AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Nulle amie ne vaut une soeur - DEVYN & NEREA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Nulle amie ne vaut une soeur - DEVYN & NEREA Sam 24 Jan - 2:49

Encore une fois, on l'avait appelé pour remplacer une serveuse qui était tombée malade. Trop heureuse de se faire quelques tunes pour quelques heures travaillée dans la journée, Nerea avait accepté avec joie. Cependant, avant même de se rendre au glacier, elle savait que sa journée serait une journée de merde. Déjà, en sortant de son lit, elle avait glissé sur une de ses chaussettes qu'elle avait oublié de mettre au sale et s'était retrouvé le cul par terre et les jambes en l'air. Elle avait eu l'air maligne comme ça. Heureusement que personne n'était entré dans sa chambre alors qu'elle se trouvait dans cette position. Seulement, elle s'était réellement fait mal et ça n'était pas passé. Elle avait du prendre des médicaments pour calmer la douleur. S'il n'y avait eu que ça, elle aurait pu penser que ce n'était que le coup du destin et qu'elle n'avait pas à s'inquiéter. Mais malheureusement pour elle, ce ne fut pas la seule chose qui lui arriva avant qu'elle ne parte travailler.

Elle cassa son bol alors qu'elle voulait le laver, se mit son crayon dans l’œil et prit le coin du canapé dans le petit orteil. Elle avait tellement hurlé lorsqu'elle s'était fait mal au pied, qu'elle était sûre que la moitié du voisinage l'avait entendu. Il y avait des jours comme ça où il ne fallait mieux pas se réveiller et rester chez soi toute la journée. Cependant, Nerea s'étant déjà engagée, elle n'avait pas pu revenir en arrière. Elle avait donc fini de se préparer pour se rendre au glacier. Elle essaya de garder le sourire aux lèvres, mais avec ce qu'elle venait de subir, elle n'avait plus la foi. Seulement, si elle voulait qu'on la rappelle à nouveau, il lui fallait continuer à faire comme si tout allait bien. Elle ne fut pas en retard et se mit à travailler sans réellement faire attention au temps. Au moins, lorsqu'elle faisait quelques petits jobs ici et là, elle ne s'ennuyait jamais. Alors que lorsqu'elle restait à la maison, le temps lui paraissait long, trop long certaines fois.

Après deux heures, la jeune femme prit sa pause et se rendit dans la salle de pause pour s'asseoir cinq minutes et inspecter les dégâts sur son orteil. Il était un peu bleu mais ça allait passer, comme à chaque fois. Elle prit un café pour se stimuler et paressa quelques minutes sur l'une des chaises. Nerea repensa au repas qu'elle avait partagé avec Jonathan quelques jours plutôt et sourit. Elle avait apprécié sa compagnie et elle espérait de tout son cœur qu'il puisse retrouver Hayley et lui dire ce qu'il ressentait. Elle aimait ce genre d'histoire à l'eau de rose et elle avait tout fait pour qu'il rencontre une grande partie de son entourage pour qu'il puisse l'aider à trouver une personne qui avait déjà vu la blonde en ville. Après sa pause, la jeune femme se leva et retourna travailler lorsqu'elle eut finit de ranger la salle de pause. Nerea continua de prendre les commandes des clients. Elle se retrouva bien vite avec un café et une gaufre qu'elle dut amener à une table.

Alors qu'elle déambulait dans les allées, son regard croisa celui de Devyn et elle perdit tous ses moyens. Elle qui d'ordinaire n'était absolument pas maladroite, elle se retrouva à trébucher et tout faire tomber sur ce qui semblait être les cours de la jeune femme. « Je suis vraiment désolée. Je sais pas ce qui s'est passé. » Elle baissa la tête penaude. En fait, elle savait très bien ce qui s'était passée. Elle avait trébuché après avoir perdu tous ses moyens devant Devyn parce qu'elle était sa demie-soeur et qu'elle ne lui avait jamais parlé. Merci à son père qui avait abandonné la brune pour aller avec sa mère à elle. Nerea ne pouvait pas rester là sans rien faire. Elle sortit de son tablier une éponge et entreprit d'éponger en silence en attendant les remontrances et la colère de la jeune femme qui ne tarderait pas à arriver.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur - DEVYN & NEREA Lun 9 Fév - 12:59

Nerea ∞ Devyn
« Qui es-tu vraiment ? ».
Ce matin-là, Devyn n’avait pas cours. Cependant, cela ne l’avait pas empêchée de se lever aux aurores. D’ordinaire, cela aurait été pour démarrer les révisions dans sa chambre ; Mais une fois encore, elle s’était endormie dans les bras de Malone et elle ne pouvait se permettre que Grace ou Sohel découvre la vérité sur l’ambigüité de cette relation. Aussi était-elle partie sur la pointe des pieds, espérant ne pas le réveiller, pour retourner dans son antre en silence. De là, elle ne parvenait pas à se concentrer ; il fallait qu’elle s’oxygène et qu’elle occupe son esprit le plus aisément possible. Alors après un passage dans la salle de bain et s’être habillée chaudement, elle emporta ses affaires dans un sac en bandoulière et prit la direction d’un endroit qu’elle connaissait bien : l’artisan glacier. Elle aimait le calme qui y régnait ainsi que les parfums de glace qu’il confectionnait avec soin. C’était là-bas qu’elle se mettrait à étudier, loin de la maison et de ses habitants. Cette colocation, parfois, lui pesait. Pourtant, jamais elle ne s’imaginerait la quitter. Elle était bien trop heureuse d’avoir Sohel, Agathe, Grace et Malone au quotidien. Sans eux, elle ne saurait pas vraiment ce qu’elle serait devenue. Si elle gardait la tête hors de l’eau, c’était pour eux. Parce qu’ils lui donnaient la force de vivre.

Arrivée sur place, elle commanda un café afin de se rebooster. Il faut dire qu’elle dormait tellement bien depuis quelques temps qu’elle n’avait pas envie de quitter son lit. Sauf qu’ensuite, il venait ce sentiment étrange lorsqu’elle regardait Malone dormir et elle se sentait presque coupable. Surtout lorsqu’elle pensait à Grace et au bébé qui allait bientôt venir au monde. Il allait être père. Il était son meilleur ami ; Elle ne voulait pas le perdre. Jamais. Pourtant, en jouant à ce petit jeu dangereux, elle savait que cela pouvait mal se terminer. Devyn, malgré ses rêveries passagères, se mit ardument à travailler d’arrache-pied sur un devoir important qu’elle devait rendre dans trois jours. Elle avait largement le temps, évidemment, mais elle n’était pas du genre à s’y prendre à la dernière minute. De façon générale, elle était dans le peloton de tête de sa classe et elle aimait ça. Mais alors qu’elle écrivait des notes sur une feuille de brouillon, tout en lisant son bouquin de droit de l’autre côté, elle sentit subitement un liquide chaud suivi d’un fracas sonore violent d’une tasse s’écrasant sur la table. Cela lui brûla la main – bien que ce fut plus surprenant qu’autre chose – et elle se leva d’un bond en faisant tomber sa chaise sur le sol, tout en poussant un cri de stupeur. « Je suis vraiment désolée. Je sais pas ce qui s'est passé. » Ses yeux se posèrent sur la serveuse, puis sur les feuilles de « notes » qui, désormais, ne ressemblaient plus à grand chose. La plupart étaient noyées, ce qui la mit en colère sur le coup. « Oh non ! Merde ! C’est pas vrai ! Vous ne pouviez pas faire attention ?! » Dit-elle, visiblement agacée, en essayant de récupérer ce qu’elle avait fait quelques minutes auparavant. Elle sauva in extremis son bouquin de droit, surtout. Elle tenait à son ouvrage, essentiel selon elle pour la réussite de ses cours. Quand la pression retomba, elle se sentit alors coupable d’avoir réagi aussi violemment envers la jeune femme, qui n’avait pas fait exprès. « Désolée. Je n’aurais pas dû m’emporter comme ça... » Dit-elle en guise d’excuse, puis elle se mordit la lèvre inférieure, baissant son regard avec honte. Elle ramassa alors la chaise et la remit droite, essayant également d’aider l’inconnue du mieux possible. Quant à son travail, finalement, ce n’était qu’un brouillon et elle aurait largement le temps de le refaire.

code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur - DEVYN & NEREA Jeu 12 Fév - 23:21

D'ordinaire, Nerea n'était pas aussi gauche et maladroite qu'elle avait pu l'être aujourd'hui. Mais là, elle avait des circonstances atténuantes. Elle s'était fait mal au coccyx en se levant, avait cassé son bol en essayant de le laver, s'était mis un crayon dans l'oeil, ce qui expliquait qu'il soit un peu rouge et avait tapé son petit orteil dans le pied du canapé. Elle n'aurait jamais du se lever. Il y avait des jours comme il ne mieux pas mettre le pied dehors et se terrer toute la journée sous sa couette. Seulement, ce jour-là, Nerea n'avait pas pu le faire. Elle avait été appelé pour remplacer une des serveuses du glacier qui était malade. C'est avec joie qu'elle accepta de se faire quelques sous pour quelques heures. Alors elle s'était rendue là-bas et tout se passait bien jusqu'à ce qu'elle se retrouve en face d'une personne avec qui elle n'avait jamais pris le temps de discuter.

Il s'agissait de Devyn. Elle savait que la jeune femme était sa demi-soeur, mais ne lui avait jamais parlé. Pourquoi ? Nerea, elle-même, ne savait pas la raison de son silence. Peut être avait-elle eut peur que la brune la rejette parce qu'elle lui avait pris son père ou une connerie du genre ? Oui Nerea avait un gros problème de confiance en soi et de peur de l'abandon. En tout cas, elle avait perdu ses moyens et s'était emmêlée les pinceaux, ce qui l'avait fait tombé et renverser la moitié de la commande qu'elle s'apprêtait à servir à la table derrière celle de Devyn le contenu du plateau. Nerea s'excusa aussitôt et ça n'empêcha pas celle à qui elle avait pourrit le travail de l'engueuler. La brune s’éclipsa alors quelques instants pour récupérer de quoi nettoyer la table ainsi que d'essayer de sauver quelques feuilles du travail de Devyn. Elle s'en voulait tellement d'avoir ruiné son travail qu'elle s'excusa encore une bonne dizaine de fois.

« Je suis vraiment désolée. J'ai trébuché et ce n'était pas mon intention de tout renverser sur vos cours. » C'était ce qu'elle avait déduit en voyant l'énorme livre de droit que la jeune femme tenait dans ses mains et qu'elle avait sauvé in extremis d'une noyade au café. Devyn retrouva alors son calme et elle s'excusa elle aussi de son comportement. « Non non c'est bon. Vous avez raison. Après tout vous allez devoir tout recommencer votre devoir de droit. » C'était vraiment bizarre de la vouvoyer alors qu'elles partageaient de moitié le même ADN. Nerea aurait voulu lui dire, mais comment annoncer la chose sans même savoir comment elle allait réagir. Après tout, son père était parti avec une autre femme et lui avait fait un autre enfant. Bien qu'elle ait toujours plus ou moins su que Devyn était sa demi-soeur, elle n'avait jamais demandé à son père pourquoi il n'avait jamais parlé d'elle ou même pourquoi ils ne se voyaient plus.

Il devait avoir de bonnes raisons de ne plus lui adresser la parole et de ne plus vouloir la voir. Nerea trouvait ça triste et donc avait fait la bonne petite fille qui ne pose pas de question dérangeante. Enfin, ce n'était pas le problème là. Elle reporta son attention sur Devyn et essaya de ne pas rougir de honte. « Pour vous dédommager, je peux vous offrir quelque chose ? » C'était quand même la moindre des choses de lui offrir quelque chose à boire ou à manger après avoir détruit son travail.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur - DEVYN & NEREA Lun 16 Fév - 13:28

Nerea ∞ Devyn
« Qui es-tu vraiment ? ».
C’était véritablement une mauvaise journée qui s’annonçait pour bien du monde. La jeune femme à la chevelure brune et aux yeux marrons s’était à nouveau réveillée dans les bras de son meilleur ami. Une relation interdite et qui lui donnait parfois la nausée. Elle angoissait à ce que le lendemain pouvait lui réserver comme surprise. Parce que plus elle y pensait et plus elle voyait le terme de la grossesse de Grace approcher. Tantôt il se retrouverait père et elle serait mise en second plan, à jouer la marraine et la meilleure amie. Mais Devyn, elle avait besoin de se sentir aimée même si ce n’était que des moments volés et fugaces, légers et insouciants. Lorsque sa fille viendrait au monde, elle savait que cela changerait suffisamment pour qu’elle n’ait plus droit à ces instants privilégiés. Un autre rôle l’attendrait et elle redeviendrait la gentille amie, à l’instar d’Ondine dans le conte de la Petite Sirène. Alors elle avait choisi de s’exercer au mieux pour gagner du temps sur ses études et pouvoir se plonger d’avantage dans ce domaine afin de tout oublier, de tout laisser de côté. Elle voulait vivre, mais elle n’y parvenait pas vraiment. Non, Devyn se contentait de survivre. Depuis la mort de Sacha et de Leo, sans compter sur le départ d’Alexander, elle n’était plus la même. Tout avait changé à l’intérieur. Elle essayait naturellement de se voiler la face pour avancer.

Sauf que, voilà, le destin semblait s’acharner sur elle. Tandis qu’elle révisait de façon assidue, une serveuse renversa la totalité de son plateau sur sa table, noyant au passage ses feuilles de brouillon. Elle ne put sauver que le bouquin de droit qu’elle détenait pour ses révisions. Agacée, elle s’énerva dans un premier temps avant de s’excuser lamentablement. La colère ne lui ressemblait pas. Généralement, la jolie jeune femme préférait tout garder pour elle-même et elle explosait de façon peu rationnelle par la suite. Souvent, elle se disait qu’elle demeurait sur un fil et qu’elle pouvait basculer à nouveau à tout instant. Son excès d’énervement le prouvait ; elle avait du mal de se maîtriser et ceci en permanence. Se mordant la lèvre, debout, et tentant d’aider la jeune femme à nettoyer les dégâts, Devyn se sentait coupable de son comportement. Elle avait honte. « Ca ne fait rien, ne vous en faites pas. Je n’aurais quand même pas dû vous crier dessus... Vous n’avez pas fait exprès. » Dit-elle en passant la main dans ses cheveux, le replaçant en arrière. Tiens, elle se rendait compte maintenant qu’elle n’avait pas pris le temps de se les attacher. Cela ne changeait fondamentalement rien. Le calme reprenait le dessus, petit à petit. Ce n’était qu’un bête accident sans conséquence dramatique. Elle aurait aimé que ce soit pareil pour Sacha et le bébé. Elle espérait toujours se réveiller un matin à ses côtés. A la place, la vie avait repris son cours et celle qui était enceinte, désormais, c’était Grace. Et ça, cela lui faisait un mal de chien. Il ne fallait pas qu’elle y pense. C’est pourquoi elle apprécia que la voix de la serveuse lui occupe l’esprit. Même si c’était pour lui proposer de la dédommager, ce qu’elle allait naturellement refuser. « Oh non c’est... c’est gentil mais il ne faut pas. » Répondit-elle, peu enclin à accepter. Elle avait largement les moyens de se payer son café. Elle attendit que l’autre jeune femme ait terminé de nettoyer et elle reposa son livre de droit sur la table, essayant de lui sourire timidement. « Par contre j’ai commandé un café à mon arrivée. Si vous pouviez me l’apporter, ce serait très gentil de votre part. J’ai vraiment besoin d’un truc qui me redonne de l’énergie. » Fit-elle lassivement, visiblement dans un autre monde. Celui de la mélancolie du passé. Comment avait-elle pu être heureuse ? Est-ce que la souffrance qu’elle ressentait était le prix à payer pour ces quelques instants de bonheur ? C’était vraiment cher payé. Tellement qu’elle espérait ne plus jamais avoir à être à nouveau heureuse.

code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur - DEVYN & NEREA Mar 17 Fév - 2:00

Nerea ne savait plus où se mettre. Ça ne lui arrivait jamais ce genre de maladresse et il fallait que ça lui arrive devant Devyn. Elle aurait pu se frapper la tête contre un mur si elle avait pu le faire sans passer pour une folle. Elle se contenta de nettoyer les dégâts causés, se maudissant d'avoir noyé les brouillons de sa demi-sœur. C'était d'ailleurs très perturbant pour la jeune femme de ne pas pouvoir lui parler comme si elle savait et de la vouvoyer alors qu'elles partageaient de moitié le même ADN. Elle aurait voulu lui dire, mais comment ? Ce n'était pas le genre de chose qu'on annonçait de but en blanc à une personne alors que son père n'avait pas été là pour elle, alors que Nerea avait eu le loisir de le connaître et que même si elle s'entendait pas forcément avec lui, il avait été présent pour elle. C'était en grande partir la raison pour laquelle elle s'était tue. Et si Devyn la rejetait, lui en voulait parce qu'elle avait pu profiter de leur père et pas elle ?

La brune avait donc gardé le secret et maintenant, elle se retrouvait devant elle à nettoyer le café qui était tombé de son plateau et à s'excuser platement, encore et encore. Heureusement, la colère de Devyn était passée et elle semblait s'être calmée. « Non bien sûr que je ne l'ai pas fait exprès. » Son expression était horrifiée. Qui pouvait bien faire exprès de faire tomber les commandes sur les clients ? Pas Nerea en tout cas. Elle n'était pas comme ça et surtout, elle n'avait pas de raison de le faire. Même si cela avait été une personne qu'elle n'aimait pas vraiment, elle n'aurait pas pu le faire. La jeune femme n'était pas assez méchante ni même assez mauvaise pour le faire consciemment. C'était une bisounours et elle ne ferait pas de mal à une mouche. Elle avait déjà eu des envies de frapper des gens, mais jamais elle ne le mettrai en application. Jamais, il ne lui viendrait à l'esprit de faire du mal à quelqu'un consciemment.

Nerea proposa alors d'offrir quelque chose en dédommagement pour ses bêtises. Proposition que Devyn rejeta de suite après. « J'insiste. Je me sens tellement désolée que ma maladresse ait totalement noyée vos cours, que je me permets d'insister. Je suis vraiment mal à l'aise, alors laissez moi vous dédommager. » Ça ne changerait pas le fait qu'elle avait détruit ses notes, mais au moins ça lui permettrait de se faire pardonner. Cependant, la jeune femme désirait apparemment le café qu'elle avait commandé quelques minutes plus tôt. D'un signe de tête Nerea lui confirma qu'elle allait chercher tout ça. Elle prépara à nouveau un café, ajoutant celui de Devyn, et fit une gaufre ainsi qu'une crêpe pour Devyn même si elle l'avait pas demandé. La brune alla servir la table pour qui était destiné le premier café et la première gaufre avant qu'ils ne s'éclatent contre les notes de sa sœur avant de revenir vers Devyn.

« Voilà votre café et une crêpe. Oui je sais, vous ne vouliez rien, mais elle est faite maintenant, vous êtes obligée de la manger. » Un grand sourire s'afficha sur ses lèvres alors qu'elle était fière de son coup. Bon, elle avait été contre son avis, mais elle était sûre qu'une fois qu'elle aurait la crêpe entre les mains, elle ne se souviendrait même plus qu'elle l'avait refusé. Nerea parcourut la salle du regard et vit qu'il n'y avait pas grand monde et pas de nouveaux clients. Elle pouvait donc discuter tranquillement avec Devyn et être disponible pour les autres si besoin. « Vous étiez en train de faire quoi exactement, avant que je ne détruise tout ? » Elle baissa la tête gênée de sa bêtise. Elle avait l'impression d'être une enfant qu'on avait prise la main dans le sac à faire des bêtises.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur - DEVYN & NEREA Jeu 19 Fév - 21:50

Nerea ∞ Devyn
« Qui es-tu vraiment ? ».
Devyn ne s’attendait pas à ce que la journée se déroule de cette façon. Si on lui avait raconté quelle tournure sordide prendrait sa vie, une année à peine après son emménagement avec ses amis dans cette énorme maison, elle se serait terrée dans un coin en espérant que cela ne soit qu’un bête mensonge. Comment cela avait-il pu autant déraper, exactement ? Il y avait eu tant de drames entre ces quatre murs qu’on pouvait croire à une mauvaise rediffusion d’une série B des années nonante. C’était du genre mauvais et pathétique. Avec un « P » majuscule, pour être précis ! Non parce qu’elle devait vraiment être désespérée pour se jeter dans les bras du seul homme qui aurait pu lui apporter un peu d’équilibre ? Forcément. Il faut dire que Devyn avait toujours su qu’elle n’était pas normale, et elle s’était même demandé à plusieurs reprises si son état psychologique n’avait pas une cause quelconque. Du style un rétrécissement de son jugement par une oppression permanente de la partie « bon sens » de son cerveau. Ca pouvait exister, ça, non ? En tous cas, plus elle avait le loisir d’y songer et plus elle se rendait compte du ridicule des derniers événements. Quelle fille de vingt ans avait pu perdre son petit-ami, faire une fausse-couche et être trompée par son dernier petit-copain en date, une semaine après lui avoir offert son corps ? Décidément, elle se pensait irrécupérable. Et la suite promettait de ne pas être des plus aisées également. Comment expliquer à son entourage qu’elle s’envoyait en l’air avec son meilleur ami et que cela n’aurait aucune incidence sur leur relation ? Il allait être père. Elle devait devenir la marraine de la petite. Elle s’était jurée de prendre soin de Grace, de la protéger. Aujourd’hui, c’était bel et bien la demoiselle à la chevelure brune qui avait besoin d’être bordée comme une enfant. Si seulement elle pouvait se tourner vers une tierce personne, plus âgée et mûre, qui l’écouterait sans la regarder de travers ! Elle avait pensé à Sohel, son frère de coeur. Cependant, il serait trop impliqué dans cette révélation. Elle le savait sans jugement et de son côté. Toutefois, elle jugeait qu’il en avait déjà assez bavé comme cela ces temps-ci. Elle préféra lui foutre la paix avec ses petits problèmes ridicules.

Alors, elle avait décidé de noyer son chagrin dans ses révisions intensives. Personne ne remarquerait rien ; On la connaissait pour être une acharnée de travail. Forcément, cela n’en étonnerait pas un qu’elle se comporte de cette façon. Devyn fuyait sa peine, pourtant. Son chagrin était si immense que si elle se laissait aller, on pourrait remplir une baignoire de larmes. Et puis, le départ de Grace n’avait rien arrangé. Parce qu’elle avait pris conscience que l’enfant allait bientôt naître. Et comment allait-elle pouvoir supporter de voir cette petite merveille, si fragile, si vivante, alors qu’elle n’avait connu qu’un nourrisson mort dans son ventre déjà pourtant bien rond ? Comment ne pas en vouloir au monde entier ? Comment ne pas être en colère ? Elle ne savait pas de quelle façon elle pourrait gérer la situation. Grace n’était qu’une enfant qui était tombée enceinte par inadvertance. Et le père était le garçon avec qui elle couchait. Son confident. Son âme-soeur amicale. Devyn avait véritablement envie de se lancer des baffes en pleine tête par instant ! Le pire, c’est qu’elle en venait à se mépriser elle-même d’être devenue ce genre de filles faciles et insouciantes. Qu’est-ce qui lui était arrivée ? La réponse était simple : la vie avait fini par la briser. Elle n’était plus qu’une poupée de porcelaine cassée dont on verrait toujours les fissures malgré toute la patience, la colle et la bonne volonté possible. Elle ne guérirait jamais. Rien n’effacerait sa peine. Elle demeurerait blessée pour les prochains mois à venir.

Elle était tellement absorbée par ses problèmes personnels qu’elle ne remarqua pas un seul instant la ressemblance biologique qu’elle avait avec la jeune serveuse qui lui avait tout renversé dessus. Parce que depuis un moment, Devyn était aveuglée par son chagrin. Pourtant, n’importe qui aurait pu songer que cela sautait aux yeux ! Elles avaient un lien de parenté, d’une façon ou d’une autre. Et la brune était loin de s’imaginer à quel point elles pouvaient être proches, toutes les deux. D’ailleurs, à cet instant, elle ne pensait à rien du tout, si ce n’est son livre de droit sauvé in-extremis des flots ravageurs de café noir. La table étant épongée et sa place propre, la jeune femme reposa son bouquin jaune sur cette dernière et poussa un profond soupire. Elle n’avait plus qu’à tout recommencer, maintenant ! Dans le fond, cela l’arrangeait bien. Si elle devait tout refaire, au moins, cela continuerait de lui occuper l’esprit encore quelques heures. Elle s’y remit d’ailleurs presque immédiatement. « Voilà votre café et une crêpe. Oui je sais, vous ne vouliez rien, mais elle est faite maintenant, vous êtes obligée de la manger » Devyn sursauta de sa place ; Elle n’avait pas remarqué que la demoiselle était revenue. Et puis, elle ne s’attendait pas à ce que cela soit aussi rapide. Avec une crêpe, en prime ! Elle devait admettre que ça sentait drôlement bon. Sans doute parce qu’elle était fourrée au Nutella, tiens. Son ventre gargouilla en signe de manifestation évidente. Il faut dire qu’elle n’avait encore rien avalé. Elle sourit alors à la jeune femme, bien contente qu’une tierce personne daigne s’occuper de son ventre affamé. « Il ne fallait vraiment pas. Mais merci. C’est gentil à vous ! » Lui dit-elle en guise de remerciements. Elle était sincère. Cela faisait du bien de constater qu’il demeurait des personnes correctes sur cette Terre. Elle se pencha alors sur la crêpe et huma la bonne odeur qui s’en dégageait. Elle saliva. Oui, vraiment, c’était un repas appétissant ! Elle appréciait ce geste, qui plus est, car la jolie brune n’était pas obligée de lui offrir ce repas.

« Vous étiez en train de faire quoi exactement, avant que je ne détruise tout ? » Elle sentit la gêne dans sa voix et cela fit sourire d’avantage Devyn, décidément peu habituée à fréquenter des jeunes femmes aussi douces. Elle lui rappelait un peu « Blondie » à une certaine époque, bien qu’elle paraissait évidemment moins naïve que Grace. Devyn alors, pour la réconforter, lui offrit un beau sourire rassurant. Un de ceux qui s’avère sincère, pas forcé du tout. Non, elle ne lui en voulait pas. Finalement, elle pensait même que l’inconnue lui avait rendu un grand service en lui permettant de s’occuper l’esprit encore un peu avant de devoir retourner à la triste réalité qu’était sa vie. « Je préparais mes résumés pour ma matière principale. Je suis à l’université, en troisième année de droit. » Dit-elle pour répondre à sa question. Elle referma alors son livre principal et le poussa sur le côté, signe qu’elle n’était plus tant intéressée par ce dernier pour le moment. Elle se disait qu’un contact humain pouvait lui aérer les neurones. Et puis, cela faisait du bien de papoter un peu ! Ca changeait de l’ambiance silencieuse dans laquelle elle savait si bien s’enfermer. Elle se regarda alors la jeune femme, piquée de curiosité à son sujet. « Et vous ? Vous êtes serveuse à plein temps ici ? Je ne vous avais pas remarquée jusqu’à aujourd’hui. » Elle regarda autours d’elles et remarqua à son tour que la salle n’était guère remplie pour le moment. L’heure paraissait plutôt creuse. Elle laissa alors un autre sourire naître sur ses lèvres et désigna la chaise en face d’elle de la tête. « Vous pouvez vous asseoir si vous voulez. J’ai besoin d’une pause dans mes révisions. » Dit-elle avec une voix chaleureuse et en gardant son air amical. D’ordinaire, Devyn était plutôt du genre sauvage et renfermée avec autrui. Apparemment, les récents événements semblaient la décoincer gentiment de cet état psychologique. Elle espérait que cela lui soit bénéfique, dans le futur. En tous cas, elle parvenait encore à se surprendre elle-même. C’était un bon point !

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur - DEVYN & NEREA Lun 9 Mar - 2:23

Nerea s'était sentie tellement mal après avoir renversé tout son plateau sur la table qu'elle avait, en plus du café commandé par Devyn, amené une crêpe fourrée au nutella. La jeune femme fit peur à la brune lorsqu'elle lui déposa le café ainsi que la crêpe. Ce n'était pas ce qu'elle avait voulu et elle sourit désolée de lui avoir fait peur. Elle annonça alors ce qu'elle avait ramené et au vu du regard plein d'envie et du gargouillis que son ventre émit, elle avait faim et elle allait accueillir cette crêpe avec bonheur. Nerea s'excusa une nouvelle fois de sa maladresse. Elle s'en voulait énormément vu qu'elle obligeait sa sœur à tout recommencer. D'ailleurs, Devyn ne savait même pas quel lien de parenté la liait avec la brune. Si elle l'avait su comment aurait-elle réagit ? Nerea ne savait pas et n'était pas certaines de vouloir le savoir. Après tout tant qu'elle était dans l'ignorance, elle continuerait de la traiter de la main façon. Il n'y avait donc aucune raison qu'elle le lui dise.

« Ce n'est rien et puis il fallait bien que je me fasse pardonner. » Avec de la nourriture, on parvenait à tout faire oublier, ça elle en était sûre. Nerea demanda alors ce que Devyn était en train de faire avant que sa bêtise ne ruine tout. Elle était vraiment gênée pour tout ça et baissa la tête en essayant d'éviter de rougir en vain. Ses joues avaient pris une légère teinte et elle fuyait le regard la jeune femme en face d'elle. Quand elle apprit ce qu'elle faisait, une grimace s'afficha sur son visage. Elle venait de ruiner le travail d'une étudiante et c'était quelque chose d'important sinon, ce n'était pas drôle. « Je suis vraiment désolée pour tout ça. J'ai vraiment pas fait exprès et je suis désolée que vous soyez obligée de tout recommencer... » La jeune femme s'en voulait vraiment et si elle avait pu, elle serait rentrée dans un trou à rat et ce serait terrée là-dedans pendant des jours avant de ressortir.

La conversation passa alors sur ce que Nerea faisait dans la vie. Elle secoua la tête lorsque Devyn lui demanda si elle était serveuse à temps plein ici. « Non non. A vrai dire, pour le moment je fais plein de petit boulot. Je dépanne quand les gens ont besoin de moi. J'ai fini le lycée il y a quelques mois et maintenant j'attends de trouver quelque chose de stable. Mais c'est dur de trouver du travail quand on a pas vraiment de diplôme. Je ne suis prise que lorsqu'on a besoin d'une serveuse. Je fais ça bien d'habitude. » Nerea lui sourit après la fin de sa phrase. Elle avait été honnête et sa vie n'était pas réellement superbe. Elle ne se plaignait pas mais rêvait de temps en temps de faire autre chose, de voir le monde, de changer d'air. « Je voulais faire des études pour en rapport avec les enfants ou même dans les langues, mais je sais pas, je suis peut être pas faite pour faire des études. »

Elle n'avoua pas qu'elle aurait voulu le faire parce qu'elle aimait ça étudier. Seulement, à cause de Romeo et son trafic, elle avait voulu entrer dans le monde du travail. Il était hors de question que sa famille continue de vivre sur l'argent amassé par la vente de drogue. Elle ne le permettrait pas. Au moins, même si elle ne travaillait pas tous les jours, elle pouvait pourvoir à quelques dépenses de la maison. Devyn la sortit de ses pensées et Nerea jeta un œil autour d'elle. Il n'y avait pas beaucoup de client et elle pouvait prendre la peine de s'asseoir cinq minutes avec elle pour discuter. « Merci c'est gentil. » Elle s'assit en face d'elle et essaya d'engager la conversation. « Ça se passe bien vos études ? » Nerea aurait aimé lui demander comment elle allait, si elle se remettait de tout ce qui lui était arrivé dans la ville. Mais ça serait trop bizarre vu qu'elles ne se connaissaient pas.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur - DEVYN & NEREA

Revenir en haut Aller en bas

Nulle amie ne vaut une soeur - DEVYN & NEREA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-