AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Forever isn't for everyone. Is forever for you ? Harlow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : penny la diabolique - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7241
POINTS : 4086
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Forever isn't for everyone. Is forever for you ? Harlow Sam 13 Sep - 0:06

The smiles as she walked in the room have all turned into frowns
Am I too quick to assume that love is no longer in bloom?
The tantrums and the tears play a very different tune to what they did before
Her head's red raw and the ending doesn't sound like the happiest around


Je serre les dents et j'attends son retour. Dans la chambre de notre appartement, je regarde par la fenêtre le ciel qui commence à s'assombrir. Comment est-ce que j'ai pu faire ça ? Comment va-t-elle me pardonner ? Comment vais-je me pardonner ? Je pense à ce que j'ai fait lors de cette soirée. Je me croyais fidèle, je me croyais incapable de lui causer du tort... Et pourtant, j'ai posé les lèvres sur la bouche d'une autre femme. Pire, j'ai apprécié ce baiser, même si j'ai pris conscience à l'instant même où il se produisait que c'était une erreur. Je suis amoureux d'Harlow, mais j'ai peur de l'aimer à ma façon, car j'ai peur de son rejet. Et est-ce qu'une vie sans elle pensable ? Non. Bien sûr que non, ça n'est même pas envisageable.
Je l'aime, mais j'ai peur de le lui avouer. Je l'aime, mais j'ai peur qu'elle ne partage pas les sentiments que je ressens. Je m'assois sur le lit, ravalant les larmes qui menacent d'inonder mes joues à tout moment.
Ce que j'ai à lui dire va la faire souffrir, je le sais, pourtant, je ne peux pas m'imaginer lui mentir plus longtemps. Je considère les choses comme elles sont : un mensonge par omission reste un mensonge. Il faut que je lui avoue la vérité. Il faut que je lui confesse mon péché pour pouvoir repartir sur de meilleures bases et envisager un futur plus brillant. Je soupire longuement, préparant ma tirade dans ma tête. Chaque fois, les mots sonnent creux. Ils ne sont pas représentatifs de mes sentiments et encore moins du remord et du regret qui se sont emparés de mon être.
J'entends finalement des clés dans la serrure et je comprends alors que le moment de la confrontation est arrivée. Je redoute ce moment depuis l'instant où j'ai embrassé Abbey, car je savais qu'il allait avoir lieu tôt ou tard. Je me mords la lèvre inférieure et je me lève. Je colle un sourire encourageant sur mon visage pour me donner de la contenance et je fais quelques pas rapides pour rejoindre ma petite amie dans le salon. J'espère que sa journée de travail ne l'a pas trop épuisée, car les prochaines minutes risquent d'être fortes en émotion. Cette discussion, nous en avons besoin. Elle comme moi le sait, puisque nous avons laissé une distance s'immiscer entre nous sans essayer d'arranger les choses et ce, depuis trop longtemps. Depuis qu'Harlow a catégoriquement refusé de jouer au Reading Festival. Depuis qu'elle a réduit à néant la plus grande opportunité jamais acquise pour des musiciens de notre stature. Deux jours sans un mot, sans une caresse. Deux jours de silence annonceur de catastrophe. Et s'en suivirent quelques jours comme aujourd'hui où nous évitons le sujet, où nous échangeons des banalités sur la météo et sur ses journées de travail. Un baiser sur la joue de temps en temps, un autre sur la bouche pour se dire au revoir le matin. Je ne saurais dire depuis combien de temps la situation stagne, mais je sais qu'il faut qu'elle cesse. Aujourd'hui.
Je me pose devant elle, à quelques centimètres alors qu'elle enlève seulement sa veste. Je lui prends les mains, l'embrasse timidement sur la joue et reste devant elle, de façon statique. Cette proximité ne faisait plus partie de notre quotidien, mais je suis heureux de la retrouver, même si elle annonce un grand changement à venir.
Je baisse la tête, incapable de savoir par où commencer et quand je me décide enfin à me lancer, c'est avec les yeux embués de larmes que je relève la tête tout en la gratifiant d'un triste sourire.
« Ma belle... il faut qu'on parle. Ca fait trop longtemps que ça s'éternise et là... C'est vraiment nécessaire. »

Je me mords la lèvre - violemment cette fois - car je me trouve minable. Cette approche est pitoyable et je n'aurais pu trouver mieux pour mettre la brune sur ses gardes ou encore pire : mal à l'aise. Les mots que je m'apprête à lui dire continuent à se répéter en boucle dans ma tête si bien qu'ils n'ont à présent ni queue ni tête et qu'il faut que je secoue légèrement la tête pour me remettre les idées en place. Je la guide sur vers le canapé, lui tenant toujours une main. Je m'assois et l'invite à faire de même. La conversation sera désagréable, alors, autant s'asseoir en prévention plutôt que de le faire après avoir entendu les mots chocs qui s'apprêtent à sortir.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Sinéad
TES DOUBLES : Léoline
TON AVATAR : Kate Harrison
TES CRÉDITS : Avatar (c) Akata, gifs signature (c) Alaska, code signature (c) PETULIA
TA DISPONIBILITE RP : 1/3, ouvert
RAGOTS PARTAGÉS : 707
POINTS : 104
ARRIVÉE À TENBY : 22/05/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : I wish I could make it easy, easy to love me
PROFESSION : Bassiste et membre d'équipage d'un bateau à quai à Tenby


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Forever isn't for everyone. Is forever for you ? Harlow Jeu 18 Sep - 17:59

« Robbins, tu sais que j'aime le travail bien fait mais ça fait des heures que tu es là à frotter le pont... C'est bon, tout est propre, je valide : tu peux rentrer chez toi, maintenant. » Harlow remercia son patron d'un signe de tête accompagné d'un faible sourire, n'ayant pas le courage de répliquer quoique ce soit. Elle sentait bien son inquiétude ces derniers jours, sa difficulté à comprendre pourquoi elle insistait tant à effectuer des heures supplémentaires sans lui demander ne serait-ce qu'un centime d'augmentation de salaire. La jeune femme avait bien compris que l'homme se retenait de la questionner par pure politesse, et c'était un état d'esprit qui soulageait Harlow plus qu'elle ne l'aurait cru. Comment lui expliquer qu'elle n'avait plus vraiment de 'chez elle' où aller ? Harlow n'était pas certaine que son patron comprendrait, ni même que ça l'intéresserait. Alors comme tous les jours, elle se tut, se contentant de ramasser sa veste et son sac à main avant de se diriger vers son logement, empruntant par habitude le chemin le plus long possible : contourner Tenby en passant par les chemins de randonnée lui permettait de faire le point tout en gagnant une bonne dizaine de minutes supplémentaires sur son heure d'arrivée à l'appartement. Ces temps-ci, être de retour de bonne heure ne l'enchantait plus tellement : le sentiment de culpabilité qui s'emparait d'elle à chaque fois qu'elle voyait Nate menaçait de l'étouffer chaque jour un peu plus, et elle ne supportait plus de le voir hésiter entre l'envie de pleurer, de lui hurler dessus ou de la prendre dans ses bras pour ne plus jamais la lâcher. De toutes les erreurs qu'elle avait pu commettre jusqu'à alors, celle-ci était la pire, car elle n'était pas la seule à devoir en affronter les conséquences. Harlow n'était pas certaine qu'elle pourrait se pardonner un jour, et savoir que Nate semblait disposé à vouloir la comprendre plutôt que la blâmer achevait de la faire se sentir misérable. Car Harlow se rendait bien compte qu'elle avait déçu son petit ami, et plus encore qu'elle l'avait blessé en l'empêchant d'atteindre un de ses rêves les plus fous. Pourtant, et comme toujours, elle sentait que le jeune homme luttait contre l'envie de lui en tenir rigueur, et elle ne pouvait pas s'empêcher de se demander ce qu'il attendait d'elle, et pourquoi il ne l'avait pas encore mis à la porte en lui ordonnant de rentrer à Liverpool sur le champ.

S'il y avait bien une chose dont elle était sûre cependant, c'est qu'elle ne pourrait pas éviter éternellement une confrontation avec Nate. Ce soir-là, alors qu'elle s'appliquait à faire tourner ses clés dans la serrure, une drôle de sensation la saisit à la gorge, comme un pressentiment dont ne peut pas vraiment identifier la source. Lorsque le jeune homme la rejoignit dans le salon, elle comprit que le moment était venu : c'était un instant qu'elle redoutait autant qu'elle l'espérait, car Harlow ne supportait tout simplement plus les silences, les regards en coin et les gestes d'affection stoppés car rendus maladroit par l'atmosphère lourde. Si Harlow ne pouvait pas ignorer les larmes qu'elle voyait perler aux coins des yeux de Nate, elle choisit pourtant de ne pas les mentionner par politesse. Et un peu par lâcheté, peut-être. Car la jeune femme ne savait pas très bien comment les interpréter, ni ce qu'elle pouvait bien dire pour les empêcher de couler. Alors pour le moment, elle se contenta d'obéir poliment à Nate, prenant place docilement sur le canapé et n'osant pas lui lâcher la main. Le contact l'apaisait et adoucissait le discours de son petit ami, annonciateur d'un mauvais moment à passer. « Je suis désolée, Nate. » Harlow eu la sensation que ses paroles ne parvenaient pas tout à fait à exprimer les regrets qui l'accablait depuis quelques jours. Elle ne savait pourtant pas très bien ce qu'elle pouvait ajouter de plus, craignant d'atteindre un terrain sur lequel elle redoutait de s'engager. La jeune femme ne se sentait pas prête à confier à Nate ses doutes, ses interrogations et ce qui la retenait de s'abandonner totalement à la musique et à sa relation avec le jeune homme. « Tu aurais du... Tu aurais du y aller quand même. » Harlow marqua une pause, fuyant le regard de Nate, sachant pertinemment que les paroles qui suivraient ne lui plairait pas le moins du monde. Elle s'attendait déjà à entendre ses protestations, qu'il était hors de question que le groupe fasse quoique ce soit sans elle et qu'ils étaient un duo avant tout. Elle tenta de se concentrer sur le parfum rassurant de son petit ami, une odeur familière qui la ramenait à des temps insouciants où les choses lui semblaient bien plus simples qu'elles ne l'étaient aujourd'hui, et où la jeune femme n'avait pas besoin de se demander s'il n'était pas, par hasard, attaché un peu trop intensément à elle. « Tu aurais du me demander de quitter le groupe, et engager une nouvelle bassiste. Je suis sûre que beaucoup rêvent de prendre ma place et, visiblement, je ne suis pas à la hauteur. » S'entendre formuler un tel aveu la blessa plus qu'elle ne l'aurait pensé. Jusqu'alors, Harlow n'avait pas pris conscience qu'être incapable de prendre sa vie en mains la touchait autant : aujourd'hui, elle en payait le prix fort.

_________________

you could have had anything else in the world and you asked for me + my head, my head is full of things that I should've done. my heart, my heart is heavy and it sinks like a stone. and lately i don't see you smiling lot : are you happy here with me and the things we've got ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : penny la diabolique - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7241
POINTS : 4086
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Forever isn't for everyone. Is forever for you ? Harlow Dim 21 Sep - 15:46

The smiles as she walked in the room have all turned into frowns
Am I too quick to assume that love is no longer in bloom?
The tantrums and the tears play a very different tune to what they did before
Her head's red raw and the ending doesn't sound like the happiest around


Elle s'excuse et je baisse le regard, totalement honteux de la laisser se blâmer. Si elle savait que ce soir, c'était à moi de m'excuser platement. Je hoche la tête toutefois, parce que malgré moi, j'apprécie ses excuses. J'en ai besoin. Grâce à ses quelques mots, je réalise qu'Harlow est bien consciente de ce qu'elle a fait et du rêve qu'elle a brisé. Cependant, elle continue et ses paroles sont douloureuses. Je l'écoute et relève la tête, mais cette fois c'est elle qui a le regard fuyant. Comment peut-elle penser des choses pareilles ? Je me rapproche d'elle et je l'enlace. Il est temps qu'elle comprenne qu'elle représente mon monde et que sans elle, je ne saurais pas comment avancer. Je reste quelques secondes en la sentant dans mes bras et je me décide à lui dire quelques mots à voix basse.
« Harlow... Ce groupe c'est avec toi et uniquement avec toi. Moi aussi je suis désolé de ce qui s'est passé, mais c'est trop tard maintenant. Je ne t'en veux pas... »

Non, je ne lui en veux pas. Ou du moins, je ne lui en veux plus. L'amertume a très vite laissé place à la peur qu'elle puisse me quitter à tout moment et repartir à Liverpool sans moi… Cette même peur qui se gangrène dans tout mon être et qui me rend tellement incertain quant aux sentiments de celle qui partage ma vie depuis des mois à présent que je n'ose même plus lui dire ce que je ressens.
« Mais... j'aimerais, quand tu seras prête, que tu me dises pourquoi tu ne penses pas être à la hauteur. »

Oui, je mentirais si je n'avouais pas être intrigué par la raison qui l'a poussé à refuser de jouer. Nous avions tellement l'air d'être sur la même longueur d'onde pendant nos concerts à Liverpool et pendant les créations de morceaux. Nous avions l'air tellement connectés que je pensais que c'était cette raison pour laquelle elle m'avait suivie à Tenby. Pour le groupe et pour moi. Je peux avouer avec certitude à présent que ma préoccupation première n'est plus cette fichue panne d'inspiration, mais bien la raison qui a poussé Harlow à refuser de jouer au festival.
Je ressers mon étreinte une demie seconde avant de m'écarter doucement. J'ai peur de lui avouer la vérité, car je suis incapable de prévoir sa réaction. Comment prévoir une telle réaction après tout. Je me pince les lèvres et je lui caresse la joue en souriant tristement. Cette proximité et cette franchise m'avaient manquées, même si ce soir, elles ne présagent rien d'agréable.
Je colle mon front au sien pendant quelques secondes avant de m'écarter à nouveau. Je cherche les bons mots, en vain. Je sens quelque chose s'effondrer dans ma poitrine tellement je me sens idiot d'avoir cédé à la tentation d'une autre. Comment sur le moment avais-je pu croire que c'était une bonne idée pour me rendre compte une fraction de seconde plus tard que c'était la pire erreur de ma vie. J'ai peur que cette vérité risque de l'éloigner irrémédiablement de moi, mais je ne peux pas faire autrement. Et surtout, je ne peux pas continuer à la laisser croire que tout est de sa faute. Elle a peut-être brisé mon rêve de devenir un musicien célèbre, mais peut-être que l'opération aura un côté bénéfique à un moment ou à un autre. Revoir mes priorités, ce que je veux vraiment... Et la certitude que j'ai réellement, c'est qu'Harlow m'est indispensable.
Je la regarde d'un oeil grave et, craintif, j'ouvre enfin la bouche pour offrir ma rédemption.
« Il... Il ne s'agit plus de ça à présent, Harlow... J'ai... fait... Je suis tellement désolé. J'ai fait une connerie et je regrette tellement, si tu savais... » Je regarde le sol, incapable de croiser son regard tellement je suis pitoyable et désespéré.  « J'ai embrassé une autre fille... »

Je lache la bombe. Je crois que c'est la première fois que je me sens aussi mal et pourtant, je n'y peux rien, je fais simplement face aux conséquences de mes actes. J'aimerais l'enlacer une nouvelle fois et lui crier à quel point je suis désolé, pourtant, une force invisible m'en empêche. Certainement la peur de me faire rejeter assimilée au dégoût que j'inspire.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Sinéad
TES DOUBLES : Léoline
TON AVATAR : Kate Harrison
TES CRÉDITS : Avatar (c) Akata, gifs signature (c) Alaska, code signature (c) PETULIA
TA DISPONIBILITE RP : 1/3, ouvert
RAGOTS PARTAGÉS : 707
POINTS : 104
ARRIVÉE À TENBY : 22/05/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : I wish I could make it easy, easy to love me
PROFESSION : Bassiste et membre d'équipage d'un bateau à quai à Tenby


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Forever isn't for everyone. Is forever for you ? Harlow Sam 15 Nov - 16:40

Pour une fois, la jeune femme s'abandonna totalement à l'étreinte de Nate, profitant d'un calme qu'elle savait comme annonciateur d'une incroyable tempête. Harlow connaissait bien son petit ami, et elle sentait que son attitude à cet instant précis n'augurait rien de bon. Si elle avait d'abord pensé qu'il était simplement préoccupé et en colère contre elle à cause du concert, elle comprenait maintenant qu'il se passait autre chose, et la jeune femme sentit l'angoisse la saisir quand elle réalisa qu'elle n'avait aucune idée de l'annonce que Nate avait visiblement l'intention de lui faire. Qu'il veuille la quitter était l'explication qui lui semblait la plus plausible, et peu importe la nervosité qu'une telle pensée lui apportait. Car Harlow avait beau ne pas être capable de concourir avec les sentiments démesurés que le jeune homme nourrissait à son égard, elle avait aussi pris l'habitude de régir sa vie en l'incluant systématiquement dans l'équation, qu'il s'agisse de la musique ou de son quotidien personnel. Et sans Nate à ses côtés, dans une ville qu'elle ne connaissait pas, loin de sa famille et de ses amis, Harlow n'aurait plus grand chose à quoi se raccrocher.

Mais comme souvent, la jeune femme faisait fausse route. En écoutant attentivement les paroles apaisantes que Nate lui murmurait à l'oreille, Harlow compris qu'il n'avait jamais envisagé de la quitter. Et si c'était précisément le genre de détails qui lui prouvait chaque jour un peu plus qu'elle n'était définitivement pas à la hauteur, elle sentait qu'il ne s'agissait pas du bon moment pour fournir au jeune homme les explications qu'il lui réclamait. Il avait déjà subi beaucoup trop de coups durs par sa faute, et elle ne voulait pas aggraver les choses. Pas quand elle avait enfin accumulé assez de courage pour demander son pardon, et pas quand il était finalement parvenu à ravaler sa rancoeur pour passer outre cette première déception artistique. Alors pour l'instant, Harlow se contenta de déposer un baiser furtif sur la joue de Nate, comme pour le remercier silencieusement de lui laisser le temps nécessaire aux aveux. De toute façon, ce soir n'était pas le sien : elle ne pouvait pas se permettre de voler son moment à Nate, pas quand il était sur le point de laisser échapper une chose qui lui coûtait beaucoup d'efforts.

Et au début, Harlow n'était pas certaine d'avoir bien compris ce que Nate venait de lui annoncer. Elle cligna des yeux, l'air hébété, ressemblant certainement à un poisson rouge qui viendrait de s'échapper de son bocal. La jeune femme hésitait à faire répéter son petit ami, se demandant soudainement depuis combien de temps sa vie s'était transformée en une parodie douteuse d'une comédie amoureuse dramatique. Ce genre de phrase, ce n'était pas la première fois qu'elle l'entendait : ses relations amoureuses passées n'avaient pas nécessairement été de tout repos et, surtout, sa propre mère n'avait pas été un modèle de fidélité les mois précédant le divorce de ses parents. De la bouche de Nate, cependant, ces paroles sonnaient fausses et Harlow ne parvint pas immédiatement à leur attribuer un sens. Le jeune homme avait toujours été là pour elle, lui offrant un amour démesuré mais bien réel, et une présence si familière qu'il n'était jamais venu à l'esprit d'Harlow de songer ne serait-ce qu'un instant à la remettre en question. Soudainement, tout ce que l'on avait l'habitude de dire à propos des choses que l'on pensait acquises et qui finissaient par vous échapper la percuta de plein fouet et la jeune femme resta interdite, ne sachant pas très bien comment réagir. « Est-ce que tu es amoureux d'elle ? », laissa t-elle finalement échapper après quelques minutes de lourd silence. La jeune femme ne parvenait pas à exprimer le spectre des émotions diverses et variées qui bataillent dans son esprit, mais elle ne se sentait pas en colère. Simplement... perdue. Comme si elle venait subitement de perdre quelque chose qui lui était cher. Mais si la réponse à sa question était un oui, Harlow savait pertinemment qu'elle allait devoir le laisser partir. Car après tout, il était certain de trouver beaucoup mieux ailleurs. « Nate, tu sais, je crois que... Je crois que je devrais rentrer à Liverpool. » Harlow tenta de formuler ses paroles à l'avance dans un coin de sa tête pour les adoucir, mais il lui semblait être devenue soudainement très maladroite avec les mots. De toute façon, peu importe la façon dont elle tournerait la chose, Harlow savait que rien de ce qu'elle était en train de dire n'allait plaire à Nate. Elle voulait simplement qu'il comprenne qu'il avait le droit de chercher ailleurs, et qu'il était nécessaire qu'il se préserve tant qu'il en était encore capable. « Peut-être que ta vie est ici, peut-être que ta vie est avec cette fille, et... » Peut-être que ta vie est sans moi. La jeune femme ne pu se résoudre à exprimer cette pensée, tant elle lui était devenue douloureuse. « Et moi, je ne fais que te ralentir. » Harlow n'avait pas l'impression d'être celle qui pouvait lui apporter ce qu'il recherchait. Et même si, ces derniers temps, l'envie d'essayer de s'investir pleinement dans sa relation avec Nate lui traversait de plus en plus souvent l'esprit, elle ne trouvait pas juste que le jeune homme perde son temps à attendre qu'elle soit prête à faire de nouveau confiance aux sentiments amoureux. De toute évidence, il méritait beaucoup mieux, et ce beaucoup mieux n'était définitivement pas elle.

_________________

you could have had anything else in the world and you asked for me + my head, my head is full of things that I should've done. my heart, my heart is heavy and it sinks like a stone. and lately i don't see you smiling lot : are you happy here with me and the things we've got ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : penny la diabolique - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7241
POINTS : 4086
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Forever isn't for everyone. Is forever for you ? Harlow Mar 18 Nov - 23:57

The smiles as she walked in the room have all turned into frowns
Am I too quick to assume that love is no longer in bloom?
The tantrums and the tears play a very different tune to what they did before
Her head's red raw and the ending doesn't sound like the happiest around


J'annonce la nouvelle qui va tout changer et j'ai soudainement mal à la gorge, comme si les mots étaient littéralement tranchants. Comme si les mots faisaient encore plus de mal physiquement qu'ils n'en faisaient déjà dans notre relation. J'attends sa réaction, j'attends sa réponse et pendant le silence qui s'installe de plus en plus longtemps, j'ai terriblement peur. J'imagine ma vie sans elle et cette simple pensée me rend malade. Je me mords l'intérieur de la joue tellement fort pour m'empêcher de dire quoi que ce soit et ne pas la brusquer qu'un goût métallique commence à se faire sentir. J'ai l'impression qu'Harlow a du mal à encaisser le choc de cette tragique nouvelle et je ne peux pas l'en blâmer. Si c'était elle qui avait embrassé un autre homme, je serais probablement déjà en état de décomposition au fond d'un caniveau après avoir trop bu pour oublier et accidenté Debbie. J'essaye de comprendre ce à quoi peut bien penser ma petite amie, espérant qu'elle n'imagine pas me quitter bien que ce soit une idée très probable. Ce silence est pesant. Ce silence s'intensifie au fil des secondes voire des minutes et est sur le point de me rendre absolument fou. Il me tue. Il me détruit jusqu'au plus profond de mon être et j'aimerais être en mesure de faire quelque chose pour arranger les choses, mais c'est impossible. Si nous nous trouvons dans cette situation, c'est de ma faute. Entièrement de ma faute. Je suis le seul responsable. Je déglutis quand je sens qu'elle est sur le point de reprendre. La douleur s'accentue et j'ai de plus en plus de mal à supporter ce poids. Je suis à deux doigts d'imploser. Finalement, Harlow ose enfin prouver sa présence dans la pièce en posant une question d'une simplicité étonnante, mais déroutante au plus haut point. Ayant du mal à saisir dans quelle direction se dirige la conversation, je fronce les sourcils et je reste, la bouche ouverte, incapable de prononcer le moindre son pendant plusieurs secondes.
« Qu… quoi ? » Le premier essai n'est malheureusement pas vraiment concluant. «  Non… Non ! Non, Harlow, je n'en suis pas amoureux. »

J'ai retrouvé ma voix et je suis effrayé que cette pensée ait pu traverser l'esprit de la brunette. Elle est la prunelle de mes yeux. Embrasser Abbey fut une perte de contrôle, un geste instinctif, mais c'est bien connu, l'Homme n'est pas une espèce rationnelle. Les émotions prennent le dessus et malheureusement à cet instant avec la jeune Baxter, j'étais en colère contre Harlow. Je lui en voulais encore d'avoir ruiné notre chance de partir à Reading pour le meilleur concert de notre vie et alors, j'avais cru bon de me changer les idées en profitant de la compagnie de l'autre jeune fille. Quel idiot. Maintenant que nous avons cette discussion, maintenant que les larmes sont sur le point de couler, maintenant qu'elle propose même de rentrer à Liverpool, seule, pour me laisser l'occasion de vivre ma vie ici, avec cette fille. Je sers les dents pour ne pas fondre en larmes, mais c'est peine perdue. Retenir ces pleurs ne fait que causer une terrible migraine qui n'arrange rien à la situation.

Non, Harlow, ne me quitte pas. Jamais. Reste avec moi. Pardonne moi. Aime moi.
Je tombe à genoux et je m'accroche à la taille de la jeune femme. J'aurais dû m'en douter que dévoiler cette faute causerait plus de tort qu'autre chose, mais mentir à cette femme est atroce. Peut-être aurais-je dû écouter les conseils de Siwan et me taire sur le sujet. Peut-être qu'en parler ne pourra pas apporter de solution et que notre couple n'était déjà plus ce qu'il était quand nous avons décidé de ne pas évoquer Reading.
Contre elle, je secoue la tête – à la fois pour remettre mes pensées en ordre (je fais le bon choix en lui disant la vérité) et pour lui faire comprendre que je ne veux pas qu'elle sorte de ma vie et qu'elle retourne à Liverpool.
« Non… S'il te plait, ne me laisse pas, ne m'abandonne pas. »

Me relever demande une force hors du commun, mais j'y parviens tout de même et d'une main j'essuie mes joues inondées de larmes tandis que de l'autre, j'attrape la sienne. J'ose croiser le regard de ma Dulcinée et alors je me mords la lèvre. Je m'en veux tellement de lui faire du mal. Je suis probablement le pire petit ami de tous les temps. Qui oserait heurter la beauté si douce, si délicate et si charmante qu'est Miss Robbins ? Moi. Malheureusement.
« Je t'en prie, pardonne moi… Je suis tellement désolé. Je n'aurais jamais dû… Je m'en veux tellement. Harlow… Tu es la seule à mes yeux. Je n'imagine plus ma vie sans toi… Offre moi une seconde chance, je t'en supplie. Je t'aime, Harlow. Je t'aime tellement. »


_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Sinéad
TES DOUBLES : Léoline
TON AVATAR : Kate Harrison
TES CRÉDITS : Avatar (c) Akata, gifs signature (c) Alaska, code signature (c) PETULIA
TA DISPONIBILITE RP : 1/3, ouvert
RAGOTS PARTAGÉS : 707
POINTS : 104
ARRIVÉE À TENBY : 22/05/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : I wish I could make it easy, easy to love me
PROFESSION : Bassiste et membre d'équipage d'un bateau à quai à Tenby


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Forever isn't for everyone. Is forever for you ? Harlow Sam 22 Nov - 15:30

Toute cette histoire allait beaucoup trop loin. Au fur et à mesure que les minutes défilaient, Harlow sentait le sang battre à ses tempes et, prise de vertiges, elle se félicita d'être déjà assisse, sachant pertinemment que ses jambes auraient forcément finies par flancher à un moment ou à un autre dans le cas contraire. La jeune femme avait la troublante impression d'assister à la scène plus qu'elle ne la vivait, comme lorsque l'on se retrouvait dans une salle de cinéma devant un film un peu trop réaliste. Tout était absurde, démesuré, surréaliste même : elle ne pouvait pas se trouver dans ce salon, à lutter désespérément pour trouver les mots qui pourraient apaiser la crise d'angoisse dans laquelle Nate semble s'être plongé. Les pleurs, la tristesse, le désespoir, Harlow connaissait : elle avait essuyé les larmes de son père de nombreuses fois par le passé, et ne comptait plus les soirées passées à écouter patiemment son frère déverser sa colère jusqu'à ce qu'il s'effondre littéralement sous le coup de la fatigue morale. Cette fois-ci, pourtant, tout lui semblait différent. Les larmes de Nate, d'une pureté rare, lui coupait le souffle et insufflait en elle une angoisse qu'elle n'avait jamais connu jusqu'alors. Harlow prenait conscience, un peu tard sans doute, de la tournure que son couple avait pris : dorénavant, elle savait qu'il ne lui serait plus jamais possible de faire marche arrière si elle le voulait, car le jeune homme semblait prêt à tout pour la garder auprès de lui.

Cette situation n'était pas saine, et Harlow ne comprenait pas bien comment elle avait pu ne pas se rendre compte plus tôt de la spirale de dépendance de laquelle son petit ami était prisonnier. Comment pouvait-elle espérer ne serait-ce qu'égaler un tel flot de sentiments ? Encore une fois, il lui semblait que Nate la surestimait et, maintenant, elle ne pouvait même plus tenter de le contredire. La jeune femme avait la sensation que n'importe quel mot qu'elle pourrait exprimer, n'importe quel geste qu'elle pourrait esquisser avait la capacité de détruire son petit ami. C'était une responsabilité qu'elle ne voulait définitivement pas endosser, mais à laquelle elle savait pertinemment qu'elle ne pourrait pas échapper. « Nate, je t'en supplie, arrête de pleurer... Tout va bien, d'accord ? Je te jure que je ne t'en veux pas. » Alors qu'un goût salé s'insinuait dans sa bouche, Harlow prit soudainement conscience qu'elle pleurait elle aussi. Bouleversée par le discours de Nate, submergée par l'ampleur de sa souffrance, la jeune femme n'avait pas pris la peine de s'interroger sur ses propres sentiments. Cette situation sur laquelle elle n'avait plus aucun contrôle la dépassait, et, pendant un instant, l'idée de s'enfuir pour échapper à ce cauchemar lui traversa l'esprit. Pourtant, Harlow ne pouvait pas se résoudre à abandonner son petit ami, pas lorsqu'elle savait qu'elle était la seule à pouvoir l'apaiser. Mais la jeune femme n'était pas certaine des paroles qu'elle devait prononcer : Nate lui semblait tellement fragile, et elle n'avait aucune idée de la façon dont elle pouvait l'atteindre. « Excuse-moi, je n'aurais jamais du dire ça. J'ai parlé sans réfléchir et j'ai eu tort. Je vais rester à Tenby, avec toi. C'est promis. » Comme pour donner plus de poids à ses mots, Harlow serra doucement la main de Nate dans la sienne, et essuya avec le plus de tendresse possible les larmes qui continuaient de couler sur les joues du jeune homme à l'aide de sa main libre. Hésitante, elle finit par se lever à son tour pour venir poser délicatement ses lèvres sur celles de son petit ami, tentant de lui insuffler tout le réconfort qu'il lui était possible de transmettre à travers un baiser.

Lorsque leurs lèvres se séparèrent enfin, Harlow attira le jeune homme contre elle, caressant distraitement ses cheveux, tentant de l'apaiser du mieux qu'elle le pouvait. A ce moment précis, établir un contact physique lui semblait important : la jeune femme craignait que Nate n’interprète mal un éloignement dans l'espace de sa part, ou qu'il se mette à penser qu'elle était sur le point de s'enfuir et de le laisser tomber. « Calme-toi, Nate. Je suis là, je ne vais nul part. Pas sans toi. » Harlow s'appliquait à prononcer les mots que le jeune homme souhaitait certainement entendre. Se concentrer sur Nate lui permettait de ne pas céder elle-même à la panique, et d'oublier pendant un instinct le tremblement nerveux de ses propres mains. « On va trouver une solution à tout ça. Pour le groupe, et pour nous. Tant qu'on est ensemble, tout ira bien. Mais ne te met plus jamais à genoux devant moi, d'accord ? Ce n'est que moi, Nate. Seulement moi. Tu n'as pas besoin de me supplier pour quoique ce soit. » La jeune femme n'avait jamais voulu devenir une personne que l'on implore, et elle ne savait plus comment s'y prendre pour faire comprendre à Nate qu'elle ne méritait pas qu'il se rende malade pour elle. Si les signes avant-coureurs ne lui avait pas échappé, c'était la première fois qu'Harlow prenait réellement conscience de l'ampleur des sentiments que son petit ami lui portait. Et si l'entendre dire qu'il n'était pas amoureux de cette autre fille l'avait rassuré, elle ne parvenait pas à trouver l'échappatoire qui leur permettrait de redémarrer à zéro et d'effacer toutes les erreurs du passé pour espérer retrouver un semblant de stabilité. Cet endroit les rendait fous, et la jeune femme commençait à craindre qu'ils ne rentreraient jamais chez eux tout à fait indemnes.

_________________

you could have had anything else in the world and you asked for me + my head, my head is full of things that I should've done. my heart, my heart is heavy and it sinks like a stone. and lately i don't see you smiling lot : are you happy here with me and the things we've got ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : penny la diabolique - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7241
POINTS : 4086
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Forever isn't for everyone. Is forever for you ? Harlow Ven 28 Nov - 19:34

The smiles as she walked in the room have all turned into frowns
Am I too quick to assume that love is no longer in bloom?
The tantrums and the tears play a very different tune to what they did before
Her head's red raw and the ending doesn't sound like the happiest around


Je veux obéir à sa demande, à sa supplication. J'essaye, d'arrêter de pleurer. Je m'efforce de  me calmer, mais ce n'est pas avant cinq bonnes minutes de calme, de lourds soupirs et de sanglots que j'y parviens. Parce que je ferais tout pour elle, parce qu'elle est tout pour moi… Tout ce qu'elle veut de moi, je lui offre et si mes larmes la mettent mal à l'aise, alors je fais en sorte de les tarir. Avec la plus grande des ferveurs, je m'accroche à ses lèvres dont je ne veux plus jamais me séparer car même si ses promesses de rester avec moi et ses excuses pour avoir évoqué de telles inepties sont sacrées, puissantes, marquantes, elles ne valent pas ce baiser qui traduit toutes les espérances déjà offertes. Ce qu'elle me procure dans le simple espoir de m'apaiser est inestimable et c'est l'une des nombreuses raisons pour lesquelles je suis désespérément dévoué et amoureux de cette femme.  J'essaye de prolonger ce baiser aussi longtemps que possible et quand nous nous détachons pour nous retrouver dans les bras l'un de l'autre, je remarque que finalement, j'apprécie d'autant plus cette proximité.
Je m'accroche à Harlow comme un naufragé s'accroche à une bouée de sauvetage car c'est exactement ce qu'elle est. Ma bouée. Celle qui me tient hors de l'eau, qui m'empêche de couler dans les méandres d'un destin trop incertain et qui me permet d'avancer un tant soit peu.
« Si tu savais à quel point je regrette, Harlow… Je ne sais pas ce que je deviendrais si je te perdais. »

Murmure-je à son oreille tandis que je m'applique à la tenir fermement contre moi. Elle me rassure encore et toujours et soudain, c'est comme si tous ces instants durant lesquels l'incertitude s'était emparée de moi avaient disparu. Il n'y a plus de doute qui s'infiltre dans ma conscience pour me rendre nerveux à l'idée de ce qu'elle peut faire concernant notre couple. Du moins pour le moment. Il n'y a peut-être plus d'incertitude quant à un éventuel retour à Liverpool, mais je ne peux pas m'empêcher de noter qu'elle ne répond pas à mon « Je t'aime ». Je ne lui en veux pas, je remarque simplement avec tristesse que je dois encore la mettre dans une position inconfortable. A quoi m'attendais-je donc ? Qu'elle me dise que tout ira bien et qu'elle me dise qu'elle m'aime alors que je viens de lui avouer que j'en ai embrassé une autre ? Non bien sûr. Même si une telle tournure aurait été appréciée, je connais ma petite amie et je sais qu'elle n'est pas prête à s'ouvrir. Surtout pas pendant un moment aussi dérangeant. Parce que oui, c'est bien ce que je fais présentement. Je la dérange malgré moi. Je complique les choses en m'agenouillant devant elle alors qu'elle ne veut pas assister à de telles scènes. Je m'attache et j'en fais d'elle ma drogue. Je lui confère une responsabilité qu'elle n'était peut-être pas prête à endosser. Pitié, Harlow, ne m'en veux pas pour cet amour trop maladroit.
Je lui vole un baiser, plutôt furtif cette fois, comme pour me convaincre que je ne suis pas en train de vivre un mauvais rêve et qu'elle est bien présente, qu'elle est bien avec moi et qu'elle renonce à son idée de retourner en Angleterre sans moi.
D'un revers de la main j'essuie les dernières larmes séchées récalcitrantes sur mes joues et je reprends les mains d'Harlow. Les deux. J'embrasse sa joue avant de coller mon front à celui de la jeune femme. Je pourrais embrasser cette peau délicate à longueur de journée, surtout après avoir vécu la peur de la voir disparaître à tout jamais et de ne plus jamais être capable de la toucher. Ce qui ne fait que renforcer mon envie de l'embrasser et qui rend ces contacts encore plus divins.
Je ne mérite pas une telle bienveillance.
Je m'écarte d'un pas de façon à pouvoir mieux regarder la jeune femme et avant de me perdre dans la beauté de ses prunelles mystérieuses, je reprends la voix tremblante.
« Merci, Harlow. Merci pour ces baisers et ce réconfort que toi seule peut m'apporter. Merci de ne pas m'en vouloir pour mon faux pas. Merci d'être venue avec moi à Tenby, alors que tu avais tes responsabilités à Liverpool. Merci de m'avoir suivi et de m'avoir soutenu pendant cette foutue panne d'inspiration. Merci d'avoir quitté ton père et ton frère pour m'accompagner… Sur le moment, je ne me rendais pas compte de ce que je te demandais. Merci d'être là, avec moi… Car comme tu l'as dit, tout ira bien du moment qu'on est ensemble. Merci d'illuminer ma vie par ta simple présence et de me laisser le privilège de me réveiller à tes côtés tous les matins… Merci de me laisser t'aimer. »


_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 


Dernière édition par Nate R. Miles le Ven 9 Jan - 14:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ADMIN ♣ Au service de Mrs Lloyd

TON PSEUDO : Sinéad
TES DOUBLES : Léoline
TON AVATAR : Kate Harrison
TES CRÉDITS : Avatar (c) Akata, gifs signature (c) Alaska, code signature (c) PETULIA
TA DISPONIBILITE RP : 1/3, ouvert
RAGOTS PARTAGÉS : 707
POINTS : 104
ARRIVÉE À TENBY : 22/05/2014

ÂGE DU PERSONNAGE : 23 ans
CÔTÉ COEUR : I wish I could make it easy, easy to love me
PROFESSION : Bassiste et membre d'équipage d'un bateau à quai à Tenby


Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Forever isn't for everyone. Is forever for you ? Harlow Mar 6 Jan - 22:24

In extremis, Harlow se retint de laisser échapper qu'elle savait très bien ce que Nate deviendrait s'il la perdait. Pour être tout à fait honnête, la jeune femme ne parvenait décemment pas à comprendre pourquoi son petit ami s'était mis en tête il y a longtemps déjà qu'il n'était pas capable de vivre une vie sans elle. Car sans sa présence à ses côtés, sans cette relation amoureuse qu'il priorisait contre vents et marées, il était certain que les Unamed auraient atteint des sommets lors du festival auquel Harlow et ses doutes leur avait empêché d'accéder. A cette heure-ci, Nate serait certainement occupé à boucler les chansons du premier album studio du groupe, avant de prendre la route pour donner une interview retransmise sur une grande chaîne musicale. Harlow savait qu'elle ne se pardonnerait jamais tout à fait d'avoir subtilisé à son petit ami une telle occasion de progresser : pour autant, et puisqu'il était décidé à tirer un trait sur cette histoire, la jeune femme s'efforcerait de ne plus aborder le sujet.

Lorsque le jeune homme enchaîna sur un monologue d'une beauté à couper le souffle, Harlow ne pu s'empêcher de se sentir mal à l'aise. Elle était un peu près certaine de ne pas mériter la moitié des louanges que Nate s'accordait à lui chanter : la pureté des sentiments du musicien la percuta une nouvelle fois de plein fouet, et Harlow se maudit un peu plus de ne pas être capable de ressentir un attachement aussi fort et sincère. « Tu n'as pas besoin de me remercier pour tout ça, Nate. Ce n'est pas une faveur que je t'accorde, ce n'est pas un service que je te rends. Tu es mon petit ami, et ça me fait plaisir de te soutenir. » Harlow marqua une pause, cherchant ses mots pour éviter que ses paroles ne soient mal interprétées par le jeune homme. Elle aurait voulu avouer à Nate qu'elle ne souhaitait pas reproduire les mêmes erreurs que ses parents, aurait aimé lui confier que selon elle, si sa mère avait pris la peine de discuter de son adultère avec son mari, les choses se seraient peut-être déroulées autrement, et le dénouement n'aurait pas été si douloureux pour leur famille. Mais par pudeur, par peur de trop se livrer et de ne pas choisir le bon moment pour le faire, la jeune femme savait qu'elle n'en ferait rien. Elle avait appris à s'effacer au profit des sentiments des autres il y a bien longtemps déjà, et faire semblant cette fois encore était dans ses cordes. « Bien sûr que je te pardonne, bien sûr que je te réconforte. Parce que je t'ai suivi à Tenby, mais toi tu as pris soin de moi en t'assurant que Penny puisse nous héberger, avant de nous trouver un nouvel appartement. Parce que je t'encourage lorsque tu te lances dans l'écriture d'une nouvelle chanson, mais toi tu m'écoutes raconter mes journées difficiles au travail sans jamais te plaindre. » La jeune femme se mordit la lèvre inférieure, de peur d'aller trop loin dans ses paroles. Elle n'était pas certaine que ce qu'elle racontait avait un sens, ni même que Nate comprendrait où elle voulait en venir. Pourtant, elle se sentait prête à prendre le risque. « Je ne veux pas que tu penses que je suis la seule à faire des sacrifices pour notre couple. Je vois les efforts que tu fais, et même si j'ai l'impression que tu ne t'en rends pas compte tous les jours, tu m'apportes beaucoup. » Harlow caressa doucement la main du jeune homme avec son pouce, tentant de calmer les derniers tremblements qui agitait son corps. Si elle se savait beaucoup moins investie dans cette relation qu'il ne l'était, et si elle doutait toujours de ses propres sentiments, la jeune femme ne pouvait nier que Nate lui avait toujours offert une sécurité et une stabilité qu'elle n'avait trouvé nul part ailleurs. Sous bien des aspects, il était vraiment le petit ami idéal, et Harlow ne parviendrait sans doute jamais à se débarrasser de la culpabilité de ne pas l'apprécier à sa juste valeur.

Pour une fois néanmoins, c'est la jeune femme qui réduit la courte distance que Nate avait créé entre eux pour pouvoir prononcer son discours. Sachant que des confidences étaient sur le point d'affluer sans qu'elle ne puisse les en empêcher, Harlow avait besoin de se persuader que son petit ami était là pour l'écouter. Parfois, elle avait du mal à croire qu'une personne aussi dévouée à son bonheur existait vraiment. « Tu sais, je crois que venir vivre ici m'a permis de réaliser que mon père n'a plus autant besoin de moi qu'avant. Il s'est remarié avec une femme incroyable, et mon frère va beaucoup mieux depuis qu'il a une famille stable. » Sentant son cœur se serrer, Harlow enfouit son visage dans le cou de Nate, l'empêchant ainsi de voir ses yeux s'embuer de nouveau. Elle s'était jurée de taire ses propres interrogations pour se concentrer sur ce que le jeune homme avait à lui dire, mais la bienveillance qu'il dégageait et l'ampleur de la reconnaissance qu'il lui témoignait l'obligeait à partager un peu de ses propres doutes, si cela permettait au jeune homme de cesser de se blâmer pour une distance dont il n'était pas pleinement responsable. « Au fond, c'est moi qui ai besoin d'eux. Prendre mon indépendance me fait peur, Nate. J'ai tellement eu l'habitude de construire ma vie en fonction de la leur... Qu'est-ce qui va se passer si je n'arrive pas à me faire une place ici ? Et si le groupe devient célèbre, mais que je ne suis plus assez douée pour continuer avec vous ? » Et si tu décides que je ne suis plus assez bien pour toi, qu'est-ce qui me restera ? Harlow avait chuchoté ses paroles en espérant que son petit ami n'avait pas entendu sa voix se briser au fur et à mesure des mots prononcés. C'était tellement compliqué pour elle, de matérialiser ses états d'âme : il y avait bien longtemps qu'elle ne s'était plus laissée aller à la confidence, mais Harlow commençait déjà à ressentir le poids sur sa poitrine s'alléger.

_________________

you could have had anything else in the world and you asked for me + my head, my head is full of things that I should've done. my heart, my heart is heavy and it sinks like a stone. and lately i don't see you smiling lot : are you happy here with me and the things we've got ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : penny la diabolique - cosmic dust
RAGOTS PARTAGÉS : 7241
POINTS : 4086
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : c'est vrai ce qu'on entend ? il aurait fait une OD, et aurait mis une femme enceinte...



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: Forever isn't for everyone. Is forever for you ? Harlow Ven 9 Jan - 16:23

The smiles as she walked in the room have all turned into frowns
Am I too quick to assume that love is no longer in bloom?
The tantrums and the tears play a very different tune to what they did before
Her head's red raw and the ending doesn't sound like the happiest around


Les larmes sont peut-être séchées, mais la douleur est toujours présente. Elle pèse un poids inimaginable sur le pauvre organe qu'est le coeur et reste là, stable, sans bouger, attendant que je me pardonne moi-même les erreurs que j'ai pu faire. La douleur restera jusqu'à ce que je sois capable d'accepter la situation telle qu'elle est. J'ai fait du mal à ceux qui m'entourent. J'ai fait du mal à ceux que j'aime. Mais pire que tout, j'ai fait du mal à Harlow sans même en avoir conscience sur le moment. Et c'est sans doute ça le pire. Le temps de quelques secondes, de quelques minutes, j'ai oublié notre couple en en embrassant une autre. Oui, c'est ça le pire. Pas le fait d'avoir eu réellement envie d'embraser Abbey, mais bien d'avoir fait fi de mon couple et par conséquent, d'Harlow. Et pourtant, elle me pardonne, elle accepte toujours mes lèvres sur les siennes alors qu'elle sait pertinemment qu'elles ont touché celles d'une autre, elle accepte encore ces contacts physiques, d'être dans mes bras, de me caresser la main… Elle aurait pu partir, m'ignorer, se détacher de mon emprise, me laisser seul à moisir sur le plancher, recroquevillé sur moi-même avec la sensation d'avoir les entrailles arrachées, mais non, elle reste auprès de moi et ose même rétorquer que c'est normal de me soutenir, que ce n'est pas un service qu'elle me rend. La culpabilité est sans fin et je me demande encore comment j'ai pu me laisser aller. Comment ais-je pu trahir cette petite amie parfaite avec laquelle j'ai l'honneur de vivre depuis des mois ?
Qu'est-ce que je ferais sans toi ?
Les mots tendres et réconfortants d'Harlow sont au delà de ce que je veux entendre et je ne peux que m'estimer un peu plus heureux de pouvoir partager ma vie avec cette fille merveilleuse sous tous les aspects. C'est moi le fautif dans l'histoire et c'est elle qui se retrouve à me réconforter contre toutes attentes. Je souris faiblement quand elle avoue que je lui apporte beaucoup même si je ne m'en rends pas compte. Si tu savais ce que toi tu m'apportes en comparaison… Je ne veux pas la mettre mal à l'aise, j'ai déjà causé assez de dégâts comme ça, alors je garde ma pensée pour moi.
Je suis le fou qui se prosternerait devant sa reine si elle l'exigeait. Cette anglaise est tellement addictive que parfois je me demande même comment je faisais pour vivre avant de la rencontrer. Je souris un peu plus franchement en guise de réponse. Nous voilà presque redevenu deux êtres humains normaux, sans larmes, sans sanglots et sans soupirs. Les voix tremblantes sont toujours là cependant, mais elles ne sont pas exceptionnelles vu la situation dans laquelle je nous ai mis tous les deux.

La Robbins rompt la distance qui nous sépare et brise finalement le silence qui s'était lentement installé entre nous. Je l'accueil à bras ouverts, ne perdant pas une seconde avant de la serrer un peu plus contre moi. Je veux qu'elle sache que jamais je ne l'abandonnerais. Jamais je ne pourrais m'éloigner de celle qui m'est devenue indispensable. D'une main, je me retrouve à caresser sa longue chevelure brune alors qu'elle se confie pour la première fois depuis notre arrivée dans la bourgade. Elle confie ses constats, ses incertitudes et ses peurs. Je me mords la lèvre, attendant qu'elle termine et cherchant les mots qui sauront la réconforter car voilà que les rôles s'échangent. Ma bien aimée est celle qui a besoin d'aide à présent, celle qui craint la suite des événements et qui nécessite un réconfort que je suis le seul à pouvoir lui offrir. Elle termine et tout en continuant de lui caresser les cheveux lentement en douceur, je reprends.
« Ma belle… Ton père et ton frère auront toujours besoin de toi, tout comme toi tu auras toujours besoin d'eux et c'est à ça qu'on reconnaît les familles soudées. Mais les choses changent et évoluent et c'est totalement normal qu'ils arrivent à se débrouiller un peu mieux d'eux-même. Il faut juste l'accepter. Si tu voyais à quel point tu es unique. Tu es indispensable, Harlow. »

A moi et à tellement d'autres si bien que je déteste l'idée de devoir te partager, mais je n'ai pas le choix. Alors je fais avec. Parce que je ferais tout pour ne jamais te perdre. Je dépose un tendre baiser sur son épaule de sorte à ne pas la gêner et à ne pas trop m'imposer pendant ses lourdes confidences.
« Tu sais, c'est normal d'avoir peur, de quitter ce cocon dans lequel on est si bien, mais je veux que tu saches que je serais toujours là pour toi et qu'on trouvera toujours une solution pour s'en sortir. Si tu n'arrives pas à trouver ta place ici, alors on ira vivre ailleurs… Si le groupe devient célèbre, je ne vois pas pourquoi tu ne serais pas assez douée. T'es une bassiste géniale et je ne me vois pas monter sur scène avec une autre bassiste. Jamais. »

Je souris tristement, profitant qu'elle ne puisse pas voir mon visage et je caresse une dernière fois les cheveux de l'Anglaise avant de me reculer pour déposer un doux baiser sur son front et de sourire, cette fois, plus affectueux, puis de reprendre d'un ton naïf et optimiste.
« Il faut que tu aies plus confiance en toi, en nous… Malgré ma connerie… Tu crois que tu peux faire ça ? »


_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Forever isn't for everyone. Is forever for you ? Harlow

Revenir en haut Aller en bas

Forever isn't for everyone. Is forever for you ? Harlow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-