AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

If you're broken I will mend you ♥ Lon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: If you're broken I will mend you ♥ Lon Sam 2 Aoû - 16:37

Les yeux rivés sur l'écran de son téléphone, Evie resta immobile quelques secondes. Elle n'avait pas voulu l'inquiéter et pourtant, le fil de discussion qui s'affichait sèmerait probablement le doute dans l'esprit de l'animateur. Au départ, elle avait voulu l'appeler, mais elle savait qu'elle se serait effondrée à l'entente de sa voix, si bien qu'elle avait préféré une manière un peu plus impersonnelle de le joindre. Le prénom Lonán s'affichait encore à l'écran lorsqu'elle se mit en route, les doigts serrés sur le petit appareil, qu'elle finit par glisser dans son sac. Vêtue d'un mini-short en jeans et d'un débardeur, la jeune femme frissonna alors que le soleil ne tarderait pas à se retirer pour la nuit. Et s'il ne voulait plus rien savoir d'elle et de cet enfant qu'elle portait ? Et s'il ... Elle ferma les yeux, secoua légèrement la tête avant de reprendre sa route. Le brun n'était pas comme ça et il tenterait de comprendre ou du moins, de discuter avec elle avant de lui dire de partir, s'il n'était pas d'accord avec son choix. Le choix était simple et si la jeune femme voulait bien en parler, elle savait qu'elle avait déjà pris sa décision, dans le fond de son coeur. Elle aimait déjà ce petit être qui se développait dans son ventre, se demandait déjà le sexe du bébé, curieuse. Elle n'aurait jamais pu s'en débarrasser et à l'idée de savoir qu'elle portait le bébé de Lonán, tout son être semblait s'embraser d'amour.

Lorsqu'elle tourna sur la rue où habitait Lon', elle sentit ses entrailles se serrer. Elle avait préféré y aller à pied puisque l'air frais lui ferait du bien, d'autant plus qu'elle avait cru se sentir beaucoup mieux, mais désormais, elle regrettait un peu son choix. La nervosité la fit s'arrêter non loin de la maison du brun et elle se mordit la lèvre en passant une main tremblante dans ses mèches brunes, laissées libres sur ses épaules. Elle dut prendre une grande inspiration avant de s'approcher enfin de la maison, resserrant ses bras contre sa poitrine jusqu'à ce qu'elle soit devant la porte. Lentement, elle appuya sur la sonnette sans hésiter, persuadée qu'elle allait changer d'idée et repartir si elle prenait trop son temps. Elle entendit des pas de l'autre côté de la porte et elle sentit les battements de son coeur s'accélérer, inquiète à l'idée de tout lui dévoiler. Ils n'étaient pas prêts pour ça, ils ne formaient même pas un véritable couple aux yeux des habitants de Tenby, qu'est-ce qu'ils allaient penser ? Et puis, Evie arqua un sourcil, surprise par ses propres pensées alors qu'elle n'avait jamais porté attention à ce que disaient les autres. Les rumeurs, les qu’en-dira-t-on ... Tout ça n'avait aucune importance pour elle et tout à coup, elle se sentit un peu mieux.

Jusqu'à ce que la silhouette de Lon' apparaisse sur le pas de la porte.

Elle resta immobile deux ou trois secondes avant de s'avancer pour se jeter dans ses bras, enfouissant son visage dans son cou, entourant sa nuque de ses bras. Tout son corps tremblait lorsqu'elle se pressa contre lui, s'accrochant fermement à cet homme qu'elle aimait. Les yeux fermés, elle serait bien restée là toute la nuit, sans parler, sans rien faire d'autre que profiter de sa présence, mais elle finit par relâcher difficilement la pression de ses doigts dans son cou et de son corps contre le sien. Elle laissa son sac à main glisser au sol avant d'attraper la main de Lon', sans le regarder. Une larme isolée glissa sur sa joue et elle l'essuya d'un revers de main, subtile. Elle se mordit la lèvre, finit par relever les yeux vers lui, perdue dans cet océan azuré. « Je suis désolée de ne pas t'avoir prévenu avant ... Tu ... Tu avais quelque chose de prévu, ce soir ? » Ses doigts ne quittaient plus les siens et sa voix, même si elle se voulait être détendue et calme, tremblait légèrement. « Tu m'as manqué. » murmura-t-elle avant d'enfouir à nouveau son visage dans son cou, leurs deux corps plaqués l'un contre l'autre. « Je suis enceinte. » En un petit murmure, elle avait enfin lâché ce qu'elle ne parvenait pas à garder plus longtemps pour elle, s'accrochait désespérément au corps du brun alors qu'elle gardait les yeux fermés, tremblante.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Dim 3 Aoû - 2:19

« Dites donc, jeune homme ! Votre mère ne vous a jamais appris qu'il était très malpoli de sortir son téléphone pendant une conversation ? » Surpris, Lonán releva les yeux de son portable, pour offrir un regard désolé à son interlocutrice, alors qu'elle venait de se couper dans son histoire pour le réprimander. « Pardon maman », répondit-il simplement en reposant son portable à côté de l'ordinateur, reposant toute son attention sur la conversation vidéo. « Promis, je suis à toi. » Mary McEinri regarda son fils avec son air suspicieux avant de hocher la tête sans grande conviction. « Pourquoi j'ai l'impression que tu ne vas pas rester attentif très longtemps ? » Comme pour confirmer ses dires, le téléphone de Lon' sonna un nouveau message et il s'excusa en reprenant l'appareil pour répondre. « Je vois », s'exclama la mère en notant le sourire attendrit sur le visage de son fils. « C'est elle, n'est-ce pas ? » Elle n'avait pas besoin de préciser le elle à qui elle faisait référence. Depuis son arrivée à Tenby, Evie Baxter était probablement la seule femme dont Lonán avait parlé à sa mère. Autant dire qu'après cinq ans de silence absolu de la part de son fils sur ses rapports avec la gente féminine, Mary était plus que ravis de savoir que non seulement il y avait une demoiselle, mais qu'en plus, les choses semblaient tourner de telle sorte qu'il avait commencé à lui en parler. Il faisait son deuil et reprenait sa vie d'homme. Aucun mot ne pouvait décrire combien cela la comblait, même si pour Lon', les allusions de plus en plus fréquentes aux petits-enfants de ses amis lui donnait une bonne indication sur combien elle rêvait qu'il refasse sa vie et lui donne enfin belle-fille et bambins à pouponner.

Pour la forme, plus que par agacement réel, il roula des yeux. « D'accord, d'accord, j'arrête de t'embêter avec ça ! Bon de toute façon, il faut que j'aille aider ton père avant qu'il fasse brûler la cuisine. On se rappelle quand toi et ta sœur êtes à la maison ! Appelle la jeune fille et invite là au restaurant, ça lui fera plaisir. » « M'maaan ! Je sais comment m'y prendre. » « Lon', amour, ça fait cinq ans ! Je commençais à désespéré de te voir devenir vieux garçon ! Entre toi et ta sœur, je me fais du soucis tu sais. » L'irlandais baissa les yeux une seconde. La vie du frère et de la soeur McEinri avait été brisé il y a cinq ans et toute vie amoureuse s'était arrêtée pour l'un comme pour l'autre. Ça n'avait surement pas été évident pour leur mère de voir l'avenir sentimental de ses deux précieuses progénitures s'effondrer pour ne plus se relever... mais quand même. Ça n'était pas une raison. Il n'avait plus dix-sept ans et il savait un minimum comment se comporter pour conserver l'attrait d'une femme. Evie en était la preuve après tout, non ? « Bon, on se rappel, okay ! Salut papa pour moi. Bisous maman. » Un dernier au revoir combiné et ils raccrochèrent.

Quelques minutes après, seulement, la sonnette à l'entrée retentit et Lon' se dirigea vers la porte, ne sachant trop comment il allait la retrouver derrière. S'il avait d'abord pensé qu'elle voulait le voir, passer la soirée avec lui, le ton pressent des messages qu'il avait reçus l'intriguait un peu. Avec Evie, il pouvait y avoir tout type d'urgences et en général, celles qu'elle lui destinait était de nature... plutôt sexuelle. Il s'était déjà retrouvé, cependant, à la voir fuir sa compagnie, quand elle avait des urgences à la maison. Il leur avait fallu des mois, peut-être même plus d'un an, pour que leur amitié se forme et qu'elle le quitte en lui disant qu'un membre de sa famille avait besoin d'elle immédiatement, plutôt qu'avec un simple « Je dois y aller ! ». Il n'y avait que très récemment, qu'elle avait accouru dans ses bras lorsque l'urgence l'avait mise à mal et qu'elle avait besoin de réconfort. Et depuis qu'ils avaient décidé de tenter l'aventure ensemble, ils n'avaient encore jamais eu ce genre de problème, alors il ignorait si elle viendrait naturellement vers lui en cas de besoin, ou de nécessité de réconfort. Sans doute que oui, c'était ce que faisait les... couples, après tout, mais c'était encore trop nouveau pour eux pour qu'il en soit certain.

Il ouvrit la porte et après un instant de regard en chien de faïence, Evie se jeta dans ses bras, de cette façon urgente et désespéré qui signifiait clairement que quelque-chose la tourmentait. Ses bras s'étend automatiquement enroulé autour de sa taille quand elle s'était précipitée contre lui, il resserra doucement son étreinte. « Hey ?! », inspira-t-il son odeur en la sentant trembler comme une feuille dans ses bras.

Puis elle finit par s'écarter de lui, abandonnant son sac au sol et saisissant sa main... ou plutôt, en évitant soigneusement son regard. Son regard, lorsqu'elle le planta enfin dans ses prunelles, le tua sur place. Elle avait l'air si... mal. Et en plus elle s'excusait. Non mais quoi encore ? Plus contre ses excuses que pour vraiment répondre à sa question, il secoua la tête par la négative, passant une main sur sa joue. Et en s'accrochant de nouveau à lui, elle lui avoua qu'il lui avait manqué. Toujours sans émettre un mot, attendant qu'elle partage les pensées qui la troublait, Lon' posa chastement un baiser sur sa joue, sa tempe ou toute partie de son visage qu'il pouvait atteindre. Il n'était pas dans la séduction, pas dans une tentative d'attiser le désir, juste dans celle d'apaiser les tensions, de la détendre et de lui signifier qu'il était là pour elle, prêt à l'écouter et à la soulager. Et puis il se figea, parce que la bombe qu'elle lança entre eux, mis quelques secondes à exploser dans sa tête. « Je suis enceinte. » « Quoi ? » Il la sentit s'accrocher à lui et ils restèrent l'un contre l'autre plusieurs longues secondes, alors que les mots pénétraient l'esprit de Lonán, s'enroulait autour de sa conscience et prenait d'assaut chaque parcelle de sa capacité d'interprétation. « Je suis enceinte... enceinte... enceinte... Je suis enceinte... »

Puis, lentement, doucement, Lon' s'écarta d'elle, assez pour pouvoir voir son visage, pour regarder ses yeux, pour y chercher la vérité, la preuve qu'il avait bien entendu, qu'il n'avait pas imaginé, qu'elle était réellement... « Enceinte ? », répéta-t-il, le choc évident sur son visage. « Mais je... tu... qui... Comment ? » Perdu, il l'était complètement. Ses interrogations n'avaient même plus de sens. Enceinte... De qui ? La question ne se posait même pas. Elle lui avait dit, le soir où il lui avait dit l'aimer, qu'elle n'avait pas eu de relation avec d'autres depuis des mois et il l'avait cru, il n'avait même pas douté une seconde et n'en doutait toujours pas maintenant. Depuis quand ? Il n'en savait rien, mais ça n'était sans doute pas important. Pas pour l'heure en tout cas. Ils avaient eu plusieurs... accidents, plusieurs fois où ils ne s'étaient pas protégés, pensant que les tests de maladies sexuellement transmissibles qu'ils avaient fait et la pilule qu'elle prenait suffisait. La question principale restait donc : Comment ? « Comment c'est... possible ? On... On prenait pas la pilule ? » Bon, c'était elle qui la prenait, lui n'avait aucun moyen de contraception possible, hormis le préservatif, mais cela revenait au même. On faisait un bébé à deux, après tout. Même si elle avait oublié sa contraception, s'il avait été entièrement vigilant au préservatif, jamais cela ne serait arrivé. Non ! S'il y avait eu. Il y avait eu à deux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Dim 3 Aoû - 22:34

Les baisers du brun sur sa joue et sur son visage la rassuraient un peu, mais elle était tout de même effrayée. Effrayée à l'idée de le perdre ou de le voir s'éloigner lentement lorsqu'il saurait ce qui la tracassait. Elle avait fermé les yeux, tout contre lui, avait finalement lâché les mots qu'elle retenait depuis des heures. Les mots qui lui faisaient peur et qui ne parvenaient pas encore à apaiser ses craintes. Si la jeune femme savait depuis toujours qu'elle désirait avoir des enfants, elle était désormais persuadée, et ce depuis quelques mois déjà, d'avoir envie que ce soit Lonán, le père. Parce qu'il ferait un papa formidable, elle en était convaincue, et parce qu'elle l'aimait trop pour espérer porter les enfants d'un autre. Evie adorait les gamins, mais ... elle savait que ce genre d'annonce risquait de déstabiliser celui qu'elle serrait fortement contre lui, d'autant plus qu'elle avait eu envie de pleurer, elle aussi, lorsque Savannah le lui avait révélé en lui ramenant les résultats des examens. Elle n'avait pas vraiment été triste de l'apprendre, mais elle avait su qu'elle ne serait pleinement heureuse que lorsqu'elle pourrait enfin sentir le corps du brun contre le sien, son souffle dans son cou lorsqu'il lui dirait que tout irait bien. Elle l'aimait, mais elle appréhendait tout de même sa réaction puisqu'ils n'avaient jamais prévu ça. Elle ne lui avait même jamais demandé s'il avait envie d'avoir des enfants, un jour. La personnalité de l'animateur de radio lui laissait penser qu'il aurait bien envie de fonder une famille, mais puisqu'ils n'avaient jamais vraiment abordé le sujet tous les deux, elle n'était certaine de rien. Elle lui avait dévoilé, plusieurs mois auparavant, à quel point elle était terrorisée à l'idée de voir toutes ses amies se caser, mais la discussion n'était pas allée plus loin.  

Elle resta donc immobile, dans ses bras, jusqu'à ce qu'il s'écarte légèrement d'elle pour plonger son regard dans le sien, avide d'une vérité qu'elle seule était en mesure de lui offrir. Elle se mordit violemment la lèvre lorsqu'il lui répéta ce qu'elle venait tout juste de prononcer, hocha la tête bien malgré elle, presque imperceptiblement. Elle n'y avait pas cru, elle non plus, et pourtant, les résultats des tests sanguins ne trompaient personne. « Je ... » débuta-t-elle simplement, un peu perdue, lorsqu'il lui posa plusieurs questions en même temps. Elle passa une main dans ses cheveux, sentit les battements de son coeur s'accélérer alors qu'elle effleurait d'un regard les prunelles azurées de Lonán. À ses deux prochaines questions, elle se mordit la lèvre, attrapa doucement sa main pour l'entraîner jusqu'au salon. Lentement, elle prit place sur le canapé, l'invitant silencieusement à en faire de même.

« Je prends la pilule, c'est vrai. » avoua-t-elle en un murmure alors qu'elle fixait ses propres cuisses, là où elle avait glissé ses mains. Elle releva néanmoins les yeux vers lui lorsque les doigts de sa main droite vinrent effleurer courageusement les siens et elle fut par la suite incapable de fuir son regard. « Mais ... Apparemment, ce n'est pas une bonne pilule pour moi, ils ne peuvent pas vraiment s'en rendre compte autrement et ... » Elle se mordit la lèvre, sentit la nervosité l'assaillir alors qu'elle relâchait les doigts du brun, enfouissait son visage dans le creux de ses paumes, le temps de retrouver une certaine forme de contrôle. « Cet après-midi, ils m'ont fait une prise de sang aux urgences, c'est comme ça que je l'ai su ... J'ai cinq semaines. » Les derniers mots avaient été prononcés tout bas alors qu'elle avait posé les yeux sur son ventre encore plat, inconsciemment. Elle n'y croyait pas encore et pourtant, tout ce qui se passait désormais était bien réel. Elle était enceinte et elle ne pouvait plus revenir en arrière. Toutes les options avaient été discutées dans la petite salle des urgences, mais une seule pouvait véritablement être envisagée.

Elle finit par redresser un peu les yeux, portant son regard sur Lon'. « Lon' ... Il n'y a aucun doute ... Je ... Je n'ai fait l'amour qu'avec toi. » Elle le lui avait déjà dit, bien sûr, mais elle voulait le lui confirmer encore. Elle voulait qu'il sache que le petit être qui se trouvait dans son ventre était de lui et qu'il n'y avait absolument aucune chance pour qu'il soit d'un autre. Elle avait envie de se blottir contre lui et d'enfouir son visage dans son cou, mais elle resta plutôt immobile, incertaine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Lun 4 Aoû - 12:21

Il ne s'était pas attendu à cela, comment aurait-il pu ? Leur histoire d'amour ne faisait qu'éclore, naissant à peine sous leurs yeux et dans leur cœur meurtri par les histoires du passé. Comment aurait-il pu se douter qu'elle allait lâcher une telle bombe, alors que tout était censé couler de source. Ils ne se protégeaient plus aussi précautionneusement, mais elle prenait la pilule et elle était attentive, n'ayant pas du tout envie d'avoir un enfant maintenant. C'était un sujet qu'il connaissait, ils l'avaient déjà abordé. Elle voulait des enfants, oui, mais le jour où sa vie le permettrait, où elle aurait une relation stable et assurément durable. Quand elle vivrait avec son homme et serait comblée en ménage et dans les dispositions financières pour. Et bien sûr, il était arrivé à Lon' de se rêver être cet homme. Bien sûr, il voulait cela aussi. Mais comme elle, il n'avait pas pensé que cela se ferait maintenant. Ils se découvraient à peine en tant que couple. Enceinte, murmura encore une voix dans sa tête, ne lâchant plus l'idée, essayant de l’imprégner dans son esprit comme une réalité et non un rêve.

Evie l'emmena finalement dans le salon, délaissant l'entrée pour un endroit plus cosy pour parler d'une telle chose. Assis l'un à côté de l'autre sur le canapé, elle lui assura, comme il le savait déjà, qu'elle prenait bien la pilule, mais précisa qu'il y avait une erreur, un accident qui ne se découvrait qu'une fois la grossesse en cours. Elle n'avait eu aucun moyen de le prévoir et c'était donc sans doute la chance qui leur avait permis de ne pas se retrouver dans cette situation plus tôt. Il regarda le jeu des mains de la brune, d'abord coincé entre ses genoux, puis prenant l'une des siennes, avant de passer sur son visage, alors qu'elle expliquait qu'ils lui avaient fait une prise de sang pour découvrir qu'elle était enceinte de cinq semaines. Il fit rapidement le calcul, trouvant une date approximative et se rappelant qu'ils s'étaient vus plusieurs fois à ce moment-là, même s'ils n'étaient pas encore officiellement ensemble. Ça n'était arrivé qu'une ou deux semaines plus tard... suivant la date. « Tu étais aux urgences ? », demanda-t-il. « Il y a... un problème ? » Non, sans doute pas. Elle lui aurait sans doute dit avec l'annonce de sa grossesse s'il y avait eu un problème. Mais il avait besoin de l'entendre. Qu'elle lui explique pourquoi elle avait fini aux urgences. En général, les filles faisaient un test à la maison, non ?

Comme si elle en avait encore besoin, elle reprécisa, une nouvelle fois qu'il avait été le seul à la toucher et donc le seul père potentiel... ce qui faisait qu'il n'avait plus aucunement la possibilité potentielle d'être le père. Il l'était. Elle était enceinte et c'était de lui. Elle était enceinte et ils allaient avoir un enfant. Une minute passa, puis deux, peut-être plus, pendant lequel il resta à côté d'elle, sans rien dire, figé dans sa position. Assis de profil à elle, les mains sur les genoux, le regard droit devant, il essayait d'assimiler cette chose qu'il savait ineffaçable. Elle était enceinte et elle allait garder l'enfant. Ça aussi ça avait déjà été abordé, il ne savait plus trop dans quelles circonstances, mais il en était ressortit qu'Evie, le jour où elle serait enceinte, peu importe sa situation personnelle, n'accepterait aucune autre option que la garde envers et contre tout. Et pour être honnête, Lonán avait la même idée des choses. S'il devait être père, même par accident, alors il le serait... Bon sang, ça n'était plus s'il devait. C'était il allait l'être.

D'un seul coup, alors qu'il n'avait plus bougé depuis plusieurs minutes, il se laissa glisser du canapé, se posant à genou, se mettant rapidement face à elle. « Evie », souffla-t-il en la regardant. « Il y a... il y a un bébé, là... » C'était à mi-chemin entre la question et l'affirmation et doucement, presque comme s'il avait peur de la brusquer, il glissa entre ses jambes, passant ses mains sous le débardeur qu'elle portait. Il le remonta lentement, caressant son ventre du bout des doigts. Des pouces, il caressa la peau encore plate de son ventre, approchant son visage si près qu'il voyait la chair de poule de la jeune femme se former sous son souffle et qu'il sentait fortement son parfum entêtant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Lun 4 Aoû - 23:16

Elle se mordit la lèvre lorsqu'il l'interrogea, visiblement inquiet. Elle avait parlé des urgences parce qu'elle venait d'y passer les quatre dernières heures, mais en vérité, elle n'avait pas réfléchi à l'angoisse qu'elle pouvait provoquer chez son partenaire. Elle effleura doucement sa main, délicate, alors qu'elle avait toujours le petit diachylon sur le dos de l'autre, là où l'aiguille s'était enfoncée, et le petit coton blanc dans le creux de son coude. Elle n'avait pas voulu l'inquiéter et elle regrettait désormais de ne pas avoir eu la décence d'effacer les preuves de son passage à l'urgence avant de venir le retrouver. Elle aurait pu ne pas tout lui révéler, lui dire qu'elle l'avait découvert comme tout le monde, avec un test acheté en pharmacie parce qu'elle avait du retard dans ses règles. Elle ne savait même pas comment elle aurait réagi si elle avait dû acheter un test de grossesse, lui aurait sans doute demandé d'être là, malgré elle. Evie était une jeune femme très forte, pour certaines choses, mais la peur de l'abandon et le manque d'amour faisaient également d'elle une femme sensible et fragile, si bien qu'elle n'aurait sans doute jamais eu le courage de le faire toute seule. Elle aurait acheté le test, aurait tourné en rond dans la petite salle de bain, aurait posé ses fesses sur la toilette avant de se relever et de tourner encore en rond, jusqu'à ce qu'elle se décide finalement à l'appeler et à lui demander de venir la rejoindre. Heureusement, elle n'avait pas été seule, à l'hôpital, et elle avait pu compter sur l'aide de la femme médecin, qui était aussi son amie.

« J'ai fait un malaise, au travail. » avoua-t-elle en un murmure avant de poser ses prunelles dans les siennes. « Ils se sont bien occupés de moi, mais ils m'ont gardée en observation pendant un moment. » Elle resserra doucement ses doigts contre les siens pour le rassurer. Elle n'avait pas voulu l'inquiéter, mais elle considérait qu'il avait le droit de savoir. « Mais je vais bien. On va bien. » ajouta-t-elle doucement, encore un peu tremblante des dernières révélations. Elle n'avait pas eu le temps de réfléchir à ses paroles et à son annonce, elle avait simplement compris qu'elle se devait de le lui dire dès l'instant où elle le verrait. Elle ne voulait pas dormir toute seule ce soir-là et elle ne voulait pas qu'il lui reproche d'avoir gardé une telle confidence pour elle, pendant trop longtemps. Elle avait besoin de lui, elle avait besoin qu'il la serre dans ses bras et qu'il lui dise que tout irait bien, qu'ils le feraient ensemble. Elle savait qu'elle pouvait tomber de haut et qu'il pouvait lui dire qu'il n'était pas prêt pour ça, ou bien qu'il n'avait pas envie d'être le père de son enfant, mais elle avait besoin de lui révéler ce qui se passait, espérait de tout son coeur qu'il reste et qu'il la rassure sur ses intentions. Trop d'hommes prenaient la fuite lorsqu'ils apprenaient que leur partenaire était enceinte, mais elle était persuadée que son amoureux n'était pas de ceux-là. Ils s'aimaient et ça, c'était plus fort que tout.

Elle relâcha sa main alors que Lon' semblait perdu dans ses pensées, resta immobile quelques minutes, sans penser à rien. Elle ne reporta son attention sur ce qui se déroulait autour d'elle que lorsqu'elle le sentit bouger à ses côtés, surprise de le voir glisser face à elle, au sol. Elle se mordit la lèvre lorsqu'il prononça son prénom, plongea son regard dans le sien alors qu'elle avait simplement envie de le serrer dans ses bras et de passer la soirée et la nuit à ses côtés. Sa respiration s'était accélérée et elle hocha doucement la tête, presque imperceptiblement. Oui. Oui il y avait bel et bien un bébé dans son ventre. « Notre bébé ... » murmura-t-elle alors qu'elle ne parvenait pas vraiment à y croire, qu'elle n'avait pas encore eu le temps de réfléchir exactement à tout ce que cette annonce pouvait signifier pour elle, pour eux. Un bébé, c'était l'histoire d'une vie et pourtant, elle n'avait pas peur. Pas s'il se trouvait à ses côtés.

Elle se sentit frémir sous les caresses de Lon', se mordit la lèvre alors qu'il redressait délicatement, comme pour ne pas lui faire mal, le vêtement qui recouvrait son ventre. Elle le laissa faire sans protester, caressa doucement ses épaules du bout des doigts alors qu'elle fermait les yeux, désormais un peu plus détendue. Elle sourit lorsqu'il la chatouilla de son souffle, ne chercha pas à le ramener alors qu'il semblait avoir besoin de faire le vide dans son esprit afin de mieux assimiler tout ce qu'elle avait eu le temps de lui dire jusqu'à présent. Elle comprenait assez bien l'état d'esprit dans lequel il se trouvait puisqu'elle avait d'abord cru à une énorme blague lorsque Savannah le lui avait annoncé. Comme si c'était impossible, comme si ce genre de choses n'arrivait en réalité qu'aux autres. Ce n'était pas le cas, bien sûr, et elle en prenait conscience maintenant. Lorsqu'il releva une nouvelle fois les yeux vers elle, elle captura doucement son menton du bout des doigts, se redressa sur le canapé jusqu'à venir embrasser ces lèvres qu'elle aimait tant. Tendrement, elle posa son front contre le sien, les yeux fermés, les doigts toujours posés le long de sa mâchoire. « Je ne réalise pas encore ... » avoua-t-elle sans ouvrir les yeux alors qu'elle effleurait délicatement ses lèvres des siennes. « Toute notre vie va changer ... » Lentement, elle ouvrit les yeux, éloigna un peu son visage afin de plonger son regard bleu dans le sien. « T'es prêt pour ça ... ? » demanda-t-elle à voix basse, un peu tremblante.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Mar 5 Aoû - 14:22

Elle avait fait un malaise, mais lui assurait que ça n'était rien, qu'ils allaient bien elle et le... leur... bébé... Il n'empêche qu'il s'en voulait. Il aurait dû le savoir avant, il aurait dû être là. Elle aurait dû être la première personne à qui on aurait pensé lorsqu'elle avait débarqué aux urgences, il aurait dû être appelé, par elle ou par une secrétaire de l'hôpital. C'était ça être en couple, c'était ça être... père. Alors, Lonán se mordit la joue, ne voulant pas répliquer, mais ayant cette idée qui lui trottait dans la tête, encore et encore. C'est pourquoi il devait se concentrer sur l'information donnée. C'est pourquoi il devait réagir au fait qu'elle avait un petit bébé dans le ventre. Et c'est pourquoi il se jeta à ses pieds, plutôt que de rester immobile encore plus longtemps. Il fallait qu'il réalise ce qu'ils avaient fait et ce qu'ils allaient vivre.

« Notre bébé... », confirma Evie lorsqu'il souligna/s'interrogea sur le fait qu'il y ait un bébé dans son ventre et des millions de frissons traversèrent son dos. Leur bébé, son bébé... Ils allaient avoir un bébé et il était partagé entre la terreur pure et... la joie ? Oui, la joie. Ils n'en avaient pas parlé avec Evie, ils n'avaient même jamais discuté de la probabilité de faire des enfants ensemble, même s'il devenait de plus en plus évident pour lui que c'était une option agréable et de plus en plus réaliste. Il voulait des enfants. Il en voulait depuis longtemps. Il s'était senti prêt avec Mara, puis Mara avait disparu, mais l'envie d'être père ne l'avait jamais quitté depuis lors. Il avait juste fini par penser que cela ne lui arriverait jamais, parce qu'il n'arrivait pas à concevoir qu'il puisse un jour retrouver quelqu'un, qu'il puisse à nouveau aimer aussi profondément... Et puis Evie avait débarqué dans sa vie et tout chamboulé. Elle avait tracé son chemin dans son existence et avait volé son cœur sans même qu'il ne s'en rende compte et aujourd'hui, ils en étaient là, prêt à s'assumer en tant qu'amoureux, en tant que couple et se découvrant futur parents.

Après un moment à le laisser seul avec son ventre, à la réalisation de ce qui allait changer radicalement leur vie, elle se saisit de son visage et l'embrassa tendrement. Elle lui avoua qu'elle-même ne réalisait pas encore, faisant bondir son cœur. Au moins, ils étaient dans le même état, partagé entre l'excitation de cette nouvelle imprévue et la peur qu'elle engendrait. Il le voyait maintenant, dans ses yeux, la peur... ou plutôt les peurs. Il les lisait dans son regard. Cette grossesse lui faisait peur, ses conséquences sur eux, la peur de l'abandon... Celle là, il l'avait déjà vu dans son regard auparavant, le soir de la St Valentin, sur la plage, lorsqu'elle lui avait avoué ses craintes de voir tous ses amis se mettre en couple et vivre leur vie, en la laissant à la sienne qui n'avait pas évolué pour un sous. Et regardez là maintenant. Oh sa vie avait clairement évolué plus que toutes les autres. Elle était avec lui, enceinte de lui et aimée... totalement.

Elle souligna également que leur vie allait changer et s'éloigna un peu pour le regarder et lui demander s'il était prêt pour cela, pour la grande aventure qui allait être la leur. Il se mit à rire doucement, amusé. « Non ! », concéda-t-il en secouant négativement la tête, son rire évacuant la tension. Puis il glissa une main sur la joue de la brune, caressant du pouce le bout de son nez. « Mais on a huit mois pour s'y faire et être prêt, non ? Et surtout, je t'aime, Evie Baxter », dit-il le plus sincèrement du monde, avant de regarder brièvement son ventre à moitié découvert. Il reposa bien vite les yeux sur les prunelles azurs de celle qui faisait chavirer son cœur. Elle le lui avait clairement fait comprendre depuis le début, elle n'avait pas l'intention de laisser tomber cet enfant. Elle allait assumer, peu importe les difficultés et aussi clair que ce soit pour elle, ça l'était pour lui. Il n'avait peut-être pas envisagé que cela arrive si vite, mais maintenant que c'était fait, il n'avait pas l'intention de fermer les yeux. Pas alors que c'était un rêve qu'il avait depuis des années. « Alors on va le faire et on va le faire ensemble. Du moins, si tu veux toujours de moi... » Il n'en doutait pas vraiment, mais sait-on jamais. Peut-être que c'était elle qui allait prendre peur et vouloir fuir. Qu'importe, il l'aimait. Qu'elle le veuille ou non, il serait là pour elle et le bébé et il serait l'homme qu'elle voudrait qu'il soit dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Mer 6 Aoû - 2:02

Elle sentit son coeur faire un bond dans sa poitrine lorsque le brun se mit à rire en lui confirmant qu'il n'était pas prêt pour ça. Qui pouvait l'être alors que rien de tout ça n'avait été prévu ... ? Pourtant, le pouce de Lonán contre son nez la fit sourire alors qu'elle restait complètement immobile, ses iris azurés plongés au coeur des siens. Elle aurait pu rester ainsi pendant des heures, mais les mots du brun captèrent toute son attention et elle hocha doucement la tête d'abord, tellement heureuse. Les mots qui suivirent, néanmoins, lui firent l'effet d'une bombe alors qu'elle n'avait encore jamais entendu ces trois petits mots de sa bouche. Elle restait là, la bouche légèrement entrouverte, alors qu'il reportait son attention sur son ventre dénudé. Un peu paniquée, elle se demanda tout à coup s'il s'attendait à ce qu'elle lui rende la pareille, mais même si elle était amoureuse de lui, même si chacune des fibres de son corps l'aimait et ne voulait que lui, elle ne se sentait pas prête. Elle voulait le lui dire lorsque le moment serait magique et non pas parce qu'il le lui avait dit en premier. Elle voulait lui dire je t'aime et non pas un faible moi aussi parce qu'elle n'aurait pas eu le courage de partager avec lui ce qu'elle ressentait vraiment. Evie avait peur. Elle avait peur, mais elle n'avait pas encore pris conscience du fait qu'elle lui appartenait déjà, qu'elle s'abandonnerait corps et âme à cet homme qui serait le père de son enfant. Elle l'aimait, bien sûr qu'elle l'aimait ! Et pourtant, elle ne parvint pas à prononcer les même mots en retour, encore un peu sous le choc.

Lorsqu'il plongea à nouveau son regard dans le sien, elle sentit ses appréhensions s'envoler et elle comprit alors qu'il resterait avec elle, coûte que coûte. Elle avait beaucoup de chance de l'avoir et elle regrettait encore de ne pas avoir le courage de lui dire tout ce qu'elle avait envie de lui dire. Elle voulait qu'il sache à quel point elle l'aimait et elle voulait aussi qu'il sache qu'elle ne l'abandonnerait jamais, qu'elle serait toujours là pour lui et qu'il pourrait toujours compter sur elle. Elle désirait lui dire tellement plein de belles choses et pourtant, les mots restaient coincés dans le fond de sa gorge. Les émotions s'étaient révélées intenses, ce jour-là, et elle ne savait plus trop où donner de la tête. Heureusement que Lonán était là. Elle avait appréhendé cet instant où elle lui révélerait tout et elle s'était même demandée si elle devait attendre un peu avant de le lui annoncer, mais elle ne regrettait pas son choix de tout lui dire maintenant. Elle n'aurait jamais pu fermer l'oeil, de toute façon, et au moins, ils pourraient affronter la peur de l'inconnu ensemble, avancer à deux.

D'ailleurs, elle ne put s'empêcher de sourire lorsque Lonán, soudain inquiet, lui demanda si elle avait envie de poursuivre cette aventure avec lui. Elle ne put que secouer légèrement la tête avant d'enfouir son visage dans son cou pour y déposer des dizaines de petits baisers. « Je n'ai envie de vivre ça qu'avec toi. » débuta-t-elle en un murmure alors qu'elle glissait tendrement les doigts contre sa nuque, en un effleurement. « Je veux que ce soit toi, le père de mes enfants. » murmura-t-elle doucement avant d'embrasser délicatement sa mâchoire, puis ses lèvres. Les yeux fermés, elle profita de ce baiser alors qu'elle caressait amoureusement la courbe de son cou, le coeur battant à tout rompre. Elle reprit son souffle, tout contre lui, se redressa un peu afin de se blottir dans ses bras, les yeux toujours fermés. Elle avait déjà réfléchi à ce qu'elle voulait pour son avenir, au futur qu'elle avait envie d'avoir et elle ne se rappelait plus avoir imaginé autre chose qu'un avenir avec lui. Elle aurait des enfants qui lui ressembleraient et elle vivrait avec lui parce qu'elle l'aimait et parce qu'elle ne pouvait plus concevoir une existence d'où il serait absent. Elle se plaisait déjà à visualiser la petite bouille enfantine du bébé à naître et elle savait pourtant qu'elle ne devait pas. Pas tant que les risques de le perdre étaient encore présents.

« Je veux que tout le monde sache, pour nous deux. » murmura-t-elle en relevant les yeux vers lui, capturant ses lèvres en un effleurement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Jeu 7 Aoû - 18:03

Il n'était pas... préparé. Prêt était une autre histoire. Il n'était pas préparé, mais il allait le faire. Ils allaient le faire. Et pas seulement parce que c'était la bonne chose à faire, mais parce qu'il en avait envie et qu'il avait... hâte ? C'était encore un concept abstrait pour lui, s'imaginer avec un bébé dans les bras, qui serait une partie de lui et une partie d'elle. Bon sang, il n'en revenait pas. Vraiment pas. Il s'en rendait compte maintenant. Il n'était pas en train de tomber amoureux d'Evie il l'était déjà complètement. Depuis combien de temps l'aimait-il comme ça ? Depuis combien de temps il se comportait avec elle comme si elle était sa petite amie ? Cela avait commencé bien avant qu'ils soient réellement ensemble. C'est tout ce qu'il savait. Et c'est pourquoi il avait ressentit le moment. C'était le bon moment de le lui dire. Pas forcément par la situation, pas forcément par la manière, mais parce que dans son cœur, cette vérité avait explosé, comme une évidence sans faille. Il était amoureux d'elle et il voulait passer le reste de sa vie avec elle. Le dire maintenant, quand son cœur était gonflé de cette réalisation, était pour lui le bon moment. Et il n'avait pas besoin qu'elle le lui dise en retour. Il n'avait même pas besoin qu'elle le ressente encore aussi intensément que lui à cet instant. Tant qu'elle promettait de ne pas le fuir et de lui laisser une chance de gagner entièrement et irrévocablement son cœur, cela lui allait. Il n'était préparé ni à l'aimer autant, ni à avoir ce bébé, mais il savait qu'il était prêt, pour l'un comme pour l'autre. Ils allaient y arriver. C'était tout ce à quoi il arrivait à penser quand il la regardait, même si l'inquiétude revenait au galop dès qu'il fermait les yeux et n'avait plus ses prunelles azures comme encrage.

Il sourit de plus belle, son cœur battant la chamade, lorsqu'elle lui avoua qu'elle n'avait envie de vivre cette grossesse - et tout ce qui allait avec - qu'avec lui, qu'elle voulait qu'il soit le père de ses enfants. Et il se laissa couler sous ses baisers, fondre de cet amour imprévu qui avait bouleversé radicalement leurs vies. Il y a quelques semaines à peine, ils n'étaient qu'amants. Ils suivaient les règles instaurés il y a près de trois ans. Ils faisaient l'amour dès qu'ils en avaient envie, partout où ils en avaient envie, tant qu'ils restaient discret, que leur histoire ne restait qu'entre eux et qu'ils ne s'obligeaient à rien. Ça c'était il y a quelques semaines et maintenant, ils étaient là, presque officiellement ensemble, avec un bébé à venir et la certitude la plus aberrante qu'ils voulaient passer le reste de leur vie ensemble. Ils étaient déjà dans l'idée que ce bébé ne serait pas un accident et qu'ils lui donneraient des frères et sœurs. C'était de la folie pure. Leur folie.

Evie ajouta qu'elle voulait que tout le monde sache pour eux deux et il s'écarta brièvement, la regardant droit dans les yeux. Il lu dans son regard toute la sincérité de ses mots et il crut que son cœur allait exploser. Alors il se jeta à nouveau sur ses lèvres, l'embrassant avec passion. Une main sur le dossier, il passa son autre bras autour de la jeune femme, sans jamais briser leur baiser et se redressa, la tirant hors du canapé. Dévorant sa bouche avec fureur, il la porte, direction sa chambre, claquant la porte d'un coup de pied, avant de venir allonger Evie, se plaçant au-dessus d'elle. Ce n'est qu'une fois sur les couvertures qu'il quitta sa bouche, dérivant sur son visage, son cou, sa gorge... Ses baisers fiévreux devinrent plus doux lorsqu'il aborda les bords du débardeur d'Evie, glissant jusqu'à son ventre, qu'il embrassa tendrement. Sous cette fine couche de beau qu'il avait si souvent dévoré avec adoration, se trouvait le fruit de leur désir, de leur amour naissant... ou déjà bien présent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Ven 8 Aoû - 4:18

Les battements de son coeur s'accélérèrent lorsqu'il captura ses lèvres pour l'embrasser avec cette passion et cette ardeur qui était la leur. Les yeux fermés, elle glissa les doigts de sa main droite dans le creux de sa nuque, s'accrocha à lui alors qu'il la soulevait pour l'entraîner dans sa chambre. Ainsi blottie contre lui, elle se surprit à penser qu'elle avait tout ce qu'elle avait toujours désiré, en réalité. Dans le creux de ses bras, elle se sentait unique. Elle se sentait aimée, protégée et Lonán avait été le seul depuis des années à lui faire oublier ses appréhensions et ses peurs. Lorsqu'il avait plongé son regard dans le sien pour jauger chacune de ses intentions et l'honnêteté de ses paroles, la jeune femme avait soutenu son regard jusqu'à ce que ses paupières se ferment toute seules au contact de leurs lèvres. Elle le voulait pour elle. Elle désiraient qu'ils soient exclusifs et elle ne supporterait plus de devoir mentir lorsqu'on lui demandait si elle fréquentait quelqu'un, si elle avait un homme dans sa vie. Elle ne supporterait plus de les voir tourner autour de son homme sans pouvoir réagir alors qu'elle n'avait d'yeux que pour lui. Elle voulait être la seule qu'il ramenait à la maison, la seule qu'il embrassait comme il venait tout juste de le faire. Evie n'était pourtant pas du genre jalouse, mais elle apprenait doucement à lui faire confiance, à accepter cette présence dans sa vie et à se dire qu'elle pouvait désormais compter sur lui, coûte que coûte.

Elle eut un petit rire en se mordant la lèvre lorsqu'il la déposa sur le lit avec douceur, laissa ses doigts s'accrocher aux hanches du brun pour le tirer tendrement vers elle. Il la fit sourire encore lorsque ses lèvres s'attardèrent sur sa joue, dans son cou, la fit frissonner et frémir lorsqu'elles se posèrent plutôt sur le haut de sa poitrine alors que ses doigts à elle s'agrippaient à son tee-shirt. « Tu me chatouilles ... » murmura-t-elle en se mordant la lèvre pour ne pas rire lorsqu'il vint plutôt embrasser son ventre, fermant les yeux afin de profiter de ce moment de calme entre eux. Elle devait se concentrer profondément pour ne pas se tortiller sous l'assaut de ses baisers et elle n'y tint plus, se laissant glisser sous lui en riant pour emprisonner à nouveau ses lèvres lorsqu'elle fut à sa hauteur. Sa tête n'était plus sur l'oreiller, mais c'était le dernier de ses soucis et elle se cambra légèrement afin d'effleurer son corps du sien, pressant ses mains contre ses reins afin de le plaquer contre elle. Il lui faisait tourner la tête et malgré toutes les frayeurs et les appréhensions que cette nouvelle situation pouvait amener, elle savait qu'elle lui appartenait déjà depuis longtemps. Elle ne pensait qu'à lui, avait envie de n'être qu'avec lui et ce, même lorsque ses amies lui présentaient de beaux jeunes hommes. Même si Evie avait dû garder le secret sur leur relation, son coeur était pris depuis longtemps et elle n'en prenait réellement conscience que maintenant. C'était tellement beau et pourtant, tellement effrayant, de se dire qu'elle était à lui, jusqu'au bout des ongles. Elle n'avait plus aucune porte de sortie, mais pour la première fois depuis longtemps, elle n'avait plus envie de fuir.

Elle dut quitter ses lèvres afin de reprendre son souffle, plongea son regard dans le sien alors que leurs visages n'étaient plus qu'à quelques millimètres. Lentement, elle avait laissé ses doigts glisser sous le tissu de son vêtement, caressé la peau du haut de ses fesses alors qu'elle se perdait dans le bleu de ses yeux.

Et puis, sans qu'elle ne s'y attende, une boule de poil en furie vint se glisser entre eux, la faisant sursauter et crier alors qu'elle relâchait instinctivement sa prise sur le corps masculin. Elle ne comprenait pas ce qui avait pu se passer puisqu'elle avait cru que leurs deux corps étaient trop étroitement enlacés pour lui permettre de s'y glisser. Visiblement, elle s'était trompée puisque le chat, couché sur le lit, à proximité, ne la lâchait plus de ses yeux brillants d'animal enragé. Puisque Lon' avait refermé la porte de la chambre en entrant, il avait dû se trouver déjà là. Surprise, un peu effrayée même par le regard flamboyant, la jeune femme enfouit son visage dans le cou du brun, un petit sourire aux lèvres alors qu'elle entrelaçait ses doigts aux siens. « Je pense que ton chat est jaloux. » murmura-t-elle à son oreille en riant légèrement, embrassant tendrement la peau de son cou, qu'elle était en mesure d'atteindre. Elle se sentait un peu affaiblie, tout à coup, et elle préféra rester là, sans bouger, chatouillant tendrement le cou de son amoureux de son souffle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Dim 10 Aoû - 19:35

Lonán s'étonnait chaque jour de combien il était prêt à bouleverser toute sa vie pour elle. Abandonner ses vieux démons, envisager un avenir, sauter les deux pieds en avant dans tout ce qui faisait une vie de couple, leur vie de couple. Essayer d'être ensemble et d'assumer l'exclusivité, assumer ce bébé imprévu et maintenant, assumer devant tout le monde... Enfin... « Enfin », un mot étrange, qu'il ne se serait pas attendu à penser avec qui que ce soit. Lui qui avait tant vécu avec le souvenir douloureux de Mara et qui avait pensé devoir lutter entre son envie de quelque-chose et l'amour qu'il lui portait. Il s'étonnait chaque jour de la facilité avec laquelle il parvenait à aimer profondément Evie, de manière inconditionnelle. Combien il était facile et combien il avait envie de l'aimer au grand jour, de la serrer dans ses bras en public et de marquer devant tous qu'elle était à lui et qu'il était à elle. Repousser ses autres maîtresses, sans leur dire qu'une seule avait conquis son cœur et pouvait prétendre à son corps, désormais, n'était pas chose facile sans le leur dire. Pas parce que cela le poussait vers elles, mais parce qu'elles ne comprenaient pas pourquoi, respectant toujours les règles fixés, il les repoussait, depuis des semaines maintenant, bien avant qu'Evie et lui deviennent plus que ça. Il allait enfin pouvoir leur faire clairement savoir pourquoi. S'annoncer exclusif à Evie Baxter. Et Lon' adorait ça.

Il rit de plus belle quand elle souligna qu'il la chatouillait avec ses baisers, ne cessant pas le feu pour autant. Il avait besoin de la toucher, de l'embrasser, de sentir sa chaleur. Il avait besoin qu'elle sente l'impact des mots qu'elle venait de prononcer. Qu'elle comprenne combien il était heureux qu'elle veuille cela, autant que lui. Bon d'accord, sa grossesse les poussaient un peu à revoir leur calendrier, mais elle avait dit qu'elle voulait que tout le monde sache, avec sincérité, pas avec fatalisme. Que ça soit à cause du petit bébé caché derrière le ventre qu'il embrassait tendrement ou par simple volonté qu'elle demandait ça, elle le voulait vraiment et il en était heureux.

Habillement, la brunette se glissa entre ses bras, jusqu'à se retrouver à nouveau visage contre visage et embrassa Lonán en se pressant contre lui. A bout de souffle, ils brisèrent le baiser et plongèrent dans le regard l'un de l'autre, alors que les caresses d'Evie dérivaient naturellement. Puis... Win brisa le moment. Repoussant presque son maître, alors qu'il se frayait un chemin entre eux, la boule de poils noirs feula, leur arrachant à tous les deux une réaction de surprise. Evie se blottit contre Lon' en souriant, notant combien Win semblait jaloux. L'irlandais éclata de rire une nouvelle fois. Embrassant Evie, il se détacha doucement d'elle et vint s'asseoir en tailleur, tendant une main vers l'animal qui feula une nouvelle fois en lui donnant un coup de patte. « viens là espèce de pacha ! », s'exclama-t-il alors que Win allait jusqu'à sortir les griffes. « Espèce d'idiot, va ! »

Parvenant à se saisir du chat, Lonán le prit par la peau du coup et le plaça face à son visage, assez loin pour ne pas risquer de perdre un oeil pendant sa réprimande. « Tu arrêtes, maintenant ! », dit-il, attendant quelques secondes que le chat arrête de gesticuler. Quand ce fut fait, il le posa sur ses genoux, caressant sa tête. « Bien, bon garçon ! C'est Evie. C'est ma petite amie. », dit-il à l'animal en regardant son amoureuse, avant de laisser son regard couler jusque sous sa poitrine. « Et là, dans son ventre, il y a notre bébé. Alors tu es gentil avec eux, d'accord. » Il était fier de le dire. Totalement et irrévocablement amoureux et fier de l'annoncer, même au chat. Et cela lui donnait l'air d'un parfait crétin, il en avait conscience, mais il s'en fichait. Il était heureux et il voulait le dire au monde entier. Alors, quand il croisa à nouveau le regard d'Evie, il haussa les épaules en continuant de gratter la tête du chat, négligemment posé sur son genou, les yeux verts rivés sur la femme qu'on lui présentait. « Quoi ? », demanda-t-il innocemment. « Si on doit le dire à tous nos proches, autant commencé dès maintenant ! Win est un bon exercice, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Lun 11 Aoû - 3:30

Un peu surprise, Evie n'eut pas vraiment le temps de réagir lorsqu'il l'embrassa et elle le laissa plutôt se redresser, bien malgré elle. Toujours couchée sur le dos alors qu'elle le regardait, la jeune femme se mordit la lèvre, caressant de sa jambe le corps de l'irlandais là où elle pouvait l'atteindre. Elle eut beaucoup de mal à ne pas rire lorsqu'elle vit le chat feuler et s'énerver, se recula presque imperceptiblement, s'assurant ainsi d'être à une distance plus ou moins raisonnable du félin. Evie n'avait pas vraiment peur des animaux, mais elle n'avait jamais eu le loisir d'en avoir un à la maison, si bien qu'elle ne savait pas trop comment réagir lorsqu'ils se montraient haineux envers elle. Ou même lorsqu'ils venaient quémander des câlins, en fait. Elle avait toujours l'impression de ne pas trop savoir comment s'y prendre et de caresser l'animal là où il n'aimait pas trop qu'on le touche, si bien qu'elle finissait par le laisser filer avec un petit sourire, sans vraiment chercher à le retenir. Par contre, si Lon' lui avait déjà parlé de son chat, elle ne l'avait encore jamais vu et elle prenait conscience, tout à coup, qu'il lui faudrait possiblement amadouer l'animal d'abord, si elle comptait un jour être en mesure de l'approcher sans se faire mordre.

Elle se redressa légèrement sur ses coudes lorsqu'il parvint à se saisir du félin, secoua doucement la tête en riant. « T'es adorable ... » murmura-t-elle avec un sourire alors qu'elle se relevait finalement pour s'asseoir dans le lit, les yeux rivés sur cet homme dont elle était tombée amoureuse. Cet homme qui la faisait craquer dès l'instant où il posait les yeux sur elle, celui-là même qui provoquait une accélération de son rythme cardiaque lorsqu'il se trouvait à proximité ou lorsqu'il enserrait ses doigts dans les siens. Elle le trouvait terriblement séduisant alors qu'il se trouvait là, sans artifice ni rien, tout près d'elle dans le lit. Elle aurait pu l'observer pendant des heures, les prunelles brillantes de tout l'amour qu'elle pouvait bien lui porter et elle se foutait bien du fait que le chat ne l'aimait pas, si c'était bien là ce que les feulements caractéristiques aux félins voulaient bien signifier. Elle l'apprivoiserait doucement comme Lonán et elle s'étaient apprivoisés, des années auparavant.

Elle passa une main dans ses cheveux pour les replacer derrière ses oreilles, pouffa de rire lorsque le brun plongea son regard dans le sien pour la présenter au chat, encore un peu anxieux sur ses genoux. « Enchantée de te connaître, Win. » fit-elle le plus sérieusement du monde alors qu'elle tendait la main comme pour serrer la patte de l'animal, sans néanmoins trop s'approcher. C'est qu'elle tenait à ses doigts, quand même. Surprise lorsqu'il poursuivit ses présentations, la jeune femme arqua un sourcil amusé avant de baisser les yeux sur son ventre, toujours dénudé par les caresses de son amoureux. Elle se mordit la lèvre, replaça un peu son débardeur avant de reporter son attention sur lui, sans jamais le lâcher des yeux, suspicieuse. Elle releva les bras à sa première interrogation, faussement innocente, alors qu'elle pouffait à nouveau de rire. « Tu as raison. S'il se lèche la patte, il est heureux pour nous. S'il me crache dessus, il n'est pas sûr de m'aimer et s'il me saute à la gorge, il ne m'aime pas du tout ? » proposa-t-elle en riant alors qu'elle se rapprochait un peu, jusqu'à tendre doucement sa main en direction du félin. Les oreilles basses, il n'avait pas l'air confiant, mais elle put tout de même lui caresser la tête quelques secondes.

Et puis, doucement, elle se déplaça un peu afin de se trouver derrière son amoureux, glissa les doigts le long de son dos en approchant délicatement son visage de son cou pour y déposer un tendre baiser. « Tes parents vont bien réagir, tu crois ... ? » demanda-t-elle doucement alors qu'elle effleurait son cou de ses lèvres, un peu distraite. Délicatement, elle vint masser sensuellement les épaules de Lon', fermant les yeux alors qu'elle entourait son corps de ses jambes, plaquant ainsi sa poitrine contre son dos.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Sam 16 Aoû - 18:36

Win... Un élément tellement incontournable de la vie de Lonán McEinri. L'animateur radio était fou de son chat. « Un peu trop comme si c'était ton gosse », clamais ceux qui connaissaient l'amour inconditionnel du brin pour son animal de compagnie. Il faut dire que pendant longtemps, Win avait été ce à quoi il donnait le plus d'affection. Quand il avait emménagé à Tenby, lui qui avait toujours eu l'habitude d'avoir du monde autour de lui - sa famille, Mara, Dwight... - se retrouver totalement seul avait été un peu difficile à porter. Oh il n'avait pas mis longtemps à voir Eilian entrer dans sa vie, mais Eilian était un ami, un homme qu'il apprenait à connaître et pas vraiment la personne à qui il irait donner des câlins. Alors il avait fait une folie lorsque le chat, encore chaton, avait commencé à mettre ses poubelles sans dessus-dessous. Un petit tour chez le vétérinaire pour s'assurer que l'animal n'avait ni puces, ni maladies et les vaccins étaient faits et l'animal définitivement adopté. Depuis lors, les ronronnements sereins et le sale caractère félin avaient envahi la maison et faisait partie intégrante de qui l'immigré irlandais était. Vivre avec Lon', s'était vivre avec le chat, comme il l'avait dit à sa sœur quand elle avait posé ses valises. Adopter Lon', s'était donc adopter le chat.

Evie s'exclama sur l'air qu'il avait en compagnie de l'animal, l'associant à « adorable » et il sourit de plus belle, à mi-chemin entre l'homme ravi du compliment et le gamin. Oui, il adorait Win et il avait typiquement l'air d'un enfant avec son jouet préféré quand il s'amusait avec lui ou qu'il lui parlait comme si le chat pouvait véritablement lui répondre à un moment donné. Et Evie joua le jeu, annonçant à l'animal qu'elle était enchantée de le connaître. Win la regarda méfiante quand elle approcha sa main, mais Lonán s'assura d'exercer la bonne pression sur son cou pour qu'il comprenne qu'il n'avait pas le droit de blesser Evie, sans quoi il y aurait des représailles. Il aurait pu rire en la voyant tendre la main, mais se retint, poursuivant les présentations. Il ne put s'empêcher de rire, cependant, lorsqu'elle proposa divers comportements félins qui pourraient signifier que l'animal l'appréciait ou non. Et puis finalement, elle prit son courage à deux mains et caressa la tête de Win. Celui-ci ne grommela pas, mais se frotta juste un peu à sa main avant d'y échapper et Lon' sourit alors qu'elle venait se placer derrière lui. « Je pense qu'il va falloir qu'il apprenne à faire avec. On a été seul pendant toute son enfance, lui et moi. Depuis qu'il est adulte, il voit ma sœur débarquer et puis toi. Je crois qu'il s'inquiète que je ne l'aime plus autant... » Tout en parlant, Lon' continuait de gratter la tête de l'animal, ce qui ne tarda pas à lui arracher des ronronnements de satisfaction. Win se roula alors en boule sur les genoux de l'irlandais et ferma les yeux. « Il ne pourra que t'aimer. », assura-t-il en toute confiance.

Et puis Evie demanda alors comment ses parents allaient réagir, posant ses lèvres dans la nuque du brun, puis venant lui masser les épaules. Il aurait pu se mettre à ronronner à son tour, alors qu'elle se pressait contre lui, jouant de ses doigts experts sur ses épaules, encerclant sa taille de ses jambes. Dérangé, Win se redressa avant de s'étirer et de s'élancer loin, allant se cacher sous le lit pour reprendre sa sieste. Lon' pu alors librement poser ses mains sur les jambes de son amoureuse, caressant distraitement des cuisses jusqu'aux chevilles. « Ils seront... surpris. Enfin mon père surtout. Ma mère t'aime déjà simplement parce qu'apparemment je fais une tête, je cite, "trop mignonne", chaque fois qu'elle me demande où j'en suis au niveau des amours. Et elle ne sait même pas si on est ensemble et que je ne veux pas lui dire ou si je suis juste amoureux d'une fille que je connais », avoua-t-il avec un sourire. Pour le bébé, il ne savait honnêtement pas. Ses parents avaient toujours été un peu déçu que Mara et lui envisagent d'avoir des enfants sans passer par la case mariage avant tout, mais encore une fois, c'était un sujet que sa mère abordait souvent et elle disait toujours que ne pas encore être grand-mère la rendait très triste. « Je m'inquiète plus de l'avis de ta famille, pour tout dire... »

Oui, il osait enfin parler de ce qu'il avait sur le coeur. Il avait une longue histoire derrière lui, toute une première vie de jeune adulte qui s'était tragiquement terminé et l'optique familiale était depuis un moment déjà que les choses évoluent dans le bon sens, que Ciarán et lui refasse leur vie, trouve quelqu'un et fonde une famille. Mais Evie... Il n'oubliait pas qu'ils avaient sept ans d'écarts et qu'alors qu'il avait presque le statut de vieux célibataire, maintenant que sa trentaine était entamée, elle n'était encore qu'à l'aube de sa vie d'adulte. Qu'elle avait à peine l'âge où on commençait à se demander si elle allait se caser un jour. Bon d'accord, c'était peut-être exagéré ainsi, mais arriver tout d'un coup avec femme et enfant était pour lui... surprenant mais acceptable, compréhensible. Elle, elle commençait seulement à se demander si la maternité pourrait lui convenir et elle devait avouer à ses frères et sœurs, ceux là même qu'elle avait pratiquement élevé, que maintenant, elle allait devoir élever son propre enfant, qu'elle avait avec lui. « Je ne veux pas qu'ils pensent que je me suis servi de toi, ni dans notre relation première, ni dans celle-là... », dit-il, pas vraiment sûr que c'était les mots appropriés pour décrire ce qui l'interrogeait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Mer 20 Aoû - 5:01

« J'espère que je saurai l'apprivoiser. » » murmura-t-elle en enfouissant son visage dans son cou, effleurant de son nez l'épaule de Lonán alors qu'un léger sourire étirait ses lèvres à la vue du chat roulé en boule. Elle n'avait pas voulu le déranger en entourant le corps de son amoureux de ses jambes, mais l'animal avait tout de même décidé de se relever afin de se trouver un coin un peu plus tranquille. Elle sentit une myriade de petits frissons la parcourir lorsque les doigts du brun caressèrent sa peau et elle se mordit légèrement la lèvre en se blottissant davantage contre lui, les yeux à demi fermés. La jeune femme avait peur de ce que pourraient penser les parents de Lon' à son sujet, tout d'abord, mais aussi à propos de l'enfant qu'elle portait. Evie n'avait rencontré que les parents de Kalani, en vérité, et elle ne pouvait pas dire que leurs face à faces s'étaient révélés concluants puisqu'elle avait fini par rompre avec lui sous les menaces de son père. Le père Yale l'avait plutôt terrorisée, à vrai dire, et si Evie avait généralement confiance en elle, elle savait pertinemment qu'elle ne pourrait jamais tenir tête aux parents de son petit-ami. Parce qu'ils auraient toujours raison, au fond, lorsqu'ils tenteraient de le convaincre de ne pas faire ça. Lorsqu'ils lui diraient qu'Evie n'était pas une fille pour lui parce qu'elle ne pourrait jamais rien lui offrir de plus. C'était sans doute ce qui faisait le plus mal, d'ailleurs, de savoir qu'ils auraient raison. La jeune mécanicienne n'était pas du genre à s'apitoyer sur son sort, mais elle restait tout de même réaliste. Parfois, elle se demandait comment un homme comme Lonán pouvait être tombé amoureux d'elle et ce genre de réflexion avait souvent tendance à l'angoisser, si bien qu'elle devait faire un effort surhumain pour ne plus y penser et laisser aller les choses, à leur rythme.

Elle se mordit la lèvre à ses paroles, embrassa distraitement sa nuque alors qu'elle réfléchissait à ce qu'il lui dévoilait. « Tu as parlé de moi à ta mère ... ? » demanda-t-elle avec un petit sourire mi-taquin, mi surpris, curieuse de voir ce qu'il avait bien pu dire à sa mère à son sujet. Evie aurait aimé pouvoir discuter de ces choses-là avec sa propre mère, mais il y avait longtemps déjà qu'elle avait fait une croix sur ce genre de conversations. Elle aurait aimé pouvoir lui dire qu'elle était amoureuse et qu'elle allait avoir un enfant avec un homme merveilleux, mais elle appréhendait tout autant sa réaction, persuadée qu'elle allait simplement hausser les épaules en lui rappelant qu'elle en avait mis du temps, avant de suivre ses traces. Sa mère n'était pas du genre à lui donner des conseils et de toute façon, Evie ne les voulait pas. Elle était franchement décidée à cacher cette grossesse à ses parents le plus longtemps possible, tout comme elle n'était pas vraiment certaine de vouloir leur présenter Lonán. Si la jeune femme n'avait jamais nié appartenir à la famille Baxter et qu'elle assumait chacune des conneries de ses parents, elle était effrayée à l'idée de ce que pourrait en penser l'animateur de radio. Il devait déjà les connaître de noms, forcément, d'autant plus qu'elle lui en avait déjà un peu parlé, mais elle ne voulait pas qu'il soit une nouvelle cible, elle ne voulait pas que ses parents lui quémandent de l'argent à lui aussi lorsqu'ils le croiseraient - si seulement ils se rappelaient de son existence dans la vie de leur fille.

Elle poussa un délicat soupir avant d'appuyer son menton contre son épaule, soudain silencieuse. De toute façon, il finirait bien par les rencontrer officiellement un jour ou l'autre, Evie ne cherchait qu'à éloigner cet instant le plus possible.

Surprise par ses paroles alors qu'il lui affirmait avoir peur de l'avis de sa famille à elle, Evie cessa ses caresses dans son dos, se raidit légèrement contre lui alors que ses sourcils se fronçaient naturellement. Elle ouvrit la bouche, mais resta silencieuse, sans comprendre ce qui se passait dans la tête de son amoureux. Et puis, tel le tranchant d'une lame, il libéra son coeur et affirma ses craintes. Lentement, la jeune femme se redressa légèrement afin de déposer un baiser sur sa tempe, ramena ses jambes vers elle avant de quitter le dos de son amoureux  pour venir se positionner sur lui avec douceur, de manière à lui faire face tout en conservant la chaleur masculine. Tendrement, elle emprisonna ses lèvres quelques secondes, posant doucement ses mains sur ses joues afin de le rassurer. « Ils ne pourront jamais penser ça. » débuta-t-elle en un murmure alors qu'elle n'avait reculé son visage que de quelques centimètres. « Pas en voyant comment tu agis avec moi et comment tu me regardes. » avoua-t-elle tout aussi délicatement. Un sourire étira ses lèvres et elle enfouit son visage dans son cou, le poussant doucement pour qu'il s'allonge, la tête désormais au pied du lit alors qu'elle se blottissait amoureusement contre lui.

« Ne t'en fais pas. Ils ne pourront que t'aimer. » ajouta-t-elle avec un petit sourire mutin alors qu'elle reprenait la phrase qu'il avait utilisée à propos du chat, tout en enfouissant son nez dans le creux de son cou pour le chatouiller. « Mes frères seront un peu plus difficiles à convaincre, surtout Anthony. Mais ils s'y feront. » Les yeux fermés, elle était bien comme ça, dans le creux de ses bras, et elle n'avait plus envie de bouger alors que sa tête reposait désormais contre le haut de son torse. « À l'hôpital, ils m'ont dit de prendre le reste de la semaine pour me reposer. » débuta-t-elle avec un petit soupir alors qu'elle gardait les yeux fermés, déjà exténuée à l'idée d'aller travailler le lendemain matin. « Mais ... Je ne peux pas me permettre de faire ça ... » ajouta-t-elle avec un petit soupir, ouvrant un oeil pour embrasser la mâchoire de son amoureux du bout des lèvres. « Tu me réveilleras demain matin quand ce sera l'heure ... ? » demanda-t-elle alors qu'elle posait un oeil sur sa tenue, tellement inconfortable pour dormir. « Je ... J'ai envie de dormir avec toi. » ajouta-t-elle, comme pour expliquer le fait qu'elle n'avait pas envie de rentrer chez elle ce soir-là, qu'elle voulait simplement l'étreindre et s'endormir tout contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Lun 25 Aoû - 18:54

Ils étaient comme ça. Un peu bancal, un peu maladroit. Ils s'aimaient vraiment et ils allaient fonder une famille plus rapidement qu'ils ne l'avaient pensé et ils apprenaient encore à s'apprivoiser en tant que couple... Rien n'était dès lors plus normal que d'avoir besoin de temps pour que les autres apprivoisent leur couple, non ? Et puis lui ne pouvait pas douter de l'amour que ses proches porteraient bientôt envers la jeune femme. Evie était la perfection même. Elle avait son caractère, sa force de vie, elle savait se débrouiller seule, mais elle avait cette fragilité qui la rendait adorable, qui vous donnait envie de la prendre dans vos bras et ne plus jamais la lâcher. Elle avait les mêmes peur que lui, les mêmes difficultés et c'étaient ensemble, main dans la main qu'ils affrontaient leur appréhension et évoluaient dans leur vision des relations amoureuses. Lon' l'aimait totalement et il ne pouvait pas concevoir que ceux qui l'aimaient ne puissent pas, eux aussi, tomber sous le charme de cette femme qui avait tout pour lui plaire.

Elle s'étonna qu'il eut parler d'elle à sa mère et Lon' sourit, sentant la chair de poule sous ses doigts, alors qu'il continuait ses caresses sur les cuisses nues d'Evie. « Ma mère m'a parlé de toi, en fait ! », rectifia-t-il avec un sourire tendre. « Il paraît que je tiens d'elle ma perspicacité et apparemment, elle n'a pas mis longtemps à comprendre que j'avais une fille en tête. Elle m'a interrogé sur le sujet jusqu'à ce que je crache des informations. J'ai fini par lui avouer qu'il y avait peut-être bien une fille qui ne me laissait pas indifférent, mais que c'était encore trop tôt pour que je lui en parle. » Lonán bascula légèrement sa tête, touchant la tempe d'Evie du bout des lèvres. « Mais c'est peine perdue avec elle. J'étais en train de discuter avec elle quand tu m'as demandé si tu pouvais me rejoindre et elle a tout de suite deviné à qui je répondais et elle m'aurait tué si je t'avais dit de venir un peu plus tard. » Sa petite maman avait eu un certain flair, apparemment. Même si elle n'avait assurément pas la moindre idée d'à quel point la révélation qu'Evie était venue lui faire aurait un impact énorme sur leur vie à tous.

Evie l'embrassa tendrement après qu'il lui eut fait part de ses craintes par rapport à la vision que la famille Baxter pourrait avoir de lui et tenta de le rassurer, tant physiquement que par les mots, lui assurant qu'ils ne pourraient que croire en lui, en voyant comment il la regardait. Il est vrai que l'irlandais ne cachait pas ses regards amoureux, il ne le cherchait même pas. Chaque fois qu'il pouvait observer sa belle dans l'action, il était le plus heureux des hommes. Il pouvait passer des heures à la regarder sans se lasser, alors même qu'elle ne faisait rien. Quand elle évoluait dans la maison, faisant sa petite vie, regardant la télé ou trafiquant dans la cuisine... Il se délectait de ses moments là, si simple et si normaux. Il avait le sentiment de ne jamais pouvoir se lasser de la regarder vivre, tout simplement. Chaque geste, chaque tic corporel, chaque moment... Était-ce vraiment si déraisonnable d'adorer cela ?

Evie assura qu'ils ne pourraient que l'aimer et le jeune homme l'embrassa doucement, avant que les lèvres de la belle ne glissent dans son cou et qu'elle ne le repousse contre le matelas, se blottissant contre lui. Dès l'instant, il glissa ses doigts dans le dos de sa belle, caressant sa peau avec douceur, appréciant pleinement le moment, le câlin, la douceur de leur étreinte chaste. Elle ajouta que ce serait probablement plus dur avec ses frères, mais que ça finirait par aller et il sourit doucement. Il ne pouvait que comprendre les garçons. Il était pareil avec sa sœur, après tout, n'appréciant que peu qu'un garçon l'approche, se montrant méfiant. Tout n'avait pas été simple avec Dwight au début, même si leur idylle avait rapidement coulé de source et qu'il n'avait pas pu se détacher de son meilleur ami. Dwight et Ciarán étaient devenus logiques encore plus vite que Mara et lui, mais son cœur de frère n'avait pas pu s'empêcher de s'inquiéter, quand bien même il connaissait son meilleur ami et la sincérité de ses sentiments pour oser s'afficher au grand jour avec elle. Il n'en attendait donc pas moins des frères de son adorée.

Puis Evie changea de sujet, lui expliquant qu'ils lui avaient donnés une semaine de repos à l'hôpital et qu'elle n'avait pas l'intention de s'y tenir, lui demandant de la réveiller demain matin, avant de préciser qu'elle voulait dormir avec lui. Le jeune homme sourit, à nouveau et l'attrapa par la taille, se redressant pour basculer dans le bon sens du lit. Doucement, il l'allongea, la tête sur l'oreiller et la regarda avec un sourire, avant de capturer ses lèvres en un tendre baiser. « Mais je n'avais pas l'intention de te laisser me quitter ce soir, mon amour », assura-t-il en souriant. « Je n'ai plus l'intention de te laisser partir nulle part... » Nouveau baiser. « Jamais. » Un baiser encore et il glissa sa main le long du corps de sa belle, atteignant son short pour le déboutonner, glissant doucement une main sous le tissu pour le repousser. « Je vais pouvoir prendre complètement soin de toi et je prendrais soin de notre bébé et tu ne pourras plus rien dire pour m'en empêcher, mon cœur. »

Une fois qu'ils eurent complètement retiré le short de la jeune femme, il ôta son T-shirt et le lui tendit, lui laissant le temps de se changer elle-même, l'admirant dans l'acte et dès qu'ils se furent glisser sous la couette, il l'attrapa par la taille et la ramena contre lui, respirant dans ses cheveux. « Tu vas dormir, Evie et demain matin, tu dormiras encore, autant que tu en as besoin », murmura-t-il à son oreille. « Ça n'est pas pour rien qu'un médecin a jugé bon de te donner une semaine de repos. Il faut que tu prennes soins de toi... de vous, mon cœur. » Il savait pourquoi elle ne voulait pas prendre cette semaine de repos et pourquoi elle n'arrivait même pas à l'envisager. Evie était une femme indépendante, qui n'avait pas l'habitude de compter sur quelqu'un. Elle avait élevé, pratiquement seule, sa fratrie et avait dû composer avec une famille qui n'était pas un modèle idéal. Il n'en connaissait pas toute l'histoire, bien sûr, cela appartenait à Evie et aux siens, mais il en savait assez pour comprendre comment elle fonctionnait et pour savoir qu'elle avait peur de ne pas aller travailler et de ne pas pouvoir assurer financièrement ensuite. « Moi, je m'occupe du reste », assura-t-il, espérant de tout son cœur qu'elle allait le faire et le laisser être là pour elle. Compter enfin sur quelqu'un et se laisser le droit de se reposer sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon Ven 29 Aoû - 20:13

Attendrie par le baiser de son amoureux contre sa tempe, la jeune femme ferma les yeux, un petit sourire aux lèvres alors qu'il lui racontait ce qui s'était passé avec sa mère. Elle aurait aimé pouvoir parler de ce genre de choses avec sa mère à elle, mais elle savait aussi que c'était une mauvaise idée et que cette conversation ne mènerait jamais nulle part. Elle allait simplement lui dire qu'elle en avait mis du temps avant de suivre leurs traces et ne demanderait probablement même pas à rencontrer son petit-ami comme toute bonne maman s'évertuait à le faire d'ordinaire. « Elle a l'air chouette, ta maman. » ajouta-t-elle doucement alors qu'elle caressait son dos distraitement, effleurant de ses lèvres la nuque offerte. Elle était tellement heureuse de voir que son amoureux s'entendait bien avec sa mère, un peu inquiète, néanmoins, à l'idée de ce qu'elle allait bien pouvoir penser en apprenant que son fils allait avoir un bébé avec une femme qu'il ne lui avait jamais présentée. Elle appréhendait cet instant où elle rencontrerait la famille de Lonán puisque si la jeune femme s'était toujours débrouillée seule, son expérience passée avec les parents de son ancien petit-ami l'avait rendue méfiante. Elle avait perdu cette confiance en elle qui la caractérisait pourtant depuis toujours, elle qui n'avait jamais accordé aucune importance à ce que les autres pouvaient bien penser d'elle et de sa vie.  

Et puis, elle vint se positionner sur lui afin de tenter de le rassurer lorsqu'il lui fit part de ses craintes concernant sa famille, persuadée qu'il s'en faisait pour rien. Ils n'auraient pas le choix de l'aimer puisque Lonán allait faire partie de sa vie et qu'il serait le père de son enfant. Il l'aimait et elle l'aimait en retour, personne ne pourrait jamais leur reprocher ça. Ses frères auraient certainement un peu de mal à accepter l'idée qu'elle soit en couple - et enceinte - mais ils finiraient par s'y faire. Evie avait compris depuis un moment déjà que ses frères la voyaient encore comme la petite fille qu'ils se devaient de protéger et qu'ils auraient préféré qu'elle n'ait personne dans sa vie, ne serait-ce que pour ne pas risquer de la ramasser un jour à la petite cuillère, mais elle avait vieilli et elle savait qu'ils comprendraient.

Elle frémit lorsqu'il glissa une main dans son dos pour la caresser doucement, se rapprocha de lui afin de caler confortablement son corps contre le sien. Elle osa tout de même lui dire qu'on lui avait donné une semaine de congé afin qu'elle puisse se reposer et reprendre des forces, mais elle n'avait pas envie qu'il lui reproche de ne pas vouloir rester à la maison. Elle se mit à rire lorsqu'il l'attrapa par la taille afin de les faire basculer, vint se blottir à nouveau contre lui en effleurant son cou de ses lèvres, attendrie par la douceur dont il pouvait faire preuve afin de s'assurer qu'elle était bien installée. Elle répondit à son baiser, resserrant davantage son corps contre le sien alors qu'elle avait simplement envie de le savoir là, tout près. Les battements de son coeur s’accélérèrent lorsqu'il lui offrit des mots d'amour et elle frémit alors qu'elle n'ouvrait les yeux que pour observer son visage lorsqu'il lui parlait, entre deux baisers. Elle était tellement bien lorsqu'elle se trouvait dans ses bras, elle avait l'impression d'être à sa place. Elle frissonna lorsqu'il glissa une main le long de son corps pour lui retirer son short, souleva un peu le bassin pour l'aider alors qu'elle emprisonnait ses lèvres pour lui offrir un nouveau baiser. « C'est tentant ... » murmura-t-elle avec un petit sourire, contre ses lèvres, alors qu'il précisait qu'il voulait prendre soin d'elle et du bébé.  

Elle se débarrassa complètement de son short à l'aide de ses jambes, se redressa dans le lit lorsqu'il retira son tee-shirt, admirant avec un sourire et quelques secondes seulement les abdominaux de son amoureux. Elle effleura ses doigts lorsqu'elle attrapa le tee-shirt qu'il lui tendait, se mordit la lèvre alors qu'elle retirait d'elle-même son débardeur pour enfiler le nouveau vêtement. Elle passa ses doigts dans son dos pour dégrafer son soutien-gorge et l'enlever, le laissant tomber au sol avant de se glisser sous les draps et la couette, se calant bien confortablement dans les bras de Lon'. Elle n'avait pas envie de réfléchir à la suite de leur histoire pour le moment, elle avait simplement envie de profiter de l'instant et de sa présence. Ils feraient comme tout le monde avant eux, ils feraient de leur mieux. Elle fit la moue, secoua légèrement la tête en enfouissant son visage dans son cou alors qu'il lui demandait de se reposer tout le temps qu'il faudrait. « Je sais, mais ... » murmura-t-elle alors qu'elle savait pourtant qu'il avait raison. Elle devait prendre soin du bébé désormais, elle n'était plus seule. « Lon' ... » Elle plongea son regard effrayé dans le sien et elle comprit alors qu'il était sincère. Il voulait qu'elle puisse compter sur lui et elle finit par hocher la tête avant d'enfouir à nouveau son visage dans son cou. « Okay. » ajouta-t-elle en un murmure avant de capturer tendrement ses lèvres, les yeux fermés. Ce bébé-là, dans son ventre, c'était le leur.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: If you're broken I will mend you ♥ Lon

Revenir en haut Aller en bas

If you're broken I will mend you ♥ Lon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-