AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

We have to unify and watch our flag ascend. Penny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7910
POINTS : 2677
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: We have to unify and watch our flag ascend. Penny Dim 10 Aoû - 2:36

So for once in my life 
Let me get what I want 
Lord knows, it would be the first time


C'est dans l'état de confusion le plus total que j'avançai en direction du restaurant où j'avais rendez-vous avec Penny Collins. Parfois les pas se firent lents, parfois rapides. Savoir que j'allais devoir passer ma première soirée en tête à tête avec la petite blonde était loin d'être une idée que je trouvais alléchante. Cependant, je voyais là mon ticket de gagnant. Un bon de sortie pour ne plus être considéré comme la paria de Tenby a qui on avait prêté une relation plus qu'amicale avec son colocataire, puis avec la jeune soeur de ce dernier. Et c'était sans oublier les pseudos soucis avec la justice dont j'avais également fait la rumeur.
A présent, j'allais devenir Andrew, le prince Charmant de la Galloise, un homme qui n'a pas peur des responsabilités et le futur papa de la MST qu'elle se préparait à expédier - soit disant.
Pour cette sortie, j'avais fait un effort vestimentaire. Après tout, j'allais me mettre en scène alors il fallait que tout soit parfait. Une chemise blanche agrémentée d'un jean noir relativement neuf.
Je retrouvai la jeune femme qui était très élégante et je me félicitai mentalement pour en avoir fait ma cible. Avec une allure pareille, c'était impossible que je passe inaperçu aux côtés de la belle blonde et c'était impossible que ma réputation ne s'améliore pas.
Après un échange de platitudes, de quelques mots doux remplis de sous-entendus haineux qui traduisaient l'exact opposé de ce que nous voulions réellement dire, je me donnai un spectacle. Priant Penny de bien vouloir m'accepter dans sa vie. Une étreinte et un tendre baiser sur la joue en guise de réponse positive, le plan fonctionnait parfaitement. Quelques applaudissements des clients du restaurant, les boissons offertes... Cette soirée n'aurait pas pu mieux se passer. C'était juste navrant que la présence de la psychotique soit indispensable à la réussite de ce bon moment.
* *
*
Le plus difficile dans l'opération ne fut finalement pas de supporter la conversation de Penny, mais plutôt de payer l'addition. Certes, elle avait suivi mes règles et n'avait pas commandé les plats les plus onéreux, c'était simplement moi qui n'étais pas allé au restaurant depuis tellement d'années que j'avais oublié les tarifs en vigueur. Et cette foutue augmentation de la TVA, aussi.
La route jusqu'au 22 Oakridge Acres se fit dans un silence parsemé de longs soupirs d'exaspération de la part de chacun de nous deux.
Nous arrivâmes devant la porte d'entrée aux environs des vingt-deux heures. Je ne savais pas si Wade était encore debout. J'espérais de tout coeur qu'il le soit pour enfin pouvoir exhiber ma petite amie à la manière d'une oeuvre d'art. Oui, elle est bien réelle. Oui, je deviens quelqu'un de bien. Oui, je commence enfin à me fondre dans la masse. Glissant la clé à l'intérieur de la serrure, j'entendis Calypso, la chienne de Wade se mouvoir avec agitation. Je me stoppai net avant d'ouvrir la porte et histoire de réviser quelques points essentiels pour le bon déroulement de cette fin de soirée, je me tournai vers Penny.
« Bon, Blondie... Le premier round fut un sans faute, mais la comédie est loin d'être terminée. A l'intérieur, il y a donc mon coloc : Wade. Mais il y a également sa soeur, Alys. Elle vient d'avoir un accident alors on l'héberge quelques temps. »
Je me redressai, et comme prêt à affronter un cyclone, je poussai la porte de quelques centimètres avant d'interrompre mon geste une nouvelle fois. Comme on dit, il vaut mieux prévenir que guérir, alors je donnai un ultime conseil à la jeune femme.
« Tu ferais mieux de bien attacher ton faux ventre, la chienne risque de te sauter dessus. »

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3633
POINTS : 3308
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: We have to unify and watch our flag ascend. Penny Mer 13 Aoû - 17:32

Tu regardes Andrew d'un œil critique, comme si tu voulais absolument lui trouver un défaut. Hélas, il fait toujours en sorte que tu ne sois jamais satisfaite et s'est par conséquent parfaitement habillé. Sa chemise blanche est parfaitement coupée et s'assortit plutôt bien avec la robe de maternité rose pâle que tu as passé pour l'occasion. Même avec la plus mauvaise volonté du monde, vous avez l'air d'un parfait petit couple. Une vague de nausée qui n'a rien à voir avec ta grossesse supposée te saisit à cette idée. Tu inspires bruyamment le temps que ça passe. Le restaurant dans lequel il t'as amenée est déjà suffisamment cheap comme ça et les plats les moins chers que tu es tenue de prendre ne t'ouvrent pas vraiment l'appétit, alors il ne manquerait plus que tu te coupes la faim toute seule. Avec un petit soupir, tu te prête à la mascarade quand il décide de t'embrasser sur la joue. Finalement, la soirée se déroule plutôt rapidement, vous êtes déjà en train de quitter le restaurant, le calvaire est moins appuyé que ce que tu imaginais. Même si tu regrette Matthew, sa timidité tranquille, son humour discret et ses bonnes manières. Ton maître chanteur est plus brusque, ses tournures de phrases plus abruptes. Il est bon comédien mais pas assez pour faire croire qu'il ressent autre chose pour toi qu'un profond dégoût. Tu te demandes comment font les gens pour ne pas comprendre. Même toi, l'habituée des comédies, tu n'y mets pas vraiment du tien, prisonnière de l'idée que tu es sa victime, sa proie et qu'il peut faire ce qu'il veut de toi. Il t'as coincée, et tu détestes ça.

Il a tout orchestré et tu n'as eu qu'à dire oui. Après le restaurant, il a décidé de t'amener chez lui pour que son colocataire cesse enfin de dire que tu n'existes pas. Tu avais espéré qu'il renonce si tu parvenais à le lasser suffisamment de toi au restaurant, mais tu n'as pas eu une assez grosse marge de manœuvre. Il ne faut pas non plus qu'il comprenne ce que tu essayes de faire sinon les conséquences seront bien plus mortifiantes que ce trajet en voiture lourd de tension. Tu es presque soulagée quand tu entends à nouveau sa voix digne d'une caricature d'un mauvais film de gangster claquer dans l'air. « Bon, Blondie... Le premier round fut un sans faute, mais la comédie est loin d'être terminée. A l'intérieur, il y a donc mon coloc : Wade. Mais il y a également sa soeur, Alys. Elle vient d'avoir un accident alors on l'héberge quelques temps. » Tu ne réponds pas tout de suite, les yeux rivés sur la façade, te demandant comment une si charmante maison peut héberger un tel individu. Puis tu te forces à regarder Andrew et tu demandes si le dénommé Wade ne l'a pas recueilli lui aussi après qu'il ait eu un accident. Ce mec a décidément un problème. « Tu ferais mieux de bien attacher ton faux ventre, la chienne risque de te sauter dessus. » Tu fais une grimace qui n'a rien de subtile pour manifester ta joie. Tu détestes les animaux de compagnie. Mais ce n'est rien à côté de l'énervement que provoques en toi son attitude. « Écoute, j'ai été patiente toute la soirée, j'ai supporté tes piques mais si tu m'appelles encore une fois Blondie, je ne réponds plus de moi. Merde, et puis c'est quoi cette maison de fou ? Un accident de quoi au juste ? » Tu vois cependant l'orage grandir dans les yeux de ton ravisseur à mesure que tu craches ta rebuffade alors non sans un grand sacrifice personnel, tu introduits un bémol. « C'est bon, je vais agir comme un petit ange, tu vas voir, ils vont m'adorer. Tous autant qu'ils sont. Calypso, Wade et Alix. Tu vas voir, ils ne vont jurer que par moi. Le contraste avec ce qu'ils endurent au quotidien va être saisissant. » Tu lui adresses un sourire qui se veut innocent avant de le pousser légèrement en avant pour qu'il ouvre la porte – tu sais que ça va l'agacer. Tu entres à sa suite, fronçant le nez en sentant l'odeur du chien et en sentant son poil rêche contre ta jambe nue. Avec abnégation, tu te baisses pour lui offrir une caresse. Andrew a pour une fois raison, il serait dommage que la bestiole saute sur ton ventre de mousse. La chienne semble temporairement accepter le deal et va faire la fête à son maître. Tu vois de la lumière en provenance du salon, tu te diriges donc là-bas d'un pas quelque peu incertain. Cela n'empêche pas tes pires instincts de se manifester et tu lâches d'une voix suave un ordre déguisé en le dépassant. «Chéri, je sais qu'on sort du restaurant mais est-ce que je peux avoir un peu de glace ? J'ai envie de vanille. »

_________________

I loved you dangerously

More than the air that I breathe. Knew we would crash at the speed that we were going. Didn't care if the explosion ruined me. Baby, I loved you dangerously. You took me down, down, down, down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7910
POINTS : 2677
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We have to unify and watch our flag ascend. Penny Sam 16 Aoû - 1:15

So for once in my life 
Let me get what I want 
Lord knows, it would be the first time


Je ne comprenais pas moi-même pourquoi je continuais à donner le surnom ridicule de Blondie à la jeune femme. Sans aucun doute, sa couleur de cheveux en était la cause, mais pourquoi est-ce que je continuais ? Possiblement parce que je savais que ça l'agaçait au plus haut point et que tout était bon pour l'ennuyer. Il ne manquerait plus que l'on trouve la compagnie de l'autre agréable. Jamais. Impensable. Et je m'appliquais autant qu'elle à nous rendre la vie impossible. Je la foudroyai d'un regard torve quand elle commenta les lieux.
« Alys! C'est Alys, pas Alix. Et elle s'est faite renversée par une bagnole il y a peu, ok ? Ta curiosité maladive est-elle assez assouvie ? »
Question qui n'attendait pas de réponse puisque je ne comptais pas lui en dire plus quoi qu'il en soit. Je chuchotai pour éviter que les habitants à l'intérieur ne nous entendent, mais il était clair que le ton employé n'avait strictement rien d'amical. C'était même tout le contraire. Je ne voyais pas à quoi bon raconter à Penny le passif que je partageais avec Alys parce que cette dernière ne se souvenait de rien, mais par le ton que j'avais utilisé, elle avait dû comprendre qu'elle était importante pour moi. Malgré tout, je ne pus m'enlever ses mots de la tête. « Maison de fou… » C'était assez véridique. Et encore, la demoiselle avait lâché ça sans connaître les personnes qui y séjournaient ni même les liens qui les unissaient. Moi, Andrew, qui étais un ancien détenu. Wade, le fan de Goerge Michael qui a la phobie des bactéries et Alys qui n'avait aucun souvenir des dernières années de sa vie et qui pendant un temps avait été mon amante – ou quelque chose dans le genre. Si elle savait qu'elle avait vu juste avec cette remarque, elle aurait probablement montré un peu plus de résistance pour m'accompagner ici, même si je ne lui avais pas vraiment donné pas vraiment le choix.
Nous pénétrâmes à l'intérieur et comme prévu, Calypso fut là pour nous accueillir. Après quelques caresses, elle retourna à sa place sans même que j'eus à le lui ordonner. Wade avait décidément bien dressé cette chienne.
Nous évoluâmes dans la pièce pour arriver vers le salon où la jeune femme m'arrêta pour faire une requête. Je la dévisageai un instant. Etait-elle sérieuse où est-ce que cela faisait partie de la comédie ? Autant la soirée au restaurant c'était passé implacablement bien, autant maintenant, j'avais vraiment l'impression de me retrouver dans le scénario d'un navet à petit budget dans lequel Thomas Dekker et Phoebe Tonkin accepteraient de jouer. Qu'importe. La machine était lancée et il n'y avait plus moyen de l'arrêter. Je l'étudiai une seconde de plus avant de me racler la gorge et de lui répondre en souriant avec la plus grande hypocrisie du monde.
« Tout ce que tu voudras, mon coeur. »
Ayant l'impression d'être un larbin pendant quelques secondes, même si au final, ce n'était que le rôle du petit ami parfait que je me forçais à jouer, j'allai dans la cuisine pour remplir sa demande. Une ou deux minutes plus tard, je lui tendis un ramequin avec quelques boules de glace à la vanille et une cuillère si gentillement quémandé.
Une main dans le dos de Penny, je la guidai jusqu'au salon où nous trouvâmes le frère et la soeur en train de jouer à la console. Un coup d'oeil à l'écran et je remarquai que c'était Watch Dogs, ce qui me fis esquisser un sourire. J'adorais ce jeu. Je me permis de les arrêter dans leur partie quelques secondes pour faire ce que je rêvais de faire depuis des semaines : leur montrer que Penny existait et que notre relation était soit-disant réelle. Je fis les présentations, gardant toujours une proximité convenable pour un couple sans être trop proche non plus.
Après un ou deux commentaires, ils reprirent leur jeu aussitôt et alors je me rendis compte que je ne savais plus vraiment quoi faire maintenant que j'avais exposé ma relique aux yeux de témoins importants dans ce plan machiavélique. D'un geste délicat, je repoussai les cheveux blonds de Penny derrière son oreille pour lui murmurer quelques mots.
« Tu veux rester là à les regarder jouer ou alors tu préfères qu'on s'éclipse tout de suite ? »
J'avais conscience que le choix n'était pas simple : d'un côté elle avait l'occasion d'être avec des gens en plus de moi, mais cela la forçait à devoir jouer la comédie. De l'autre côté, elle se retrouvait seule avec moi, mais n'avait pas à se retenir pour me mettre des piques et m'injurier à sa guise. Et avec ma générosité légendaire, je lui laissai le choix pour la première fois depuis que nous nous étions rencontrés.

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3633
POINTS : 3308
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: We have to unify and watch our flag ascend. Penny Mer 20 Aoû - 11:04

Avec Andrew, tu frôles le paroxysme de l'exaspération. Et pas seulement parce qu'il est l'être le plus détestable que tu connais. Il y a aussi son invraisemblable attitude de ce soir. Il ne cache nullement qu'il n'a aucune envie d'être là avec toi, qu'il te déteste... alors qu'il t'as fait chanter pour que tu sois ici. Tant qu'à améliorer ta réputation, il aurait au moins pu choisir une nana qu'il peut supporter... « Alys! C'est Alys, pas Alix. Et elle s'est faite renversée par une bagnole il y a peu, ok ? Ta curiosité maladive est-elle assez assouvie ? » Oh. L'expression sur les traits de ton tortionnaire quand il parle de cette fille est assez intéressante. Tu gardes ça soigneusement dans un coin de ta tête, offrant un sourire désinvolte qui trompera sans doute l'idiot qui te fait face. « Je ne ressens aucune curiosité pour tout ce qui te concerne. Je veux juste savoir où je mets les pieds. » Bien que tu as en fait une idée très précise d'où tu voudrais mettre lesdits pieds. Cependant, tu ne dois pas perdre plus de temps sur le seuil de la porte. Plus vite tu te prêtes à la comédie d'Andrew, plus vite tu peux rentrer chez toi vaquer à tes occupations. Tu as des choses importantes à faire, comme trouver le moyen imparable de te débarrasser du bébé de la manière la plus tragique possible. Osera-tu copier la dénommée Alys et organiser un accident de voiture ?

Tu es toutefois obligée de laisser cette question de côté rapidement quand tu remarques que les deux habitants de la maison sont présents. Tu dois utiliser toutes tes capacités de concentration pour te faire bien voir. Les Eyon sont deux figures notables de Tenby, si tu te rappelles bien. Mais rien ne t'empêchera d'embêter Andrew un petit peu. Tu fais ton caprice, souriant en l'entendant céder avec une profonde répulsion. Tu imites son style pour le remercier, persuadée que vos voix peuvent porter jusqu'au salon. « Merci, mon amour. » Mon cœur, mon amour... Tu repenses à une chanson d'amour française nasillarde et pour la deuxième fois de la soirée, tu as la nausée. Peut être que tu psychomatise un peu, à force de faire croire que tu es enceinte... Quelques instants plus tard, une coupe de glace à la main, fière de ta puérile victoire, tu franchis enfin le seuil du salon pour te présenter. Après tout, c'est le but de cette charmante soirée. Andrew prit les choses en mains, sous ton regard désabusé. Apparemment, quand il veut, il est tout à fait capable de se comporter comme un gentleman. Tu salues le frère et la sœur brièvement mais avec beaucoup de chaleur dans ta voix. Eux n'y sont pour rien après tout.

De toute façon, ils sont clairement occupés avec leur jeu vidéo, car ils ne remarquent pas comme tu te hérisse quand Andrew passe sa main dans tes cheveux pour murmurer à ton oreille.« Tu veux rester là à les regarder jouer ou alors tu préfères qu'on s'éclipse tout de suite ? » Habituée de ces petits jeux, tu pèses le pour et le contre de ce choix difficile. Mais finalement, quand tu donnes ta réponse, tu es plutôt sûre de toi. « Allons dans ta chambre, je meurs d'envie de voir l'antre de la bête. » Bien sûr, le niveau de ta voix est restée très bas pour les apparences mais tu utilises la fratrie Eyon pour une dernière petite vexation. Posant quelques instants ton ramequin, tu passes tes bras autour du cou d'Andrew pour déposer un baiser plutôt sonore sur ses lèvres. Tu ne laisses rien paraître de ce que t'inspire intérieurement le geste, préférant adopter un petit sourire mièvre que tu as déjà pu observer sur le visage de bons nombres de couples. « Allons dans ta chambre, si tu veux bien, je suis un peu fatiguée. » Cette fois-ci, tu as parlé d'une voix forte, comme si tu étais un peu effrayée de te soustraire à la présence d'Alys et Wade après ce que tu viens de faire. Tu leur adresses un petit signe de main – un adieu ? - et tu emboîtes le pas à Andrew. Tu as remarqué qu'il te touche le moins possible et quelque chose te dis qu'il ne sera pas content de ce brusque revirement. Surtout que normalement, c'est lui qui commandes. Toutefois, tu n'es plus à une bêtise près. Ainsi quand il pousse la porte de sa chambre et allume la lumière de sa chambre, tu te jettes sur son lit avec la plus grande des impolitesses. Assise sur la couette, tu rebondis plusieurs fois sans le quitter des yeux. Tu ne fais pas encore de commentaire sur la chambre, préférant demander la suite d'une voix moqueuse. « Alors on fait quoi maintenant ? On fait semblant de baiser ? » Quelqu'un avait parlé d'un mauvais film à petit budget ?

_________________

I loved you dangerously

More than the air that I breathe. Knew we would crash at the speed that we were going. Didn't care if the explosion ruined me. Baby, I loved you dangerously. You took me down, down, down, down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7910
POINTS : 2677
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We have to unify and watch our flag ascend. Penny Jeu 21 Aoû - 17:27

So for once in my life 
Let me get what I want 
Lord knows, it would be the first time


Je suis heureux de constater qu'encore une fois, Penny se débrouille à merveille. Il n'y a pas de doute à ce sujet : la jeune femme est réellement douée quand il en vient à devoir faire bonne figure en société. J'envie la facilité avec laquelle elle s'adresse à mes colocataires tout comme j'enviais l'aisance avec laquelle elle arrivait à paraitre élégante au restaurant. Je me demande pourquoi les gens n'ont pas découvert l'immonde secret de Penny. Est-ce qu'une femme peut réellement être aussi charmante et distinguée quand elle attend une MST ? Telle est la question à laquelle je n'attends pas vraiment la réponse pour être parfaitement honnête.
Penny me prend par surprise en s'approchant doucement de moi et en déposant un baiser plus qu'inattendu. Je comprends par ce baiser qu'elle ne veut que renforcer la comédie, que dans le fond, elle sert mes intérêts, mais c'est tout le contraire qui se produit dans ma tête. Si nous n'avions pas de témoins, je l'aurais probablement giflé pour la seconde fois depuis que je la connais. Je me penche en avant en répondant à son baiser pour ne pas donner l'impression d'être réfractaire, mais intérieurement, je bouillonne et je n'attends qu'une chose : me retrouver seul avec elle pour mettre les choses au clair.
Si je me sens mal c'est pour la simple et bonne raison que la dernière personne a avoir posé ses lèvres sur les miennes est assise sur le canapé, spectatrice du show. Alys ne s'en souvient peut-être pas, mais moi si et je ne peux pas m'empêcher de me sentir incroyablement ennuyé.
Aussitôt que le choix est fait, nous nous éclipsons dans ma chambre sans un mot. Je referme la porte derrière moi et à sa question, je fronce les sourcils. Autant dire que je ne suis pas d'humeur à simuler des gémissements, même s'il faudrait bien le faire avant la fin de la soirée.
« Tsss. Non mais c'était quoi ça ? Tu fais de l'impro maintenant ? Elle est passée où la fille qui s'inquiétait de devoir m'embrasser et à laquelle j'avais dit que c'était pas nécessaire ? »
Je m'exclame doucement, mais fermement. Encore déconfit par ce qu'il vient de se produire.
Je sais que quoi qu'il se passe, Wade n'osera pas rentrer dans la pièce, surtout s'il sait que je suis avec quelqu'un. Il avait fait l'erreur une fois, mais depuis, lui comme moi respections les portes fermées.
J'inspire et j'expire bruyamment pour me rasséréner et finis par m'asseoir sur la chaise de bureau qui fait face au lit.
« La fausse partie de baise va devoir attendre un peu. Avant, je crois qu'on a quelques points techniques à éclaircir… Genre, quand est-ce que tu comptes faire ta fausse couche ? et comment ? Parce qu'à ton stade c'est trop tard pour dire que tu l'as bêtement perdu dans les chiottes… »
J'hausse les épaules, cherchant rapidement des idées plausibles pour une fausse couche à un nombre de mois aussi avancé. Il va probablement me falloir beaucoup de préparation mentale pour me faire passer pour l'homme éploré qui vient de perdre son enfant. Je reprends finalement sur une question qui me tracasse depuis le jour où Alys m'avait demandé de lui parler de ma petite amie et que je m'étais trouvé incapable de dire la moindre chose la concernant réellement.
« Oh et… t'as quel âge en fait ? C'est pas que je veux t'offrir un cadeau, mais je pense que ton supposé petit-ami est censé connaître ces trucs là, non ?»


_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3633
POINTS : 3308
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: We have to unify and watch our flag ascend. Penny Ven 10 Oct - 17:54

Il ne t'auras pas fallu très longtemps pour énerver Andrew pour de bon. Il faut bien avouer que tu y prends un plaisir certain. C'est comme ça depuis que tu es toute petite, tu n'as jamais réussi à résister aux petits plaisir des la vie. Bon de base, il faut avouer que le mécanicien te détestes cordialement, c'est visible dans la moindre interaction que vous avez loin des regards. Être en ta compagnie est déjà un calvaire pour lui. Mais c'est son choix, alors tu ne prives pas de faire empirer ses souffrances en trouvant des façons innovantes de lui taper sur le système. Aujourd'hui, tu n'as pas hésité à utiliser ton corps. Ce dernier a toujours été ta meilleure arme de toutes les façon. L'endroit où tu fixais les limites de ta dignité ne regardait que toi. Peu importe si certaines personnes à l'esprit  fermé te traitaient de fille de joie. Tu n'as pas aimé ce baiser que tu lui as imposé. Mais tu étais contrainte de le faire. Pour lui montrer que tu restais une personne vivante et non le simple objet de son chantage abject. Tu aimes lui faire penser que le contrôle qu'il a sur toi est aussi solide qu'un château de cartes. Enfin, à supposer qu'il soit capable de penser et de faire de telles déductions. Parce que pour lui, ce n'est pas le jeu qui prime mais bel et bien le besoin de jouer les saintes-nitouches sitôt la porte refermée. « Tsss. Non mais c'était quoi ça ? Tu fais de l'impro maintenant ? Elle est passée où la fille qui s'inquiétait de devoir m'embrasser et à laquelle j'ai dit que ce n'était pas nécessaire ? » Tu lèves les yeux au ciel avec une moue boudeuse puis tu te mets rigoler doucement. Ah les garçons ! Tu demandes comment se déroule les choses dans leurs petits cerveaux. Parce que ce mec a clairement un problème de raisonnement. Sinon comment expliquer le fait qu'il soit parfaitement à l'aise pour te faire chanter mais qu'un simple petit stop le dérange aussi profondément ? Il avait clairement un soucis sur son échelle de moralité. « Andrew le Prude... Voilà un aspect de ta personnalité que j'aurais difficilement deviné... Excuse-moi de ne pas me comporter comme une poupée gonflable mais je pense que de temps en temps, les gens s'attendent à nous voir nous embrasser, je ne suis pas enceinte par le biais de l'immaculée conception ! » Tu te mords la lèvre juste à temps pour ne pas en dire trop. C'était grotesque, tu étais en train d'apprendre à ton maître chanteur comment jouer la comédie correctement. Or, il ne devait pas soupçonner que tu étais une experte. Il devait continuer à croire que la fausse grossesse était ton seul coup et qu'il t'avait chopée parce que tu n'étais pas assez douée. Il ne devait jamais découvrir que tu es une arnaqueuse experte. Et que tu as embrassé des gars bien moins canons que lui, simplement parce que c'était nécessaire. Mais les femmes libérées, ça fait toujours peur...

Avec un air profondément dépité, qui te réjouis plus que de raison, il s'assied en face de toi et tente de reprendre une contenance. « La fausse partie de baise va devoir attendre un peu. Avant, je crois qu'on a quelques points techniques à éclaircir... Genre, quand est-ce que tu comptes faire ta fausse couche ? Et comment ? Parce qu'à ce stade, c'est trop tard pour dire que tu l'as perdu dans les chiottes... » . Tu fais une grimace dégoûtée, ne cachant pas ce que t'inspires sa manière d'aborder les choses. Puis tu l'insultes mentalement. Tu avais un plan génial avec ta grossesse mais tu sens que cet idiot va tout gâcher. Comment pourrait-il jouer les pères dévastés avec la sensibilité d'une petite cuillère ? « Très classe, bravo. Mais sinon tout est déjà prévu... Je ne peux pas pousser la comédie jusqu'à faussement accoucher à Tenby, ça serait trop risqué et je serai obligée d'impliquer de nouvelles personnes dans mon secret. Je vais quitter la ville et dire que je vais dans une clinique londonienne. A vrai dire, je m'accorderai de petites vacances avec la prime grossesse que j'ai touché... » Bon d'accord, dit comme ça, ça fait de toi une personne parfaitement immonde. Mais la moralité et toi, ça fait deux... « Maintenant que tu es sur le coup, je pense que tu devra quitter la ville toi aussi... » Quoique, aux yeux des gens, il avait mis tellement à assumer ta grossesse qu'il n'était plus à un coup de père indigne près. Sauf que ce brave anglais était en croisade pour sauver ce qui restait de sa réputation. Donc oui, il avait intérêt à partir.

La conversation se poursuit, à ton plus grand désespoir. Tu avais espéré que vous caseriez devant un film pas qu'en plus, vous tiendrez une conversation. « Oh et tu as quel âge au fait ? Ce n'est pas que je veux t'offrir un cadeau, mais je pense que ton supposé petit ami est censé connaître ces trucs là, non ? » Mouais, tu devais reconnaître qu'il a raison. Et puis bon, entre ça et le DVD de High School Musical que tu vois dépasser de sous son lit, ton choix est vite fait. Ça ne t'empêche pas d'expédier le truc vite fait, d'une voix monocorde. « J'ai 24 ans. Je suis une vraie blonde. Je suis originaire de Swansea. Comme tu as pu le constater, j'adore la glace à la vanille, je ne fume pas, je ne bois jamais. Je suis signe astrologique. Je ne lis pas beaucoup mais j'adore regarder la télé. Je vote libéral même si je trouve que chez les conservateurs, James Kingston est diablement sexy... Voilà, ça fait beaucoup d'information d'un coup. Ton tour maintenant. » Il y a avait du vrai et du faux dans ce que tu venais de dire. Tu ne te livrais jamais à personne. Et surtout pas à tes ennemis car la connaissance, c'était le pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7910
POINTS : 2677
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We have to unify and watch our flag ascend. Penny Dim 19 Oct - 12:20

So for once in my life 
Let me get what I want 
Lord knows, it would be the first time


Prude ? Pas vraiment, mais mal à l'aise vis à vis d'Alys. Ceci dit, je me vois mal expliquer la situation à Penny. Je veux qu'elle en sache le moins possible sur moi et qu'importe la situation engendrée. J'ai déjà failli en dire de trop tout en peu plus tôt dans la soirée au sujet de la brunette, cette fois, je dois tenir bon et si passer pour un modèle de chasteté est le seul moyen d'y parvenir, alors soit. Je me contente de la fusiller d'un regard torve qui signifie bien que je ne veux plus de retournement de situation de ce genre. Penny rentre bien dans son rôle, c'est le moins que l'on puisse dire. C'est sans le moindre doute que je me suis attaqué à une meilleure comédienne. Vu mes plates prestations et surtout vu mon tempérament bien trop vif et colérique, il faut dire que ce n'est pas difficile. Un instant, j'ai même peur de m'en être pris à meilleur que moi, tout simplement, et qu'une fin désastreuse m'attend sagement, mais je préfère chasser cette pensée néfaste de mes pensées aussitôt qu'elle apparait.  
Le sujet change et on passe de ma supposée pudeur à l'organisation des adieux au bébé. J'hausse un sourcil, de plus en plus surpris à mesure que la demoiselle Collins poursuit sa tirade et je suis très franchement impressionné par le manège qu'elle a réussi à mettre en place toute seule. Je me pince les lèvres à l'idée de partir avec la jeune blonde. Partir en vacances est autant dire une option que je trouve délicieuse, mais partir avec Penny ? Rien que d'y penser, je sens des frissons me parcourir l'échine. Je suis déjà en train de peser mentalement le pour et le contre, mais c'est très rapidement que mon envie de quitter le Pays de Galles pendant quelques jours qui l'emporte haut la main. Je me mords la lèvre pour m'empêcher de sourire comme un enfant devant ses cadeaux de Noël et j'ajoute finalement.
« J'ai jamais quitté la Grande Bretagne... Tu dirais quoi de l'Italie ? Ou alors la Grèce ? La Croatie ? L'Espagne ? »
Je me rends compte avec effroi que son plan m'emballe un peu trop, pourtant je me rajoute dans ce voyage très facilement. Si ça se trouve, Penny a déjà tout organisé. Ce qui n'aurait rien d'étonnant vu le control freak qu'elle semble être. Je me force à ne pas voir trop grand, me contentant de proposer des pays d'Europe et de ne pas lui faire part de mon envie refoulée de me rendre à Austin ou à Miami.

Finalement le tour des présentations arrive et je m'assois sur le lit à mon tour, pour lui faire face. C'est fou de se dire que notre fausse relation depuis un bon moment déjà et que nous ne connaissons rien l'un de l'autre. Je m'étais intéressé à elle comme cible, mais jamais comme être humain. C'est donc à moi que revient le blâme pour ne pas avoir su quoi répondre quand on m'avait posé des questions sur ma petite amie quelques jours plus tôt. Je l'écoute déballer un flot d'informations inutiles et je me maudis aussitôt d'avoir voulu m’intéresser à elle pendant plus de deux minutes. Sérieusement ? Elle me parle de politique ? Ainsi, je comprends qu'elle n'a jamais bien dû me regarder sinon elle aurait compris que c'était une sujet qu'il ne fallait mieux pas prononcer.
« Pas la peine de préciser que t'es une vraie blonde... Je m'en étais rendu compte. »
Petite pique gratuite, mais en même temps, si j'ai réussi à desceller son secret, c'est qu'elle n'avait pas su exactement comment si prendre. La preuve, mon secret à moi était toujours intact. Plus ou moins.
Vient le moment où je dois parler de moi et je sens un nouveau malaise m'envahir car je ne peux pas en révéler trop, mais que je risque d'éveiller les soupçons si je n'en dis pas assez.
« Alors... J'ai 28 ans, je suis anglais, de Londres. Je fume, surement trop. Je pourrais boire des litres de Dr Pepper sans jamais être écoeuré. J'aime pas les chiens, sauf celle de Wade que j'arrive à peu près à supporter et je crois que c'est à peu près tout ce qu'il y a à dire... Je pense qu'on est prêt pour la fausse partie de baise, maintenant ? »


_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3633
POINTS : 3308
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: We have to unify and watch our flag ascend. Penny Sam 1 Nov - 10:30

Andrew laisse rapidement tomber le sujet de sa pudibonderie avec une subtilité s'apparentant à celle d'un éléphant dans un magasin de porcelaine, se contentant de te lancer un regard noir avant de poser rapidement une question sur vos futurs voyages pour changer de sujet. « J'ai jamais quitté la Grande Bretagne... Tu dirais quoi de l'Italie ? Ou alors la Grèce ? La Croatie ? L'Espagne ? » Tu le regardes se mordre la lèvre et adopter une mine concentrée et tu finis par éclater d'un petit rire sarcastique, que certains pourraient qualifier de parfaitement horripilant. « Ah mais tu vas où tu veux, ce n'est pas mon problème. Mais bon, si tu veux vraiment mon avis, je trouve que l'Azerbaïdjan ou la République Kirghise seraient des choix parfaits pour toi. Le taux de mortalité y est plutôt élevé. » Bon tu y vas peut être un peu fort mais tu te sens protégée par la présence de la fratrie Eyon au rez-de- chaussée. Et puis, jusqu'à maintenant, tu as fais tout ce qu'il t'as demandé, alors tu as bien le droit de l'asticoter, lui il ne se gêne pas en tout cas. Tu continues donc à faire la peste, mettant tes mains sur ta bouche arrondie comme si tu venais de comprendre. « Oh mais tu croyais qu'on allait partir ensemble ! C'est hors de question, j'ai besoin de vacances, pas qu'on aille continuer le combat dans un endroit où les lois sont plus clémentes avec les meurtriers. En plus, je comptais aller pour de vrai à Londres. » Tu te dis qu'une fois ton horrible ventre en mousse retiré, tu sera libre comme l'air pour écumer les rues les plus luxueuses de la capital et faire du shopping, avec l'argent que tu as reçu d'un peu partout pour l'arrivée de ton faux bébé. Et même, s'il n'y a pas assez, tu pourras toujours trouver un riche homme d'affaire pour une petite semaine. Tu es certaine de ne pas avoir perdu la main en matière de séduction. Mais alors que tu penses argent, une autre idée, une idée dont tu ne raffoles pas du tout, surgit dans ta tête. Et une fois qu'elle y est fixée, impossible de l'ôter de ta tête. Tu finis par abandonner la lutte, dans un soupir désabusé. « D'un autre côté... Moi non plus, je n'ai jamais quitté la Grande-Bretagne... Je suppose que si on se mettait à deux, on s'en sortirait mieux niveau frais et on pourrait aller plus loin. Il paraît que la Croatie est moins chère que les autres pays de la Méditerranée mais tout aussi bien. C'est une idée à envisager. Tu pourrais mettre combien ? »

Tu te sens presque honteuse d'avoir avoué que tu n'avais jamais quitté le pays. Ça te renvoie à ta pauvreté. L'argent, c'est le grand problème de ta vie. Tu aurais pu le dire dans la minuscule présentation de ta petite personne que tu as réalisée à la demande d'Andrew. Enfin, pas la peine de tendre le bâton pour se faire battre, il a déjà de quoi faire. « Pas la peine de préciser que t'es une vraie blonde... Je m'en étais rendu compte. » Tu lui adresses une grimace plutôt grossière mais au fond, tu es contente que son cerveau à dimensions réduites l'empêche de te demander des détails plus concrets. C'est ensuite à son tour, et tu constates un certain malaise chez lui aussi. Là, tu dois bien avouer que tu es perplexe. Que pouvait-il y avoir de complexe dans sa vie ? « Alors... J'ai 28 ans, je suis anglais, de Londres. Je fume, surement trop. Je pourrais boire des litres de Dr Pepper sans jamais être écoeuré. J'aime pas les chiens, sauf celle de Wade que j'arrive à peu près à supporter et je crois que c'est à peu près tout ce qu'il y a à dire... Je pense qu'on est prêt pour la fausse partie de baise, maintenant ? » Bon, il avait encore moins bien que toi. Mais tu t'en fiches, tu auras bientôt des informations bien plus intéressantes sur lui. Tout est dans la source. Tu dissimules une mine profondément calculatrice et tu lui rends la monnaie de sa pièce, sans même y réfléchir. Il faut bien lui reconnaître, il t'inspire tout particulièrement en matière de vannes. « Je confirme, tu fumes trop. Je peux le dire rien qu'à ton odeur... En tout cas, c'est passionnant. Tellement que tu devrais penser à écrire une ethnographie. Bref, baisons maintenant.» Tu te laisses tomber en arrière avec une mine parfaitement ennuyée. Une fois allongée sur le lit, tu prends appui sur tes pieds restés au sol, pour instaurer un léger balancement de celui-ci. La position de ce dernier est de plus parfaite, car de temps à temps, le cadre du lit tape contre le mur, vous donnant le bruit dont vous avez besoin pour faire illusion. Au bout de quelques minutes à ce rythme, tu pousses un petit cri, à peine étouffé. Puis tu te redresses pour fusiller du regard Andrew, toujours assis sur sa chaise de bureau. « Bon tu viens m'aider où pas ? »

_________________

I loved you dangerously

More than the air that I breathe. Knew we would crash at the speed that we were going. Didn't care if the explosion ruined me. Baby, I loved you dangerously. You took me down, down, down, down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7910
POINTS : 2677
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We have to unify and watch our flag ascend. Penny Sam 1 Nov - 14:35

So for once in my life 
Let me get what I want 
Lord knows, it would be the first time


J'écoute Penny énumérer les pays dans lesquels je devrais me rendre et je me contente de froncer les sourcils, évitant soigneusement de dire que je n'ai jamais entendu parlé de ces régions aux noms si doux. Pas difficile quand ma connaissance géographique de l'Asie se limite aux pays présents dans l'ancienne version du jeu de société Risk. Je soupire finalement et secoue la tête, éprouvant une certaine lassitude face à cette petite blonde qui, ce soir, ne se gêne absolument pas pour me faire ma fête. Finalement, avoir des témoins n'est pas une bonne idée. Même s'ils me permettent de concrétiser un peu plus mon mensonge, ils m'empêchent de corriger Penny quand elle dépasse les bornes. Ce qu'elle fait clairement en ce moment même.
Elle continue et j'hausse les épaules, fier de lui mettre tous ses plans en l'air. Finalement, je m'amuse un peu trop de la situation, même si l'optique de passer une semaine entière avec Penny comme unique compagnie dans un pays étranger est quand même quelque chose de peu ragoûtant.
Je regarde miss Collins peser le choix cornélien qui s'offre à elle. Partir seule, mais pas loin ou partir avec moi dans un autre pays plus lointain. Sous ses airs de petite princesse, je réalise à ma grande surprise qu'elle même n'est jamais partie en vacances. Je suis étonné, mais je ne laisse rien transparaitre. Étonné surtout quand on voit le kéké qu'elle se trimbale comme cousin. Cependant, cette condition qui nous unis à présent me pousse à me poser une question qui jusque là était restée sans réponse. Est-ce que cette fausse grossesse était faite pour soutirer de l'argent à quelqu'un ? Si c'est le cas, Penny remonte malgré moi dans mon estime car il faut l'avouer : c'est un plan de génie - bien que tordu par les cheveux - qui se tient. Si je n'étais pas aussi dénué d'émotions, je m'en voudrais presque d'avoir foutu ses projets à l'eau. Je médite sur la question jusqu'à ce qu'elle me demande combien je peux mettre dans notre petit voyage qui s'organise petit à petit.
« De toute façon, c'est trop risqué Londres, tu te ferais forcément repérer. Pour l'argent... J'peux mettre jusqu'à 500£, mais crois bien que si on part ensemble, faut pas compter sur moi pour te payer tes glaces à la vanille. »
Le romantisme est tel que si nous tombions dans une apocalypse de zombies, je n'hésiterais pas une seconde pour me servir de Penny comme d'un bouclier humain. Oui, le romantisme ne fera bel et bien jamais partie de notre relation et c'est très bien comme ça.
Les choses s’accélèrent et j'hésite à m'allumer une cigarette pour lui rendre ma présence encore un peu plus insupportable qu'elle ne l'est déjà. Je me rends compte finalement que nous avons d'autres choses à faire que de faire de la pièce un aquarium comme de simuler une partie de baise par exemple.

Penny s’attèle à la tâche et je reste les premières secondes immobilisé sur ma chaise, bouche bée et les yeux écarquillés face à autant de "professionnalisme" si je puis dire. Cette fois, aucun doute, Penny est bien meilleure que moi. Aucune gêne émanant de la galloise n'est palpable et j'en conclus donc qu'il n'y en a pas. Je suis stupéfait. Elle se redresse et je distingue sa tignasse blonde qui réapparait derrière son gros ventre. La scène est tellement comique que je suis obligé de me jeter à côté de Penny et de m'enfouir le visage dans un oreiller pour ne pas rigoler avec l'élégance d'un porc. J'offre à Penny l'occasion de m'étouffer et je suis heureux qu'elle ne la saisisse pas. Quand mon fou rire se dissipe enfin, je me mords la lèvre et je relève la tête vers la blonde.
« Non mais sérieusement, je sais qu'on dit que les femmes enceintes ont une libido... développée, mais c'est légal au moins de faire l'amour à une femme enceinte à ce stade ? J'voudrais pas que ceux en bas croient que... Enfin voilà quoi. Faudrait pas faire trop de bruit non plus. »

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3633
POINTS : 3308
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: We have to unify and watch our flag ascend. Penny Jeu 20 Nov - 22:23

« Je ne vois pas pourquoi je me ferai repérer à Londres... Enfin, je peux mettre 500£ aussi, ce qui nous permet effectivement d'aller plus loin... Quant aux glaces à la vanille, je te rassure, je n'attends rien de toi. Je ne vois pas comment quelqu'un pourrait faire une erreur aussi stupide. Il est clair que tu n'as rien à offrir à part ton odeur de poney. » Un jour une espèce d'hippie t'avait dit que la vie était pleine de surprises et que seul l'inattendu la définissait réellement. Tu lui avais ri au nez. Maintenant, tu n'étais pas certaine d'avoir encore envie de rire. Pas quand tu étais en train de planifier des vacances avec le mec qui te faisait chanter et qui n'avait pas hésité à te violenter pour obtenir ce qu'il voulait. Pas quand le mec en question venait d'allumer une clope pour t'en souffler la fumée à la gueule alors que tu ne cédais jamais à aucune tentation pour rester en bonne santé. Heureusement, tu n'as pas encore perdu toute combativité. Tu attrapes la cigarette pour l'écraser dans le cendrier qui se trouve derrière Andrew. « Ce n'est pas bon pour le bébé. » Tu sais que ça va l'énerver. Tu pourrais préciser que tu as fais ça pour ne pas mettre la puce à l'oreille de ces colocs mais la vérité est tout autre. Tu as envie de l'emmerder. Dans cette bataille que tu as perdue, le sarcasme est tout ce qu'il te reste pour faire du grabuge.

Enfin n'es pas trop chiante quand même puisque tu fais exactement ce dont il a besoin, prenant l'initiative de lancer une fausse partie de baise pour renforcer la crédibilité de votre faux couple. Ça, tu dois bien l'avouer, tu ne l'as jamais fait, même dans le plus tordu de tes plans. Tu te demandes d'ailleurs où tu as pu trouver de telles ressources d'improvisation... Mais le temps n'est pas à l'auto congratulation mais plutôt à la motivation des troupes. Parce qu'il y en a qui manque sérieusement de ressources, te regardant bouche bée avec un regard purement bovin. Andrew Green aurait-il peur de ridicule alors que sa seule existence est une insulte à toutes les lois de la dignité humaine ? Il corrobore d'ailleurs la piètre opinion que tu as de lui en adoptant un comportement totalement stupide, se jetant comme un poids mort à plat ventre sur le lit. Quant à toi, tu n'arrêtes pas de faire bouger le lit mais tu dois bien avouer que tu es perplexe. « Attends, c'est comme ça que tu baises normalement ? Pas étonnant que ta copine ait préféré se jeter sous une voiture... » .

Tu relâche un peu la cadence, agacée d'être la seule à essayer de mener à bien un plan dans lequel on t'as embarquée de force. Franchement, on s'en foutait du ridicule ! Pour toi, c'est même un moteur pour avancer dans la vie . Chaque fois que tu fais quelque chose de stressant, tu imagines la personne en face de toi avec une petite moustache blonde à la Hitler, en chemise de nuit ou avec une charlotte à paillettes. Il n'a pas plus radical pour te détendre... Cependant, tu te rends compte que c'est tout autre chose qui chiffonne Andrew. « Non mais je sais que les femmes enceintes ont une libido développée mais c'est légal de faire l'amour à une femme enceinte à ce stade ? J'voudrais pas que ceux en bas croient que... Enfin voilà quoi. Faudrait pas faire trop de bruit non plus. » Tu te redresses soudainement très agacée. « T'as qu'à prendre les choses en main si tu n'es pas content ! Qu'est-ce que j'en sais moi si c'est légal ? Est-ce que j'ai une tête de foutue juriste ? C'est ton plan, tu te démerdes. » Tu croises les bras. Jamais tu n'as eu à supporter cette raclure aussi longtemps et les effets secondaires de cette longue expositions commencent sérieusement a se faire sentir sur tes nerfs. Tu boudes quelques instants avant de commencer à râler de nouveau. « Bon, j'en ai marre. Mais je suppose que je ne peux pas rentrer chez moi et que je dois passer la nuit ici. On peut dormir maintenant ? J'ai des somnifères, on en prend chacun un comme ça on peut oublier nos existences respectives jusqu'à demain matin et pas se gêner en dormant... Et demain matin, je me tire en prétextant que je ne voulais pas imposer mes nausées matinale. » . Ta proposition est tout ce qu'il y a de plus honnête. Il ne peut pas refuser...

Spoiler:
 

_________________

I loved you dangerously

More than the air that I breathe. Knew we would crash at the speed that we were going. Didn't care if the explosion ruined me. Baby, I loved you dangerously. You took me down, down, down, down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel dust (avat) | penny (gif) | gwen (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 7910
POINTS : 2677
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : vide
PROFESSION : mecano
REPUTATION : on croirait bien qu'il possède le charme des bad boy... allez comprendre. a moins qu'il soit devenu gigolo ? cela dit, plus il est loin, mieux je me porte.



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: We have to unify and watch our flag ascend. Penny Mer 26 Nov - 18:45

So for once in my life 
Let me get what I want 
Lord knows, it would be the first time


« Ferme la, Collins, sinon c'est toi qui va finir sous une bagnole. »
Aboie-je en perdant mon sang froid. Ce sujet est sensible et ça, Penny l'a remarqué un peu trop rapidement. Je me demande ce qui a bien pu me trahir, mais aussitôt je sais que ce sont mes nombreuses réactions trop radicales dès qu'il s'agissait de cette histoire. Foutus sentiments. Pourquoi a-t-il fallu que je que je cède à ces émotions primitives ? Autant la situation était marrante il y a quelques secondes, autant maintenant, je ressens de nouveau cette irritation contre la Galloise. Comment ose-t-elle me dire de telles atrocités ? Et puis, je me souviens soudainement que c'est la base de notre relation. On s'insulte, on se frappe, on se menace et on essaye malgré tout de survivre dans cette cohabitation très douloureuse. Ce soir marquant notre première nuit ensemble. Vu comme elle se déroule, je sais que les prochaines (puisqu'évidemment, il y en aura d'autres) seront tout aussi épiques. Quoi que... La présence d'Alys et de Wade joue probablement un rôle assez conséquent dans la soirée. S'ils n'étaient pas là, nous n'aurions jamais eu à faire semblant de coucher ensemble : ce qui se solda par un échec laborieux. Quand les gémissements bruyants de Penny se stoppent, c'est un grand soulagement. Je continue de rire, un peu nerveusement suite à cette mascarade et la blonde reprend, cette fois encore plus agacée que tout à l'heure.
« C'est pas moi qui parlais politique il y a dix minutes ! »
Lance-je sur le même ton que le sien. Puis elle reprend encore une fois, les bras croisés sur son gros ventre et j'écoute la proposition qu'elle me fait. Tout semble parfaitement organisé et je ne peux qu'être d'accord avec ce qu'elle nous a planifié. Sauf sur un point. Un point qu'il faut tout de suite éclaircir.
« Mais bien sûr, t'as raison, comme si j'allais prendre des somnifères avec toi dans la même pièce. J'suis pas suicidaire non plus. »
Je ricane et j'ironise. Comment peut elle penser une seule seconde que j'oserais rester à découvert pendant aussi longtemps avec elle. Prendre des drogues en sa présence ? Et puis quoi encore ? Bientôt on s'écrira sur les bras pour s'amuser après une soirée un peu trop arrosée ? Ce n'est pas comme si la seule chose que nous partageons n'est rien d'autre qu'une haine réciproque et venimeuse mais quand même. Je secoue la tête. Encore une fois, peut-être est-ce mon passage trop long à l'ombre qui m'empêche de me laisser aller et de me détendre une fois la nuit venue – spécialement quand c'est pour passer ladite nuit avec la Collins. Rien de bien attrayant. Sans même attendre une quelconque réponse à ma réflexion, mais également parce que je n'en peux plus d'entendre sa voix nasillarde, je me couche de tout mon long sur mon lit sans même prendre le soin de me déshabiller. Non pas devant Penny. Quand mes jambes se cognent contre Penny, je m'accoude puis je relève tête et je remarque qu'elle est toujours sur le lit et qu'elle n'a pas bougé d'un pouce. Elle ne pense tout de même pas que nous allons dormir ensemble dans le même lit, si ? Quitte à choisir, je préfèrerais encore dormir aux côtés d'un crocodile ou d'une tribu de rats d'égouts plutôt que de dormir à côté de Penny. Je la regarde, médusé, pendant une ou deux secondes, et je prends de nouveau les rênes de la soirée. Après tout, nous sommes chez moi, c'est donc à moi que les décisions appartiennent.
Je me redresse entièrement et je m'avance vers Penny. Sans même lui laisser comprendre ce qui est en train de se passer, je la pousse hors du lit sans pour autant être brutal, mais néanmoins avec aucune délicatesse et une fois qu'elle est au sol, je me recouche, cette fois, m'offrant même le privilège de me glisser sous la couverture. Je lui lance un plaid qui traîne à côté de moi et très sérieux, j'ajoute.
« Ce soir, tu dors par terre. En plus ton faux ventre à l'air de faire un oreiller très moelleux. » Je tends le bras pour éteindre la lumière et alors qu'elle ne peut plus me sourire, c'est un sourire carnassier qui naît sur mes lèvres. « Sur ce, bonne nuit, chérie. »

_________________

Certains disent que le monde sera anéanti par le feu d'autres par la glace. Pour ce que j'ai goûté du désir amoureux, je penche du côté de ceux qui préfèrent le feu. Mais s'il fallait que par deux fois je trépasse. Je crois en connaître assez sur la haine pour savoir que la destruction par la glace est tout aussi vilaine et efficace. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : Irish Coffee
TES DOUBLES : Spencer, Thomas, Rhys, Lenny & Trystan
TON AVATAR : Emma Stone
TES CRÉDITS : ©emmastonedaily & lolipops
TA DISPONIBILITE RP : ♦ Libre 0/3
En cours : Gwen - Lloyd
A venir : Emrys -
RAGOTS PARTAGÉS : 3633
POINTS : 3308
ARRIVÉE À TENBY : 20/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 27 ans (20/02)
CÔTÉ COEUR : Il n'y est plus.
PROFESSION : Serveuse au Blue Ball.
REPUTATION : Elle a un peu perdu de son éclat ces derniers temps, non ?



MessageSujet: Re: We have to unify and watch our flag ascend. Penny Jeu 4 Déc - 21:40

« Ferme la, Collins, sinon c'est toi qui va finir sous une bagnole. » . Tu lances un regard dédaigneux à l'auteur de la menace, plus amusée que intimidée. A vrai dire, cette réplique montre à quel point tu as tapé juste en mentionnant la petite Eyon. Il semble que la brunette soit l'un des points faibles d'Andrew. Un petit sourire comblé naît sur tes lèvres à l'idée que tu tiens enfin quelque chose qui serait susceptible de te délivrer de ce pétrin dans lequel il t'as entraînée. Tu ne laisses toutefois rien paraître, continuant ton activité de faux sexe jusqu'au temps que tu te rendes compte que l'autre crétin ne t'aidera pas. Tu arrêtes donc, pressée de mettre fin à cette soirée désagréable. Hélas, il semble décidé à te contredire et balaie le plan que tu viens de proposer d'un revers de main insolent. « Mais bien sûr, tu as raison, comme si j'allais prendre des somnifères avec toi dans la même pièce. J'suis pas suicidaire non plus. » Il émet un petit ricanement parfaitement horripilant et tu te surprends à sentir tes doigts bouger dans le vide, comme si ton corps entier rêvait de les passer autour de sa gorge pour l'étrangler. Tu dois lui reconnaître ça, cet individu a le don de faire ressortir le pire de toi. A son contact, tu deviens un véritable petit Hitler blond. La moustache en moins. « Oh si tu dois être suicidaire pour être un tel emmerdeur... Tu n'as rien écouté, dumbass, j'ai dis qu'on prenait les deux des somnifères. Tu crois que je peux m'endormir naturellement dans la même pièce que toi ? » Hélas, il est têtu et même quand tu fais preuve de raison et de bon sens, il refuse tout simplement de s'y ranger. Il s'allonge de tout son long sur le lit, cognant au passage ton faux ventre. Tu te recroquevilles, pour éviter tout contact. Tu continues ta tirade, même si tu sens que le combat est perdu d'avance. « Sans sommeil artificiel, tu vas passer la nuit à te demander si je ne suis pas sur le point de te planter un couteau entre les omoplates. Ce que tu mérites très franchement.. » Il se redresse soudainement et tu crois que tu as marqué un point mais il pose ses mains sur tes épaules et te pousse littéralement hors du lit. Tu atterris sur le sol avec un petit bruit mat, trop éberluée pour émettre le moindre son. Un plaid écossais suit le même chemin que toi, atterrissant sans douceur sur ton visage. Même sans le retirer, tu entends quand même la sentence. « Ce soir, tu dors par terre. En plus, ton faux ventre a l'air de faire un oreiller très moelleux. » Il s'allonge confortablement sur son lit, se glissant sous une couette moelleuse avec un sourire tellement éblouissant qu'il continuera probablement de briller dans l'obscurité. D'ailleurs, il éteint la lumière, laissant échapper un soupir de satisfaction qui n'a rien de feint. « Sur ce, bonne nuit chérie. » . Tu ne relèves pas, tu ne réponds pas. Tu t'installes du mieux que tu peux, tournant d'instinct le dos au lit où l'individu le plus horripilant de la planète est en train de sombrer dans un sommeil béat, sans doute très fier de lui. Tes yeux restent grands ouverts, et dans l'obscurité, tu lui fais une promesse solennelle bien que muette.

« Tu es fier de toi, hein ? Sombre abruti. Tu as peut être gagné cette bataille là mais ça sera la dernière. Tu vas vite te rendre compte que tu ne peux m'utiliser à ta guise, crois-moi. Et je serai obligé de faire de toi un exemple, que tous les abrutis de ton genre se rendent compte qu'il ne font pas le poids face à moi. Je ne laisserai jamais plus ma vie être régie par un homme. C'est cela, bonne nuit chéri. Dors bien et fais de beaux rêves. Profites en surtout. Parce que après je te blesserai. Je ne sais pas encore comment mais fais moi confiance pour trouver. Un jour viendra, un jour où tu pensera que tu es heureux et en sécurité et c'est là que je frapperai et soudainement, ta joie aura un goût de cendres dans ta bouche. Je te jure que je ne trouverai pas de repos jusqu'à ce que je jour arrive.


SUJET TERMINE.

_________________

I loved you dangerously

More than the air that I breathe. Knew we would crash at the speed that we were going. Didn't care if the explosion ruined me. Baby, I loved you dangerously. You took me down, down, down, down.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: We have to unify and watch our flag ascend. Penny

Revenir en haut Aller en bas

We have to unify and watch our flag ascend. Penny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-