AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I could lift you up, I could show you what you wanna see ∇ Mathys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: I could lift you up, I could show you what you wanna see ∇ Mathys Dim 6 Juil 2014 - 14:36

I got the eye of the tiger, a fighter, dancing through the fire

« I could lift you up, I could show you what you wanna see and take you were you wanna be. You could be my luck, even if the sky is falling down, I know that we'll be safe and sound. » ► CAPITALCITIES.
Contrairement à ses habitudes, Farrow avait fermé la pharmacie plus tôt, prétextant un rendez-vous urgent qu'il ne pouvait repousser. En réalité, il avait dû se rendre à la périphérie de la ville, faire une livraison de psychotropes à l'un de ses meilleurs clients du moment, un pauvre junkie qui claquait toutes ses économies dans l'achat de ses drogues, sans bien se soucier de ce qu'il y aurait à manger dans son assiette. Ces derniers jours, Farrow avait aussi enchaîner des journées de travail interminables et il méritait bien un peu de repos. Il en était même à se demander s'il n'était pas temps d'engager un peu d'aide à l'officine, lui qui avait toujours préféré travailler seul. Le cas de Mathys l'avait préoccupé également et il y repensait assez souvent ; quand il voyait le jeune garçon tous les jours, auparavant, le fils de Siwan semblait soudainement s'être évanoui dans la nature. Il ne le croisait même plus en allant chercher son journal le matin ou en rentrant le soir. Etrange. La coincidence l'était également pour le moins. Depuis qu'il avait surpris les regards langoureux que Mathys lançait à Wade, Farrow n'avait pu s'empêcher de faire remarquer au jeune homme qu'il était terriblement loin d'être discret et que si lui le remarquait, d'autres allaient finir par en faire autant. Le gamin avait avoué à demi-mots, sous le sourire compréhensif de Farrow et depuis, c'était le calme plat. A croire que Mathys l'évitait avec application. S'il avait trouvé l'idée ridicule au début, cela lui semblait désormais de plus en plus probable. Agaçant, en un sens, compréhensible, en l'autre. Après avoir garé sa Dodge Challenger noire derrière son pavillon, situé au 2 Victoria Street, voisin de celui de la famille Penrod (c'était d'ailleurs comme ça qu'il avait connu Siwan en premier lieu), Farrow était resté à faire le guet derrière ses rideaux. Il se faisait l'effet d'être une petite vieille à l'affût du commérage, tout ce qu'il détestait en somme, mais dans son cas, il avait une bonne excuse pour jouer les espions. Enfin, c'était ce qu'il se répétait pour se déculpabiliser. Aussi, lorsqu'il aperçoit Mathys qui sort de chez lui après avoir consciencieusement jeté un oeil aux alentours, comme pour s'assurer que Farrow n'était pas dans les parages, il sort à son tour, se retrouvant quasiment côte à côté, chacun sur son perron. Nonchalamment, O'Gordon s'assoit sur le muret de pierre qui jouxte son porche, s'allumant une cigarette, avant de plonger son regard dans les yeux du jeune Penrod. « Tu m'évites ou je rêve ? » Il soupire, haussant les épaules. Après tout, il n'attend pas vraiment de réponse à cette question. « Tu veux entrer boire un verre ? »


Mathys & Farrow

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I could lift you up, I could show you what you wanna see ∇ Mathys Dim 6 Juil 2014 - 15:41

farrow ∞ mathys
« Tu me rejoins à dix-huit heures alors ? » « Oui oui c’est bon. Ca marche. A plus tard. » dis-je mollement avant de raccrocher mon téléphone. Ce garçon était mon rencard du moment, celui qui était censé me faire oublier Evie et Wade mais autant dire qu’il n’y arrivait pas vraiment. C’était une roue de secours, un beau garçon, mais pas vraiment intelligent. Et j’avais beau me rendre à nos rendez-vous en marche arrière tant je n’en avais pas envie, je me disais qu’au fil du temps je finirais peut-être par réellement l’apprécier et par qui sait, développer des sentiments amoureux… même si je ne me voyais pas du tout avec ce type. Il m’avait invité pour ce soir et c’était vraiment généreux de sa part : je ne savais pas dire non de toute façon. J’avais, qui plus est, le besoin de quitter la maison pour quelques heures. L'ambiance entre maman et moi n’était pas au beau fixe depuis qu’elle m’avait annoncé qu’elle comptait quitter papa, et Farrow, notre voisin et son meilleur ami, passait un peu trop de temps ici par ici. Je l’adorais, je l’avais toujours adoré. Mais il savait que j’éprouvais des sentiments pour l’amant de ma mère, et la honte qui me rongeait m’empêchait de le regarder en face. Ainsi, au lieu de le voir tous les jours comme d’habitude, je faisais une tonne de détours pour ne jamais le croiser. C’était sans doute ridicule, et ça me demandait beaucoup de stratégie et d’énergie, mais je ne voulais plus lui parler. Peur qu’il me juge, ou même qu’il veuille en parler à ma mère.

Dix-sept heures trente, j’étais prêt à partir. J’avais tenté malgré toute ma lassitude de me faire beau pour lui, comme pour un vrai rencard, comme si j’y croyais vraiment. Je traînai le pas pour sortir de la maison, vraiment pas motivé, et jetai comme d’habitude un bref coup d’œil aux alentours pour m’assurer que le voisin n’était pas ici. Mais manque de pot… il s’approcha de moi ; l’air visiblement blasé. J’évitai très rapidement son regard, trouvant le sol soudainement plus intéressant que lui, et mis les mains dans les poches de mon jean : mal à l’aise. Sa question était inévitable, et c’étaient les premiers mots qu’il avait réussi à m’adresser depuis maintenant un bon nombre de jours. Il n’attendit pas ma réponse pour me proposer d’aller boire un verre. Je me mordis la lèvre. Deux choix s’offraient à moi : aller à un rencard qui ne m’ennuyait plus qu’autre chose et passer une soirée médiocre, ou accepter une conversation gênante avec le beau voisin ? Difficile à dire. « Bah en fait on m’attend et euh… je peux pas annuler enfin… » commençai-je en cherchant mes mots. Mais finalement… mon choix se porta sur Farrow. « Non laisse tomber… okay, pour le verre. » Il arrêterait de penser que je l’évite, si je passe un moment avec lui tous les dix jours, non ? « Mais rapidement hein… »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I could lift you up, I could show you what you wanna see ∇ Mathys Ven 11 Juil 2014 - 21:42

I got the eye of the tiger, a fighter, dancing through the fire

« I could lift you up, I could show you what you wanna see and take you were you wanna be. You could be my luck, even if the sky is falling down, I know that we'll be safe and sound. » ► CAPITALCITIES.
Il voit bien que le fait de l'avoir intercepté alors qu'il s'apprêtait à s'éclipser discrètement le contrarie quelque peu et, même s'il comprend sa gêne, Farrow s'en sent un peu offensé. Avait-il la tête du vieux beau moralisateur, prompt à le juger et à lui dire ce qui est bien ou mal ? Non, pas vraiment. En plus, il était bien mal placé pour jouer les garde-fous, lui qui vivait encore parfois comme s'il était un gamin. Mathys, il l'avait connu tout gosse, ce môme c'était presque comme le sien et il n'allait pas lui jeter la pierre pour un petit coup de coeur d'adolescent. Après tout, ces folies passagères étaient bien de son âge, même si s'enticher du dernier petit ami en date de sa mère était loin d'être la meilleure idée qu'il ait jamais eu. Il le voit hésiter, cherchant sans doute un prétexte comme un autre pour se défiler et Farrow esquisse déjà une moue contrariée ; Mathys n'aurait jamais hésiter face à une telle proposition, avant. « Bah en fait on m’attend et euh… je peux pas annuler enfin… » Le pharmacien plisse les paupières, durcissant son regard sans le vouloir. Quoi ? Il est vraiment en train de l'éconduire, là ? Farrow hausse les épaules, pas franchement envieux d'insister et de quémander un peu d'attention comme un moins que rien et déjà, il se détourne, prêt à rentrer chez lui. « Non laisse tomber… okay, pour le verre. » Farrow s'arrête net et se retourne, le dévisageant longuement, contrit par son comportement. « Mais rapidement hein… » Il marmonne un truc, enfonce ses mains dans ses poches, et grommelle, bougon. « Ouais ben... Te force pas non plus, hein... » Il est visiblement vexé et il estime avoir tous les droits de l'être alors, sans l'attendre, il le laisse planter là, rentrant à l'intérieur, sans pour autant refermer la porte. Que Mathys le suive ou s'en aille, après tout, c'est bien lui que ça regarde... Il lui suffit d'un bref regard en arrière pour voir que le jeune Penrod lui a emboîté le pas et Farrow en profite pour se percher sur le rebord de l'évier, comme il le fait souvent. « Sers toi ce que tu veux, t'as l'habitude. » Après tout, passé un temps, Mathys passait parfois plus de temps chez lui que chez ses propres parents alors il connaissait l'emplacement de chaque verre et de chaque bouteille, aussi bien que s'il avait été chez lui. Finalement, après lui avoir laissé quelques secondes de répit, il murmure, ennuyé. « Mathys, c'est quoi le problème ? Qu'est-ce que je t'ai fait ? » Il a l'air sincèrement contrarié.


Mathys & Farrow

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I could lift you up, I could show you what you wanna see ∇ Mathys Sam 12 Juil 2014 - 17:18

farrow ∞ mathys
Je pus facilement regarder la déception ainsi que la colère dans les yeux de Farrow. Cette situation m’énervait moi-même et je ne la supportais pas plus que lui, mais je ne lui montrais pas. Cet homme était comme un second père pour moi, il avait toujours été là. Et l’éviter… l’éviter était très difficile, car au même titre que l’habitation d’Evie, la sienne me servait de refuge quand ça n’allait pas. Il me réconfortait. Il avait toujours été là, et je m’en voulais aujourd’hui d’être ingrat au point de l’éviter. Mais c’était plus fort que moi. Je ne voulais pas trouver une trace de jugement dans ses yeux et j’avais aussi très peur qu’il le répète à ma mère. Elle était sa meilleure amie après tout… Peut-être que je me faisais des idées, car d’aussi loin que je me souvienne : Farrow ne s’était jamais permis de me juger, et ses conseils avaient toujours été judicieux. Il était parfait, avec moi. Je ne me souvenais même pas qu’il put être un jour en colère. Aujourd’hui, c’était différent… je le voyais, je le ressentais, et ça me faisait mal autant qu’à lui. Faisant un effort surhumain pour ne pas fuir encore, j’avais fini par accepter sa proposition. Mais ma façon de le faire le vexa et il rentra chez lui sans même m’attendre, laissant toutefois sa porte ouverte. « J’me force pas.. » murmurai-je, sans vraiment vouloir qu’il l’entende. Je finis par le suivre à l’intérieur en fermant la porte derrière moi. L’atmosphère ambiante me mit facilement mal à l’aise, plus que je ne l’étais déjà. J’aurais peut-être dû m’en aller… « Okay. » dis-je simplement. « Tu veux quelque chose, toi ? » je lui demandai tout de même. Je fis en sorte de ne pas trop le regarder dans les yeux, ayant du mal à supporter cet air maussade, voire triste peut-être que je lui causais. Je sortis deux verres et les posai sur la table. Sa question me fit soupirer. Ce qu’il avait fait.. rien. Il n’avait rien fait lui. C’était moi le problème. Je me retournai finalement en sa direction, m’appuyant contre la table. « Farrow… c’est pas toi. Je suis débile, je sais. Mais le fait que tu saches, je… ça me bloque. Complètement. Parce que j’ai honte et tu peux pas savoir à quel point ! J’arrive pas à me le sortir de la tête… j’ai essayé, mais j’y arrive pas. Tu es important pour moi et j’ai eu l’impression de te décevoir, c’est tout. Alors ça m’énerve… » Je croisai les bras, poussant un soupir. Finalement je me réfugiai dans le frigo pour voir ce qu’on pouvait y trouver. Rien ne m’intéressait vraiment… « Désolé… » soufflai-je doucement.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I could lift you up, I could show you what you wanna see ∇ Mathys Dim 13 Juil 2014 - 11:06

I got the eye of the tiger, a fighter, dancing through the fire

« I could lift you up, I could show you what you wanna see and take you were you wanna be. You could be my luck, even if the sky is falling down, I know that we'll be safe and sound. » ► CAPITALCITIES.
« Tu veux quelque chose, toi ? » Farrow remue la tête de gauche à droite, négativement. A vrai dire, il a beau avoir la gorge terriblement sèche, il n'a pas vraiment soif. Enfin à moins de vider toute une bouteille de whisky, histoire de se mettre la tête à l'envers, sinon, c'est sûr, rien d'autre ne le tente vraiment. Il regarde Mathys farfouiller dans le buffet en évitant son regard et ses doigts se serrent sur le rebord de l'évier, par dépit et par colère. Qu'est-ce qui ne tournait pas rond chez ce gosse, bordel ? Il soupire à peine, se reprenant et tentant tant bien que mal de se mettre à sa place ; il imagine sa gêne, sa honte et sa crainte que son secret ne soit répété alors il se calme un peu. Lui gueuler dessus n'était sans doute pas une bonne solution. « Farrow… c’est pas toi. Je suis débile, je sais. Mais le fait que tu saches, je… ça me bloque. Complètement. Parce que j’ai honte et tu peux pas savoir à quel point ! J’arrive pas à me le sortir de la tête… j’ai essayé, mais j’y arrive pas. Tu es important pour moi et j’ai eu l’impression de te décevoir, c’est tout. Alors ça m’énerve… » Le pharmacien soupire en se mordillant la lèvre comme il le regarde partir en retraite à nouveau, cette fois dans le frigo, et murmurer un désolé qui achève les dernières traces de colère qui trainaient dans la voix d'O'Gordon. Il se décolle de l'évier, venant poser sa main sur l'épaule de Mathys, le sortant du réfrigérateur pour le faire se tourner vers lui. « Eh, Mathys, regarde-moi. » Le gamin ne s'exécute pas assez vite ou refuse peut-être d'obtempérer, quoiqu'il en soit, Farrow se sent obligé de réitérer sa demande. « Regarde moi, Mathys ! » Il attend que le gosse se décide enfin à le dévisager pour lui expliquer, farouchement convaincant. « Rien de ce que tu pourras dire ou faire ne me décevra. Jamais, tu comprends ? T'es un bon gamin, Mattie, alors tu devrais pas t'en faire pour ça... » Il soupire, relâchant son épaule. « Tu auras du mal à l'oublier, c'est certain, et à ton âge, c'est aussi normal. Mais il y a d'autres... » Il hésite sur le mot à employer et décide finalement de ne pas prendre de risques. « ...garçons ou filles, peu importe ce que tu préfères. Tellement d'autres. » Avec un sourire très paternaliste, il lui envoie une bourrade dans l'épaule, se détournant pour leur servir chacun un whisky. Une boisson de mecs, disait souvent son père. « Pour ce qui est de ta mère, t'inquiète pas, elle ne l'apprendra pas. En tous cas, pas par moi, juré. » Il trempe ses lèvres dans le liquide ambré, réchauffant sa gorge et brûlant sa langue, puis il repose le verre, un air malicieux gravé sur la figure. « Et puis, franchement, je peux te comprendre, c'est vrai que Wade est plutôt canon. » Il éclate d'un rire amusé avant de vider son verre cul-sec, ses yeux s'attardant sur sa montre. « Ton rendez-vous ne va pas t'attendre ? »


Mathys & Farrow

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I could lift you up, I could show you what you wanna see ∇ Mathys Dim 13 Juil 2014 - 13:40

farrow ∞ mathys
Son regard me gênait tant que le frigo de Farrow serait presque devenu une cachette, voire un repère. Je ne voulais pas en sortir pourtant il allait bien falloir que je le fasse un jour ou l’autre, ce serait bizarre sinon. « Eh, Mathys, regarde-moi. » Je frissonnai en entendant la voix de mon ami si proche de moi, mais ne l’écoutai pas. Peut-être que si je ne disais rien… il finirait par abandonner et par retourner sur son perchoir ? Seulement Farrow n’était pas du genre à laisser tomber, et il réitéra sa demande. Je ne pus faire autrement que de m’y plier, me retournant alors face à lui. Dur de ne pas baisser le regard, pourtant j’y parvins un petit moment. « C’est vrai ? Je… je te décevrais jamais ? » J’étais soulagé de l’entendre me dire ça car j’avais vraiment eu peur pour le coup. Tomber amoureux de l’amant de sa mère n’avait rien de très glorieux, d’autant que je n’arrêtais pas de dire que Wade était un connard et que je ne voulais plus qu’il l’approche. Vu comme ça, c’aurait pu paraître pour de la jalousie envers ma mère plutôt qu’envers Wade… Je souris finalement, touché par ce qu’il me disait. Pourquoi déjà, m’étais-je imaginé que Farrow réagirait mal ? Je m’étais trompé sur son compte, j’avais mal jugé. « Il y en a d’autres oui… » Je baissai la tête. « Mais j’en veux pas d’autres. C’est Wade… » Ou Evie, mais n’allons pas l’embrouiller ! Qu’il sache pour Wade était déjà bien suffisant. Je refermai le frigo lorsqu’il nous servit deux verres et grimaçai légèrement. Ca n’était clairement pas ma boisson préférée mais je n’allais pas faire la fine bouche non plus. Sa phrase me laissa perplexe, je haussai un sourcil. « Tu… canon… oui je l’admets mais… enfin tu aimes les garçons toi ? » Il était vrai que je ne m’étais jamais posé la question de savoir s’il aimait les filles ou les hommes, et qu’en y repensant : je ne l’avais jamais vu au bras de personne. Je croisai les bras, le scrutant un bon moment. « Je savais pas… on en apprend tous les jours… » je ris nerveusement, attrapant finalement mon verre pour en boire une gorgée. Une grimace déforma mon visage, j’avais oublié à quel point c’était amer ce truc… « Puis qu’il y ait d’autres garçons ou non » parce que ma préférence allait malgré tout vers eux « ils veulent pas de moi en général. Ils me trouvent… trop gamin. Et quand ils savent que je vis toujours chez ma mère c’est encore pire. » Je soupirai puis secouai la tête. « Eh bien il attendra. A vrai dire je n’avais pas envie d’y aller… il me plait pas. » Je n’arrivais pas à me sortir Wade de la tête, de toute façon. Comme s’il était le seul à trouver grâce à mes yeux.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I could lift you up, I could show you what you wanna see ∇ Mathys Lun 14 Juil 2014 - 15:11

I got the eye of the tiger, a fighter, dancing through the fire

« I could lift you up, I could show you what you wanna see and take you were you wanna be. You could be my luck, even if the sky is falling down, I know that we'll be safe and sound. » ► CAPITALCITIES.
« Et puis, franchement, je peux te comprendre, c'est vrai que Wade est plutôt canon. » Il se rend compte en voyant l'air interloqué de Mathys qu'il n'était pas forcément au courant de cet aspect là de sa personnalité et, l'espace d'un instant, il se mord la lèvre, craignant d'en avoir trop dit en voulant simplement détendre l'atmosphère. Si Mathys semble mettre quelques minutes à digérer l'information, elle ne lui apparait pas aussi choquante que Farrow l'aurait finalement cru. Ouf, c'était au moins ça de crise évitée. Il ne trouve pas nécessaire de s'attarder sur le sujet, se contentant de fixer son verre avec un intérêt fortement exagéré, comme s'il espérait que ça allait lui épargner les questions d'usages que les gens avaient l'habitude de poser quand ils apprenaient ses préférences. D'ordinaire, il se faisait discret sur ses fréquentations, bien qu'il assumât complètement ses envies, mais avec le gosse, c'était sorti tout seul, comme s'il avait voulu lui prouver que, oui, malgré ses vingt ans de plus et son air collet serré, il pouvait comprendre ce qu'il traversait. [color=#5b688f]« Puis qu’il y ait d’autres garçons ou non, ils veulent pas de moi en général. Ils me trouvent… trop gamin. Et quand ils savent que je vis toujours chez ma mère c’est encore pire. » A ces paroles, Farrow lève la tête de son verre, un brin interloqué ? Vraiment ? On pouvait rejeter un aussi joli visage d'ange juste en raison de sa jeunesse ? Voilà qui était étrange... Il n'était plus certain de réussir à comprendre les moeurs et les goûts de ses concitoyens. Avec un soupir consterné, il se ressert un autre verre, presque heureux de l'entendre dire que son rendez-vous attendra, comme s'il préférait finalement sa compagnie à celle d'un autre de son âge. Flatteur, surtout après que le gamin ait passé ces dernières semaines à l'éviter comme la peste. Il vide à nouveau son verre par moitié, le reposant avec un petit claquement sec sur la table avant de lâcher dans un sourire ravageur. « Ceux qui te rejettent pour des raisons aussi ridicules ne savent pas ce qu'ils loupent. T'es un gosse formidable, Mathys, et ceux qui ne s'en rendent pas compte sont forcément des abrutis. » Un petit rire cristallin comme il desserre légèrement le noeud de sa cravate. « Personnellement, si j'avais vingt ans de moins, je t'aurai sûrement dragué, mignon comme t'es ! » Il hausse un sourcil amusé. « Va pas répéter ça à ta mère, hein ! Je tiens à finir l'année avec tous mes doigts ! » Et de vider à nouveau son verre avant de se débarrasser définitivement de sa cravate pour l'accrocher sur une chaise. Il réalise enfin qu'il a du choquer le gamin, que Mathys va le voir sous un autre angle et il se reprend. « Oublie ce que j'ai dit, je raconte que des conneries après un verre ou deux de whisky. »

Mathys & Farrow

CODE BY AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I could lift you up, I could show you what you wanna see ∇ Mathys Lun 14 Juil 2014 - 18:44

farrow ∞ mathys
Qu’il soit gay ne me dérangeait pas, en fait ça ne changeait pas grand-chose pour moi. Je ne l’avais jamais imaginé avec quelqu’un, femme ou homme, il travaillait trop pour ça. Ou peut-être qu’il n’avait pas envie de se mettre en couple simplement. Il ne répondit pas à ma réflexion, me laissant moi-même répondre à mes questions sur son éventuelle homosexualité. Mais non… il n’y avait aucun doute pour moi. A moins qu’il ne plaisante au propos de Wade…rah, je n’en savais rien. Voilà que je n’allais pas arrêter de me poser la question, c’était malin. Farrow se resservit un verre et je me demandai comment il faisait pour boire autant de ce truc que je trouvais absolument dégueulasse. Mais tant pis, pour me donner contenance je vidai le mien en me retenant de lui faire encore une grimace. Quand je relevai la tête vers lui et que je vis son sourire, mes joues rougirent instantanément et je fus tellement… troublé par ce dernier que j’en lâchai mon verre qui s’écrasa au sol. Merde. Merde je ne faisais que des conneries… de plus, les paroles qui accompagnaient son sourire étaient pires. S’il avait vingt ans de moins, il me draguerait ? Alors j’avais ma réponse, il était gay ? « Pa…pardon. J’ai pas fait exprès… » marmonnai-je très bas. Je me baissai pour ramasser les morceaux de verre, oubliant presque que je devais lui répondre maintenant. Que m’avait-il pris au juste ? Son sourire… je ne l’avais jamais vu comme ça, Farrow. Et c’était bizarre. Trouble qui retombait presque immédiatement lorsqu’il accusa le whisky de parler à sa place. J’aurais dû m’en douter. Je relevai la tête vers lui un moment, arrêtant de chercher les morceaux de verre par terre. « T’en fais pas, je me disais bien que je ne pouvais pas te plaire à toi non plus. » Je haussai les épaules avant de tenter de me reconcentrer sur le sol pour ne pas me couper, doué comme j’étais. Une question subsistait : étais-je déçu de savoir que je ne plaisais pas non plus à Farrow ? C’était une possibilité… même si je n’avais jamais rien ressenti pour lui, savoir qu’il me trouvait mignon aurait tout de même pu me remonter le moral. « Pour le verre je… je t’en repayerai un, c’est promis. Je suis maladroit… » Et ça depuis le temps, il avait dû le remarquer ! Clairement, je n’avais pas de chance ce soir. J’aurais peut-être dû aller à ce rendez-vous finalement. « Je ne dirais pas à ma mère que tu m’as offert un verre de whisky, surtout… je suis pas sûr qu’elle apprécie que j’en bois. » Et pour cause, elle ne m’avait jamais vu bourré. Certes je n’avais pas besoin de son autorisation, mais je préférais qu’elle ne sache pas exactement quand j’abusais de l’alcool ou non. Pour la préserver, dirons-nous. Je me mordis la lèvre en me rendant compte que je m’étais finalement coupé la main, mais fis comme si de rien n’était et me relevai pour mettre les bouts à la poubelle. « Voilà, y’a plus rien normalement. Mais faudra faire attention quand même si tu marches pieds nus… on sait jamais. » En me retournant, je me retrouvai juste à quelques centimètres de lui. Ni une, ni deux, mes joues redevinrent jour. C’est que je ne l’avais pas imaginé si proche, le Farrow… « Je vais pas t’ennuyer plus longtemps, je risquerais de te casser encore deux trois verres, voire une assiette… » et te casser les bonbons aussi dirons-nous poliment, aurais-je pu ajouter !
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I could lift you up, I could show you what you wanna see ∇ Mathys

Revenir en haut Aller en bas

I could lift you up, I could show you what you wanna see ∇ Mathys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-