AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Let me change your world ♥ Aislynn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Let me change your world ♥ Aislynn Mar 9 Sep - 22:30

light on my heart ,
light on my feet Light in your eyes I can’t even speak

Au volant de mon cabriolet rouge, je me dirigeais vers le quartier de l’Esplanade. C’était plutôt chic, je me demandais comment Aislynn pouvait vivre dans ce quartier ? Pourtant j’avais la bonne adresse, du moins la dernière qu’elle m’avait envoyée par mail ! Je me garais sur le trottoir et coupa le moteur. Il y avait un peu de soleil, mais il ne faisait pas très chaud, j’avais la chair de poule. Mes cheveux volaient dans tous les sens, tandis que je cherchais du regard le numéro de la maison. Je me demandais comment j’avais pu en arriver là… venir vivre ici ? Dans cette ville campagnarde où il pleut la moitié de l’année. Mais à y réfléchir, c’était dix fois mieux que dans un pensionnat pour fille. Pour une fois que mon père se préoccupait de mon cas… c’était évidement pour apprendre que j’étais virer de mon université ! Si j’arrivais à choper la pétasse qui m’avait dénoncé ! Certes j’ai couché à plusieurs reprise avec mon prof d’anglais, et alors ?  Mon père s’en est mêlé et il a décidé que m’envoyer dans un pensionnat à Londres serait une bonne idée … pourquoi pas au couvent tant qu’on y est ? Bref, j’ai pris ma voiture et après 4 heures  de route me voilà dans ce coin paumé.  Je descendis de la voiture, et m’adossa à la carrosserie. Après autant d’heure de route, une retouche maquillage s’imposait. Un peu de fond de teint, puis je fis glisser le bâton rouge sur mes lèvres. Je me penchais pour voir le résultat dans le rétroviseur quand j’entendis quelqu’un me siffler. Je me redressais, et fixa le jeune homme figé sur le trottoir d’en face. Je glissais mon rouge à lèvre dans mon sac puis le fixa : « tu vois ce corps de rêve, et bien regarde-le bien, car tu ne risque pas d’y toucher ! » Il baissa la tête et partit la queue entre les jambes. Non, mais il me prenait pour qui ? Une fille facile ?

Je sortis mon téléphone portable et composa le numéro d’Aislynn, je n’allais pas passer trois heures à chercher un numéro alors qu’il serait si simple de voir la personne en question. Je priais pour qu’elle soit chez elle, sinon j’aurais plus qu’a poireauté dans ma caisse. Une sonnerie, puis deux… elle décrocha d’une voix fatiguée. Elle avait fait la fête toute la nuit ? « Hey Aislynn ! Tu es chez toi ? Un livreur doit t’apporter une petite surprise, tu pourrais sortir pour l’accueillir, je ne savais plus ton numéro de maison. » Sa voix était vraiment étrange, différente… triste ? Je rangeais mon téléphone et scruta la rue ; espérant voir apparaitre la jolie blonde. Bingo ! Je me redressais, et marcha en direction de mon amie, percher sur ma dernière paire de Louboutin. En m’approchant je remarquais l’état désastreux de mon amie. « Alors c’est comme ça que tu accueille les livreurs ? En jogging, sérieux Darling, J’étais habitué à mieux ! » Je m’avançais vers elle, et la serra dans mes bras. « Tu m’as manqué » ajoutais-je en lui passant la main dans le dos, puis m’écartant légèrement je posais un baiser sur sa joue. « Ne me dis pas qu’un mec est la cause de tout ça ? » lui demandais-je en m’écartant de ses bras. Je levais le regard pour voir la facade de l’appartement duquel elle venait de sortir. C’était plus chic et moderne, je pourrais vivre ici me dis-je… à vrai dire, je priais pour qu’Aislynn me dise oui. Sinon… bah j’étais à la rue.



sozzz i just kinda had to because it's been on my mind but yay for cuteness winnnn i told myself to not ramble... oops? apparently i need to keep using gifs all the time toooooo~

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let me change your world ♥ Aislynn Mer 10 Sep - 12:58

Aloysia ∞ Aislynn
« Les filles riches volent, les mignonnes mentent, les malines jouent aux imbéciles et les pauvres tâches s’évertuent à vouloir égaler les trois autres. ».
Le déménagement avait un effet apaisant sur moi. Du moins, il me permettait de penser à autre chose qu’à Alexander. D’ailleurs, je n’avais rien emporté de lui dans mon nouvel appartement, que je comptais aménager avec Cheyenne, devenue récemment une amie bien plus proche et une future colocataire. Dans la joie et la bonne humeur, nous avions pris la décision de nous mettre en colocation ensemble. Au départ, cette idée m’était venue puisque nous formions une sorte de quatuor avec Malone, Alexander, moi et elle. Si ce n’était plus le cas aujourd’hui... tant pis. J’avais au moins gagné une amitié sincère et cela me remplissait de joie. J’étais décidée à changer mon comportement, gagner en confiance et devenue plus indépendante. Certes j’avais démarré du mauvais pied. Ma rupture m’avait réellement mise à mal. Heureusement, il y avait toujours Grace et Cheyenne pour me remonter le moral – et parfois les bretelles – quand j’avais du mal de contenir mon chagrin. Habillée d’un jogging et avec une queue de cheval en guise de coupe de cheveux, je tentais de tout enfourner dans la cuisine. Qu’est-ce qu’on pouvait avoir comme affaires, dans cette pièce ! Je grimaçai toujours un peu plus au fur et à mesure de mon avancée. Je me tracassais vraiment l’esprit pour définir où irait quoi, quand soudainement mon téléphone portable se mit à vibrer. C’était un appel. Je sursautai lorsque je vis le numéro de mon amie Française, Aloysia, s’afficher. Je déverrouillai pour prendre la communication. « Allô ? » Lâchai-je comme pour m’assurer qu’il s’agissait bien de la sublime brune, fille d’un grand couturier parisien. « Hey Aislynn ! Tu es chez toi ? Un livreur doit t’apporter une petite surprise, tu pourrais sortir pour l’accueillir, je ne savais plus ton numéro de maison. » Pas de doute, c’était bien elle. Un sourire naturel s’afficha sur mes lèvres avec une nostalgie non-dissimulée. Qu’il était bon d’entendre à nouveau le son de sa voix ! « Salut ! J’vais aller voir ça alors. Merci. » Je n’eusse guère le temps d’en ajouter d’avantage qu’elle coupa son téléphone. Qu’est-ce qu’elle me réservait comme surprise, celle-là ? Intérieurement, je craignais le pire. Je descendis alors par l’escalier plutôt que par l’ascenseur et je déboulai dans la rue à la recherche d’un camion, mais je ne vis rien tout de suite. Et là, BAM. Elle était là, appuyée contre un cabriolet rouge. Nom de nom – pour rester polie ! Je manquai de me décrocher la mâchoire. « Aloysia ? Mais qu’est-ce que tu fais là ? » Demandai-je, totalement abasourdie. Et bien évidemment, elle éluda la question pour le moment. « Alors c’est comme ça que tu accueille les livreurs ? En jogging, sérieux Darling, J’étais habitué à mieux ! » Cela ne me disait rien de bon. Je connaissais bien cette manie de ne pas répondre en changeant de sujet. Amusée, je m’approchai d’elle et nous nous prîmes dans les bras. « Tu m’as manqué » Je souris d’autant plus qu’auparavant, le coeur battant. Ca, c’était de la surprise ! « Tu m’as manqué aussi, Darling. » Dis-je en riant un peu avant de me décoller d’elle. Je ne pensais jamais la revoir. Pourtant, elle se tentait bel et bien devant moi. Pour quelle raison ? Je l’ignorais et, dans l’immédiat, je préférais ne pas savoir. « Ne me dis pas qu’un mec est la cause de tout ça ? » Aïe. La question qui tue ! J’eus cette fois-ci un air un peu plus crispé et mal à l’aise. Le sujet « Alexander » était encore assez sensible de mon côté. « Plus précisément, un bâtard qui m’a trompée avec son ex après avoir pris ma virginité et me promettre la lune. Mais le jogging c’est pour être plus à l’aise avec les cartons. » Dis-je, un peu secouée, avant d’hausser les épaules et d’afficher une mine plus décontractée. Elle arrivait pile pour me voir déballer mes affaires ! Cela me fit rire intérieurement. Elle avait toujours le chic pour débouler quand on était dans une situation peu confortable. J’aurais préféré la recevoir dans un bel appartement bien propre et en grande tenue. « Mais on s’en fout ! Ramène ton joli petit cul dans mon nouveau chez-moi, histoire que je te fasse visiter. Bon c’est un peu le bordel à cause des cartons... enfin tu verras par toi-même. » Lui dis-je avant de l’attraper par le bras et de l’emmener avec moi jusqu’au dernier étage, où se trouvait le palier de l’appartement. Heureusement qu’il y avait un ascenseur ! Sinon, je n’imaginais même pas la crise qu’elle aurait piqué. Nous entrâmes alors dans mon nouveau chez-moi et je lui souris en la laissant à son tour venir à l’intérieur. « Ce n’est pas le plus grand luxe du monde mais je sens que je vais pouvoir en faire quelque chose de sympa avec ma coloc’. » Dis-je avant de me retourner, toute fière de lui présenter un semblant de ma vie en tant que jeune universitaire indépendante. « Et toi alors ? Tu es de passage dans le coin ? » Lui demandai-je avant de me mettre au milieu du salon, où trônait déjà un canapé – merci à nos pères d’avoir joués les gros bras. Je pris place dessus et lui fis signe de me rejoindre, intriguée par sa venue. Et mon petit doigt me murmurait que je n’allais pas tarder à tomber de mon canapé.

code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let me change your world ♥ Aislynn Sam 13 Sep - 23:49

light on my heart ,
light on my feet Light in your eyes I can’t even speak

Tenby, rien que le nom de cette ville sonnait faux à mon oreille ! Franchement, quand vous demandez aux gens : « vous connaissez Tenby ? » ils vous répondent une fois sur cent, oui! Rien à voir avec Paris, Londres, ou encore New York ! Cette ville était complètement paumé quelques part au milieu de l’Angleterre. Mais alors qu’est ce que je foutais là ? C’était bien là le problème… je n’avais trouvé aucune autre solution. Enfin, j’aurais pu prendre un jet et me retrouver au Bahamas en dépensant l’argent de mon papa chéri… mais c’était beaucoup moins drôle que de retrouver une vielle connaissance. Je l’a vis arrivé dans son jogging et sa queue de cheval qui dansait alors qu’elle s’approchait de moi. Un sourire se dessina sur mon visage, elle m’avait manqué… c’est dingue quand vous comprenez qu’une personne est importante pour vous… mais qu’il est trop tard, parce qu’elle est déjà partie. Evidement, nous n’avions pas perdu le contact, nous avions skype ou encore les sms… mais ce n’est pas comparable à nos soirées devant des films à nous faire chialer. Je la pris dans mes bras, commentant au passage sa tenue… je ne pouvais pas m’en empêcher ! Oubliant au passage de lui répondre sur le motif de ma venue. C’était volontaire ? Oh certainement… elle le saura bien assez tôt. Puis j’étudiais son cas, à vrai dire, je ne mis pas trois plombes avant de trouver la cause de cette tête de morte vivante. Un mec, je levais les yeux au ciel, et ajouta : « Quand finiras-tu par m’écouter Aislynn ? Les mecs c’est comme les tampons : on les prend, on les utilise, on les jette ! Les contes de fée s’a n’existent pas ! »

Sur ce, elle m’attrapa le bras, et m’attira avec elle vers son nouvel appartement. Je pénétrais dans l’ascenseur, l’observant un moment silencieusement. Il y avait quelque chose de changer en elle, peut être que le fait d’avoir perdu sa virginité la rendait … moins coincé ? Oui, ça devait être ça.  L’ascenseur s’arrêta et les portes s’ouvrirent. Je suis suivi Aislynn dans le couloir, puis entra dans son appartement. Mes yeux se baladèrent sur les cartons, les murs puis la pièce en générale. A cet instant, je l’enviais pour sa liberté… à cette heure-ci je devrais être enfermé dans une cambre de 10 m² avec une inconnue dont je n’avais même pas envie de savoir le prénom… je n’étais pas libre, juste en cavale. Elle prit place sur le canapé qui se situait au beau milieu de la pièce ; et m’incita à la rejoindre. J’hésitais un moment, puis finalement me laissa tenter. Elle me demandait si j’étais de passage ? Comment j’aurais fait pour atterrir ici, si ce n’était pas de mon plein gré ? Je regardais mon amie… mentir ? Enjolivé la réalité ? Je pris place a ses cotés, et lui demanda : « tu veux la vérité ? Parce que je te préviens, tu vas devoir me couvrir après ça… sinon je serais obligé de te tuer ! » Je me mise à rire, même si tout n’était pas totalement faux. Si Aislynn ne m’offrait pas l’hospitalité ; j’allais devoir finir ma nuit dans un hôtel miteux, et demain je devrais retourner à Londres. Je finis par lui avouer le motif de ma venue, la pauvre, je l’ai vu pâlir à vu d’œil ! Comme si c’était étonnant de ma part… « J’ai été viré de l’université… et mon père à décider de m’inscrire dans une école privé pour fille à Londres. Dès que j’ai pu, j’suis monté dans ma voiture et j’suis venue ici. » Je l’a regardais, et ajouta : « quoi ? » je fis une moue adorable à mon amie pour qu’elle craque : « ok, j’ai merdé encore une fois… mais ce prof il était vraiment sexy quoi ! »



sozzz i just kinda had to because it's been on my mind but yay for cuteness winnnn i told myself to not ramble... oops? apparently i need to keep using gifs all the time toooooo~

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let me change your world ♥ Aislynn Dim 21 Sep - 22:19

Aloysia ∞ Aislynn
« Les filles riches volent, les mignonnes mentent, les malines jouent aux imbéciles et les pauvres tâches s’évertuent à vouloir égaler les trois autres. ».
La venue de mon amie dans la petite ville de Tenby me laissait sans voix. Il faut dire que je la voyais tellement être habituée au luxe des grands quartiers bourgeois de Paris – où je l’avais rencontrée d’ailleurs – que je ne l’aurais jamais imaginé venir s’éloigner de la capitale française pour la ridicule bourgade dans laquelle je me terrais d’ici à ce que j’obtienne mon diplôme universitaire. Elle ne semblait pas tellement surprise lorsque je lui parlai de mon problème « Alexander » et de ma situation peu enviable. Il faut dire qu’elle était bien différente de moi. Aloysia avait une certaine expérience en matière de mâles, chose dont je manquais cruellement à l’heure actuelle. « Quand finiras-tu par m’écouter Aislynn ? Les mecs c’est comme les tampons : on les prend, on les utilise, on les jette ! Les contes de fée s’a n’existent pas ! » Je poussai un profond soupire, en haussant les épaules. Sur ce point, elle avait bel et bien raison, évidemment. Je grimaçai, en massant ma nuque. « Je crois que j’ai retenu la leçon... » Avouai-je tristement, le coeur brisé, avant de finalement changer de sujet et d’emmener la jolie brune dans mon appartement. Du moins celui que je partageais avec ma nouvelle colocataire : Cheyenne. Cette dernière sortait plus ou moins avec Malone, le meilleur ami de mon ex petit-ami. Cela promettait de ne pas rendre la situation plus facile à vivre, mais je me gardai bien d’évoquer le sujet auprès de mon avis. Préférant éviter qu’elle analyse ma vie amoureuse digne de la plus grosse catastrophe terrestre, je recentrai la conversation sur elle et sa venue précipitée – et surtout inattendue. « Tu veux la vérité ? Parce que je te préviens, tu vas devoir me couvrir après ça… sinon je serais obligé de te tuer ! » Je pris place à côté d’elle sur le canapé, me calant d’avantage. Aïe ! J’avais raison sur un point : elle n’était pas là pour rien. « Dans quelle merdier tu t’es mise encore ? » J’esquissai un sourire incertain, entre curiosité et excitation, mais crainte également. Il faut dire qu’avec la jolie brune, on pouvait s’attendre à tout ; surtout au pire, naturellement. « J’ai été viré de l’université… et mon père à décider de m’inscrire dans une école privé pour fille à Londres. Dès que j’ai pu, j’suis monté dans ma voiture et j’suis venue ici. » J’arquai les sourcils, perplexe. Elle ne me disait pas tout, évidemment. Le motif de son renvoi ne devait guère être « banal » pour qu’ils en arrivent à une telle extrémité. « Hum... » Lançai-je en la regardant droit dans les yeux, de façon à ce qu’elle se décide à tout me dire. « Quoi ? » Je manquai de rire, devant sa petite frimousse qui se voulait adorable. Elle m’amadouait, la Diablesse ! Et le pire, c’est que ça marchait. Je me radoucis tout en attendant la suite des explications. « Ok, j’ai merdé encore une fois… mais ce prof il était vraiment sexy quoi ! » Et voilà. Elle n’avait pas su retenir ses hormones face à un beau mâle qui s’avérait être son professeur. Je ne pus m’empêcher de rire, rassurée que ce ne soit pas « plus grave » que ça. « Rien que ça... Tu es incorrigible, jeune fille ! » Lançai-je en passant ma main derrière moi, agrippant mes cheveux pour défaire le chignon et laisser mes boucles blondes se balader le long de mon visage et de mon dos. Je comprenais mieux la raison de son aventure en territoire ennemi, chez les petits paumés dont Tenby regorgeait. Toutefois, je ne mis guère longtemps à comprendre ce qu’elle cherchait : l’hospitalité. Je n’allais pas me faire supplier, évidemment. Ce serait grotesque et je sais que cela lui aurait arraché la tête de me demander une telle faveur. « Tu as un endroit où dormir ? On a une chambre d’amis si ça te dit. C’est pas le grand luxe mais ça dépanne. Y’a un matelas et une vieille commode pour le moment... Mais c’est mieux que rien. » Lui demandai-je, comme ça, à tout « hasard ». Elle devait se douter que c’était prémédité dans mon esprit, mais qu’importe. Elle était mon amie et je ne la laisserais pas tomber. D’autant que je venais d’apprendre à quel point les filles pouvaient être idiotes lorsqu’il s’agissait de garçons...

code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Let me change your world ♥ Aislynn Dim 28 Sep - 22:54

light on my heart ,
light on my feet Light in your eyes I can’t even speak

Je venais de pénétrer dans l’appartement de mon amie, mon regard se baladait sur les murs encore blanc. D’ici quelques semaines, il y aura sûrement de la déco sur les murs, des meubles un peu partout mais pour le moment il y avait des cartons éparpillés. Je finis par rejoindre Aislynn sur le canapé situé au milieu du salon et lui expliqua le but de ma venue. Certes, je n’étais pas très fière de moi de débarquer comme ça à l’improviste, et surtout de m’incruster ! Mais Aislynn était une bonne amie, et je savais qu’elle avait le cœur sur la main. J’appréciais vraiment la jolie blonde, même si nos caractères étaient littéralement opposés ! A vrai dire… nous n’avions rien en commun ; mais c’était peut être ça la recette magique de notre amitié. J’avouais la vérité à Aislynn en lui disant que j’avais couché… à plusieurs reprises, avec un professeur de l’université dans laquelle j’étudiais en France. Le prof en question a été viré de l’établissement, le pauvre…en non, c’était lui l’adulte, il n’avait qu’a résister à mes avances ! Et mon cher père m’a envoyé en pension en Angleterre … enfin ça lui donnait une bonne occasion de se débarrasser de moi pour recouler avec sa nouvelle femme, qui n’était pas plus âgé que moi. J’étais trop « encombrante » enfin, il fallait m’expliquait en quoi ? Depuis mes 15 ans, je me débrouillais toute seule ! Suite à ma révélation, mon amie se mit à rire ; je la suivi. « Tu vois, tu es tellement plus jolie quand tu souris » ajoutais-je, contente de lui avoir redonné le sourire. Je l’a regardais détaché ses cheveux et puis reposa mon regard sur l’ensemble de la pièce.

Je n’eus pas la peine de demander la permission de dormir sur place, puisqu’Aislynn me le proposa d’elle-même. Un large sourire se dessina sur mes lèvres, je sautillai sur place, et la prit dans mes bras « oh merci ! Tu es la meilleure, tu le sais ça ? » Je déposais un baiser sur sa joue avant de m’écarter d’elle. « Bon après pour le matelas, je ne te garantis rien… si il n’est pas confortable, je squatterais ton lit ! » ajoutais-je naturellement. Effectivement, je n’étais pas du genre à dormir par terre, j’étais habituée au luxe et à de la literie de bonne qualité. Je fis une moue d’enfant, avant de lui demander le reste : « et sinon… tu vas à l’université du coin ? Parce que je ne vais pas rester sans rien faire ; et je n’ai pas l’intention de retourner dans cette école pour religieuse ! » Je levais les yeux vers le plafond, puis me mordis la lèvre inférieur… « En faite… tu penses que ta colloc’ accepterait ma présence toute l’année ? Je ne sais pas, je pense que je peux me plaire ici ! » Ajoutais le sourire aux lèvres, tout en battant des cils pour convaincre mon amie de me laisser une chance de rester ici.

Je me levais du canapé, perché sur mes hauts talons puis m’adressa à mon amie : « tu me fais visiter ? Puis-je avoir l’honneur de voir ma future chambre ? » Demandais-je avec un ton ironique dans la voix. J’attendis qu’elle se lève et me mon montre la répartition des chambres, la sienne, ainsi que celle de Cheyenne, sa colloc puis la chambre d’amie qui deviendrait la mienne.


sozzz i just kinda had to because it's been on my mind but yay for cuteness winnnn i told myself to not ramble... oops? apparently i need to keep using gifs all the time toooooo~

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Let me change your world ♥ Aislynn

Revenir en haut Aller en bas

Let me change your world ♥ Aislynn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-