AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Take A Bow ϟ Andy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3632
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Take A Bow ϟ Andy Mar 12 Mai - 16:26

Corrupt, you corrupt
And bring corruption to all that you touch
Hold, you'll behold
And behold and for all that you've done


Parking du Blue Bell – 22h25.

Tu sors du Blue Ball à pas lents, complètement éreintée. Ton infâme patron avait encore fait en sorte que tu termines ta journée tard et sur les rotules. Visiblement, il n'avait pas apprécié que tu prennes autant d'heures pour pleurer la petite Cassie et te les faisaient rattraper au centuple, malgré le soutien de Eirian et de tes autres collègues. Tu pousses un petit soupir en te dirigeant vers voiture. Il ne savait pas à qu'il s'attaquait. Non seulement, tu avais le mental nécessaire pour résister à ses pressions mais en plus, tu savais qu'il regretterait très bientôt de t'en être pris à toi. Nul n'attaquait Penny Collins en toute impunité. Cette phrase était tellement vrai qu'elle sera sans doute gravée sur ta pierre tombale quand tu quittera le monde des vivants... Tu t'installes au volant, contente de n'avoir que dix minutes de routes à parcourir pour rentrer chez toi. La fatigue émousse tes sens, tandis que tu enchaînes bâillements sur bâillements. Tu conduis lentement, peu désireuse de finir dans le décor. Tu t'éloignes du centre historique pour rentrer chez toi à Greenhill, passant près des remparts et sous la porte médiévale. Tenby est une petite bourgade calme, il n'y a presque personne dehors. La lumière de tes phares a beau balayer les rues sombres, l'ambiance est digne d'un film d'horreur. Mais les zombies peuvent arriver, tu ne risque rien, contrairement à toutes les blondes décérébrées des films du genre, tu es déjà dans ta voiture et tu as pris soin de verrouiller les portes avant de démarrer. On aurait put te qualifier de parano, mais cela semblait la précaution la plus élémentaire quand on avait autant d'ennemis que toi.

Au bout de quelques minutes, quelque chose te perturbe, sans que tu ne puisses dire quoi. Mais le sentiment s'intensifie jusqu'au temps que tu ne puisse plus l'ignorer.,De petites impulsions courent le long de ta nuque et de ta colonne vertébrale.  Quelque chose clochait. » Puis finalement, tu réalises et la peur s'intensifie. On te suit. La même Volkswagen noire est derrière toi depuis que tu as quitté le Blue Ball, roulant à une distance raisonnable de toi. Tu inspires. Ça ne peut pas être une coïncidence. Tu ne connais qu'une seule personne qui possède un tel véhicule. Et c'est précisément cette personne que tu as le moins envie de croiser à cette heure avancée de la nuit. Tu essayes de penser rationnellement. Avant de faire quoi que ce soit, tu dois vérifier ta théorie. Lentement, tu bouges un peu pour ton rétroviseur et regardes dedans. Jusqu'à maintenant, son angle d'inclinaison t'empêchait de voir le visage du conducteur de la Volkswagen à cause des phares... Mais là, tu la vois. L'image de la face de rat et du sourire horriblement satisfait d'Andrew Green s'impriment sur ta rétine. So. Il est bel et bien en train de te suivre, et il y a fort à parier que ses intentions à ton égard sont tout sauf bonnes. Maintenant que tes soupçons sont confirmés, tu dois agir. Tu donnes un brusque coup de volant sur la droite, modifiant ainsi ton itinéraire. Ta trajectoire est mauvaise, et tu manques de déraper mais ta petite Vauxhall tient le choc. Le cœur battant à la chamade, tu jettes un nouveau regard dans le rétroviseur, espérant qu'Andrew n'ait pas eut le temps de tourner aussi. Hélas, il est toujours derrière toi, et tu as l'impression que sa voiture s'est rapprochée de la tienne. Tes mains se crispent sur le volant, tandis que tu réfléchis à quelle conduite adopter, toute fatigue oubliée. Tu sais que la meilleure chose à faire serait de le semer mais quelque chose te dit qu'il est bien meilleur conducteur que toi... Toutefois, comme tu l'as déjà dit, tu n'es pas du genre à abandonner. Le jeu ne faisait que commencer.

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7896
POINTS : 2676
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Dim 17 Mai - 22:28

Hip Hip Hooray for me, you talk to me, but would you kill me in my sleep
lay still like the dead
from the razor to the rosary
I will avenge my ghost with every breath I take
I'm coming back from the dead and I'll take you home with me

Je ne comptais pas la suivre. Je ne comptais pas la revoir ni même parler d'elle volontairement jusqu'à la fin de mes jours. Je ne comptais pas sur ce que l'un de ces événements se produisent parce que je sais que la fin n'est que trop incertaine. Je déteste cette fille depuis le jour de notre rencontre et cette détestation n'a fait que s'accroître depuis ce jour maudit. Si je ne l'avais jamais rencontré, peut-être que ma montée dans l'échelle sociale de Tenby aurait été plus longue, mais au moins, mon secret serait toujours bien gardé et je n'aurais pas été à la diet pendant les longues semaines que j'ai vécu chez elle. Encore une fois, je suis le seul fautif… Si je n'avais pas écouté la conversation d'Addie, je n'aurais jamais eu vent de cette histoire montée de toute pièce par Penny et je n'y aurais pas joué le rôle second. Non, je ne comptais pas revoir Penny Collins parce que je ne sais toujours pas comment je vais me venger d'elle. Et me voilà, à rouler derrière sa petite Vauxhall sans vraiment savoir pourquoi ni même savoir où elle nous conduit - même si pour le moment, le chemin est familier et j'ai la nette impression qu'elle rentre chez elle. Je ne comptais pas la suivre, mais quand je l'ai vu sortir du Blue Ball, alors que j'étais en train de sortir du bureau de tabac en face du grand parking, je n'ai pas pu retenir mes jambes de se glisser dans l'auto pour jouer avec les pédales et accélérer jusqu'à la rattraper. Alors les deux première minutes passent lentement et sont ennuyeuses si bien que je me permets de fumer une cigarette au volant. Qui sait, peut-être que cette dose de nicotine atténuera mes envies assassines, mais je ne compterais pas trop là-dessus. Non, d'autant plus que ses envies s'intensifient à mesure que je suis derrière la Collins, bloqué à une vitesse bien trop lente. Ne connait-elle donc pas cette merveilleuse pédale à droite qui lui permet d'accélérer ? Je soupire d'ennui, même si intérieurement, la rancoeur gagne du terrain ; tellement de terrain qu'elle serait semblable à la taille du Wembley Stadium…

Enfin, elle se réveille et semble remarquer que quelque chose cloche. De l'intérieur de mon véhicule, je la vois changer la position de son rétroviseur grâce à la lumière des phrases qui offre un léger reflet préceptible une demie seconde : juste assez de temps pour faire la distinction. Elle aura mis le temps, mais je sais à présent que les choses vont devenir intéressantes. Un sourire étire mes lèvres et je jette ma cigarette qui touche à sa fin sur le bitume juste à temps car le Collins vire à droite, changeant de trajectoire et oubliant certainement de prendre en compte le poids de la force centrifuge. Bien calé dans mon siège, j'accélère et une main sur le frein à main, je donne un petit à-coup, le serre à peine, juste assez pour prendre le virage en faisant crisser les pneus et lui faire comprendre qu'elle n'est pas au bout de ses peines. Peut-être même que je laisse un peu de gomme sur le macadam.
Me voilà de nouveau derrière elle, prenant de la vitesse à chaque seconde, me rapprochant dangereusement de son pare-choc. Quelle sensation fantastique d'avoir l'impression de pouvoir enfin lui rendre la monnaie de sa pièce.
Pour une seconde, je me dis que ce serait tellement simple de la faire foncer dans le ravin… Surtout qu'elle ne cesse de nous éloigner de la ville et emprunte des rues plus propices à cette course, mais je repousse cette idée aussitôt car la tuer de façon aussi évidente ne reviendrait qu'à me renvoyer à l'ombre.
Pour l'aveugler, je mets les plein phares et j'espère la voir vaciller. Je continue d'avancer, encore et encore jusqu'à ce que ma voiture touche la sienne une seconde. Le moteur ronronne un peu fort, il n'aime probablement pas d'être aussi malmené, mais qu'importe. Je continue. Je veux lui faire peur, je veux qu'elle paye salement pour ce qu'elle m'a fait.

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3632
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Dim 31 Mai - 16:41

En général, tu es quelqu'un de très pragmatique mais ce soir, dans les ombres de la nuit, tu te laisses aller à un peu de naïveté et d'optimisme. Tu te dis que cette rencontre avec Andrew n'est qu'une coïncidence, et qu'il n'est pas en train de te suivre. Après tout, Tenby est une petite ville, il fallait bien que vous vous recroisiez un jour... Tu te raccroches béatement à cette idée de hasard, regardant de temps à autre dans le rétro pour voir si vos chemins se sont enfin séparés. Mais ce n'est pas le cas. Et plus tu regardes, plus tu as l'impression que ton poursuivant affiche un affreux sourire satisfait. Cependant, tu sais que ce n'est là que le fruit de ton imagination car tu ne peux pas voir son visage aussi distinctement à la lumière des phares... Puis tu donnes un brusque coup de volant sur la droite et tes espoirs s'évanouissent. Tu as vraiment tourné à la dernière minute, impossible que ce soit son itinéraire aussi. Surtout que le sombre crissement de pneu que tu as entendu n'est pas le fruit de ton imagination lui. Juste la preuve qu'il a dû tourner lui aussi brusquement pour te suivre. Tu voudrais penser à une manière rationnelle de te sortir de ce qui est en train de ressembler à une course poursuite mais ton cerveau ne fait que t'envoyer des signaux affolés. Car Andrew se rapproche inexorablement de ton pare-choc et pas de déni cette fois-ci, il ne vient pas pour te saluer. Le personnage n'est pas du genre hippie, à tresser des couronnes de blés en faisant l'école buissonnière... Bien que l'école, il n'a pas dû y aller beaucoup, vu le rustre...

Tu essaies d'accélérer mais la panique fait glisser ton pied sur la pédale. Mauvaise idée tant que tu es cet état, tu vas finir par lui faire plaisir de te tuer toute seule. Et puis honnêtement, tu sais que la petite Vauxhall n'en a pas beaucoup sur le capot. Une fois, tu avais voulu te rendre dans une ville voisine , un peu plus en hauteur que Tenby avec cette voiture et tu t'étais faite doubler dans toutes les côtes. Sans compter que tu avais eu le temps d'écouter 4 fois le CD d'Adèle avant d''arriver à destination... Enfin, le temps n'était pas aux regrets, c'était tout ce que tu pouvais te payer avec ton salaire de serveuse pourvue d'un patron radin. Quoique, tu étais prête à bosser plus pour t'offrir un 4x4 blindé pour tenir le psychopathe à distance... Psychopathe qui allume soudainement les pleins-phares, ajoutant à la cécité que provoque ta panique. Tu te baisses légèrement, essayant de voir la route mais à rien à faire, tu ne sais même plus où tu es. Tout ce que tu peux voir, c'est qu'il y a de moins en moins de réverbères et de maisons. Merde, tu t'éloignais du centre en plus... Il n'est plus la peine de t'exhorter au calme désormais, tu es fichue, en train de crever de peur. Si seulement, tu pouvais aller te garer dans la cour du commissariat. Mais par où était-ce ? Droite, gauche ?

Et soudain, il est sur toi. Tu ne le vois pas, mais tu le sens. La lumière des pleins phares se fait plus aveuglantes, le bruit des moteurs plus éclatants et c'est le choc. Tu pousses un hurlement tandis qu'il te touche, crispant les mains sur le volant, essayant de rétablir la trajectoire. Sans surprise, la Vauxhall ne fait absolument pas le poids face à la Volkswagen... Le choc n'a pas été très violent mais tu as suffisamment saisi la menace. Tu trembles de la tête aux pieds, tandis que les vibrations du choc se font ressentir dans ton corps. Était-il vraiment décidé à te tuer ce soir ? Allait-il revenir à la charge ? Son plan consistait-il à te mettre dans le fossé ? Tu ne savais pas ce qui pouvait se passer dans cette infâme tête mais malgré la panique, tu n'allais pas attendre de voir ce qui allait se passer. Hélas, tu n'es pas une pro de la conduite, tu ne sais absolument pas quelle attitude adopter. Alors tu suis ton premier réflexe, essayant d'avoir plus de contrôle sur toi-même. Tu accélères encore et encore, violant au passage plusieurs règles du Code la Route. Mais le premier flic qui viendrait t'arrêter, tu le bénirai de tout ton âme... Tout à coup, des chocs répétés te font comprendre que tu t'es engagée tant bien que mal sur une route pavée... Le centre historique ? Si c'est ça, tu vas fondre en larmes. Non seulement les pavés te ralentissent mais en plus, le coin est bourré de petites impasses, de sens interdits et autres horreurs. Et vu que tu es incapable de conduire normalement, il faut absolument que tu dépasses ce coin. Ta survie en dépendait apparemment.

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7896
POINTS : 2676
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Mar 9 Juin - 20:09

Hip Hip Hooray for me, you talk to me, but would you kill me in my sleep
lay still like the dead
from the razor to the rosary
I will avenge my ghost with every breath I take
I'm coming back from the dead and I'll take you home with me

Jamais je n'aurais cru ce petit jeu possible entre la blonde et moi, bien qu'elle ne doit pas considérer cette balade nocturne comme un jeu. Dommage pour elle car je m'amuse comme un petit fou le jour de son anniversaire. Je suis la Vauxhall de trop près, je l'aveugle, je lui fais perdre le contrôle et j'attends une ouverture pour pouvoir la dépasser sans encombre, ce que la route ne permet pas pour l'instant. Mais j'attends. Encore une fois, je sais être patient. Il ne manque plus qu'une chanson entraînante à fort volume pour que cette course soit parfaite. La trajectoire de la blonde ne s'améliore pas malgré les miles qui défilent sous les pneus, au contraire, je suppose que la Collins crispe ses mains sur le volant, rendant les roues trop réactives au moindre de ses tremblements. Et tremblante elle doit l'être vu comment elle a tendance à partir sur la voie de droite. Si seulement une voiture passait en face, elle m'éviterait le tracas d'avoir à la tuer et le ferait pour moi gratuitement vu la vitesse que nous avons atteint, mais malheureusement nous ne croisons personne. La route est aussi déserte que dans un film d'horreur, prédisant possiblement la fin de cette rencontre quelque peu spéciale et totalement imprévue.
Je suis toujours derrière Penny, cherchant un moyen pour la faire s'arrêter histoire que je puisse lui toucher deux mots sans envoyer ma Polo dans le fossé. Ce serait fâcheux qu'encore une fois, Penny remporte la main sans la moindre égratignure, mais connaissant les actions de la belle, je doute que son karma la laisse encore une fois s'en sortir indemne. Je l'espère.
J'essaye de saisir où la galloise a décidé de nous emmener, mais voyant la route qu'elle prend, je suppose qu'elle se laisse guider par son instinct, préférant renoncer à son sens de l'orientation carrément inexistant – il n'avait pas fallu bien longtemps pour s'en rendre compte en Croatie. Parfait ! Elle est sur le point de m'offrir une ouverture. Quand elle s'engage sur les pavés, je remercie les constructeurs Volkswagen de ne pas avoir fait la Polo trop basse ou trop sensible sinon les amortisseurs seraient en peine à l'heure actuelle. Le centre historique de Tenby… Rien de mieux pour qu'elle ralentisse découvrant les petites routes étroites et les priorités à droite entre autres. Personnellement, je ne suis pas vraiment satisfait de là où elle nous mène car nous risquons d'avoir un peu plus de témoin qu'en pleine forêt. Qu'importe, je suis lancé et plus rien de peu m'arrêter sauf une panne de moteur ou un réservoir d'essence vide, mais l'avantage d'être mécanicien, c'est que ces petits entretiens des automobiles sont devenus des automatismes me permettant de prendre la route sans me soucier de ce qu'il pourrait se produire. Alors quand je vois qu'elle tourne dans une impasse – s'en rend-t-elle seulement compte? – j'en profite pour prendre le virage plus large et la dépasser à vive allure. C'est une rue commerçante et par chance, les commerces sont fermés à cette heure tardive. Je dépasse la voiture de Penny, serre le frein à main pour que la voiture fasse un tournant à 90° de façon à ce que s'il y a collision, je ne sois pas touché et que ça ne soit que la carrosserie qui prenne. Je crois l'entendre freiner, mais 3 ; 2 ; 1 ; collision. Ca n'a pas loupé. Ce n'est pas brutal, j'étais préparé et je ne subis pas le fameux coup du lapin. Je secoue la tête quand même et j'attends deux ou trois secondes avant de sortir de l'habitacle.
Avec calme et nonchalance, il est temps de s'adresser à Penny quand j'avance vers sa voiture dans laquelle elle ne semble pas vouloir sortir.
« Come on, Penny, t'es une grande fille, tu peux sortir de là. »
 
Ironique et sans même chercher à croiser son regard, je vais jusqu'à l'arrière de ma voiture pour y attraper la batte de cricket que je garde constamment au cas où je retombe sur une Daisy folle furieuse qui veuille retenter de massacrer mes feux. Je sors la batte et lance enfin un regard amusé à Penny qui n'a franchement pas l'air rassurée. Je souris même, alors que je représente le méchant, la menace, celui qui ne veut du bien à personne.
« Tu fais ta timide, Penny ? Qu'est-ce qui t'arrive ? »
 
La côtoyer m'a en effet appris à connaître un peu plus la galloise et je sais qu'elle ne loupe aucune occasion d'ouvrir sa grande gueule. Je m'approche toujours d'elle d'un pas modéré et sans plus la regarder je grimpe sur le capot de sa Vauxhall. La batte en main et debout sur le capot, je me mords la lèvre, sachant que je m'apprête à apprécier grandement cet instant précieux et après une pause minime, je me penche pour donner des coups puissants sur le capot, ne tenant absolument pas à ce que sa voiture puisse redémarrer.

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3632
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Jeu 11 Juin - 18:41

Tu continues de perdre du terrain, Andrew est de plus en plus proche de toi. Si tu étais croyante, ce serait probablement le moment où tu commencerais à prier. Mais tu n'as jamais cru en rien si ce n'est tes propres capacités à te sortir des situations les plus épineuses. Hélas, tu es forcée de constater que tu as un peu surestimées ces dernières dans le domaine des poursuites dignes d'un mauvais film de gangster. Tu ne sais plus quoi inventer. Clairement, tu ne peux pas continuer comme ça mais que faire ? Recommencer le coup du virage en tête d'épingle ? Pas très efficace la première fois mais tu n'as rien de mieux alors... Et puis, cette fois ci, les pavés dissuaderont peut être ton poursuivant de refaire une manœuvre aussi dangereuse... Sans plus y réfléchir, tu raffermis ta prise sur le volant, priant pour que la sueur sous tes doigts ne les fasse pas glisser et tu tournes brusquement. Ta trajectoire est plus affirmée que la première fois. L'instinct de survie semble peu à peu reprendre le dessus sur ta peur. Tu sembles avoir compris que te concentrer sur la conduite t'aide à faire abstraction du reste. Et puis cette deuxième tentative semble plus concluante que la première, car dans ton rétroviseur, tu ne vois plus ton assaillant. Pour la première fois depuis que tu es sortie du parking Blue Ball, une bouffée d'espoir t'étreint. Malheureusement ce sentiment merveilleux ne dure pas. Un mouvement dans ton champ de vision périphérique attire bientôt ton attention et tu te rends compte que non seulement tu n'as pas semé Andrew mais qu'en plus, il a bien mieux tourné que toi et est ainsi en train de te doubler. Il te dépasse vite, tu ne vois pas son visage mais tu comprends que tu t'es faite piégée comme une bleue. Car au même moment, tu prends conscience de la configuration des lieux. Une successions de petites rues en T la plupart étant des impasses. S'il avait voulu te tendre un piège, il ne s'y serait pas mieux pris. Et toi tu as fais n'importe quoi, comme le démontre le mur qui se trouve derrière toi. En tournant, tu l'as aidée à refermer la nasse. Dans un frisson d'horreur, tu mets la dernière pièce du puzzle en place. Il ne lui reste plus qu'à mettre la voiture en travers de la route pour que tu n'ais plus de moyen de t'échapper. Et il ne s'en prive pas. Tu essaies de freiner en écrasant l'accélérateur mais il est trop tard.

La collision te paraît brutale, le choc plus violent que tout à l'heure. L'avant de sa voiture tape bruyamment le côté de la sienne sans que la Polo n'en paraisse ébranlée. La Vauxhall, c'est une autre histoire. La carrosserie émet un cri plaintif tandis que le moteur se coupe brusquement. Mais aucune chance que le bruit attire quelqu'un, personne ne vit dans ces rues. Ta ceinture de sécurité t'empêche de passer par le pare-brise et d'atterrir sur les genoux d'Andrew mais te coupe quand même le souffle. Tandis que tu essaies de retrouver celui-ci, le silence retombe. Plus de halètements, de crissements de pneus, de bruits moteurs, seul le bourdonnement dans tes oreilles. Le seul indicateur comme quoi tu es encore en vie, ce sont les voyants lumineux du tableau de bord. Mais ce calme nouveau est trompeur, tu le sais. La partie la plus terrifiante de la soirée va commencer maintenant. Tes yeux sont humides mais tu refuses de laisser couler les larmes et de montrer ta peur, ta faiblesse. Andrew, tel le chien qu'il est, le flairerait instantanément. Tu dois lui tenir tête malgré ta position d'infériorité. Hélas pour une fois, tu t'en sens bien incapable. Tu gardes la position voûtée que ton freinage d'urgence t'as fait adopter, ne voulant pas relever la tête. Tu entends alors un claquement de portière et la voix sonore d'Andrew qui trouble le silence nocturne. « Come on, Penny, t'es une grande fille, tu peux sortir de là. » Le ton provocateur de sa voix ne suffit pas à te faire bouger. Et pour toi même, tu secoues frénétiquement la tête de droite à gauche. Aucune chance que tu lui fasses face. Pas quand il est habité par cette rage froide qui l'avait poussé à te traquer et à te piéger dans ce coupe gorge. Et ta gorge, ça ne faisait aucun doute qu'il voulait sincèrement te la couper.

Soudain, ses pas s'éloignent. Mais tu ne refais pas l'erreur d'avoir de l'espoir. Il n'est pas parti juste parce que tu as fermé les yeux. Non, tu te forces à relever la tête pour voir quelle nouvelle saloperie il prépare. Tu n'es pas déçue. Un horripilant sourire de triomphe sur le visage, il sort de son coffre une batte de base ball. Tu sens ton sang se glacer un peu plus, à condition qu'une telle chose soit possible. Il allait casser tes vitres et t'atteindre. Ce n'était qu'une question de minutes à présent. Vite, tu cherches à tâtons ton téléphone pendant que les invectives continuent. « Tu fais ta timide, Penny ? Qu'est-ce qui t'arrive ? » Tu ne réponds pas, soudainement frappée par une révélation. Tu ne peux appeler personne. Pas la police. Car s'ils coffrent Andrew, ce dernier n'aura plus rien à perdre et t'entraînera dans sa chute. Et puis pas un de tes proches non plus. Il n'y a que trois personnes susceptibles de coller une bonne dérouillée à cette petite merde dans ton répertoire. Nate, Romeo et Liam. Mais il se trouve que tu les aimes et que tu ne veux pas leur faire courir le risque d'un face à face avec ce psychopathe... BAM ! BLAAAANG ! Tu sursautes violemment. Debout sur ton capot, Andrew est littéralement en train de l'enfoncer avec un rire sadique. Tu ne songes pas aux dégâts matériels, tu ne peux pas. Pas tandis que tu as l'impression de vivre tes derniers instants. La terreur devrait te paralyser mais tu n'as pas envie de mourir. Tu ne vois donc plus qu'une solution pour retarder l'échéance... Après tout, Andrew l'a presque demandé. Tu dois lui parler, le distraire de ce qu'il a prévu pour toi. Quoi que ce soit. Tu entrouvres la vitre. Pas plus de deux millimètres mais ça suffit à te foutre la trouille de ta vie. Pourtant, il y a des accents bravaches dans ta voix quand tu prends la parole. " Pour que je sois timide face à toi, il faudrait que tu me fasses un quelconque effet... Espèce de fumier ! Dégages de ma caisse ! " L'usage d'un vocabulaire on ne peut plus vulgaire ne suffit malheureusement pas à dissimuler les tremblements de ta voix tandis que son regard croise le sien. Il a l'air comme fou, vraiment. Néanmoins, tu enchaînes. Ne pas montrer sa peur, tu avais dû voir ça dans un documentaire animalier. Et puis en joutes verbales... Tu étais meilleure qu'en conduite. " Je me demandais quand tu allais remontrer ta face de rat ! C'est donc sa ta vengeance ? Tu continue de croire que je suis responsable de tes malheurs ? Et bien je suis désolée mais ce n'est que de ta faute. Tu es le seul responsable. Je t'avais prévenu de ne pas jouer dans ma cour. Tu m'as attaquée, assume les conséquences autrement qu'avec tes vieilles méthodes de taulard. " Ta voix est stridente et ton propos perd de sa cohérence. Tu n'es même pas certaine que ta stratégie est payante. La provocation le pousserait-il à engager la discussion que vous n'avez jamais eue après le restaurant ou allait-elle au contraire le mettre encore plus en colère ? Tu tentes un dernier coup de bluff dans le doute, brandissant ton portable bien haut, comme si tu étais prête à appeler quelqu'un pour lui faire peur. Tu n'ignorais rien du sort de William Hardy et tu ne voulais pas finir comme lui...

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7896
POINTS : 2676
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Sam 13 Juin - 1:09

Hip Hip Hooray for me, you talk to me, but would you kill me in my sleep
lay still like the dead
from the razor to the rosary
I will avenge my ghost with every breath I take
I'm coming back from the dead and I'll take you home with me

Quel instant glorieux, magistral, fantastique, orgasmique. Je suis sur le point de défoncer la caisse de Penny Collins juste pour me venger des révélations qu'elle a bien pu faire à mon sujet. A notre sujet, à moi et Jean. Ce n'est qu'un dégât matériel que je m'apprête à faire (et peut-être moral, j'espère), mais dieu que c'est satisfaisant de la voir à la limite de se faire dans le pantalon. Certes, ma voiture n'en sort pas indemne non plus, mais je suis persuadé qu'elle va redémarrer sans soucis. Et j'ai raison. Penny n'a rien touché d'important. Un peu de tôle, mais rien de bien méchant alors qu'elle a certainement foutu en l'air le radiateur de son auto en me fonçant dedans. J'adore avoir le pouvoir. C'était quelque chose qui me plaisait dans la fausse relation que nous entretenions. Je la faisais chanter, alors j'avais le pouvoir. Et même si aujourd'hui, les rôles ont eu le temps de s'inverser, de se mélanger, de se perdre et de s'évaporer, les choses reviennent à la normale dès à présent. Je vais lui faire comprendre qu'elle n'aurait pas dû se rebeller comme je lui avait fait bien comprendre qu'elle n'y gagnerait rien le jour de notre rencontre où je n'ai pas hésité une seconde à en venir aux mains, la frappant au visage pour qu'elle ferme son claque-merde. J'ai déjà eu affaire à une poukave, je n'avais pas besoin d'une hystérique folle furieuse et c'est malheureusement l'exact rôle dont elle s'est affublée. Pour ça, elle m'est redevable. Je laisse patienter la blonde en évoluant lentement dans l'impasse. D'abord en direction du coffre pour ressurgir de nul part et monter sur le capot de sa voiture déjà bien accidentée. J'en ris, d'un rire qui pourrait moi-même m'effrayer si je n'étais pas perdu dans cette étrange euphorie.
Sur ce ton hypocrite, je lui demande de sortir, de parler et d'arrêter de jouer la pimbêche blondasse un peu écervelée qui n'est bonne qu'à pousser des cris, même si je sais que ce n'est pas son genre : la preuve en est même qu'elle ne s'époumone pas comme toutes ces blondes dans les films d'horreurs à deux francs alors que je donne des coups de façon répété sur son capot, attendant de le voir s'enfoncer encore et encore. Non, elle n'a pas crié, et au final je n'ai pas fait attention à sa réaction, bien trop occupé à me défouler. Je n'ai plus l'impression qu'une réponse de la part de Penny soit possible, mais à force d'acharnement elle décide tout de même de faire entendre sa verve malgré son oeil inquiet. J'en ris de plus belle et je roule des yeux en secouant la tête. Penny reste fidèle à elle-même, attaquant sans vergogne, insultant et blâmant à tout-va.  
La batte tenue fermement, j'arrête de m'acharner sur le capot, préférant la laisser glisser sur le pare-brise, lui laissant penser que je suis sur le point d'essayer de briser la vitre, mais je préfère remettre les pieds sur terre, sautant du capot pour atterrir sur le bitume. Je m'approche de la galloise, remarquant au passage les quelques centimètres ridicules qu'elle a laissé entrouverts. J'avance  jusqu'à son niveau, doucement de préférence parce que je ne risque pas d'avoir un autre moment de la sorte servi sur un plateau d'argent et il est clair que j'ai besoin d'en savourer chaque seconde. Je m'appuie sur la voiture, fixant Penny dans le blanc des yeux comme jamais je ne l'ai fait auparavant. Tout sourire a disparu parce que je n'aimerais pas qu'elle prenne cette petite entrevue pour un jeu. Ce même sourire est alors remplacé par un masque de marbre, un masque sérieux que je n'adopte que rarement.
« Ah ouais ? Aucun effet ? » Aussi vif qu'un courant d'air, j'éclate le rétroviseur sur lequel je m'appuyais encore un millième de seconde plus tôt. « T'es sûre de ça ? »
 
L'opération se fait sans lâcher la blonde des yeux et je me mords la lèvre après coup, essayant de contenir l'excès de rage dont je suis empreint. Je ne la crois pas. Elle a un coeur de pierre, ça c'est certain, mais elle ressent la peur, elle déteste ce sentiment d'infériorité. Pour avoir vécu avec elle, je sais comment la demoiselle résonne – du moins, un peu – et je sais que son instinct de survie la marque au plus profond de son être. Elle est égoïste. Elle a peur pour elle. Et pour elle uniquement. Alors qu'elle arrête de propager ses mensonges pour essayer de me faire perdre la face car ce soir, je ne crois pas être d'humeur à prendre des gants. Je me remets en marche, longeant le véhicule à pas lents, et lui répondant d'une voix ferme.
« Tu m'avais prévenu, exact. »
 
Et BAM, un coup dans la vitre arrière côté conducteur. Un coup de manche pour faire plus d'effets, pour que la fissure soit plus impressionnante. Et j'ai l'impression qu'elle l'est, même si j'aurais besoin d'encore un coup très puissant voire de deux pour la briser en éclats. Je me remets en marche.
« Mais t'sais que j'ai un problème avec l'autorité et tout ça. Assumer ? Non, j'sais pas faire. »
 
Et un nouveau coup sur le pare-brise arrière pour rester dans l'ambiance sordide que je m'applique à proliférer. Et ainsi s'ensuit mon tour autour de sa voiture, donnant à chaque fois de violents coups de batte dans les vitres pour les fissurer. Quand j'arrive au niveau du deuxième rétroviseur, je m'en donne à coeur joie, adoptant la position du batteur dans un match de cricket. Bowl. Et le rétroviseur se détache, s'arrache, s'envole en plusieurs morceaux de plastique et de verre au bout de l'impasse. Un instant, j'en oublierais presque que Penny se trouve dans la voiture que je m'amuse tant à mettre en pièces, jusqu'à ce qu'elle me montre son téléphone de son habitacle plus vraiment sécurisant pour m'intimider. J'hausse un sourcil, pas pour autant alarmé.
« Tu crois faire quoi avec ça ? Contrairement à toi, je peux m'enfuir à vive allure. Et crois moi, si je voulais te tuer, j't'aurais foutu dans un fossé sans prendre la peine de me salir les mains. Ou ma Polo. »
 

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3632
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Ven 19 Juin - 19:24

Tu regardes Andrew sauter sur ton capot comme un gosse dans un château gonflable et tu réprimes un fou rire hystérique immédiatement suivi d'un terrible moment de recul. Tout à coup, la scène semble se dérouler au ralenti. Tu fermes les yeux une nouvelle fois. Comment les choses avaient pu en arriver là ? Si seulement Addie n'avait pas découvert ton secret, ce psychopathe n'aurait jamais croisé ton chemin... Le psychopathe en question te lance un nouveau regard et tu comprends que la liste de tes regrets risque de toute façon de s'allonger dans les minutes qui suivent. Les coups de batte sont à présent donnés sur le pare-brise sans que tu ne puisses rien faire d'autre que te pétrifier. Tu guettes l'horrible bruit de bris de verre mais rien ne vient. Soudain, la voiture remonte tandis que Andrew saute du capot pour regagner la terre ferme. Tu lances une brève prière pour qu'il s'éclate la gueule sur le béton dans le processus mais rien de tel se produit. Il vient s'appuyer contre la portière, soufflant son haleine pourrie par le dérisoire interstice que tu as laissé en ouvrant la fenêtre. Puis il se remet en mouvement, te faisant payer chaque mot de défi que tu as osé proférer, te faisant bien comprendre qu'il ne te croit pas quand tu prétends que sa présence sur ta voiture ne te fait aucun effet. Il te fait à nouveau sursauter en brisant ton rétro côté conducteur. Tu enfonces tes ongles dans les paumes de tes mains. A ce moment précis, tu es au bord du gouffre, sur le point de craquer tandis qu'il continue à frapper tout ce qui est en verre sur ta voiture. Il sait que tu as peur et à partir de là, tu es foutue. Rien de ce que tu pourra dire ne le détournera de son entreprise de destruction. A part peut être si tu le supplies, mais tu préfères qu'il te défonce le crâne avec sa batte plutôt que de se rabaisser à une telle extrémité. Petit à petit, tu assimiles l'horrible vérité... Tu es à sa merci et ce cauchemar s'arrêtera quand il l'aura décidé. Et vu le pied qu'il a l'air d'être en train de prendre, tu sens que ce moment n'est pas venu. Jamais tu ne l'a vu aussi heureux... aussi arrogant... et aussi dangereux.

A un moment donné, il daigne tout de même d'entrer dans la conversation que tu essaies d'instaurer pour détourner son attention. « Tu m'avais prévenu, exact. Mais t'sais que j'ai un problème avec l'autorité et tout ça. Assumer ? Non, j'sais pas faire. » Pendant qu'il parle, tu jettes un coup d’œil furtif dans le rétroviseur. Toutes tes vitres semblent fissurées. Étrangement, ça te donne un peu d'espoir. S'il n'assène pas le coup final, c'est peut être qu'il ne veut pas réellement t'atteindre ? Juste te faire peur ? De toute façon, s'il te tue, il sera en tête de la liste des suspects. C'est le seul réconfort que tu peux trouver actuellement tandis que ton ennemi juré remporte cette bataille contre toi. Néanmoins, colère, frustration, peur et choc ne t'empêchent pas de lui répondre. Le fiel verbal, c'est tout ce qu'il te reste. " Oui, c'est vrai, il faut être un homme pour assumer. Toi tu es moins que ça." Et puis clairement, il n'arrivait pas à tourner la page. Ce petit épisode le prouvait tout comme le fait qu'il avait suivi Jean à Tenby après leur histoire de braquage. Il n'assumait pas mais il n'oubliait pas non plus. " Mon pauvre, il n'y a pas qu'avec l'autorité que tu as un problème... Mais je ne vais pas te faire une séance de thérapie gratuite alors que tu es en train de défoncer ma bagnole. J'espère que tu t'éclates au moins. Parce que je n'en resterai pas là, tu peux en être certain." Ces propos railleurs te coûtent ton second rétroviseur et pour un coup, tu te demandes en quoi tu avais besoin de proférer de nouvelles menaces. Tu n'étais clairement pas en position de le faire. De toute façon, il les balaie, n'hésitant pas à rire franchement lorsque tu le menaces de ton téléphone. S'en est trop. Tout à coup, tu comprends que tu as épuisé tes dernières ressources. Tu détestes être coincée comme ça, être son joujou et attendre qu'il se lasse. Chaque coup qu'il assène sur tes vitres semble directement se répercuter sur tes nerfs. Le verre ne cède pas, mais toi si. Tu ne peux plus rien réprimer quand il revient vers toi batte sur l'épaule après avoir assassiné ton dernier rétro. Oublié le sang froid, place à l'hystérie. Et ce, même s'il a eu la courtoisie de te dire qu'il ne te tuerait pas en fin de compte. Tu te te mets à marteler ton volant et ton tableau de bord de coup de poings, tandis que tes pieds s'agitent frénétiquement. " Tu ne veux pas discuter de ce qui s'est passé au resto, tu ne veux pas me tuer alors CASSE TOI !!!!! TIRE TOI !!! LAISSE MOI TRANQUILLE ! LAISSE MOI TRANQUILLE ? TU M'ENTENDS ? TIRE TOI !!" Tu viens de lui donner ce qu'il voulait en quelque sorte. Craquer de la sorte ne te ressemble pas mais tu n'en peux plus. Trop d'émotions depuis le début de la course poursuite, tu ne peux plus en supporter une de plus. T’époumoner te semble tout à coup, la seule chose que tu puisses faire. Peut être que ça l'agacera et qu'il se tirera. Fini, c'est fini, ça va finir, ça va peut être finir.


_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7896
POINTS : 2676
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Lun 22 Juin - 23:27

Hip Hip Hooray for me, you talk to me, but would you kill me in my sleep
lay still like the dead
from the razor to the rosary
I will avenge my ghost with every breath I take
I'm coming back from the dead and I'll take you home with me

Si ce sont mes pieds qui avaient pris le contrôle de ma voiture quand j'ai croisé la Vauxhall de Penny par hasard sur la route, à présent, ce sont mes mains que je ne dirige plus et qui contrôlent tous ces gestes violents. Je frappe, je donne des coups à en avoir les jointures blanchies et les paumes rougies. Je change de main, parfois, pour être plus efficace, pour laisser du repos à l'autre ou alors j'utilise les deux, aussi. Je fais le tour de la voiture, lentement mais sûrement, laissant à chacun de mes pas un souvenir dont Penny risque de se souvenir jusqu'à la fin de sa vie (en espérant que sa misérable vie sur terre ne soit pas encore bien longue car cette femme est un poison pour l'humanité). Je lâche ma rage, je l'extériorise comme si j'avais été un lion en cage pendant des années et qu'enfin j'avais l'occasion de m'en prendre à mon oppresseur, de me venger et de faire éclater au monde entier que je suis enfin libéré de son emprise. L'emprise, de Penny je me l'a suis infligé moi-même et quelle erreur ç'a été.
Impavide, je prends ma revanche sur la Collins sans aucune pitié, me donnant au maximum de mes capacités pour lui faire peur. Mais encore là, cette salope continue à ouvrir la bouche et à déverser son venin haineux censé me remettre en question. En fait, elle n'a rien de la pimbêche aux ces cris suraiguës, parce que celle-ci, on s'en débarrasse rapidement en général alors que la blonde là est plutôt semblable au méchant de n'importe quel film : increvable. Et je me fais la promesse solennelle et silencieuse de parvenir à l'achever avant la fin de la nuit. Intérieurement, comme à chaque fois que ma supposée ex-dulcinée prend la parole, j'ai envie de lui hurler de se la fermer. Encore aujourd'hui quand elle continue de m'insulter. L'ignorer me coûte beaucoup, mais je préfère ne pas m'abaisser à son niveau. Je n'ai jamais été un grand parleur, de toute façon. J'ai toujours préféré les actions aux mots. Et ça, elle pourra en témoigner, maintenant. Pourtant, quand elle poursuit, j'ai l'oreille tendue et je l'écoute malgré tout alors qu'elle laisse entendre qu'elle se vengera. Et ça, je ne peux pas le laisser passer sans y répondre.
« Evite de promettre une vengeance alors que j'ai encore la possibilité de te faire disparaître, Penny. Je te savais stupide, mais pas à ce point. Surtout maintenant que t'as vu mes talents de batteur. »
 
J'ai certes dit que je n'allais pas la tuer, mais après tout, un plan est fait pour être modifié, changé, adapté. C'est bien à cela que servent les plans B, C et D. Et si j'avais commencé à la suivre sans être préparé, le plan s'est dessiné tout au long de cette course poursuite dans les rues de la campagne galloise et est très simple : la suivre, trouver un moyen de l'arrêter, lui faire peur, lui donner envie de vouloir crever, repartir, revivre. Dans le fond, nos voitures ne sont que des dommages collatéraux, mais ça ne m'empêche pas de m'en donner à coeur joie pour ce qui est de la destruction de la sienne. Et bizarrement, je pense que ça ne sera pas dans le garage de Tenby qu'elle viendra faire les réparations. Si jamais, elle compte la faire réparer.
Je continue de m'amuser, puis retourne vers elle quand elle me montre son téléphone qui est censé joué le rôle d'une arme quelconque. Ce que Penny ne comprend pas et ce que du coup, je m'apprête à lui faire comprendre, c'est que je n'en ai rien à faire. Elle m'a déjà tout fait perdre et j'ai déjà utilisé son détective favori comme punching-bag. Elle est là seule à pouvoir perdre quelque chose : sa réputation. Et je crois que dans sa position, elle ne peut pas se permettre de s'en passer. Comment réagirait le bon peuple du village s'il venait à apprendre que la Collins n'a jamais porté d'enfant et que jusqu'au bout, elle a joué la comédie, allant jusqu'à gratter des jours de congés. Et on dit que je n'ai pas d'âme ? Qu'en est-il de cette sorcière incapable de montrer son vrai visage à quiconque ?

Et là, c'est le coup de grâce. Devant cette désinvolture face à son téléphone, elle craque. Elle craque comme je ne l'ai jamais vu craquer. Elle martèle l'intérieur de sa voiture comme si sa vie en dépendait, comme si elle avait besoin pour respirer. Et là, je sais que j'ai gagné. Je lui ai rendu la monnaie de sa pièce le soir du restaurant. Elle s'époumone, aboie, demande. J'ai gagné. Vraiment. Je reste immobile deux seconde devant la galloise qui semble avoir un regain d'énergie pas croyable  et je l'écoute cracher sa prose. Stupéfait de la voir dans cet état, transcendée par autant d'émotions, je range ma batte sous le bras et j'émets quelques applaudissements ironiques. Et dire que je croyais que cette femme était un robot incapable de perdre son sang-froid. Qu'est-ce que c'est bon de voir qu'elle est comme tout le monde : effrayée, affolée, petite
« J'vais te laisser, mais pas parce que tu me le demandes si poliment. Ta bagnole n'a plus rien à défoncer et j'ai eu ce que je voulais. »
 

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3632
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Mer 24 Juin - 22:19

Tu avais toujours pensé que Andrew Green ne possédait aucun talent mais tu étais bien obligée de constater que tu t'étais trompée : il aurait pu faire un batteur d'enfer. Ses gestes étaient d'une terrible précision et ses coups faisaient mouche à chaque fois. Le verre volait de toute part, à peine couvert par ses éclats de rire triomphants. En même temps, il s'agissait juste de frapper, pas réfléchir. Finalement, ce n'était pas si étonnant qu'il excelle... Quant à toi, tu subis. Tu as renoncé. Tu ne calcules plus les dégâts, tu ne cherches plus des idées pour t'échapper ou te venger, tu attends simplement qu'il termine. Tu te contentes de surveiller du coin de l’œil ses mouvements, gardant en tête qu'à n'importe quel moment, il peut briser la fragile barrière qui te sépare de lui et poser la main sur toi. Hélas, ta vision est bien trouble tandis que des larmes hystériques glissent sur tes joues. Cependant, ton ouïe est intacte et tu peux ainsi profiter de la répartie de ton assaillant. « Evite de promettre une vengeance alors que j'ai encore la possibilité de te faire disparaître, Penny. Je te savais stupide, mais pas à ce point. Surtout maintenant que t'as vu mes talents de batteur. » Un frisson te secoue de la tête aux pieds quand il parle de te faire disparaître. Il n'oserait tout de même pas ? Non, tu ne peux pas le croire. Tu ne dois pas le croire, sinon le peu de raison qu'il te reste disparaîtra. Il fait juste ça pour fanfaronner, pour te faire comprendre à quel point tu es vaincue. Et vaincue, tu l'es. Tu ne répliques pas pour une fois. Alors que tu viens quand même de te faire appeler stupide par la preuve vivante que l'évolution peut aller en sens inverse. L'ironie n'avait plus de limites, tout comme Andrew Green.

Tu continues de t’époumoner, de t'abîmer dans les affres de folies et de peur pendant une durée que tu ne peux même pas estimer. Tu t'étais promis de ne plus jamais être une victime mais ce soir, il avait réussi à te faire mentir. Désormais immobile, il te fixe avec une jubilation presque douloureuse à regarder. Il savoure sa victoire, il savoure le fait que tu ais peur de lui, que tu ais totalement craquée. Il t'applaudit alors que pour une fois, tu ne joues pas. Hagarde, tu cesses de frapper ton tableau de bord pour croiser une ultime fois son regard. Tu y lis aussi facilement que dans un livre ouvert. Vous avez beau être des ennemis jurés, tu le connais bien. Pire, tu reconnais cette fierté dans ses yeux, cette volonté de prendre sa revanche, ce refus de plier les genoux. Lui et toi, vous êtes pareils. Et c'est pour ça que ça ne terminera jamais entre vous. Cependant, il donne au moins le top final pour ce soir. « J'vais te laisser, mais pas parce que tu me le demandes si poliment. Ta bagnole n'a plus rien à défoncer et j'ai eu ce que je voulais. » Il n'y a rien à ajouter. Tout est dit. Il a gagné. Tu as eu la trouille de ta vie. Il tourne les talons, s'en allant dans un pas tranquille, la batte se balançant le long de ses jambes. Il remonte dans sa voiture, qui démarre sans encombres, comme s'il ne t'avait pas emboutie. Tu guettes une baisse de ton rythme cardiaque, de ta tension ou du taux d'adrénaline qui court dans tes veines mais ton corps ne se remet pas de ce qui vient de se passer. Toi non plus. Tu n'arrives pas à croire qu'il est parti, même toute seule dans le noir, sans la lumière de ses pleins phares pour t'aveugler. Tu as peur qu'il revienne, tu ne peux pas le nier. Tu dois partir d'ici, et vite. Mais tu n'as pas la stupidité d'essayer de mettre le contact. Alors dans un dernier élan de lucidité, tu empoignes ton téléphone, redevenu utile, pour envoyer un SOS au seul qui peut t'aider. Tu ne tentes même pas un appel, il serait fort probable que Nate ne comprenne rien au milieu de tes sanglots et de tes cris. Heureusement, il répond rapidement. Tu essaies de ne pas paraître trop alarmée, et un peu polie. Quand tu es enfin certaine qu'il va venir, tu lances ton portable sur le siège conducteur et colle ton front sur le volant, juste en dessous du klaxon.  Puis tu fais la seule chose qui te paraît appropriée : tu fonds en larmes, ou plutôt tu laisses couler ces dernières de plus belle.

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7126
POINTS : 3952
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Jeu 25 Juin - 21:24

When your fire's died out
No one's there
They have left you for dead


La nuit est calme, je me couche de bonne heure en écoutant de la musique, la chaîne hi-fi ayant été programmée pour s'éteindre automatiquement dans une heure. Je me laisse bercer par les mélodies, profite de chacune des notes jouées, imagine les scènes des paroles dictées. J'écoute et je suis dans cet état de semi-sommeil quand mon téléphone se met à émettre des vibrations. Je crois dans un premier temps que ce son désagréable n'est qu'une respiration un peu plus forte d'Harlow, mais j'ai ensuite peur que ce soit le CD dans la chaîne hi-fi qui soit rayé et qui cause des dégâts avec le matériel. Je me redresse en sursaut et je distingue qu'il n'y a plus de musique depuis un bon moment en fait, que la chaîne est éteinte et que la respiration d'Harlow est toujours aussi douce et régulière. Je dormais d'un sommeil profond, mais je n'ai pas rêvé. Je n'ai pas imaginé ce bruit qui dans ma tête semblait aussi puissant que le vrombissement d'un marteau-piqueur. J'attrape mon téléphone et je vois ce qu'il en est. Penny. Tous mes sens sont en alerte en voyant ces trois petites lettres dessiner un signal de détresse. J'allume la lampe de chevet, je lui réponds, je regarde l'heure, je lui demande ce qu'il se passe. Je suis inquiet. Inquiet comme je ne l'ai pas souvent été pour ma cousine et en attendant qu'elle me réponde pour me donner des informations, j'enfile mes vêtements de la veille. Je descends un Redbull sugarfree en quelques gorgées à peine, prends mes clés sors de l'appartement, pas vraiment plus réveillé. Sur le moment, j'oublie même de laisser un mot à Harlow.

Je descends les escaliers en courant, sautant les marches quatre à quatre et saute dans la voiture. La ceinture n'est pas encore bouclée que je suis déjà en route, mais je profite d'un feu rouge pour me reprendre en main et ne pas arriver en flèche pour y parvenir en un seul morceau. Si Penny vient de faire un accident et qu'elle compte sur moi pour la ramener chez elle, il vaudrait mieux que j'en fasse pas un nouveau avant d'arriver sur les lieux. Lieux qui d'ailleurs semblent étranges pour un accident de voiture. Le centre est généralement calme la nuit, et comment peut-on avoir un accident dans une impasse au point que la voiture ne veuille plus redémarrer ? L'inquiétude reprend et au diable les bonnes résolutions. Ma cousine compte beaucoup pour moi et je peux bien m'autoriser à griller quelques stop et à rouler un peu plus vite que la moyenne autorisée, surtout que les rues sont désertes. Je mets la dose et j'arrive quelques minutes plus tard. J'arrive et déjà je roule sur des bris de verre qui n'ont rien de rassurants. Je sors de la voiture, cours vers la Vauxhall de ma cousine et je suis obligé de m'arrêter, accablé par les dégâts de sa voiture. La bouche ouverte, j'examine ce que j'ai sous les yeux et en aucun cas un accident aurait pu faire autant de casse. Ou du moins, pas de la casse répartie ainsi. Penny est dans sa voiture, et je m'en approche doucement, cherchant à éviter les quelques dommages sur le bitume. Elle a les yeux et les joues rouges et je n'ose même pas frapper à sa fenêtre pour qu'elle me voit de peur de faire effondrer le verre branlant.
« Penny… Tu vas bien ?! Mais… Qu'est-ce qu'il s'est passé là ? C'est quoi toute cette casse ?! Et ne me parle pas d'accident ! »

Je regarde un peu mieux sa voiture et si les vitres fissurées et les quelques bosses sur la carrosserie sont impressionnantes, elles ne devraient pas empêcher la voiture de démarrer, mais il suffit que je jette un coup d'oeil au capot pour comprendre. C'est un carnage. Un carnage que même mon accident avec Alys l'été dernier ne peut rivaliser.
« Sors vite de là avant que le verre ne t'éclate au visage. »

 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3632
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Jeu 2 Juil - 21:50

Au bout d'un moment qui te semble une éternité, tu entends une voiture qui se gare à côté de la tienne. Les battements de ton cœur s'accélèrent à nouveau, tu as peur que Andrew soit revenu. Cependant, tu n'as pas envie de vérifier, tu rêves de garder ta tête collée sur le volant, les yeux fermés et de pouvoir continuer à faire comme si tout cela n'était jamais arrivé. Hélas, tu ne peux pas te permettre une telle passivité. Tu as été vaincue, mais tu dois te relever. Timidement, tu lèves la tête et pousses un énorme soupir de soulagement. Nate est là, tout près. Tu n'as jamais été aussi contente de le voir. Malgré les fêlures de la vitre, tu peux voir son visage ravagé d'inquiétude, une inquiétude que tu entends aussi dans sa voix. « Penny… Tu vas bien ?! Mais… Qu'est-ce qu'il s'est passé là ? C'est quoi toute cette casse ?! Et ne me parle pas d'accident ! » Voir ton cousin se mettre dans tous ses états pour toi, te touches et éveille une nouvelle pointe de haine envers Andrew. Non seulement ce petit fumier avait défoncé ta voiture, t'avais foutue la trouille de ta vie mais en plus, il t'obligeait à mettre Nate au courant de vos sordides histoires. Le pauvre chou était déjà tellement éprouvé par ton faux deuil et ta fausse rupture... Tu allais devoir lui présenter les choses de la meilleure façon possible. « Sors vite de là avant que le verre ne t'éclate au visage. » La voix de Nate se fait pressante et tu te demandes combien de temps tu es restée immobile depuis qu'il est arrivé près de la voiture. Finalement, tu avais peut être eu un choc à la tête ? Tu te sens bizarrement... déconcentrée. Qui plus est, tu n'as pas envie d'obéir. C'est stupide, mais l'habitacle autour de toi est comme un cocon. Même si tu sais qu'Andrew aurait pu aisément t'atteindre, tu as l'impression que ça été un abri tout au long de cette fâcheuse aventure. Mais tu dois sortir. Sinon à quoi bon avoir appelé Nate ? Et puis, tu ne peux pas rester éternellement ici.

Prudemment, tu appuies sur la poignée, constatant avec soulagement que la portière n'est pas bloquée. Tu pousses cette dernière délicatement pour ne pas te faire exploser le verre au visage et tu enfin tu poses un pied sur le bitume. Tu chancelles un peu, sans savoir si c'est l'accident ou simplement la fatigue. Tu en laisses paraître le moins possible à Nate, te jetant à son cou et murmurant à son oreille. " Merci d'être venu." A priori, plus de larmes, tu te reprends petit à petit, visiblement. Tu t'écartes de Nate pour enfin répondre à ses questions. " Je n'ai rien...  Enfin, je crois." Tu poses une main sur ton front, attribuant le vertige qui t'habite au tourbillon d'émotion qui t'habite. Tu te retournes légèrement, voyant pour la première fois les dégâts depuis l'extérieur. Il ne te faut que quelques secondes pour comprendre que tu ne peux absolument pas faire passer ça pour un accident. Tu poses une main apaisante sur la poitrine de Nate, lui faisant des yeux de chien battu.   " Bon écoute, il ne faut pas que tu t'énerves... Ce n'est effectivement pas un accident. J'ai eu une petite altercation avec... Andrew." Tu ne voulais pas dire son nom en premier lieu mais finalement, ça allait t'aider à justifier que tu ne voulais pas porter plainte. Car contre un anonyme, tu n'aurais pas hésité. " Je t'en ai jamais parlé, même si tu as pu le deviner... La rupture s'est très mal passée et depuis les choses ont empirées. Sans compter que perdre Cassie a eu plus d'impact sur lui qu'on aurait pu l'imaginer. Il a un peu pété un plomb. Mais tu vois, ce n'est que de la casse matérielle, pas besoin d'en faire toute une histoire. Tu peux me ramener chez moi ? J’appellerai un dépanneur demain matin... " Défendre cet abruti profond et lui trouver des circonstances atténuantes te rendait folle mais tu n'avais pas le choix. Tu avais vu de quoi Andrew était capable ce soir, et tu ne voulais pas que Nate s'en mêle. Bon ça, tu aurais pu y réfléchir avant de l'appeler mais maintenant que le mal était fait, il fallait que tu gères la situation au maximum...


_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7126
POINTS : 3952
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Ven 3 Juil - 16:43

When your fire's died out
No one's there
They have left you for dead


Ce n'est pas un accident. C'est une certitude. Pour que toutes les vitres soient fissurées et que certains bouts de la carrosserie soient autant attaqués, il aurait fallu qu'elle fasse un tonneau, mais vu la rue dans laquelle elle se trouve, ce n'est pas possible. De plus, si elle avait fait un tonneau, le toit de sa voiture serait lui aussi touché que le reste alors que là, il est quasiment intact. Je continue d'examiner la scène, voyant au loin des vestiges de ce qui était le rétroviseur de la petite Vauxhall. Plus j'observe les dégâts et plus je me rends compte que ma cousine a été victime d'un grave danger. Inquiet comme jamais, je la somme de quitter l'épave dans laquelle elle est depuis je ne sais combien de temps. Pendant un instant elle ne fait rien et son comportement me pousse à froncer les sourcils. Aurait-elle était touché ? Quand elle s'exécute finalement, c'est avec soulagement que je la prends dans mes bras. Je ne sais si c'est l'épuisement ou le choc de « l'accident », mais je la trouve mal en point et même si à présent, elle semble être hors de danger, je ne suis pas moins inquiet de son état. Elle-même le dit finalement en disant qu'elle « croit » ne rien avoir. Je secoue la tête, déjà prêt à lui prendre le bras et à la conduire jusqu'aux urgences sans lui demander son avis, mais avant tout, je veux des explications. Je veux savoir ce qu'il s'est passé sur cette route normalement si tranquille et surtout, je veux connaître l'identité de celui qui a fait ce carnage parce que clairement, ma douce et adorable cousine n'est qu'une victime dans cette histoire. Alors j'attends patiemment qu'elle daigne m'expliquer toute l'histoire et je sens déjà mon sang bouillir quand elle me demande de ne pas m'énerver. Si elle me demande une chose pareille, c'est que ça n'augure rien de bon. Je serre le poing et hoche la tête, la mâchoire serrée pour faire comme si j'accepte de ne pas me mettre en colère, mais quand elle m'explique que c'est son ex petit-ami qui est la cause de cette razzia, je brise aussitôt la promesse silencieuse que je viens de faire. Je fais les gros yeux, reste confus pendant quelques temps et la seconde d'après je me mets à vociférer dans la rue déserte.
« PLAIT-IL ?! C'est ton ex qu'à fait ça ?! »

Je n'ai jamais pu le sentir celui là et toujours, je me suis demandé ce qu'une fille réfléchie et gentille comme Penny pouvait bien faire avec un déchet de la société comme cet anglais. Le quitter a sans aucun doute été la meilleure décision de ma cousine et qu'il ait osé s'en prendre à elle d'une façon aussi basse et mesquine ne me donne que des envies de meurtres.
« Pas que je m'énerve ?! Non mais bordel Penny t'as vu ce qu'il vient de faire ?! Ce malade aurait pu te rendre aveugle ! Que dis-je, il aurait pu te tuer ! Clairement il a dû t'atteindre à la tête pour que tu oses le défendre ! Il est où là, hein ? »

Je m'emporte alors que je ne devrais pas, mais je n'ai jamais eu affaire à une telle situation et que cette graine de salopard ait osé mettre ma cousine en danger me rend irritable comme jamais. Il n'aurait jamais dû s'en prendre à elle. J'essaye de reprendre mon calme, et pour se faire j'inspire et j'expire de longues bouffés d'air.
« Pardonne-moi… Je ne devrais pas m'énerver contre toi. » lâche-je finalement dans un soupire.

Je me rends compte que la pauvre n'est qu'une victime dans cette histoire et que je n'ai aucune raison de m'en prendre à elle alors qu'elle est celle qui vient de vivre une expérience traumatisante, mais l'inquiétude que j'ai ressenti pour elle pendant quelques minutes m'a rendu revêche et je ne sais plus comment agir avec la demoiselle. Je me pince les lèvres, le poing toujours aussi serré et je secoue la tête pour arrêter de regarder l'épave qui servait jusqu'à aujourd’hui de voiture à ma cousine. Déjà que sa voiture n'était pas optimale à la base, c'est à présent un véritable désastre.
Au bout de quelques secondes, je parviens à reprendre d'un ton plus doux et plus affectueux.
« Viens, je vais te ramener chez toi, mais avant que je veux qu'on fasse un tour à l'hôpital. Je veux m'assurer que tu ailles bien et ce n'est pas négociable. »

 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3632
POINTS : 3293
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?


MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Mar 7 Juil - 17:55

Malgré ta demande expresse, Nate commence à s'énerver. Tu le connais suffisamment bien pour le savoir. Déjà, il y a cette façon pugnace de vouloir des explications et de ne pas en démordre qui lui ressemble si peu. Aussi, il y a les petits signes physiques, ceux qui ne trompent pas. Mâchoire crispée, poings serrés, hochements de tête incrédules, tout y est. Et puis, enfin, il se met à crier. « PLAIT-IL ?! C'est ton ex qu'à fait ça ?! » Il a beau t'avoir tendus des bras secourables, tu sens tout son corps se raidir. Tu le vois aussi reprendre son souffle et tu sais qu'il ne s'en tiendra pas à cette simple question rhétorique. « Pas que je m'énerve ?! Non mais bordel Penny t'as vu ce qu'il vient de faire ?! Ce malade aurait pu te rendre aveugle ! Que dis-je, il aurait pu te tuer ! Clairement il a dû t'atteindre à la tête pour que tu oses le défendre ! Il est où là, hein ? » Tu fermes les yeux, n'appréciant clairement pas ce que sous entends la dernière question qu'il vient de poser. C'était bien là le problème de Nate, il pensait que la vie ressemblait à l'une de ses chansons. Qu'il pourrait aller régler le compte d'Andrew et défendre ton honneur en mode Run Joey Run mais tout le monde connaissait l'issue d'un tel affrontement. Andrew avait connu la prison et la violence alors que Nate, seulement les endroits les plus privilégiés d'Angleterre. Tu t'empresses donc de fermer cette porte. " Je ne sais pas où il est. Il avait disparu depuis le coup du restaurant. Il ne vit plus chez lui depuis des semaines... Je te jure que je ne sais pas." A vrai dire, la colère de Nate t'embêtes. Non pas que tu lui en veuilles d'avoir la seule réaction saine possible dans toute cette histoire mais maintenant, tu vas devoir la gérer et l'apaiser. Tu ne t'attendais évidemment pas à ce que quelqu'un comprenne quel genre de lien tordu tu entretenais avec Andrew. Alors il te reste la solution de détourner l'attention de ton cousin. Tu sais comment faire, mais l'idée te paraît pénible après tout ce que tu as vécu ce soir. Tu pensais avoir versé assez de larmes ce soir pour les trois mois à venir mais de toute évidence, tu allais devoir recommencer. Encore qu'il y avait une différence entre les vraies larmes de terreur que tu avais versées tout à l'heure et celles que tu allais verser maintenant. Car rien ne désarme plus un homme que les larmes féminines. Et encore plus quand l'homme en question est d'une grande sensibilité. Tu te mets à renifler. " Je sais ce qu'il a fait, Nate. Et c'est impardonnable mais... j'ai eu tellement peur tout à l'heure... Tu crois que je ne sais pas ce qu'il aurait pu arriver ? Je le sais. Mais j'ai peur que si je le dénonce ou que tu vas le confronter, ça soit bien pire. Tu as raison, c'est un malade... Alors estimons nous heureux que je n'ai rien de plus et oublions le. S'il te plaît." Et puis, tu fonds à nouveau en larmes pour être sûre qu'il n'ai rien envie de faire d'autres que te consoler. Toute trace de mascara doit être balayée sur tes cils, ton nez doit être carrément rouge et tes yeux gonflés mais tu n'as pas le choix.  Surtout, il te faut éviter les questions car il est clair que tes mensonges manquent de préparation... Sans surprise, la stratégie fonctionne et Nate reprend beaucoup plus calmement. « Pardonne-moi… Je ne devrais pas m'énerver contre toi. Viens, je vais te ramener chez toi, mais avant que je veux qu'on fasse un tour à l'hôpital. Je veux m'assurer que tu ailles bien et ce n'est pas négociable. » Hélas, si la colère l'a quittée, ce n'est pas le cas de cette détermination insistante. Honnêtement, tu n'as pas envie de passer des heures aux urgences, ni de répondre à un nouveau flot de questions. En plus, il y avait de fortes chances qu'une assistante sociale débarque car tu avais déjà un dossier chez eux, datant des points de suture de ton bras fin février. Ils allaient penser que tu étais une femme battue. Quoique... eux ne verraient pas l'état de la voiture et tu pourrais dire que c'était un accident. Et puis bon, Nate n'avait pas l'air d'en démordre. Tu pousses un petit soupir résigné entre deux reniflements avant de céder. " D'accord. Allons-y." Dans ta tête, tu poignardes mentalement une poupée vaudou à l'effigie d'Andrew, à multiples reprises et avec une grande joie. Enfin, au moins distraire Nate te distrait de tes propres émotions de la soirée. Au bout de quelques secondes, tu montes dans l'Audi rutilante de ton cousin en jetant un regard dégoûté à ta propre voiture. Pauvre petite chose. Nate te rejoint bientôt dans l'habitacle et tu en rajoutes un peu dans le numéro de demoiselle en détresse. Ou bien tu as réellement besoin de réconfort ? Tu n'en sais rien mais tu poses ta tête sur son épaule. " Merci de t'occuper de moi. J'ai de la chance de t'avoir. Je ne sais pas ce que je ferai sans toi... C'est moi qui suis désolée." Tu aurais pu glisser un petit je t'aime mais même dans ses circonstances, c'était difficile pour toi. Il aurait peut être fallu que Andrew te passes dessus avec un bulldozer pour ça...

_________________

Party Hard

Happy Birthday  Nate !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller


TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : balaclava - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7126
POINTS : 3952
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy Mer 15 Juil - 0:38

When your fire's died out
No one's there
They have left you for dead


Penny semble désemparée. Elle qui est d'un naturel vif et fort ressemble ce soir plus à une petite créature qui nécessite protection. Je suppose que c'est le choc de ce qu'elle vient de vivre, et malheureusement, je ne sais pas si c'est la réaction adaptée qui me vient à l'esprit parce que presque aussitôt qu'elle me donne l'identité du casseur, j'explose de rage. Comment cette vermine de bas étage a pu oser s'en prendre à quelqu'un comme Penny ? Il prend mal la rupture ? Très bien, mais qu'il essaye plutôt de se foutre en l'air lui au lieu de ficher la frousse à la Collins. Qu'on s'en prenne à ma musique, d'accord, je peux le comprendre, mais qu'on s'en prenne à mes proches et encore pire, à ma famille, c'est inacceptable ! C'est presque comme si quelqu'un essayait de s'en prendre à Debbie. Un instant, j'imagine cette raclure démonter ma propre voiture et cette idée seule me donne la nausée. Je reste alors concentré sur ma cousine qui m'avoue ne pas savoir où se trouve le délinquant en fuite et j'essaye de garder mon calme. Trop lâche pour assumer ses actes, le garçon s'en est allé, il s'est volatilisé pour ne revenir qu'avec je ne sais quel instrument servant à détruire l'automobile de Penny. Si ça, ce n'est pas avoir un problème psychologique, je me demande bien ce que ça peut être. Et surtout, si la jeune femme croit que je vais le laisser s'en tirer sans rien, elle se met le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Je secoue la tête et j'ai envie de reprendre avec véhémence quand je vois des larmes perler aux coins de ses yeux. Alors là, impossible. Je ne peux plus continuer à me mettre en colère. Je ne veux pas lui faire subir un nouvel instant de violence après ce qu'elle vient de vivre et je me contente de l'écouter pour entendre ce qu'elle a à dire au sujet de l'attaquant qui ne mérite qu'une chose : retourner derrière les barreaux ou alors être camisolé à un lit dans un hôpital psychiatrique…
« Je ne suis pas sûr de pouvoir l'oublier, Penny. Il t'a fait du mal alors que vous étiez en couple et là il essaye de te blesser physiquement… Je ne crois pouvoir oublier. »
Comment le pourrais-je ? J'aime ma cousine et je ne peux pas tirer un trait sur cette histoire, aussi malsaine soit elle. Non, je n'oublie pas que ce vaurien a également trompé ma cousine alors qu'elle attendait leur enfant. Quelle pourriture peut bien être capable de telles actions ? Si encore il avait le courage de les assumer… Mais non, il préfère se cacher et qui sait, peut-être rejoindre sa maîtresse ou alors s'adonner à une nouvelle débâcle criminelle. Ou bien les deux. Je ne sais même pas si Penny peut comprendre à cet instant, la haine et le mépris que j'ai pour l'individu responsable de toute cette casse.
Je lui tends un paquet de mouchoirs en papier que je sors de ma poche pour qu'elle essuie les larmes de ses joues et ces vilaines traces de maquillages pas du tout flatteuses. Et une fois un peu calmé, je prends Penny par l'épaule et l'accompagne jusqu'à Debbie, lui tenant même la portière pour la laisser entrer et une fois du côté conducteur, je laisse échapper un long soupire de soulagement mêlé à de la frustration de ne pas pouvoir rendre la monnaie de sa pièce au londonien. Je m'apprête à m'attacher et à mettre le contact quand je sens finalement ma cousine poser sa tête sur mon épaule. Alors, je reste immobile un moment et je l'écoute, ne voulant pas briser ce moment d'amour familiale d'une rareté sans nom. Je souris d'un sourire sans joie en l'écoutant, puis après un nouveau soupire, cette fois de relâchement, je réponds.
« Ne me remercie pas, Penny… C'est normal. J'ai envie d'aider et de protéger les gens que j'aime et toi, tu es un modèle pour moi. Après tout ce que tu as vécu… Tu es toujours aussi forte. Ne t'excuse donc pas, ce n'est pas ta faute. »
 
Quoi qu'après réflexion… Si… s'être fait engrossée par un enfant de Satan, c'était purement et simplement sa faute, mais autant ne pas lui parler de ses erreurs, ce n'est pas le moment. Car oui, malgré cette erreur, elle reste admirable. Elle a été humiliée pas un homme, elle a perdu son enfant, mais elle parvient à conserver une allure de femme courageuse.
Enfin, je mets le contact et je prends la direction de l'hôpital, même si pour dire vrai, c'est au commissariat que j'aurais voulu me rendre. Tant pis, ce sera pour demain.
 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Take A Bow ϟ Andy

Revenir en haut Aller en bas

Take A Bow ϟ Andy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-