AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

So let’s go, wherever we can finally be alone. (feat Mathys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: So let’s go, wherever we can finally be alone. (feat Mathys) Mer 15 Oct - 23:42

Spoiler:
 

So let's go, wherever we can finally be alone
Iwan & Mathys



Iwan fut fort surprit de la réaction positive de Mathys. Les yeux écarquillés et un sourire ravi, il observa le garçon vider son verre d'une seule gorgée. Il eut un petit rire amusé; A présent qui buvait rapidement ?
Le beau brun sauta de son tabouret et le libraire put voir l'esquisse d'un mouvement retenu pour lui prendre la main. Il aurait voulu rattraper son geste et lui donner réponse mais une petite voix dans sa tête  s'efforçait de lui rappeler ses nouveaux principes auxquels il avait déjà trop dérogé ce soir.
C'était donc fait à présent, du bar ils passeraient à la chambre. Iwan ne s'était pas attendu à ce que cela soit aussi soudain...  Il avait du mal à réaliser que quinze minutes avant seulement il était encore accoudé seul à siroter tristement son verre sans même oser penser rencontrer quelqu'un...
A présent le voilà qui marchait dans la rue, ouvrant la voie vers Greenhill avenue et son appartement. Lorsque les trottoirs furent vides de monde et les rideaux aux fenêtres fermés, il s'autorisa à tendre le bras pour attraper la main de Mathys. S'arrêtant il pivota sur lui même si bien qu'il se retrouva face au jeune homme. Il tira alors doucement sur son bras pour l'attirer à lui. A l'abris de la lumière des lampadaires il lui offrit leur premier baiser, parce qu'il était trop impatient et que c'était excitant. Fondus dans l'ombre comme des voleurs ils se mêlaient enfin. Il aurait voulu être délicat mais ses lèvres étaient avides, dévorant avec envie celles de son partenaire. Il porta une main à sa joue avant de la perdre dans sa chevelure tandis que l'autre trouvait son chemin au creux de ses reins pour le coller un peu plus à lui.
Alors que leurs langues se mêlaient Iwan pouvait sentir la chaleur se propager à travers chaque recoin de son corps et son coeur s'emballer à la cadence de leur baiser.
Ses mains caressaient son dos, frustrées de se retrouver confrontées au tissu de ses vêtements. Il n'avait qu'une envie, les enlever immédiatement, même au milieu de cette rue.
Malgré l'empressement le baiser était doux, doux des lèvres de Mathys, doux de passion. Le libraire se sentait submergé et toutes ses peines de manque d'affection venaient de se combler.
Ils finirent tout de même par se séparer, parce qu'il fallait bien respirer. Iwan ne put s'empêcher de rire, parce qu'il se sentait soudain libre.
Il avait embrassé un garçon en pleine rue, le vent contre leur peau et c'était bon.

"Désolé, je n'ai pas pu m'en empêcher" gloussa-t-il.

Il n'avait qu'une envie, agripper le col de Mathys et le ramener à lui, mais son appartement n'était plus qu'a 100 mètres il fallait bien tenir jusque là.
Ses mains tremblaient un peu alors qu'il fouillait le fond de sa poche pour trouver sa clef, était-ce l'excitation ou le manque, cela faisait bien longtemps qu'il n'avait plus pu bénéficier de ce doute. Peut-être était ce au fond tout simplement l'alcool qui le rendait fébrile.
Une fois la porte close il sauta à nouveau sur le garçon, collant son corps au mur.

"Putain j'ai tellement envie de toi." murmura-t-il contre ses lèvres.

Il se risqua a passer une main sous son t-shirt alors que ses baisers se perdaient dans le creux de son cou.
Le libraire se sentait comme un animal qui avait été trop longtemps contenu, laissant exploser toute sa sauvagerie et succombant à ses désirs réprimés.
Ivre de désir il lui semblait impossible à présent de se contenir.

"Mon appart est au premier" Laissa-t-il échapper dans un soupire de désir.

La montée des escaliers fut lente, tout simplement parce qu'ils ne pouvaient s'empêcher de s'arrêter à chaque marche pour lier un peu plus leurs lèvres.
Arrivé devant sa porte, Iwan fut cependant soudain refroidi et calmé.
Le cliquetis de la clé dans sa serrure vint le frapper comme un écho de réalité. Si les baisers de couloirs étaient charmants et candides, ils n'en restaient pas moins de simples baisers. Une fois passé le seuil de l'appartement il en serait tout autre...
Une fois à l'intérieur il n'y avait pas de retour en arrière. Cette porte était la dernière étape à passer afin de concrétiser l'objectif de leur rencontre et le libraire commençait à sentir une autre boule s'installer dans son ventre à coté de celle de l'envie, celle de la peur. Le stress de ne pas être à la hauteur.
Pourtant la porte fut poussée et il invita Mathys à entrer. Il eut une petite grimace déconfite en entrant dans son domicile, remarquant lui même qu'il y régnait une légère odeur d'herbe se mêlant à celle du linge propre. Bien sur n'ayant jamais osé imaginer qu'il pourrait ramener quelqu'un chez lui, il n'avait pas trouvé utile d'ouvrir la fenêtre pour faire disparaître l'odeur... Avec un peu de chance elle passerait inaperçue.
Malgré ça, l'appartement était propre et rangé. Iwan aimait que les choses soient à leur place et avait des petites tendances maniaques. Enfin surtout beaucoup d'heures d'insomnie à son compte, et l'insomnie ça aide au rangement.
Un peu moins confient à présent  il guida le bel éphèbe à travers son petit deux pièces jusqu'au canapé qui se trouvait entre sa cuisine et son lit.
Au passage il alluma sa radio qui lança automatiquement la musique de son i-phone resté branché dessus.  Catherine de Magic Man ce n'était pas forcément un modèle de virilité et il s'en voulut alors d'avoir allumé la musique. Il ne savait pas trop quel genre de garçon plaisait à Mathys, si il aimait les efféminés, les virils ou simplement les garçons simples. Ce qu'il savait c'est qu'il voulait lui plaire.
Discrètement il alluma alors une bougie parfumée, l'air de rien. Il ouvrit ensuite deux boutons se sa chemise, parce qu'il avait sacrément chaud avec tout ça.

"Tu...tu veux boire quelque chose ? Ou ... ? "

Il laissa la questions en suspend. Nerveusement il tortillait ses mains tremblotantes.
Resté en retrait il n'osait pas s'asseoir immédiatement à côté du garçon, parce qu'il s'avait que ça serait trop concluant comme geste. Il avait peur d'être trop directe même si il avait pu sentir le désir réciproque de Mathys dans la cage s'escalier, il ne savait pas si il était aussi à vif que lui et préférait lui laisser la possibilité de se poser doucement plutôt que de se sauter dessus comme des bêtes. C'était à lui de voir, Iwan à nouveau en proie à son manque de confiance avait perdu les rênes de la situation.






Dernière édition par Iwan Cadwell le Mar 21 Oct - 9:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: So let’s go, wherever we can finally be alone. (feat Mathys) Lun 20 Oct - 15:40

iwan ∞ mathys
Un premier baiser étonnant lui fut offert au détour d’un lampadaire éteint. Un large sourire étira les lèvres du jeune homme qui passa sa main contre la nuque d’Iwan pour prolonger ce premier échange langoureux. Il sentit les mains pressantes du libraire contre lui et sentit la chaleur grimper encore un échelon. « Mh Iwan… faut pas t’excuser. Cela dit si je te saute dessus en pleine rue, faudra pas t’étonner. » Il rit à son tour, se frotta la nuque. Ce baiser avait été si profond... si chaud aussi que Mathys en avait perdu la plupart de ses moyens. Cet échange avait en tout cas prouvé une chose au garçon : Iwan n’était pas si timide que cela, il jouait réellement un rôle au bar pour se cacher. C’était… c’était bon à savoir. Ils allaient passer une nuit endiablée ensemble. Le reste du trajet ne fut pas bien long et pourtant sembla être une éternité pour Mathys – autant que pour Iwan – dont l’excitation ne faisait que croître davantage au fil des secondes. Iwan revint rapidement à l’assaut en se collant contre lui, les mains baladeuses du jeune vendeur ne purent s’empêcher de se poser un instant sur ses fesses tandis que celle d’Iwan passait sous son t-shirt. « Sauvage… » fit remarquer Mathys avec un petit sourire narquois, juste pour le taquiner.
Et ce fut ainsi jusqu’à ce qu’ils furent arrivés dans l’appartement du libraire. Pourtant, quand la porte fut ouverte et qu’ils pénétrèrent à l’intérieur, Iwan sembla plus nerveux. Comme si ce n’était plus le même homme. Ils n’étaient pourtant plus que tous les deux… Le jeune homme préféra ne rien dire pour le moment histoire de ne pas le mettre dans l’embarras et s’attarda brièvement sur le petit appartement. Une odeur plutôt déplaisante lui parvint au nez et il fronça légèrement les sourcils. Là encore, il préféra se taire, se posa sur le canapé comme le lui indiqua Iwan. Un moment passa, quelques minutes tout au plus, jusqu’à ce que ce dernier n’ouvre la bouche pour lui demander maladroitement la suite des évènements. Cette fois-ci, il ne put s’empêcher de sourire. « Quelque chose m’échappe. Tu étais à deux doigts de me déshabiller dans la rue et là… là tu es tout timide. C’est assez mignon. » Il se releva doucement et s’approcha de lui. Sa main se posa sur la joue d’Iwan puis sans hésiter, il lui vola un tendre baiser. Rien de sauvage, cette fois-là. Juste un peu de tendresse dans un monde de brutes.

« Détends-toi. Je suis chez toi… je ne vais pas m’enfuir. » murmura Mathys contre ses lèvres avant de l’embrasser une nouvelle fois. « Je ne suis pas contre… le fait de s’amuser un peu, tout de suite. » Sa main s’amusa à défaire les autres boutons de sa chemise. « Mais si ça t’angoisse, on peut très bien attendre un peu. » Il avait beau être pressé, excité, Mathys ne voulait pas lui forcer la main. Il ne savait même pas quel rôle adopter avec Iwan… dominé, dominant ? S’il avait sa petite idée sur la question, les apparences étaient parfois trompeuses et il l’avait souvent appris. Une fois sa chemise totalement ouverte, sa main caressa doucement le torse du libraire, le découvrant lentement et langoureusement. Son doigt titilla ses boutons de chair puis parcourut tout son torse pour se retrouver sur sa ceinture. Il menait la danse, et c’était tellement rare… qu’au fond, Mathys aussi n’avait pas autant d’assurance qu’il l’aurait espéré. Il rit un peu, de gêne peut-être, et enfouit son visage contre son cou.  « C’est totalement ridicule… ça fait longtemps que je n’ai pas fait ça. Que je n’ai pas… pris les devants. » Il sourit malgré tout, voulant bien volontiers se moquer de lui-même. Il était de toute façon certain que le libraire ne se moquerait pas de lui et de ses mains soudainement un peu maladroites. « Peut-être qu’un autre verre ne nous ferait pas de mal finalement. » Il remonta sa main sur sa joue, l’embrassa tout doucement avant de se reculer.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: So let’s go, wherever we can finally be alone. (feat Mathys) Mar 21 Oct - 22:24

So let's go, wherever we can finally be alone
Iwan & Mathys



Dans cette situation qui était devenue tendue Iwan n'avait qu'une idée en tête; courir vers sa table de nuit et en sortir ses petits flacons oranges pour en avaler leur contenu. Mais il devait se retenir, trouver un autre moyen de se détendre cette fois. En plus de faire fuir Mathys si il découvrait ses dépendances à la drogue, il risquait surtout de s'endormir ou pire de se retrouver impuissant. Le genre de choses qui ruinerait considérablement leur soirée à venir...
Le libraire avait donc décidé de régler son problème en s'en prenant à ses mains qu'il serrait et tortillait comme un enfant.
Ils étaient là à se regarder, tous les deux semblant attendre un mouvement de la part de l'autre.
C'est autant par politesse que pour rompre ce silence qu'Iwan proposa un verre. Mais Mathys ne semblait pas tellement préoccupé par l'idée de boire. Il répondit par un sourire, notifia le changement d'attitude d'Iwan.
Il employa le terme mignon, mais le libraire n'était pas sûr qu'il soit vraiment adéquat. Ridicule aurait été plus pertinent étant donné les circonstances.
Il afficha alors un sourire peu convaincu tout en lui répondant, les joues un peu roses;

"Je t'avais dis que j'étais plutôt contradictoire comme garçon. "

Il baissa les yeux un peu honteux de son soudain manque de confiance.
Mathys se leva alors du canapé, et Iwan le suivit du regard tandis qu'il s'approchait. Il ne semblait par vraiment contrarié par le changement d'attitude du libraire. Et là où on aurait pu penser qu'il puisse se moquer, il offrit du réconfort, comme si il cherchait tendrement à le rassurer. C'était une attitude plutôt inattendue de la part d'un coup d'un soir. De ces précédentes expériences, Iwan avait cru comprendre que les gens qui couchent sont des gens qui se lassent et partent si on ne leur donne pas tout de suite ce pour quoi ils sont venus. Sûrement un préjugé qu'il s'était construit. En tout cas Mathys ne semblait pas rentrer dans ces critères. Ou peut-être qu'à Tenby c'était ainsi que les choses se faisaient. Il n'avait pas encore eu l'occasion de découvrir cette facette des habitants de la ville. Le garçon était sa première expérience nocturne depuis son arrivée.
La main posée sur sa joue était chaude et douce. Elle avait le mérite d'apaiser le libraire qui ferma les yeux un instant, posant sa main par dessus celle de Mathys comme pour amplifier ce contact.
Si il y'avait bien une chose qui rendait Iwan plus dépendant que la drogue c'était l'affection. Il souffrait d'un continuel besoin d'être touché ou de toucher. Un besoin de partager de la tendresse, de se sentir regardé et aimé. Il se sentait exister dans les mains d'un autre.
Le moindre contact lui chauffait le coeur de manière disproportionnée, et particulièrement en ce moment alors qu'il trainait derrière lui un mois et demi de solitude.  
Lorsque les lèvres de Mathys vinrent se poser sur les siennes, ce fut comme un premier baiser à nouveau. Ce contact n'avait rien à voir avec ce qu'ils avaient partagé avant d'entrer dans l'appartement.  C'était presque un baiser d'amant.
L'estomac d'Iwan se noua. La dernière personne qui l'avait embrassé comme ça c'était Ianto. Il se retrouva alors envahit d'une étrange sensation; partagé entre le plaisir de ce baiser et la douleur des souvenirs qu'il faisait remonter.
Il en venait presque à avoir envie de pleurer dans les bras de ce garçon qu'il venait tout juste de rencontrer. Mais il se contint. Il était temps d'arriver à retenir ses larmes à la pensée de son ancienne vie, de son amour perdu. Ça allait maintenant faire six mois qu'il s'était fait mettre dehors, il était temps d'apprendre à tourner la page. Surtout en présence d'autrui.
Il était venu à Tenby pour commencer une nouvelle vie et non ressasser son passé.
Puisant dans le peu de volonté qu'il possédait, il trouva la force de se concentrer sur les lèvres de Mathys et évacua le reste de son esprit.  
A présent complétement livré à lui, il se perdait dans la chaleur de leurs corps.
Iwan laissa échapper un doux soupire alors que le garçon doucement contre sa bouche le rassurait. C'était un soupire de bien être, l'expression de son trouble et du feu qui se diffusait dans ses veines.
Il sourit sous le second baiser de son amant éphémère. Il senti alors un premier bouton de sa chemise céder alors que la main au départ douce et innocente devenait baladeuse et impatiente.
L'ambiance redevenait électrique.  Iwan pouvait sentir son pouls accélérer alors que le dernier bouton de sa chemise cédait. Il appréhendait toujours la chose, craignant de ne plus être à la hauteur, mais il ne voulait plus arrêter la danse. Tant pis, il verrait bien.

"J'ai juste peur d'être rouillé, mais ça va." Répondit-il lorsque Mathys mentionna la possibilité d'attendre. Ce qui était donné ses mains qui se baladaient sur le torse du libraire n'était plus une option pour ce dernier...

Doucement il attrapa à nouveau ses lèvres alors qu'il cédait au plaisir des caresses.
Pressantes, ses mains à lui arpentaient le dos fin mais musclé de son partenaire, augmentant leur pression alors que les doigts de Mathys s'attardaient sensiblement sur ses tétons. Ce a quoi il répondit en mordant tendrement la lèvre inférieur du garçon.
Il remarqua la perte de confiance qui semblait avoir prit possession de son partenaire alors que ses mains glissaient vers sa ceinture, mais son désir était tel qu'il ne s'en préoccupa pas. Au contraire cette soudaine maladresse avait presque tendance à renforcer le plaisir, parce que ça rendait cette relation plus humaine et Mathys n'en était que plus attendrissant.
Il pouvait se reconnaître en cette faiblesse et ça le rassurait parce qu'il se sentait alors compris de son amant du soir. S'ils étaient initialement partit pour se sauter dessus, à présent les évènements prenaient une tournure beaucoup plus tendre et sincère. Ça allait bien au delà de l'égoïsme de se satisfaire dans cette relation, c'était devenu un vrai partage où chacun regarde l'autre.
Gêné et riant nerveusement, Mathys vint enfuir son visage dans le cou d'Iwan où son souffle chaud vint caresser alors une des zones les plus sensibles de son corps, lui offrant un doux frisson.  
Il offrit un sourire rassurant à celui qui avait perdu confiance. Comme si leurs rôles avaient été inversés.
Il passa gentiment sa main dans ses cheveux, pour lui dire de ne pas se tracasser.

"On peut dire qu'on fait la paire." Ria-t-il doucement.

Il masqua du mieux qu'il put sa déception face à cette brutale interruption. Son corps en feu était frustré mais il était incapable de lui en vouloir. Il était plus que jamais sous son charme à présent et chaque facette qu'il découvrait lui faisait de plus en plus apprécier l'individu.
La chemise toujours ouverte, il se dirigea vers la cuisine, ce qui constituait en trois pas vers la gauche, l'appartement n'étant qu'un petit deux pièces.
Il songea un bref instant à refermer ces boutons maintenant que l'action avait été interrompue, mais ça ne promettait qu'une future perte de temps. De toute façon elle allait bien tomber à un moment cette chemise, autant ne pas rebrousser chemin sur la progression effectuée jusqu'ici.
Il posa deux petits verres sur le comptoir et sortit de son armoire à alcool une de ses bouteilles de whisky. Il prit la meilleure, une trente ans d’âge. Elle lui avait coûté très cher mais Mathys en valait la peine. Et puis il ne se voyait pas lui servir de la vinasse alors qu'ils étaient dans un jeu de séduction.

"Tu vas voir, ça goûte le paradis." Lui dit-il en lui tendant le verre.

Contrairement aux autres, celui là Iwan le dégustait. Cette fois il ne vida donc pas le verre d'une traite. Il prit une petite gorgée tout en fixant les iris noisettes de Mathys, un sourire conquit aux lèvres.
Il était à nouveau éveillé et ne pensait plus qu'au corps que le garçon cachait encore sous ses vêtements. Littéralement il était en train de le déshabiller du regard.
Il reposa son verre sur le plan de travail et se fut à son tour de s'approcher. Dans un baiser il mêla leurs lèvres encore couvertes du breuvage alcoolisé.
A l'aveugle il attrapa le verre que Mathys tenait toujours dans sa main et le posa sur la table derrière lui.
Il referma ses bras sur son amant d'un soir dans une simple étreinte, un rapprochement qui se voulait tout sauf brusque. Il voulait simplement s'assurer qu'il n'avait pas totalement rompu leur contact.

"eich bod mor ciwt." murmura-t-il dans son gallois alors qu'il rompait leur baiser. L'usage de sa langue maternelle était la preuve qu'il était complètement abandonné, sous l'emprise du garçon.

Il n'arrivait à présent plus à savoir si c'était le toucher de Mathys ou cette nouvelle dose d'alcool qui enflammait ainsi ses joues.
Il fit quelques pas en arrière et alla finir son verre. Il voulait aller plus loin mais il n'était pas sûr que Mathys le veuille si vite.
La pièce embaumait à présent la vanille et cette odeur lui rappelait celle qu'elle masquait. Une pensée qui fit remonter une envie autre que sexuelle.
Sa main s'appuyait justement sur le tiroir où elle était rangée.
Une idée lui vint mais il savait que c'était risqué. Proposer à Mathys de fumer pour se détendre pourrait tout simplement mettre un terme radical à leur nuit. Et ce risque il n'était pas près à le prendre. Il laissa donc de côté cette idée et se hissa pour s'asseoir sur le plan de travail. Avant tout mouvement périlleux il valait mieux apprendre à le connaître.

"Tu as deviné qui j'étais, par contre toi tu ne m'as pas dis ce que tu faisais dans la vie..."

C'était pas ce genre de conversation qui allait aider à rendre la situation à nouveau excitante... Mais c'est tout ce qu'il avait trouvé pour détendre l'atmosphère. En avait-il vraiment quelque chose à faire de ce que Mathys faisait comme métier ? Oui sûrement, mais c'était le genre d'information qu'il aurait bien collecté au petit matin plutôt que maintenant.
Pour l'instant il n'avait qu'une envie; se débarrasser de ce t-shirt qui semblait de trop...
Il tendit un bras, invitant le garçon à prendre ça main et l'attira vers lui, le coinçant entre ses cuisses. Tout en écoutant la réponse de Mathys, il couvrit son visage de tendres baisers papillons, finissant par ses lèvres.
C'est alors que la phrase sortit, sans qu'il n'ai le temps de la contrôler, comme si son esprit lui même tentait de le sauver de la conversation ennuyante qu'il avait lancé.

"Es-ce que tu fumes ?"

Il serra le poing, redoutant alors d'avoir fait une erreur. Stupide lui qui n'arrivait pas à contrôler ses propres paroles.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: So let’s go, wherever we can finally be alone. (feat Mathys) Sam 25 Oct - 22:07

iwan ∞ mathys
« Contradictoire, c’est un peu faible comme mot ! » Il ne put s’empêcher de sourire. Lui, il adorait ça et avait réellement l’impression de se reconnaître en Iwan. Un instant, il ne voulait céder qu’à ses pulsions. Puis celui d’après sa conscience le rattrapait ou parfois même sa timidité, venant tout gâcher sans scrupules. Se moquer d’Iwan n’était pas son but, aussi Mathys lui sourit sincèrement. Il chercha même à le réconforter ! Et en y réfléchissant bien, c’était effectivement quelque chose qu’il n’avait jamais fait avec une aventure d’un soir. En fait, il ne s’était même jamais vraiment intéressé à autre chose qu’au physique des garçons avec qu’il couchait mais Mat’ préféra ne pas y penser. Okay, Iwan semblait intelligent, avoir de la personnalité et ça ne laissait absolument pas indifférent Mathys qui tentait vainement de se sortir Evie et Wade de la tête. Et devinez quoi ? Il n’y pensait pas le moins du monde, ce soir-là ! Pas une seule seconde il ne se remémorait le râteau cuisant qu’il s’était pris ni le petit-ami trop sexy de sa mère. A croire qu’Iwan, que ses lèvres, ses mains douces, étaient le bon moyen pour ne pas déprimer. A moins que ce ne soit l’alcool ? C’aurait pu être plausible mais le jeune homme n’avait pas l’impression d’avoir bu tant que ça.
Durant leur baiser, celui qui était étonnamment doux, il sembla à Mathys qu’Iwan n’était pas forcément au meilleur de sa forme. Peut-être stressé, ou quelque chose qu’il ne pouvait comprendre, il essaya tout de même de l’aider à se détendre en caressant juste deux ou trois secondes sa nuque. Ce gars-là, c’était un peu celui que l’on voulait toujours réconforter quand il était triste. Quelque chose dans son visage peut-être qui faisait de lui quelqu’un de fragile, ou qui en avait en tout cas l’air… « C’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas il paraît. » Mathys sourit doucement alors qu’en vérité il partageait la même peur qu’Iwan, peur qu’il montra à peine quelques minutes après alors qu’il avait tenté vainement de défaire sa ceinture. Il se sentit con, se cacha contre lui mais les mots du libraire parvinrent à le détendre un peu. « A croire qu’on s’est bien trouvés… » dit-il dans un murmure. N’importe qui se serait foutu de sa gueule, ou bien de celle du libraire aussi. C’était peut-être ce qui rendait les choses plus… agréables à vivre. De bons souvenirs en perspective. Oh, bien sûr qu’il était frustré, le Mathys ! Lui aussi avait envie d’aller plus loin mais quelque chose le bloquait encore. Il fallait faire tomber les barrières.

Quand Iwan se détacha de lui, le garçon crut mourir de chaud. Toute cette pression combinée à autant d’excitation était absolument invivable ! Aussi, il se serait volontiers débarrassé de ses vêtements encombrants… mais pensa que ce n’était sans doute pas le moment. Il se contenta alors de regarder son hôte avec une certaine impatience, une envie aussi mais également plein d’autres choses qu’il ne parvenait pas à expliquer. Il ressentait une attraction, c’était certain, mais bien au-delà d’une attraction physique. C’était… plus élaboré, dirons-nous ! Mathys n’eut pas le temps de réfléchir davantage, le garçon leur servit deux verres. « Je te fais confiance pour ça ! » Il lui fit un clin d’œil et attrapa le sien avant de goûter à la boisson. Ce devait effectivement être le meilleur whisky qu’il n’ait jamais goûté ! Et, s’apprêtant à le dire, il fut coupé par le libraire qui s’approcha pour l’embrasser à nouveau. C’était le genre de baisers dont on avait du mal à se passer, le genre de baisers auquel on devenait vite accro. Les deux mains libres désormais, il les posa sur les fesses d’Iwan sans trop se gêner. Qu’il prenne à son tour les devants, ça le rassurait un peu. C’était donnant / donnant ! Les quelques mots en gallois le firent sourire. Mathys parlait davantage anglais mais il semblait avoir à peu près compris ce qu’Iwan avait voulu dire. « Je crois que j’adore tes lèvres. » murmura le jeune homme à son tour en remontant lentement une main dans le dos d’Iwan. Mais trop vite il se recula, laissant pousser au vendeur un grognement de frustration. Bordel… ils se cherchaient depuis le début, allaient et venaient, n’arrivaient jamais à leurs fins. Etait-ce la peur de décevoir, de trop brusquer l’autre ? Probablement. C’était bien la première fois qu’il considérait autant un coup d’une nuit !

« Ce que je fais ? » Il arqua un sourcil, surpris. Mathys ne s’était absolument pas attendu à ce genre de questions, resta quelques secondes pris au dépourvu. « Mh… » D’autant qu’il allait lui dire quoi ? Être vendeur dans une boutique de vêtements n’avait rien de vraiment excitant. Il attrapa la main que lui tendait son hôte et s’approcha de lui, fut un moment déstabilisé par tous ces baisers. Quelques soupirs de satisfaction même s’échappaient de ses lèvres tant il était plaisant de se faire cajoler ainsi. « Rien de bien passionnant… j’vends des vêtements. » Et à choisir, il aurait peut-être préféré vendre des livres. Ca semblait plus intelligent comme métier. Mathys s’apprêtait à l’embrasser à son tour lorsqu’une question bien particulière franchit les lèvres d’Iwan. S’il fumait ? A vrai dire… il avait fait bien des conneries dans sa vie, avait fréquenté des gens qu’il n’aurait pas dû, mais ne s’était jamais laissé tenter par ça. S’il parlait bien de joint ? Mat’ n’en était même pas sûr. Il rit un peu nerveusement de peur de mal comprendre, embrassa bêtement sa mâchoire. « La clope, non. Ou alors occasionnellement. Le joint… » Il hésita. Etait-ce vraiment bien intelligent de tester ce genre de choses, sachant qu’il pourrait facilement y être accro ? Sa main se posa sur la cuisse d’Iwan, sans arrière-pensées. Il réfléchissait juste. Finalement, relevant les yeux vers le libraire : « Je sais pas ce que ça vaut. J’sais pas non plus si ça me tente. Enfin… » Mathys ne put s’empêcher de rire. « Tout ce qui sort de ta bouche a l’air tentant. » Et il l’embrassa. Ce n’était ni un oui, ni un non. Une réponse mitigée en somme. « Si tu veux fumer, vas-y. Je suis pas là pour te juger. » Mais pour baiser, qu’il aurait pu rajouter. Il pensa cependant que ce serait déplacé, préféra le lui faire comprendre par des gestes en lui retirant définitivement cette foutue chemise. Lui laissant le temps de réfléchir à ce qu’il voulait faire, s’il voulait fumer ou non, Mathys déposa ses lèvres contre son cou et n’eut de cesse d’y déposer une myriade de baisers. Avec Iwan, c’était un mélange de plein de choses. De la tendresse, parfois de l’incompréhension, de la sensualité… Et peut-être même du risque, s’il était réellement accro aux joints.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: So let’s go, wherever we can finally be alone. (feat Mathys) Mer 29 Oct - 22:01

So let's go, wherever we can finally be alone
Iwan & Mathys



Iwan fut soulagé d'entendre que Mathys ne faisait pas un travail qui engageait à une longue conversation. Vendeur; il n'y avait pas grand chose à dire là dessus, pas plus que pour un libraire et c'était très bien ainsi. Moins de parlotes et plus de baisers. Il éprouvait un plaisir inouï à embrasser cette peau, il aimait son odeur. Il fini son tour de baisers par les lèvres de son amant avant de poser la question qui sembla prendre le garçon de court. Iwan se pinça les lèvres de regret. Il avait hésité à la poser et il aurait mieux fait de s'abstenir.  Mathys semblait mal à l'aise dans sa réponse, mais au moins il était toujours là. Finalement sa main se posa sur la cuisse d'Iwan qui fut parcourut d'un frisson de désir.  Il aurait voulu la sentir glisser plus haut, déboucler sa ceinture, se glisser dans son caleçon. Mais perdu dans ses pensées son amant du soir semblait l'avoir posée par inadvertance et non dans un but de caresses. Toujours est-il qu'Iwan se sentait plus excité que jamais, prêt à exploser si les choses ne se remettaient pas rapidement en mouvements.  
Il ne put s'empêcher de sourire à la dernière phrase de Mathys. Même si elle sonnait un peu bizarrement c'était affreusement attendrissant de s'entendre dire ça. Il répondit à son baiser de pleine bouche, l'embrassant langoureusement alors qu'il serrait un peu plus ses cuisses sur ses hanches, passant ses pieds derrière ses mollets pour le coincer contre lui.
Il le laissa enfin respirer et le garçon lui donna alors l'autorisation de fumer. Mais Iwan n'en avait plus envie, il n'en ressentait plus le besoin. Le temps de tout sortir, rouler et enfin consumer... Ça lui semblait être du gâchis. Il avait mieux à faire à présent, plus envie d'attendre.

"Non ça va.... C'était pour ... toi, si tu voulais... te détendre." Dit-il tout en gémissant sous les baisers qui dévoraient son cou. Le lobe de son oreille et son cou étaient, comme chez la plupart des êtres humains, des points excessivement sensibles. Il pouvait sentir le sang affluer dans son membre. Il allait devoir rapidement se séparer de son pantalon devenu un peu étroit... Il se mordit la lèvre avec envie lorsque Mathys lui retira finalement sa chemise. Il voulait sentir ses mains sur son corps.  
"Mais visiblement je ne pense pas que tu en ai besoin finalement..." Il lui lança un sourire coquin et un clin d'oeil.

Posant ses mains sur les épaules de Mathys il le repoussa doucement, de manière a avoir la place de descendre du plan de travail.
A peine sur ses pieds il agrippa le garçon pour l'embrasser sauvagement. Maladroitement et en tentant de rompre au minimum leurs baisers il retira son t-shirt. Enfin. Il prit un moment pour admirer le garçon et ses formes incroyablement bien dessinées. Posa quelques baisers sur ses pectoraux tout en remontant vers son cou jusqu'a finir à nouveau sur ses lèvres.

Nerveusement et avec envie il porta sa main contre l'entre-jambe de Mathys, pressant sa bosse dans un lent mouvement. Il voulait juste le sentir avant de s'attaquer à sa ceinture.
Tout en l'embrassant il le guidait à travers son appartement jusqu'au lit sur lequel il le poussa. D'un geste vif il ferma le rideau de la fenêtre à côté avant de se pencher sur son amant, se plaçant à quatre pattes au dessus de lui.
D'abord délicatement il caressa ses cheveux. Il prenait le temps de le regarder, parce qu'il avait rarement eu l'occasion de regarder quelqu'un comme ça. Rarement eu cette envie prendre son temps, de penser à l'autre. Habituellement ses coucheries se résumaient en un dos et des cheveux, un visage qu'il n'avait pas le temps de voir.
Ici Mathys était là, présent. Et il était beau.
Les yeux perdus dans les siens il laissait ce regard effacer ses fantômes. Il laissa alors ses mains glisser sur son torse, redessinant les creux de ses muscles avant de laisser ses lèvres les rejoindre.
Il posa un tendre baiser sur un de ses tétons et joua avec sa langue sur son bout pointu, la faisant ensuite glisser jusqu'à son nombril qu'il embrassa.
Ses mains étaient alors déjà affairées à retirer sa ceinture et sensuellement il se débarrassa de son jeans, laissant Mathys couvert d'un simple caleçon.
Iwan humidifia ses lèvres avec envie. Il avait envie de l'embrasser partout mais surtout là. Pourtant il choisit de remonter déposer ses baisers sur ses lèvres. Il se souvenait que le garçon avait montrer des réticences lorsque les choses s'étaient précédemment approchées de la ceinture et il voulait tout sauf le brusquer. Néanmoins il y avait abandonné une main qui doucement caressait l'intimité du vendeur, n'osant tout de fois pas encore franchir la barrière du tissu.

"Ça va ?" Haleta-t-il par simple mesure de précaution. Il voulait s'assurer que Mathys était toujours au même point que lui. Iwan avait constamment peur de dépasser une limite ou d'aller trop vite. Mais surtout il avait peur de ne plus s'y prendre correctement...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: So let’s go, wherever we can finally be alone. (feat Mathys) Jeu 30 Oct - 0:38

iwan ∞ mathys
« Je n’ai besoin que de tes mains… de tes lèvres… de ton corps contre le mien. » murmura-t-il, intercalant un baiser entre chaque élément. Ses mains s’attardaient à découvrir chaque parcelle de son torse, à le faire languir un peu plus la suite des évènements. Il ne voulait plus hésiter. Mathys ne voulait plus se poser de questions inutiles et qui ne le mèneraient à rien pour ce soir. Il avait toute la vie, pour ça ! Autant profiter de la nuit que lui offrait le beau libraire avant qu’il ne se rétracte – s’il était encore possible pour l’un comme pour l’autre de tout arrêter à un moment si prenant. Mathys se retrouva rapidement torse nu une fois Iwan descendu de son plan de travail. Il poussa un léger soupir de soulagement en pensant que peut-être, se dénuder un peu ferait baisser cette température excessivement haute. Pourtant non, ça n’y fit rien, au contraire ! Les mains baladeuses d’Iwan ainsi que ses lèvres achevèrent de le faire succomber sous la chaleur et sous l’envie. Aussi, quand il sentit sa main sur son pantalon il ne put s’empêcher de pousser un grognement rauque, que c’était difficile d’y aller doucement ! Lui qui, tout à l’heure, aurait volontiers pris son temps, c’était fini. Ce fut donc sans hésitation qu’il suivit Iwan jusqu’à son lit, un grand sourire aux lèvres lorsqu’il s’y retrouva allongé et surtout en boxer. Iwan était… incroyablement entreprenant, il n’en finissait plus d’étonner Mathys qui se perdait à chaque baiser, à chaque caresse un peu osée. Il perdait pied, simplement. Le vendeur profita de ce baiser tendre que lui offrait Iwan, passant une main dans la nuque de ce dernier, mêlant sa langue à la sienne pour une danse hautement mouvementée. Les deux mots qu’eut le libraire à son égard finirent de le charmer ; il prenait un peu soin de lui, semblait attentionné et s’inquiéter de son ressenti. Sans hésiter, Mathys hocha la tête et l’embrassa encore une fois. « Ca ira quand je t’aurais débarrassé de ça. » Il lui fit un clin d’œil, glissa ses mains le long de son torse pour défaire à son tour le pantalon du garçon. Il le lui retira rapidement, souffla contre ses lèvres : « C’est beaucoup mieux… » Un long baiser, sa main en profita pour s’aventurer dans le sous-vêtement du garçon. Il n’avait pas envie qu’Iwan prenne seul les initiatives, d’être totalement soumis.

Les préliminaires ne s’éternisèrent pas très longtemps. A vrai dire, Mathys avait presque supplié Iwan d’arrêter de le faire attendre tant il avait envie de lui et de son corps contre le sien. Même s’il ne s’était pas attendu à ce rôle, il se laissa volontiers faire lorsqu’Iwan vint s’immiscer en lui, brisant alors le peu de distance entre les deux hommes. Il passa ses bras autour de son cou, le regarda longuement, murmura parfois son prénom. C’était bon. C’était différent, même ! Ca n’avait surtout rien d’un coup d’un soir, il n’y avait aucune similitude. « Ah I… Iwan… » Mathys s’offrit tout entier à lui, ne retint pas les gémissements de plaisir qui tenaient à s’échapper de sa gorge, se cambrait au fur et à mesure des coups puissants d’Iwan. Il griffa même deux ou trois fois son dos durant l’acte, laissa sa trace autant là que dans son cou où il lui avait fait un suçon.

Trois rounds endiablés plus tard, c’était comme si Iwan lui avait pris toute son énergie. Il s’allongea sur le dos, crevant de chaud et reprenant son souffle. Mathys en avait presque mal à la gorge, d’avoir fait autant de bruit… Il s’en trouvait d’ailleurs gêné, ça faisait tellement longtemps qu’on ne l’avait pas pris de cette manière ! Ou… qu’on ne l’avait pas pris tout court, d’ailleurs. Il se trouvait désormais partagé : quelle était l’attitude à avoir face à Iwan ? S’en aller – puisqu’il n’était à priori qu’un amant d’un soir – ou demander à passer la nuit ici ? Le mieux était finalement d’attendre les directives du garçon, de savoir ce qu’il désirait. Un immense sourire aux lèvres il se redressa pour lui voler un baiser rapide. Mathys était un adepte des petits câlins après l’amour… c’était quelque chose qu’il ne se permettait pas avec les garçons rencontrés dans les bars ou en boite mais avec Iwan après tout, c’était différent. Alors il jugeait avoir le droit – ou l’espérait en tout cas. « Mh… t’es encore plus beau après l’amour. » Il l’embrassa encore une toute petite fois avant de se rallonger, complètement mort. Il avait tellement peur de se faire jeter, à cet instant…
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: So let’s go, wherever we can finally be alone. (feat Mathys) Jeu 30 Oct - 20:22

Iwan Cadwell a écrit:
So let's go, wherever we can finally be alone
Iwan & Mathys



Iwan avait l'impression de renaître alors que son corps contre celui de Mathys frissonnait. Enfin nus, ils se mêlaient dans une douce précipitation.
Il voulait goûter chaque centimètres de sa peau que la sueur rendait salée, sentir chacuns de ses soupirs. L'esprit libéré il s'abandonnait à lui comme rarement il s'était abandonné à quelqu'un.
Il s'amusait à jouer avec le corps de Mathys, tentant d'atteindre sa limite, le testant jusqu'a ce qu'il supplie de lui faire l'amour. Timidement Iwan s'affirma comme dominant. Une place que Ianto lui avait rarement laissé prendre et pourtant qu'il préférait. Le vendeur se laissa faire, ses yeux plantés dans les siens. Le libraire frissonna il n'avait pas l'habitude de voir le visage de son partenaire dans ses moments là. Habituellement il se retrouvait confronté à un dos, un corps juste présent pour la besogne.
Il était troublé de la communion que lui offrait Mathys. Leurs doigts entrelacés ils semblaient perdus dans une union parfaite. Ses mains pressaient un peu plus celles du garçon alors que le plaisir grimpait. Il laissa quelques marques de lèvres sur ses épaules, manqua de le mordre alors qu'il sentait les griffes de Mathys dans son dos. Il l'entendait gémir son nom comme un amant et ça l'excitait.
Il virent ensemble en symbiose, ne faisant plus qu'un. Incapable de briser leur étreinte ils ne leur fallut par longtemps pour remettre ça encore... et encore. Jusqu'a ce que leurs corps soient drainés de toute énergie.
Riant de bien-être Iwan passa une main dans ses cheveux humides de sueur.
"Je pense qu'on a du réveiller les voisins." Il haletait encore.  C'était la première fois qu'il ramenait quelqu'un chez lui, ou plutôt qu'il couchait avec quelqu'un ici et il n'avait aucune idée de l'épaisseur des murs. Mais a vrai dire il ne savait même pas a quoi ressemblait ses voisins alors il n'en avait pas grand chose à faire...

Mathys se redressa pour se pencher au dessus de lui. Le libraire était étonné de voir que le garçon en avait encore la force. Il accepta ses baisers, sourire aux lèvres, victime de l'étrange sensation de papillons dans son ventre. Il se sentait déjà dépendant de sa bouche et de son savoir faire. Il ria face au compliment du vendeur. Il n'était pas sûr de la véracité de ce propos au vue de son état... Les joues en feu et le corps couvert de transpiration...
"Tu parles" s'amusa-t-il tout en faisant glisser son doigts le nom du nez de Mathys. Il aimait tellement les traits de son visage. Agrippant son menton il l'attira une nouvelle fois à lui pour l'embrasser.  Son amant éphémère se recoucha et il tourna la tête un instant pour le regarder. Il n'avait pas envie qu'il parte. Il aimait avoir quelqu'un à côté de lui dans son lit. Voilà sept mois qu'il dormait seul et ça lui pesait.
Il profita que Mathys avait les yeux rivés au plafond pour laisser sa main vagabonder du côté de sa table de nuit. Aveuglement il attrapa un flacon, l'ouvrit et laissa deux pilules tomber dans sa paume. Il ne souriait plus. A vrai dire il paniquait de faire ça devant lui.
Il avait beau aller bien ce soir, son corps, lui, n'allait pas tarder à réclamer sa dose et il le savait. Ces pilules étaient devenues plus qu'un besoin psychique. Il ne voulait pas se retrouver tremblotant de mal devant Mathys.
Il goba sec les deux comprimés et tenta de faire bonnes figure.
"Vitamines" Se sentit-il obligé de préciser.
Il se tourna ensuite sur le côté et passa un bras sous Mathys pour l'attirer contre lui, offrant son épaule en guise d'oreiller.
"Tu veux bien rester ce soir ?" Il posa un baiser sur son front.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: So let’s go, wherever we can finally be alone. (feat Mathys)

Revenir en haut Aller en bas

So let’s go, wherever we can finally be alone. (feat Mathys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-