AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

LIZZIE ∇ drop in the ocean.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: LIZZIE ∇ drop in the ocean. Lun 9 Mar - 16:26

lizzie ∞ aldaric
Je crois qu'on devrait arrêter de se voir... Si la bonne santé psychologique d’un homme se traduisait par un fil, cette phrase serait le ciseau ; cruel, implacable et surtout destructeur. Voilà quelques bonnes semaines qu’Aldaric gardait difficilement la tête hors de l’eau comme si des poids étaient accrochés à ses pieds et lui rendaient la tâche bien plus complexe ; eh bien sachez-le ces quelques mots avaient fini de le couler. Emporté vers le fond du fond. Si bien qu’à part un sms de protestation le psychologue n’avait pas su faire autre chose. Il aurait pu insister – et il aurait dû – mais Camille n’avait plus donné de nouvelles pendant un long moment et maintenant qu’il venait de le faire… c’était pour lui lâcher une bombe pareille. Pour le détruire. En réalité, Aldaric était resté longtemps devant son téléphone à craindre une réponse du blond. Mais il n’avait rien dit de plus. S’il n’avait pas appelé, c’était par peur de l’entendre dire de vive voix que tout était fini entre eux – sans doute à cause de son fils. Il ne l’aurait probablement pas supporté, déjà que ce sms-là lui donnait bien envie de se jeter sous un train. Pour ne pas rester en attente tout le reste de la soirée – il avait reçu le sms dans les environs de vingt heures – il avait choisi d’éteindre son portable et de ne pas le prendre avec lui lorsqu’il sortit. Peut-être que le lendemain, Aldaric oserait l’appeler. Pour l’heure, il voulait juste se changer les idées. Oui, boire jusqu’à en oublier son métier, son prénom, Camille.

Ses pas le guidèrent dans un bar. Il n’en fréquentait plus beaucoup depuis le temps car l’alcool avait tendance à le rendre bien plus maussade qu’il n’était, et ne lui rendait pas du tout la joie de vivre comme il le ferait avec d’autres. Peu importait, Aldaric n’imaginait pas pouvoir être plus déprimé qu’actuellement alors ça lui ferait le plus grand bien. C’était bien le comble pour un psychologue : être guetté par la dépression et ne pas savoir y remédier. Peut-être qu’au fond il ne savait pas exercer son métier et que c’était pour cette raison qu’il ne parvenait pas à aller mieux… Ta gueule Aldaric, bois et tais-toi. Il valait mieux. Le psychologue s’installa au comptoir et commanda rapidement un verre. Sa réputation allait très probablement en prendre un coup… Si toutefois elle pouvait être encore plus mauvaise qu’aujourd’hui. A ce rythme-là il allait perdre son cabinet, son argent, son fiancé… tout ce à quoi il tenait. Cette pensée l’attrista davantage, il vida son verre d’un coup.

Il y avait vraiment longtemps qu’il n’avait pas bu. Aussi, quelques verres suffirent à lui faire tourner la tête. Ce n’était pourtant pas assez car les mots de son blond restaient gravés quelque part dans son crâne. Il aurait voulu hurler toute sa peine, frapper le premier venu… Mais quelque chose comme une bonne éducation l’en empêchait. Un dernier verre, Aldaric se releva finalement. Il ne marchait pas très droit, ne voyait pas très bien non plus. De ce fait, pour trouver la sortie il bouscula une ou deux, ou peut-être trois… bon okay une dizaine de personnes. Soit, il valait mieux ça que de se prendre des tables… Enfin. L’air frais lui fit du bien, ça ne dura malheureusement pas. Il avait vraiment trop bu et se retrouva rapidement à quatre pattes par terre pour vomir. De mieux en mieux, le psychologue ne faisait pas vraiment dans le glamour pour ce soir… « Bordel… » L’envie de vomir avait visiblement vaincu celle de pleurer… c’était déjà ça de gagné, non ?
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: LIZZIE ∇ drop in the ocean. Mar 10 Mar - 18:45

You've been drinking like the world was gonna end
Took a shiner from the fist of your best friend
It's clear that someone's gotta go

Un peu honteuse d'aller voir ce film au cinéma, je décide d'y aller toute seule comme une grande, sans accompagnateur. J'achète mon billet à la borne automatique pour ne pas subir le regard assassin de la guichetière féministe à souhait et pour finir, j'achète tout un paquet de bonbons. Prête pour voir le film, j'évolue dans le cinéma jusqu'à la salle indiquée et quand j'entre, les publicités ont déjà commencé et la salle est déjà plongée dans la pénombre. Parfait. J'essaye de cacher au mieux mon visage en laissant tomber ma frange trop longue sur mes yeux et en remontant mon écharpe jusqu'à mon nez pour ne pas être reconnue. Je m'installe à la place indiquée : J-19 et je me fais toute petite jusqu'à ce que le film débute. Le visa d'exploitation est affiché et ce signal m'autorise à manger mes bonbons. Si je ne me donnais pas de limite mentale, je les aurais probablement manger avant même la fin des bandes annonces pour les prochaines sorties.
Je ressors de la salle de cinéma deux heures plus tard et un peu perturbée par cette fin inattendue. Je jette le sachet plein de sucre dans la poubelle à la sortie du bâtiment et je prends la route pour rentrer chez moi à pieds. La ville est déjà plongée dans l'obscurité, mais l'air n'est plus aussi frais que les nuits précédentes, ce qui offre une température plutôt douce si bien que je garde mon manteau ouvert. Sur le chemin, je ne peux m'empêcher de repenser au film que je viens de visionner et qui est une source de déception, mais qui de toute façon ne pouvait pas être mieux quand on connait le livre dont il fait l'adaptation. Au moins, la bande son n'était pas mauvaise, bien au contraire, elle était excellemment bien choisie.

Assez rapidement, j'arrive à la rue qui fait l'angle du Three Mariners et je commence à frissonner en voyant un homme visiblement ivre en train de tituber devant le pub. Une seconde ou deux, j'hésite à faire demi-tour et à passer par un autre chemin - un peu plus long - pour atteindre mon appartement sans avoir affaire à quelqu'un qui empeste l'alcool et risquer de me faire insulter ou pire. J'avance tout doucement, essayant de faire le moins de bruit possible. Je longe le mur d'en face, restant dans l'ombre pour ne pas me faire repérer.
Et c'est là que je le vois s'affaler sur le sol, tombant à quatre pattes avant sur le trottoir. L'effet de surprise est tel que je ne peux pas retenir une petite exclamation, espérant que l'individu ne s'est pas fait mal. Aussitôt, je le vois finalement régurgiter ce qu'il avait dans le ventre. Une main sur la bouche pour masquer ma surprise et les yeux gros comme des soucoupes, je ne peux décemment pas laisser quelqu'un en aussi mauvais point dans la rue ! Je m'en approche, presque en courant et une fois que j'arrive à son niveau, je m'agenouille et me penche en avant et pour poser une main prudente sur l'épaule de l'homme. Le tout en respirant pour la bouche pour ne pas sentir l'odeur de vomi.
« Ça va, Monsieur ? »
Et c'est une fois que je suis proche de lui, que je lui adresse la parole et surtout que je croise son regard confus et triste grâce à la lumière des réverbères que je vois à qui j'ai affaire. Ce n'est pas n'importe quel homme bourré, c'est le psychologue de la ville, plus connu dernièrement pour ses frasques que pour son travail honorable. S'il y a bien quelqu'un que je n'aurais jamais pensé retrouver dans cet état, c'est bien lui. Il semble toujours si performant, si sûr de lui… Que lui est-il arrivé ? Les psychologues de Tenby et de ses alentours, je les connais et pas qu'un peu pour avoir un frère schizophrène qui est même passé par un établissement spécialisé.
« Dr Daire ! Oh mais qu'est-ce qu'il s'est passé ? » finis-je plus pour moi que pour lui alors que je l'aide à se relever

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: LIZZIE ∇ drop in the ocean. Dim 29 Mar - 1:27

lizzie ∞ aldaric
Il arrivait à Aldaric d’avoir des pensées lugubres. Il souhaitait parfois s’endormir et ne jamais se réveiller, ou bien priait pour que toute sa vie ne soit qu’un mauvais rêve, ce genre de rêve que l’on peut, au réveil, balayer d’un revers de main, aussi troublant et déprimant fut-il. Malheureusement tous les matins c’était la même chose. Le psychologue ouvrait les yeux et rien ne changeait. La même souffrance, les mêmes putains de sensations désagréables. Ce soir donc, s’il n’avait pas eu le courage de mettre fin à ses jours – et n’en avait pas spécialement l’envie non plus, enfin c’était à discuter – Aldaric avait cependant souhaité mettre son cerveau sur pause le temps de quelques instants. Ah l’alcool. Doux breuvage qui rendait fou. Il avait cependant oublié que ça ne marchait pas à tous les coups… ou peut-être n’avait-il pas assez bu. En tout cas, Aldaric n’avait pas envie de rire à n’importe quoi, ni de raconter des conneries. Il avait juste eu envie de… de vomir. Ce fut de cette façon qu’il acheva de ruiner sa réputation ; à quatre pattes sur le trottoir.

Une voix féminine lui arracha un grognement. Pas de compagnie. Personne pour le voir. C’aurait été parfait. Tout le monde n’était pas adepte de ragots dans cette ville mais la plupart des gens aimait les propager, d’autres les entendre. Il y avait donc à peu près neuf chances sur dix que cette fille fasse partie de ceux-là et s’empresse de raconter les mésaventures du psychologue à qui veut bien l’entendre. Sur le coup il ne reconnut même pas qui lui parlait, car même si l’alcool ne l’avait pas rendu euphorique, il n’était pas sans effets. Du mal à tenir debout, des nausées, enfin bref les prémices d’une belle gueule de bois. « Est-ce que ça a l’air d’aller ? » avait-il dit peut-être trop agressivement. Ce n’était pas son but, d’être méchant. Mais l’idée que tout le monde puisse l’imaginer ainsi ne l’enchantait vraiment pas. Il avait espéré la faire fuir ainsi mais elle persista. A l’entente de son nom de famille, Aldaric releva les yeux.

Presque tout le monde le connaissait ici, mais on l’appelait rarement Dr Daire, c’était trop formel. Plissant les yeux pour reconnaître la jeune femme qui l’aidait désormais à se relever, il crut la reconnaitre. Oui… parce qu’il n’était pas bien sûr de lui pour le coup. Ce n’était pas vraiment une amie, ni une ennemie d’ailleurs. Une femme qu’il avait croisée quelques fois dans les rues de Tenby et qui lui avait paru bienveillante au possible. Pas le genre à propager les rumeurs… n’est-ce pas ? Une fois sur bien stable sur ses deux jambes – toutefois du mieux qu’il put – Aldaric choisit de s’appuyer contre le mur pour ne plus s’écrouler de la sorte. « Je crois que j’ai trop bu… » Non… SANS DECONNER. Ce n’était probablement pas la question qu’elle lui posait. Mais que voulez-vous… incapable de bien réfléchir. Il se frotta le visage puis la détailla un peu plus sérieusement. « J’avais espéré que ça me rendrait joyeux… maaais hey, parait que sans alcool la fête est plus folle. » Il grimaça franchement. Peut-être que c’aurait été moins dégueulasse de se bourrer la gueule à coup de limonade. Moins efficace, certes… Son prénom ne lui revenant pas, il la dévisagea encore et encore. Merde. Ca la foutait mal… « Excuse, j’dois paraître… euh pi… pitoyable. C’quoi ton prénom déjà ? »

Aldaric eut rapidement un nouveau haut-le-cœur. Heureusement celui-ci n’aboutit à rien, lui souleva juste un peu l’estomac. L’air frais ne changeait vraiment rien. Il se décolla du mur avec difficulté. « On f’rait p’t’être mieux de marcher… » De s’éloigner de la mauvaise odeur également.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: LIZZIE ∇ drop in the ocean. Dim 29 Mar - 20:44

You've been drinking like the world was gonna end
Took a shiner from the fist of your best friend
It's clear that someone's gotta go

Il me répond, amer et je me pince les lèvres, un peu embarassée. Peut-être ne veut-il pas que je me mêle de ses affaires. Peut-être veut-il que je le laisse rendre tout l'alcool qu'il a bu dans cette ruelle sombre tout seul. Malheureusement pour lui, je suis incapable de laisser quiconque dans une détresse aussi apparente que la sienne. C'est plus fort que moi. Je dois aider les gens quand c'est en mon pouvoir et ce n'est pas là une histoire de karma ou de bonnes actions, c'est simplement du civisme, du bon sens et de l'altruisme. Comment vivre dans un monde où il n'y a que de mauvaises personnes ? Quand je remarque à qui j'ai affaire, je suis assez surprise. Pourtant, je suppose que ce genre de frasques arrive à tout le monde et que personne n'est immunisé contre la peine et l'envie de tout effacer en sirotant quelques verres. J'ai assisté à la chute de mon frère dans l'alcoolisme et j'ai l'impression que j'ai pu l'aider à s'en sortir. Il faut croire que le soutenir m'a permise de vouloir aider encore plus les autres, peut-importe leur problème.
Je suis penchée sur l'homme, je le regarde et je lui tends une main quand il décide de se relever. Je me mords la lèvre en voyant sa difficulté et surtout j'y mets de la force pour l'aider à se maintenir stable alors qu'il semble encore vaciller. Il faut dire que le psychologue est loin d'être petit et qu'il fait son poids. Pourtant, ensemble, nous y parvenons et il décide de s'appuyer contre le mur. Sage décision.
Il m'informe d'une évidence et je souris. Pas un sourire moqueur, mais plutôt compatissant. Il continue et c'est de la peine qui commence à m'envahir. Qui aurait pu se douter qu'il allait si mal ? Certes, je ne l'ai pas croisé énormément, mais il était toujours souriant et toujours très aimable. Comment cette descente aux Enfers a-t-elle bien pu se produire ? Il grimace pour me poser une question quelques secondes plus tard. Je reste devant lui, à quelques pas et je lui réponds finalement alors que je cherche désespérément quelque chose dans mon sac.
« Je m'appelle Elisabeth Mathesson. » Je secoue la tête. D'où viennent ses présentations aussi formelles ? « Enfin, Lizzie. Et ce n'est rien, ne vous en faites pas pour ça. » 
Finis-je en relevant la tête après avoir trouver ce que je voulais dans mon sac à main. Je sors la petite bouteille d'eau en plastique presque intacte puisque j'avais finalement préféré boire un soda pendant la séance de cinéma. Après tout, qu'il oubli mon prénom n'a pas une grande importance, je suis quelqu'un qu'on oubli facilement il faut croire… Tout ça parce que j'ai du mal à m'imposer en société. Autant on peut me nommer comme étant « la petite blonde » ou « la tatouée », mais peu de gens retiennent mon prénom. Tant pis, ce soir ce n'est pas ça qui est important, c'est le docteur mal en point. J'ouvre la bouteille d'eau , je m'approche et je la tends au psychologue.
« Tenez, buvez… Il faut rester bien hydraté si vous ne voulez pas avoir de maux de tête demain matin. M'enfin vous êtes médecin, je ne vous apprends rien. »  
Je baisse la tête, un peu gênée quant à ma tentative pour le faire aller un peu mieux. Ce n'est pas comme s'il avait fait de longues études en sciences alors que moi j'étais encore au stade d'étudiante pour devenir professeur. Je secoue la tête et je me recule de quelques pas une fois qu'il a la bouteille en main.
Une seconde j'ai l'impression qu'il va régurgiter de nouveau, mais il se retient visiblement et préfère se décoller du mur en brique pour s'éloigner de l'établissement en me proposant d'aller marcher. J'hoche la tête et je m'approche aussitôt pour le tenir par le bras en voyant sa démarche chancelante. Je peux au moins le stabiliser un minimum, mais s'il décide de s'écrouler à nouveau, je doute être en mesure de le retenir. Alors lentement, on s'éloigne du bar et on avance. Pour dire vrai, je ne sais pas vraiment où nous allons. L'idéal serait peut-être de le reconduire chez lui.
« Vous voulez sûrement rentrer chez vous… Vous habitez loin ? Vous êtes venu en voiture ? » 

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: LIZZIE ∇ drop in the ocean. Mer 8 Avr - 16:05

lizzie ∞ aldaric
Lizzie. Ce prénom lui disait quelque chose ; il n’était pas exclu qu’Aldaric ait déjà entendu parler d’elle ou lui ait même déjà parlé une fois ou deux. De toute façon à Tenby tout le monde connaissait tout le monde, soit directement soit par l’intermédiaire des ragots des autres. C’était ce qui le détruisait actuellement. Dans des villes comme Paris ou New-York il y avait certes des potins, des commères, mais la population était tellement dense que peu de gens y faisait attention. Ici tout le monde se connaissait et se côtoyait. Ainsi, on savait quand tel voisin divorçait, quand un autre allait devenir papa et quand forcément… un troisième faisait une connerie. Etrangement, les gens se complaisaient davantage dans le fait de raconter les bourdes que les bonnes nouvelles. Bon, il fallait avouer que niveau bonnes nouvelles, Aldaric n’était pas franchement à la pointe. Il allait se marier et avoir un enfant, de bonnes choses certes mais des choses qui résultaient de sa connerie légendaire et dont personne ne se réjouissait donc. Il aurait aimé qu’on vienne le voir pour le féliciter. Il aurait aimé quelques sourires chaleureux en se baladant dans les rues de Tenby. Une seule personne s’était réellement manifestée à propos de son mariage ; Ian. C’était assez triste dans le fond, et encore plus qu’Aldaric ne se l’imaginait d’ailleurs : les seuls mots réconfortants venaient d’un gamin qui profitait de lui et de son argent.
Camille n’était même pas là pour le réconforter.
Oh qu’il pouvait être égoïste, ce psychologue. Se plaindre que sa vie foutait le camp alors que celle de son blond n’allait pas mieux : son fils lui faisait la guerre et menaçait de fuguer. Parfois Aldaric se sentait vraiment minable, un déchet humain.
Camille…

« D’accord, Lizzie. » Il la regarda longuement. Aldaric allait essayer de se souvenir de son prénom… ce ne serait pas chose facile mais il y tenait. Elle chercha un moment dans son sac avant de lui tendre une bouteille d’eau. Dans la vie il y avait les gens minables et les bonnes personnes. Incontestablement, cette femme faisait partie de la deuxième catégorie. Pour une simple bouteille d’eau oui. Et peut-être pour sa gueule d’ange aussi. Ne pas se fier aux apparences… c’était une chose qu’Aldaric ne savait pas appliquer dans la vie de tous les jours. Encore moins quand il avait trop bu ! Il la remercia à voix basse et prit quelques gorgées d’eau. Elle avait raison. Il n’aurait pas pensé à le faire si elle ne le lui avait pas dit… Dans son état, éviter le mal de tête lui serait franchement bénéfique. « Merci… j’y aurais pas pensé tout seul… je pense pas à grand-chose. » avoua-t-il avant de lui rendre la bouteille. Oh, il pensait en réalité à trop de choses, mais jamais les bonnes.

Ils se mirent à marcher doucement. Lizzie se posta près de lui car il ne tenait pas vraiment debout, et Aldaric apprécia le geste. Seulement voilà, son visage se déforma rapidement en une grimace lorsque la jolie blonde lui posa une colle. Il n’était pas venu en voiture, ça c’était certain. S’il habitait loin… ? Aie. Toutes les rues avaient l’air de se ressembler actuellement, et il ne maîtrisait pas très bien sa nouvelle adresse. Voilà qui allait l’occuper un moment… Il se frotta la nuque, l’air embarrassé. « Je… sais pas. J’vois à quoi ressemble mon appart… de là à savoir le retrouver… » Il fit la moue. Il trébucha un peu, en profita pour s’éloigner de Lizzie. S’il était venu boire seul c’était pour n’être un poids pour personne. Ou peut-être aussi – surtout même – parce qu’il n’avait pas un seul ami à Tenby. « C’est rieeen… Je vais finir par le retrouver ! Il est… sans doute par-là ! » dit-il en pointant une rue au hasard du doigt. La nuit risquait d’être longue… « Rentre chez toi… merci… ehm… Lizzie. » Son prénom lui était revenu, c’était déjà pas si mal.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: LIZZIE ∇ drop in the ocean. Ven 10 Avr - 12:05

You've been drinking like the world was gonna end
Took a shiner from the fist of your best friend
It's clear that someone's gotta go

Je le regarde boire quelques gorgés d'eau… Même si je sais éperdument que ces quelques gorgées ne vont pas le faire décuiter aussi sec, j'ai l'espoir que ça l'aide tout de même à reprendre ses esprits. Le psychologue a l'air tellement triste, tellement abattu et à fleur de peau… J'aimerais pouvoir l'aider. J'aimerais pouvoir faire quelque chose pour lui car je suis simplement incapable de laisser quelqu'un dans une détresse de ce genre. J'essaye de lui montrer qu'il n'est pas seul et que je reste près de lui pour le moment en lui souriant, toujours un peu timidement. Il me redonne la bouteille d'eau et je la remets aussitôt dans mon sac à main en prenant soin de bien la refermer avant. Qu'elle se vide dans le fond de mon foutoir est bien la dernière fois que je veux.
Alors quand il se décolle du mur pour se mettre en marche, je le suis de près, dans le but de le stabiliser et lui éviter une nouvelle chute. Pourtant, quand je lui demande où il vit, Aldaric s'écarte vivement, toujours un peu chancelant pour finalement m'avouer qu'il n'est pas très sûr d'où se trouve son appartement et ensuite presque m'ordonner de rentrer chez moi. Je fronce les sourcils. S'il croit que je peux décemment le laisser dans cet état, seul, dans les rues de Tenby, il se trompe éperdument. Pendant une seconde, je pense à le ramener chez moi le temps qu'il dessaoule un peu et qu'il soit assez lucide pour retrouver son chemin, mais je balaie cette idée aussitôt. Même s'il est un bon psychologue, je ne sais pas quel genre d'hommes il est hors du travail. De plus, il n'est pas dans son état normal, et même si j'ai toujours une bombe lacrymogène à porter de main, il reste un homme plus âgé, plus fort et beaucoup plus grand que moi. Aussi, il reste un homme assez désespéré pour se saouler complément seul un soir de semaine. Non, je ne peux pas l'inviter chez moi. Alors je vais l'aider à chercher son appartement dans la rue qu'il a indiqué, même si ça nous prends toute la nuit.  
« Si vous pensez que je vais vous laisser comme ça dans la rue, c'est mal me connaître ! » 
Et en effet, comment pourrait-il me connaître alors que nous ne nous sommes jamais entretenus réellement ensemble ? Je me pince les lèvres et alors j'avance dans la rue qu'il a indiqué. Il me suit et j'attends qu'un flash lui revienne. Ca ne doit pas être si difficile de trouver son appartement, non ? A voir l'état dans lequel Aldaric s'est mit, je me félicite un peu plus de ne pas aimer l'alcool et n'être qu'une buveuse occasionnelle. Un verre suffit amplement à me faire tourner la tête et le deuxième suffit de m'achever. Alors j'évite.
La native de Tenby que je suis connais quasiment où tout le monde vit dans cette bourgade alors les recherches diminuent sérieusement et au bout d'une bonne demie heure, on trouve enfin le logement du psychologue.
Il essaye d'ouvrir la porte, mais après trois essaies pour faire rentrer la clé dans le trou de serrure, il abandonne et me met son trousseau de clés dans la main pour que je lui ouvre. On franchit la porte principale de l'immeuble, mais maintenant il faut qu'il retrouve l'étage dans lequel il vit et surtout, la porte de son appartement… Le plus délicat probablement car toutes les portes se ressemblent. Mais il a l'air un peu plus sûr de lui cette fois. Je l'aide dans les escaliers et j'ouvre la porte qu'il m'indique. Comme la clé entre dans la serrure sans problème, j'en conclus que nous sommes devant le bon appartement. J'ouvre et je m'écarte pour le laisser passer en premier.
« Bienvenue chez vous ! » Dis-je un peu pour plaisanter.
Nous étions tellement mal partis que c'est une véritable victoire d'avoir trouvé sa destination. Sur le pas de la porte, je lui repose les clés sur un meuble dans l'entrée probablement prévu à cet effet. J'attends quelques secondes. Je n'ai pas encore tout à fait confiance pour le laisser seul, mais je ne me permets pas de rentrer sans permission. Alors un peu hasardeuse, je demande.
« Ca va aller ? »

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: LIZZIE ∇ drop in the ocean. Ven 24 Avr - 23:11

lizzie ∞ aldaric
Elle ne le laissait pas tomber. Lizzie ne le connaissait pratiquement pas, de nom ou de réputation peut-être, pourtant elle tenait à l'aider jusqu'au bout. Comment expliquer cette situation ? Beaucoup de personnes l'avaient laissé tomber, des connaissances, des amis... Son fiancé, actuellement. Et Lizzie, une inconnue, restait près de lui pour l'aider et le ramener chez lui. S'il avait eu l'esprit assez clair pour y songer, sans doute aurait-il été assez ému. Pour le coup, l'idée lui traversa à peine le crâne. Elle reviendrait probablement le secouer de plein fouet le lendemain matin mais pour l'heure...
Le problème maintenant était de retrouver son appartement. C'était un peu comme jouer à Où est Charlie, sauf qu'on ne cherchait pas un abruti à rayures mais un immeuble semblable à beaucoup d'autres... bourré, en plus de ça. Heureusement, Lizzie n'avait pas bu, ça leur faisait donc un cerveau en état de marche sur les deux. Et ce ne fut pas de trop ! Ils mirent environ une demi-heure à trouver l'immeuble. Entre le psychologue qui peinait à tenir debout et Liz' qui tentait de le faire taire... à croire qu'il s'était découvert une nouvelle vocation : la chanson. Peut-être aurait-il plus de succès ? Peu de chance...
En tout cas, Aldaric semblait plus guilleret en compagnie de la jeune femme. Moins seul. L'alcool ne lui avait pas enlevé cet amer goût de solitude, Lizzie, elle, y était momentanément parvenue.
Seulement, elle allait finir par s'en aller, certainement dès qu'ils auraient trouvé son appartement. Et il n'était pas totalement con, ni totalement déchiré pour ne pas se rendre compte de ça ; aussi avait-il peut-être retarder l'échéance... volontairement.
Enfin. Ils parvinrent à atteindre leur destination. Ou du moins la moitié. Comique que de voir le psychologue regarder désespérement à travers les judas afin de savoir si son appartement se trouvait derrière ce dernier ou non. Comique ou bien désespérant...
Soit, ils parvirent à trouver le bon appartement. Dernière épreuve ; ouvrir la porte. Il confia finalement la tâche à Lizzie, certainement bien plus apte que lui à la réaliser.

Il se sentit à la fois soulagé et triste en passant la porte de son appartement. Elle signifiait solitude, accessoirement gueule de bois, et cela lui retirait toute sa pseudo joie. La remarque de la jolie blonde ne le fit même pas sourire. A quoi bon avoir un chez soi, si c'était pour y vivre éternellement seul ? Autrefois il avait dans l'idée d'y accueillir Camille... Autrefois, c'était assez drôle, utiliser un mot remontant à si loin pour quelque chose qui devait être actuel.
« Ca va aller ? » Non, clairement pas. Il lança d'ailleurs un regard plein de désespoir à la jeune femme avant de se laisser glisser contre un mur. Ne pars pas. Il ne pouvait décemment pas lui demander ça. Il espérait simplement qu'elle le comprenne... « Je crois que... que j'vais aller prendre une douche... et dormir. » C'était son programme pour les prochains jours : dormir. Ne plus quitter son lit. Son boulot ? Bof, ses patients avaient tendance à déserter. Il se frotta le visage. L'envie de pleurer remplaçait celle de vomir, chanter, rire. Il essaya de ne pas le montrer, mais n'y parvint pas vraiment. « Si tu as soif ou... quoique ce soit... sers-toi. » Il tenta de se redresser, se remit sur ses deux pieds avec un peu de mal. Il espérait qu'elle ne partirait pas pendant qu'il était sous la douche, espérait même qu'elle ne partirait pas du tout pour cette nuit. « Euh... à plus... ouais. » Il fila dans la salle de bains, laissant couler ses larmes sur le chemin.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: LIZZIE ∇ drop in the ocean. Sam 25 Avr - 18:43

You've been drinking like the world was gonna end
Took a shiner from the fist of your best friend
It's clear that someone's gotta go

On arrive dans l'appartement du psychologue, mais je reste sur le pas de la porte tandis que l'homme entre chez lui. Pas très à l'aise avec l'idée de le laisser tout seul dans cet état, je lui demande si ça va aller, et sa réponse, bien qu'elle ne soit pas sonore, me fait tout de suite l'effet d'une bombe. Avec ce regard rempli de détresse, je ne peux pas le laisser seul. Mais est-ce vraiment raisonnable de rester avec cet homme alors que je ne le connais même pas personnellement ? C'est tout un dilemme que de savoir quoi faire. Rester et veiller sur lui ou rentrer chez moi pour aller me coucher et faire comme si je n'avais pas remarqué à quel point il avait besoin d'une présence ?
Mon corps fait mon choix à ma place quand je fais un pas dans l'appartement et que je referme la porte derrière moi. C'est décidé, je ne le quitte pas tout de suite. Je vais attendre qu'il dessaoule un peu avant, histoire d'avoir la conscience un peu plus tranquille.
« D'accord… Je vais rester un peu alors. » 
Je l'observe se redresser sans pour autant lui venir en aide, craignant qu'il ne pense que je le prenne pour un handicapé si je l'aide avec le moindre de ses mouvements. Une fois droit, il prend la direction - je suppose - de la salle de bains et deux secondes, j'hésite à le devancer pour aller chercher les rasoirs. Puis, je me souviens que ce n'est pas un suicidaire ; Il n'en a en tout cas pas montré les signes, alors j'abandonne l'idée et je sors du hall pour découvrir l'appartement plus en profondeur tandis qu'Aldaric s'éloigne dans la direction opposée. A première vue, l'appartement en ferait crever d'envie plus d'un : assez spacieux et bien agencé avec un ameublement de goût. En bref, un appartement que j'échangerais volontiers contre le mien. Je suis dans la pièce principale et je me mets alors à mon aise. J'enlève ma veste et je pose mon sac à main sur le canapé du psychologue. Ensuite, je continue ma petite visite en me rendant dans la cuisine. Aussitôt, je rempli la bouilloire d'eau et sans même chercher, je vois une boite d'infusions sur le plan de travail. Je prépare deux tasses et en attendant qu'Aldaric termine sa douche, je m'installe sur le canapé et je mets ce temps à profit en sortant mes fiches de révisions.
Bien installée, là, à siroter mon infusion d'une main et à lire mes fiches de révisions de l'autre, j'en oublierais presque que je suis dans le salon d'un psychologue éméché et diablement beau. Je suis d'ailleurs tellement absorbée dans ma tâche que je ne remarque pas quand l'eau arrête de couler dans la pièce voisine. Je ne relève la tête que quand j'entends les pas d'Aldaric dans le salon. Je range mes fiches dans mon sac et j'esquisse un sourire bienveillant à l'intention du brun. D'un mouvement du menton, je lui indique la tasse intacte sur la table basse.
« Ca va un peu mieux ? Je vous ai fait une infusion. Ca évitera sûrement d'avoir la tête qui tourne quand vous vous coucherez. » 
Encore une fois, je crains qu'il ne me pense trop envahissante à cause de mes initiatives, mais autant dire que c'est plus fort que moi et que je ne peux pas laisser quelqu'un déprimer, surtout s'il y a un problème avec l'alcool en jeu… Je n'ai vu que trop bien les ravages que ça a pu faire sur mon frère. Jusqu'à la fin, je me dois de l'aider. Mais pour faire la conversation et pour ne pas trop me donner des airs de médecin/ange gardien, je reprends sur une conversation plus légère.
« Oh, et de ce que j'ai vu, vous avez un très bel appartement ! » 

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: LIZZIE ∇ drop in the ocean. Jeu 30 Avr - 13:59

lizzie ∞ aldaric
Lizzie restait. Ouf. On pouvait voir la jeune femme comme celle qui allait probablement lui sauver la vie ! Aldaric ne savait pas ce qu'il se serait passé s'il n'était pas tombé sur la jolie blonde mais il n'avait pas vraiment envie de savoir, tout compte fait. Il espérait se rappeler de cette soirée le lendemain, cela lui servirait probablement d'exemple. « Merci. » avait-il murmuré avant de filer dans la salle de bains. Là, il évita de se regarder dans le miroir. Personne n'avait envie de se voir dans un tel état. Personne ne voulait se rendre compte de l'image que l'on reflétait réellement, car elle différait souvent de celle que l'on pensait, et voulait refléter. Jamais Aldaric n'avait voulu passer pour un alcoolique par exemple. Le hasard – ou la succession d'évènements peu heureux – avait cependant voulu lui faire prendre cet aspect lors d'un soir. Enfin, espérons que ce n'était que pour un soir et qu'il n'y prendrait pas goût... La gueule de bois qu'il aurait sans doute le lendemain veillerait en tout cas à le dissuader de recommencer ; il n'avait plus vingt ans.
Oh oui, et c'était un autre problème. Chaque jour passait et lui il vieillissait. Sans vraie famille. Sans réellement d'amoureux. Ce qu'il avait c'était des bouts de différentes choses. Il avait son bout de famille avec sa fille. Il avait en ce moment un bout d'amoureux, un fiancé, qui à priori ne semblait plus vouloir de leur mariage. Des amis ? Eh bien, pas réellement. Pas à sa connaissance. Ian n'était pas réellement un ami, mais c'était celui qui s'en approchait le plus. Un gamin, oui. Lizzie pouvait-elle passer pour une amie ? Il aurait bien voulu. Aldaric aurait adoré la connaître avant, ça l'aurait beaucoup aidé. Mais actuellement elle ne devait être qu'une jeune femme guidée par ses bonnes intentions, et le lendemain elle ne serait plus là. Aldaric était pratiquement certain de ne pas la revoir, tout simplement parce qu'on ne souhaitait pas revoir un homme comme lui.

Enfin.

Il se déshabilla en s'appuyant contre le mur puis entra dans la douche. L'eau chaude lui remit un peu les idées en place, ou en tout cas lui fit du bien. Elle ne chassa malheureusement pas son début de dépression... en espérant que le sommeil à venir s'en charge à sa place.
Il tarda un peu. A vrai dire, être de nouveau confronté aux yeux de Lizzie ne l'enchantait pas. Elle avait pourtant un regard bienveillant et dénué de jugement... et puis c'était lui qui avait " insisté " pour qu'elle reste ici.
En sortant de la douche Aldaric essaya d'avoir un air un peu plus présentable. Lui qui se serait habituellement baladé en boxer eut la bonne idée d'enfiler un bas de jogging. Il ne devait pas oublier qu'il n'était pas seul.

De retour dans le salon, il regarda Lizzie et fut touché qu'elle ait pensé à lui faire du thé. C'était stupide, mais il se sentait tellement seul que ça lui mit les larmes aux yeux. Depuis combien de temps ne s'était-on pas occupé de lui ? Des lustres, et il l'avait cherché. Lizzie mettait fin à des semaines de solitude. Pour une soirée, en tout cas. Il s'approcha et se posa sur le canapé près d'elle, un peu moins lourdaud que tout à l'heure. Le psychologue ne se sentait pas en pleine forme mais c'était un début, et il ne risquait plus de se mettre à chanter haut et fort. « C'est vraiment gentil. » Il se frotta la nuque. Un ange, cette fille. Il attrapa la tasse et but une gorgée.
« Je n'ai aucun mérite... il était presque comme ça quand je l'ai eu. » Il haussa les épaules. « Enfin... j'suis pas sûr de pouvoir le garder. » Les problèmes d'argent s'ajoutaient au reste. Il posa sans s'en rendre compte sa tête contre l'épaule de Lizzie et ferma les yeux. « J'n'avais jamais vu ma vie comme ça... j'ai tout gâché en vrai. Tu sais la sensation que ça fait ? C'est horrible. » Il secoua la tête avant de soupirer. « Parle-moi de toi. Tu es mignonne, je suis certain que tout te réussit... » Dans d'autres circonstances il aurait peut-être pu la draguer. Peut-être. Là il était juste sincère, l'alcool aidait souvent à ça.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: LIZZIE ∇ drop in the ocean. Ven 1 Mai - 19:18

You've been drinking like the world was gonna end
Took a shiner from the fist of your best friend
It's clear that someone's gotta go

Je révise parce que c'est la seule chose que je suis sûre de savoir faire présentement et aussi parce que je ne suis pas chez moi donc pas à mon aise. En effet, c'est la seule chose que je sais faire et j'appréhende la réaction du psychologue à l'instant où il sortira de la douche. Va-t-il me jeter dehors ? Ou devenir entreprenant ? Evidemment, j'avais pensé à cette possibilité en m'aventurant dans l'appartement, mais je ne pouvais pas m'empêcher de penser que cet homme n'a rien de méchant et qu'au contraire, il a un bon fond. Il est simplement en train de traverser une mauvaise passe. Dans le doute, j'envoie tout de même un message à mon meilleur ami pour le prévenir d'où je suis au cas où je venais à disparaitre. Simple précaution. Mieux vaut prévenir que guérir, pas vrai ? Alors j'attends que le brun revienne tout en potassant mes fiches centrées sur la phonétique.De temps en temps, je souffle sur mon infusion pour la refroidir et j'en bois quelques gorgées. Aldaric revient quelques minutes plus tard et il n'a toujours pas l'air de vouloir m'éjecter. Bon point ! Cependant, il n'a pas l'air particulièrement ravi de me voir et je ne sais plus vraiment quoi en penser. J'ai été trop envahissante… J'aurais dû m'en douter. Et l'infusion était de trop aussi. Il m'en veut d'avoir fouillé quelques placards dans sa cuisine… Je baisse la tête dans un premier temps, mais je deviens de plus en plus confuse quand il semble réellement touché par mon geste et qu'il me remercie. Alors naïvement, je lui réponds.
« Mais de rien, ça me fait plaisir.  » 
Et c'est la vérité. Si j'ai décidé de l'accompagner et de ne pas le laisser mourir à côté du bar, ce n'est pas pour ne rien faire et le regarder s'enfoncer dans sa misère.
Il vient s'asseoir à côté de moi, va même jusqu'à poser sa tête sur mon épaule, ce qui me fait aussitôt me raidir. Alors ça, je ne m'y attendais pas, mais je laisse couler et ne fait aucun commentaire. Ce n'est pas que ça me gène, simplement que c'est plutôt inattendu. Il semble également avoir retrouvé l'usage de la parole : cette fois, pas pour chanter et cette fois, avec la capacité de faire de vraies phrases avec un sujet, un verbe et un complément et en cela, je vois un progrès majeur. Malheureusement, j'aimerais que ce qu'il ait à dire soit meilleur. Je me doute que s'il est allé se cuiter, ce n'était pas pour fêter quelque chose, mais plutôt pour oublier ou noyer sa peine, comme le font souvent les gens qui boivent. Je suis peinée d'apprendre que ça va si mal dans sa vie et j'essaye de faire fi de ce dont j'ai déjà connaissance (aka, les ragots qui se propagent aussi vite que de la mauvaise herbe) pour mieux me concentrer sur ce qu'il me dit.
Je bois une nouvelle gorgée et j'essaye d'être honnête.
« Je suis désolée d'apprendre que ça va si mal… J'espère que ça s'arrangera. Personne ne mérite de se sentir comme ça. » 
J'ai envie de me foutre des baffes en entendant la platitude de ce que je peux bien raconter au psychologue. Ce n'est sûrement pas ces phrases bateaux qu'il en envie d'entendre, alors j'essaye de reprendre, cette fois avec un peu plus de coeur.
« Vous savez, il n'est jamais trop tard pour remettre de l'ordre dans sa vie… Il faut essayer de bien s'entourer et de se concentrer sur les bonnes choses. Vous avez une fille il me semble, non ? Ca doit être magnifique de devenir parent… » 
Lance-je, un peu rêveuse. Evidemment, j'ai encore le temps pour ce genre de chose, mais à bientôt 25 ans, je remarque que j'y pense de plus en plus et que je m'arrête devant les rayons de vêtements pour enfants sans même vraiment y faire attention…
Aldaric change de sujet et décide qu'il est temps de parler de moi. Je me sens m'empourprer à son compliment et je suis heureuse qu'il ne soit pas en face de moi, sinon je me serais probablement mise à glousser comme une collégienne de treize ans. Pourtant, ce n'est pas le tout de se faire complimenter, il faut également que je trouve quoi répondre au brun. Evidemment, j'ai envie d'être honnête et de lui remonter le moral, mais j'ai soudain peur que si j'expose trop mon bonheur actuel, ça ne soit lui qui le vive mal. Alors je relativise et je tente d'équilibrer les choses.
« Je ne sais pas si tout me réussi, mais oui, je n'ai pas à me plaindre. D'ici quelques mois, si tout se passe bien, je serai instit', donc professionnellement, je crois que ça ne s'annonce pas trop mal. Pour ce qui est du reste, je viens d'aller voir le film le plus risible de la décennie : comprenez Fifty Shades of Grey, alors je préfère ne pas trop faire de commentaires. » 

A cela, je m'esclaffe sans retenue jusqu'à ce que je prenne une nouvelle gorgée de l'infusion pour me calmer.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: LIZZIE ∇ drop in the ocean. Ven 15 Mai - 14:41

lizzie ∞ aldaric
La présence de Lizzie avait un bienfait incroyable. Aldaric ne pouvait pas affirmer qu'il allait bien, mais en tout cas il allait un peu mieux. Sans elle c'aurait été bien pire, il n'aurait jamais trouvé son appartement et se serait probablement endormi dans le caniveau. Le lendemain on l'aurait trouvé, et sa réputation n'aurait eu de cesse de dégringoler... Oui, on pouvait dire que Lizzie avait sauvé son boulot, en quelque sorte. Les prochains jours s'annonçaient compliqués. Comment aider les gens alors qu'on avait nous-même besoin d'aide ? Il n'en savait trop rien, et espérait ne pas devenir un mauvais psychologue. Enfin, ce n'était pas le moment d'y songer au risque de sombrer dans une profonde dépression. Plus profonde en tout cas. Aldaric sourit tristement. « Certaines personnes ont fait tellement de mal dans leur vie qu'elles méritent d'en avoir en retour, je crois. J'ai été un beau connard en vrai. C'est sans doute ça le karma... » Il se frotta le visage. Sa langue semblait bien déliée en compagnie de Lizzie. Il ne parlait que rarement de ses problèmes – à qui le faire, en même temps ? – et il semblait avoir un peu plus de facilités avec la jolie blonde. A moins que l'alcool n'aide ? C'était peut-être un somptueux mélange des deux. « De toute façon tu es certainement au courant... ici tout le monde sait tout. » Il se frotta le visage. Il se demanda de la même façon pourquoi elle tenait tant à l'aider alors qu'il était devenu un moins que rien. Altruiste, cette jeune femme. Et adorable.

« C'est vrai, ma fille est formidable. Mais c'est pas l'image que j'avais d'une famille. C'est... pas ce que j'aurais voulu pour elle. » Il soupira. Parler de sa fille c'était toujours un bonheur en général mais il était bien difficile de lui retirer ses idées moroses pour le coup. « Elle grandit vite, c'est incroyable. » Aldaric sourit finalement un peu. Il l'aimait sa fille. Il l'aimait tellement fort... c'était sa bouée de sauvetage, celle pour qu'il restait en vie ou plutôt pour qu'il survivait. Il fallait avouer qu'Aldaric avait encore un peu d'espoirs concernant sa relation avec Camille : tant que ce dernier ne l'aurait pas quitté réellement, il pouvait y croire un peu. Au fond c'était peut-être cet état de doute qui l'empêchait de tourner la page. « Avec plus de personnes comme toi dans ma vie, je me porterais sans doute mieux. » Il haussa les épaules. C'était une fille bien. Et il avait besoin de gens comme elle. Même si, à priori, ils ne seraient pas spécialement amenés à se revoir par la suite... qui sait.

Aldaric changea finalement de sujet, lui demandant de lui parler un peu d'elle. Il voulait s'enlever toutes ses pensées néfastes de la tête après tout, alors autant faire connaissance. Il sourit très légèrement. « Ce sera donc à toi que je veux confier ma fille plus tard, pour l'instruire. » qu'il dit honnêtement. « Tu seras une instit' formidable je pense. T'as déjà l'altruisme et la générosité, change rien. » Il pouffa à son tour lorsqu'elle lui énonça le dernier film qu'elle avait vu. C'était assez cliché... mais amusant. « Même forcé je ne regarderais jamais ce film... » Il la regarda. « Alors, est-ce qu'il ta plu ? Je ne me moquerais pas, promis. »

La tasse vide, il commença petit à petit à perdre le fil de la conversation. Plusieurs fois il lui demanda de répéter, s'excusant à chaque fois. Sans doute l'heure d'aller dormir... Aldaric regarda l'heure. « Tu devrais... rentrer. Il est tard. Mais en tout cas merci pour... tout ça, quoi. C'était sympa de ta part, je m'en souviendrais. » Enfin, il espérait s'en souvenir !
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, deborah, nate, jesse & yevgeniya
TON AVATAR : béatrice martin
TES CRÉDITS : shyia (avat) penny (gif signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 2452
POINTS : 3792
ARRIVÉE À TENBY : 18/02/2015


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 yo (09.04.90)
CÔTÉ COEUR : perdue
PROFESSION : tutrice à l'université de swansea
REPUTATION : elle vient de faire une fausse couche, elle est éteinte depuis



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: LIZZIE ∇ drop in the ocean. Lun 18 Mai - 10:45

You've been drinking like the world was gonna end
Took a shiner from the fist of your best friend
It's clear that someone's gotta go

« Le coeur a ses raisons que la raison ignore, c'est bien ce qu'on dit ? Je suis sûre que vous n'êtes pas un… connard. » 
Fis-je, innocemment en haussant les épaules, car pour cette fois, je ne partage pas le point de vue du psychologue. J'ai beau savoir ce qu'il a fait ou tout du moins, je connais quelques bribes de l'histoire et je ne pense pas que ce soit pour autant qu'on puisse le qualifier de connard. Certes, il a laissé une femme enceinte pour un homme et ce coming-out a certainement été comme une bombe à Tenby, mais je suppose qu'intérieurement, avouer à sa fiancée qu'il ne pouvait plus rester avec elle, surtout après que cette dernière ait avoué pour sa grossesse a été très difficile parce qu'il savait des lors que la garde de l'enfant serait partagée. Et puis, ce n'est pas comme s'il avait fui pour vivre sa passion au Guatemala et qu'il avait abandonné la jeune femme enceinte derrière lui – non, il semble présent et il semble adorer sa fille. Ma grande naïveté joue un rôle de taille dans cet échange, mais je ne peux pas me résoudre à voir le mal chez les gens et même si c'est un problème récurrent, j'essaye de me dire qu'ici, elle m'aide à ne pas juger Aldaric sur ses actions et à ne pas le jeter dans la fausse aux lions. Toujours essayer de voir le bon chez les autres pour ne pas vouloir se tirer une balle à la fin de la journée. Voir le bon pour garder foi en l'humanité et essayer d'être meilleur soi-même.
Quand on évoque sa fille, un sourire triste étire mes lèvres et je ressens le besoin de lui prendre la main pour ne pas le laisser trop sombrer dans ses idées noires. Avoir une fille, c'est magnifique, mais pouvoir l'élever, c'est mieux. Et c'est sûr qu'avec une garde partagée, la tâche se complique. Je lui serre la main alors dans le but de lui montrer ma compassion et j'ajoute à voix basse sans pour autant le regarder.
« Aimez la autant que vous pouvez et vous n'aurez rien à vous reprocher, même si ce n'est pas l'image que vous aviez d'une famille. De toute façon, les choses se passent rarement comme on les imagine, mais ce n'est pas une raison pour ne pas faire de son mieux. » 
Je lâche la main du trentenaire en comprenant qu'une nouvelle fois, je dépasse les bornes en lui dictant sa conduite car même si je ne veux que son bien, c'est vrai que ce n'est pas à moi de lui dire ce qu'il doit faire ou non. Malheureusement, cette scène me rappelle tellement ces soirées pendant lesquelles je partageais de longues conversations avec mon frère pour l'aider à sortir de sa dépendance de l'alcool.
Aldaric poursuit avec les compliments et je baisse les yeux à nouveau, essayant de ne pas trop rougir devant toutes ces belles choses. Ces belles choses qui me font comprendre que je me suis dirigée dans une bonne voie car il y a peu, ce sont des dires similaires auxquels j'ai eu droit. Timide, mais reconnaissante, je pose enfin mon regard dans ses iris azurées.
« Merci beaucoup, c'est très gentil ce que vous dites. » 
Ca l'est et ça me conforte dans l'idée que cet homme n'est pas un connard, sinon il ne m'aurait pas posé de questions et il ne m'aurait pas dit tous ces compliments. L'éclat de rire qui sort de ses lèvres quand je lui parle de mon expérience cinématographique me fait sourire et à sa question je réponds pas une moue mitigée. J'ai aimé un certain aspect du film, mais j'ai détesté un autre, alors pas facile d'avoir un avi convergent.
Quand sonne l'heure des adieux, je me lève du canapé, prends les deux tasses et les pose dans l'évier. Je reviens vers Aldaric quelques secondes plus tard et j'enfile ma veste, vérifie que je n'oublie rien et passe enfin à l'au-revoir.
« C'est vrai qu'il se fait tard, mais ne me remerciez pas, c'est normal. Passez une bonne nuit! » 
Conclus-je, souriante avec la certitude que je viendrais prendre de ses nouvelles d'ici quelques jours.

_________________


« high hopes »
You could be my unintended choice to live my life extended, you could be the one I'll always love, you could be the one who listens to my deepest inquisitions © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: LIZZIE ∇ drop in the ocean.

Revenir en haut Aller en bas

LIZZIE ∇ drop in the ocean.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-