AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place. Mar 9 Sep - 21:46

iwan ∞ sullivan
Des livres. Sullivan n’avait jamais aimé ça au même titre que les films ou les séries. Ils étaient porteurs de mensonges, ne contaient que de belles fins, ou en tout cas la plupart du temps. Il avait essayé une fois, mais n’avait pas lu jusqu’à la fin. Un livre où l’on était amoureux, ou l’on avait des amis et une vie, quoique chargée, à peu près normale. Des choses que Sullivan n’avait jamais eues, en somme et dont il avait pourtant toujours rêvé. Mais cette année et pour ne pas voir ses notes plus bas que zéro – si c’était possible – il avait décidé de refaire un essai. De faire un gros effort. Pour dire vrai le seul fait de poser le pied dans une librairie le mettait mal à l’aise et faisait tambouriner son pauvre petit cœur dans sa poitrine. Il mit ainsi le maximum de temps à s’y rendre, en faisant des petits pas, de grands détours, en se perdant dans la musique qu’il avait dans la tête grâce à son casque dont le volume n’avait jamais été aussi fort. Ce casque-là avait été sa meilleure arme à Seattle. Il lui avait permis d’éviter d’entendre un bon nombre de critiques venant des passants, mais l’avait aussi enfermé un peu plus dans sa bulle. Un mal comme un bien.

Il franchit enfin – et non sans mal – le seuil de cette librairie. A peine était-il entré qu’il eut l’impression de suffoquer et s’arrêta deux secondes en plein milieu de l’entrée pour respirer le plus calmement possible. Tout irait bien, ce n’étaient que des livres. Que des livres. Et tous ces personnages ô combien plus normaux et attachants que lui. Quels bouquins venait-il chercher, déjà ? Sa mémoire lui faisait défaut, Sullivan ne savait plus très bien. Il regarda alors quelques livres, vaguement, comme l’éléphant regarderait la souris dont il avait inexorablement peur. Sauf qu’ici, Sully n’était pas la souris, même si se glisser dans leur repère n’aurait pas été déplaisant à l’instant présent. Le jeune lycéen finit par se tourner vers le libraire et s’avança vers lui. Peut-être que les titres lui reviendraient comme par magie : il savait bien qu’il aurait dû les noter quelque part de plus fiable que dans sa tête. « Mh salut… Je cherche… deux ou trois bouquins. » Mais encore ? Il se frotta le crâne en soupirant. Ce n’était qu’une librairie et il devait être ridicule. En vérité, redécouvrir tous ces gestes du quotidien petit à petit le mettait mal tout simplement parce qu’il n’en avait plus tellement l’habitude. « Sauf que je sais plus du tout quoi. » Un soupir puis un nouveau regard vers le libraire qui sans doute le prendrait pour un débile.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place. Mer 10 Sep - 12:02



La journée était plutôt longue, les clients n'affluaient pas et Iwan était seul aujourd'hui pour tenir la boutique. Autant dire que l'ennui s'était confortablement installé comme un invité impoli qui vient sans vous demander la permission et qui squatte chez vous sans vergogne même si vous lui demandez de partir...
Il feuilletait discrètement un magazine sous le comptoir, à l'abri du regard des clients, car il était clair que ça ne faisait pas très sérieux pour l'image de la boutique de voir le vendeur n'avoir tellement rien à faire de sa journée qu'il s'en retrouve payé à lire des conneries.
Il aurait bien pris un livre, ce qui aurait été nettement plus intéressant, mais il avait peur de s'y plonger trop profondément et de perdre tout ancrage dans la réalité, si bien qu'il risquerait de ne même pas entendre le client rentrer... S'il rentrait un jour.
Il était en train de lire un passage hautement captivant sur la rupture dramatique de la dernière célébrité en vogue qui avait été prise en photo par un paparazzi sortant saoul d'un bar (hautement captivant donc...) lorsque le carillon de la porte retenti.
Il repoussa le magazine vers le fond du comptoir, l'air de rien, et salua le client... qui était plutôt séduisant d'ailleurs.
Machinalement, Iwan passa une main dans ses cheveux afin de les remettre correctement et avoir l'air présentable.
Le garçon semblait mal à l'aise et Iwan observa non sans un certain amusement sa parade à travers les livres. Il flânait à travers eux sans pour autant oser leur porter un réel regard, il en paraissait presque effrayé. C'était un spectacle assez inhabituel... il n'aurait jamais cru que ces recueils  de rêves et d'intellect puissent faire peur, ce n'était que du papier et de l'encre après tout.

"Je peux peut-être vous aider ?"

Fini par dire Iwan, attendri par la confusion du garçon.
Ce dernier se dirigea vers lui et il put admirer alors ses incroyables yeux en amande qui ne le laissèrent pas indifférent.

"Mh salut... Je cherche... deux ou trois bouquins..."

Iwan acquiesça, attendant la suite tandis que le jeune homme semblait être en train de se torturer le cerveau.

"Sauf que je ne sais plus du tout quoi."

Ah... Voilà qui était intéressant. C'était la première fois qu'on la lui faisait celle-là. Il avait envie de l'envoyer balader et de lui dire de revenir quand il avait retrouvé ce qu'il cherchait, parce que lui il n'était pas devin, mais ça, ça aurait été laisser parler son manque qui avait tendance à tirer sur ses nerfs. Heureusement, il avait appris à contrôler cette partie de lui, et ainsi il parvint à répondre par un sourire. Le client était roi, il devait rester courtois et le servir. Et puis surtout, il était vraiment mignon celui-là.
Cela dit, il avait l'air encore assez jeune, bien que juste assez âgé que pour qu'Iwan puisse envisager de le draguer... Difficile cependant de déterminer son orientation, le garçon semblait assez complexe et mystérieux. Dans l'intérêt de préserver sa propre orientation, il n'allait donc pas y'aller comme un gros bourrin...

Vu son attitude face aux livres il ne comptait certainement pas lire par plaisir, Iwan en déduisit donc qu'il s'agissait d'une lecture scolaire, ce qui vu son âge semblait plausible.
Il avait déjà eu plusieurs étudiants du lycée venus tous chercher les même bouquins, et le rapprochement ne fut donc pas si difficile que ça au final. Il venait sûrement acheter la même chose.
Parmi ces livres, il y'en avait un qu'Iwan c'était fait un plaisir de vendre, un Stendhal. Il savait que ce genre de lecture allait être une corvée pour la majorité de ces étudiants, mais cela lui faisait plaisir de vendre autre chose que des histoires d'amour à l'eau de rose avec des soi-disant vampires aux jeunes. Un peu de vrai littérature ça ne leur ferait pas de mal.
Il sortit de derrière son comptoir.

"Tu es au lycée non ? Je crois avoir une idée de ce qu'il te faut alors, suis moi."

D'un geste de la main il invita le lycéen à le suivre tandis qu'il se dirigeait vers un rayon bien précis.
Il en retira un premier livre qu'il tandis au garçon.

"ça te dit quelque chose ?"





Dernière édition par Iwan Cadwell le Lun 29 Sep - 22:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place. Mer 10 Sep - 20:55

iwan ∞ sullivan
Sullivan était tellement obnubilé, apeuré par ce qui l’entourait qu’il n’avait même pas saisi qu’il semblait avoir tapé dans l’œil du libraire. Comment aurait-il pu, d’ailleurs ? Son seul coup de cœur n’avait pas duré bien longtemps, peut-être même dix minutes seulement. Il l’avait vue – c’était une fille qui avait eu le fameux « privilège » – et avait totalement craqué sur elle. Malheureusement, l’on commençait déjà à le définir de bizarre à cette époque-là et elle s’était simplement bien moquée de lui. Le cœur brisé très certainement, et ce même si le coup de cœur n’avait pas été très important, il n’avait plus jamais fait attention à ce genre de choses. On ne lui avait jamais fait de charme, que ce soit homme ou femme. Ainsi, il ne savait même pas s’il aimait l’un ou l’autre, ou les deux. Sully n’avait pas eu le temps pour tout ça et étrangement il n’y pensait pas plus ici malgré son désir de retrouver une vie normale. Le lycéen se contenta de hocher la tête à la question de son interlocuteur et le suivit donc en croisant les bras. Plus vite il s’en irait d’ici et bien mieux ce serait. De toute façon il était quasiment certain de ne jamais les lire ces livres, alors pourquoi s’entêter ?

Il regarda un instant le livre que lui tendait le garçon, hésitant à le prendre. Finalement, Sullivan l’attrapa et regarda la quatrième de couverture pour « lire » brièvement le résumé. Le titre ne lui était en tout cas pas inconnu. « Merci. Je crois que c’est ça oui. Il y en avait deux autres, il me semble… » Il sembla se triturer une nouvelle fois les méninges mais en réalité il luttait pour ne pas lâcher son livre qui glissait pourtant petit à petit de ses doigts. C’était stupide d’avoir à ce point peur de ces univers plus ou moins fictifs, de ces mondes rêveurs ou parfois dystopiques. Il regarda longuement le vendeur qui semblait chercher d’autres livres – se disant qu’un était déjà de trop – et tenta de rendre la corvée moins laborieuse en lui posant quelques questions. Sullivan qui engageait une vraie conversation ? Un effort de plus qu’il prenait pourtant l’habitude de faire de jour en jour et de plus en plus. « Je comprends pas… l’intérêt que les gens ont pour ça. Ca me passionne pas. » Qu’il avoua simplement. De toute façon le vendeur avait très certainement remarqué que le jeune Sullivan n’était pas du tout à l’aise, sembla peut-être même s’en amuser. « J’ai jamais réussi à lire un seul livre en entier. Vous auriez pas… j’sais pas, un conseil ? Un truc comme ça. » Peut-être ne serait-il pas devenu aussi dingue si plus jeune il avait lu. S’il s’était attaché à d’autres univers que celui dans lequel il était constamment enfermé. Peut-être aurait-il eu plus d’alliés, même s’ils étaient imaginaires et inventés. La lecture n’était pas son truc. Mais qu’était-ce, alors ? Certainement pas l’art ; il n’y comprenait rien. Pour lui, une tache rouge sur une tache noire ne signifiait rien. Le seul art auquel il donnait un minimum d’importance était la musique, et encore Sullivan ne savait pas en jouer et n’était que simple spectateur. Peut-être savait-il écrire ? Pas à sa connaissance. Alors au fond, quels étaient ses loisirs ? Jusque-là Sully n’avait jamais eu à en trouver mais il allait devoir faire un effort pour s’occuper s’il ne voulait pas mourir d’ennui. Sullivan se passa une main sur le front, ne se sentant définitivement pas bien. Pourtant il tenait bon. Pour sa nouvelle vie.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place. Jeu 11 Sep - 11:19

j'ai supprimé sans faire exprès sorry :'(


Dernière édition par Iwan Cadwell le Jeu 18 Sep - 0:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place. Sam 13 Sep - 18:03

iwan ∞ sullivan
Il avait voulu comprendre. Vraiment, savoir pourquoi tant de gens n’arrivaient pas à vivre sans les livres. Ou même les films, séries, toutes ces histoires inventées et qui lui donnaient la nausée. Alors Sullivan avait posé la question sans n’attendre rien d’autre qu’une certaine moquerie. Mais non, le libraire avait malgré tout tenu à lui répondre, peut-être touché que le plus jeune s’interroge. « Ce doit être compliqué de trouver le bon. » Oh non le brun ne s’était absolument pas rendu compte du double-sens pourtant évident que pouvait avoir sa réponse. Sûrement aurait-il fait plus attention s’il avait remarqué avoir tapé dans l’œil de son interlocuteur, mais en bon paumé qu’il était ; il ne fallait même pas y compter. « C’est quoi votre livre préféré, à vous ? » Soit il espérait pouvoir accrocher autant que le libraire à propos d’un certain ouvrage, soit il espérait simplement pouvoir passer comme quelqu’un de normal en continuant la conversation… comme n’importe qui l’aurait fait. Il le devait, de toute façon. Ici les gens parleraient vite d’un étranger qui ne parlait à personne et s’isolait, ce serait même encore pire s’ils apprenaient que ledit étranger avait des médicaments. Alors Sullivan devait se montrer un maximum sociable, autant qu’il le pouvait. Pour le moment ça n’était pas si mal d’ailleurs et il se félicitait souvent intérieurement d’autant d’efforts, même si parler trop longtemps avait tendance à l’énerver. D’autant que le lieu était d’une certaine façon… hostile. Et qu’il s’y sentait mal à l’aise. Le libraire semblait même s’en rendre compte, ce qui ne manqua pas d’agacer Sullivan qui poussa un grognement. Il ne pouvait pourtant s’en prendre qu’à lui-même avec son comportement. Il détourna le regard. « J’ai pas besoin de me relaxer… » ne parvint-il pas à s’empêcher de dire sur un ton presque sec. Il s’en rendit néanmoins compte et eut une moue désolée, reprenant sur un ton plus… doux ? Aussi doux qu’il puisse, en tout cas. « D’accord. J’y penserais. Merci du conseil. » Bon, Sullivan n’avait jamais été le plus loquace non plus.

Il ne sut pas réellement s’il dû être heureux ou énervé que le libraire n’ait pas le dernier ouvrage. A vrai dire, Sully ne voulait pas lire. Mais l’idée d’avoir de mauvaises notes s’il ne le faisait pas ne l’aidait pas à décompresser. Il devait réussir son année, commencer une vie d’adulte un jour ou l’autre et même si la patience avait été sa meilleure arme ces derniers temps, il n’était pas sûr de la manier avec excellence au point de passer encore trop de temps au lycée. La proposition du vendeur l’étonna, jugeant que ce n’était sans doute pas sa fonction que de proposer ainsi de l’aide – sans pour autant se poser plus de questions. « Oh… ouais. Pourquoi pas. Mais je vous avouerais que rester plus longtemps ici… me dérange. Sans vous offenser. » Non, là non plus il ne s’était pas rendu compte que le libraire aurait pu prendre ça comme une invitation. Sullivan n’y connaissait tellement rien à ces choses – ce qui pourrait le faire passer pour quelqu’un de timide, ce qui n’était certainement pas le mot adéquat pour le décrire – qu’il faisait bourde sur bourde et ne le remarquait jamais. « Va falloir être patient par contre, parce que j’ai tendance à ne pas suivre très longtemps. » Sully avait effectivement bien du mal à rester concentré tant tellement de choses se bousculaient à la fois dans sa tête. Il fit un léger sourire juste pour essayer de se montrer amical.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place. Jeu 18 Sep - 0:03



Trouver le bon livre ne relevait pas de la complexité pour Iwan, mais plutôt de la chance.
Comme pour trouver l'amour. Lorsqu'il s'agit du vrai, il n'est pas spécialement compliqué à obtenir, mais il faut avoir eu la chance de le croiser au préalable. Au bon moment, au bon endroit, la grande règle de l'univers.
On pourrait dire ça pour les livres. Il faut poser l'oeil sur la bonne couverture, regarder au bon moment dans la bonne direction dans le bon rayon.
Lorsque vous la voyez, l'évidence se fait et sans que vous ne compreniez pourquoi votre corps est attiré vers elle, vous ne pouvez vous empêcher de saisir le livre.
L'instinct est tel que la lecture de la quatrième de couverture semble dérisoire. C'est un achat à l'aveugle, comme si le destin avait choisi à votre place, et il se trompe rarement en littérature.

Si Dorian Gray avait été sa révélation sur la beauté des mots, ce n'était pas forcément son livre préféré. Son livre préféré était un peu simplet mais remplit de souvenirs d'enfance. Il ne contenait qu'une centaine de pages et les caractères étaient grands, mais il avait beau avoir aujourd'hui vingt-trois ans, il le faisait toujours rêver.
Certes il aimait les bons livres tragiques et compliqués, à la syntaxe et au vocabulaire parfois trop poussés, avec des personnages d'une complexité ahurissante. Mais rien ne valait le sentiment de légèreté qu'émanait d'un livre d'enfant. C'était son remède idéal contre l'angoisse et les mauvaises pensées, un moyen simple et efficace de rêver et de penser comme à huit ans lorsqu'on croit que le monde va bien.

""Et bien, ça ne fais pas très intellect je sais, mais depuis que je suis petit ça à toujours été De l'autre côté du miroir, de Lewis Carroll."

C'était un livre qui ne vieillissait pas, et qui à chaque relecture prenait une nouvelle dimension, comme si les mots changeaient en même temps qu'il prenait de l’âge.
C'était les mêmes phrases mais leurs sens se trouvaient métamorphosés, et la relecture de ce livre confirmait un peu plus la prise de maturité de la pensée. C'était un moyen idéal de se rendre compte de sa propre évolution sur la perception du monde.

Deux livres sur trois en mains, Iwan retourna vers le comptoir, attendant la réponse du lycéen. Il espérait  ne pas l'avoir vexé ou dérangé dans sa tentative de drague boiteuse.
Une sombre image traversa son esprit; sa hantise. L'espace d'un instant il vit tous les regards se porter sur lui dans la rue, des regards de dégout alors qu'il marchait à travers les molards.
Il cassa bien vite de sa tête ce tableau noir. Même si le jeune l'avait repéré et ne partageait pas son bord, il ne semblait pas du genre à l'ébruiter dans toute la ville.
Néanmoins, il eut le geste machinal de remettre un peu sa chemise, histoire d'être sûr qu'il la portait bien de manière viril.

La réponse ne fut heureusement pas longue à attendre et le soulagement ne tarda pas à suivre.
Intérieurement, Iwan eut un petit sourire qui probablement transparaissait un peu physiquement.
Non seulement il approuvait, ce qui était plutôt une bonne chose, mais en plus il semblait ouvrir une porte...
A moins que le libraire se fourvoie sur l'invitation qu'il semblait avoir perçue.
A présent de retour derrière son comptoir, il s'appuya sur celui-ci, se penchant vers le garçon.

""Tu peux venir chez moi si tu veux."

L'envie de rajouter un clin d'oeil éloquent le titilla, mais il fallait rester modéré dans l'attitude bourrin tout de même, il venait là déjà de dépasser sa limite imposée.
La phrase qu'ajouta le lycéen le fit néanmoins craquer sur sa restriction, ainsi il ajouta avant de le regretter.

"Je saurais te garder captivé."

Et c'était trop tard le clin d'oeil était parti. La subtilité c'était définitivement fait la malle...
Heureusement qu'ils étaient seuls dans cette librairie... Il avait honte de lui.





Dernière édition par Iwan Cadwell le Lun 29 Sep - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place. Dim 21 Sep - 0:53

iwan ∞ sullivan
Sullivan tenta de se creuser les méninges pour trouver la référence. De l’autre côté du miroir, il ne connaissait pas. Lewis Carroll par contre, il en avait quelques souvenirs. Et il sourit tout bêtement, content de ne pas être totalement inculte. Le lycéen se permit même une légère plaisanterie. « Oh, vous pourriez me donner le titre d’un livre totalement puéril que je ne m’en rendrais même pas compte. » Il tut cependant le peu de choses qu’il savait sur Lewis Carroll, considérant que ce n’était pas franchement utile. C’était assez étrange mais la conversation du libraire lui permettait de ne pas trop songer à l’environnement qui l’entourait. Pas qu’il n’y pensait plus, mais qu’il y pensait moins. Et c’était déjà un grand exploit. Alors, quand le libraire lui proposa de lui raconter en détails le troisième livre, Sullivan ne put qu’accepter – même si l’enthousiasme n’était pas flagrant. Sa seconde proposition cependant le laissa pantois quelques secondes. Il n’avait pas l’habitude de chercher les sous-entendus mais cette fois ils lui sautèrent presque aux yeux, et Sullivan se posa mille questions. Le clin d’œil d’Iwan vint renforcer ce malaise qui grimpait à vue d’œil, et le lycéen préféra détourner le regard. Okay, on le draguait et ça devait bien être la première fois. C’était pour ça qu’il n’avait pas tout de suite compris, d’ailleurs. « Mh… » Ses mains devinrent moites, et il chercha longuement comment réagir. L’important était de ne pas s’énerver : pour une fois on ne se moquait pas de lui ! Au contraire, on lui montrait un certain intérêt qui était largement flatteur. Sullivan ne le voyait pourtant pas de cet œil ; ainsi il tenta de se défiler. « Vous êtes pas… mon genre. » Il avait essayé de le dire calmement et sans montrer son anxiété. Pourtant, on remarquait largement que Sully n’était pas habitué à dire ce genre de phrases.

Enfin, Sullivan se rendit compte qu’il était littéralement en train de broyer le livre qu’il avait en mains. L’imprévu avait tendance à le mettre dans de sales états et cette tentative de drague l’était. Le lycéen reposa finalement son regard sur le garçon, juste assez de temps pour voir qu’il n’avait pas l’air bien mieux que lui. Comme s’il s’en voulait d’avoir été si expressif. « Je suis pas… » De ce bord, allait-il dire. Pourtant, les mots ne sortirent pas et Sullivan se mit à réfléchir. Gay ou pas ? Aucune idée, en vrai. Cette question sembla le perturber un moment, mais il ne trouva pas de réponse. Peut-être qu’il était gay, en fait. Ou peut-être qu’il n’avait simplement pas de préférence. Et si tout simplement, il n’était pas destiné à se reproduire comme un lapin avec un libraire toutefois sexy et qui ne manquait pas de charme ? Sullivan se frotta le crâne. « Comment on sait, si on est gay ? » Voilà une question qui aurait pu être celle d’un enfant de douze ans, et ça il en avait parfaitement conscience. Seulement, il avait manqué tellement de choses durant son enfance, son adolescence, que certaines réponses lui manquaient. Habituellement, il n’aurait pas demandé ça. Peut-être même qu’Iwan allait le prendre pour un fou et qu’il ne le draguait pas vraiment ?
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place. Dim 21 Sep - 14:09



La réaction du lycéen fut imminente et n'allait pas forcément dans la direction espérée.
Iwan voyait bien qu'il était allé trop loin et il s'en voulait. Draguer n'avait jamais été son truc, il n'aurait pas du essayer...  
Il fallait qu'il arrive à se rattraper avant que le mot ne se propage car le garçon n'était clairement pas favorable à son approche et risquait, de dégout, de répandre une rumeur non souhaitable. Il se voyait déjà avec l'étiquette du libraire pervers sur le front... Celui qui drague les lycéens... Mais qu'est ce qui lui avait prit ? Il avait vraiment perdu tout sens de raison.
La panique l'envahi comme elle semblait avoir envahi le lycéen, tout ça à cause d'un simple clin d'oeil.
Serait-il crédible de dire qu'il avait en réalité simplement eu une poussière dans l'oeil ? Pas sûr que ce type de mensonge peu crédible aide sa cause...


Il ne savait que dire pour se rattraper, aussi il resta silencieux, observant le malaise de l'étudiant.
C'est ce dernier qui fini par briser la glace avec des mots pour le moins inattendus. Iwan se prit les paroles vexantes en pleine figure.
Le rejet, la dernière fois qu'il y avait fait face c'était le jour où Ianto l'avait mit à la porte.
Cette sensation était vraiment déplaisante et faisait remonter en lui des souvenirs qu'il aurait préféré garder enfouis.
Il senti sa main commencer à trembler, l'envie de couper cette situation avec une pilule magique. C'était le seul échappatoire qu'il connaissait à la réalité, quand celle ci ne l'arrangeait pas, devenait trop sombre ou difficile à gérer.
C'était facile et il savait qu'arranger ses problèmes en avalant un cachet pâle était lâche mais il s'était fait à l'idée d'être un faible. Il ne savait pas faire face à sa propre sensibilité, pas seul.

Le visage à présent fermé, Iwan déglutit avec difficulté.

"Je crois que vous avez du mal interpréter mes propos." Fini-t-il par articuler.

C'était un piètre mensonge, il essayait simplement de sauver son image en remettant la faute sur l'autre. Lâcheté encore.
Il se sentait mal. Son esprit bouillonnait, il devait absolument le contrôler. Il ne pouvait pas se permettre de faire une crise ici, en publique, et encore moins dans son lieu de travail. Son gagne pain, celui qui payait son toit et sa consommation. Plus personne en le réengagerait si cela arrivait, et il serait contraint de changer à nouveau de ville, de prendre un éternel nouveau départ.
Sous le comptoir, Iwan serrait ses poings comme un forcené, sentant ses ongles s'enfoncer dans ses paumes.
Il devait retrouver son sourire de façade, c'était primordiale, vitale.

Le garçon voulu ajouter quelque chose mais s'arrêta en milieu de phrase.

"...quoi ?"  Aboya Iwan sans le vouloir.

Il n'avait pas voulu être agressif avec l'étudiant. Ce n'était pas sa faute après tout mais bien la sienne. Il avait démarré ça.
La drogue le rendait agressif quand il perdait le contrôle et c'était là une de ses plus grandes craintes.
Il se rendit compte de son attitude, tenta d'apaiser son esprit.


"Désolé..."  Fini-t-il par murmurer, arrivant à calmer légèrement son tempérament.

Il desserra ses poing. Souvent se rendre compte du monstre que vous devenez suffit à vous faire retomber. Du moins partiellement.
La relation client / vendeur se devait d'être rétablie. Mais la question qui venait de sortir de la bouche du lycéen promettait de rendre la chose un peu plus difficile encore.
Il s'était définitivement grillé sur sa sexualité...
Néanmoins il ne renonça pas à sauver la situation, peu importe si il devait faire appel au mensonge.

"Comment est-ce que je pourrais le savoir ? Je ne suis pas homosexuel."

Il se rendait bien compte que cette réponse serait loin d'être suffisante. De plus, le fait que le garçon soit amené à se poser la question laissa penser à Iwan qu'il n'était pas fixé sur sa sexualité. Il en s'était peut-être pas complétement planté après tout... Cela valait la peine d'essayer de guider le lycéen.
Il se radoucit.

"Je pense que la sexualité c'est comme la littérature. On ne choisit pas nos penchants. Il n'y a rien qui explique pourquoi une personne aime le policier et son voisin le romantique, et il n'y a rien qui nous souffle dans l'oreille que ce courant est fait pour nous. On le découvre en essayant, ou tout simplement grâce à une attirance qui se s'explique pas. On ne peut pas dire pourquoi on à toujours été attiré par une couverture de policier et jamais par celle d'un récit romantique, c'est instinctif.  Rien non plus ne nous empêche d'aimer et le policier et le romantique... Il n'y a pas de mode d'emploi, pas d'écriteau lumineux qui clignote quand on a trouvé ce qui nous correspond. Il n'y a que le ressenti pour nous dire dans quel camp on est."

Il y'avait peut-être été un peu fort sur la métaphore et il espérait ne pas avoir perdu l'étudiant. Surtout que ce dernier n'était pas très livre, la comparaison pouvait donc lui paraître un peu obscure.
Parler de ce sujet de manière directe ne l'avait jamais vraiment mit à l'aise. Utiliser les mots hommes et femmes semblait trop cru, trop réel.
Cela rendait les choses mécaniques, dénuée de sensibilité. Il n'aimait pas rapporter la chose à deux morphologies masculines ou féminines qui s'attirent car il lui semblait que ces discours perdaient toujours la notion d'âme ou de personnalité.





Dernière édition par Iwan Cadwell le Ven 3 Oct - 17:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place. Ven 26 Sep - 21:18

iwan ∞ sullivan
Le libraire, sans doute trop fier, avait essayé de se trouver une excuse en affirmant que Sullivan ne visait pas juste. Pourtant, et il avait beau ne pas en connaître des masses sur les Hommes en général – bien qu’il soit passé maître dans l’art de l’observation – Sullivan était certain de ne pas s’être trompé et même de plaire à Iwan. A moins qu’il ne le souhaite, pour redorer l’image tellement peu glorieuse que possédait son ego ? Ne voulant cependant pas insister, il s’apprêtait à partir. Seulement, une question le taraudait et il ne put s’empêcher de la poser : comment connaître son orientation sexuelle ? Question qui sembla dérouter le jeune libraire un bref instant, qui continua même de se défendre sur le sujet. Il n’était pas gay, okay, s’il le voulait. Et la conversation aurait pu se terminer ainsi si le garçon n’avait pas repris la parole. Il répondait finalement à sa question – d’une manière certes détournée – que Sully s’efforça de comprendre. C’était assez compliqué, et les métaphores ce n’était pas tellement son truc, mais il fit l’effort nécessaire pour avoir la réponse à sa question. Alors il hocha la tête plusieurs fois pendant son discours, plissant parfois les yeux quand un mot rentrait par une oreille et ressortait par l’autre. Sullivan était un peu comme un grand enfant en fin de compte : il avait l’air froid certes, mais il connaissait tellement peu de choses à la vie normale et à la vie quotidienne qu’il se retrouvait à se poser des questions peu communes. Comme avec ce libraire par exemple : il avait eu du mal à comprendre qu’il le draguait – même s’il y était parvenu – et lui avait carrément demandé quelque chose que beaucoup auraient jugé indiscret. « Je vois… » A vrai dire, pas totalement. Le discours d’Iwan souleva en lui encore quelques questions qu’il n’osa pourtant pas poser, au vue de la réaction qu’avait eue son interlocuteur un peu avant. Clairement, il ne voulait plus le vexer ni s’en faire un ennemi, ce n’était pas le but. D’autant que… qu’Iwan avait l’air aussi paumé que lui, en réalité, pour nier toute attirance pour les hommes. Les choses alors devenaient peut-être intéressantes et Sullivan eut une idée – qu’il regretterait sans doute – afin de savoir ce qu’il en était pour lui. Il observa les alentours un court instant avant de reposer son regard sur Iwan et de l’attraper par le col. Il était de toute façon bien trop tard pour faire marche arrière…

D’un geste vif, il l’attira contre lui et déposa furtivement ses lèvres sur celles du beau garçon, dans le simple but de faire une expérimentation. Iwan ne le savait sans doute pas mais le garçon venait de lui offrir son « premier baiser », ou tout du moins avec un homme. Sullivan finit par le relâcher et ne put empêcher ses joues de rougir un peu. C’était… c’était bizarre, en réalité. Il ne savait pas tellement quoi en penser parce que c’était une véritable découverte mais il pouvait à peu près affirmer que ça ne lui avait pas déplu. « Comme quoi, j’aurais pas perdu mon temps en venant ici. » Il détourna rapidement le regard, étrangement mal à l’aise bien qu’il fasse de son mieux pour ne pas le montrer. Le verdict ? Il n’en savait trop rien mais il ne devait pas être bien négatif. « Euhm… désolé, en fait. » C’était peut-être la moindre des choses, d’autant qu’Iwan n’avait pas dû comprendre grand-chose à ce geste un peu désespéré.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place. Ven 3 Oct - 18:39



Les yeux baissés, Iwan se remit en mouvement histoire de faire vite passer cet instant gênant et de pouvoir retourner à l'ennui de sa journée qui finalement lui convenait bien mieux.  
Il scanna les deux livres du lycéen, encodant la somme qui s'afficha sur le petit panneau lumineux à destination du client.
Il s'apprêtait à relever la tête pour marmonner le prix lorsqu'une main agrippa le col de sa chemise.
En mois de temps qu'il ne l'aurait fallut pour réaliser ce qui était en train de se passer, il se retrouva avec les lèvres du lycéen sur les siennes, les yeux écarquillés par la surprise.
N'ayant pas vu venir cet acte il n'aurait pas été en mesure de l'empêcher et il était plus concerné par l'idée que quelqu'un les ais vu que par le fait qu'il avait aimé ça...
Les lèvres du garçon avait beau être un peu sèches et hésitantes, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas été embrassé, aussi il sentit son bas ventre s'animer d'une douce chaleur.
Son dernier partenaire, il en avait oublié le nom, ne se rappelant que vaguement de ses airs; un grand blond aux yeux bleus avec un accent américain. A vrai dire il n'était même pas sûr qu'ils avaient alors prit le temps de s'embrasser. Bien souvent ces histoires d'un soir se contentaient d'aller droit au but...  Deux âmes saouls en désespoir prenant rarement le temps de se chercher. C'était moche et rapide, il le savait. Mais c'était addictif, un exutoire efficace. Une chose qu'il évitait à présent, tari d'être dégouté de lui même.
Néanmoins ce contact humain faisait inévitablement remonter en lui ces souvenirs de nuits sauvages et les envies qui les accompagnaient.
Il n'était pas encore au point sur le contrôle de ces choses là... A vrai dire il n'avait jamais été au point sur aucun contrôle. SI tel avait été le cas, il aurait probablement déjà arrêté la drogue il y'a longtemps...
Mais Iwan faisait partie de ses esprits faibles qui se laissent dominer par leurs pulsions et il en avait conscience.

Une fois libéré de l'emprise de lycéen, il balaya la zone du regard, s'assurant qu'il n'y avait personne dans le coin et espérant surtout que personne n'était passé par devant la vitrine durant les trente dernières secondes... Puis, l'air un peu fier malgré la couleur pourpre qu'avait prit ses joues, il remit correctement sa chemise et se racla la gorge.
Hors de question de laisser comprendre à cet inconnu l'effet qu'avait pu lui faire ce simple baiser.
Il ne savait plus quoi dire... Comment réagir à ça ? Mais surtout, il était confus.
D'abord il n'était pas son genre, après il lui collait un baiser forcé ? A quoi il jouait ce gamin ?

Iwan ouvrit un bouton de son col, la chaleur née de ses pulsions n'étaient pas partie...  Il pouvait sentir l'anxiété perler dans sa nuque...
Tout ses manques remontaient. Son manque de contact humain et fatalement son manque d'anxiolytiques qui clamaient habituellement le premier...
N'eusse été pour le minimum de contrôle qu'il parvenait tout de même à avoir, il aurait resauté sur le jeune homme qui avait allumer ce feu.
Il ne savait pas si il devait sourire face à la remarque du lycéen, parce qu'il ne comprenait pas vraiment comment il devait le prendre...
Essayait-il de lui dire qu'il avait aimé ça ou simplement qu'il venait d'utiliser le libraire comme un objet d'expérimentation ?
La première possibilité laissait penser qu'une porte était ouverte, la seconde en revanche était moins engageante et inspirait la moquerie... Ce qui aurait fortement vexé le gallois.
Sans répondre, il se contenta d'observer le jeune homme, cherchant à analyser le sens de sa phrase. Mais surtout parce qu'il avait encore la gorge trop sèche que pour parler.
A vrai dire il lui semblait fort possible que tout ceci soit pour le lycéen plus une expérience qu'autre chose... Iwan décida pourtant de ne pas le prendre mal, se rassurant avec l'idée que ça ne voulait pas dire qu'il n'avait pas apprécié la chose.

Face au silence, le jeune homme finit par s'excuser.
Iwan, réfléchit un instant avant d'ouvrir la bouche, ne sachant pas quelle direction donner à sa réponse.
Devait-il continuer à mentir en prétendant qu'il n'était pas gay alors que clairement le garçon ne l'avait pas cru, ou devait-il y'aller franchement puisque de toute façon il n'était plus crédible comme hétéro ?
Il aurait voulu pouvoir voir dans la tête de ce lycéen afin de savoir comment aborder la chose, mais il était si compliqué à décoder... Impossible de discerner ses attentes, si bien que finalement c'est à l'aveuglette que le libraire se lança, n'ayant aucune idée de la réaction que sa réponse allait engendrer.
Il sortit de derrière son comptoir, approcha le jeune homme, si bien que ce dernier se retrouva coincé entre lui et le meuble.
L'option franc jeu avait été votée favorite par son esprit qui avait laissé derrière le comptoir son masque d'hétéro convenable. Il avait décidé de laisser le vrai Iwan sortir puisque de toute façon mentir ne menait à rien avec le lycéen et que personne ne semblait être dans le coin. Il l'avait cherché en l'embrassant et le libraire avait décidé de se laisser trouver. Tant pis pour ses bonnes résolutions de contrôle de pulsions.  
Posant ses mains sur le dos du comptoir, de part et d'autre du jeune homme, il enferma ce dernier avec son corps.

" Si tu veux faire des expériences ont peut toujours s'arranger..."

Un bref regard vers la rue, vide. Ce fut à son tour de poser ses lèvres sur celle du lycéen, avec un peu plus d'assurance que ce dernier. Il força brièvement sa langue dans la bouche du garçon, pressa sa cuisse contre son entre-jambe et aussi vite qu'il était venu se dégagea.
Il ne fallait pas non plus jouer trop avec le feu en publique.
Un sourire provocateur aux lèvres, il retourna derrière son comptoir.

" Sinon c'est 14,98£ "

Il prit un bout de papier qui trainait sur le comptoir, un bic et nota dessus son adresse. 8 Greenhill Avenue., Cadwell. Ajouta en dessous son numéro de téléphone.
Il inséra le bout de papier à la première page d'un des bouquin.

" Et ça c'est si tu as envie d'explorer... un peu plus."  Ajouta-t-il avec un clin d'oeil aguicheur.

Il était transformé, transformé en l'Iwan de Merthyr Tydfil, l'arrogant en colère qui venait de se faire larguer et qui pour se venger voulait se taper tout ce qui bouge... Au fond de lui il en avait un peu honte.
Parfois il se mettait à espérer que le masque qu'il se force à porter chaque jour se fonde en lui et efface ses vices.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place. Mar 7 Oct - 21:43

iwan ∞ sullivan
S’en aller aurait été la solution idéale s’il n’y avait pas eu ces foutus bouquins. Oh… les bouquins. L’espace d’un instant, Sullivan avait totalement oublié qu’il se trouvait dans une librairie. En fait, il avait peut-être même tout oublié en l’embrassant de cette manière. C’était… presque magique, un tel exutoire ! Sans doute parce que ce baiser était une telle question pour lui qu’il n’avait pensé qu’à ça et pas au reste. Le libraire sembla tout aussi troublé que lui et resta un moment sans bouger et sans rien dire, ce qui ne fit qu’augmenter le malaise de Sullivan qui, clairement, sentait d’avoir mal agi. Cette impression fut pourtant de courte durée lorsqu’Iwan sortit de derrière son comptoir pour venir se coller pratiquement à lui. Sully le regarda sans comprendre, un peu perdu. Le rentre-dedans… c’était pas son truc. Il fut incapable de soutenir son regard et trouva bien plus intéressant que d’observer leurs pieds bien trop proches. Il ne put cependant pas le faire bien longtemps puisqu’Iwan vint reposer ses lèvres sur les siennes tandis que son genou se faisait peut-être un peu trop insistant près de lui. La chaleur grimpa… et la main de Sullivan se posa brièvement sur la taille d’Iwan, comme pour s’accrocher à quelque chose histoire d’être sûr de ne pas s’effondrer. Il ne fallait pas oublier que tout ça, c’était vraiment nouveau. D’autant que c’était un homme… « Des expériences… mh… » souffla-t-il une fois le baiser terminé. C’était vraiment délicieux comme contact et il se surprit à en vouloir encore. Il n’en fit cependant rien, se retenant bien de lui montrer ce que ces nouvelles choses provoquaient en lui. Iwan se décala finalement, laissant un Sullivan tout bonnement paumé tandis qu’il fixait le sourire provocateur de ce dernier. Son tempérament était tout autre, il ne semblait plus aussi timide.

Quand Iwan lui annonça le prix, il mit un moment avant de comprendre de quoi il parlait. Finalement, Sully se frotta le crâne et paya les livres qu’il ne lirait probablement jamais. Au final… il ne s’était malgré tout pas déplacé pour rien. « Merci… » bredouilla-t-il, pas encore totalement remis de toutes ses émotions. En récupérant les livres, il remarqua le bout de papier et ne put s’empêcher d’avoir un petit sourire. En se faisant draguer – ou en draguant, peut-être l’avait-il fait sans s’en rendre compte – il avait l’impression d’être quelqu’un de normal. On ne draguait pas un schizophrène habituellement, non ? C’était encourageant. « J’dois avouer que… que ça a l’air plus intéressant à explorer que tout ça… » osa-t-il dire en montrant les bouquins. Il les rangea rapidement dans son sac et s’empressa de quitter la boutique en évitant de trop le regarder. S’il allait y aller ? Aucune idée… mais c’était en tout cas franchement tentant.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place.

Revenir en haut Aller en bas

IWAN ∇ tout homme qui n’est pas à sa place reste sur place.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-