AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Don't let go I need your rescue. Siwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Don't let go I need your rescue. Siwan Mar 30 Sep - 22:51

And I feel like everything I saw
Is being swept away
Well I refuse to let you go


J'ai fait une connerie. Une terrible connerie. Je le sais, et elle aussi d'ailleurs. Je n'arrive plus à me regarder dans la glace. J'ai du mal à déglutir quand je pense à elles. Je n'ai jamais voulu les blesser. L'une comme l'autre… Et pourtant, je suis pareil au Don Juan de Molière, au Phoebus de Victor Hugo, au Valmont de Laclos. J'ai embrassé une autre fille alors que j'étais engagé avec une autre. Avec Harlow. Comment ai-je pu faire une chose pareille ? Comment ai-je pu croire sur le moment que ça n'aurait aucune répercution ? Comment ai-je cru que je pourrais vivre en parfaite harmonie avec moi-même alors que je me dégoûte, mais qu'en même temps je ne regrette absolument pas mon geste. J'avais envie d'embrasser Abbey, alors je l'ai fait. J'avais envie de partager cet instant avec elle, alors je l'ai fait. Je me sens mal et j'ai envie de me confier à quelqu'un. J'ai envie de voir Siwan. J'ai envie de parler à mon amie. Car malgré toutes les horribles choses que j'ai pu lui dire, je la considère comme mon amie. Une amie chère que j'adore et dont l'amitié me manque terriblement. Mais comment le lui faire comprendre après avoir été aussi odieux ?

C'est difficile à croire, mais j'ai grandi depuis notre dernier entrevu. J'ai compris des choses. Que les pulsions sont une chose, que l'amour en est une autre. Que l'amour peut parfois se dissiper au profit d'une attirance autre.

Je comprends Siwan à présent. Je comprends qu'elle ait pu s'abandonner dans les bras d'un autre pour connaître enfin le bonheur. Et dans le fond, je ne peux pas lui en vouloir davantage. Si être avec ce jeunot lui permet de s'épanouir, alors soit. Je lui souhaite tout le bonheur du monde.
Je la contacte et après un court échange, elle est finalement prête à me recevoir chez elle. Autant dire que Siwan est futée car il ne lui a pas fallu longtemps pour deviner que j'ai fait une bêtise comme elle me le demande explicitement dans son texto. « T'as fait quoi comme connerie pour admettre que finalement t'avais tort? »
Elle m'accepte, cependant… Et même si je sais que la route sera longue pour reconquérir l'amitié de la brune, je suis prêt à tout. Je me dépêche pour me rendre chez elle. Cette fois, elle sait que j'arrive et je n'ai pas peur de la retrouver en plein adultère. Même si dans le fond, ça ne me causerait plus autant de soucis. Au bout d'une vingtaine de minutes, j'arrive dans le centre-ville de Tenby et enfin devant la maison des Penrod. Je me prépare avec deux grandes inspirations et finalement je m'approche de la porte et m'annonce en toquant deux ou trois coups.
La porte s'ouvre et j'entraperçois la maîtresse de maison. Je me pince les lèvres en la voyant et je baisse les yeux, encore honteux face à tout ce que j'ai pu lui dire. Je n'avais pas à la juger. J'ai beau vouer un culte à son mari, je n'ai pas à juger les actions de Siwan. Après tout, elle est assez grande pour faire ses propres choix. A présent, est venu le temps de la rédemption.
« Salut, Siwan… »

 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Mer 1 Oct - 22:36


Elle fait les cent pas, perturbée, agacée, presque en colère même. Dans sa main serrée se trouve son téléphone portable, qu’elle n’a pas lâché depuis le dernier message de Nate. Bien sûr que la brune aurait voulu l’envoyer balader, l’envoyer se faire foutre, plutôt que de l’autoriser à venir chez elle. Cependant malgré toute la colère que la guide peut ressentir envers le jeune homme, il était et reste même aujourd’hui, quelqu’un de très important aux yeux de la mère de famille. Cette femme au cœur trop grand, qui ne cesse d’accueillir de nouvelles personnes. Comme le jeune musicien, dès son arrivée en ville. Cœur qui s’est brisé irrémédiablement lors de leur dernier échange et qui ne cesse de s’effriter encore et encore, depuis qu’elle commence à s’épancher sur sa relation avec le jeune plombier. Cœur qui va encore être soumis à rude épreuve avec la présence prochaine de son ancien ami. Ce stupide idiot, fanatique de son état, qui ne jure que par Jared. Grand bien lui fasse…

De nouveau, la colère traverse la galloise, qui d’un geste rageur envoie son portable s’écraser sur son canapé. Au moins, sa colère n’est pas stupide et son engin de communication ne sera pas hors service par la suite. Un soupir, et elle vient rapidement s’assoir à côté de son cellulaire, met sa tête entre ses mains tremblantes, pour essayer de se préparer à la suite… mais comment rester parfaitement calme face à celui qui lui a fait tant de mal quelques temps auparavant ? Cela semble inconcevable et pourtant… Lorsque des coups sont frappés à la porte, elle se lève, presque mécaniquement, jusqu’à finalement arriver à la porte. Une forte respiration plus tard, elle entrouvre la porte et le fixe, d’un œil incertain. Si son regard se voudrait meurtrier, l’apparence du garçon l’inquiète plus qu’elle ne saurait le dire, si bien qu’elle s’adoucit presque immédiatement. Néanmoins, la brune s’efforce de ne pas montrer cette inquiétude et ne prononce pas un mot pour répondre à son salut. La seule chose qu’elle fait finalement, c’est ouvrir la porte un peu plus, pour le laisser entrer. Toujours sans parler, elle se détourne, laisse la porte ouverte et retourne s’installer sur le canapé, ses mains tremblants encore un peu plus…

Cette situation est très désagréable pour elle, pourtant, elle essaye de ne pas le montrer, tout ce qu’elle désire maintenant, c’est l’écouter parler, l’entendre dire qu’il est désolé, qu’il ne pensait pas ce qu’il a pu dire autrefois, qu’il est bel et bien son ami et que ses paroles n’étaient que le reflet de sa colère envers elle. Colère qui avait été injuste et qu’il n’aurait jamais du se mêler de cette histoire. Voilà ce qu’elle voulait entendre, mais plus que tout, plus important encore que de satisfaire son cœur, Siwan voulait savoir ce qui l’avait fait changer d’avis et qui le mettait dans cet état, qui lui semblait, d’un œil extérieur, proche de l’hystérie. La mère de famille n’a jamais vu son jeune ami dans cet état et ça la rend folle de ne pas savoir de quoi il s’agit. C’est presque maladif, ce besoin qu’elle a, de vouloir savoir, mais ça la ronge… « Bon sang Nate ! Tu vas m’expliquer ce que tu fous ici ou je suis obligée de tout te demander par moi-même ? C’est toi qui a voulu me voir merde ! » Les mots sont sortis, encore une fois presque contre son gré et elle vient déposer soudainement sa main sur sa bouche, presque choquée par ses propres paroles. Pourtant, elle ne veut pas forcément le brusquer, c’est simplement sa curiosité qui s’épanche, certes maladroitement. « Excuse moi. Je suis à cran depuis… quelques temps ! Et tes sms m’ont énervé… Alors parle, j’ai le vase qui me démange ! » Si elle était en état de plaisanter, elle lui aurait fait un clin d’œil, juste pour la petite phrase d’accroche, écho de ses messages précédents.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Ven 3 Oct - 18:14

And I feel like everything I saw
Is being swept away
Well I refuse to let you go


Si je savais que reconquérir le coeur de Siwan n'allait pas être chose facile, je comprends l'ampleur des dégâts que j'ai causé quand cette dernière ouvre la porte et me fusille de son regard bleuté. Je déglutis, mal à l'aise. J'ai bêtement pensé que la conversation se passerait facilement, que tout irait bien dans le meilleur des mondes et qu'elle accepterait de me pardonner en quelques minutes. Je réalise à présent que je me suis voilé la face tout du long. La tâche s'annonce aussi difficile que de grimper le Mont Everest, mais je ne perds pas la foi. J'ai confiance - peut-être un peu trop - et j'espère que Siwan saura voir à quel point mes excuses sont sincères. Pas de salutation. Très bien, je l'ai amplement mérité. Elle ouvre la porte un peu plus grand et me laisse seul sur le perron. J'hésite un instant et franchis finalement le seuil de la porte. Je la referme derrière moi et je vais enfin rejoindre la mère de famille dans son salon. Elle est assise et je ne sais pas où me mettre. Je ne sais même pas où regarder. Je me sens mal, alors je reste debout et je regarde le sol. Tout est de ma faute, cette situation est entièrement de ma faute et je m'en veux atrocement. Pourquoi y avait-il fallu que mon étroitesse d'esprit rencontre la relation extra-conjugale de la brune ? Pourquoi y avait-il fallu que je la confronte au lieu de rester tranquillement chez moi à me mêler de mes propres affaires; Si au lieu de m'occuper des affaires de Siwan, je m'étais occupé de mon propre couple, peut-être n'aurais-je jamais trahit ma Dulcinée.
C'est finalement Siwan qui brise ce silence pesant en me faisant presque sursauter. Elle n'a pas tort : c'est moi qui demande à la voir et je me retrouve incapable d'exprimer le moindre phonème.
Je suis si pathétique que j'ai envie de m'enfuir en courant. Où est donc passé ce charisme dont je suis tellement fier ? A-t-il fuit lui aussi le soir où j'ai décidé de faire du mal à la femme de ma vie ? Je me redresse, relève la tête péniblement et regarde Siwan, dévasté.
« Désolé. Je suis tellement désolé, Siwan. Je... J'ai agi comme un petit con. Est-ce que tu crois pouvoir me pardonner un jour ? »

Je me masse la nuque, encore plus gêné après cette question à laquelle la réponse m'angoisse. On dit souvent que l'on se rend compte de ce que l'on a quand on le perd et j'ai constaté avec effroi que c'était vrai. Quand j'ai perdu Siwan, j'ai en quelque sorte perdu ma meilleure amie de Tenby. Un repère, une amitié, une présence irremplaçable. Et tout ça, à cause de l'amour aveugle que je voue à un homme avec lequel je n'ai jamais eu l'occasion de discuter. La stupidité de ma faute me rend fou de rage. Comment ai-je pu tomber si bas pour la fidélité que je voue à quelqu'un que je ne connais pas. Et puis, ce n'est pas comme si, ces derniers temps, j'étais irréprochable sur le sujet, malheureusement.
Je ne peux pas me résoudre à accepter ce que j'ai fait. Je ne peux pas perde la brune et faire comme si de rien n'était.
« Je n'aurais jamais dû juger ta vie et tes relations. J'ai vraiment été con. Ce jour là au musée, tu aurais dû m'en coller une tellement j'ai dépassé les bornes. »

 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Mer 8 Oct - 22:36


C’est dur… De lui en vouloir autant et de ne pas réussir à lui pardonner plus vite. Parce que si dans son esprit, Siwan veut lui en faire baver un peu, ce n’est pas aussi facile. La mère de famille n’est pas assez fourbe pour savourer une quelconque vengeance envers le jeune homme et elle n’arrive vraiment pas à faire semblant de lui en vouloir plus que ça. Certes, elle est toujours en colère contre lui, mais chacune de ses excuses fait mouche et la seule chose qu’elle veut faire maintenant, c’est se lever pour le prendre dans ses bras. Pourtant, au prix d’un effort surhumain, elle reste assise, et le fixe enfin, essayant de se montrer le plus agressive possible, avec son simple regard. Elle se mord la joue, une seconde, deux secondes, pour empêcher les mots de s’écouler comme à leur habitude. Sa question a fait mouche et elle détourne le regard, pour ne pas le laisser s’adoucir. Non ! Le garçon doit croire qu’elle est en colère et pour ça, elle doit cesser de le regarder. D’ailleurs, elle se lève, pour lui tourner le dos et regarder par la fenêtre. « J’en sais rien ! Et puis de toute façon, pourquoi ça t’inquiète… Tu n’es pas mon ami. Tu n’en a rien à faire de savoir si je te pardonne ou pas ! » Oui ! Elle a réussi à faire en sorte que sa voix ne tremble pas trop. Il continue à parler et cette fois, la brune se félicite de s’être levée pour lui montrer son dos. Parce qu’elle sent ses mains qui commencent à trembler et ses larmes menacent de couler. C’est assez désagréable comme sensation, surtout qu’elle n’a personne pour la consoler à l’instant présent. Alors tout ce qu’elle fait, c’est fixer au dehors, sans rien voir d’autre que son reflet. Et celui de Nate pas loin d’elle. Bon sang c’est dur cette discussion, mais au final, cela lui fait du bien d’entendre ce que son jeune ami a à dire.

« J’ai voulu oui… Et puis je me suis dis, à quoi bon ! Ca aurait pu te toucher si tu avais eu le moindre intérêt pour moi. Là c’est… c’était… juste inutile ! » Un sanglot s’est fait entendre à travers sa phrase mais elle essaye de faire comme si de rien n’était. Après tout, si elle a bien conscience que Nate est désolé de ce qu’il a dit, elle sait aussi une chose très importante… Nate n’est pas son ami, malgré tout ce qu’elle a cru. Enfin, elle se tourne de nouveau vers lui et croise les bras. Ce qu’elle ne comprend pas maintenant, c’est pourquoi ce revirement de situation. C’est incompréhensible et finalement, elle ose poser la question qui la perturbe ! « T’étais plutôt sûr de toi la dernière fois. Pourquoi tu as changé d’avis ? Pourquoi tu es désolé ? Au fond, tu as plutôt raison dans ce que tu as dis. Si je me suis vexée, c’est parce que je croyais que toi et moi, nous étions amis. Mais finalement, tu as raison. Ce que je fais est mal. Je ne devrais pas le faire. Et je continue à le faire malgré le fait que ça détruise toute ma vie. Alors voilà ce qui me perturbe Nate… Pourquoi… » Oui elle insiste. Ses derniers mots de la dernière fois l’ont plus détruit que tout le reste. C’est cette notion d’amitié bafouée qui la fait souffrir maintenant. Finalement elle soupire, hésite une seconde, avance d’un pas, puis recule d’un autre… Avant de retourner s’assoir à sa place. Tout son être se combat et elle ne sait pas quoi faire face aux tourments de ses sentiments. « Tu ressembles vraiment à rien Nate. T’as du faire un truc moche pour te sentir aussi mal ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Ven 10 Oct - 11:27

And I feel like everything I saw
Is being swept away
Well I refuse to let you go


Je suis encore plus misérable quand Siwan se lève et me tourne le dos. J'essaye de trouver les bons mots pour lui faire comprendre que tout est de ma faute, depuis le début, depuis le tout début, même, mais ces efforts sont vains. Parce que si je veux être totalement honnête, je ne sais pas si j'aurais continué à côtoyer la mère de famille si elle n'avait pas été mariée à Jared. C'est ignoble, immonde et ça fait de moi le connard de service que je suis devenu. J'ai voulu l'amitié de Siwan pour servir mes propres intérêts et jamais je n'aurais pensé voir naître une réelle amitié envers elle. Je veux le lui faire comprendre, mais je ne sais pas quels mots utiliser pour ne pas la blesser. Tout comme mon charisme, le don que j'ai pour jongler avec les mots s'est lui aussi fait la malle dans un pays lointain. Tu n'es pas mon ami. La preuve que mon discours au musée à malheureusement était très persuasif. Comment revenir sur ce que j'ai pu dire ? Comment m'excuser sans causer encore plus de peine à la brune ? Je soupire et me mords la lèvre. Tu n'es pas mon ami. J'ai l'impression qu'elle enfonce un peu plus le poignard que j'avais moi-même installé dans ma poitrine en jouant l'idiot. Tu n'es pas mon ami. Et elle a probablement raison. Parce qu'un ami n'est pas quelqu'un qui blesse un être cher. C'est au contraire quelqu'un qui est compréhensif, aimant et fidèle. Tu n'es pas mon ami. Ses mots résonnent dans ma tête encore et encore et font s'accroître ma culpabilité.
« S'il te plait, Siwan… »

Je n'arrive pas à articuler plus que ces quelques mots et je n'arrive même pas à les exprimer aussi fort que j'aimerais. Ils s'effacent dans un murmure presque inaudible si bien que je ne sais pas s'ils sont parvenus aux oreilles de la Galloise. Je baisse le regard une nouvelle fois, n'arrivant pas à surmonter le fait de regarder le dos de la dame. Elle reprend la parole et se retourne alors je relève péniblement la tête. Je me pince les lèvres, malade de savoir ce qu'elle pense à mon sujet la concernant. Les questions fusent, enfin. La question. Et je déglutis avant d'entreprendre d'y répondre. Je ne veux pas heurter ses sentiments - pas encore - mais je ne sais pas comment m'y prendre autrement. Il faut que je sois honnête. Si je veux pouvoir répondre à sa question et avoir l'espoir de pouvoir recommencer une relation sur une base scène, j'ai besoin de lui avouer la triste et douloureuse vérité.
« Je ne te dirais jamais assez à quel point je suis vraiment navré. C'est vrai, j'ai... j'ai cru sincèrement que tu ne représentais rien pour moi... et tu n'as pas idée combien je regrette d'avoir pensé ça rien qu'une seconde. Tu... Siwan, t'es comme ma meilleure amie, ici. Nos sorties me manquent, nos conversations me manquent, ton amitié me manque... Tu me manques. Mais si tu ne peux pas trouver la force de me pardonner, alors, je comprendrais. Je l'aurais mérité. »

Elle va s'asseoir et soulève quelque chose qui me fait froid dans le dos même si c'est la triste vérité. Je me pince les lèvres à nouveaux comme pour m'empêcher de sangloter, mais la simple pensée de ma petite amie me rend encore plus triste que je ne le suis déjà. Au point où j'en suis, je me dis que je n'ai plus rien à perdre, alors je me lance et sans trop hésiter, je rejoins Siwan sur le canapé. Je m'assois à ses côtés, mais je suis incapable de croiser son regard. Je fixe la chaise devant moi et après un très long soupir, je sens que je peux enfin conter à la mère de famille, la raison pour laquelle je suis aussi lamentable.
« Oui, j'ai fait un truc moche... J'ai trompé Harlow. »

 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Dim 2 Nov - 2:31


Regardez les, ces deux là. Totalement inutiles et larmoyants. Chacun est blessé de l’attitude de l’autre, même si au final, le mal être du garçon semble être d’une autre teneur. Ce n’est pas uniquement le fait que la mère de famille soit en colère contre lui qui semble le perturber, mais aussi autre chose. Chaque chose en son temps pourtant. Pour l’instant, le plus important pour Siwan est de savoir pourquoi il est là. La douleur qu’elle a ressenti à leur dernière discussion est toujours là mais étonnamment, plus ils se parlent et plus elle diminue. Parce qu’au final, c’est la compréhension de l’un et de l’autre qui pourra les sauver. Sa demande, non, sa supplique plutôt, la blesse encore un peu plus, alors elle décide finalement de se taire, pour le laisser parler. « Très bien, je me tais et je t’écoute. » Sa phrase n’est pas du tout agressive et un sourire viendrait presque pointer le bout de son nez, même si elle s’efforce de le dissimuler. Le plus important maintenant et de l’écouter parler et le discours qu’il lui sert est beau, presque trop pour être crédible. Pourtant, au fond d’elle, la mère de famille sait très bien qu’il dit vrai. Si ses mots ne l’avait pas dit, son visage et ses yeux l’auraient fait de toute façon. Qu’il ait pu croire qu’il ne ressentait rien pour elle était blessant, probablement trop, mais au final, elle préfère se concentrer sur le reste.

Le musicien s’est rendu compte de son erreur. Il sait maintenant quels sont ses véritables sentiments pour la galloise et c’est ça, le plus important. Ce qu’il a pu croire dans le passé n’est rien au final, par rapport à ce qu’il pense maintenant. Cependant, comme pour encore faire semblant un peu plus de lui en vouloir, elle ne lui répond pour l’instant pas, se contentant de fixer le sol. Encore une partie du processus de punition envers le jeune homme, pour tous ses mots durs qui lui ont fait autant de mal. Et puis au final, elle est surtout curieuse de ce qu’il va répondre à son autre question… Peut être encore plus important que la première. Et enfin, il dit ce qu’il a sur le cœur et la situation est tellement ridicule que la brune pourrait éclater de rire. Cependant elle n’en fait rien, se contentant de le fixer pendant plusieurs secondes, sans dire un mot, la bouche entrouverte.

La surprise s’est peint sur son visage mais une fois qu’elle est passée, Siwan ne peut s’empêcher de lever la main pour le frapper à l’arrière du crâne. Comme elle peut faire parfois à Mathys quand il dit ou fait une connerie. C’est plus affectueux qu’autre chose, mais elle est tout de même en colère contre lui. « Imbécile ! » qu’elle s’exclame soudain, avant de finalement se bouger légèrement sur le canapé, pour le prendre dans ses bras, qu’elle passe autour de ses épaules pour l’inciter à poser sa tête sur la sienne pour se laisser consoler. « Au temps pour tes beaux discours Nate. Maintenant la question que tu dois te poser c’est… est ce que ça valait le coup ? Si la réponse est non, alors tu dois te reprendre. Après t’auras deux choix. Soit assumer et lui dire la vérité. Soit tu ne veux pas la blesser et tu gardes tout ça pour toi. Si la réponse est oui par contre… Pose toi des questions sur tes sentiments. » Ces conseils ne sont pas du vent, parce qu’elle est déjà passée par là, qu’elle sait très bien ce qu’elle a ressenti à ce moment là. Et qu’elle s’est rendue compte que oui, ça valait le coup, pour enfin être vraiment heureuse… Toutes ses questions, tous ses ressentiments envers le jeune homme se sont tus pour l’instant, parce qu’elle ne réussit pas à lui vouloir encore. C’est juste un gamin parfois, qui a eu besoin de faire la même erreur pour la comprendre. Alors oui, elle allait lui pardonner… « Tu l’aurais mérité ouais… Que je ne te pardonne pas ! Sauf que t’as eu le courage de faire un truc que beaucoup d’hommes ne savent pas faire…. Tu t’es excusé et surtout… tu as reconnu tes erreurs. Quand tu dis, je suis navré… Je te crois, parce que t’as vraiment pris ça à cœur. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Dim 2 Nov - 21:17

And I feel like everything I saw
Is being swept away
Well I refuse to let you go


Ainsi, c'est le grand moment de vérité. Elle est prête à m'écouter alors je déverse ces paroles néfastes qui ne vont servir pourtant qu'à améliorer notre relation devenue chaotique. En effet, Siwan se tait et m'écoute, ce qui rend les choses difficiles. Les mots ont du mal à sortir. Je sens des hésitations. Je ne suis pas sûr de moi quant à ce que je dois dire ou non. Je doute sur la sincérité que je dois mettre dans ma tirade pour finalement me mettre à nu. Métaphoriquement. J'ai peur de faire du mal à la Galloise, mais est-ce possible de lui en faire plus que ce que j'ai fait lors de notre dernière rencontre ? Dur à dire. J'avais mis le paquet. Je soupire une fois après avoir délivré mon lourd secret et j'attends sa réaction. Assis, les coudes sur les genoux, les doigts entrelacés, je suis penché en avant et je regarde le sol. J'attends que la sentence tombe et lorsqu'elle tombe, je suis abasourdi. Une frappe sur le haut du crâne et je relève la tête, le regard plein de confusion. Je ne m'y attendais tellement pas que j'ai presque envie de rire, mais je sais bien que le moment ne s'y prête pas alors je réprime cette stupide envie. Elle se rapproche finalement et je me laisse aller. Je me laisse enlacer et je lui rends son étreinte en passant mes bras autour de sa taille. Je m'abandonne. Je réalise qu'elle est l'unique personne à qui je peux parler de ce que j'ai fait et de ce que j'ai ressenti. Elle est la seule qui pourrait comprendre ce qui s'est passé dans mon esprit, même si ce n'est en aucun cas ce que je lui demande.
Là, dans ses bras, je suis soulagé comme jamais je ne l'ai été auparavant en distinguant que la mère de famille ne va pas me mettre à la porte alors que j'ai besoin d'elle, alors que j'ai besoin qu'elle m'éclaire. Je me mords la lèvre quand les mots de Siwan se mettent à résonner dans le salon. Je bois ses paroles presque religieusement. Parce que la Galloise vit une situation qui peut s'apparenter de près ou de loin à celle que je traverse, je veux savoir ce qu'elle en pense et surtout, ce qu'elle peut me conseiller. Je l'écoute, mais je n'en sais pas plus. Je n'arrive pas à comprendre ce qui m'a poussé à embrasser Abbey. Une envie, un désir, une pulsion.

Je m'écarte pour faire le point un peu mieux sur mes sentiments. J'aime Harlow et je ne comprends pas ce besoin que j'ai ressenti d'embrasser la belle Abbey. Non, je ne comprends pas et je m'en veux atrocement.
« Et ce sont probablement ces beaux discours qui m'ont mis dans cette situation. J'aurais jamais pensé que… Siwan… Je ne sais pas… J'aime Harlow, vraiment, je l'aime comme un fou. Je serais prêt à faire n'importe quoi pour elle, mais, je ne sais pas ce qu'il m'a prit et même si je regrette ce que j'ai fait, j'avais tellement envie d'embrasser cette autre fille, Abbey… Alors, je l'ai fait. »

Je me laisse tomber en arrière dans le canapé puis me pince les lèvres et de ma main gauche, je me masse la tempe pour essayer d'éclairer mon esprit et mon jugement. Je soupire, et mon regard se perd un instant dans le salon de la brune jusqu'à ce que je retombe dans ses prunelles bleues.
« Je vais le lui dire, à Harlow. Je n'ai pas le choix, je ne veux pas lui mentir, surtout qu'elle a dû comprendre qu'il s'est passé quelque chose. »

Même si ses conseils me sont très précieux, c'est avant tout son pardon que j'étais venu chercher. Alors, quand elle me l'accorde enfin, je ne peux réprimer le sourire triste qui se dessine qui mes lèvres. Un sentiment de plénitude et de paix m'envahissent et c'est avec l'oeil pétillant et une voix assurée que je reprends.
« Merci, Siwan, merci de tout coeur. Je ferais de mon mieux pour me racheter, tu ne le regretteras pas. »

 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Ven 7 Nov - 1:17


Le sentir dans ses bras, c’est agréable, elle a enfin l’impression de retrouver une partie d’elle qui s’était perdue dans les dernières semaines. On ne se rend compte de l’importance des gens que lorsqu’ils sont loin, et la mère de famille s’en est rendue compte avec l’absence de son jeune ami. Là, maintenant qu’il est tout près d’elle, elle sent sa respiration un peu plus calme. Cette étreinte, ils en ont besoin tous les deux et elle ne dure pas assez longtemps aux yeux de la brune, qui le regarde s’éloigner finalement. Elle comprend rapidement que c’est pour lui expliquer ses raisons et peut être même pour autre chose en plus. Alors elle l’observe, gardant un silence religieux, pour ne pas le déranger et le laisser réfléchir. Enfin, d’une oreille attentive, elle se décide à écouter les mots du jeune homme. Ses explications sont un peu bancales mais finalement, c’est assez simple à comprendre. Nate a ressenti le besoin d’embrasser une autre, à cause d’un instinct mal gardé. Peut être aurait il mieux fallu pour lui qu’il écoute sa raison plutôt que son cœur, mais il en a été décidé autrement finalement et d’une certaine façon, la galloise n’arrive pas à se défaire de l’impression que c’est probablement la meilleure chose qu’il ait faite. A cause de cette erreur, il est revenu vers elle. C’est peut être un brin égoïste, mais à cause de ce baiser, il a de nouveau besoin d’elle et il s’est rendu compte de son importance. Alors oui, elle est presque heureuse qu’il ait commis cet acte, même si c’est égoïste et qu’elle s’en veut de penser ça. Elle décide de conserver le silence une nouvelle fois, comme pour l’encourager à se dévoiler plus, ce qu’il ne tarde pas à faire finalement. A son tour, elle se redresse et passe ses jambes sous elle, pour l’observer plus confortablement. Pendant une seconde, la brune se mord la lèvre, hésite, et finalement, se décide à parler de nouveau. « Ne lui dis la vérité que si tu es certain qu’elle peut l’encaisser. Ne va pas lui faire du mal pour rien, d’autant plus si ce baiser ne veut rien dire. Je sais que tu l’aimes, tu l’as dis à plusieurs reprises. Tu ne veux pas lui faire du mal du coup… Dire la vérité, ça détruira peut être tout ce que tu as construit avec elle. »

Au bout de quelques secondes de silence, la brune se décide à bouger de nouveau pour s’approcher de lui et poser son front sur son épaule. C’est un besoin qu’elle a ressenti soudain, de le toucher, de sentir l’odeur de sa veste de cuir, cette odeur qui ressemble tant à celle de Jared. Pendant quelques temps, elle se perd dans ce contact pourtant anodin, avant de finalement se redresser, pour le regarder de nouveau dans les yeux. « C’est bon ! La vie est trop courte pour passer son temps à s’excuser. T’as fait une connerie, je t’ai pardonné, c’est fini. » Elle se fend d’un léger sourire, avant de se pencher encore vers lui, pour cette fois déposer un baiser sur sa joue, tout ce qu’il y a d’innocent. « Nate… Je ne rigole pas pour ce que j’ai dis plus tôt. Si tu lui dis la vérité, tu vas devoir faire face à des conséquences que tu n’es peut être pas prêt à supporter. Je pense que tu t’infliges déjà une punition assez importante toi-même. Elle ne pourra pas comprendre, si toi-même tu comprends pas et… le pire dans cette histoire c’est ça. Tu ne sais pas pourquoi tu voulais l’embrasser. Ca peut être une raison plus profonde que tu ne le crois et là, tu risques de faire des dommages irréparable, si tu en parles à Harlow. Tant que ce n’est qu’un baiser sans importance, tu devrais peut être le garder pour toi. » Elle sait qu’elle se contredit légèrement, mais plus elle réfléchit, plus elle l’entend parler, plus elle sent que cette histoire ne sent pas bon du tout. Alors à son tour, elle lève la main vers lui et la pose dans sa nuque, qu’elle masse légèrement, comme pour le détendre. « C’est toi qui décide bien sûr, mais réfléchis bien ! » Elle hésite quelques secondes, avant d’ajouter finalement. « Pour une fois ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Sam 8 Nov - 13:30

And I feel like everything I saw
Is being swept away
Well I refuse to let you go


Je baisse les yeux, un peu nerveux en entendant les conseils de la brune. Les conseils de Siwan sont avisés et j'ai bien l'impression qu'elle a raison. Pourtant, j'ai beau ne pas savoir si ma petite amie sera capable de l'encaisser, je sais qu'il faut quand même que je lui dise la vérité parce que nous avons trop vécu dans le mensonges ces derniers mois. Depuis que nous sommes à Tenby, en fait. C'est à croire que ce petit village Gallois teste nos limites avec grande joie. Je me mords la lèvre inférieure. Mensonge par omission, tromperie, encore un mensonge par omission ? Non, impensable. C'est moi qui ne serais pas capable de supporter cette vie. Je suis déjà incapable de la regarder dans les yeux depuis l'annulation de Reading… Reading. C'est donc cela. C'est donc à partir de cet instant que tout est allé de travers. Je sens mon corps se raidir en me rendant compte de ce que je viens de  comprendre et c'est à ce moment là que Siwan se rapproche finalement. Comme si, sans s'en rendre compte, elle avait remarqué que c'était ce dont j'avais besoin. J'essaye de me relaxer et j'y arrive presque. C'est tellement agréable d'avoir quelqu'un sur qui compter dans ces moments difficiles. C'est tellement bon de ne pas se sentir seul et perdu, d'avoir une présence importante qui nous soutient. Même si la mère de famille m'a pardonné quant à mon attitude de petit merdeux, je crois que je ne serais jamais capable d'en faire autant. Comment me pardonner alors que j'ai traité Siwan avec autant de rudesse tandis qu'elle, elle est la seule à me soutenir.
Tous ces contacts sont bénéfiques, je le sens et je finis par passer mon bras autour de mon épaule quand elle me demande de bien réfléchir.
« Si j'ai supporté qu'elle m'empêche de jouer le plus gros concert de toute ma vie, elle pourra bien supporter le fait que j'ai embrassé une autre fille. »

Aussitôt, ma main se porte à ma bouche, et je reste interdit, les yeux gros comme des soucoupes, dépité face à ce que je viens d'oser confier à mon amie. Ces mots sont sortis avec véhémence et sans avoir été convié hors de ma bouche. Finalement, le constat se fait de plus en plus simple : cette relation qui m'unit avec Harlow a perdu toute sa sainteté dès lors qu'elle a brisé mon rêve de jouer dans ce festival et que j'ai fait comme si de rien n'était, comme si ce n'était pas si grave. Tout est de ma faute. Encore et encore et encore. Si je lui avais dit à quel point j'étais déçu au lieu de m'éloigner d'elle, peut-être que je ne me serais pas retrouver à embrasser une autre femme.
Soudainement, j'ai peur que ce baiser ne soit que pure vengeance. Impossible. Si j'ai embrassé Abbey, c'est parce que sur le moment, je ressentais l'importance que j'avais à ses yeux et que j'appréciais sa compagnie plus qu'il ne le fallait.
Avec toujours cette même proximité réconfortante, je me pince les lèvres et sans regarder Siwan – j'en suis tout simplement incapable depuis mon aveu grotesque – j'ajoute.
« Cette journée… Au musée, je t'ai dis que jamais je ne serais capable de me séparer de la scène, de la musique, mais en fait… Je ne savais pas de quoi je parlais. Encore une fois, j'ai été con. J'aurais dû lui dire à quel point elle m'a achevé en refusant de faire ce concert. C'est… C'est pour ça que je dois le lui dire pour Abbey. Je ne pourrais plus me regarder dans une glace sinon. »

Je soupire puis cette fois, je ressers avec fermeté et douceur mon bras qui entoure ses épaules. J'essaye de sourire, mais mes efforts sont inutiles : les constats que je viens de faire m'ont déjà fait perdre tout envie de rire.
« Tu dois tellement penser que mon couple est dingue et je ne peux même pas t'en vouloir parce que tu auras probablement raison. Mais même si elle m'a fait du mal, je ne peux pas imaginer ma vie sans elle et j'espère qu'elle trouvera la force de me pardonner, comme moi je lui ai pardonné… Même si j'aurais fait une connerie. »

Je lui laisse le temps d'assimiler et je profite de cette courte pause pour essayer de voir les choses plus clairement. Cette fois, je me recule un peu et j'ose de nouveau affronter le regard de la mère de famille.
« Je sais que c'est moi qui décide, mais… Tu crois que je fais une connerie ? »

 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Mar 11 Nov - 3:18


C’est comme une claque, lorsqu’enfin il semble comprendre. Ce qu’il dit la fait trembler légèrement, tout simplement parce qu’elle a l’impression de retrouver Jared, juste là, devant ses yeux, 25 ans plus tôt. Un dur retour dans le passé qui la déstabilise quelques minutes. Sortir avec un accroc à la scène, ce n’est jamais facile, d’autant plus lorsque l’on dépasse notre place, pour imposer quelque chose. Du genre refuser un festival pour une raison inconnue. Ou demander de quitter la scène pour élever un enfant, dans le cas de la brune. Son cœur se serre à l’idée qu’Harlow puisse être dans sa situation un jour et en voyant Nate agir et réagir comme ça, elle se rend compte, peut être 25 ans trop tard, du sacrifice qu’elle a un jour demandé à son mari. Probablement est-ce la raison de son éloignement, de sa vie à Cardiff, de sa façon de fuir, plutôt que de rester avec elle et Mathys… Son esprit se perd assez rapidement dans sa propre histoire, son propre passé, si bien qu’elle n’est plus avec Nate, pendant plusieurs secondes. Pourtant, elle est en train de réfléchir, pour lui faire comprendre que leur vie ne sera jamais saine, s’il continue à vouloir la scène et si elle, continue à l’en éloigner. La mère de famille se mord la joue, pour ne pas dire à haute voix ce qu’elle est en train de penser et bien lui en prend puisque son jeune ami a encore besoin de parler. Quand il la serre contre lui, elle-même s’approche encore, pose sa main sur son ventre, pour lui apporter tout son soutien. Elle attend le bon moment pour parler, pour lui faire part de ses craintes soudaines, de sa propre expérience. Pourtant, elle n’a pas le temps pour ça, une partie de sa phrase remontant à la surface, alors qu’il semble avoir terminé, que sa question résonne dans la pièce… Je dois lui dire pour Abbey… Abbey… Combien d’Abbey y’a-t-il a Tenby. Probablement une seule…

Alors sans dire un mot, Siwan se défait soudain de l’étreinte de Nate et se relève, pour le regarder avec des yeux soudain pleins de colère. « Abbey ! Ne me dis pas que tu as embrassé Abbey Baxter ! Oh Nate dis moi que ce n’est pas elle ! » Pourtant au fond d’elle, la brune sait très bien qu’il s’agit d’elle et elle s’approche de nouveau du jeune homme, pour cette fois lui asséner une claque bien sentie. Sa main chauffe et brûle, preuve s’il en est de la force qu’elle a mis là dedans. « T’aurais pu embrasser n’importe quelle trainée du coin. Tu aurais même pu m’embrasser moi. Mais elle… Comment t’as pu faire ça Nate ! J’espère que tu ne lui a rien promis ! Que tu lui as dis que ça n’arriverait plus, que c’était une erreur ! » Les mots s’enchaînent sans qu’elle parvienne à se calmer, telle une maman ourse voyant son bébé menacé par un humain ou quelque chose du genre. La fratrie Baxter est d’une importance vitale pour Siwan, qui a bien du mal à accepter la situation soudain. « Comment un seul mec peut accumuler autant de conneries en aussi peu de temps ! Pourquoi tu l’as embrassé elle bon sang ! » Et enfin, elle soupire, pose son regard sur le brun et détourne le regard. Sa colère fond rapidement, pour laisser place encore une fois à la compassion. Tout ce qu’elle ressent à l’égard du rockeur est contradictoire, si bien qu’elle ressent le besoin de le regarder encore une fois… « C’est bon ! C’est bon ! J’arrive toujours pas à croire que ça soit Abbey que tu ais embrassé… Quoiqu’il en soit. Tu es un rockeur, un homme de la scène. Harlow semble vouloir t’en éloigner. Vous allez vous rabibocher probablement, vous allez vous marier peut être, ou simplement vivre ensemble. Et dans 20 ans, elle te trompera avec un gamin, parce qu’elle ne supportera plus de te voir loin d’elle et qu’elle se rendra compte qu’elle a perdu 20 ans de sa vie avec un type qui préfère son manche de guitare à sa présence auprès d’elle… » Bien sûr, le parallèle est assez simple à faire. La galloise parle de sa propre histoire, qui deviendra probablement celle de Nate, s’ils continuent comme ça… « T’as peut être pas autant de talent que lui… mais une chose est sûre, tu lui ressembles beaucoup plus que tu ne le crois. Et il aura beau prétendre le contraire, tu auras beau prétendre le contraire, tu ne lui pardonneras jamais de t’avoir éloigné de ton véritable amour ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Mar 11 Nov - 19:27

And I feel like everything I saw
Is being swept away
Well I refuse to let you go


Siwan ne répond pas à ma question. Non, elle se met debout et je pense d'abord que c'est pour donner plus de poids à ses prochains mots doux. Je me trompe, apparemment puisque sans attendre, elle revêt un masque de colère et commence à m'engueuler. Je suis déconfit. Que se passe-t-il ? Elle aurait pu m'engueuler il y a cinq minutes quand je lui avouais avoir trompé ma copine, mais non, elle était restée douce et calme. Cette fois, la quiétude entre nous s'en est allée et je crois comprendre ce qui la contrarie. Abbey ? J'ai à peine le temps de froncer les sourcils en discernant la raison de la colère de la mère de famille, que je me fais gifler avec force. Je sens le vent frapper mon visage et je reste immobilisé pendant une demie seconde. J'ai envie de réagir, j'ai envie que Siwan m'explique pourquoi avoir embrassé Abbey est aussi agaçant pour elle car je ne saisis pas en quoi ce baiser mérite une claque aussi puissante. Je sers les dents, essayant de garder mon calme car visiblement, il faut bien que quelqu'un reste sage dans ce salon. Cela dit, j'ai besoin d'explications pour pouvoir un peu mieux situer d'où vient cette frappe. J'ai très certainement mérité ce qu'elle me fait et ce qu'elle me dit, mais si j'avais la raison, je l'accepterais sans doute mieux. Là, j'ai un peu de mal à me remettre du choc. Déjà que je viens de réaliser à quel point j'en veux à Harlow pour Reading, j'aimerais également savoir ce qui a mis la mère de famille dans cet état.
« Bordel, mais Siwan c'est pourquoi ça ? »

Je ne sais même pas si la brune m'entend qu'elle reprend aussitôt en me disant clairement que j'aurais dû embrasser n'importe qui d'autre. Je fronce les sourcils un peu plus et je me lève à mon tour, m'éloignant de quelques pas pour éviter de me prendre une nouvelle gifle. Elle poursuit son dégueulis de mots et je reste là, muet, à soutenir son regard. Je n'aime pas l'atmosphère qui vient de s'installer, mais je n'ai pas vraiment le choix. J'aimerais qu'elle me laisse le temps de lui dire pour quelles raisons j'ai embrassé Abbey, qu'elle me laisse l'occasion de me défendre le temps de quelques secondes et que je lui dise que rien de grave ne s'est passé, qu'il n'y a eu qu'un baiser échangé, mais c'est peine perdue. Je ne peux pas en caser une et quand la Galloise reprend sur le futur hypothétique qui nous attend Harlow et moi, j'ai la chaire de poule. Tous les moments qui devraient être les plus heureux de ma vie s'enchaînent et sont dépourvus d'émotions. Comment pourrait-elle prédire l'avenir qui m'attend ? Et là... Tout devient plus clair. Je ne sais si c'est au son monotone de sa voix ou bien la facilité avec laquelle elle enchaîne son discours, mais tout devient clair comme du cristal. C'est ce qu'elle a vécu. C'est ce qu'elle ressent et probablement ce que Jared ressent. Je n'ajoute rien une fois qu'elle a terminé sa tirade car, j'ai soudain de la peine pour elle tout comme j'ai de la peine pour moi et je sais que les mots n'y changeront rien. Au lieu de cela, je m'avance vers l'ancienne groupie et je l'enlace une nouvelle fois pour ce qui semble être la cinquième fois depuis mon arrivée. Comme si, ce contact était nécessaire. Une façon de dire qu'on est là pour l'autre et qu'on la soutiendra autant qu'il le faudra car c'est ce que les amis font. Les rôles sont inversés, je ne suis plus celui qui vient pour chercher des réponses à ses questions ni pour dévoiler mes péchés. Là, je suis là pour Siwan, alors je ressers mon étreinte.
« Siwan... Tu te trompes, tu n'as pas perdu 20 ans de ta vie avec Jared. Même si maintenant, ça ne va pas très fort entre vous, vous avez vécu quelque chose de tellement fort que ça vous a dépassé. C'était une histoire magique. La musique, ça va et ça vient. Tu sais, Siwan, si je suis venu à Tenby c'était pour retrouver l'inspiration. Je cherche toujours. Alors, qu'Harlow, elle, est toujours là pour moi, même si dernièrement notre relation n'est pas idéale, je crois que c'est elle mon véritable amour. Tout comme j'ose prétendre que tu es celui de Jared, sinon crois-moi, il n'aurait jamais quitté son groupe. C'est juste qu'il est pas aussi doué en tant que père qu'en tant que musicien. »


 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Mar 11 Nov - 21:37


Comment pourrait elle expliquer l’impulsion qui l’a pris juste avant. Comment pourrait elle justifier cette baffe, alors qu’elle l’a si facilement pardonné pour ses mots blessants ? Tout simplement par le fait qu’elle est capable d’endurer toute sorte de souffrance pour elle-même, mais qu’elle est incapable de voir ceux qu’elle aime souffrir du comportement des autres. Nate peut bien être un connard avec elle, encaisser serait très facile, pourtant, en apprenant qu’il a embrassé la petite Abbey Baxter, ça, ça la rend folle. D’où son comportement irrationnel, et ses mots, peut être un peu trop véhéments. Après, lorsqu’elle sera calme, elle le laissera s’exprimer sur le sujet, s’expliquer, mais pour l’instant, elle est incapable d’être rationnelle. Elle s’emporte et heureusement, il n’essaye pas de répondre. Du moins, pas tout de suite. « De quelle planète tu débarques pour pas savoir que je considère les Baxter comme mes propres enfants ? » Pour elle, ces quelques mots valent toutes les explications du monde. Alors elle se mord la lèvre et n’en dit pas plus. Du moins, avant d’enfin lâcher sur le cœur, depuis probablement trop longtemps. Jamais elle n’aurait pu croire cacher autant au fond de son cœur et elle ne sait même pas pourquoi elle en parle maintenant, au jeune homme. Pour l’empêcher de souffrir ? Ou bien parce qu’elle a besoin d’en parler, là, maintenant, après des années de silence. A croire qu’une barrière a été franchie entre eux et qu’elle lui fait suffisamment confiance pour parler de ce qui repose sur son cœur.

Le rockeur semble avoir compris le désarroi de son interlocutrice, puisqu’il vient la prendre dans ses bras et sans crier gare, Siwan lui rend son étreinte, aussi soudainement qu’elle l’a frappé. Son odeur encore, la frappe, si semblable à l’homme qu’elle a cru aimer… Et lorsqu’il parle, elle se serre encore plus contre lui, comme pour se protéger de ce qu’il va dire. Chacun de ses mots l’atteint en plein cœur et elle sent les larmes dépasser ses yeux. Tout ça, c’est difficile à entendre pour la mère de famille. Parce que ça détruit tout ce qu’elle a cru penser de sa relation avec Wade. Pendant tout ce temps, Siwan a pensé que le plombier était sa libération à des années de frustration, mais entendre Nate défendre encore une fois Jared, d’une façon plus douce, plus mature, la fait douter légèrement. Probablement n’a-t-elle pas laissé sa chance à son mari et qu’elle a abandonné bien trop vite. Pourtant, même forte de cette constatation, la brune ne peut oublier tout ce qu’elle ressent dans les bras de son amant. Tout l’amour qu’elle ressent pour lui, toute la passion, qui a disparu avec Jared, toute la complicité qu’ils ont… Wade est la meilleure chose qui lui soit arrivé dans sa vie et pourtant… elle n’arrive pas à effacer les mots de son jeune ami, qui se sont insinués dans son esprit. Alors cette fois, elle éclate en sanglots, bien trop consciente d’être dans une impasse soudain. Au fond d’elle, la galloise sait très bien qu’elle ne pourra pas rompre aussi facilement avec son mari, comme elle trouve inconcevable l’idée de rompre avec Wade.

Ses mains s’agrippent à sa veste, avant de finalement la relâcher, pour passer ses mains autour de sa taille et encore se rapprocher de lui. Ses larmes ruissellent sur ses joues, mais au bout d’un temps qu’elle trouve incroyablement long, la mère de famille semble enfin trouver la force de tarir ses larmes, pour enfin lui répondre. « Je me demande souvent pourquoi il m’a demandé en mariage. Pourquoi il a quitté son groupe. Pourquoi il a accepté de venir se terrer dans une ville comme Tenby. Je sais qu’il m’aime, je n’ai pas besoin de preuves pour ça. Je ne peux pourtant pas prétendre être l’amour de sa vie. Je sais que son groupe et la scène lui manque terriblement et je crois sincèrement que s’il avait l’opportunité de revenir en arrière pour changer quelque chose, il ferait probablement en sorte de pas me mettre enceinte. J’ai ruiné sa carrière, j’en suis parfaitement consciente et… il en est conscient lui aussi. » Soudain, elle se sent égoïste d’avoir ramené le sujet à elle, alors que son ami se sent aussi mal. Pourtant, dans un sens, résoudre son problème à elle, pourrait résoudre celui de Nate, alors elle persiste juste un peu et tente de démêler ses pensées, qui s’accumulent soudain dans sa tête. « Les histoires sont toujours magiques quand on les lit dans les journaux ou quand on les entend à la radio. Notre histoire n’a jamais été magique au final. Est-ce que la tienne l’est Nate ? Si tu penses vraiment que tu sauras mettre de côté ta rancune et ta colère d’être séparé de la scène un peu plus longtemps que tu ne l’aurais voulu, alors je pense qu’elle pourra l’être. Par contre, si tu as le moindre doute… Ca te rongera, j’en suis sûr… » Tout en parlant, elle s’est de nouveau collée à lui, comme pour se rassurer de sa présence…
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Mer 12 Nov - 23:34

And I feel like everything I saw
Is being swept away
Well I refuse to let you go


Elle me laisse faire quand je m'avance pour l'étreindre. Elle ne me repousse pas malgré la gifle qu'elle venait de m'infliger et c'est même tout le contraire, elle s'agrippe à moi si bien que pendant un court instant, je ne sais pas vraiment si je dois ajouter quelque chose. Alors, après une ou deux secondes d'hésitation, je décide de lui dire le fond de ma pensée. La raison pour laquelle je suis persuadé qu'elle et Jared sont fait pour être ensemble, qu'ils sont des âmes-soeurs. Et cette fois, ce n'est pas mon côté vieux jeu traditionnel qui parle. Ce côté qui croit en cette vieille institution plus qu'il ne le devrait. Non, ce côté là, celui de la raison - a tiré sa révérence et a laissé place au côté coeur qui parle avec sincérité sur la pureté des sentiments que le couple a un jour partagé. Je lui avoue mon opinion et je suis dérouté par sa réaction si vive et si intense. La Galloise éclate soudainement en sanglots dans mes bras et je ne sais que faire. C'est la première fois qu'une femme pleure dans mes bras. C'est la première fois que je dois consoler une femme. C'est la première fois que je dois faire fi des beaux discours superficiels pour réconforter une femme. Je me mords la lèvre, sans jamais m'écarter et je lui caresse le dos doucement, comme un ami digne de ce nom le ferait tout en lui murmurant qu'elle peut se lâcher, que tout ira bien, que je suis là et que je ne ferais plus jamais cette connerie de la quitter.
Enfin, Siwan se confie un peu plus en détails en s'interrogeant sur les actes de son mari. En effet, je pourrais me reconnaître dans son histoire. Je nous souhaite cependant à Harlow et à moi-même un dénouement différent et pour cela, nous sommes les seuls à avoir les cartes en mains. Je frémis quand elle avoue ses fautes. La ruine de la carrière de son cher et tendre, la fin de cette carrière que je n'ai jamais eue l'occasion de connaître, mais que j'ai toujours chéri. Intérieurement, je cherche les mots justes.Je n'aime pas que la mère de famille se blâme pour ce qui est arrivé et je ne veux pas continuer sur cette note d'accusation. Il faut être deux pour faire un enfant. Et même si c'est cette grossesse qui a tout changé, ce n'est pas comme si elle pouvait changer la donne à présent. Et vu l'amour qu'elle porte à son fils, jamais elle ne changerait quoi que ce soit, ce qui est en soit, admirable. Le geste change et je lui caresse les cheveux à présent. Je déglutis, un peu craintif à l'idée de dire quelque chose de travers et finalement, je me lance, toujours sur ce même ton calme et posé.
« Moi j'en suis sûr, tu es l'amour de sa vie. C'est tellement facile pour un homme de fuir ses responsabilités de père. Il en a eu l'occasion, mais il ne l'a pas fait. Disons que tu l'as forcé à grandir un peu trop tôt, un peu trop vite en le faisant devenir père aussi jeune... Et peut-être qu'il est un père merdique, vous êtes les seuls à pouvoir en juger, mais ce n'est pas pour autant qu'il ferait d'autres choix s'il en avait l'occasion. »

Je m'imagine dans cette situation : mettre une groupie en cloque alors que je n'avais que vingt-deux ans. Impensable. Carrière ou pas carrière, j'aurais probablement disparu dans la nature, ou alors je lui aurais donné de l'argent pour qu'elle se taise. J'aurais nié. Ces choses-là arrivent. La brune poursuit sur ma propre histoire. Me posant la question qui me fait sourire tristement. Mon histoire est-elle magique ? Je me pince les lèvres alors que la réponse s'impose dans mon esprit. Est-ce magique d'être éperdument amoureux d'une femme qui ne dévoile pas ses sentiments et qui n'ose pas dire les mots qui comptent. Le Je t'aime, qu'on espère tous. Oui, je souris tristement et je me défais de notre étreinte. Je prends Siwan par la main et je nous guide vers le canapé où nous prenons place côte à côte. Je m'ébouriffe les cheveux, un peu mal à l'aise devant ce nouveau constat que j'aurais préféré éviter. Non, je crois finalement que je ne veux plus parler de mon histoire avec Harlow car elle me dépasse et car je ne comprends pas ce qui m'enflamme autant en sa présence. Je l'aime tellement.
« Je... Je ne sais pas, Siwan. J'en sais rien. Je sais juste qu'elle est l'unique à mes yeux... Même si elle n'arrive pas à me rendre mon amour, je me contenterais de ce qu'elle voudra bien m'offrir. »
Me sentant encore un peu peu mal après cet aveu, je préfère baisser les yeux et me mordre la lèvre tout en regardant le sol. L'amour... Cette impression d'avoir trouvé celui ou celle qui nous complète, même si ce n'est pas réciproque. Que faire ? Changer de sujet semble la meilleure des solutions. Je relève le menton et j'ancre mon regard dans les prunelles de Siwan, cette fois, bien plus sûr de moi.
« Votre histoire n'était peut-être pas magique alors, je veux bien te croire. Mais, j'ai la certitude qu'elle était épique. Et vous avez de quoi en être fiers. »
 
 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Ven 14 Nov - 19:21


Le garçon semble tellement sûr de lui, qu’elle voudrait bien y croire à son tour. Mais elle n’arriverait toujours pas à expliquer pourquoi Jared est toujours loin d’elle. C’est plus fort qu’elle, de croire que son mari lui en veut et qu’il ne peut pas rester avec elle plus longtemps que nécessaire pour sembler être un bon mari. C’est horrible de penser ça, si bien qu’elle se raccroche avec un peu plus de force à la veste de Nate, jusqu’à finalement trouver la force de prononcer ces quelques mots. « T’es comme lui, je te l’ai déjà dit. Du coup… je vais te demander ton avis sur une question qui me tient à cœur et j’aimerais que tu répondes, comme si c’était toi qui était concerné. » Après avoir parlé, elle se détache légèrement, pour le regarder et se passe la langue sur les lèvres, qu’elle a l’impression de sentir très sèches soudain. « Si tu étais marié avec Harlow. Que vous aviez un enfant… Tu ressentirais le besoin de t’éloigner, de te plonger dans la musique… Pourquoi ? » La mère de famille n’a pas conscience d’abuser et de se servir du jeune musicien pour avoir des réponses hypothétiques à ses questions enfouies depuis trop longtemps. C’est plus fort qu’elle… Elle ne peut s’empêcher de comparer Nate à son mari et c’est à ce moment là qu’elle se rend compte qu’elle a tout autant utilisé le garçon, qu’il l’a utilisé elle pour rencontrer Jared. « Oh mon dieu Nate j’ai… » Elle hésite une seconde, se recule d’un pas, puis d’un autre pour se défaire de son étreinte et pose ses mains sur sa bouche, presque choquée de sa découverte. « Tu n’es pas Jared, pardonne moi. Je… Bordel qu’est ce qu’il me manque malgré tout ! C’est stupide ! Je suis amoureuse de Wade, je l’aime vraiment mais… mon mari me manque ! » Et après avoir terminé, elle retourne retrouver la chaleur de ses bras et l’odeur de son cuir. Il faut définitivement qu’elle ait une discussion avec Jared, sincère et profonde. Et en attendant, elle doit se comporter en véritable amie, plutôt qu’en idiote.

Finalement, il tire la brune vers son canapé et elle s’y laisse tomber, tout en soupirant. Cette discussion est assez difficile pour les nerfs et elle doit probablement ressembler à un épouvantail mal fagoté. Cependant elle préfère ne pas y penser et se concentre sur la réponse du jeune homme à sa question. Quand il en parle, elle peut presque voir des étoiles dans ses yeux et les mots qui viennent, sortent naturellement. « Tu mérites bien plus que quelques miettes Nate. Bon sang tu mérites tellement plus que ce qu’elle t’apporte. Quand tu en parles, tu me fais rêver. Et puis il y a cette triste constatation. Tu l’aimes bien plus qu’elle ne t’aime… Du moins, c’est ce que je pense, en t’entendant parler. Et ça me rend triste. » Probablement est elle à fleur de peau, depuis le départ de Mathys, mais elle sent une nouvelle fois les larmes se former dans ses yeux mais cette fois, ce n’est pas pour son propre bonheur qu’elle s’inquiète, mais plus pour celui de son jeune ami. Elle le pense sincèrement, lorsqu’elle dit qu’il mérite mieux que ça et maintenant qu’elle y pense, Abbey pourrait être parfaite pour lui. Mais ce n’est pas quelque chose d’envisageable, malheureusement. « T’es mignon Nate. Tu te fies beaucoup trop à l’image qu’on renvoie. Ou qu’on a un jour renvoyé. Tu as raison sur un point néanmoins. Jared et moi, ça a toujours été… spécial et ça le restera probablement. Même si l’on doit divorcer. » Encore une fois, elle met sa main devant la bouche et détourne le regard, pour ne pas voir Nate la juger. « Tu me détesteras… si jamais je divorce pour aller avec Wade ? » Et cette question la perturbe beaucoup plus qu’elle ne saurait le dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7191
POINTS : 4006
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan Dim 16 Nov - 0:12

And I feel like everything I saw
Is being swept away
Well I refuse to let you go


Siwan me pose une question qui lui importe énormément, mais je me retrouve incapable d'y répondre. Quand ses mots parviennent à mes oreilles et que j'ai une vague idée de ce que je ferais dans cette situation, j'ai peur de ne pas avoir la réponse qu'elle espère alors je préfère ne rien dire. Le silence est parfois synonyme de sagesse. C'est le moment de le prouver. Quand elle se reprend, je secoue la tête et je lui souris.
« Ne t'en fais pas, ce n'est rien. Ce n'est pas la peine de t'excuser, vraiment. »

J'ai fait tellement pire. C'est encore à moi de m'excuser de mon comportement pour les trois prochaines années. La pauvre femme semble désespérée et je ne peux m'empêcher de penser que c'est un peu aussi à cause de moi si son état est aussi déplorable. Si je ne m'étais pas montré aussi exécrable au musée, si je ne lui avais pas dit toutes ces choses, peut-être qu'elle aurait été un peu moins à cran. Entre notre dispute, le départ de son fils, son mari absent... Je compatis à sa douleur. Je compatis car dans un sens, je peux la comprendre. Surtout quand je repense à cette question qui l'a hante. Si j'avais un enfant avec Harlow ? Je n'en sais rien. La musique est un échappatoire qui nous permet d'être plus en phase avec ses propres émotions et elle m'est indispensable. Mais ma peur grandissante de perdre ma petite amie serait tellement présente, que je ne sais pas si j'oserais m'éloigner d'elle et de l'enfant hypothétique. Non... Harlow ou la musique ? Ce dilemme, je l'ai expérimenté il y a trop peu de temps et les conséquences n'ont pas été très bonnes.Je suis incapable de répondre à Siwan car je ne sais ce qu'il faut dire. Je ne sais pas qu'elle serait la bonne attitude à adopter et malgré le fait que je ressemble à Jared, je ne sais pas si je ferais les mêmes choix que lui.

Quand nous nous asseyons et parlons de mon couple, j'ai conscience que Siwan dit la vérité. J'aime plus Harlow qu'elle ne m'aime et j'accepte la situation. J'accepte la distance qu'elle met entre nous car je sais qu'elle est la seule avec laquelle j'ai envie de faire ma vie. Elle remet en cause absolument tous les principes qu'un homme peut avoir. Elle a changé ma vie dès la seconde où elle a accepté le rendez-vous que je lui avais proposé. J'essaye de sourire et de garder la tête haute quand la Galloise m'avoue son ressenti sur cette relation puisque je n'ai pas d'autre choix, de toute façon. A quoi bon chercher à argumenter quand je sais qu'elle a raison sur un point ? Pourtant, là où elle se trompe, c'est sur le fait que je mérite mieux. Je ne peux pas m'imaginer ne serait-ce qu'une minute avec une autre femme et même si j'ai fait l'erreur d'embrasser Abbey quelques jours plus tôt, jamais il n'a été question de rompre avec Harlow. Jamais.
« Ne sois pas triste, s'il te plait, il n'y a pas à l'être. C'est simplement de ma faute... J'ai toujours tendance à faire dans la démesure. »
J'essaye de m'esclaffer pour ajouter un ton un peu plus léger à la conversation qui devient au fil des minute de plus en plus pesante, mais le tout sonne faux. Quand ensuite, j'entends Siwan parler de divorce, je frissonne. Même si j'ai accepté le fait qu'elle ait une relation extra-conjugal, il m'est impossible de l'imaginer divorcer du musicien. A quoi bon chercher des arguments en sa faveur ? S'il est un si mauvais mari et un si mauvais père, je peux comprendre son désir de le quitter, mais je me dois d'être honnête avec la mère de famille.
« Non, je ne te détesterais pas. J'ai fait la bêtise de t'aborder pour de mauvaises raisons, mais maintenant, je ne risque plus de te lâcher. Par contre... je suis désolé de te dire ça, mais, je pense qu'aller avec Wade serait une erreur. J'ai conscience qu'il te rend heureuse et que vous partagez quelque chose de fort… Mais j'ai peur que tu ailles droit dans le mur si tu restes avec lui. »
 
 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Don't let go I need your rescue. Siwan

Revenir en haut Aller en bas

Don't let go I need your rescue. Siwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-