AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

These bright lights have always blinded me. Siwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman (avat) - penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7394
POINTS : 4065
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: These bright lights have always blinded me. Siwan Mer 25 Juin - 16:42

And I'm breaking out
Escaping now
Feeling my faith erode




Encore aujourd'hui, je me demandais si j'avais bien vu ce que j'avais vu. Siwan ou la femme la plus chanceuse que je puisse connaître n'était pas fidèle. Depuis hier, je ressassais ce que j'avais vu par la fenêtre en passant devant chez elle. Ce qui se devait d'être une visite de courtoisie s'était finalement transformée en une mission d'espionnage par la fenêtre. Evidemment, je n'avais pas voulu lui causer du tort ou encore moins la violer dans son intimité, mais j'en avais vu trop et pas assez à la fois. En m'approchant de la maison, j'avais distingué une lumière qui baignait la pièce dans une lueur tamisée. Je m'étais approché pour vérifier que je n'arrivais pas à un moment inopportun, mais il ne m'avait pas fallu longtemps pour remarquer que c'était le cas. Un couple s'embrassait. Je crus d'abord qu'il s'agissait de son fils et d'une copine, mais après une ou deux secondes d'espionnage en plus, j'avais remarqué que c'était en fait de Siwan qu'il s'agissait et qu'elle avait embrassé un homme de l'âge de son fils. C'était… perturbant. J'avais compris pourquoi les gens bien élevés prenaient la peine d'appeler avant de débarquer quelque part. C'était justement pour ne pas tomber sur ce genre de scène déroutante. Ne m'attardant pas plus longtemps devant la fenêtre, j'avais repris le chemin de chez Penny pour méditer sur ce que j'avais vu.
Aujourd'hui, la méditation était terminée et il fallait que je vois Siwan. Il fallait qu'elle m'explique ce qu'il se passait et surtout, pourquoi embrassait-elle un moins que rien alors qu'elle avait l'opportunité d'être mariée à un dieu vivant ?
Pour le coup, je ne comprenais vraiment pas. Encore une fois, sans prévenir de mon arrivée, je pris la route en direction du lieu de travail de la Galloise : le musée. Au moins, j'avais la certitude qu'elle ne serait pas occupée à bécoter son amant. Quoi que…
Je secouai la tête et me rendis au Musée à Swansea vers les onze heures du matin. Je n'étais pas très adepte des sorties culturelles de ce genre, mais qu'importe. Et qui sait, peut-être qu'un des tableaux exposés m'inspirera une chanson même si pour le moment les seuls mots qui se répétaient dans ma tête faisaient partie du champ lexical de la trahison. J'arrivai enfin sur place avec l'aide de la voiture de Penny et après un petit tour dans quelques pièces du musée, je trouvai la guide qui m'intéressait. Siwan.
Je l'observai de loin un instant, remarquant qu'elle accompagnait un groupe de sexagénaires, leur offrant des sourires en expliquant de quelle période venait telle ou telle peinture. L'heure de la confrontation avait sonnée. Je rejoignis le groupe, faisant baisser la moyenne d'âge d'un cran et tout en croisant les bras, j'avançai à leur rythme. C'est à dire, lentement. Quand Siwan s'arrêta pour présenter une nouvelle oeuvre d'art, je lui fis un mince sourire que je ponctuai d'un hochement de tête avant d'adopter un masque de marbre, de neutralité. Non, je n'étais pas venu dans l'optique d'en savoir plus sur les statues de la période victorienne et ça, je comptais bien sur mon regard pour le lui faire comprendre.

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: These bright lights have always blinded me. Siwan Jeu 3 Juil - 15:06


Les jours passent à Tenby et se ressemblent pour la plupart. Du moins, dans la vie de Siwan. Dernièrement, bien sûr, tout est plus mouvementé, avec l’arrivée de Wade dans sa vie, ainsi que les problèmes de Mathys à l’accepter. Tout serait beaucoup plus simple pour elle, si son fils réussissait à accepter son amant et surtout, son bonheur. Malheureusement, ce n’est pas le cas, si bien que la mère de famille ne cesse de se questionner sur l’avenir de son couple avec le jeune plombier. Bien sûr, elle est très heureuse avec lui, mais son bonheur passe après celui de Mathys. Ca a toujours été le cas et ça le sera probablement toujours. Cependant, cela la mine, terriblement, et si elle savoure autant ses moments privilégiés avec son amant, ses baisers ont toujours un arrière goût amer, celui de la fin qui va arriver bien trop vite. Pourtant là, alors qu’elle fait la visite à un groupe de vieux croulants, sur une de ses expositions préférées du musée, elle se force à ne pas y penser. Oui, leur histoire se terminera probablement un jour. Bien trop vite pour son propre bien, mais cela arrivera. Elle se force pourtant à ne pas y penser. Après tout, sinon, elle serait bien capable de dire ça tout haut, plutôt que de parler de cette magnifique œuvre. Les vieux semblent beaucoup intéressés par ce qu’elle dit, mais ce ne sont pas eux qui attirent soudain leur attention. Non, c’est une personne bien plus jeune, qui pourrait être son fils, sans soucis. Enfin presque… Elle sourit rapidement en croisant son regard, même si la brune sent bien que quelque chose ne va pas. Son regard, surtout, l’alerte et elle se crispe légèrement à son hochement de tête. Il veut lui parler… Jusque là, rien de bien grave, mais elle peut s’empêcher de se sentir méfiante… Sans trop savoir pourquoi…

« Et voilà pour cette magnifique œuvre. Je vous laisse continuer à visiter l’exposition seuls, si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas. Oui monsieur ? » Lance t’elle finalement, avant de s’avancer d’un pas rapide vers Nate pour empêcher les personnes âgées de l’alpaguer avant lui. Si la galloise sourit franchement à son jeune ami, elle garde l’impression désagréable qu’il a quelque chose de très important à dire. Important et surtout désagréable pour elle. C’est probablement une simple impression, un instinct, mais jusque là, il ne l’a jamais trompé. Néanmoins agréable, elle tente un mince sourire, avant de lancer. « Nate ! Qu’est ce qui t’amène dans le coin ? Tu viens jamais ici d’habitude. Tu as un souci ? » Malgré sa désagréable impression, elle essaye de se montrer aussi ouverte et sympathique que d’habitude. Après tout, il n’est probablement pas là pour se plaindre ou quelque chose comme ça… Enfin… La brune secoue la tête soudain, toujours un brin mal à l’aise malgré elle. Venir sur son lieu de travail, ce n’est pas vraiment le genre du jeune homme et même si elle a l’impression qu’il va dire quelque chose de désagréable, elle ne peut s’empêcher aussi de s’inquiéter pour lui. Et si jamais il a un véritable souci, dont il ne parvient pas à se débarrasser seul ? Sans rien dire de plus, elle se passe la main dans les cheveux, en attendant qu’il reprenne finalement la parole, tout en espérant finalement, que rien de grave ne lui soit arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman (avat) - penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7394
POINTS : 4065
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: These bright lights have always blinded me. Siwan Ven 4 Juil - 17:45

And I'm breaking out
Escaping now
Feeling my faith erode



Siwan me remarqua très rapidement et se démena assez bien pour venir à ma rencontre pendant son travail. Ce n'était pas délicat de ma part de venir la déranger en plein boulot, mais c'était l'unique solution que j'avais trouvé pour lui. Dans tous les autres cas possibles, je craignais de la retrouver dans les bras de ce jeunot. Comme d'habitude, j'appréciais sa gentillesse et son inquiétude pour moi si bien que je m'en voulais presque de venir chercher des explications à un moment aussi inopportun. Non, après un léger soupir, je me repris en main et m'adressai à Siwan. Je n'étais pas d'accord avec ce qu'elle faisait, je n'étais pas d'accord avec sa façon de traiter son mari et je devais le lui faire savoir. Je voulais des explications, même si j'étais plus ou moins certain qu'aucune ne serait assez bonne pour justifier un tel comportement.
« Ouais, j'ai un soucis. Il y a quelques jours j'ai eu un accident de voiture. Rien de bien grave, juste des dégâts matériels, mais bon, j'y tenais quand même énormément à cette caisse… Et tu sais, comme je ne connais pas encore énormément de gens à Tenby, j'avais envie de venir te rendre visite, de t'en parler quoi. J'avoue, c'est de ma faute, j'aurais dû prévenir avant de venir, mais sur le moment ça m'est totalement sorti de la tête. Au final, j'ai dû me trimballer jusqu'ici avec la vieille Vauxhall de ma cousine et autant dire que oui, ça fait que j'ai un soucis. Un très gros soucis. »
Je divaguai, je n'arrivai pas à lancer le sujet qui me tenait à coeur et qui était la raison de ma visite alors que je n'avais qu'à énoncer ce que j'avais vu la veille. Entre la perte de mon auto et l'infidélité de Siwan, j'avais vécu trop de choc en trop peu de temps. Je soupirai à nouveau, cherchant les bons mots pour montrer à quel point j'étais déçu et à quel point ce que j'avais vu me perturbait sans pour autant être trop brutal. Je me raclai la gorge.
« Siwan, je suis passé devant chez toi hier en fin d'après midi. »
Un ange passa. Je restai silencieux quelques secondes, désirant volontairement un silence pesant. Je lui lançai un regard très appuyé. Elle avait compris où je voulais en venir, elle n'avait pas le choix. Sinon, pourquoi étais-je si froid en sa présence alors que j'avais l'habitude d'être chaleureux ? Elle savait que je savais. Mais ce qui m'interessait dans cette histoire, c'était son mari. Est-ce que lui savait ce qui se passait dans son dos alors qu'il était en déplacement pour le travail ?
« J'en reviens pas… Comment… Comment peux-tu faire ça à Jared ? Est-ce qu'il est au courant au moins qu'il est cocu ?  »
Crachai-je doucement pour ne pas me faire entendre, mais avec un dégout palpable. J'avais beau ne pas connaître la Galloise depuis très longtemps, je l'avais très rapidement considéré comme un modèle de réussite. Je trouvais son histoire d'amour tellement belle. Les sacrifices qu'ils avaient fais l'un pour l'autre était fabuleux et je m'étais laissé bercer un instant par l'illusion qu'un jour, Harlow et moi ressemblerions à ce couple. Aujourd'hui, je n'enviais plus rien. J'étais confus et surtout, énormément désabusé.  

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: These bright lights have always blinded me. Siwan Sam 5 Juil - 20:34


Les quelques mots de Nate l’inquiètent vraiment. Il lui est arrivé quelque chose. Il a eut un accident et sa façon de le dire lui font du mal. Et puis il y a cette petite remarque, à propos de son envie de venir la voir. Quelque chose dans son attitude, continue à l’inquiéter, fortement. S’il est passé chez elle… Hier par exemple… Quand elle était avec Wade… Non, elle secoue la tête pour s’enlever cette mauvaise idée de l’esprit. Elle préfère l’écouter et se mettre les mains sur la bouche, en une expression vraiment inquiète. « Mon dieu mais… Tu vas bien ? Je ne comprends pas trop où tu veux en venir Nate. J’ai l’impression que tu me caches quelque chose. » Non pas qu’il lui doive quoi que ce soit, mais sa tête doit bien lui montrer à quel point ses mots l’inquiètent. « Nate… Tu m’inquiètes là. Est-ce que tu es sûr que tout va bien ? » Finalement, la brune recule d’un pas, puis de deux, pour donner un peu d’espace à son jeune ami. Probablement aussi une façon de se protéger des mots suivants, qui l’attaquent plus qu’elle n’aurait pu le croire. Alors oui… Il est bel et bien passé devant chez elle la veille. Quand elle était avec Wade probablement, vu son attitude. Bien sûr, ce n’est pas elle qu’il aime après tout. Mais Jared… Probablement qu’avec sa découverte, il n’a plus aucun respect pour elle. Et pire… Peut être n’est il plus son ami, juste avec cette constatation. Bien sûr, les quelques secondes pendant lesquelles il la fixe, sans dire un mot, l’esprit de la galloise gamberge. Est-ce qu’il va aller le dire à Jared ? Est-ce qu’il va… Et finalement, il reprend la parole et la mère de famille soupire finalement.

« Pour qui tu te prends pour me juger comme ça ? Jared a beaucoup de défauts, bien sûr, tu ne le remarqueras pas, tu lui voues un culte absolu. Mais pour répondre à ta question, non, il n’est pas au courant et je ne compte pas le lui dire. Si jamais… Si jamais il l’apprend, ça va… Bon sang Nate… J’ai vraiment cru qu’il y avait quelque chose de grave, que tu étais blessé. » Encore une fois, les mots se sont déversés, sans qu’elle ne puisse les empêcher et pendant une seconde, elle se rend compte qu’elle est très en colère contre son jeune ami. Bien sûr, il a découvert quelque chose d’horrible à son égard et sa réaction peut être compréhensible, néanmoins, elle n’arrive pas à se calmer. Parce qu’elle sait très bien qu’il va la juger, voire même l’incendier, pour avoir osé toucher à son précieux Jared… Alors elle reprend la parole, soudain beaucoup plus agressive envers lui. « Combien de fois tu l’as vu depuis que tu vis ici hein ? C’est mon mari n’est ce pas ? Ne devrait il pas passer tout son temps avec moi ? Et non, il préfère vivre loin, à Cardiff. Est-ce que tu crois vraiment qu’il est aussi parfait ? Il était un très grand rockeur, probablement le meilleur. Je suis aussi fan de lui que tu peux l’être… Malheureusement. Il est très loin d’être un bon mari et encore moins un bon père. » Elle sait très bien qu’elle parle dans le vent, probablement. Pourtant, elle a les larmes aux yeux. Pour la première fois depuis le début de sa relation avec Wade, elle ressent le besoin de se justifier et en vérité, elle déteste ça. Parce qu’elle n’a pourtant rien à dire à ce gamin trop fan de son mari… Mais une nouvelle fois, elle se retrouve aux prises avec son putain d’instinct maternel… Et elle a besoin d’être bien vu par Nate…. Débile probablement, mais elle en a vraiment besoin…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman (avat) - penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7394
POINTS : 4065
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: These bright lights have always blinded me. Siwan Mar 8 Juil - 21:45

And I'm breaking out
Escaping now
Feeling my faith erode



La réaction de la Galloise m'étonna assez et pour ainsi dire, me perturba. J'aurais pensé qu'elle s'excuserait ou alors qu'elle me supplierait pour ne pas répandre cette tromperie. A la place, Siwan se justifia avec beaucoup d'ardeur, en pesant chacun de ses mots. Le fait est que je n'étais toujours pas d'accord avec ce qu'elle disait. Elle aurait pu avoir la meilleure raison du monde pour faire ce qu'elle faisait que je l'aurais trouvé insatisfaisante. Pour qui je me prenais ? Très bonne question. Moi-même je n'étais pas sûr de la réponse. Un fan, un ami, quelqu'un qui est contre l'infidélité ? Probablement un mélange des trois.
« Ok, j'ai peut-être un peu dramatisé la situation, mais le fait est, Siwan, que je ne cautionne pas ce que tu fais. Je sais que je n'ai pas à te dicter ta vie, mais je crois qu'on appel ça "avoir des valeurs". Ne t'inquiètes pas, je n'en parlerais pas à Jared, ni même à personne d'autre… Mais ne crois pas que ce soit pour te rendre service. Si je garde ton secret, c'est pour Jared ! Je n'ose même pas imaginer la réputation qu'il aurait si les gens apprenaient qu'il est cocu. »
Certes, si la relation extra-conjugale de Siwan venait à s'apprendre en ville, ce serait elle la paria et non son mari, mais toutefois, je ne voulais pas risquer que les gens le prennent pour un mauvais mari ou encore pire, un mauvais amant. Je n'en avais personnellement aucune idée, mais la simple idée de l'imaginer m'était insupportable. Quand Mrs Penrod reprit la parole, ce fut avec encore plus de vivacité. Dans un sens, je m'en voulais de la mettre un état pareil - surtout sur son lieu de travail où elle se devait d'être toujours impeccable - mais sur le moment, la solidarité masculine l'avait emporté. Je trouvais ses justifications un peu trop simples. J'étais abasourdie par la facilitée qu'elle avait à lyncher son mari, le pauvre qui n'était même pas là pour se défendre. Heureusement que j'allais remplir ce rôle avec la ténacité d'un avocat qui défend son client coûte que coûte. Sur un ton bien plus calme que le sien, je commençai ma plaidoirie.
« La question n'est pas ce que je crois, mais si tu veux vraiment le savoir, je pense qu'il n'y a jamais qu'une seule personne à blâmer dans une relation !  Il a sacrifié sa carrière pour toi, tu aurais aussi voulu qu'il se terre dans cette banlieue pour toi ?  Tu le connais bien mieux que moi, c'est certain, mais moi je sais ce que ça fait d'être un rockeur. Je suis encore loin du niveau qu'il avait atteint et peut-être même que je ne l'atteindrais jamais, mais je sais que pour rien au monde je serais prêt à me séparer de la scène et de cette ambiance de folie. Alors, peut-être que toi, tu pourrais être une meilleure femme et l'accompagner.  »
Les mots étaient sortis tout seul avec une sincérité affolante. Par amour pour Harlow, j'avais l'impression d'être capable de tout. D'être prêt à traverser toutes les épreuves, mais jusque là, je n'avais jamais pensé pouvoir répondre à un tel dilemme : ma copine ou ma musique ? J'espérais ne jamais avoir à le découvrir. Cependant, je pris conscience que la fin de ma tirade sonnait un petit peu misogyne sur les bords. Plus doucement et plus comme une suggestion alors, je repris aussitôt.
«  Après tout, tes enfants sont grands maintenant, ce n'est pas comme si tu ne pouvais pas te permettre de prendre quelques semaines de congés par ci par là et de partir avec Jared… »
 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: These bright lights have always blinded me. Siwan Mer 3 Sep - 13:53


Elle se met à rire. Probablement un peu jaune. Cette situation lui semble incroyable et la mère de famille aurait pu le maudire pour cet échange. Ce gamin semble tout savoir de la vie, de sa vie avec Jared et ça l’agace plus qu’elle n’aurait pu l’imaginer. Probablement parce qu’elle a toujours pensé à Nate comme un ami, à elle. Mais elle se rend compte finalement, que ce n’est pas du tout son intérêt à elle, qui compte pour le jeune musicien. Jared et juste Jared. Pendant une seconde, puis deux, la brune ressent une profonde jalousie pour son mari, qui n’a pourtant jamais porté la moindre attention à son jeune fan. Du moins, pas comme elle l’a fait un jour. Alors pour cette simple raison, elle rit, encore une seconde de plus, avant de retrouver un sérieux relatif. La réputation de Jared… Etait-ce donc ça, son seul intérêt. Oui probablement finalement… « Oh j’ai bien compris que ton seul intérêt dans l’affaire, c’est de ne pas porter préjudice à Jared. Si tu veux mon avis, tu devrais courir lui annoncer. Il t’accueillerait en héros si tu venais à lui parler de son rival. Peut être même que tu pourrais enfin avoir ce que tu désires depuis des années… Des miettes d’attention de ton véritable amour. » Elle sait très bien que ses mots sont durs, trop durs. Pourtant, la galloise n’essaye pas du tout de retourner la situation à son avantage. Bien au contraire, elle est trop franche pour calculer ça. Non, ce qui ressort de ces quelques mots, c’est sa jalousie, sa colère envers un tout autre sujet… Parce qu’elle aura beau faire tout ce qu’elle veut, le cœur de Nate est pris, et ce n’est pas par sa chérie, ou même pas elle, mais bien par ce stupide rockeur qui lui a un jour fait perdre la tête…

Elle se rend compte, au bout de quelques secondes, qu’il a repris la parole et ses mots, la touchent plus qu’elle ne saurait l’avouer. Oui… Il a abandonné sa carrière pour elle. Oui, il est venu se terrer dans un coin paumé… Pour elle aussi probablement. Cela fait il d’elle une femme qui devrait tout sacrifier pour son mari ? Cela fait il d’elle une égoïste ? Pendant une seconde, la brune perd un peu de son assurance. C’est vrai qu’il a sacrifié beaucoup pour elle… Mais au début, ils avaient déménagé à Tenby pour Mathys. C’est lui ensuite, qui a préféré voyager, plutôt que de rester avec eux. Et ce, même après la naissance d’Eiriyis. Alors après s’être perdue dans ses pensées, pendant quelques secondes, Siwan a relevé le regard vers son interlocuteur, avant de finalement lancer, d’une voix peut être un peu trop forte pour être totalement assurée. « Et tu sais ce que ça fait d’être un père ? Un mari ? Tu parles de choses que tu ne connais pas. Bien sûr que la scène lui manque. Et à vrai dire, s’il avait décidé de reconstituer le groupe, pour partir en tournée, je lui en aurais moins voulu que maintenant. Il passe beaucoup trop de temps loin de nous. Il a toujours passé trop de temps loin de nous et ce n’est même pas pour être sur scène. Viens pas me dire que l’euphorie de la scène l’a mené loin de moi. C’est pas le cas. Il est juste incapable d’être un bon père et encore moins un bon mari. Je lui en veux pas. Et toi, tu n’as pas le droit de m’en vouloir, d’essayer d’être enfin heureuse. » Les mots se sont écoulés, sans qu’elle parvienne à en arrêter le flot, si bien qu’elle est légèrement essoufflée. Elle secoue la tête et reprend, après une seconde de pause. « Eiriyis n’a que 10 ans. Tu crois vraiment qu’elle est assez grande pour se débrouiller seule ? Mathys refuse de s’occuper d’elle. Et il est hors de question que je l’emmène avec nous en période d’école. Alors non, je ne peux pas me permettre de partir. Par contre, lui pourrait prendre quelques jours de congé pour passer plus de temps avec nous. »

Cette discussion l’agace et elle aimerait qu’elle soit déjà terminée. Son procès, elle n’est pas franchement prête à y prendre part, d’autant plus, lorsque c’est perdu d’avance, comme maintenant. « Est-ce que tu m’aurais seulement approché, si je n’avais pas été la femme de Jared ? Je veux dire… Je croyais qu’on était ami toi et moi… » Sa question tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, mais elle vient de traverser son esprit avec la vivacité d’un lézard et la réponse l’importe vraiment… Tout simplement parce que ça lui fendrait le cœur qu’ils ne soient en vérité pas amis…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
MEMBRE ♣ Un voisin à surveiller
TON PSEUDO : THE.FAME
TES DOUBLES : andrew, ana-sofia, lizzie, deborah, jesse and yevgeniya
TON AVATAR : alex turner
TES CRÉDITS : catwoman (avat) - penny (gifs)
RAGOTS PARTAGÉS : 7394
POINTS : 4065
ARRIVÉE À TENBY : 26/02/2014


ÂGE DU PERSONNAGE : 29 yo (09.06.88)
CÔTÉ COEUR : whore
PROFESSION : musician
REPUTATION : il est plutôt calme depuis qu'il est revenu de rehab, non ?



Wearing the inside out
A SAVOIR SUR MOI:
REPERTOIRE DE LIENS:

MessageSujet: Re: These bright lights have always blinded me. Siwan Mer 10 Sep - 23:36

And I'm breaking out
Escaping now
Feeling my faith erode


Siwan rit et encore une fois, je me retrouve confus face à la situation qui ne mérite nullement des rires. Les choses sont sérieuses, très sérieuses et j’ai beaucoup de mal à me mettre à sa place. Cependant, quand elle reprend, je garde la tête haute et soutiens son regard dans un premier temps, puis je baisse les yeux, légèrement blessé par ses mots tranchants. Elle sait à quel point j’admire son mari tout comme elle sait que je vendrais père et mère pour avoir l’occasion de passer du temps avec lui et de créer un lien fort. Je n’ai jamais su faire dans la modération et c’est sans aucun doute mon plus gros défaut. Etre reconnu et apprécié par Jared, un but qui semble si lointain et pourtant si facile avec l’aide de la brune.
Pourtant, au lieu de me remettre à ma place d’étranger dans la vie de couple de Siwan, c’est tout le contraire qui se produit, je me sens encore plus concerné et j’ai toujours autant envie de prendre la défense du mari absent. Je reste muet, laissant la rancœur s’amplifier puis quand la femme du rocker reprend, j’écoute attentivement, prêt à rebondir sur n’importe lequel de ses mots. Je reste à l’affût, même s’il ne faut pas longtemps pour prendre conscience que nous sommes entrés dans un dialogue de sourds depuis quelques minutes déjà. Je soupire en encaissant les réflexions aiguisées de la bonne mère de famille. L’espace d’un instant, je me demande comment leur relation a pu dégringoler à ce point et j’angoisse à l’idée que ce soit ce que la vie me réserve avec Harlow, qu’à passé la quarantaine, son seul recours pour être heureuse, c’est de s’abandonner dans les bras d’un plombier de presque quinze ans de moins. Je balaye cette idée instantanément. Penser à Harlow en compagnie d’un autre homme peut très rapidement de rendre fou.
« J’entends ce que tu dis, Siwan et le fan égoïste que je suis aimerait que Jared passe plus de temps ici, évidemment. Mais même si on met à part l’admiration que j’ai pour ton mari, je trouve toujours que ce n’est pas correct. Vous avez échangés des vœux, tu devrais être honnête avec lui. Tu peux dire que je suis vieux jeu, c’est le cas, mais ce sont les gens comme toi qui bousillent les institutions sacrées comme le mariage. »
J’ai du mal à cerner les sentiments de Siwan face à celui qui est le père de ses enfants. Est-elle au moins encore amoureuse de son mari ou est-ce que ce qu’elle ressent pour son plombier est plus profond et plus puissant ? Cette question m’obsède plus qu’elle ne devrait. Je reprends, exaspéré.
« On s’est embarqué dans un dialogue de sourds et je suis autant borné que tu l’es. J’ai l’impression que tu ne me prends pas au sérieux parce que je suis à peine plus âgé que ton fils… J’espère que ton amant, lui, tu le prends au sérieux, même s’il est plus jeune que moi. Enfin bref, je crois qu’il vaudrait mieux s’arrêter tout de suite avant que ça ne dégénère. »
Je n’ai évidement pas envie que la situation dégénère. Mettre Siwan dans une position inconfortable sur son lieu de travail n’est pas ce que je désire, mais je ne sais pas encore combien de temps je serais capable de garder mon calme et d’encaisser toutes les critiques qu’elle fait à l’homme que j’idolâtre.
Je sens que tout comme moi, Siwan en a assez de cette conversation qui ne tourne en la faveur de personne. Pourtant, quand elle me pose cette ultime question, je suis d’abord stupéfait qu’elle puisse se poser une question pareille, puis je me rends compte que j’ai simplement envie d’être cruel pour la faire réagir à son comportement récent.
« Ah tu croyais qu’on était ami ? Eh bien moi je croyais que t’étais quelqu’un de bien… On s’est trompé tous les deux, apparemment. »
 

_________________


We are often told during times of bereavement that time heals all wounds. That's crap. In truth, you are devastated, you mourn, you cry to the point where you think you'll never stop - and then you reach a stage where the survival instinct takes over. You stop. You simply won't or can't let yourself "go there" anymore because the pain was too great. You block. You deny. But you don't really heal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: These bright lights have always blinded me. Siwan Sam 20 Sep - 17:17


Ses mots, elle les comprend, les entend et voudrait même pouvoir leur accorder du crédit. Malheureusement, elle sent bien trop l’amour démesuré de Nate pour son cher mari et sait très bien que de toute façon, peu importe ses raisons, ses besoins ou même ses désirs, le jeune homme ne fera que les dénigrer encore et encore, parce que ces derniers ne vont pas dans le sens du rockeur. C’est idiot. Ce type ne fait même pas parti de leur famille, il n’a aucun intérêt pour Jared et la seule personne qui lui porte de l’attention, c’est bien la mère de famille. Pourtant, il n’éprouve aucun remord à la fustiger de la plus cruelle des façons. Ses mots, les uns après les autres, lui brise le cœur et se plante dans sa peau comme une centaine de petits couteaux acérés. « Les gens comme moi hein ? Tu veux dire les salopes infidèles ? » Les mots se font plus vulgaires, ils sont crachés et même prononcés un peu plus fort. A peine suffisamment pour que l’attention se tourne vers eux, mais la limite n’est pas loin. Elle n’a que trop conscience de camper sur ses position, mais elle en a assez de ce portrait qu’il dépeint de son mari. « Les vœux du mariage n’ont-ils pas une clause sur le fait de chérir sa moitié aussi ? Je n’ai pas reçu la moitié de l’affection et de l’amour que je lui ai donné. » Elle soupire, bien conscience encore une fois d’aller trop loin. Ce genre de détails ne devrait pas être destiné à des oreilles comme celles du musicien. Pourtant, elle est là, à lui dévoiler des choses dont elle n’avait même pas conscience elle-même. Au final, la mère de famille se rend compte que cette discussion, cette dispute plutôt, n’est pas que négative. Elle ne fait que renforcer un sentiment général… Jared n’a pas été l’homme qu’elle voulait, qu’elle aurait pu réellement aimer. Bien sûr, elle en avait déjà eu des indices, grâce à tout ce qu’elle ressentait de nouveau avec son plombier, mais la brune n’avait jamais eu conscience de la profondeur de tout ça.

Quoiqu’il en soit, le nouveau discours de son interlocuteur la ramène sur le fil de la discussion et elle détourne les yeux une seconde, pour masquer son énervement. La dame soupire ensuite, avant d’enfin revenir plonger son regard dans le sien. « Tu crois que je ne te prends pas au sérieux parce que tu es jeune ? Ce n’est pas le cas. Je respecte l’avis des gens, peu importe leur âge. Non ! Ce que je te reproche est tout à fait différent. Je ne te prends pas au sérieux parce que tu te comportes comme une groupie sans cervelle. Comme celle que j’étais il y a 25 ans. Tu as le discours moralisateur et innocent d’un gamin trop fan pour se rendre compte des défauts de la personne qu’il défend. Continue à vivre dans ton rêve Nate, il est bien trop précieux pour être brisé. Le mien l’a été lorsque j’ai rencontré Wade et si dans mon cas, ça a été presque bénéfique, je refuse que ça t’arrive à ton tour… » Sa sollicitude n’est pas feinte cependant son ton est clairement plus agressif qu’elle ne l’aurait désiré. Pas sûr que l’effet serait tel qu’elle l’a imaginé. Finalement, elle soupire encore une fois, non pas agacée par cette discussion, mais plus perdue et consciente de perdre une des personnes qu’elle compte dans son cœur. C’est difficile, mais elle sent Nate s’éloigner, complètement et elle a l’impression de se déchirer de l’intérieur. D’autant plus lorsqu’il prononce ses derniers mots. Jeu, set et match… La désillusion est énorme et une boule vient de se former dans sa gorge. S’il désirait lui faire du mal et bien, c’est tout à fait réussi. Bien sûr, elle voudrait pleurer, elle voudrait le frapper mais la surprise l’a rendu amorphe et elle se rend compte à ce moment de l’importance du jeune homme dans sa vie… Un ami, c’est ainsi qu’elle a toujours cru le considérer mais finalement, il semble avoir pris beaucoup plus de place maintenant et il se sent mal, vraiment mal, c’est terrible. Alors elle cligne des yeux, une fois, avant de lancer, d’une voix plus assurée qu’elle ne l’aurait cru. « Bien… Je ne suis pas quelqu’un de bien. Tu n’es pas mon ami. Si ça ne te dérange pas, je dois retourner travailler. » Son ton, bien que doux, n’admet aucun appel et elle fait demi-tour, sans plus se préoccuper de son… non-ami. Finalement, au bout de quelques pas, elle accélère, pour se réfugier dans son bureau… Et éclater en sanglots incontrôlables… Une page de sa vie vient de se tourner.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: These bright lights have always blinded me. Siwan

Revenir en haut Aller en bas

These bright lights have always blinded me. Siwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHISPERS DOWN THE LANE ♣ ::  :: RP terminés-