets le sac à langer sur mon épaule en prenant Amélia dans mes bras. Heureusement que les places où se garer ne manquent pas, avec un bébé on n'imagine pas à quel point c'est utile de pouvoir se garer juste en face de chez soi. Elle retrouve sa copine la coccinelle dans son siège auto, j'imagine qu'avec ça elle va s'amuser pendant tout le trajet. Au restaurant indien ma commande est déjà prête, même pas besoin de sortir de la voiture puisque Gail, la serveuse, me l'apporte. Rien que du poulet épicé là-dedans, avec des galettes appelées barathas et un dessert dont le nom est extrêmement difficile à prononcer. Mais il est noté sur la boite, Aldaric saura donc ce qu'il mange. C'est le même dessert que je prends à chaque fois, une sorte de baba ou de beignet trempé dans de l'eau de rose. Un délice !

Il ne me faut que quelques minutes pour parvenir à l'adresse d'Aldaric. Je me gare rapidement puis je descend et détache Amélia. Une écharpe de portage faisait partie des « cadeaux de naissance » que j'ai reçus. Je crois bien que c'est la chose la plus pratique qu'on m’aie donnée d'ailleurs. J'installe Amy sur ma poitrine puis j'enroule les extrémités du linge autour de moi, finalement elle est bien emmaillotée et je suis fin prête à retrouver Aldaric. Il ouvre la porte au bout de trois sonneries – il devait être affalé sur son canapé, sans doute – et nous invite à entrer. « Salut, Aldaric. » Je dis en souriant faiblement. J'ai toujours du mal à oublier le passé mais peu à peu je ressens moins de rancœur. Il faut laisser faire le temps... « Tu souris à papa ma belle ? » Je demande à Amy. Il n'y a que sa tête qui sort de l'écharpe de portage... mais elle a la tête de quelqu'un qu'on n'a pas intérêt à embêter. Je pose les sachets de nourriture sur une table. « Tu veux la porter ? Il faudrait que tu m'aides à la désincarcérer... » dis-je en riant de bon cœur. Quand je suis seule je le fais moi-même mais je peux bien profiter de la présence d'Aldaric pour qu'il m'aide.

codage de coula.

_________________

You're my little star ♡
» La solitude est un sentiment ressenti par tellement de gens, qu’il serait égoïste de le ressentir tout seul.. •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah Ven 29 Mai - 22:03

savannah ∞ aldaric
Tout était fini. Les fiancés ne l'étaient plus, c'était officiel. Aldaric avait beaucoup de mal à réaliser ce qui lui arrivait. Comment pourrait-il, en même temps ? Il ne s'y était pas vraiment attendu. Bien sûr, il savait que l'avis de Clément comptait pour le père de ce dernier, mais au point de lui obéir ainsi ? Au point de laisser l'amour s'échapper si facilement, sans se battre ? Le psychologue ne parvenait pas à y croire. Il était... dégoûté. Ce n'était même pas le mot en réalité. La situation était en fait purement ironique. C'était ça, le karma ! Il lui arrivait ce qu'il avait en quelque sorte osé faire à Savannah. Je le mérite s'était-il finalement dit. Si bien qu'il avait finalement envoyé un message à la jeune femme, à la mère de sa fille. Un message un peu agressif certes, mais il fallait avouer que le moral n'était pas de son côté... En fin de compte, elle avait proposé de passer. Aldaric ne voulait voir personne pour dire vrai, il était affalé sur son canapé depuis un bon moment sans s'en remettre, pleurant par moment. Seulement... s'il n'osait l'admettre, il avait bien besoin de compagnie. Lizzie était déjà passée le voir et même s'ils avaient longuement parlé, elle n'avait pas réussi à le consoler. Personne ne le pouvait en réalité, sauf sa fille peut-être.

Il avait donc accepté qu'elle vienne le voir. C'était très gentil de sa part de proposer, et il se doutait bien qu'elle devait se forcer un peu. Il n'avait pas eu le cœur de refuser – peut-être pas l'envie non plus. Cependant, ce n'était pas sa future venue qui le ferait bouger de ce canapé qu'il chérissait temps dernièrement... ni qui le ferait changer son jogging troué au genou... Oui, le même qu'il gardait depuis cinq ans pour les moments de grande déprime ! Et surprise, il était un peu trop grand. Il fallait avouer qu'Aldaric ne mangeait plus grand-chose, et ce depuis quelques semaines, soit le début de cette fin chaotique – même si officiellement ça ne faisait réellement que quelques jours.
On sonna à la porte. Soudainement il n'avait plus envie de la voir. De les voir, en fait. Il n'avait pas envie de paraître si pitoyable devant son ancienne meilleure amie et devant sa fille, cependant c'était trop tard. Avec quelques secondes d'écart donc, il se leva pour aller ouvrir. « Saluuut... » Il se frotta la nuque. Aldaric avait plus l'air d'un ours que d'un psychologue, actuellement. Et ça le mettait assez mal à l'aise. Son visage marqué par la peine sembla se réjouir devant la petite. Elle avait toujours un effet bénéfique sur lui... c'était magique. « Non, on ne sourit pas aux garçons qui sont habillés comme des brigands ! » Qu'il dit en souriant tout doucement. Il admettait que sa tenue n'était pas la meilleure après tout et s'il pouvait s'en moquer avant qu'elle ne le fasse...

Aldaric grimaça un peu en voyant la nourriture. Ca lui donnerait presque la nausée... Il la voyait venir, Savannah ! Elle allait le forcer à avaler quelque chose, il la connaissait maintenant. Il se poussa un peu pour les laisser passer et ferma la porte. « J'ai pas eu le temps de me changer, pardon. » Menteur... Il n'en avait pas eu envie, en vrai. Mais sht... « Bien sûr que je veux la porter ! » Il ne dirait jamais non à ça. Aussi, il aida Savannah à la défaire de ce gadget, certainement très pratique. « Elle risque pas de glisser avec tout ça... » Il sourit et prit finalement la petite fille contre lui. Maintenant il savait faire attention et dans quelle position la porter, aussi. Ca n'avait pas été évident au début mais tout s'apprenait de toute façon.

« Bon appétit. » dit-il en pointant les sacs du regard. « Indien je suppose ? Je peux te ramener une assiette si tu veux. » Question de pratique. Il précisa bien une assiette pour signifier qu'il n'en souhaitait pas.


Alors qu'il regardait sa petite fille, il détourna les yeux vers Savannah. Un instant Aldaric se demanda comment elle pouvait se trouver chez lui après tout ce qu'il s'était passé entre eux. Tout ce qu'il lui avait fait subir. Elle était... une bien meilleure personne que lui. Ce n'était pas nouveau d'ailleurs. « Pourquoi tu es venue ? » Elle aurait dû se réjouir, dans le fond. Mais c'était une bonne personne, comme il venait de le penser. Et une bonne personne ne se réjouissait pas du malheur des autres. Peu importe si on le haïssait, ce type qui souffrait.

En fin de compte il n'avait pas l'air si mal que ça. En réalité il fournissait un effort surhumain pour ne pas avoir l'air minable.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : cam'tagada
TES DOUBLES : Shea H. Taylor
TON AVATAR : Yvonne Strahovski
TES CRÉDITS : avatar by TAG
TA DISPONIBILITE RP : En recherche de RP :) N'hésitez pas à me MPotter !

Declan + Lawrence + Sujet commun + Théodore

RAGOTS PARTAGÉS : 4069
POINTS : 271
ARRIVÉE À TENBY : 14/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (1er Mai)
CÔTÉ COEUR : Célibataire
PROFESSION : Chirurgienne
REPUTATION : C’est la fille ainée des Cartwright, celle qui suit Liam et l’a aidé à prendre soin de leurs frères et sœurs. C’est une jeune femme brillante, elle est résidente en chirurgie à Swansea ! Et elle a eu une petite fille récemment, seulement… Vous savez sans doute qu’elle s’est séparée de son fiancé, récemment. Oui, Aldaric Daire. Le psychologue.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah Sam 6 Juin - 1:27

Savannah H. Cartwright a écrit:


It's so hard to ask for help ?
ft. Aldaric & Savie
Je n'aurais jamais pensé que les clichés des séries télé se révèlent un jour vrais. Dans celles-ci on voit souvent la victime d'une rupture douloureuse s'effondrer totalement. Le comportement de cette dernière n'a rien de normal, il est extrême : soit elle ne fait que manger, soit au contraire elle perd l'appétit ; soit elle ne fait que dormir, soit elle fait des nuits blanches... Tout ça est vraiment mauvais à la longue. J'ai vécu une période similaire, mais j'avais la chance d'avoir ma famille pour m'aider et m'épauler. Pour me sortir du lit ou me faire à manger, aussi. Aldaric ressemble bien a un de ces clichés : jogging et sweat-shirt réservés aux moments difficiles, joues moins rebondies qu'à l'accoutumée, barbe de plusieurs jours, … il ne s'est jamais autant laissé allé. Si la fin tragique de notre histoire a eu des conséquences sur le nombre de ses patients, son état actuel risque d'en rajouter une couche et, peut-être, le faire définitivement fermer. Il faut absolument faire quelque chose, dans tout les cas. Ses parents, ce n'est même pas la peine d'y compter. Camille ne fait plus partie de l'équation ; son pote Ian est loin d’être le mec idéal pour ce genre de situation, et... je ne connais pas ses amis proches. J'ai préféré rompre tout contact après notre rupture pour me préserver. « Non, on ne sourit pas aux garçons qui sont habillés comme des brigands ! »  Je souris béatement en jetant un coup d’œil à Amy. Elle n'est pas assez âgée pour comprendre ce qu'il vient de dire, mais je vois bien qu'elle sait que quelque chose ne va pas avec son papa.

J'entre avec elle, je dépose la nourriture et mon regard fait le tour de l'appartement. Un petit peu de ménage ne serait pas de trop ici. « J'ai pas eu le temps de me changer, pardon. » Je l'observe d'un air septique, du genre « Tu te fous de moi ? » puis je réponds. « Mouais, tu as fait quoi aujourd'hui ? » Dormir, dormir et dormir, non ?

Il a toujours voulu des enfants. Quand on en parlait, ça restait quelque chose d'assez lointain. Nous savions que nous en aurions, un jour. Et Amélia est arrivée, bouleversant tout sur son passage. Heureusement elle ne semble pas trop souffrir de nos différents, c'est un immense soulagement. De ce fait je pense que voir sa fille le rassurerait un peu, l'aiderait à se remettre sur pieds. Quand j'ai du refaire surface après l'annonce de mon ex-fiancé, c'est le fait d’être enceinte qui a contribué à me maintenir en forme. Il fallait bien que je continue de manger, de dormir normalement... Je suis un peu rassurée de voir un sourire – qui semble sincère – sur son visage quand il prend Amélia de son harnais. Je ris un peu par rapport à sa remarque, vis-à-vis de l'écharpe de portage. « Oui c'est sur. Mais c'est très pratique, tu devrais t'en acheter une. En plus ça ne prend pas beaucoup de place, contrairement à la poussette. Donc quand tu sors, c'est plus simple. »

Je m'installe sur le canapé où il devait se tenir quelques minutes plus tôt, parce qu'il n'est pas froid. Si avec ça il me dit qu'il n'avait pas le temps de s'habiller... En entendant ses mots je sais bien qu'il me fait comprendre qu'il n'a pas faim, qu'il ne veut pas manger. Mais je ne vais certainement pas le laisser faire. « Merci. Amènes en deux. Tu sais comment je peux être quand j'ai une idée derrière la tête... et là mon idée c'est de me faire manger. N'essaie même pas de discuter, tu manges. Parce que sinon tu ne sera pas capable de tenir ta fille dans tes bras et je serais obligée de te faire hospitaliser si tu fais une syncope. » Je lui lance un regard perçant. Sa fille, c'est aussi sa faiblesse. Je me sens horrible de me servir d'elle comme ça, toutefois c'est pour son bien. Aldaric sait bien que je suis très sérieuse. Quand j'ai une idée en tête je ne l'ai pas ailleurs... ça le faisait rire quand on vivait ensemble. Mais là ça doit vraiment l'emmerder.

« Pourquoi tu es venue ? » Je lève les yeux vers lui, presque les larmes aux yeux de le voir comme ça. Cependant je refoule ce sentiment de profonde tristesse pour me concentrer sur lui. Nous étions amis autrefois, les meilleurs amis du monde... ce temps là me semble tellement loin maintenant. « On est amis, non ? On a même une fille, ensemble. La question que je me pose, c'est pourquoi est-ce que je ne suis pas venue plus tôt ? T'as l'air d'un mort vivant. T'as le droit d’être triste, bien sur, mais la vie continue. Tu te trouvera quelqu'un d'autre, peut-être la semaine prochaine, ou celle d'après, ou dans un an... mais pour ça il faut que tu aie l'air à peu près humain. Et pour ça, il va te falloir un peu de temps et beaucoup beaucoup de courage. » Je me rends compte que je n'ai pas vraiment répondu à sa question, si j'ai réellement une réponse à ça. « Je veux juste que tu ailles bien. »

codage de coula.

_________________

You're my little star ♡
» La solitude est un sentiment ressenti par tellement de gens, qu’il serait égoïste de le ressentir tout seul.. •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah Sam 6 Juin - 21:30

savannah ∞ aldaric
Savannah ne sembla pas croire Aldaric lorsqu'il affirma ne pas avoir eu le temps de se changer. Elle avait bien raison... Mais il fit la moue. Il n'avait pas spécialement envie de s'expliquer sur son état, sur ses actes, sur sa lâcheté... A vrai dire, ce devait être le comble pour un psychologue de se mettre dans un état pareil pour un homme, et il en avait assez honte. Alors oui, il aurait pu faire bonne figure et enfiler quelque chose de mieux, se raser également. Seulement Aldaric n'avait pas la force de jouer un rôle ; il l'avait déjà fait pendant trop longtemps avec Savannah et se devait désormais d'être aussi honnête que possible avec elle. Ce n'était pas facile bien entendu, de toute façon ce n'était jamais facile de se trouver en sa compagnie car son visage lui renvoyait toute sa culpabilité à la face, mais d'un autre côté c'était assez réconfortant qu'elle soit près de lui. Comme avant. Enfin presque. Ca l'étonnait d'ailleurs qu'elle veuille l'aider, mais c'était sans doute pour le bien de leur fille. C'était en tout cas ce que le psychologue se disait. « Aujourd'hui j'aaaaai... » Il soupira. « Eu beaucoup d'boulot. Bon d'accord, j'ai rien foutu de la journée. C'est qu'un détail. Ne me juge pas ! » S'il rigolait ? Oui et non, il n'avait vraiment pas envie qu'elle le juge ou lui fasse la morale... Ce serait inutile.

« Ouais, je vais y penser. Je me vois pas porter ce truc... mais c'est certainement plus pratique, c'est sûr. En tout cas elle n'a pas l'air de s'en plaindre. » Il sourit à la petite fille. La voir lui faisait énormément de bien au moral, malheureusement ce serait temporaire. Elle n'avait encore jamais passé de nuit ici, peut-être était-ce trop tôt au goût de Savannah, toujours était-il qu'Aldaric ne la voyait pas si souvent qu'il voudrait. A chaque fois d'ailleurs il avait l'impression qu'elle avait grandi en son absence et c'était un sentiment... absolument affreux. Cependant le psychologue l'avait parfaitement cherché et s'y était même – presque – préparé. Chaque séparation était un déchirement mais de l'autre côté, chaque retrouvaille était un véritable bonheur. Il voulait profiter de son petit ange le plus possible. « J'ai l'impression qu'elle grandit trop vite, bientôt elle rentrera à la fac. » Il sourit doucement, bien que pas vraiment pressé.

Il ne put retenir une grimace lorsqu'elle annonça qu'il serait obligé de manger. Aldaric secoua la tête. « Je te jure que si j'avale un truc, ça va pas le faire. J'ai vraiment pas faim Savie... Et arrête de dire des trucs comme ça. J'ai le temps avant de devenir squelettique, franchement. J'suis en forme, ça va. » C'était horrible de lui dire des trucs du genre pour le forcer, mais c'était peut-être la seule façon de le faire manger. Effectivement, s'il venait vraiment à dépérir, il se forcerait à remonter la pente pour Amélia. En attendant... il n'en était pas encore là et le savait, donc ne s'en inquiétait pas.
Aldaric posa la question qui le démangeait. Pourquoi était-elle là, après tout ce qu'il s'était passé ? Il l'écouta attentivement, regardant parfois Amy, parfois Savie. « Amis. On est amis ? » C'était ce qu'il souhaitait, pourtant il lui semblait que ça n'était pas le cas. Cependant Savannah n'avait pas tort ; il pourrait presque rejoindre le casting de Walking Dead. « Cela dit j'ai envie de rencontrer personne... c'est plus la peine. De toute façon j'ai mérité d'être célibataire. » Il haussa les épaules et préféra ne pas s'étaler, au risque de chialer. Oui, ça lui arrivait assez souvent, ces temps-ci. « C'est gentil, ce que tu dis. Mais j'arrive pas à comprendre comment tu peux vouloir ça. Pendant longtemps j'ai... cru que je pourrais faire comme si, cru que ça me passerait. Puis finalement j'ai été moi-même, en détruisant tout sur mon passage. J'peux pas rendre les gens heureux. J'pourrais... me contenter d'être un père et un psychologue. Et encore. » Il lui mit un instant leur fille dans les bras afin d'aller chercher les assiettes. Il en prit deux pour ne pas se faire engueuler mais ne pensa pas réellement s'en servir.
Aldaric se posa dans le canapé près d'elle. « Tu as le droit de me dire que c'est bien fait, tu sais. T'aurais eu raison. Sincèrement... si j'pouvais retourner en arrière, j'aurais fait en sorte de pas devenir gay. »
Code by Silver Lungs


Dernière édition par Aldaric Daire le Jeu 11 Juin - 21:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : cam'tagada
TES DOUBLES : Shea H. Taylor
TON AVATAR : Yvonne Strahovski
TES CRÉDITS : avatar by TAG
TA DISPONIBILITE RP : En recherche de RP :) N'hésitez pas à me MPotter !

Declan + Lawrence + Sujet commun + Théodore

RAGOTS PARTAGÉS : 4069
POINTS : 271
ARRIVÉE À TENBY : 14/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (1er Mai)
CÔTÉ COEUR : Célibataire
PROFESSION : Chirurgienne
REPUTATION : C’est la fille ainée des Cartwright, celle qui suit Liam et l’a aidé à prendre soin de leurs frères et sœurs. C’est une jeune femme brillante, elle est résidente en chirurgie à Swansea ! Et elle a eu une petite fille récemment, seulement… Vous savez sans doute qu’elle s’est séparée de son fiancé, récemment. Oui, Aldaric Daire. Le psychologue.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah Lun 8 Juin - 20:27



It's so hard to ask for help ?
ft. Aldaric & Savie
Comme je le redoutais, Aldaric n'a pas fait grand chose aujourd'hui. Rien, pour être plus précis. Mais au moins il l'avoue, c'est déjà ça. Je ne peux rien répondre à ça. Je ne suis ni sa mère, ni sa femme, ni même de sa famille. Je ne suis que la mère de son bébé, son ancienne meilleure amie et son ex-fiancée. A mon avis je pèse un peu dans les décisions. « J'ai l'impression qu'elle grandit trop vite, bientôt elle rentrera à la fac. »  Je le regarde en faisant semblant d’être horrifiée. « A la fac ? A la fac ? Mais elle n'a même pas six mois ! Elle ne sait pas encore parler, ni marcher... elle est loin de la fac notre championne. » Je caresse les cheveux de cette dernière puis je la laisse tranquille, avec son papa. Je peux souvent voir que les filles ont une relation un peu spéciale avec leur papa. Est-ce que c'est une idée ou un fait avéré ? Ça je n'en ai aucune idée. Le mien est toujours absent donc je ne peux pas lui poser la question, et ce serait assez déplacé puisqu'il n'est jamais là pour s'occuper de nous.  

Aldaric a cependant mis le doigt sur quelque chose : elle grandit trop vite, on ne voit pas le temps passer parce qu'on est enchaînés à notre routine quotidienne. Le trentenaire essaie de passer outre mes recommandations, c'est à dire celle de manger. « Taratata, tu vas manger. » dis-je en secouant la tête. Il vaut mieux qu'il ne me contredise plus, ce ne serait vraiment pas drôle de devoir le nourrir de force avec Amélia tout près. Surtout qu'on ne nourrit pas un humain de force, comme ça. « L'assiette qui est dans ton évier pue affreusement, il y a presque de la moisissure dessus. Ça fait combien de temps que tu n'as pas mangé ? » Argument implacable, n'est-ce pas ? « Ne dis pas que tu es en forme, il faut montrer l'exemple à ta fille. Tu sais... manger, boire, dormir, dire la vérité. » J'énumère avec légèreté. Au fond je ne suis pas légère du tout sur ce sujet. Il a un peu de temps avant de devenir squelettique, toutefois il avait déjà perdu du poids depuis notre rupture. Et celui qu'il perd depuis que Camille a déserté ne fait qu'ajouter à ses problèmes.

Je hoche rapidement la tête quand il me demande si l'on est amis. Oui, bien sur. Pour l'instant ça n'est pas flagrant mais les rancœurs tombent et, avec elles, mon animosité aussi. Je ne dirais pas que tout est oublié. Ça fait mal de me dire qu'il m'a menti toute ces années malgré notre profonde amitié. Il a voulu bien faire. Ses actes résultent plus d'une erreur de jugement que d'un fond mauvais. « Cela dit j'ai envie de rencontrer personne... c'est plus la peine. De toute façon j'ai mérité d'être célibataire. C'est gentil, ce que tu dis. Mais j'arrive pas à comprendre comment tu peux vouloir ça. Pendant longtemps j'ai... cru que je pourrais faire comme si, cru que ça me passerait. Puis finalement j'ai été moi-même, en détruisant tout sur mon passage. J'peux pas rendre les gens heureux. J'pourrais... me contenter d'être un père et un psychologue. Et encore. » J'ai peur qu'il nous fasse – ou refasse – une dépression. Ce n'est peut-être qu'une déprime passagère mais le manque d'appétit, le sommeil dérangé et son manque de volonté me font penser que c'est plus sérieux. « Je t'interdis de dire ça, ou même de le penser. Tu ne peux pas rendre les gens heureux ? Mais tu es allé la pêcher où, cette connerie ? Tu peux encore te battre pour ce que tu veux, rien n'est perdu. C'est pas en te laissant dépérir que tu réglera quoi que ce soit. Alors reprends-toi, règle tes problèmes de cœur et de boulot, sors avec des amis... mais ne restes pas ici à te lamenter sur ton sort. » Dis-je d'une voix ferme, dénuée de douceur. Bon, là j'y suis allée un peu fort...

Heureusement il amène deux assiettes plutôt qu'une. Et des serviettes... Je commence à déballer les victuailles sur la table basse, puis j'entends une ânerie, encore. Il aurait fait en sorte de ne pas devenir gay ? Je stoppe toute activité et je me tourne vers lui. « Oh et tu aurais fait comment, Einstein ? C'est quelque chose que tu es, pas quelque chose que tu es devenu. Je ne vois pas comment tu aurais pu continuer comme ça sans faire ton coming-out. » Sans doute ses parents avaient ils décelé quelque chose chez lui, peut-être même que c'est pour ça qu'Aldaric a préféré ne plus les contacter. Mais personne ne devrait vivre ça seul. C'est trop lourd à porter. « Ce n'est pas bien fait. C'est horrible, les chagrins d'amour. Mais ça fait partie de la vie. Je ne souhaiterai ça à personne même après ce que tu as fait. Ca partais d'une bonne intention, au fond. Tu ne voulais pas me faire mal en me repoussant. » Je préfère ne pas trop évoquer le sujet. Le contenu du sac de nourriture est étalé sur la table et l'odeur me chatouille les narines. Ca sent tellement bon... « Tiens, prends au moins une galette et un lassi. C'est une boisson à base de yaourt, et c'est fruité. Un peu comme le milkshake, mais ce n'est pas froid. Ton estomac devrait l'accepter... » Je dis en mettant la galette dans une assiette, puis le lassi dans un verre.

codage de coula.

_________________

You're my little star ♡
» La solitude est un sentiment ressenti par tellement de gens, qu’il serait égoïste de le ressentir tout seul.. •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah Jeu 11 Juin - 22:38

savannah ∞ aldaric
« J'te dis que c'est bientôt la fac. » Il fit la moue. « Bientôt les premiers copains et tout ça. Non en fait elle aura pas de copains parce qu'elle veut pas fâcher papa. » Aldaric lui embrassa la joue. Il ne savait pas encore vraiment quel père il pourrait être. Pour le moment, Amélia était trop petite pour faire de vraies bêtises ou pour être punie, alors il avait encore un peu de temps pour y penser. Mais Aldaric s'imaginait parfaitement en train de saturer lorsque sa fille serait adolescente et qu'elle fréquenterait des garçons... ou des filles, hein, ce n'était pas lui qui critiquerait ça ! Peut-être y pensait-il trop tôt... mais quand on y songeait, le temps filait à une vitesse incroyable. La preuve, en peu de temps Aldaric était devenu peut-être l'un des plus gros salauds de Tenby, tantôt respecté pourtant. En peu de temps il avait eu une fille, avait failli se marier et s'était séparé. Peut-être que cette abondances d'événements y était pour quelque chose et qu'il ne voyait lui-même plus le temps passer – sauf ces derniers jours passés sur son canapé, bien sûr. D'autant qu'il venait d'avoir trente-six ans... Bientôt la quarantaine, quoi. Rien pour le rassurer !

Aldaric haussa les épaules à sa réflexion. Savannah exagérait... certes, il n'avait pas fait la vaisselle depuis un moment, mais de là à parler de moisissure ! « T'abuses... j'suis pas crade non plus. J'me douche tous les jours, si ça peut te rassurer. » Aldaric faisait trop attention à son hygiène corporel pour faire autrement... même si actuellement ça ne se voyait pas. « J'ai mangé hier. Un peu. Et puis arrête de te servir de ta fille comme ça, elle est trop petite pour comprendre que son père est au fond du gouffre. En tout cas j'espère. » Elle l'était, malgré tout elle semblait bien plus affectueuse ce jour-ci que les précédents, alors au fond peut-être avait-elle remarqué quelque chose. « Je lui apprendrai à toujours dire la vérité. Tu as raison, c'est très important. Si je l'avais appris avant... » Malheureusement son éducation n'avait pas été celle-ci. Cependant il ne blâmait pas ses parents pour son erreur : c'était la sienne et non la leur.

C'était bête, mais il était ravi de savoir que Savannah et lui étaient amis. Honnêtement... il n'en avait pas d'autres. C'était triste à dire mais pendant dix ans il s'était concentré sur Savannah et sur son boulot, d'ailleurs il n'était jamais vraiment sorti avec des amis lorsqu'ils étaient ensemble. Peut-être un peu asocial sur les bords, le psychologue... Il la regarda longuement. « Avec qui tu veux que je sorte, mh ? Sans déconner... t'arrives encore à croire que j'ai des amis ici ? » Il sourit tristement. « C'est pas le cas, aux dernières nouvelles. Des patients... des connaissances... Puis toi. Enfin toi je peux te caser dans aucune catégorie. Cela dit, j'peux sortir avec Amy ! Genre... au parc. Et honnêtement pour régler mes problèmes de boulot il faudrait que je déménage. » La réputation d'un psychologue jouait beaucoup. On n'engageait pas un plombier qu'on savait détraqué, par exemple. « J'ai plus trop envie de me battre. » Il haussa les épaules, puis partit dans la cuisine.

Aldaric s'installa ensuite près d'elle et reprit sa petite fille dans ses bras, la posant sur ses genoux. Elle était vraiment trop belle. « Je n'ai pas été malheureux, avec toi. J'me suis pas... forcé. Enfin peut-être au début mais je veux dire... j'ai fini par avoir des sentiments. En tout cas c'était tout comme... Crois-moi, t'es la seule fille à avoir su m'exciter ! » Encore aujourd'hui il la trouvait très jolie, Savannah. Il avait été amoureux d'elle, ou en avait l'illusion, illusion évaporée à l'entrée de Camille dans sa vie. Il ne savait pas bien si ça lui ferait plaisir ou non d'entendre ça, mais tant pis. « En fait, c'était par période. Y'a des moments... j'étais bien, j'avais l'impression d'être normal. Puis y'a d'autres, j'étais tellement mal... Que je restais vraiment tard au boulot pour que tu ne le voies pas. J'en ai reçu, des gosses qui s'assumaient pas. J'ai été tellement hypocrite. » On ne pouvait pas changer les choses malheureusement. « C'est clair que je voulais pas te blesser. J'ai jamais cru que ça irait aussi loin... que je serais lâche aussi longtemps. Et maintenant t'es là... j'te trouve vraiment géniale comme fille. J'espère qu'Amy le sera autant que toi plus tard. »
Il grimaça quand elle se focalisa de nouveau sur la nourriture. « Je pense vraiment pas que ce soit une bonne idée. » Il en avait mal au ventre rien qu'en voyant ce qu'elle mettait sur la table... peut-être était-ce parce que son corps avait vraiment faim en réalité. « T'as pris des biberons pour Amélia ? Est-ce qu'elle a mangé ? » Sinon il avait tout ce qu'il fallait dans la cuisine de toute façon.
Aldaric regarda vaguement la nourriture avant de relever les yeux vers Savannah. « Est-ce que... tu as rencontré quelqu'un, toi ? » Ce n'était pas de la jalousie cette fois-ci, il voulait vraiment qu'elle trouve le bonheur. Elle le méritait.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : cam'tagada
TES DOUBLES : Shea H. Taylor
TON AVATAR : Yvonne Strahovski
TES CRÉDITS : avatar by TAG
TA DISPONIBILITE RP : En recherche de RP :) N'hésitez pas à me MPotter !

Declan + Lawrence + Sujet commun + Théodore

RAGOTS PARTAGÉS : 4069
POINTS : 271
ARRIVÉE À TENBY : 14/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (1er Mai)
CÔTÉ COEUR : Célibataire
PROFESSION : Chirurgienne
REPUTATION : C’est la fille ainée des Cartwright, celle qui suit Liam et l’a aidé à prendre soin de leurs frères et sœurs. C’est une jeune femme brillante, elle est résidente en chirurgie à Swansea ! Et elle a eu une petite fille récemment, seulement… Vous savez sans doute qu’elle s’est séparée de son fiancé, récemment. Oui, Aldaric Daire. Le psychologue.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah Dim 28 Juin - 1:26

Savannah H. Cartwright a écrit:


It's so hard to ask for help ?
ft. Aldaric & Savie
« Bien sur, j'avais oublié ce détail. » Je me moque gentiment du papa poule qu'est Aldaric, ou celui qu'il est en devenir... à peine née qu'il m'avait déjà apporté une gigoteuse – que je lui avais demandé, certes, mais il en a tout de même acheté une de super qualité – et d'autres jouets en tout genre. A présent qu'elle grandi, je jurerai que la seule chose qui le fait tenir debout, c'est elle. Aldaric aurait un peu plus de cinquante ans quand Amy atteindrait l'adolescence, ça lui donne le temps de voir venir. En plus nous ferons peut-être partie des rares parents dont l'enfant fait une minuscule crise d'ado, qui sait ? L'espoir fait vivre, hein...

J'ai l'impression qu'Aldaric se fiche complètement de son état et de celui de son appartement, ce qui ne lui ressemble pas. Lorsque nous habitions ensemble il se rasait toujours de près, faisait attention à lui et à ce qu'il portait... là il a plus l'air d'une loque que d'un être humain. « Tu veux une médaille ? » Je demande d'un air agacé quand il affirme se doucher tout les jours. D'accord, il faudrait que je sois un peu plus gentille et un peu moins cynique avec lui, surtout devant notre adorable progéniture. « Ce n'est pas seulement ma fille, c'est la tienne aussi. Elle est loin d’être idiote tu sais, je suis certaine qu'elle sent quelque chose. » Les bébés ne sont pas cons, ils ressentent les émotions de leurs parents quand ils les voient tout les jours. Je sais pertinemment que quand je suis crevée ou triste, le comportement d'Amy se modifie légèrement. Ou est-ce que je me fais des idées ? « Je lui apprendrai à toujours dire la vérité. Tu as raison, c'est très important. Si je l'avais appris avant... » On ne serait pas là, je sais. « Pour le moment on se contentera de manger, boire, dormir. Ce sera déjà un grand pas pour toi. »

Le voir aussi résigné me fait mal. Comment a-t-il pu penser une seule seconde que je me réjouirait de sa peine ? Juste après notre rupture ça m'aurait frôlé l'esprit, bien sur. Maintenant que nos relations sont redevenues neutres et même amicales, je ne peux que ressentir de l'empathie pour celui qui a été mon meilleur ami. J'essaie de trouver une solution à son manque de combativité, la tristesse envahit mon regard sans que je ne puisse la contenir. Et qu'est-ce que je pourrais faire au juste ? Ce n'est pas moi qui ai répandu nos problèmes de couple, ça s'est su à cause des commères de Tenby et ça a ruiné la réputation d'Aldaric. Justement, une idée me vient en pensant à sa réputation. « Tu pourrais t'investir dans un projet ou une association, un groupe de soutien par exemple. Tu n'as rien à perdre après tout... » Sortir, faire des projets, montrer la gentillesse tapie au fond de notre cœur... c'est comme ça qu'on se fait des amis et qu'on remonte la pente. Il n'y a pas de recettes miracles mais disons que ça pourrait en être un ingrédient. « Et puis, on sait tous qu'un papa qui emmène sa fille au parc, ça attire les regards. » dis-je en riant, pas trop fort parce que la conversation n'est pas des plus hilarantes, mais j'essaie de le détendre et de lui montrer qu'il peut faire quelque chose. Le hic : en général ce sont les autres mamans qui sont attirées par le seul homme qui promène sa fille au parc... est-ce que d'autres gays traînent à Tenby, ont une fille et iront au parc en même temps qu'Aldaric ? La coïncidence serait énorme. « Allez, ne perds pas espoir. » Je pose la main sur son épaule pour lui montrer que je suis là, juste quelques secondes.

« Je n'ai pas été malheureux, avec toi. J'me suis pas... forcé. Enfin peut-être au début mais je veux dire... j'ai fini par avoir des sentiments. En tout cas c'était tout comme... Crois-moi, t'es la seule fille à avoir su m'exciter ! » Je rougis subitement sous le compliment, c'en est un selon moi, mais quand même... Ça me rassure qu'il n'ai pas du se forcer, qu'au moins quelque chose dans notre couple était vrai. Je n'y ai vu que du feu en tout cas, pendant toutes ces années. « Quand j'ai passé le cap de la colère, j'ai eu peur que moi je t'ai rendu malheureux. Et que tu n'ai pas osé me le dire parce que j'étais entêtée, ou par facilité... » La confiance m'avait totalement déserté après ça. En me regardant dans le miroir je ne me trouvais plus belle ou sexy. En croisant des hommes dans la rue je détournais le regard parce que je ne voyais pas ce qu'ils pourraient me trouver... ça a été une période difficile, surtout que j'étais enceinte et pas au mieux de ma forme. « Merci. C'est... adorable. Toi aussi, tu es quelqu'un de bien au fond. Tu n'aurais pas choisi d’être psychologue sinon. Tu as juste fais de mauvais choix. Ça arrive à tout le monde. » On dit souvent que les enfants sont le reflet de leurs parents. Moi aussi j'ai fait de mauvais choix. Ils n'ont pas eu les même conséquences que ceux d'Aldaric, mais ils ne sont pas inexistants pour autant.

Soit, mon ex fiancé veut encore détourner mon attention de la nourriture. Peut-être qu'en mangeant devant lui, ça lui ouvrira l'appétit ? Je prends du poulet épicé avec un peu de riz. « Pas de biberons, je suis partie en quatrième vitesse, j'ai oublié. » Je hausse les épaules. Je sais qu'Aldaric en a dans son frigo. Cependant je préfère reposer la nourriture pour répondre à sa question, par précaution. « Non je... je ne sors pas beaucoup, entre le boulot et Amy c'est un peu compliqué. » Quant à Jackson, je ne sais pas trop où en est notre relation.  

codage de coula.

_________________

You're my little star ♡
» La solitude est un sentiment ressenti par tellement de gens, qu’il serait égoïste de le ressentir tout seul.. •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah Ven 10 Juil - 20:58

savannah ∞ aldaric
Aldaric n'était pas sûr qu'Amélia soit assez grande pour comprendre quoique ce soit de son état. Il espérait plutôt qu'elle ne le puisse pas car il ne voulait pas lui renvoyer une telle image de lui. Selon lui, elle était bien trop jeune... Mais c'était l'instinct maternel de Savannah qui parlait, pouvait-on vraiment lutter contre ça ? « Je ne dis pas qu'elle est idiote. C'est la plus intelligente ! » On sentait le père qui n'allait jamais brimer sa fille et toujours la pousser à aller loin. Ses parents ne l'avaient pas fait avec lui, son paternel avait toujours eu du mal à prononcer les mots je suis fier de toi. Aldaric ne voulait pas reproduire ça, d'autant qu'il s'émerveillait sans mal devant chaque progrès de sa fille. « Je pense seulement qu'elle ne comprend pas ce genre de choses encore. D'autant qu'elle a le droit à mon sourire à chaque fois qu'elle vient me rendre visite. » C'était d'ailleurs la seule personne qui pouvait le faire sourire sur commande. Tellement mignonne... Il était fou d'elle. Il regarda Amy. « Ton papa va très bien. » C'était moche de mentir, mais c'était mieux de lui dire ça non ? Si jamais elle comprenait vraiment il voulait simplement la rassurer un peu.

Savannah chercha à lui trouver des solutions afin de lui faire sortir. Aldaric haussa les épaules, il n'était pas très chaud à cette idée. Pourtant il allait bien falloir. « Je me sens incapable d'aider qui que ce soit. J'ai l'impression de ne dire ou faire que des conneries... Heureusement que j'ai presque pas de patients, dans le fond. » Pas de patients, pas d'amis... Oh, et le sujet Ian n'avait pas encore été abordé. Ce sale gamin... En parler, ce serait donner raison à Savannah et il allait donc s'abstenir de lancer le sujet. C'était elle la dernière fois, qui lui avait dit que ce gamin profitait de son argent. Le psychologue avait fini par le découvrir... « C'est vrai que je n'ai plus rien à perdre. » Il regarda tout autour de lui. « Regarde-moi ça. Il n'y a que moi ici. Je crois que je n'ai jamais autant détesté cet appartement vide. » Appartement qui avait signifié nouveau départ... et qui désormais devait signifier sa déchéance. C'était clair qu'il allait finir par sombrer dans la folie si personne ne le sortait d'ici ; ce que Savannah s'employait à faire. « Je crois que le contact humain m'épuise, en ce moment... J'ai l'impression que si je sors le nez dehors, les voisins me jugeront. » Ici plus qu'ailleurs. Tenby n'était pas le meilleur endroit pour rester discret. « J'suis pas prêt. » conclut-il. « Ni pour ça, ni pour aller draguer. Alors si j'emmène Amélia au parc, c'est juste parce que j'ai envie de l'y voir jouer. Simplement... »

Aldaric eut peur d'aller trop loin en lui faisant ce compliment. Mais apparemment il plut à Savannah qui rougit un peu. Cela ne manqua pas de le faire sourire. « Si tu veux mon avis, je crois que de toute ma vie je n'ai été heureux qu'avec toi. C'est étrange. » Son adolescence avait été compliquée, sa rupture également. Il avait cru trouver le repos auprès de Camille mais ça n'avait été qu'illusoire... Alors sa relation avec la jolie blonde restait de loin la plus belle période de sa vie. Une période durant laquelle... il n'avait pas été vraiment lui-même. Est-ce que ça voulait dire qu'il ne serait jamais heureux en étant comme il était ? « Je crois que j'aimerais changer de boulot. » C'était une idée un peu bête qu'il nourrissait ces temps-ci. Se croyant incapable d'aider les autres désormais, il ne voyait pas autre chose. « Je sais pas ce que je pourrais faire à la place. J'ai pas vraiment de talent. » Il enviait tous les artistes, capables de transmettre leurs sentiments à travers des chansons, dessins, et autres œuvres admirables.

Il regarda Savannah commencer à manger. Ca ne lui donnait vraiment pas envie... Alors il préféra parler des biberons de leur fille. « Tu veux que je lui en prépare un ? Comme ça on fait un vrai repas de famille. » Ce qui était plutôt rare, chez eux. Il lui demanda finalement si elle, elle avait rencontré quelqu'un. Il fit la moue. « Je ne me fais pas de soucis pour toi. Je pense que tu seras très vite bien entourée. Et ce Jackson, d'ailleurs ? » Il se souvenait de lui. Aldaric se souvenait également avoir été jaloux de ce type lorsqu'il l'avait vu à l'hôpital, quand son patient avait voulu le planter à coup de stylo. Maintenant, Aldaric voyait les choses plus sereinement. Il voulait que Savannah soit heureuse. « Les mamans célibataires dans les parcs, ça ne marche pas ? » dit-il pour se moquer un peu, avec un petit sourire. Finalement, mine de rien, il attrapa son verre et but une gorgée du lassi.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : cam'tagada
TES DOUBLES : Shea H. Taylor
TON AVATAR : Yvonne Strahovski
TES CRÉDITS : avatar by TAG
TA DISPONIBILITE RP : En recherche de RP :) N'hésitez pas à me MPotter !

Declan + Lawrence + Sujet commun + Théodore

RAGOTS PARTAGÉS : 4069
POINTS : 271
ARRIVÉE À TENBY : 14/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (1er Mai)
CÔTÉ COEUR : Célibataire
PROFESSION : Chirurgienne
REPUTATION : C’est la fille ainée des Cartwright, celle qui suit Liam et l’a aidé à prendre soin de leurs frères et sœurs. C’est une jeune femme brillante, elle est résidente en chirurgie à Swansea ! Et elle a eu une petite fille récemment, seulement… Vous savez sans doute qu’elle s’est séparée de son fiancé, récemment. Oui, Aldaric Daire. Le psychologue.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah Dim 19 Juil - 0:02



It's so hard to ask for help ?
ft. Aldaric & Savie
« Je ne dis pas qu'elle est idiote. C'est la plus intelligente ! » Je ne peux retenir un éclat de rire. Parfois je me demande si elle comprends le monde qui l'entoure. Est-ce qu'elle comprends la relation que j'ai avec Aldaric ? Est-ce que cette confusion dans ma vie lui nuit ? On dit que dès le stade fœtal, l'enfant ressens les sentiments de sa mère. Alors maintenant qu'elle peut découvrir son environnement je me demande si tout ça est bon pour elle. Aldaric a beau lui dire qu'il va bien, lui sourire et faire comme si sa vie n'était pas sans dessus dessous, elle comprend peut-être les choses. A moins que je ne surestime les capacités de ma fille, parce que quand on entend « c'est la plus intelligente » de la part de son papa on peut dire que les parents voient toujours le meilleur en leurs enfants. Rien qu'Aldaric... il serait prêt à lui décrocher la lune, si il le pouvait.

Le problème reste présent : il a perdu toute confiance en lui. Une rupture telle que celle-ci c'est difficile à gérer. Alors ça, combiné à sa carrière en berne, il doit être au fond du trou. « C'est justement pour ça qu'il faut sortir. Parce que si tu te complaît dans ta solitude tu vas devenir un ermite ! Recommence à sortir à partir de maintenant, sinon ce sera encore plus dur après. » dis-je avec enthousiasme. Si je sortais en boite je l'emmènerais avec moi... sauf que je ne sors pas en boite. Inviter des amis, aller au cinéma, me balader... ça c'est dans mes cordes. Mais me flinguer les oreilles dans un club ne m'a jamais enchantée. Si je devais le faire, ce ne serait que pour une mission de sauvetage. « Crois-moi, je suis déjà passée par là. » J'essaie tant bien que mal de dissimuler l'amertume contenue dans ces propos. Il faut que j'oublie cette histoire et que je me reconstruise. Repartir sur de nouvelles bases semble être la meilleure chose à faire, pour lui comme pour moi. « Tu devrais peut-être aller voir ton médecin. Il pourrait te prescrire quelque chose... » Au bout d'un certain temps il faut se rendre à l'évidence. Quand l'espoir a quitté le navire et qu'on a l'impression qu'on ne remontera jamais la pente, c'est important d'envisager d'autres solutions. Il n'y a aucune honte à demander de l'aide après tout... il le sait mieux que quiconque.

Au bout du compte je ne crois pas me tromper en disant que c'est sa fille qui le maintient hors de l'eau. « Très bien, emmène-là au parc alors. Ce sera déjà ça... A peine six mois et elle va déjà promener son papa. » Je pouffe de rire comme une gamine en imaginant la scène. En apprenant ma grossesse j'ai fait des plans sur la comète, je nous voyais tout les deux baladant une poussette ou apprenant à notre enfant comment monter à vélo. Nous nous serions mariés lors d'une cérémonie intime, nous aurions eu deux ou trois enfants et nous aurions vécu jusque 100 ans. Ce genre de chose n'arrive pas souvent, malheureusement. Les illusions que je m'était faites ont pris brusquement fin le soir où j'ai appris son homosexualité. « Si tu veux mon avis, je crois que de toute ma vie je n'ai été heureux qu'avec toi. C'est étrange. » Si il m'avait dit ça il y a quelques mois je l'aurais giflé sans réfléchir. Maintenant c'est juste la nostalgie qui pointe le bout de son nez. « On a vécu de belles années, n’empêche. » je murmure, le regard dans le vide.

Mon regard s'illumine quand il dit vouloir se reconvertir. C'est qu'il n'a pas perdu tout espoir... il lui faut juste un petit coup de pouce. Je réfléchis à ce qu'il aimait faire, ses loisirs et ses passions. Il est loin d’être idiot. « Un métier dans le manuel, ça ne t'intéresse pas ? Je sais que ça peut paraître dingue mais ça change totalement de ce que tu fais actuellement. Sinon tu peux donner des cours de psycho à la fac, à Swansea. » Je pose brièvement la main sur sa cuisse pour lui signifier que je suis là pour lui, n'importe quand. Je ne devrais probablement pas faire ça... m'impliquer autant avec lui, parce que j'ai un cœur d’artichaut et que je ne peux pas me permettre de mettre mon cœur dans la balance. Je commence à manger pour retrouver mes esprits tandis qu'Aldaric prépare un biberon pour Amélia. « Repas de famille... ça sonne bien. » Je lui souris et retourne me cacher dans mes boites. Le répit n'es que de courte durée, on en est aux confidences apparemment... j'ai l'impression de retrouver mon meilleur ami, l'espace de quelques minutes. C'est tellement agréable que j'en oublierais presque tout le reste pour revenir à nos années communes. Je manque de m'étouffer avec du riz quand il parle de Jackson... le cliché ! « Il... je ne sais pas. On bosse ensemble, on sors un peu. Mais c'est... compliqué. » Compliqué, c'est un euphémisme. Mais au fond, c'est peut-être moi qui m'acharne à compliquer les choses quand elles sont très simples ? « Les mamans célibataires dans les parcs, ça ne marche pas ? » Je fais semblant de réfléchir puis j'affiche le meme sourire que lui : « Mmm... non, pas vraiment. Trop d'offre et pas assez de demande. » Les papas qui emmènent leurs enfants dans les parcs sont devenus rares, alors en trouver un célibataire en plus de ça... c'est presque mission impossible. Je me rends compte qu'Aldaric prend un lassi, intérieurement je suis comme une pom-pom girl qui sautille et brandit son pompom bien haut ; toutefois je préfère ne pas faire dans l’excessif. « Hé, tu manges ! Ne jamais sous-estimer le pouvoir de la nourriture indienne, c'est la règle numéro 1 ! » je lui fait un clin d'oeil et repose l'assiette sur la table basse. « On se fait une soirée télé et on couche Amy maintenant ? Si ça te tente... sinon je peux rentrer. »

codage de coula.


_________________

You're my little star ♡
» La solitude est un sentiment ressenti par tellement de gens, qu’il serait égoïste de le ressentir tout seul.. •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah Lun 3 Aoû - 2:39

savannah ∞ aldaric
« Je suis très bien en ermite, non ? » Aldaric savait qu'il allait possiblement se faire frapper en disant un truc du genre. Le pire, c'est que c'était vrai... Il aimait rester chez lui, il adorait passer la journée dans son lit... sans avoir à subir le regard des autres, leur jugement négatif sur sa personne. Certes, ils n'étaient pas bien loin de la vérité en le qualifiant de vrai salaud, mais entre le penser et l'entendre... Autant rester chez soi. Quelle idée de venir s'installer dans une ville où tout le monde parlait sur tout le monde... Il aurait dû retourner en France à la première occasion, ou bien s'en aller pour New-York là où n'importe qui passait inaperçu tant les rues étaient remplies de monde. Maintenant c'était trop tard parce qu'il y avait sa fille et qu'il ne voulait pas qu'elle souffre de l'absence de son père. Plus tard elle pourrait éventuellement souffrir de sa dépression, mais il avait un peu de temps avant qu'elle ne comprenne ça et d'ici-là il espérait s'être remis sur pied... Si c'était encore possible. A entendre Savannah, ça semblait facile. Mais la réalité était toute autre pour lui. « Tu ne peux pas comparer Savie. T'avais toute la ville derrière toi, ta famille, Amy. Moi... j'ai que ce que je mérite. » Il l'admettait bien volontiers, se considérant comme le seul responsable. Inutile de se mentir de toute façon, les choses auraient été plus simples s'il n'avait jamais été gay ou bien s'il ne l'avait jamais dit, ou si, encore mieux, il avait osé le dire à sa meilleure amie à l'époque. D'un autre côté, s'il avait fait ça... oh, Amélia ne serait pas là... Était-ce vraiment une façon positive de voir les choses ? Pas vraiment. Certes, leur fille était choyée, adorée, très mignonne, mais allait-elle vraiment être heureuse, plus tard ? Il ferait tout pour et ne la regrettait pas le moins du monde... Il regrettait simplement la façon dont les choses s'étaient passées. « Tu crois que je les entends pas, les gens, dès que je sors ? Figure-toi que ça me laisse pas insensible. Vaut mieux que je reste chez moi. » Il haussa les épaules. Et en attendant son cabinet faisait faillite... et sa secrétaire désespérait de retrouver son boulot un jour. Il en était conscient de tout ça mais ne se sentait pas d'aider les autres pour le moment. « Des anti-dépresseurs ? J'y pense, ouais... » De plus en plus. Ca l'embêterait d'en arriver là, mais au bout d'un moment il fallait accepter cette foutue défaite. « Mais je vais plutôt lui demander s'il ne peut pas se déplacer jusqu'ici. » Fidèle à lui-même... il ne sortirait pas d'ici sauf en cas d'extrême nécessité. Pour faire les courses par exemple.

« J'ai peur qu'il lui arrive quelque chose si je l'emmène au parc... elle est encore petite... tu voudrais venir avec nous ? » C'est qu'il allait finir agoraphobe, le psychologue... Effectivement, ce serait une façon de rendre sa sortie moins compliquée et de ne pas se retrouver seul face à tous. Mais ce serait aussi un moyen de passer un petit moment en famille comme ils n'en auraient sans doute pas beaucoup plus tard. Autant profiter tant qu'ils le pouvaient... Et puis les rapports entre Savannah et Aldaric s'amélioraient de jour en jour. Ils ne redeviendraient jamais les mêmes qu'avant mais ne seraient plus aussi catastrophiques que la veille, et le jour d'avant, et les jours encore avant. Cela dit, si les voisins voyaient les deux exs ensemble, ils jaseraient aussi. Pour le bien de leur toute nouvelle relation, Aldaric devrait éviter de faire référence au passé. Cette phrase, là, sur le bonheur... il aurait dû s'abstenir de la dire. Le psychologue fit la moue en regardant Savannah. « Tu l'as dit. De belles années t'attendent encore. » Pas avec lui, certes... Mais il espérait qu'elle soit heureuse un jour.

Un métier dans le manuel ? Aldaric n'était pas certain d'être fait pour ça... certes, il savait bricoler deux trois choses, mais ça s'arrêtait là. Quant au fait de donner des cours... Impensable. « Personne me prendrait au sérieux si je donnais des cours. J'en sais rien... Puis toi qui t'es toujours moquée de mes talents de bricoleur, tu voudrais que je me lance dans le manuel ? » Il aurait aimé se lancer dans l'art, lui. Mais Aldaric n'avait pas vraiment de talent... Il pourrait écrire. Les mots ça le connaissait. Mais il ne se sentait pas l'étoffe d'un grand écrivain. Aldaric regarda brièvement la main posée sur sa cuisse puis détourna le regard. C'était assez gênant comme contact. En fait, le simple fait de faire la bise à Savannah était gênant. Le temps de se faire à la situation, sans doute... « Il faudrait un truc banal, sans responsabilités. Où les gens se foutent de qui je suis. » Il réfléchit. Ce ne serait pas évident... Surtout ici. Peut-être qu'en déménageant... Non, hors de question. Il devait rester ici, peu importait si respirer cet air lui était nocif.
Il fila ensuite dans la cuisine pour préparer un biberon à Amélia. Ca ne dura pas longtemps, et il ne manqua pas de se renseigner quant aux amours de Savannah une fois de nouveau assis sur le canapé. Parler de Jackson l'aurait agacé avant. Maintenant... il voulait juste pouvoir se réjouir de quelque chose, éventuellement une idylle entre ces deux-là. Il avait bien vu la dernière fois qu'il se passait un truc. Il fit la moue suite à la révélation de Savannah. « Pourquoi, compliqué ? C'est pas parce que tu as une fille, hein ? » Il savait à quel point ça pouvait être difficile de retrouver quelqu'un alors qu'on avait des enfants. Cela dit, sa fille était géniale alors n'importe qui serait stupide de ne pas l'accepter. « Oublions le parc alors. » conclut-il finalement.
Elle sembla heureuse de le voir manger un peu, Aldaric ne put s'empêcher de sourire. « T'emballe pas trop vite non plus... Et je pense que c'est toi qu'il ne faut pas sous-estimer. » N'importe qui aurait pu mettre ça devant son nez, il n'y aurait pas touché. Mais Savannah n'avait jamais eu du mal à le convaincre, il cédait tout le temps. Ce qu'elle lui proposa lui plut assez. « Non, ne pars pas... » Ca ressemblait presque à une supplication. Il regarda Amélia puis la prit sur ses genoux. « Biberon, et au dodo. » Il attrapa le biberon et commença à la nourrir doucement. Il ne pouvait pas le faire souvent, mais pourtant Aldaric adorait ça. Sa petite princesse...

Le repas de la petite terminé – et le leur à peine commencé – Aldaric et Savannah allèrent la coucher ensemble. C'était un autre moment rare chez eux... La princesse avait sa chambre ici, il avait tenu à prendre un appartement assez grand pour qu'elle ait sa propre pièce. Elle n'était pas encore beaucoup décorée mais il comptait bien le faire un de ces jours. Pour le moment... c'étaient surtout des murs roses et un berceau blanc. Il l'embrassa plusieurs fois, Savannah aussi, puis la posa dans son lit. Aldaric n'oublia pas de brancher le babyphone – il était plutôt bien équipé – puis regagna le salon en compagnie de la jolie blonde. « Tu veux regarder quoi ? »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : cam'tagada
TES DOUBLES : Shea H. Taylor
TON AVATAR : Yvonne Strahovski
TES CRÉDITS : avatar by TAG
TA DISPONIBILITE RP : En recherche de RP :) N'hésitez pas à me MPotter !

Declan + Lawrence + Sujet commun + Théodore

RAGOTS PARTAGÉS : 4069
POINTS : 271
ARRIVÉE À TENBY : 14/04/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 ans (1er Mai)
CÔTÉ COEUR : Célibataire
PROFESSION : Chirurgienne
REPUTATION : C’est la fille ainée des Cartwright, celle qui suit Liam et l’a aidé à prendre soin de leurs frères et sœurs. C’est une jeune femme brillante, elle est résidente en chirurgie à Swansea ! Et elle a eu une petite fille récemment, seulement… Vous savez sans doute qu’elle s’est séparée de son fiancé, récemment. Oui, Aldaric Daire. Le psychologue.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah Dim 16 Aoû - 16:18



It's so hard to ask for help ?
ft. Aldaric & Savie
J'ouvre grand la bouche en feignant l'indignation puis je frappe Aldaric à l'épaule. « N'importe quoi ! » Personne n'est bien en ermite. Qui que nous soyons, nous pouvons apporter beaucoup aux autres si nous nous donnons la peine d'aller vers eux, mais c'est une tache difficile lorsqu'on est déprimés et que l'on a juste perdu l'envie d'essayer. « Mais j'avais perdu l'amour de ma vie, tu comprends ça ? Même si j'étais entourée, j'étais au fond du trou. Enceinte d'un homme qui ne m'a jamais aimée, comment tu voulais que je m'en sortes ? Nos situations sont différentes, mais comparables. En plus, je suis là, pas vrai ? Tu es entouré aussi. » Une personne contre le reste du monde... faible lot de consolation. Je ne peux rien faire contre ces rumeurs, contre ce qu'Aldaric entend au quotidien – ou lors de ses rares sorties – donc je ne me qualifierai pas comme une formidable alliée. Il y a bien mieux qu'une ex-fiancée qu'on a laissée comme soutien moral, sauf que je suis aussi son ancienne meilleure amie. Nous pouvons retrouver un peu de ce qu'on a perdu et les habitants de la ville n'y pourront rien. « Les gens disent ce qu'ils veulent. Ce n'est quasiment jamais la vérité et ça beaucoup le savent. Il suffit de faire la part des choses... Peut-être qu'on devrait sortir ensemble un jour, en public, pour montrer que tout va bien et qu'on est pas en froid. Ça aiderait probablement, et ça te ferait sortir. Tu peux être sur que le lendemain la moitié de la ville sera au courant. » Il est tellement dépité que je ne suis pas sure qu'il ne veuille faire ça. « On est pas obligés de subir les rumeurs, on peut aussi s'en servir. » lui dis-je pour le convaincre. Mrs Lloyd est la pire des commères à Tenby... chacun redoute ses apparitions tandis que les férus de potins les guettent pour obtenir un quelconque avantage, une information croustillante ou être dans les petits papiers de cette personne âgée. Oh je suis certaine qu'elle doit être gentille au fond... avec ses enfants et petits-enfants.

Les anti-dépresseurs peuvent être une solution à son problème. Pendant un temps du moins, couplé à une bonne thérapie. « Je peux t'en prescrire sinon. Mais tu devra quand même aller à la pharmacie, et en super médecin que je suis, il faudra que je vienne vérifier l'état de mon patient. » J'essaie de dédramatiser la situation en prenant un ton léger et en lui faisant un clin d’œil, mais ça me donnera aussi l'occasion de venir le voir régulièrement. « J'ai peur qu'il lui arrive quelque chose si je l'emmène au parc... elle est encore petite... tu voudrais venir avec nous ? » Et que pourrait-il bien arriver à notre fille si il la surveille bien ? Elle ne sait pas marcher donc il n'y a aucun risque qu'elle sorte de la poussette pour donner des cheveux blancs à son papa. Je souris, amusée par ses inquiétudes. Mais je ne devrais pas faire la maligne... la première fois que je suis sortie au parc c'était avec Liam et j'étais bien heureuse qu'il soit là. « Si, bien sur. On peut y aller demain. D'ici là il faut que tu te laves et que tu te rases. » Surtout que cette sortie sera relayée auprès d'oreilles intéressées et sera connue dès demain. Ce petit jeu m'amuse beaucoup, en tout cas. « Toi aussi, rien n'est perdu. »

Un métier dans le manuel, quelle idée m'est donc passée par la tête ? Il n'a jamais été bon bricoleur quand nous habitions ensemble. Toutefois un métier pareil aurait l'avantage de le changer totalement d'environnement. Je hausse les épaules, cherchant encore ce qu'il pourrait faire. Une reconversion ne s'improvise pas... ça se prépare et ça se réfléchit, il dispose d'un peu de temps avant de devoir vraiment décider quoi faire, je suppose. Un truc banal, sans responsabilités... ça sonne plutôt comme quelque chose de blasant. Ce n'est pas ça qui va améliorer cette déprime.

« Ce n'est pas à cause d'Amy, il est totalement à l'aise avec elle. Mais c'est juste qu'on a pas mal de temps à rattraper, et on ne se voit qu'en coup de vent. J'ai le sentiment qu'il y a quelque chose et à chaque fois que je veux lui parler je me défile parce que je ne veux pas perdre son amitié. » Jackson a une fille aussi. Ce dont il ne m'avait jamais parlé avant que je ne la découvre avec lui. Dire que j'étais choquée ce jour-là serait un euphémisme étant donné la réaction que j'ai eue. « C'est pathétique, je sais. J'ai l'impression d’être une ado. » Je laisse échapper un rire moqueur, le regardant donner le biberon à Amy d'une main experte avant que lui-même ne boive du lassi. « Je devrais venir plus souvent alors ! » Je lui lance, toute contente qu'il se nourrisse un peu même si ce n'est que du liquide.

Amélia termines son biberon alors que nous venons de commencer les victuailles qui trônent encore sur la table basse. Au moins il veut que je reste et que nous passions la soirée ensemble alors qu'il ne veut rien faire d'autre. Pour la première fois nous couchons Amélia ensemble dans la chambre qu'Aldaric lui a faite chez lui, elle nous regarde avec des yeux fatigués et quelque peu intrigués. Il faut dire que nous sommes à deux... elle n'en a pas eu l'habitude. Pas encore du moins, peut-être que ça arrivera encore. « Quelque chose de marrant ! Sex Friends ? C'est pas mal, et c'est marrant. A moins que tu ne préfères un film d'action comme un marvel ? Choisis ! » Nous sommes retournés devant la télé et je m'affale sur le canapé à coté d'Aldaric.

codage de coula.


Spoiler:
 

_________________

You're my little star ♡
» La solitude est un sentiment ressenti par tellement de gens, qu’il serait égoïste de le ressentir tout seul.. •• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah Mar 25 Aoû - 0:43

savannah ∞ aldaric
Aldaric rêvait du jour où leur séparation ne reviendrait plus sans cesse dans la conversation. C'était pour le moment inévitable : l'un ou l'autre en parlait toujours. Sans le faire exprès, parfois... En tout cas, grossière erreur de la part du psychologue qui venait de comparer leurs deux situations. Non, ce n'était pas du tout la même chose et il aurait dû se taire. « C'est vrai. Tu as perdu l'amour de ta vie, j'ai perdu un amant. Excuse-moi. » Il ne fallait pas oublier que Camille et Aldaric ne s'étaient pas fréquentés longtemps et que ça ne représentait presque rien dans une vie. Tandis que Savannah et lui... Il se mordit la lèvre, un peu honteux après tout ça. Mon dieu que ce serait utile de pouvoir manier le temps parfois, juste histoire de revenir en arrière. « Arrête de dire que je ne t'ai jamais aimée... c'est compliqué, tu le sais. T'étais ma meilleure amie... tu comptais pour moi. Tu comptes toujours d'ailleurs. » Savannah n'était pas seulement la mère de sa fille, mais également quelqu'un avec qu'il aimerait renouer. Profondément. Et ça se faisait petit à petit même si c'était délicat. Peut-être même que la jolie blonde se forçait à le faire pour le bien d'Amélia... c'était le mieux pour elle : des parents certes séparés mais qui avaient l'air de s'entendre. Ils avaient quelques années avant qu'elle ne comprenne vraiment ce genre de choses de toute façon, et les rapports qui liaient les gens entre eux. « Tu es là oui. Mais je m'en veux de te faire subir ça, parce que moi j'ai pas été foutu d'être là pour toi. Je me sens... minable. J'ai le temps de réfléchir en ce moment. Et c'est pas forcément la meilleure des choses. » C'était bien simple : si sa fille n'était pas là il ne serait plus là lui non plus. Il aimerait ne plus jamais l'appeler au secours, comme il l'avait inconsciemment fait en lui envoyant ce sms... Mais Aldaric savait d'avance qu'il ne pourrait faire autrement. Oui, elle était là, et heureusement.
« Je me fichais bien des commérages avant. Tant qu'ils ne nous touchaient pas... Je me vois pas faire face à tout ça. Pas tout seul... » Il soupira. Orchestrer une sortie pour montrer que tout allait bien entre eux... alors que ce n'était pas vraiment le cas. Les habitants seraient-ils assez dupes pour croire à un truc pareil ? « Je sais pas si c'est vraiment un bon plan. Je le sens pas... Ce serait comme jouer un jeu. » Et honnêtement il avait fait ça trop longtemps – la pire connerie de sa vie d'ailleurs. Se servir des rumeurs... bof, Aldaric n'était pas très doué à ce jeu.

Il aurait voulu s'épargner les anti-dépresseurs mais le psychologue commençait à ne plus avoir le choix. Aldaric ne voyait que du noir et il lui fallait clairement de l'aide pour s'en sortir. Une aide que Savannah ni personne d'ailleurs ne pouvait lui apporter, et qui serait sans doute mieux que l'alcool – qui finalement, finirait par devenir une mauvaise habitude chez le psychologue. « C'est vrai, tu ferais ça ? » Elle semblait vraiment parfaite avec lui. C'en était assez émouvant ! De quoi bien le faire culpabiliser une fois de plus... « Ce serait vraiment très gentil. Et puis oui, t'es la meilleure dans le domaine ! Tu passes quand tu veux de toute façon, tu le sais. » Encore plus maintenant qu'ils avaient une fille ensemble. Probablement qu'ils ne se parleraient plus aujourd'hui si Amélia n'avait pas pointé le bout de son nez... Aldaric ne regrettait en rien sa naissance. Les conditions de sa naissance, cela dit...
Il grimaça quand la jolie blonde lui fit remarquer qu'il manquait cruellement d'hygiène ces derniers temps. Hey, il n'était pas si dégueulasse que ça non plus... même si effectivement, il ne prenait plus le temps de s'occuper de sa barbe, ou de ses vêtements. Aldaric haussa les épaules. « Une journée pour faire tout ça, ça devrait suffire. Hein ? Promis... demain j'serais tout propre. Je suppose que tu vas pas venir vérifier dans ma douche de toute façon ? » Il n'avait pas besoin d'autant de surveillance, Aldaric n'était plus un gamin ! Quoiqu'on pouvait en douter finalement... « Tu n'as même pas trente ans Savannah. J'en ai presque quarante. » annonça Aldaric en poussant un long soupir. Il supportait mal de vieillir... dieu que c'était dur quand il trouvait de nouveaux cheveux blancs. « En plus avec une fille aussi jolie, j'ai pas fini de m'arracher les cheveux hein ! » Quand elle ramènerait son premier copain à la maison... Stop Aldaric, elle n'a même pas un an !

Ils en vinrent finalement à parler de Jackson et Aldaric ne comprit pas pourquoi les choses ne marchaient pas entre eux. Il avait bien vu que l'un ne rendait pas l'autre indifférent, et inversement. Il voulait qu'elle soit heureuse... mais ça ne semblait pas si facile que ça. Aldaric ne put que sourire en l'entendant. Elle redevenait l'espace de quelques instants comme sa meilleure amie, qui se confiait à lui pour avoir ses conseils. Bon... il n'était pas le mieux placé pour en donner actuellement mais il voulait bien essayer. « Tu devrais... On dirait à des ados de prendre leur temps mais nous tu sais... c'est pas pareil. En plus, je vois pas pourquoi tu perdrais son amitié. Ca se trouve tu passes à côté de quelque chose qui pourrait être génial. Et même s'il ressentait pas comme toi... bah on est des adultes maintenant. » Ca semblait si facile, à l'entendre ! En réalité il voulait lui donner du courage et de la motivation, mais déclarer sa flamme à quelqu'un, quand on n'était pas sûr de sa réciprocité... c'était plutôt horrible. Parler d'autre chose que de sa dépression, ça faisait du bien malgré tout.
« Tu es toujours la bienvenue ici. » Et sur ces belles paroles, ils allèrent pour la première fois coucher Amélia ensemble.

Aldaric avait une belle panoplie de films ; ils lui tenaient compagnie en ce moment. De ce fait il avait dû tous les voir deux ou trois fois. Il la regarda s'affaler sur le canapé et sourit doucement, se dirigeant plutôt vers le meuble pour sortir le premier film qu'elle avait proposé. Sex Friends, pourquoi pas. Il y avait peu de chance que ça le fasse rire... mais peu importait au fond. Ce qu'il voulait, c'était qu'elle reste près de lui encore un peu. Le brun ne tarda pas à allumer la télé, mit le DVD puis rejoignit Savannah sur le canapé. « C'est vraiment bizarre tout ça. » Il n'avait pas pu s'empêcher de le dire tout haut. « Ca faisait longtemps. » Un petit sourire triste... Puis finalement, distrait par le film, il mangea entièrement le repas que Savannah avait pris la peine de lui apporter.
Bonne soirée en prévision... enfin, une soirée calme en tout cas ! Sans prises de tête.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah

Revenir en haut Aller en bas

It's so hard to ask for help ? ♣ Aldaric & Savannah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-