AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Dim 29 Juin - 22:22

And it's gonna be
Our last memory
And it's led me on
And on to you


Elle savait. Alys savait ce que j'avais fait. J'étais au courant que ce n'était qu'une question de temps et pourtant je ne m'étais pas attendu à avoir de ses nouvelles aussi rapidement. J'avais agi parce que j'avais le sentiment que c'était la meilleure chose à faire. J'avais agi parce que je n'étais clairement plus capable de savoir qu'elle était malheureuse en partie à cause de son patron et que personne ne bougeait le petit doigt. J'avais agi parce que j'avais eu envie d'agir, parce que malgré ce que j'avais dit sur le fait qu'il ne faille plus que je la vois, je me sentais incapable de la rayer de ma vie. C'était impossible, impensable.
J'avais conscience que le fait que j'aille frapper son patron devait être perturbant. Je me contredisais sans cesse et cela n'arrangeait en rien la situation. J'étais perdu comme Alys devait l'être et je m'en voulais presque de lui faire subir mes états d'âmes.
Avec mes quelques bleus à l'abdomen et ma lèvre inférieure ouverte que je me trimballaient depuis quelques jours, je préférais éviter de sortir de peur d'être la cible de nouveaux racontars. C'était pour cette raison que j'avais invité la jeune femme à venir pour parler puisque c'était ce qu'elle voulait. Son frère ayant disparu de la circulation pour deux jours entiers, je n'avais pas à craindre un retour inopportun. Pourtant, les choses ne pouvaient pas se passer comme je l'espérais. Tant pis, j'allais bien m'en remettre. Enfilant un jean et une chemise noire à peu près repassée, je décidai qu'il était temps de rendre visite à la jeune femme.
Je pris la route environ quinze minutes après son dernier texto, redoutant quelque peu la rencontre. Après quelques minutes de conduite à vitesse modérée, j'arrivai enfin devant chez elle.
Une fois sur le pallier, je frappai deux coups sur la porte d'entrée. Elle m'ouvrit et alors je sentis un léger rictus étendre un sourire que je ne pus réprimer. Comme à son habitude, Alys était resplendissante. En la voyant, je comprenais doublement pourquoi j'avais voulu que notre dernier contact se fasse par téléphone. Certes, je n'avais pas pensé qu'elle voudrait me revoir après les choses que je lui avais dites, mais après réflexion, je lui devais des explications sur mes actes même si je n'étais pas sûr de comment me justifier.
Je m'appuyai dans l'embrasure de la porte en attendant qu'elle m'invite à l'intérieur.
« Tu voulais qu'on parle ? Me voilà. »

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Lun 30 Juin - 19:51

andrew ∞ alys
Voir Andrew n’était pas vraiment l’idée du siècle. Bravo Alys, encore un truc ingénieux de ta part. Je soupirai. Andrew allait débarquer d’une minute à l’autre et moi, concrètement, je ne savais pas quoi lui dire. J’aurais bien voulu le frapper mais je l’avais déjà fait et ça m’avait réellement coûté, hors de question que je ne recommence. J’avais entendu il n’y avait qu’à peine quelques heures qu’il avait eu une altercation avec mon patron, et une altercation plutôt musclée à ce qu’on m’en avait dit. De ce fait, j’avais assez peur de voir le visage qu’arborerait mon ancien amant. Ancien amant… pourquoi l’appelais-je ainsi, moi ? Andrew et moi n’avions plus rien à voir et c’était lui-même qui l’avait décrété. Peut-être qu’en lui demandant de le voir, je remettais en cause sa décision. Et pourtant, je ne l’aurais pas fait si je n’avais pas su qu’il était allé trouver Brynn. Je ne voulais pas lui dire qu’il me manquait, alors que bon sang, il me manquait ! Mais ma fierté m’empêchait de le lui signaler, ce pour quoi il fallait que je me la joue détachée quand il serait là. Que je n’ai pas l’air de trop le regarder, tout en sachant pourtant que c’était sûrement notre dernière entrevue. L’ultime rencontre entre Andrew et moi. Non, je n’avais pas l’intention de lui faire changer d’avis ni même de lui faire regretter son choix. Il était grand et savait ce qu’il faisait après tout, d’autant qu’il m’avait vraiment blessée en osant me le dire par téléphone.

J’attendais. Le temps me semblait une éternité avant qu’il ne vienne frapper à la porte. Je me mordis la lèvre lorsque je l’entendis et me dirigeai vers cette dernière afin de lui ouvrir. Si je fis attention de ne pas le montrer ; je n’en étais pas moins troublée. Et… plein d’autres trucs aussi, mais je ne saurais pas vraiment les nommer. Je m’écartai doucement, muette quelques secondes. Il eut beau briser le silence, la glace imaginaire qui nous séparait n’en était pas moins atténuée. Au contraire. Le faire rentrer ou non ? Soit… ce n’était pas comme s’il était un inconnu après tout. « Vas-y rentre. Installe-toi. » Et fais comme chez toi, comme la dernière fois mais je ne dis rien de tout cela. Cette rencontre me fit énormément mal au cœur, et ce n’était que le commencement. Je refermai la porte derrière lui avant de me retourner dans sa direction et de croiser les bras. Il avait effectivement quelques dégâts suite à sa rencontre musclée avec Brynn, mais ça avait l’air d’aller. « Je suppose donc que tu sais pourquoi tu es là… Alors j’aimerais des explications. Quand tu dis que tu ne veux plus me voir, okay, mais dans ce cas-là évite de casser la gueule à mon patron Andrew. » J’espérai bien qu’il me dise pourquoi il l’avait fait d’ailleurs car je ne comprenais pas. Ressentait-il toujours des choses, même minimes pour moi ?
Code by Silver Lungs


Dernière édition par Alys S. Eyon le Dim 6 Juil - 17:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Mar 1 Juil - 13:06

And it's gonna be
Our last memory
And it's led me on
And on to you


Alys m'invita à entrer et c'est d'un pas hésitant que je me frayai un chemin jusqu'au salon. J'avais l'impression d'avoir vécu plus d'émotions chez la jeune femme que dans ma propre maison, ce qui était plus ou moins le cas finalement. Je ne pouvais m'empêcher de repenser à ma dernière venue ici qui avait mêlé rires, cris, larmes et sexe. Combinaison violente sur le moment, mais qui n'avait fait que rendre nos instants ensemble plus intenses.
Je restai debout dans le salon, préférant ne pas me mettre à mon aise parce que de toute façon, je ne savais pas combien de temps j'allais rester ici et également parce que la tension entre Alys et moi était vraiment palpable. Il ne valait mieux pas que je m'attarde, même si pour le moment, il était temps de laisser place à la discussion. Je la laissai commencer et comme prévu, elle attaqua sur le sujet auquel je m'attendais : l'altercation avec son patron. Sur le moment je n'avais pas pensé que cela pourrait nuire au travail de la jeune femme, mais après réfléxion il y avait fort à parier que ma venue n'aie rien arrangé dans cette relation non réciproque et abusive qu'elle entretenait avec Brynn. En l'écoutant évoquer sa confusion, je croisai les bras, - oubliant momentanément les coups que j'avais sur l'abdomen et qui me faisait encore terriblement souffrir - ce qui me fis grimacer de douleur une demie seconde. Cela dit, j'avais vécu pire, j'allais m'en remettre.
« En effet, je crois savoir pourquoi je suis là. C'est cette tapette qui a craché le morceau hein ? C'est lui qui t'en a parlé ? Alys, si ce sont des excuses de ma part que tu attends, ça n'arrivera pas. Je ne vais pas m'excuser pour avoir fait ce que je pense être la meilleure chose à faire. Tu te plaignais toujours de lui et… et j'ai entendu des trucs, j'étais furieux, je… je ne pouvais pas le laisser continuer comme ça. »
Je restai volontairement évasif quant à l'explication du "je ne veux plus te voir" même si elle méritait très certainement d'en savoir un peu plus à ce propos. Je n'avais pas envie de lui mentir, pas maintenant, mais s'il le fallait pour couvrir mon plan, je serais alors forcé de le faire. Cette situation ne me plaisait pas. J'étais inlassablement attiré vers Alys. C'est pour cela que je restai à l'autre bout de la pièce et que j'évitai autant que possible de la regarder dans les yeux. Ce n'était pas parce que je m'étais fait mentalement à l'idée que les prochains mois avec Penny était synonyme d'abstinence que mon corps, lui, s'y était fait.
Un peu inquiet par rapport aux conséquences que mes gestes auraient pu avoir, je soulevai finalement le regard de la brunette pour reprendre.
« Il n'a pas recommencé au moins ? Dis moi, il ne t'as pas viré non plus ? »
Oui c'était sans aucun doute un peu tard pour penser à ce genre de choses, mais comme on dit : vaut mieux tard que jamais. Nuire Alys n'avait jamais été dans mon programme, au contraire, même si c'était ce que mon dernier appel aurait pu laisser entendre.

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Dim 6 Juil - 18:14

andrew ∞ alys
« Ce ne sont pas des excuses que j’attends Andrew. Mais des explications. » lui répondis-je simplement. Je n’y comprenais rien. J’avais certes cru comprendre que le jeune homme m’appréciait suffisamment pour me considérer autrefois comme une amie, mais le savoir en train de se battre pour moi alors que je n’avais plus le droit de le voir… C’était de trop. S’il souhaitait couper les ponts : qu’il le fasse ! Totalement. Je me serais bien passée de le voir encore une fois pour parler de Brynn, même si – et ma fierté ne voulait pas se l’avouer – je pouvais être heureuse d’avoir une dernière chance de lui dire adieu. Adieu. Oui. Ce serait sans doute la dernière fois que je le verrais pour le coup, et cette dernière entrevue ne serait pas de tout repos. Comme toutes les autres, en somme… Fidèle à lui-même, il fut le plus distant possible comme si me regarder était un geste banni, répréhensible d’une immense peine. Et de mon côté j’en faisais de même si bien que ni lui ni moi ne nous regardions, tels deux inconnus qui avaient peur de se rencontrer. Je ne savais pas bien si le mot peur était le bon, mais moi j’avais la trouille : de le perdre, de le voir s’en aller, de devoir m’en séparer. Aussi, chaque mot était un pas de plus vers son absence définitive, ce pour quoi ils avaient tant de mal à sortir. « Brynn ne m’en a pas parlé directement. Mais les choses restent rarement secrètes ici, surtout quand t’as la gueule défoncée ou ce genre de truc. Tu vois ? » Non, il fallait avouer qu’Andrew n’avait pas été le plus discret en allant chercher des noises à mon patron. Aucun ne s’en était sorti indemne et ici, ce genre de blessures était une vraie mine d’or. « Qu’as-tu entendu de lui ? » demandai-je finalement, curieuse. Certes, Brynn n’était pas le plus respectueux possible… et il m’avait déjà embrassée une fois, mais il s’était plutôt calmé depuis un certain temps, du moins jusqu’à la prochaine fois. La question était : y en aurait-il une après le passage d’Andrew ? Je n’avais pas osé approcher Brynn pour m’en assurer, ayant trop peur qu’il pense que ce dernier était venu le voir de ma part.

« Non, il ne m’a pas virée. Pas encore. » Je soulignai bien le dernier mot pour lui faire comprendre que ce n’était sans doute qu’une question de temps. Si en plus, je pouvais faire naître chez le jeune homme un brin de culpabilité, pourquoi pas ! Je soupirai puis me posai sur le canapé, l’observant finalement. Il n’avait pas répondu à ma question et ça commençait clairement à m’énerver. « Cessons ce dialogue de sourd, tu veux ? On ne se voit plus, D’ACCORD. Je ne m’y suis pas opposée, que j’sache. ALORS POURQUOI tu t’obstines à faire partie de ma vie ? Bordel, comment tu veux que je t’oublie, moi, si tu t’amuses à jouer au héros ?! C’est impossible ! » Et là était tout le problème. L’oublier… clairement, je n’y arriverais jamais et ça je le lui avais dit. Mais il rendait cette tâche herculéenne encore plus compliquée. « Ma vie ici est minable et tu y contribues largement. Tu me détestes autant qu’ça ? »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Mer 9 Juil - 0:08

And it's gonna be
Our last memory
And it's led me on
And on to you


Je baissai les yeux, incapable de faire face à l'incompréhension et à la confusion de la jeune femme. Pourquoi avait-il fallu que je me rende compte que j'étais encore capable de ressentir des sentiments pour quiconque. Moi qui avais passé les dernières années à croire que Jean avait tout détruit. Je m'étais trompé. Quelques vestiges étaient restés. Ce petit quelque chose qui faisait que je me sentais protecteur envers Alys. Parce que c'était ma faute si son frère avait refusé son rôle pendant un temps, il avait fallu que je fasse en sorte qu'elle aille bien et qu'elle ne soit pas seule. Ce sentiment profond et enfoui. Tellement enfoui que j'avais eu beaucoup de mal à le découvrir.
« J'ai entendu dire qu'il était loin d'être de patron de l'année, qu'il aurait… tenté des trucs. »
Je serrai le poing en repensant au simple fait qu'il n'ait pas traité Alys avec le respect qu'elle méritait.
« S'il te vire, je t'assure que… »
Je me stoppai net dans mon élan. Je sentis la colère monter un peu plus en moi à l'idée qu'il puisse encore s'en prendre à Alys, que ce soit physiquement, moralement ou alors qu'il ose la renvoyer de son poste. Il fallait que j'arrête d'agir ainsi. Il fallait que j'arrête de prendre la place que j'avais refusé et que j'avais même jeté sans remords pour mettre en place mon nouveau plan de vendetta. Ma solitude, je ne la devais qu'à moi-même. A mon tour, je m'assis sur une chaise qui faisait face au canapé sur lequel j'avais squatté quelques jours et sur lequel Alys était actuellement posée. Penché, la tête au niveau des genoux, je soupirai avant de reprendre péniblement en me redressant, faisant fi de la douleur qui s'accentuait à chaque mouvement. Je sentis le regard de la Galloise sur moi, mais je fus encore une fois absolument incapable de le soutenir. A la place, je détournai le regard en direction de la fenêtre.
« Je sais que ça peut paraître embrouillé, mais s'il te plait, Alys, ne m'en veux pas. Je ne pouvais pas rester sans rien faire. Je sais que je t'ai dit de m'oublier et que je ne rends pas la tâche facile… mais ce que j'ai fait, ça n'a rien d'un héros. »
Un nouveau soupir. J'avais tellement vu la brunette ces derniers temps qu'il me semblait difficile de la quitter pour de bon. Pourtant, je savais que j'y étais obligé, que je n'avais pas d'autre choix. Cela ne faisait qu'agrandir la liste de choses dont Jean était responsable et qui me pourrissait la vie : l'impossibilité de continuer à entretenir cette relation ambigue avec Alys qui aurait pu nous mener nul ne sait où.
« Je ne voulais pas rendre ta vie misérable… Si tu crois que je te déteste c'est vraiment que tu n'as rien compris, mais finalement, je ne peux pas te blâmer parce que moi non plus j'y comprenais pas grand chose. Le truc, Alys, c'est que même si je suis avec Penny maintenant, tu vas rester importante pour moi, parce que tu m'as fait comprendre que je n'étais pas aussi foutu à l'intérieur que ce que je pensais. »
Pendant quelques secondes, j'avais du mal à me reconnaître. J'avais l'impression que ces mots sortaient de la bouche d'un inconnu parce que pour une fois, ils exprimaient parfaitement ce que je ressentais. Moi qui étais incapable d'exprimer mes sentiments, même les plus simples, voilà que je m'ouvrais à la jeune femme comme je ne l'avais jamais fait auparavant.
« Je ne regrette en aucun cas d'être allé voir Brynn… » avouai-je finalement en regardant finalement les prunelles bleutées de la demoiselle.

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Jeu 10 Juil - 3:38

andrew ∞ alys
« D’accord, on t’a peut-être bien renseigné. Il a tenté deux trois trucs mais si ça peut te rassurer, il n’est jamais allé plus loin qu’un baiser. » Etait-ce vraiment censé le rassurer ? Je n’aurais peut-être pas dû mentionner ce baiser, mais je n’avais pas réfléchi pour le coup. De toute façon quand Andrew était dans les parages, je réfléchissais rarement tant il me troublait. Un peu comme si mon cerveau se déconnectait, qu’il oubliait tout, autant problèmes que le reste. Pas cette fois, malheureusement, puisqu’il était en partie mon problème. « S’il me vire, tu resteras bien gentiment à ta place, j’te prie. De toute façon c’est presque inévitable maintenant. Je trouverais un autre boulot, j’sais pas quoi, mais tant pis. Pas mécano en tout cas… » tentai-je pour plaisanter, mentionnant brièvement l’accident dont j’avais été coupable. En y repensant, j’avais eu quand même beaucoup de chance de ne pas y passer et Nate avec, et je n’avais plus bu un verre depuis ce soir-là. Efficace comme désintoxication… Un rire nerveux s’échappa de mes lèvres quand Andrew parla de héros. Bien sûr qu’il ne l’était pas, les héros avaient un minimum d’honneur, Andrew lui avait… une notion de survie, simplement. Je soupirai. « Oh que non, ça n’a rien d’héroïque. Comment pourrais-je penser ça ? J’arrive même pas à te trouver égoïste… parce que tu as quand même fait ça pour moi, et je t’en suis reconnaissante dans un sens… » Même si j’avais un peu de mal à me l’avouer, le geste m’avait touché. Un homme ne s’était jamais battu pour moi auparavant… un homme n’avait peut-être même jamais autant tenu à moi, finalement. « Mais ne recommence plus. Je ne veux pas que tu t’attires des ennuis. Si tu crois que je ne vois pas que tu as mal, tu te trompes. » Il fallait dire que Brynn avait l’air fort, et que je n’aurais pas parié cher sur Andrew si j’avais dû imaginer leur combat. Je me demandais toutefois si mon patron avait pris autant de coups…

Mes yeux se mirent à briller quand il continua à parler. Quand il avoua que je l’avais aidé à retrouver un peu d’estime pour lui. Je ne m’y attendais pas, à celle-là… Et bon sang que je m’en voulais, car je m’étais jurée de ne pas verser une larme. En me frottant les yeux, je sortis la phrase typique et totalement stupide qu’on disait dans ce genre de cas : « Désolée… j’ai un truc dans l’œil. » Je me rendais compte que finalement, j’avais eu un rôle bien supérieur à celui d’une amie, et je n’aurais jamais pensé que ce soit autant. J’avais été utile, tout simplement. Quand il eut terminé de parler, je marquai un léger silence avant de me relever et de me diriger vers lui. Là, je me mis accroupi afin d’être à sa hauteur, et ma main attrapa la sienne pour la serrer doucement. C’était risqué ce que je faisais là, mais j’avais besoin de lui. Au moins une dernière fois. « Andrew… bien sûr que non, tu n’es pas foutu à l’intérieur. J’aurais beau te dire tout et n’importe quoi, au fond mon avis sur toi ne changera jamais. Tu es quelqu’un de génial, avec un cœur immense mais qui se cache bien de le montrer, parce que t’as peur de ce que les gens en feraient. Tu m’as laissé voir ce côté-là de toi et… et j’en suis heureuse. Ca va être difficile de ne plus te voir, tu sais. Vraiment difficile, parce que je me suis attachée à toi. Au vrai toi, pas à la carapace. Je t’assure que ça vaut le coup d’apprendre à te connaître… et que ta copine a beaucoup de chance. » Tellement de chance, oui. Je me redressai légèrement pour déposer un baiser sur sa joue. « J’aurais aimé qu’on reste amis toi et moi. Mais puisque je n’en ai pas le droit… j’aimerais juste un dernier câlin. Tout simple, sans arrières pensées… sil-te-plait. » Il était trop tard pour camoufler les larmes qui perlaient sur mes joues, en tout cas. Mais tant pis, mon cœur avait parlé. Je me relevai alors totalement et lui tendis les bras, même s’il était fort probable qu’il refuse mon ultime demande.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Lun 14 Juil - 15:10

And it's gonna be
Our last memory
And it's led me on
And on to you


Ainsi les rumeurs avaient été réelles. Comme quoi, tout ce qui circulait dans les rues de la bourgade n'était pas uniquement des mensonges inventés de toute pièce. Brynn avait en effet tenté des choses et était même allé jusqu'à l'embrasser. Je fulminai. Je vis rouge. Par pur réflexe, je resserrai encore un peu plus le poing tout en inspirant grandement pour tenter de contenir la colère qui m'envahissait. Et à présent, je devais rester silencieux quoi qu'il se passe. Rester à ma place. Certes, Alys n'avait pas voulu que j'intervienne dans un premier temps, mais ce qui était fait était fait et c'était trop tard pour faire marche arrière – bien que même si c'était possible, je ne reviendrais certainement pas en arrière. Comme j'avais dit à la jeune femme, je ne regrettais en aucun cas ce que j'avais fait. Pourtant, je savais que maintenant il fallait que je me tienne à carreau.
Après avoir fait part de ce que je pensais à Alys, je levai finalement les yeux en sa direction. Je remarquai ses yeux s'embuer et alors je m'en voulus d'être venu. Si on me considérait comme étant asocial, ce n'était rien face à ce qui allait se produire. Je n'étais pas une bonne épaule sur laquelle pleurer parce que je ne savais pas comment réagir. Tout ce que je ressentais, c'était la douleur d'Alys et ça me faisait mal. Pourquoi avait-il fallu qu'elle me réapprenne à ressentir les émotions. Autant dire que je m'en serais passé volontiers.
Elle s'accroupit face à moi à la manière qu'on utilise avec les enfants, me prit la main et bouscula absolument tout ce en quoi je croyais. Toutes ces choses qu'elle disait, je n'arrivais pas y croire. Ca ne pouvait pas être réel. Ca n'avait pas de sens. Comment avait-elle pu voir autant de bonté en moi ? Pourquoi ne me prenait-elle pas pour le moins que rien que j'étais devenu depuis mon passage à la maison d'arrêt de Brixton ? Pourquoi semblait-elle si triste de devoir de passer de moi ? Sa main sur la mienne avait l'effet d'un doux poison. L'électricité dans l'air était palpable. Par ce simple touché je faisais face à tout ce que je renonçais. Je repris tout bas et très peu sûr de moi.
« Je… j'ai peut-être peur ouais… peut-être que tu as raison, mais c'est justement parce que je ne sais que trop bien ce que font les gens une fois que tu t'attaches à eux. Ils disparaissent, te trahissent, t'envoies dans la fausse aux lions… Ils te détruisent. Et c'est exactement ce que je te fais Alys, je t'ai laissé t'attacher à moi alors que je croyais que c'était impossible pour ensuite te laisser… j'espère que tu me pardonneras et que comprendras un jour… »
Ma copine a beaucoup de chance… je ne pus m'empêcher de rire jaune à cette remarque, mais j'essayai de le faire passer pour un rire nerveux. Je repris possession de l'une de mes mains, la passant dans mes cheveux avant de soupirer et d'adresser un faible sourire à Alys.
Sa dernière requête ne pouvait plus mal tomber. Un rappel de notre rencontre, un rappel à la grossièreté dont j'avais fait preuve quand elle m'avait demandé un câlin et que je lui avais proposé quelque chose de bien plus indécent pour deux personnes qui venaient de se rencontrer. Sans un mot, je me levai de ma chaise et passai mes bras autour de sa taille que j'enlaçai avec conviction. Je la serrai un peu plus contre moi, mettant de côté la douleur physique et morale que cette étreinte provoquait et dans un murmure je lui fis une confession.
« Tu sais que je n'aime pas les câlins, mais pour toi, je crois qu'en fait, je pourrais rester comme ça pendant des heures… Juste, arrête de pleurer, s'il te plait, je… je ne voulais pas te faire pleurer, ma belle. »

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Lun 14 Juil - 21:03

andrew ∞ alys
Je savais pertinemment qu’en le revoyant une dernière fois j’allais me mettre à pleurer. J’en avais été persuadée, car je ne pouvais pas le laisser partir de ma vie sans avoir de la peine à le voir partir. D’ailleurs, sans doute que quand il quitterait cet appartement pour ne plus jamais y revenir, je fondrais en larmes pendant au moins une heure ou deux. Mais pour le moment je ne préférais pas y penser, et à la place, j’essayais de faire en sorte qu’Andrew s’apprécie un peu plus tel qu’il était. Il n’était pas sûr de lui, même si ses faux airs pourraient nous faire imaginer le contraire. « Personnellement Andrew, je pars du principe que je ne fais pas aux gens ce que je n’aimerais pas que l’on me fasse… et même si ça n’est pas ton cas, je pense que tu devrais arrêter de voir le mal chez tout le monde. D’accord, certaines personnes te mentiront toute leur vie. Mais d’autres… d’autres t’aimeront tellement que ça te dépassera, et que tu seras obligé de fuir après t’être rendu compte qu’il était trop tard et que c’était réciproque. » Ma main serrait peut-être un peu fort les siennes à ces mots. Bien sûr qu’il m’appréciait. Peut-être même autant que moi, sauf qu’il ne savait pas le gérer. Peut-être même n’avait-il jamais su et ne saurait jamais. « Je ne sais pas si je pourrais te pardonner ou bien te comprendre. Non Andrew… mais ça ne veut pas dire que je te considère comme un enculé. Peut-être que tu as tes raisons… peut-être simplement que tu en avais marre de moi, va savoir. C’est toi que ça regarde, maintenant. » J’avais en effet un peu de mal à croire qu’il ne voulait plus me voir juste parce qu’il avait peur de coucher avec moi encore une fois. Certes, notre relation avait été basée là-dessus, mais ça ne voulait rien dire… « Une chance que je ne sois pas tombée amoureuse de toi, hein ? » C’aurait pu être une question de temps, qui sait. A vrai dire mes sentiments pour lui étaient tellement forts, qu’ils dépassaient l’amour. Ca n’en était pas, ni de l’amitié. Je n’avais jamais ressenti quelque chose d’aussi fort pour quelqu’un auparavant. Alors oui, il valait mieux ne plus se voir sûrement.

Finalement, je lui avais demandé de m’enlacer. Une dernière fois, parce que j’avais énormément besoin de ses bras pour me rassurer. Enfin me rassurer… c’était aussi une tentative désespérée de le garder un peu plus longtemps ici car je ne voulais plus qu’il s’en aille. Et contre toute attente, Andrew accepta et vint me prendre contre lui. A partir de là, ce fut mission impossible de retenir toutes les larmes qui coulaient à flots désormais. Tant pis pour son t-shirt… Sa remarque me fit toutefois sourire. « Alors reste avec moi pendant des heures… » murmurai-je en serrant son t-shirt au niveau de l’épaule. Il refuserait, clairement. « J’peux pas, Andrew… j’peux pas me résoudre à te voir quitter ce putain d’appart… je… sil-te-plait… je tiens trop à toi pour accepter que tu t’en ailles et que tu ne reviennes plus jamais… je me sens seule… je me sentais seule…. Mais quand tu es là tu… y’a plus de solitude qui tienne. Avec toi je rigole, je pleure, je crie… j’ai besoin de toi en tant qu’ami. » Je tentai malgré tout de m’essuyer les yeux mais c’était sans grand succès.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Mer 16 Juil - 11:37

And it's gonna be
Our last memory
And it's led me on
And on to you


« J'ai toujours été pessimiste, faut pas m'en vouloir. »
Rétorquai-je doucement, ne voulant pas vraiment m'étaler sur ce sujet. Arrêter de voir le mal partout ? Ce n'était pas concevable. J'avais vu et vécu trop d'évènements pour avoir ne serait-ce qu'une once d'optimisme par rapport à ce que la vie me réservait. Je me mordis la lèvre en écoutant Alys prête à prendre le blâme pour mon absence imminente. Comment pouvait-elle croire que j'en avais marre d'elle alors qu'elle avait été la meilleure chose qui me soit arrivée depuis mon arrivée à Tenby. Elle avait été la seule à m'offrir la paix quelques instants, mais malheureusement, elle avait aussi été celle qui me détournait de mon objectif premier : me venger de Jean. Et c'était pour cela que je devais la laisser s'en aller. C'était pour cela que je devais arrêter ce que j'avais commencé sans aucun scrupule sans jamais me douter de la tournure que pouvais prendre cette relation.
Je restai muet quelques secondes parce que je savais que de toute façon, je n'aurais jamais réussi à trouver les mots justes pour m'exprimer. Je restai muet également parce que j'étais pétrifié quand elle articula le mot amoureuse. Avais-je laissé les choses aller aussi loin ? En effet, c'était alors une chance qu'elle ne soit pas tombée amoureuse de moi parce que je n'aurais jamais pu lui rendre la pareille. Je ne lui aurais apporté que douleur et larmes parce que j'étais moi-même détruis et incapable de vivre une belle histoire. Je parvins finalement à lâcher quelques mots dans un soupir quasi inaudible.
« Ouais… une chance. »
Finalement, au bout de quelques secondes d'étreinte, la douleur physique avait entièrement disparu. Restait cependant la douleur morale causée par l'envie de demeurer auprès d'elle alors que je savais pertinemment que c'était impossible.
« Regarde les choses en face, Alys… je te fais plus de mal que de bien, tu le dis toi même, j'ai causé tes larmes plus d'une fois. Tu mérites mieux que ça, que ce soit comme ami ou comme petit-ami. »
Ses grands yeux bleus remplis de larmes me donnaient encore plus envie de foutre le camp tellement je m'en voulais de faire subir mes plans foireux à la jeune femme. C'était bel et bien de ma faute. Elle était la soeur de celui avec lequel je vivais, j'aurais dû me douter que coucher avec elle voulait dire que j'allais être amené à la revoir. J'avais vraiment tout fait foiré. Sans bouger, je gardai les bras autour de sa taille et j'appréciais cette proximité autant que possible. C'était la première fois que je passais autant de temps aussi proche d'elle sans pour autant échanger un baiser ou une caresse. Je repris finalement dans un doux murmure.  
« Merci pour tout… Que ce soit pour m'avoir hébergé quand j'en avais besoin ou pour m'avoir fait comprendre que j'étais encore capable de ressentir des choses pour quelqu'un. Tu ne pourras jamais te rendre compte de l'importance que tu as… »

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Jeu 17 Juil - 19:00

andrew ∞ alys
« Je te fais plus de mal que de bien. » Je compris par cette phrase que mes supplications pour le garder en tant qu’amis ne servaient à rien. Andrew avait pris sa décision depuis un certain temps déjà et il semblait plus que décidé à l’appliquer. J’avais pourtant eu un bref espoir qu’il accepte de revenir sur ses paroles mais c’était peine perdue. Il allait s’en aller, ne plus jamais revenir, et me manquer atrocement. Je m’apprêtai à répondre, mais Andrew continua en me remerciant. Il n’en avait pourtant pas besoin… mais il fallait avouer que ça faisait plaisir à entendre, ça plutôt que de dire que nous ne pouvions rester amis. Mes bras se resserrèrent légèrement autour de lui quand je compris toute l’étendue de ses mots, et ma tête se déposa doucement sur son épaule. Clairement, j’aurais voulu rester ainsi des heures avec lui tant ça pouvait être plaisant. Ne plus penser à rien, profiter simplement de son parfum qui m’avait envoûté tant de fois. J’avais toujours eu horreur des adieux, et je devais reconnaître que les faire par un simple appel avait été préférable. Enervant, décevant, mais préférable, car là tel que je le tenais, je ne comptais pas le lâcher de sitôt. Finalement j’enlevai mes bras de son cou pour me reculer un peu et poser mes mains sur chacune de ses joues. « Ne perds pas espoir… jamais. » Tout le monde changeait. Tout le monde avait la possibilité de devenir une bonne personne, quant à Andrew : j’avais le sentiment que ça ne datait pas d’aujourd’hui malgré tout ce qu’il pouvait en penser. « Je crois en toi… » dis-je dans un murmure, mes lèvres tellement proches des siennes. J’aurais pu l’embrasser : mais très mauvaise idée ou bien nous ne sortirions jamais de cette spirale infernale dans laquelle je nous avais embourbés.

Il y avait définitivement trop de proximité entre nous, ce qui me força à faire quelques pas en arrière bien malgré moi. Finalement, une question commença à me trotter dans la tête, pour la deuxième fois depuis que je le connaissais. Je n’avais plus rien à perdre après tout, et j’avais envie de savoir. « Andrew… puisqu’on ne se verra plus… j’ai une question. » Je réduis la distance instaurée par mes soins une nouvelle fois, tandis que ma main passait sous son haut. Il allait comprendre rapidement lorsque mon doigt se posa sur sa cicatrice. « D’où vient-elle ? Je ne risque plus de te fuir… après tout. Et tu sais très bien que je ne compte pas non plus détruire la réputation que tu t’embêtes à maintenir ici. Sil-te-plait, Andrew. Je ne dirais rien à personne. » Ma voix semblait devenir un peu plus sensuelle rien que pour le mettre en confiance. Je ne mentais pas : son secret, personne n’en aurait vent. « Et si tu me dis, eh bien je veux bien répondre à n’importe laquelle de tes questions. Enfin, dans la mesure où je connais la réponse bien entendu… »
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Jeu 17 Juil - 22:52

And it's gonna be
Our last memory
And it's led me on
And on to you


Je m'étais douté que quitter Alys serait difficile. Quoi que "la quitter" ne soit pas terme exact étant donné que nous n'avions jamais été en couple à proprement parlé, mais le fait de l'éjecter de ma vie. Et maintenant, je n'avais plus qu'à végéter dans mon lit en attendant que Penny me contact pour préparer la représentation que nous nous apprêtions à donner. Celle ci serait dans un lieu public probablement, où je devrais la supplier haut et fort de bien vouloir me reprendre, elle accepterait et nous finirions par rentrer chez moi pour que je puisse la présenter à Wade. C'était définitivement trop tordu, mais je m'en moquais. J'avais simplement envie que ce soit efficace. Le contact de ses paumes sur mes joues ajouter à ce qu'elle disait me fit frissonner. Elle croyait en moi… Ca en faisait au moins une. Moi je croyais en la réalisation de ma vendetta… C'était déjà pas mal, c'était surtout ce qui me tenait encore en vie.
Je me mordis la lèvre en la voyant reculer. Elle faisait ce qu'il fallait. Il fallait bien que quelqu'un le fasse avant que de retomber dans nos anciens démons et ce n'était clairement pas moi qui étais décidé à me reculer. Ironique au plus haut point. Je ne voulais plus la voir, mais j'étais incapable de m'en décoller.
C'est pour cette raison qu'un sourire naquit sur mes lèvres quand elle refit quelques pas en avant. Peut-importe si elle avait une question, peut-importe si cette question faisait partie des choses que je voulais garder secrètes. Aujourd'hui, je me sentais prêt à affronter la réalité et la vérité. Nous avions partagé tellement de choses. Elle avait fait tellement pour moi que je pouvais bien lui accorder ce petit cadeau. La question franchit le bout de ses lèvres et je me mordis l'intérieur de la joue. Sa main sous mon t-shirt me donnait de mauvaises idées et je dus me faire violence pour garder la tête en place et rester concentré sur l'instant présent. Assez de rêver des hypothèses qui pourraient se produire.
Je baissai la tête et délicatement lui pris la main avant qu'elle ne me fasse craquer une nouvelle fois.
« Tu sais, Alys, une réponse mène souvent à une autre question, et ça sera le cas pour celle là sans aucun doute. Mais je vais quand même te répondre, je pense que si vraiment tu veux savoir, tu mérites d'avoir ta réponse… »
J'inspirai profondément, c'était la première fois que j'allais dire à voix haute la cause de cette cicatrice. Jamais auparavant, je n'avais expliqué d'où venait cette marque. Je resserrai un peu plus l'emprise que j'avais sur sa main pour me donner un peu de courage.
« Je me suis fait tirer dessus quand j'avais vingt-et-un ans… »
Je soupirai grandement et posai les yeux sur Alys pour qu'elle comprenne que quoi qu'il arrive, elle n'en saurait pas plus. J'avais répondu à sa question et c'était le maximum que je puisse faire. J'avais déjà l'impression d'en avoir trop dit.
« J'ai une question moi aussi alors, est-ce que… est-ce que tu m'en veux vraiment d'être allé cogner ton patron ? »

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.


Dernière édition par Andrew Green le Ven 18 Juil - 13:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Ven 18 Juil - 0:26

andrew ∞ alys
C’était sans espérer aucune maudite réponse que je lui avais demandé pour sa cicatrice. Pour l’inciter toutefois à me dire la vérité j’avais privilégié le contact physique en venant toucher son torse, lui faisant également des yeux larmoyants. Et ce fut peut-être une erreur que de me retrouver si proche de lui et d’instaurer ce genre de contacts pourtant proscrits, mais sur le moment je n’y avais pas songé. A vrai dire, tant de choses étaient interdites entre nous qu’il m’arrivait d’en oublier certaines. Nous regarder dans les yeux semblait faire partie de tout ça, mais ça nous nous y tenions. Je pensais n’avoir jamais si peu regardé Andrew de ma vie et c’était un véritable gâchis. Au lieu d’essayer d’apprendre par cœur les traits de son visage qui disparaîtrait en même temps que lui prochainement, je fuyais toute espèce de contact visuel, bêtement. Allez savoir ce qui était le mieux... Finalement, Andrew attrapa ma main pour la garder contre la sienne. J’eus le pressentiment qu’il n’allait rien me dire mais le garçon me détrompa vite, me laissant sur les lèvres un petit sourire victorieux. Alors, j’allais enfin savoir ? Enfin, le peu qu’il voudrait bien m’en dire en tout cas. J’écoutai alors attentivement, bien qu’il me fit patienter un peu en m’indiquant qu’il ne faudrait pas non plus que je sois trop curieuse. « Je n’en poserai qu’une c’est promis. » Même si ce serait très dur de ne m’en tenir qu’à cette question surtout s’il restait évasif.

Et quand Andrew m’annonça enfin d’où venait cette cicatrice, je ne pus m’empêcher de placer ma main devant ma bouche grande ouverte. Même s’il allait bien, si ça s’était sans doute passé il y avait plusieurs années déjà, je me retrouvai inquiète devant lui. « Oh Andrew… comment… » Mais je me tus. Je lui avais promis de ne poser qu’une question et aucune autre de plus. Alors pour simplement compatir, mes lèvres déposèrent un tendre baiser sur sa joue. Juste sa joue, car ses lèvres étaient devenues un fruit défendu. Elles l’avaient toujours été d’ailleurs. « Ca a dû être douloureux… tu as du courage. » Je me doutais bien qu’il n’attendait aucune pitié de ma part et ça n’en était aucunement. J’essayais surtout de ne pas imaginer la scène – bien que les détails de cette dernière soient moindres. Sans que je ne m’en sois vraiment rendue compte, mes doigts s’étaient resserrés contre les siens. « Enfin… je suis ravie que tu ailles bien aujourd’hui. » Que dire de plus ? Le passé appartenait au passé, et puisque je n’en saurais pas davantage…

Ce fut son tour de me poser une question. Question qui me fit d’ailleurs soupirer. Je me détachai de lui pour commencer à faire les cents pas dans la pièce sans trop le réaliser. Il fallait juste que je bouge comme pour m’aider à réfléchir à ma réponse. « Je… j’en sais rien. D’un côté oui je t’en veux, parce que je peux me débrouiller toute seule. Je veux me débrouiller toute seule. » Je ne le regardai plus, impossible. « Tu comprends ? Je n’ai pas envie de me dire que tu me manques parce que tu me rends service. Y’a tellement d’autres choses qui feront que tu vas me manquer… d’autant que tu ne vas plus être là, et même s’il y a Wade, je serais seule parfois pour me défendre. » Je soupirai. « Mais de l’autre… de l’autre je ne peux pas t’en vouloir, tu as fait ce qui te semblait juste, et surtout tu l’as fait pour moi. Ca me touche… et il me faisait peur à force, c’est vrai. » Je souris finalement, me retournant vers lui. « En plus il t’a sacrément bien cassé la gueule le Brynn… » fis-je amusée.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Ven 18 Juil - 23:48

And it's gonna be
Our last memory
And it's led me on
And on to you


Je lui avais dit et c'était trop tard pour retirer ce que je venais de lui confier. Intérieurement, j'étais tiraillé entre la culpabilité et le mépris. J'avais dévoilé à Alys l'un de mes plus grands secrets. Ce n'était pas en soi une fatalité, mais recevoir une balle dans l'épaule était le genre d'anecdote qui rendait les gens vraiment curieux et qui les amenaient à s'interroger encore plus à mon sujet. Et ce dont je n'avais vraiment pas besoin ou envie, c'était de personnes qui fouillent dans mon passé et qui déterrent les cadavres enterrés depuis longtemps - au sens figuré évidemment.
Autant dire que j'appréhendais la réaction d'Alys. Allait-elle être choquée ? et surtout, allait-elle respecter mon choix de ne pas lui en divulguer plus ? Je me mordis la lèvre quand elle commença, craintif à l'idée qu'elle continue sur sa lancée, mais elle se stoppa d'elle même sans même que je ne dise un mot. J'appréciai. J'aurais vendu père et mère pour savoir ce qu'elle pensait à ce moment là. Qu'était donc devenue l'image idyllique du mec qu'elle pensait que j'étais ? Un mec bien ne se fait pas tirer dessus, pas vrai ? Peut-être était-elle scandalisée, peut-être me voyait-elle comme quelqu'un d'infâme… Je n'en avais absolument aucune idée et supporter cette attente et cette tension était difficile. Au final, elle répondit à mes attentes par une simple bise sur la joue qui signifiait qu'elle ne me trouvait pas si horrible que cela. Après tout, Alys avait toujours aimé jouer avec le feu et c'était encore ce qu'elle faisait maintenant en continuant à m'adresser la parole.
« Ouais… ça a été douloureux… »
Murmurai-je en regardant le sol. Mais ce n'est rien à côté du reste avais-je envie de lui dire, mais ça n'aurait pas été juste parce que cela n'aurait qu'attiser encore plus son envie d'en savoir davantage. A quoi bon la faire languir sur des choses que je ne pouvais pas lui dire ? Cette cicatrice était un souvenir constant de mon passage en prison. Cette balle qui avait été extraite était la cause même de mon envoi dans ce lieu si sale que je maudissais. Si je ne m'étais pas fait tirer dessus, si la blessure n'avait pas été aussi grave, Jean ne serait jamais allée nous vendre à ce foutu détective.
Quand Alys répondit à ma question, je fus satisfait de l'honnêteté dont elle fit preuve. J'appréciai. Elle avait beau m'en vouloir, elle me faisait quand même pensé que j'avais pris la bonne décision. Toutefois, la fin de sa tirade me laissa perplexe. Brynn m'avait en effet bien cassé la gueule, mais encore une fois, ce n'était rien à côté de ce que j'avais pu vivre dans d'autres circonstances. J'hochai la tête sans la regarder et sans conviction.
J'avais l'impression que mon corps entier me brulait. Comme si c'était le moment pour vider ce que j'avais sur la conscience depuis bien trop longtemps.
« J'ai vécu pire, t'en fais pas. »
Avouai-je à mon tour sur le ton de la plaisanterie. Pourtant, un quart de seconde plus tard, sans pouvoir contrôler mes mouvements, je me retrouvais de nouveau assis sur la chaise qui faisait face à Alys, et les mains sur le visage en sueur, je crachai les mots de but en blanc, ces mots qui voulaient sortir depuis tellement longtemps et qui faisait tellement de mal à avouer.
« Alys, j'ai fait de la taule… Cinq longues et pénibles années. C'est de ça dont Wade faisait allusion… L'endroit d'où je viens… »

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité



MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Sam 19 Juil - 10:17

andrew ∞ alys
C’était bizarre de parler sérieusement avec Andrew. En réalité ça n’avait dû nous arriver qu’une fois lorsqu’il était venu la dernière fois et que nous nous étions engueulés. Là pourtant, aucune haine, ni colère, simplement de la tristesse et elle était palpable. Il savait tout comme moi qu’à un moment ou à un autre il serait temps de partir mais après tout peut-être attendait-il que je lui demande de partir plutôt que de le faire de lui-même. Ce que je ne comptais pas faire… Je fronçai les sourcils en voyant que le jeune homme se posa de nouveau sur la chaise. Il semblait d’un coup bien plus pâle, peut-être même inquiet comme si ses prochains mots contenaient la totalité de son avenir. Je vins donc m’asseoir en face sur le canapé, le regardant patiemment et sans le brusquer : il n’en avait sans doute pas besoin. Les mots tombèrent finalement, me laissant sans voix un moment. Andrew ne me regardait plus, comme s’il avait peur que je ne réagisse mal. C’était mal me connaître. Même s’il me fallut un moment pour encaisser la nouvelle, je finis par sourire tout doucement. « C’était une de mes hypothèses, oui. » Mon regard sur lui ne changeait pas, même si je n’aurais pas pensé qu’elle puisse être réellement vraie, ou qu’il puisse avoir fait autant de prison. Certainement pas pour une erreur judiciaire.

Je restai un moment sans rien ajouter de plus avant de hausser les épaules. « D’accord, tu as fait de la prison Andrew. Okay tu t’es pris une balle. Et alors ? Tu attends que je te dise que ça fait de toi quelqu’un de mauvais ? C’est raté. Tout l’monde fait des erreurs. Peut-être pas aussi grosses que les tiennes, certes… » Mais personne n’était parfait, moi y compris. « Je ne comprends pas pourquoi tu ne souhaitais pas me le dire Andrew. Je veux dire… okay, j’aurais très envie de savoir pourquoi tu es allé en prison. Mais ça n’est pas pour savoir si je dois me méfier de toi ou pas, c’est parce que j’avais réellement envie de te connaître. Toi et tes défauts. Les qualités je les ai déjà vues. » Je me relevai finalement pour me poster devant lui, et lui faire relever la tête. « Hey… ça va aller ? » Je n’avais jamais vu Andrew aussi peu fier depuis que je le connaissais. Et c’était compréhensible. Me baissant finalement à sa hauteur, je posai un nouveau baiser sur la joue. Mais cette fois… je sentis bien que je ne pouvais m’en contenter, alors lorsque ma main rallia son visage pour le caresser doucement, mes lèvres vinrent finalement rencontrer celles d’Andrew pendant un court instant. Juste un baiser, et, probablement le dernier. Je me reculai finalement. « Je pourrais te dire que j’en suis désolée, mais ce serait te mentir. Je sais simplement que t’oublier me sera impossible… alors je voulais t’embrasser une dernière fois. » C’était même plutôt innocent comme baiser et j’espérais sincèrement qu’il ne le prenne pas mal ou qu’il ne s’en sente pas coupable vis-à-vis de sa copine. Je me laissai finalement retomber sur le canapé en soupirant. Inutile de dire quoique ce soit, je sentais la fin imminente, déprimante, assommante. Ne t’en va jamais, sil-te-plait.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar

MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller

TON PSEUDO : weedy
TES DOUBLES : nate, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse et yevgeniya
TON AVATAR : luke grimes
TES CRÉDITS : angel180886 (avat) | penny (gif) | astra + tumblr + lloyd (signat)
RAGOTS PARTAGÉS : 8096
POINTS : 2951
ARRIVÉE À TENBY : 16/11/2013


ÂGE DU PERSONNAGE : 31 yo (10.11.85)
CÔTÉ COEUR : mcgreen
PROFESSION : mecano
REPUTATION : il n'est toujours pas retourné en prison celui-là ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys Mar 22 Juil - 18:34

And it's gonna be
Our last memory
And it's led me on
And on to you


J'avais l'impression d'avoir fait une terrible erreur en faisant ma confession à Alys, mais c'était trop tard. C'était dit. Pendant cet instant de faiblesse j'avais ressentis le besoin viscéral de me livrer, et je l'avais malheureusement exceptée. Une sensation de délivrance s'était emparée de mon être l'espace de quelques secondes, mais voilà que la gêne, la culpabilité, l'infamie et la douleur avaient repris le dessus en un temps record. Je soupirai bruyamment tout en essayant d'évacuer la pression. Raté. Je relevai la tête finalement en écoutant les paroles de la jeune femme, je me mordis d'ailleurs la lèvre en prenant conscience qu'elle ne comprenait pas les choses de la même façon que moi je les comprenais. L'écart était plus que conséquent.
« J'aurais jamais dû te le dire… Je sais pas pourquoi j'ai fait ça… J'ai pas l'impression que tu saisisses la gravité de la situation, Alys. Si les gens viennent à l'apprendre, je suis mort. Tu dois comprendre que… je suis une mauvaise personne. Je résous les problèmes par les mensonges et la violence, il suffit de voir ce que j'ai fait à ton patron pour s'en rendre compte et ça ne représente qu'une modique partie de ce que je suis capable de faire. Arrête de me prendre pour quelqu'un de bien, tu te voiles la face. De toute façon, non, ça… Ca n'ira plus jamais je crois bien, mais j'y suis habitué. »
A force de me répéter que j'avais des qualités, j'allais finir par y croire sérieusement. Heureusement que je n'en étais pas encore à ce stade. La Galloise se rapprocha et vint à nouveau déposer un doux baiser sur ma joue. J'étais à la fois satisfait et sceptique qu'elle ne me rejette pas après avoir appris d'où je venais, car même si elle ne connaissait qu'une infime partie de l'histoire, elle savait à présent que j'avais passé cinq ans de ma vie dans la misère la plus totale.
Ses lèvres passèrent enfin sur mes lèvres et je m'abandonnai le temps de ces quelques secondes bénites à fermer les yeux. Le temps de ce baiser, tous les soucis que j'avais en tête s'envolèrent. Je ne répondis pas vraiment à cette bise, parce que je savais que si je commençais, je ne serais pas capable de m'arrêter. J'avais l'impression de flotter dans les airs et l'atterrissage fut d'autant plus difficile quand elle se détacha et quand elle se recula.
Je n'aurais jamais dû m'attacher à Alys et pourtant, dès la première seconde où j'avais croisé son regard, elle m'avait hypnotisé, elle m'avait rendu accro à la douceur de ses lèvres et à ses courbes parfaites. Si j'avais été quelqu'un de bien comme elle le prétendait, je n'aurais jamais dû coucher avec elle et j'aurais arrêté de la voir comme Wade me l'avait ordonné. J'avais fait tout l'inverse sans aucun scrupule et sans aucun regret.
Ce baiser n'avait pas besoin d'être commenté. Elle n'était pas désolée et je ne lui en voulais pas alors le problème était réglé. Il n'y avait aucun problème. Si ce n'est que j'allais devoir quitter les lieux d'ici très peu de temps.
Je me relevai de la chaise avec difficulté et je lançai un regard à Alys. Si c'était vraiment le moment de dire adieu, c'était la moindre des choses que de la regarder. Son visage d'ange allait tellement me manquer.
« Tu tiens ta vengeance parfaite si jamais tu veux me faire payer le mal que je t'ai fait… Mais j'espère que tu n'en parleras à personne… »

_________________


❝ Falling away with you ❞

All of the love we left behind watching the flash backs intertwine, memories I will never find. So I'll love whatever you become and forget the reckless things we've done. I think our lives have just begun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys

Revenir en haut Aller en bas

I thought I was a fool for no one, oh baby I'm a fool for you. Alys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-