AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Maybe you're my savior ✻ pv. Ariana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Maybe you're my savior ✻ pv. Ariana Mar 17 Mar - 22:11

Maybe you're my savior, let me say : Thank you
Ariana & Alexander

Je venais de passer une bonne partie de la matinée avec Ariana. J’étais juste partie faire un jogging pour me vider la tête, et me voilà revenue avec des idées de Révolutionnaires ! J’avais retrouvé le sourire grâce à une amie fidèle, et elle m’avait proposé son aide pour me sortir de cette galère dans laquelle, je m’étais fourré. C’est décidé, j’allais détruire ce si beau mariage, et peu importe ce qu’il adviendra de ma famille. A vrai dire, je ne peux plus vraiment la considérer comme telle, vu ce qu’elle m’impose… on ne peut pas obliger quelqu’un que l’on aime à faire une telle chose, n’est ce pas ? Après avoir accepté l’offre d’Ariana, j’avais moins peur de tout foutre en l’air… parce que je savais qu’après le mariage raté, j’aurais quelqu’un pour m’épauler.

Je me gare dans l’allée, puis descend de voiture. A peine, ai-je pos un pied dans la maison, que mon père me saute dessus. « Bon sang, tu étais ou ? » Je le regarde, et d’un ton méprisant je lui réponds en désignant mes vêtements : «  faire un jogging, ça se voit pas ? » Il me regarde, et peste : « Tu aurais pu prévenir ! » Je le contourne et me dirige vers l’étage pour rejoindre ma chambre, et ma salle de bain privée, mais avant cela, j’ajoute : « Et bien, colle-moi un garde au cul si tu veux connaitre mes faits et gestes ! » Mon père n’a pas le temps de me répondre que je claque déjà la porte de ma chambre. C’est plus fort que moi, je n’ai plus de patience face à lui ; mais il va pourtant bien falloir que je joue le jeu juste au bout. Je prends des vêtements propres, puis me glisse sous une douche chaude. Certes, la proposition d’Ariana était tentante ; j’aurais pu prendre ma douche chez elle, et finir le reste de la journée en sa compagnie… mais je savais que mon père me fliquerait ! Au moins, là j’étais revenu, il n’avait pas besoin de se faire des films. L’eau chaude perlait sur mon corps, retirant les derniers grains de sable s’y trouvant. Un sourire se dessina sur mes lèvres en repensant à cet instant euphorisant. Je sortis au bout d’une quinzaine de minutes, et enfila un jeans et un polo turquoise. Je pris mon temps pour me préparer, puis descendu pour déjeuner. Lorsque je pris place à table, tout le monde me dévisagea. « Quoi ? J’ai un bouton sur le visage ? » Ma mère se racla la gorge, comme si elle était gêné et me répondu : « non, tu es très beau mon fils. Tu vas quelques parts cet après-midi ? » Evidement, tous les regards étaient braqués sur moi. « Je vais juste rendre visite à Siana, tu sais ma cousine, la fille de ton frère » insistais-je en regardant ma mère ; comme pour lui rappeler qu’elle avait toujours une famille dans les environs… si jamais elle avait besoin. Elle lâcha juste un « oh » et le reste du repas se déroula plutôt en silence. Je me contentais juste de répondre pas des « hum » de temps en temps.

Vers quatre heures, je montais dans ma chambre pour préparer un sac de sport que je remplis de vêtements, de sous-vêtements, enfin bref, le nécessaire pour pas me retrouver à poil après ce fichu mariage. Je glisse aussi dans une poche sur le coté, une bonne liasse de billet… pour prévoir. Mais j’avais encore deux semaines devant moi, pour me prévoir un petit peu d’argent. J’avais un livret bien rempli que j’allais m’empresser de clôturer avec que mon père le fasse à ma place. Au bout d’une demi-heure, je quittais la maison, sans que personne ne me voit. Mon sac dans le coffre, je roulais en direction de l’adresse qu’Ariana m’avait indiquée.  A vrai dire, ce n’était pas très loin mais assez pour ne pas croiser mes parents. Je me gare dans la rue, puis descend, mon sac sur l’épaule, je vérifie le nom sur la boite aux lettres. Je me pointe devant la porte, et sonne. J’attends qu’elle m’ouvre ; lorsqu’elle apparaît, j’esquisse un sourire : « c’est bien ici les portes du paradis ? » Je remarque qu’elle est en sueur, et surtout habillé légèrement. Le footing de ce matin n’a pas dût suffire à sa dose quotidienne de sport. J’attend qu’elle me laisse enter.



✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maybe you're my savior ✻ pv. Ariana Mer 18 Mar - 15:42

Alexander ∞ Ariana
« Les étrangers te voient comme tu veux qu’ils te voient. Tu ne peux pas tromper les amis. C’est ça qui fait d’eux tes amis... »
Ce matin-là, en partant s’essayer à un jogging rythmé, Ariana n’aurait jamais cru retomber sur Alexander Livesey, son premier amour de lycée. Il était supposé se marier, d’ailleurs, dans les prochains jours. Les préparatifs auraient dû être sa priorité, mais elle avait senti tout de suite que ça ne fonctionnait pas. Que ça clochait inévitablement. Et le récit qu’il lui fit sur sa vie manqua de lui donner la nausée. Comment pouvait-on exiger de son fils de sauver ses fesses en le laissant gâcher sa propre existence ? C’était odieux. Tant et si bien que la jolie noiraude lui avait proposé de partager le même toit qu’elle en guise de refuge, « au cas où ». Et il avait accepté rapidement, la laissant même penser qu’il viendrait s’installer prochainement – le temps de rapporter par paquets ses affaires. Il ne pouvait pas tout déplacer avant le « mariage », après tout.

Ils s’étaient quittés plus tôt sur la plage, après un écart de la part de la jeune femme envers son ancien petit-ami. Elle ne regrettait pas ; Ca ne signifiait rien. Du moins rien qui n’ait l’air d’une romance. C’est donc dans cet esprit qu’elle était rentrée préparer la chambre d’ami où il pourrait dormir, puis elle prit une douche et, finalement, elle grignota un repas préparé par la gouvernante de la maison, Mademoiselle Jones. Elle était fraîchement recommandée par son paternel, d’ailleurs, qui lui vouait une confiance aveugle – tout comme la jeune femme qui l’adorait terriblement. Le reste du temps se passa à une allure encore plus folle puisqu’elle s’était mise en tête de réviser son programme – une partie du moins – de chimie. Elle voulait toujours être dans les meilleurs de sa classe. Elle se permit d’ailleurs d’appeler Kainoa pour quelques précisions et ils discutèrent un moment. Une fois qu’elle eut raccrochée et prit quelques notes au passage, elle ne se sentit plus d’humeur à bosser d’arrache-pied, d’autant qu’elle était en avance. Alors, elle enfila un mini-short et un petit haut qui laissait apparaître son ventre, moulant ses formes au mieux. Elle enclencha alors son I-Pod, branché sur des enceintes, et la musique rythmée envahit la pièce, puis toute la villa. La jeune femme se déhancha, laissant son corps être alimenté par l’énergie vibrante qui régnait désormais. Une heure s’écoula, tandis qu’elle se perdait dans son esprit tout en enchaînant des chorégraphies imaginées par ses soins. C’était libérateur ! Mais voilà, elle entendit la sonnerie retentir et elle coupa le son. Regardant par la fenêtre de sa chambre à l’étage supérieur, elle vit la silhouette d’Alexander avec un grand sac de sport sur l’épaule. Elle sourit, heureuse de ne plus être si seule dans la grande villa, et déboule dans les escaliers à une vitesse folle – tant et si bien qu’elle aurait pu tomber et dégringoler les marches. Ni une, ni deux, elle lui ouvrit alors, les yeux pétillants de bonheur et son sourire s’élargit d’avantage dès qu’elle le voit devant elle, en chair et en os. Il lui demanda si c’est bien ici, les portes du paradis. Et sans se retenir, elle lui saute au cou. Le sac tombe, ou du moins il glisse, mais elle s’en moque bien. Elle s’écarte et rit doucement. « Et encore, tu n’as rien vu de l’intérieur ! » Dit-elle, visiblement amusée. Puis elle s’écarte pour lui laisser le passage, afin qu’il ne reste pas éternellement dehors. D’autant qu’avec les regards curieux, on pourrait se poser des questions. Elle n’envisageait pas spécialement d’être la maîtresse d’Alexander aux yeux du reste de la population anglaise de la région. Elle referma derrière lui et le tira dans les escaliers, pour monter à l’étage. « Viens, je vais te montrer ta chambre ! » Dit-elle, comme une enfant surexcitée qui invite ses copines pour la première fois à une pyjama-party. Bien sûr, c’était évidemment différent. Elle avait toutefois prévenu son père, Fabio, qu’elle aurait un nouveau colocataire. Il avait bien pris la chose, s’imaginant sans doute qu’elle avait besoin d’un protecteur masculin au quotidien. Il se leurrait mais elle ne lui fit aucune remarque à ce sujet, trop contente qu’il le prenne bien. Ils arrivèrent devant la porte à côté de la chambre d’Ariana et elle l’ouvrit, dévoila un endroit simple et sobre. « Tadaaam ! » Lâche-t-elle en riant avant de pénétrer dans les lieux avec lui. C’était clair, lumineux. Elle aimait bien cette pièce. « Tu as ta propre salle de bain derrière cette porte. » Dit-elle en montra de la tête celle qui se trouvait à sa droite. Elle l’ouvrit d’ailleurs pour qu’il puisse apercevoir le lieu en question. Une douche, une baignoire... et tout le luxe auquel Alexander était habitué. « De l’autre côté, il y a ma chambre. » Ajouta-t-elle avec un sourire et un regard qui en disaient long. Très long. Mais elle ne s’attarda pas sur ce point, préférant le laisser mariner un peu. « Et sinon en bas tu as deux autres chambres, ainsi que la cuisine, la piscine intérieure, et tout le reste. » Déclara-t-elle presque sur un ton neutre, sans doute habituée autant que lui à tous les gadgets de modernité et au grand faste que procurait l’argent. Elle regarda alors le grand brun dans les yeux, un sourire amical sur sa bouche, même si son regard le dévorait un peu. Elle n’arrivait pas à oublier le baiser qu’ils s’étaient échangés ce matin. Pourtant, sa conscience tentait de la rappeler à l’ordre. Elle dériva alors ses yeux sur la fenêtre qui laissait entrevoir l’extérieur de la propriété. « Tu veux que je te laisse t’installer ? On peut faire ce que tu veux. J’ai ma soirée de libre. » Demanda-t-elle doucement, en le regardant cette fois-ci. Elle ne voulait pas le brusquer. Il fallait qu’il trouve ses repères, après-tout. Mais elle ne voulait pas non plus qu’il se sente abandonné. Alors elle lui proposait sa présence ; comme il le souhaitait.

code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maybe you're my savior ✻ pv. Ariana Mer 18 Mar - 22:27

Maybe you're my savior, let me say : Thank you
Ariana & Alexander

Je venais de quitter le domicile familial en douce, du moins ils pensaient tous que je me rendais chez ma cousine – ce qu’il faut que je fasse d’ailleurs – mais au final, je me dirigeais vers l’hébergement d’Ariana. Car oui, je ne m’attendais pas à ce que j’allais découvrir en franchissant ses portes. Mon 4x4 est garé dans la rue, et j’en sors pour me diriger vers la sonnette. J’entends des bruits de pas dans l’escalier, et sans que je m’en rende compte la porte s’ouvre et Ariana me saute dessus. J’avoue aimer son énergie et son grain de folie, elle me fait sourire. Je l’attrape au vole et la serre quelques secondes dans mes bras avant de la reposer à terre. Puis elle m’attire à l’intérieur de ce grand hall. Elle n’a pas tord, vaut mieux ne pas trainer trop dehors ; les langues de vipères c’est bien connues à Tenby. A peine avais-je remis mon sac sur mon épaule qu’elle m’attirait déjà vers l’escalier. La hauteur des plafonds et la décoration me plaisait déjà. Je la suivis dans l’escalier, remarquant sa tenue plus minimaliste ; la vue était plutôt agréable ! Nous arrivons à l’étage, quand elle m’emmène vers ma « future » chambre. Elle pousse la porte, et j’esquisse un sourire avant de pénétrer dans celle-ci et d’y déposer mon sac sur le sol. « Et dire que je me voyais déjà dormir dans un hôtel miteux pendant le reste de ma vie ; et là, tu m’offre une chambre de luxe avec salle de bain privée ? » Je m’approche d’elle avant de lui faire un câlin et de la remercier pour la énième fois de la journée. Puis je m’écarte, et elle me désigne la porte de sa chambre. J’esquisse un sourire et ajoute « oui, celle où tu emmènes tes fameux invités nocturnes ! J’ai compris, espace privé ! » Dis en levant les bras comme je me rendais à la police. Elle m’explique qu’il y a aussi une cuisine, deux autres chambres, une piscine ? « T’es sérieuse là ? T’a une piscine ici ? Cette baraque est encore plus géante que je me le serais imaginé ! Tu sais que tu ne vas plus pouvoir te débarrasser de moi avec tout ça ? » J’esquisse un sourire pour la taquiner.

Je vis Ariana regarder l’extérieur, avant qu’elle ne se retourne pour m’adresser la parole. « On fait ce que tu veux ! J’aurais tout le temps de m’installer après… enfin tu sais quand ! » Je m’avance vers elle, et ancre mon regard dans le sien. « A moins que je t’ai coupé dans ce que tu faisais ? Je ne voulais pas te déranger. » Sa tenue puis sa peau luisante me dit qu’elle était en train de faire du sport, ou quelque chose dans ce genre-là. A croire que le jogging de ce matin ne lui avait pas suffit ; moi je commençais déjà à ressentir les effets de mes mois d’abstinences. J’esquisse un sourire en coin, signe que j’ai une idée complètement farfelue en tête. « Dis-moi, dans cette magnifique demeure, tu n’aurais pas un jacuzzi ? Parce que j’ai déjà des courbatures du footing de se matin ! » Il manquerait plus que ce soit le cas… j’allais me retrouver avec Ariana… dans un jacuzzi ? En fait c’était peut être une mauvaise idée… très mauvaise puisque ce matin même j’étais à deux doigts de craquer.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maybe you're my savior ✻ pv. Ariana Ven 20 Mar - 10:31

Alexander ∞ Ariana
« Les étrangers te voient comme tu veux qu’ils te voient. Tu ne peux pas tromper les amis. C’est ça qui fait d’eux tes amis... »
La jeune femme avait un sourire tendre sur ses lèvres, tandis qu’elle regardait Alexander s’émerveiller dans cette demeure gigantesque, dans laquelle elle s’était sentie seule au cours des deux dernières années. Depuis le départ de Fabio, son père, pour Cardiff, elle avait l’impression que tout était vide. Elle n’entendait plus son rire qu’à travers les conversations téléphoniques et cela la peinait. A vingt-et-un ans, ce n’était pas toujours simple à encaisser. Mais son histoire lui paraissait bien simplette face à celle du jeune Livesey. Un mariage forcé... et puis quoi encore ? Il était vrai qu’il était l’héritier d’une puissante famille, tout comme elle. Pourtant, il paraissait impressionné par tout le luxe qui s’offrait devant lui. Ariana n’y faisait plus tellement attention, comme elle était née dedans. Elle se savait privilégiée, assurément. Seulement, il lui manquait la chaleur d’un être humain au quotidien. Alors cet emménagement soudain, c’était une véritable aubaine ! La vie pourrait se retrouver à nouveau dans la villa. Il prit alors la parole, espérant qu’il ne l’avait pas dérangée dans ce qu’elle était entrain de faire. Elle se rappela alors de sa tenue et elle se mit à rire doucement. « Non pas du tout. Je me dépensais encore un peu. Tu me connais, je suis hyperactive ! » Dit-elle sur un ton amusé, avant de regarder autours d’elle pour s’imprégner du nouvel espace de son ami. Sa chambre. Voilà bien longtemps qu’elle n’avait pas été occupée ! Les amis se faisaient rares et ne restaient que peu de temps entre les quatre murs. Il parla alors d’un jacuzzi, ce qui fit rire Ariana intérieurement. Elle détourna son visage pour planter ses yeux foncés dans ceux si clairs du jeune homme. « Tu vas rire, mais il y en a deux. Un à l’extérieur et un en bas, dans l’espace détente près de la piscine. » Un sourire apparut sur ses lèves. Visiblement elle était séduite par l’idée que lui proposait l’héritier Livesey. Le futur marié. Enfin, entre guillemet ! Elle le toisa de la tête au pied. « J’espère que tu as pris ton maillot de bain ! » Dit-elle sur un ton espiègle. Elle était sûre que oui ; sinon, il devrait aller se jeter complètement nu dans les remous. Cette idée lui effleura l’esprit quelques instants, mais elle se ravisa. Ce n’était pas le moment de se laisser aller à ses hormones ! Après tout, il était « fiancé ». « Je te laisse te préparer pour le jacuzzi. Il y a des linges propres dans ta salle de bain. » Dit-elle tout en souriant d’une façon qui en disait assez long, puis elle s’éclipsa de l’espace privé d’Alexander pour rejoindre sa propre chambre. Elle se dirigea vers son dressing et opta pour le maillot de bain violet, sans brette et avec une boucle dorée au milieu du petit haut. Elle savait que les couleurs la mettaient en valeur, à cause de sa peau métissée. Elle l’enfila et prit un linge avec elle, qu’elle déposa sur ses épaules. Ne trouvant pas ses « tong » d’intérieur, elle opta pour la paire de talons noirs qui s’offrait devant elle, ce qui rallongeait encore plus ses jambes. Elle frappa à la porte de la chambre du jeune homme et elle entra quand il lui donna l’autorisation. « Me revoilà ! » Dit-elle en restant droite, laissant le loisir à Alexander d’admirer ou non ses courbes. Elle fit mine de rien et lui lança un geste de la tête pour qu’il la suive à travers les couloirs de la villa Valenciano. Il fallait descendre de deux étages pour parvenir au sous-sol. Là se trouvaient tous les accessoires rêvés pour maintenir son corps : piscine, salle de sport, espace détente. Un vrai petit paradis. Mais il aurait le loisir d’en profiter par la suite. Dans l’immédiat, elle se dirigea dans la troisième pièce. Elle ne s’arrêta ni devant le sauna, ni devant le hammam. Un luxueux jacuzzi fit alors son apparition, dans un contexte très « jungle ». Il était imbriqué dans un décors de fausse cascade et de pierres taillées, ainsi que de plantes grimpantes. Cela ressourçait ! Elle se pencha vers l’appareil et régla le thermostat. « Trente-sept, ça te va ? Sinon tu peux monter la température là. » Dit-elle en montrant l’appareil. Elle l’enclencha et le tout se mit à bouillir. La vapeur s’échappa lentement dans les airs et la lumière se tamisa doucement, comme pour créer une ambiance intime. Elle posa sa serviette sur un transat et enleva ses chaussures, avant de pénétrer dans l’eau. Elle regarda Alexander, lui souriant. « Tu viens ? » Demanda-t-elle d’une voix sensuelle, mais pas trop. Juste pour lui donner envie de la rejoindre. Allait-il se dégonfler ? Dans le regard de la jeune femme, on pouvait lire un air de défi et d’amusement. Décidément, cette colocation était une excellente idée ! A cette pensée, elle se mordit la lèvre inférieure.

code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maybe you're my savior ✻ pv. Ariana Ven 20 Mar - 18:47

Maybe you're my savior, let me say : Thank you
Ariana & Alexander

Je me retrouvais dans la villa d’Ariana, et je ne me l’étais pas du tout imaginé ainsi lorsque la belle m’avait proposé de m’héberger. En effet, je savais qu’elle aussi, faisait partie de la bourgeoisie de Tenby, mais de là, à habiter dans cette villa seule, mon Dieu qu’elle devait s’y perdre. Elle commence à me faire visiter cette splendide demeure, pour atterrir dans ma future chambre. Franchement, je ne pourrais rêver mieux ! J’allais vivre dans une maison de rêve, mais surtout, j’allais vivre aux cotés de la fille la plus généreuse de Tenby. Car quand certain es personnes vous abandonnes quand vous n’avez plus un sous, ou que votre côte de popularité est au plus bas ; vous comprenez qui sont vos vrais amis. Bien entendu ; j’aurais aimé pouvoir reprendre ma place au sein de la colocation… mais ma place n’était plus là-bas. Je la remercie mille fois avant de finalement lui demander si je ne la dérangeais pas. Parce que, je vous l’avoue, j’ai remarqué sa tenue légère et surtout sa peau luisante. Elle se met à rire et m’avoue qu’elle était en train de faire quelques heures de sport en plus. Jouant sur l’humour, je demandais à Ariana si dans cette luxueuse demeure, elle n’aurait pas un jacuzzi pour relaxer ses muscles engourdis, par le footing de ce matin. Elle m’annonça en avoir même deux à notre disposition, mais vu le temps qu’il fait, il valait mieux utiliser celui intérieur, non ? Elle ajouta, sur un ton amusé, qu’elle espérait que j’ai prévu un maillot de bain. « Parce que tu crois que j’en ai besoin ? Ce matin, il me semble avoir piqué une tête sans maillot de bain ! » Je me mord la lèvre inférieur, amusé par la situation puis ajoute : « Il semblerait que toi, non plus. Ce petit ensemble en dentelle était charmant. » Je lui lâche un clin d’œil alors qu’elle se faufile dans la chambre d’à coté. Je pose ma valise sur le lit, et part à la recherche d’un maillot bain. J’hésite entre le bermuda à carreau, ou le moulant boxer des nageurs de compétitions. Finalement j’opte pour le boxer, certes plus près de la peau, mais beaucoup plus pratiquement dans un jacuzzi si on ne veut pas finir avec un parachute à la place d’un maillot de bain. Je me glisse dans la salle de bain, et esquisse un sourire quand je vois que la pièce est pratiquement aussi grande que la chambre. Je retire mes vêtements et les posent sur le petit meuble collé à l’évier. J’enfile mon maillot de bain, et me regarde dans le miroir. Je ne peux que remarquer les cicatrices toujours présentes sur ma peau… cruel rappel de ce que j’ai perdu. Lorsque j’entends Ariana frappé à la porte, je lui dis d’entrer et je sors de la salle de bain, entourant ma taille d’une serviette. Lorsque je lève mon regard sur elle, j’en ai presque la mâchoire qui se décroche. Ce maillot de bain lui va à ravir, encore plus minimalise que son ensemble de lingerie de ce matin… à cet instant, je comprends que je n’aurais peut être pas dû proposer un jacuzzi. Je lâche un « waouh, je retire ce que j’ai dis pour tes sous-vêtement de ce matin. T’es encore plus sexy comme ça ! » Et je confirme, j’ai presqu’un filet de bave qui coule de ma bouche. Elle me fait signe de la suivre, ce que je fais sans broncher. Franchement, je reste un homme et je ne peux pas empêcher mon corps de réagir face à une jolie fille comme Ariana. Je sais que par le passé, mon manque de « retenue » vis-à-vis de ça, m’a causé beaucoup de tord. Mais là, j’ai à quoi à perdre ? A cette heure-ci, j’ai déjà tout perdu… Aislynn, Devyn… alors personne n’a le droit de me juger si je dérape, parce que là ? Je n’ai de compte à rendre, à personne.

Ariana ouvre la fameuse pièce où se trouve le jacuzzi, ambiance totalement dépaysant, je n’en reviens pas ! La jolie brune règle l’appareil, puis se glisse dans l’eau déjà bouillonnante. Elle m’adresse la parole, toujours ce ton aguicheur dans la voix. Je laisse tomber la serviette qui entoure ma taille pour la rejoindre et lorsque je pénètre dans l’eau, je m’adresse à elle. « Tu sais que cet endroit, plus toi, c’est le summum de la tentation ? » Je prendre place à ses cotés, puis glisse mes mains derrières ses épaules. « Un petit massage ? » D’accord, je joue son jeu… et peut être que je ne devrais pas… mais j’ai besoin de souffler. J’ai passé six mois en enfer, j’ai peut être le droit à une petite pause, non ?

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maybe you're my savior ✻ pv. Ariana Dim 22 Mar - 13:59

Alexander ∞ Ariana
« Les étrangers te voient comme tu veux qu’ils te voient. Tu ne peux pas tromper les amis. C’est ça qui fait d’eux tes amis... »
Tout ceci promettait d’être un petit jeu interdit, qui les brûlerait probablement. Ariana et Alexander se connaissaient depuis plusieurs années. Sauf qu’ils étaient désormais de jeunes adultes, bien loin des adolescents maladroits qui avaient perdu leur virginité ensemble et qui s’étaient finalement séparés. Pourquoi, déjà ? Elle ne saurait le dire. Peut-être parce qu’ils étaient de meilleurs amis que de bons amants, tous les deux, à cet instant de leur vie. Ils n’étaient pas restés tout le temps en contact, chacun retrouvant un cercle d’amis plus ou moins différents. Ariana connaissait Sohel et Malone, par exemple. Ils étaient ses amis, après tout. Sauf que pour le reste, elle ne s’était pas mise en emménagement avec eux, contrairement à Alexander. Alors les routes avaient divergé et la jeune femme avait créer des autres liens, bien différents. Elle se souvenait de cette histoire d’amour déchirante et violente, qui la rendait par instant encore nerveuse. S’amouracher d’un vilain garçon, elle ne le ferait plus jamais. Elle ne voulait plus être une victime. Alors, elle imposait les règles du jeu. Elle n’hésitait pas à dire ce qu’elle voulait, mais surtout à exprimer ce qu’elle ne voulait pas. Et à cet instant, elle avait décidé de s’amuser avec son nouveau colocataire. Et sa réaction, lorsqu’elle arrive vers lui, ne se fait pas attendre. « Waouh, je retire ce que j’ai dis pour tes sous-vêtement de ce matin. T’es encore plus sexy comme ça ! » Elle rit, légèrement, insouciante. Puis elle lui propose de descendre à l’étage inférieure, puis encore plus bas, au sous-sol. Le lieu est magnifique, digne d’un décors de cinéma. Elle le sait et elle a toujours adoré ça. Surtout que la jeune femme adore l’eau et pourrait y passer une bonne partie de son temps. Elle adore aller nager dans la mer ou dans une piscine. Ce n’est pas pour rien qu’elle a une collection impressionnante de maillots de bain. Et, évidemment, elle a pris l’un des plus sexy. Elle met alors son pied dans le liquide chaud et elle sourit. C’est divin ! Lentement, elle entre, prenant soin à ne pas tremper tout de suite sa chevelure noire. Elle regarde Alexander et lui demande de la rejoindre. Il laisse la serviette tomber au sol. Elle ne peut s’empêcher de le mater un instant, puis elle s’arrête quelques secondes sur les cicatrices qui parcourent son corps. Elle se souvient de son accident de voiture. Elle était allée le voir, une fois, mais il dormait. Alors elle s’était contentée de laisser une peluche à une infirmière, ainsi qu’un petit mot, pour ne pas le déranger. Il lui avait écrit un SMS pour la remercier, à l’époque. Elle préfère enlever ses tristes images de son esprit et se contenter d’observer sa plastique sportive. Il entre alors à ses côtés dans le jacuzzi. « Tu sais que cet endroit, plus toi, c’est le summum de la tentation ? » Elle sourit, amusée. « Je sais... » Souffle-t-elle dans un murmure sensuel, bien plus qu’elle ne le voulait, avec une voix suave. Elle aime jouer et il ne doit pas être vraiment différent d’elle, étant donné sa « réputation » de coureur de jupons. Bien que maintenant qu’il est fiancé, les langues de vipères le laissent un peu tranquille avec ça. « Un petit massage ? » Lui demanda-t-il en posant ses mains sur ses épaules. Elle sent l’eau qui ruissèle lentement depuis les doigts du jeune homme jusque sur sa peau à elle, déferlant sur sa poitrine pour retomber dans le liquide. Elle sourit. « Oh oui. J’adore les massages. » Dit-elle de façon à ce qu’on entende un sous-entendu dans sa voix, mais sans trop en faire. Elle sent alors que cela commence, qu’il caresse sa peau tendue. Elle ferme les yeux, quelques secondes, soupirant parfois et gémissant de plaisir à d’autres. Ca fait du bien ! Elle sent qu’elle se détend de plus en plus, que les courbatures ne seront plus aussi douloureuses le lendemain. Cela dure plusieurs minutes, de sensualité. Puis elle rouvre ses paupières. « Tu en veux un aussi ? » Lui demanda-t-elle en s’écartant de ses doigts experts, tout en se tournant contre lui. Leurs corps sont très proches. Elle a fait exprès de réduire l’espace entre eux, pour qu’il sente cette chaleur qu’elle dégage. Elle plante ses iris dans les siens, avec un sourire aguicheur. Elle est prête à lui masser les épaules, mais elle a d’autres idées en tête. Sauf qu’elle préfère toujours lui laisser une porte de sortie, un échappatoire. Elle ne veut jamais que les hommes se sentent forcés.

code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maybe you're my savior ✻ pv. Ariana Lun 23 Mar - 21:44

Maybe you're my savior, let me say : Thank you
Ariana & Alexander

Soudain, en présence d’Ariana, j’oubliais ce qu’il se passait en dehors de cette villa. La pression qui pesait sur mes épaules, le futur mariage, mon passé, s’envolait sous le rire de la jolie brune. Il faut dire que cette jeune femme avait tous les atouts pour vous occupez l’esprit à autre chose que vos petits tracas. Je ne savais pas si Ariana jouait comme cela, avec tous les mecs ; ou si elle était à l’aise avec notre passé commun ? Car oui, notre relation n’était pas anodine puisque j’ai vécu ma première fois avec elle. Elle a été ma petite amie durant quelques mois, mais à cette époque, je n’arrivais pas vraiment à la voir autrement qu’une amie. Les choses auraient peut être pu changer avec le temps, mais nous avons préférez rester ami, plutôt que se séparer après avoir tout gâché. Au moins aujourd’hui, nous étions toujours amis et peut être plus mature. Nous avons tous les deux vécus des évènements qui nous ont changés.

Sans réfléchir, je la suis pour rejoindre le jacuzzi au sous-sol. Après tout, cette idée venait de moi, je n’allais pas faire marche arrière non plus ! Je descends les marches tout en profitant de la vue… il n’y a que dans les magasines où les filles se promènes en maillot de bain avec une paire d’escarpins aux pieds. Une fois que nous arrivons dans cette fameuse pièce ; j’en reste bouché –bée par la décoration. Il faut croire qu’Ariana avait de meilleur gout en terme de décoration, que mes parents… enfin, si c’est elle qui a choisit la déco’… mais quelques choses dans cet endroit me disait qu’elle adorait se retrouver là. Quand nous étions plus jeunes, nous passions des heures à la piscine et à la plage. Elle ne tarde pas à pénétrer dans le jacuzzi tandis que je prends mon temps pour retirer la serviette qui entoure mes hanches. Je la vois alors qu’elle me détaille du regard, j’esquisse un sourire, puis entre à mon tour. Je ne me souvenais pas qu’Ariana soit aussi tentatrice, mais il fallait dire que ça me plaisait bien. Alors que je lui proposais un massage, elle me répondu avec une phrase pleine de sous-entendu ; elle avait ce don pour m’interpeller. Mes doigts glissent sur sa peau ambrée et je fais des mouvements circulaires pour détendre les nerfs. A vrai dire, j’ai plutôt une belle vue sur ce magnifique maillot de bain minimaliste… en gros, oui je me rince l’œil. Je sens Ariana se détendre au fur et à mesure que mes mains parcourent ses épaules et sa nuque. Après quelques minutes, la jolie métisse s’écarte légèrement de mes mains pour me faire face. Elle me propose de me faire un massage en retour, mais quelque chose me dit qu’on pourrait faire autre chose d’encore plus agréable. Mes mains viennent se glisser sur sa taille et je l’attire vers moi pour réduire encore plus la distance qui sépare nos deux corps. « Ou alors on pourrait continuer ce qu’on avait commencé ce matin ? » Je pose mon regard dans le sien, me mordillant la lèvre inférieur. « Pas de paparazzi, pas de mauvaise langue, pas de fausse fiancé, juste toi et moi. » Je l’attire vers moi, et l’incite à s’assoir sur mes genoux ; dans l’eau son corps est tellement léger que je ne sens même pas son poids. « A moins que tu préfère me faire ce massage ? » Mes mains glissent légèrement sur ses fesses, puis j’approche mes lèvres de sa nuque. Je parsème son cou de baiser descendant légèrement vers sa poitrine, puis toujours dans l’intention de la « torturer » un peu, je me recule légèrement. « Tu crois que je vais brûler en enfer pour tromper ma futur femme quelques jours avant le mariage ? » Bien entendu, Ariana savait qu’il n’y aurait pas de mariage, puisque j’allais prendre un malin plaisir à tout foutre en l’air. Mais j’aimais la faire patienter ; elle m’allumait depuis ce matin… la lingerie, puis maintenant ce maillot de bain si petit qu’il ne cachait presque rien. Mes mains remontent dans son dos, je trace sa colonne vertébrale du bout des doigts, la sentant frissonné. Je frôle le bandeau de son maillot de bain avec l’envie intense de lui décrocher, mais je n’ose pas. Dois-je vraiment le faire ? C’est si étrange de se retrouver ainsi, des années après. Nous avons quelques années de plus au compteur, et je dois dire qu’Ariana est devenue une femme attirante et vraiment … avouons-le, excitante. D’ailleurs, je ne suis pas certain de pouvoir cacher longtemps mon envie. J’aurais peut dû choisi le short de bain, finalement.      

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maybe you're my savior ✻ pv. Ariana Lun 23 Mar - 22:05

Alexander ∞ Ariana
« Les étrangers te voient comme tu veux qu’ils te voient. Tu ne peux pas tromper les amis. C’est ça qui fait d’eux tes amis... »
Ca y est, le jeu était lancé. D’une façon ou d’une autres, ils risquaient tous les deux de se brûler mutuellement, sans compter qu’ils s’autodétruiraient probablement en s’amusant ensemble. Etait-ce raisonnable de continuer sur cette lancée ardente ? Rien n’en était moins certain. Toutefois, Ariana savait qu’elle ne reculerait pas. Jamais encore elle n’avait fait un pas en arrière après s’être élancée aussi loin dans la séduction. Pourquoi commencerait-elle alors ? Surtout qu’ils se connaissaient déjà, tous les deux. Ce n’était donc pas foncièrement une surprise inattendue que de retrouver son ancien amant. Le premier. Elle n’en gardait pas un souvenir spécialement mauvais. C’était juste maladroite. Comme des enfants qui s’essayaient à des amusements d’adultes. Toutefois, elle ne pouvait pas avouer que ça avait été le Nirvana, mais c’était totalement légitime. Aucun des deux ne savait vraiment ce qu’il fallait faire. Ils étaient si jeunes et innocents, à cette époque. Ils avaient tellement changé, tous les deux ! Ca en ferait rougir plus d’un s’ils énonçaient les conquêtes qu’ils avaient eu depuis cette « first time ».

Elle sent les mains du jeune homme qui se posent sur son dos et elle se cambre machinalement, laissant sa poitrine monter et redescendre plus rapidement, tandis que ses pupilles se dilatent. Il lui fait une proposition alléchante, en lui parlant de ce qu’il s’était déroulé ce matin. Elle esquisse un sourire coquin. « Cette suggestion est... intéressante. » Dit-elle en se mordillant la lèvre inférieure, désireuse de réduire la distance entre eux. Il évoque aussi le fait qu’ils sont seuls et elle frémit. Comme si elle n’y avait pas pensé, tiens ! Il l’assied alors sur ses genoux, ce qu’elle fait machinalement et sans broncher. Sans opposer la moindre résistance. Il parle de continuer l’activité d’avant, mais elle n’en a plus vraiment envie. « Je ne dirais pas que j’ai l’intention de te masser. Du moins pas comme tu viens de le faire. » Sous-entend-t-elle sans le moindre détour, de façon assez explicite. Il caresse ses fesses et donner de légers baisers dans le cou de la demoiselle, ce qui lui arrache un soupire de bien-être et d’excitation. « Mmmh... » Lâche-t-elle entre ses dents, se laissant aller sous la douceur de ses lèvres tentatrices. Lorsqu’il arrête, elle en est presque frustrée. Elle comprend qu’il veut la faire mousser un peu. A ce petit jeu, elle peut être forte aussi. Il évoque alors sa fiancée, et cela fait rire doucement Ariana. « Dans ce cas, nous irons en Enfer tous les deux. » Dit-elle d’une voix sensuelle et suave, plongeant ses yeux foncés dans ceux du jeune garçon. Lentement, elle passe ses mains dans son propre dos et dégrafe sans nul problème son haut de maillot de bain, qu’elle laisse glisser le long de son corps, jusqu’à le retirer entièrement. Elle le place alors sur le bord du jacuzzi, sans quitter du regarde le futur marié. Sa poitrine est libérée, devant lui, et elle la plaque lentement contre son torse musclé et meurtri par quelques cicatrices. C’est à son tour de parsemer son cou de baisers frivoles et légers, bien qu’elle appuie d’avantage à quelques places, suçotant légèrement sa chair. Elle frissonne par instant, tandis que ses mains parcours le dos athlétique d’Alexander. Elle remonte alors ses lèvres jusqu’à son visage. Elle les approche de sa bouche et décide de mordre sensuellement sa lèvre inférieure, sans lui faire mal. Juste pour l’exciter d’avantage. Elle sent son désir grimper dans une ascension vertigineuse et elle n’est pas certaine de parvenir à se maîtriser encore longtemps. Elle essaie, cependant. Elle n’a pas envie qu’il ait l’impression de se sentir forcé, ni même qu’elle profite de sa position de « faiblesse ». Alors, elle se ravise un peu et s’écarte, mordillant au passage le lobe d’une de ses oreilles. Sa respiration est haletante, passionnée, et son regard rempli d’une tendresse sauvage. Etait-ce une bonne idée de faire l’amour avec Alexander ? Pas foncièrement. Mais elle se moquait bien du reste du monde. Surtout qu’elle connaissait la vérité sur ce prétendu mariage. Alors, dans le fond, ce n’était pas mal ce qu’ils étaient entrain de faire.

code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Maybe you're my savior ✻ pv. Ariana Jeu 2 Avr - 23:11

Maybe you're my savior, let me say : Thank you
Ariana & Alexander

Peut être que c’était une mauvaise idée de se retrouver en tête à tête avec Ariana dans ce jacuzzi, et peut être que je devrais arrêter de penser tout court. J’ai juste envie de lâcher prise, d’oublier qui je suis et tous mes problèmes actuels. Ne pas penser à demain, ni à ce fichu mariage… ni même à ce futur incertain qui me tend les bras. Certes, j’ai décidé de prendre mon destin en main…mais pourtant tout me paraît flou quand il s’agit de mon avenir. Alors ce que je vais faire à cet instant précis n’a aucune importance. Je reste le seul juge de mes propres choix.


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Maybe you're my savior ✻ pv. Ariana

Revenir en haut Aller en bas

Maybe you're my savior ✻ pv. Ariana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-